Screen superheroes in national, international and transnational contexts

Rayna Denison, Derek Johnston et Rachel Mizsei-Ward, de l’université East Anglia (UK) lancent un appel à communication intitulé : « Not Just The American Way : screen Superheroes in National, International and Transnational Contexts ». Cette proposition nous invite à appréhender les personnages de « superhéros » adaptés au cinéma à travers une question on ne peut plus originale : quel rapport entretiennent-ils avec les différentes cultures ? L’appel à communication, que nous reproduisons ci-dessous, invite en effet des chercheurs à réfléchir à la création de « superhéros nationaux », aux modes de circulation de productions cinématographiques ambitieuses ou encore aux modes de réception de celles-ci, touches choses qu’il faudra formaliser avant le 31 juillet prochain. Il est à noter que le blog ouvert par les organisateurs, dont le lien figure en bas de cette page, donne plusieurs exemples intéressants, à commencer par Crying Freeman (production américaine, française et japonaise).

 

Not Just The American Way :

screen Superheroes in National, International and Transnational Contexts

The figure of the superhero is primarily seen as an American one, dominated by Marvel and DC comics and their adaptations across multiple media. These superhero franchises operate across media networks within many of the world’s global markets, influencing local representations of heroism and being altered to meet local expectations of the superhero in turn. American culture and, indeed, American superheroes play significant roles in these phenomena and historically have often led the way in debates around the representations around superheroes in culture. However, super-powered and costumed heroes are not just American in origin ; they appear in screen media across many cultures, whether as the anti-social teenagers of Britain’s Misfits, India’s alien-empowered Krrish or Japan’s Ultraman. This collection examines super-heroes and heroines as they travel around the world, exploring the figure of the superhero beyond the North American context. As such, we are interested in the local, international and transnational manifestations of superheroes, as well as in their reach beyond their originating contexts. Furthermore, we are seeking papers on the importance of the superhero to global media markets.

Potential subjects include, but are not limited to :

Local and national superheroes outside the United States US superheroes in global markets
Co-produced superheroes
Transmedia franchising and the superhero
Superheroes on TV
Iconography and aesthetics
The reception of the superhero
Gender, sexuality and ideology and the superhero
Marketing the superhero internationally
Geographically dislocated superheroes
Cultural specificity of the superhero
Special effects and the superhero in film and/or television
Superhero adaptations
Industrial and narrative origins
The geography of superheroes
International cultural flows and exchanges in superhero phenomena

Abstracts of no more than 250 words should be sent no later than 31st July 2011 to : superheroesonscreen@gmail.com

Please see the blog for this project at
http://superheroesonscreen.blogspot.com/

The collection will be edited by Rayna Denison, Derek Johnston and Rachel Mizsei-Ward.

 

Derek Johnston

superheroesonscreen@gmail.com

http://superheroesonscreen.blogspot.com/

 

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Spectres ! Journée d’études et exposition

Les élèves du master BD de l’EESI organisent, avec Lucie Campos et Thierry Smolderen et en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et l’Université de Poitiers, une journée d’études le 7 juin 2011 autour du thème des spectres. Du comique à l’aventure, la figure du fantôme traverse tous les genres de la bande dessinée, et ses multiples avatars seront abordés lors de cette journée.

L’image fixe-t-elle le spectre ? Marqué par son affiliation à un autre monde, celui des morts et du passé, le spectre se définit aussi par l’inconstance des rapports qu’il entretient avec le monde visible. Lorsque la bande dessinée s’empare de la figure du spectre, elle lui applique ses règles de représentation, ses dispositifs de narration, son rapport au temps. Que devient alors le spectre, arraché à son temps et fixé dans des images ? Quelles fonctions prend-il dans le récit ? Assujetti au système de la bande dessinée, un spectre devient-il un bon fantôme ? Perd-il son aura ? Perd-il de son pouvoir ? Gagne-t-il d’autres  propriétés ?

  • Thierry Groensteen (historien et théoricien de la bande dessinée, professeur à l’EESI) : Petite revue de la hantise dans les bandes dessinées
  • Ben Katchor (auteur de bande dessinée) : L’impression et ses effets fantomatiques (en anglais)
  • Vincent Marie (professeur d’histoire, spécialiste de Tardi et de la première guerre mondiale) : Le spectre de la guerre dans l’oeuvre de Tardi
  • Denis Mellier (professeur de Littérature Générale Comparée à l´université de Poitiers)
  • Thierry Smolderen (essayiste et scénariste de bande dessinée, professeur à l’EESI)
  • Cléry Dubourg, Léo Louis-Honoré, Maxime Jeune (élèves en master BD) : Le fantôme, figure sympathique
  • Emilie Fabre, Pierre-Laurent Daures (élèves en master BD) : Le spectre, figure traumatique
  • Morgane Parisi et Alvaro Nofuentes (élèves en master BD) : L’auteur comme influence fantasmatique

INTERVENTIONS GRAPHIQUES durant la journée : François Henninger, Thomas Gosselin…

SOIREE MARDI FANTASTIQUE « PROPRIETE HANTEE » au cinéma de la Cité, double projection suivie d’un débat, animé par Hidden Circle : La Maison du diable (Robert Wise, 1963) à 19h, The Silent house (Gustavo Hernandez, 2010) à 21h30.

GALERIE DE FANTOMES, exposition aux abords de l’Auditorium.

Cette journée, aura lieu le 7 juin de 9h30 à minuit au sein de l’auditorium de la Cité. Pour plus d’informations, colloque.spectre@gmail.com.

Argumentaire spectre

Parodies. La bande dessinée au second degré

Paru en 2010, Parodies : la bande dessinée au second degré de Thierry Groensteen s’attache, comme son titre l’indique, aux dispositifs parodiques qui nourrissent la bande dessinée depuis ses débuts, dans l’idée de montrer comment ils sont associés à ce médium depuis l’origine : « Il nous paraît […] certain qu’elle [la bande dessinée] tend […] massivement à la dérision et à la caricature, et que cette vocation à la raillerie n’est pas moins constitutive de son « génie propre » » (p.11). L’ouvrage est riche et intéressant à plusieurs niveaux, fournissant un apport théorique à une évolution créative de plus en plus mise en valeur dans la scène culturelle, comme en témoignent les récentes expositions sur la bande dessinée au Salon d’Angoulême. 100% BD (2010), tout d’abord, consacré à la reprise par cent auteurs de cent planches représentatives du médium, puis, début 2011, Parodies, dont Groensteen est commissaire et dont le présent essai se fait l’écho. C’est en raison de ce contexte que cet ouvrage paraît nécessaire, tant l’évolution de la bande dessinée relève de procédés d’imitation et de transformation de plus en plus approfondis.

Parodie et bande dessinée : l’histoire d’un médium et la constitution d’un genre

Groensteen s’attache à mettre en valeur le panorama des bandes dessinées parodiques dans une perspective relativement diachronique, à travers dix chapitres thématiques. Parallèlement à cette démonstration, c’est de fait une histoire du médium qui est ici exposée de manière sous-jacente. L’auteur revient en effet sur les différentes strates de la bande dessinée et en remonte la généalogie, de ses origines (« Eléments pour une histoire de la parodie en bande dessinée ») à la création contemporaine (« Tendances contemporaines »), en passant par les comics de super-héros (« Quand les super-héros ne sont pas sérieux ») ou le mouvement underground (« L’âge de la transgression »). Le socle méthodologique sur lequel il repose est solide et clairement expliqué en introduction, l’auteur s’appuyant notamment sur La relation parodique de Daniel Sangsue qui lui permet de formuler une définition précise de la notion de parodie : « Selon le spécialiste Daniel Sangsue, une parodie se définit par « la transformation ludique, comique ou satirique d’un texte singulier[1] » » (p.7). C’est ainsi en terme de « relation » d’une œuvre à une autre que va être pensée la démonstration : « La parodie « implique fondamentalement une relation critique à l’objet parodié[2] » (p.7). Groensteen met aussi bien en exergue les différents dispositifs d’imitation et de transformation intrinsèques au mouvement parodique que la fonction d’interprétation critique que chaque parodie a sur l’œuvre-cible. Dès le premier chapitre, il établit une typologie des procédés usités dont il s’agira de vérifier la présence dans les démonstrations suivantes. On peut en retenir pour exemples les procédés « affectant le verbal », tels que « la dérive onomastique », ceux « affectant l’image » comme « l’hybridation » ou « l’exagération », ou encore les dispositifs touchant les contenus narratifs, « l’accumulation » ou « l’incongruité » (pp.26-27). Cette énumération fournit ainsi une base théorique qui a le mérite ne pas être trop appuyée et s’accorde avec la lisibilité des parties suivantes, écrites dans un langage clair et accessible. Celles-ci sont extrêmement riches en exemples, soulignant là le foisonnement des procédés parodiques qui ont progressivement donné lieu à un genre à part entière, notamment sous l’impulsion de Mad et de Harvey Kurtzman : « Il existait des parodies dessinée avant Mad, mais c’est véritablement à partir de Mad que la parodie est fondée en tant que genre existant en propre » (p.61). L’intérêt de la veine parodique en bande dessinée est qu’elle réside dans un double mouvement « transmédiatique » et réflexif. Groensteen le démontre par l’exemple de détournements de figures littéraires et cinématographiques (Cinémastock de Gotlib et Alexis, la bande dessinée pornographique…) et de personnages iconiques de la bande dessinée, comme Tintin auquel il consacre un chapitre entier, « Tintin et les pirates ». Ces différentes argumentations sont d’autant plus riches que, la parodie relevant de l’absurde et de l’incongru, elles amènent parfois à revenir sur certaines théories préexistantes de la bande dessinée, de manière à les développer en fonction de ce regard. Ainsi des cinq catégories de textes[3] présents dans une bande dessinée (péritexte, récitatif, dialogue, effet sonore et onomatopée, et enfin textes inhérents à la diégèse représentée) auxquelles Groensteen en ajoute une nouvelle :

Il semble que Mad ait inventé (ou du moins employé avec un certain esprit de système) une sixième sorte de texte, pour lequel il faudrait parler d’enrichissements. On ne peut, en effet, ni référer expressément ces inscriptions à l’intervention du narrateur, ni soutenir qu’elles « existent dans le monde fictionnel », dès l’instant où elles apparaissent, disparaissent et surtout se modifient de façon arbitraire et imprévisible. (p.55)

La question juridique et culturelle de la parodie

En plus de fournir de nouveaux apports théoriques à la bande dessinée, l’étude de la parodie permet également de revenir sur l’industrie de ce support et sur ses caractéristiques. En témoignent, entre autres, les passages sur les conséquences juridiques qu’ont pu impliquer certains détournements. La parodie se situe parfois dans des zones intermédiaires entre la reprise, l’hommage et le plagiat, relevant alors de l’indécidable, tant sur plan créatif que judiciaire. Groensteen mentionne notamment le sujet avec l’exemple de la société Moulinsart SA qui s’est manifestée contre de nombreuses parodies de Tintin, qu’elles soient légales ou non : « Si Moulinsart SA et ses dirigeants sont dans le collimateur des parodistes, c’est aussi parce que la société détentrice des droits n’a eu de cesse, précisément, de bloquer la diffusion de tous les détournements… » (p.137). Cette perspective souligne un aspect qui témoigne de l’une des principales caractéristiques de la bande dessinée, étant un médium marqué par un rapport étroit entre création et contraintes pragmatiques (éditoriales, économiques, juridiques…). Même en dehors du geste parodique, la question de la reprise d’un personnage fait souvent problème. Dans le genre superhéroïque, par exemple, des figures iconiques telles Superman ou Batman ne peuvent être réemployées en dehors de leur « maison-mère » DC Comics, obligeant les auteurs à une importante pratique de l’imitation et du pastiche pour évoquer leur présence dans d’autres récits et ayant ainsi produit une tendance métafictionnelle dans le genre.

Ces questions juridiques font également transparaître la position hiérarchique de la parodie dans l’échelle culturelle. Groensteen souligne ainsi à travers différents exemples à quel point celle-ci a pu choquer la morale dominante, au point d’être canalisée par des systèmes de censure ou d’autorégulation, comme le Comics Code Authority, établi en 1954 pour limiter de telles dérives. De fait, la bande dessinée parodique semble s’être développée en réaction à ces autorités éditoriales ou juridiques, mettant ainsi en valeur sa dimension intrinsèquement transgressive, à l’image, par exemple, du mouvement underground : « […] L’underground, avant de chercher le divertissement du public, valorisait la libre expression du dessinateur. Bousculant les tabous de la société américaine, il abordait des sujets tels que la drogue, le sexe […] la révolution politique […] » (p.113). Dès son introduction, Groensteen problématise ainsi le mariage d’un art prétendument mineur et d’un genre tout aussi peu valorisé : « S’intéresser à la parodie dans la bande dessinée, c’est donc prendre pour objet d’étude la mise en œuvre d’une pratique peu valorisée au sein d’un média dont la respectabilité est elle-même toute relative » (p.10).

Parodies : une théorie de la fiction

Parodies s’inscrit également dans un paradigme d’essais critiques sur l’hypertextualité en général, quel qu’en soit le support (cinéma, littérature…). Son sous-titre, « la bande dessinée au second degré », fait ainsi écho au célèbre ouvrage de Genette portant sur ce sujet, Palimpsestes : la littérature au second degré. Il y aurait de fait beaucoup à dire sur les rapports entre ces deux livres où sont finalement constatés de nombreux procédés similaires, l’un en littérature et l’autre en bande dessinée. Genette est de plus régulièrement cité dans l’ouvrage.

D’autres ouvertures sont également prometteuses. Par exemple, Groensteen relève à plusieurs reprises la tendance du geste parodique à produire un traitement métanarratif de la bande dessinée. A ce sujet, il cite un de ses articles dans lequel il s’attache à une étude de la réflexivité et de ses fonctionnements dans la bande dessinée[4] (« Les feintes de la réflexivité », p.184). Or, mettre en rapport parodie et métafiction est l’un des fondements de la théorie de Linda Hutcheon, pour laquelle la parodie permet d’actualiser un mode de lecture de comparaison entre hypotexte et hypertexte, permettant la valorisation d’un certain degré réflexif de la fiction : « L’auteur peut choisir de mettre en relief la « littérarité» de l’illusion provoquée par son texte en usant d’un certain type de parodie: à l’arrière-plan de son texte sera posé un autre texte en fonction duquel sera mesurée la nouvelle œuvre[5] ». Bien que Groensteen rejette l’approche de Hutcheon (notamment en ce qui concerne Watchmen), jugeant sa définition de la parodie trop généralisée et floue (p.91), certaines convergences peuvent être soulignées. Ainsi de la façon dont Hutcheon rappelle, comme Groensteen a pu le développer dans certains de ses chapitres, comment la parodie contient, dans son étymologie même, une dimension non pas satirique ou humoristique, mais subversive : « Le terme grec parodia signifie « contre-chant ». Le terme « contre » (« face ») suggère une idée de comparaison, ou mieux de contraste, ce qui est fondamental dans l’acception du terme « parodie ».[6] » Patricia Waugh consacre également un essai à ce sujet et plus généralement sur la métafiction dont la parodie représente selon elle l’une des expressions[7].

La dimension métanarrative de la parodie relève ainsi d’un phénomène plus global, d’une tendance de la fiction à s’interroger sur ses codes, que ce soit par un mode humoristique, sérieux, ou ironique. Suivant certains essayistes, Groensteen la rapproche, dans la conclusion de son ouvrage, de l’esthétique postmoderne : « [L’exercice de la parodie] est en phase avec une culture de masse diffusant et imposant des références partagées par tous, et avec la philosophie de la création qui est celle du postmodernisme, caractérisée par le métissage des formes culturelles, l’intertextualité généralisée et le recyclage » (p.232). La pratique de plus en plus constante d’une écriture intertextuelle, ainsi démontrée, a pour conséquence une évolution dans notre façon de lire, par la revendication d’un passé de la fiction qui ne peut être occulté : « Entre remake, citation, adaptation, pastiche, clin d’œil et hommage, l’intertextualité sous toutes ses formes est désormais une composante de toute nouvelle production, qui ne peut plus prétendre à l’innocence des commencements » (p.171). Or, encore une fois, de tels arguments peuvent évoquer des essais sur la littérature, et notamment, dans ce cas, un extrait d’Apostille d’Umberto Eco au sujet de la non-innocence postmoderne : « La réponse post-moderne au moderne consiste à reconnaître que le passé, étant donné qu’il ne peut être détruit parce que sa destruction conduit au silence, doit être revisité : avec ironie, de façon non innocente. [8]»

Ainsi l’un des fondements de l’ouvrage, en dehors de traiter la bande dessinée de manière originale et de revenir par ce biais sur son histoire esthétique et culturelle, réside dans son appartenance à un corpus touchant non plus seulement le neuvième art, mais bien la fiction dans sa globalité, et plus particulièrement dans l’une de ses spécificités, la réécriture, la représentation au carré. Parodies a donc le double avantage d’être très abordable et très documenté, et également, par son inscription dans ce domaine critique, d’ouvrir sur des perspectives très intéressantes, à travers des comparaisons potentielles de théories sur différents supports (littérature, cinéma, bande dessinée…) qui relèvent de ce sujet commun.

Référence:

Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Skira Flammarion, 2010, 236 p.

ISBN : 9782081245662


[1] Daniel Sangsue, La relation parodique, Paris, José Corti, p.11

[2] Ibid, p.14

[3] Catégories établies par Ann Miller dans son ouvrage Reading bande dessinée. Critical approaches to French-language Comic Strip, Bristol, Intellect, 2007.

[4] Bandes désignées (De la réflexivité dans les bandes dessinées) : http://www.editionsdelan2.com/groensteen/sequence1/bdesign.html

[5] « Ironie et parodie : stratégie et structure » : https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/10265/1/TSpace0168.pdf

[6] Ibid

[7] Patricia Waugh, Metafiction. The Theory and Practice of Self-Conscious Fiction

[8] Umberto Eco, Apostille au nom de la rose, 1985, Grasset, p.77

Sérialité et bande dessinée

Le Centre d’Etudes sur les Jeunes et les Médias (CEJEM), qui réunit des chercheurs travaillant sur les pratiques médiatiques des jeunes, organise une rencontre sur le thème de la sérialité et la bande dessinée, le vendredi 21 janvier 2011, à 14 heures, salle Las Vergnas, à Paris 3, Sorbonne Nouvelle, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (Métro : censier Daubenton, ligne 7).

Ce débat  sera animé par Pierre Christin, scénariste de bande dessinée, auteur notamment de la série (avec Mézières)  Valerian et Laureline et par le sociologue Eric Maigret, professeur à Paris 3.Cette rencontre est gratuite et ouverte à tous, mais il est préférable de s’inscrire  au préalable : jeunesetmedias@gmail.com.

Pour de plus amples informations : mc-lipani@wanadoo.fr ou le communiqué de presse du CEJEM.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les jeunes et les phénomènes sériels

La revue Jeunes et Médias lance un appel à articles intitulé : « Les jeunes et les phénomènes sériels ». Celui-ci propose de s’interroger sur les tenants et aboutissants de la « consommation importante de biens culturels produits en série » parmi lesquels la bande dessinée est nommément citée. Six approches (se focalisant sur les publics, les modes de production, les dispositifs esthétiques…) sont proposées et il est question de s’approprier ou de compléter (la dimension « transmédiatique » est ainsi totalement absente) cette liste avant le 8 décembre prochain.

Appel à articles : les jeunes et les phénomènes sériels

La revue semestrielle en sciences de l’information et de la communication Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias, propose une réflexion concernant les pratiques médiatiques des jeunes et leurs modes d’expression et d’appropriation. Dans ce cadre, le dossier thématique du premier numéro portait sur les objets culturels méprisés.

Le dossier thématique du numéro 2 de la revue Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias s’intéresse aux phénomènes sériels.

Les moins de vingt-cinq ans ont en effet une consommation importante de biens culturels produits en série. Pour exemple, la diversité et la pluralité de sites dédiés aux jeunes et aux séries télévisées attestent de l’intérêt qu’ils leur portent. Le streaming, la VOD ont changé aussi la manière de consommer celles-ci. Le succès éditorial de certaines séries – Twilight, Tara Duncan, mais aussi les bandes dessinées et les mangas – parfois adaptées au cinéma avec le même bonheur contribuent à alimenter la réflexion concernant les spécificités de la sérialité destinée aux plus jeunes.

A cette fin, plusieurs axes ont été retenus et pourront être abordés dans une approche pluridisciplinaire :

–          Définition, contours et limites du genre sériel (brièveté, temporalité, récurrence…);

–          Evolution des techniques et des conditions de production des formes de la sérialité contemporaine ;

–          Les jeunes, public spécifique ou privilégié ? (études en réception, approches qualitatives ou quantitatives) ;

–          Les figures tutélaires ou la question des héros récurrents.

–          L’univers sériel et le désir du collectionneur ;

–          Les stratégies marketing des produits sériels.

Les propositions d’articles (1500 signes) sont à adresser avant le 8 décembre 2010 à lcorroy@voila.fr et à mclipani@wanadoo.fr

Les auteurs seront avertis par email le 15 décembre que leur proposition est retenue. Les articles (entre 22000 et 25 000 signes, espaces et bibliographie compris) seront à envoyer pour le 30 janvier au plus tard.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le lieu commun

L’unité de recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel de l’université du Littoral Côte d’Opale lance un appel à communication intitulé : « Le lieu commun ». L’expression est à prendre au pied de la lettre puisqu’il s’agit d’interroger des espaces revenant de récits en récits et pouvant donc s’avérer structurants comme l’auberge chère à la fantasy ou le château gothique familier des vampires de toutes sortes. L’évocation de bandes dessinées peut sans aucun doute venir enrichir semblable réflexion tant semblables sites sont récurrents au sein du neuvième art. Pensons, pour nous cantonner au domaine « franco-belge », à une série comme Les Tours de Bois Maury dans laquelle un chevalier errant visite moult châteaux forts, ou encore à Blueberry dont l’action gravite autour du Fort Navajo tout en mettant en scène de nombreuses villes de l’Ouest Américain. Enfin, il est des lieux communs propres à la bande dessinée, qui ne sont nullement évoqués dans l’appel à communication que nous reproduisons plus bas mais qu’il serait sans aucun doute fort intéressant d’évoquer. C’est notamment le cas des laboratoires encombrés d’électrodes produisant d’inquiétantes étincelles ainsi que d’éprouvettes en tout genre qu’occupent les nombreux « savants fous » du neuvième art : Septimus dans La Marque jaune, le professeur Tournesol (L’Affaire Tournesol), le comte de Champignac ou Zorglub (dont le laboratoire fut remis à l’honneur par Frank Le Gall dans Les Marais du Temps) dans la série Spirou, Espérandieu dessinée par Tardi (Le Savant fou), ou encore un fort inquiétant Von Richter n’ayant de cesse de cloner les personnages principaux de la passionnante série Cybersix. Si vous retenez cette piste, il conviendra de mettre de l’ordre dans ce capharnaüm avant le 31 octobre prochain.

Le lieu commun


Unité de Recherche HLLI – Axe: Frontières – Limites – Echanges

Equipe CERCLE

Symposium pluridisciplinaire 2011- 15-16 mars 2011

responsables : Marc Rolland , Claire Jardillier.

A l’instar de certains thèmes littéraires qui, en raison de leur récurrence, finissent par exercer la même fonction qu’un mythe, accédant au rang de mythes littéraires, certains lieux communs, dans le plein sens du mot, ont, pour des raisons évidentes ou mystérieuses, fait florès au point de devenir emblématiques d’une certaine littérature et d’un certain cinéma, d’en être indissociables comme cadre d’une action décisive, et de figurer, par conséquent, comme marqueurs de ce type de création. Il en est dont la genèse est facile à établir: le château gothique, jailli de l’imagination d’Ann Radcliffe ou de Horace Walpole, a abrité en ses murs des Moines maléfiques, des vampires transylvaniens, la lignée maudite des Usher; au XXe siècle, à grand renfort de carton-pâte, il est la pièce maîtresse des films de Roger Corman et de tant d’autres, tandis que sa forme kafkaïenne domine la trilogie inclassable de Gormenghast, sans oublier le dernier refuge des dieux de l’Olympe, le sinistre manoir flamand de Malpertuis.

Le western, bien entendu, serait inexistant sans ses fortins, ranchs, prisons et saloons. Et ce dernier, ne serait-il pas pour quelque chose dans la prolifération des auberges qui font se rencontrer, dans tant de romans fantasy, aventuriers, mages, mercenaires, sous l’égide de l’équivalent médiéval du barman tantôt bienveillant, tantôt inquiétant, dans tous les cas capable de maintenir l’ordre dans son royaume où bière ou cervoise coulent à flots ? L’on sait que l’auberge de la « Vulgar Unicorn » est le point de départ de la douzaine de volumes de Thieves’ World, vaste fresque collective dans le domaine de la Fantasy. A moins que ce lieu, si parfaitement représenté par l’auberge de Bree ne soit le tribut du Maître d’Oxford à ses pubs bien-aimés.

Et qu’en est-il du fort (à distinguer du château, bien entendu), symbole de la césure territoriale entre barbarie et civilisation dans tant de Westerns, dans les épopées cinématographiques dédiées à l’Empire britannique, symbole aussi de l’attente et de la persévérance dans la répétition sans objet d’un rituel militaire chez Buzzati et Gracq ?

Nous voyons que ces lieux communs servent non seulement à rassembler dans un réseau d’échanges, des personnages variés, venus des quatre coins de l’univers de l’oeuvre cinématographique ou littéraire, mais aussi à faire exception, à borner par ses limites physiques un refuge, un huis-clos, un modèle de société. Avants-postes, ou refuges intérieurs, ces lieux sont bien souvent à la frontière de l’inconnu, de l’imprévisible, des solitudines vastae où tout peut survenir d’un instant à l’autre, marquant le bâti face au naturel, ou l’inverse

Dans cette thématique, nous nous intéresserons tout particulièrement à la genèse de ces lieux: imitation, association, clin d’oeil, ou, tout simplement, répétition d’une figure imposée dont on a oublié l’origine, au point qu’une trouvaille moderne soit devenue emblématique d’un monde plus ancien.

Les propositions sont à envoyer par courrier électronique pour le 31 octobre au plus tard:

Marc ROLLAND – garryowen@wanadoo.fr

Responsable : U.R. Histoire, Langues, Littérature et l’Interculturel (EA 4030)
Adresse : Maison de la Recherche-Palais ImpérialB.P. 75162321-Boulogne-sur-Mer

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The European imagination of the Americas

Le département d’histoire de l’université du Texas, située à Arlington, organise en octobre prochain un colloque intitulé : « The European imagination of the Americas ». Il s’agit donc de s’inscrire dans une « histoire transatlantique », et ce à travers le roman d’aventures, le cinéma, la télévision ou la bande dessinée. Contactés, les organisateurs se disent en effet enchantés à l’idée d’accueillir des propositions s’appuyant sur des oeuvres issues du neuvième art et force est de constater que celui-ci fournit en effet nombre « d’imaginations » de l’ Amérique. C’est le cas de Tintin, d’Asterix (La grande traversée) ou de Spirou (Spirou et Fantasio à New York), et plus largement d’une bande dessinée « franco-belge », née dans les hebdomadaires Tintin et Spirou, qui s’est appuyée sur une Amérique rêvée et incarnée par moult cow-boys (Jerry Spring, Comanche…), aviateurs (Dan Cooper ou Buck Danny) ou pilote de course (Michel Vaillant, Steve Warson et leur sans cesse répétée tentative de conquête des circuits d’outre-Atlantique). Et il est dès lors possible, entre autres pistes, d’interroger le devenir, le renouvellement voire la disparition pure et simple des figures américaines sur lesquelles la bande dessinée européenne s’est développée. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er août 2010.

The European imagination of the Americas

Call for paper

University of Texas in Arlington

Deadline : August 1, 2010

The Transatlantic History Student Organization in collaboration with Phi Alpha Theta, the Barksdale Lecture Series, The History Department, and the College of Liberal Arts of the University of Texas at Arlington are sponsoring the Eleventh Annual Graduate Student Symposium on Transatlantic History. Since 2000, this symposium has proved to be a prominent venue for discussions of the interrelations and interconnections between peoples and cultures of the Atlantic World.

From their first contacts with the native populations of the Americas in the sixteenth century, Europeans created colorful and detailed accounts about the exotic Other. European explorers, scientists, artists, and adventurers embarked for the New World and wrote about it. Their travel accounts shaped the imagination of those back home. In the course of the nineteenth century the genre of Indian novels emerged in European literatures, and in the twentieth century television and cinema provided visual images that formed Europeans’ thinking and feeling towards the Americas. We are looking for papers that deal with any aspect of the Americas from the viewpoint of the European imagination. This may include anything from the early descriptions of Columbus, reports from settlers, migrants, and travelers, and even the fictions of popular novelists and film-makers. Dr. Meredith McClain (Texas Tech University), who’s research interests include German-Texan heritage, and the fascination of Germans with the Llano Estacado region of Texas, will deliver the keynote address: « Karl May’s Imaginary Llano Estacado and its Impact. »

We invite graduate students from history, literature, and related disciplines to submit a three-hundred-word abstract and an abbreviated maximum one-page curriculum vita by August 1, 2010. We will notify authors of papers accepted for a twenty-minute presentation by September 1, 2010. We will award selected participants a small travel stipend to help offset their expenses. Please e-mail your abstract to both: Mylynka Kilgore at mylynka.kilgoremueller@mavs.uta.edu and Dr. Thomas Adam at adam@uta.edu. We invite you to check out our website, including the topics of our past annual symposia at http://www.uta.edu/studentorgs/thso/.

Note: Be sure to include your e-mail and mailing address to ensure that you can be reached during the summer of 2010. Thomas Adam
The University of Texas at Arlington
Department of History
Box 19529
Arlington, TX 76019-0529
Email: adam@uta.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Contemporaneity : Historical Presence in Visual Culture

La revue électronique « Contemporaneity : Historical Presence in Visual Culture », présentée sur le site de l’université de Pittsburgh (USA), recherche des articles se proposant d’appréhender la temporalité en terme d’inventivité visuelle. Ce thème rencontre de nombreux échos dans le champ d’une bande dessinée s’inscrivant volontiers dans des temps à venir (à travers des utopies comme Les Cités obscures) ou passés (dans le cadre des œuvres historiques chères à Hermann ou Bourgeon) et mobilisant dans ce dernier cas une documentation qui semble lui conférer une spécificité vis-à-vis d’autres arts. Il serait également intéressant d’examiner les modalités selon lesquelles la bande dessinée s’invente un présent, que ce soit à travers des procédés graphiques ou narratifs (flash-back, ellipses…), une réappropriation de son patrimoine (pensons à l’exposition cent pour cent) ou encore à travers la volonté de se constituer comme un mode d’expression critique vis-à-vis de ce qui lui est contemporain (pensons à L’An 01 de Gébé ou à la récente vogue de la « bande dessinée de reportage »). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 septembre 2010.

Robert Bailey, Editor-in-Chief
Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture
104 Frick Fine Arts
University of Pittsburgh
Pittsburgh, PA 15260
Email:
contemporaneity@pitt.edu
Visit the website at
http://contemporaneity.pitt.edu

Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture aims to explore how the complexities of being in time find visual form. Crucial to this undertaking is accounting for how, from prehistory to the present, cultures around the world conceive of and construct their present and the concept of presentness visually. Through scholarly writings from a number of academic disciplines in the humanities, together with contributions from artists and filmmakers, Contemporaneity maps the diverse ways in which cultures use visual means to record, define, and interrogate their historical context and presence in time. For our inaugural issue, we seek submissions from scholars, artists, and filmmakers. Possible topics or areas of interest include, but are not limited to, the following:

– The concept of the present across time and cultures
– Cultural exchange, temporal disjunction, historical coincidence
– The simultaneity of conflicting kinds of time
– The persistence of the past in the present
– Collecting, the archive, forgery
– Messianic time, circular time, the eternal return, the event, everyday life, historical time, timelessness
– Teleology, apocalypse, the end of time, the end of art, the end of history
– Tradition, decadence, renaissance, restoration, avant-garde, modernization
– Phenomenology of time
– Nostalgia, melancholy, boredom
– Chronophobia and chronomania
– Making time visible, representing time through images and texts, narrating
– The life of images and reception history
– Treating the present historically
– Historical delays and the acceleration of history
– Methodological problems concerning the writing of art history or film history
– Periodization

The deadline for submissions is September 30, 2010. Manuscripts should be no more than 6,000 words in length and should adhere to the Chicago Manual of Style. Contributions from artists and filmmakers may take many forms.

Please visit contemporaneity.pitt.edu for more information. To make a submission, click Register and create an Author profile to get started.

Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture is a scholarly, peer-reviewed online publication edited by graduate students in the Department of History of Art & Architecture at the University of Pittsburgh. It is hosted by the University Library System of the University of Pittsburgh as part of its D‐Scribe Digital Publishing Program.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone

Traiter du personnage féminin dans la bande dessinée francophone : voici la fort intéressante ambition d’un article signé Marie-Christine Lipani Vaissade, intitulé « La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone. Cartographie d’une émancipation de fraîche date » et présenté dans le numéro 12 de la revue Le Temps des médias. Consacrée à « La cause des femmes », cette publication donne le ton d’un travail entendant « repérer, à travers les caractéristiques et les traits de quelques personnages clés, comment la bande dessinée a pu (ou non) accompagner un courant d’émancipation de la femme » (p. 153).

Le personnage féminin

L’étude de Marie-Christine Lipani Vaissade entend ainsi interroger des représentations, en l’occurrence des personnages féminins, pour dégager ce que ceux-ci ont de signifiant vis-à-vis de l’un des plus grands faits de société du siècle dernier. C’est ainsi que l’auteur fait remarquer que la petite Bretonne Becassine devient au fil des événements historiques (et notamment après la première guerre mondiale) et à travers une forme de maternité (lorsqu’elle devient nourrice) « une femme lucide, attentionnée, investie d’une mission et consciente de ses responsabilités, recherchant sans cesse de meilleures méthodes d’éducation » (p. 153-154).

Celle qui était née « sans bouche », comme si sa parole n’était en rien nécessaire, semble ainsi progressivement s’affirmer, à l’instar de Lili, héroïne du journal Fillette découvrant progressivement le monde du travail et entamant même récemment une vie amoureuse. Ces références mettent effectivement clairement en évidence une forme d’émancipation : d’abord, de la tutelle familiale dans l’histoire de ces deux personnages, mais également des normes d’une publication les ayant conçues comme « gentillettes » et ne les ayant en tout cas pas destinées à relever « tous les défis de [leurs] temps » (p. 154).

Suivant, selon l’auteur, l’évolution du public des dispositifs éditoriaux assurant leur diffusion, ces personnages montrent que se fissure au cours du siècle une image de la femme que dynamitèrent carrément Barbarella (imaginée par Jean-Claude Forest), Valentina (Crépax), Adèle Blanc-Sec (Tardi) ou Laureline (Christin-Mézières) qui est ici présentée comme « belle, vive, moderne et bien plus futée que son compagnon » (p.160). À cette galerie de portraits ne manque sans doute ici que des héroïnes comme Comanche (Hermann) ou Yoko Tsuno (Roger Leloup), femmes solitaires intégrant le rang des héros célibataires (Ric Hochet, Michel Vaillant…) du journal Tintin.

Média et mysoginie

À côté de l’évocation de ces personnages, nous aurions aimé voir précisée une piste de réflexion qui  semble ici cantonnée (faute de place à ne pas en douter, car les notes de bas de page sont riches) au rang de simple intuition. Le rapport entre émancipation de la femme et média nous semble en effet poser un problème de taille. L’auteur de cet article semble clairement faire de la presse l’instrument de diffusion d’une bande dessinée « un brin mysogine » (p. 156) : l’attachement de Charles Dupuis ou de Raymond Leblanc, directeurs des hebdomadaires Spirou et Tintin, à la « tenue morale de leurs publications » (p. 157) est ainsi évoqué (et aurait pu être étayé au regard d’autres sources comme les entretiens d’auteurs réalisés par Frédéric Niffle ou Hugues Dayez). De même, l’auteur s’appuie sur les propos de Pierre Christin afin de montrer que le fait de devenir un « produit d’édition » (p. 157), et d’être diffusée sous forme d’albums, permet à la bande dessinée de changer «  de récits, de genres mais aussi de lectorats » (Idem).

Serait alors initié un mouvement d’émancipation de la bande dessinée elle-même, mouvement qui trouve, dans le cadre de cet article, un aboutissement à travers l’autobiographie et une « littérature de l’intime [abordant] les questions liées à la condition féminine » (p. 160). À en croire l’auteur, le livre serait donc un médium porteur d’une certaine vertu puisqu’il constituerait le vecteur de la remise en cause d’idées reçues et l’instrument de propagation de nouvelles représentations. Il existerait ainsi un lien direct entre dispositifs médiatiques et mouvement social d’émancipation, et il serait sans aucun doute intéressant d’examiner cette séduisante hypothèse au regard d’exemples de périodiques comme V-Magazine (dans lequel fut d’abord publié Barbarella et nombre d’héroïnes rompant avec les traditionnelles représentations de la féminité), de l’éphémère magazine Ah ! Nana (publié d’octobre 1976 à septembre 1978) ou encore de la collection « Traits féminins », créée par un Thierry Groensteen qui est ici abondamment cité.

Le rapport entre média et mysoginie nous semble d’autant plus intéressant que le rôle de la presse ne saurait être réduit aux seules productions « franco-belge ». Nous sortons ici clairement du cadre qu’entend explorer cet article (qui se limite volontairement aux productions francophones) pour évoquer le travail de Jacques Sadoul qui, puisant largement dans la production anglo-saxonne, a bien montré que les stéréotypes féminins ne sauraient en aucun cas être réduits à la figure de la « potiche » ou de la « poupée ». L’Enfer des bulles (publié chez Jean-Jacques Pauvert en 1968) met ainsi en valeur des catégories d’héroïnes qui, de « fiancées éternelles » à « aventurières », sont parfois clairement le moteur de l’action et n’hésitent pas à revendiquer une sensualité, voire une sexualité. Laureline aurait alors bien des ancêtres qui, de la princesse Narda dans le Mandrake de Lee Falk (p. 10) à Aleta épousant un Prince Vaillant qu’elle ne cessera de dominer (p. 118), entendent bien devenir l’égal de leur compagnon et ne pas s’en laisser compter par la gente masculine. Le comic-book semble alors se situer loin des sages personnages de la bande dessinée « franco-belge » et une nouvelle recherche serait bien avisée d’examiner les représentations féminines au regard des différents environnements de publication et de diffusion de la bande dessinée.

Référence :

Marie-Christine Lipani Vaissade, « La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone. Cartographie d’une émancipation de fraîche date », article publié dans Le Temps des médias, n°12, 2009/1, Nouveau Monde Édition, p. 152 à 162.

ISSN 1764-2507 / ISBN 978-2-84736-455-2

URL : https://www.cairn.info/publications-de-Lipani%20Vaissade-Marie-Christine–42687.htm

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone

L’Université de Lettres de Galati (Roumanie) organise un colloque international consacré aux « Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone ». Ce thème intéresse au premier chef la bande dessinée qui fourmille de personnages féminins relevant de registres fort différents, qui vont du comique (la Schtroumphette, Mafalda…) à l’érotique (pensons à la Valentina de Crépax) en passant par l’héroïque (Barbarella de Jean-Claude Foret, Yoko Tsuno de Roger Leloup ou encore Lady snowblood de Kazuo Koike et Kazuo Kamimura). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 20 juin 2010.

Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone

Date limite : 20 juin 2010
Colloque International (15 – 16 octobre 2010)


En prolongeant le thème de l’édition précédente – Représentations de la féminité dans la culture européenne du XXème siècle –, le colloque s’inscrit dans le même domaine des débats visant les projections de l’imaginaire du féminin dans la sphère des représentations culturelles, se fixant, cette fois-ci, dans le contexte francophone. Les deux axes thématiques majeures – les études culturelles / littéraires francophones et les études sur le féminisme / sur les représentations de la féminité dans l’art et dans la littérature – se subordonnent à des domaines de grand intérêt dans la recherche socio-humaine actuelle, tout en continuant et en complétant une série de démarches similaires des universitaires du monde entier. Par le truchement des deux directions proposées, le colloque se veut également un hommage rendu aux valeurs de la francophonie et une occasion pour la dissémination des résultats des recherches consacrées aux présences féminines dans la culture contemporaine.

Des chercheurs et des spécialistes de divers domaines – communication interculturelle en francophonie, études de genre, anthropologie culturelle, l’histoire de la culture et de la civilisation, l’histoire des mentalités, l’histoire de l’art et de la presse, critique, théorie et histoire littéraire, linguistique, études politiques etc. – sont invités à une série de débats concernant l’histoire et la mémoire féministe, le discours féministe, l’écriture féminine, les représentations littéraires et artistiques de la féminité, les projections mythiques / idéologiques de celle-ci au niveau de l’imaginaire politique ou religieux, des thèmes toujours rapportables à l’espace culturel francophone et aux valeurs de la francophonie.

Les débats privilégieront, également, la problématique du dialogue interculturel et de la multiculturalité dans les pays francophones occidentales et dans l’espace postcolonial mais aussi, en particulier, dans l’espace de l’Europe Centrale et Orientale, très peu représenté ou même passé sous silence dans les études contemporaines concernant l’évolution des perspectives sur la féminité. Une section à part sera réservée donc, aux discussions visant l’histoire du féminisme, les hypostases de la féminité et le discours féminin francophone dans la topique socioculturelle de l’Europe Centrale et Orientale, l’accent mis sur l’imaginaire du XXème siècle. Le colloque sur les Représentations de la féminité dans l’espace culturel francophone se veut, de ce point de vue, un exercice de récupération de l’identité féminine francophone dans ces aires géographiques, qui compense la “fragmentation” actuelle de l’histoire et de la mémoire féministe.

Tout en prolongeant l’objectif fondamental de l’édition précédente, le colloque incite à une approche pluridisciplinaire des thèmes proposés, s’intéressant, en particulier, à la manière par laquelle la littérature et l’art construisent / déconstruisent les modèles féminins de l’espace culturel francophone, tout aussi qu’à l’intériorisation de ces modèles, ayant des effets au niveau des comportements sociaux. La configuration des fictions identitaires féminines / féministes dans les aires francophones, en tant que répliques de certains scénarios mentalitaires et constructions idéologiques, dont l’effet est, entre autres, l’engendrement de modèles comportementaux dans l’espace privé ou sociopolitique et culturel, modèles ayant souvent comme point de départ une série de typologies littéraires-artistiques, s’inscrit également dans la thématique du colloque.

Les démarches pourraient être focalisées aussi sur le problème des clichés idéologiques et linguistiques repérables dans les discours sur la féminité, visant les rôles de la femme – en tant qu’”agent” et “projection symbolique”– dans la topique socioculturelle de l’imaginaire francophone, en rapport avec les narrations légitimatrices générées par le “surmoi” sociopolitique et religieux.

Une sélection des articles sera publiée dans la revue Communication interculturelle et littérature, indexée dans MLA International Bibliography & Directory of Periodicals, dans Index Copernicus et dans Fabula. La recherche en littérature, le reste étant intégré dans les Actes du Colloque (un volume avec ISBN, publié à une maison d’édition accréditée par le CNCSIS).

Contacts :

Alina Crihana : crihanoali@yahoo.com

Simona Antofi : simoantofi@yahoo.com

Responsable : Université “Dunărea de Jos” de Galaţi, Faculté des Lettres

Url de référence : http://www.lit.ugal.ro/

Composition du comité scientifique et protocole de rédaction ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts