Parutions : « légitimité culturelle » et « matérialité » de la bande dessinée

Deux récentes publications sont susceptibles d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée.

– Kinéphanos, revue canadienne de recherche sur le cinéma et les « médias populaires », vient de faire paraître un numéro consacré aux logiques de légitimation culturelle. Ce numéro contient un article de Gabriel Gaudette portant sur le graphic novel : « Tensions, prétentions et galvaudage; gains et écueils du roman graphique comme stratégie du cheval de Troie en Amérique du Nord ».

Si l’article en lui-même n’a rien de bien révolutionnaire, il a cependant le mérite de s’intéresser aux effets symboliques d’une forme éditoriale, dans un contexte canadien très éloigné de la situation européenne.

La suite de l’article peut être lue à l’adresse suivante : http://www.kinephanos.ca/2011/romans-graphiques/

-La revue Communication & Langages consacre son n°167 (coordonné par
Pauline Escande-Gauquié et Emmanuël Souchier) au thème : « Bande dessinée : le pari de la matérialité ».

 

PAULINE ESCANDE-GAUQUIÉ ET EMMANUËL SOUCHIER

Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états

PIERRE FRESNAULT-DERUELLE

Scénariographie

ELENI MOURATIDOU

D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée

PASCAL ROBERT

De la « subversion sémiotique » comme mode d’existence matériel de la BD

ÉMELINE SEIGNOBOS ET AUDE SEURRAT

La série commémorée dans L’Anniversaire d’Astérix et Obélix

JULIA BONACCORSI

La bande dessinée aux prises avec la « machinerie éditoriale » du smartphone

NICOLAS GENEIX ET JEAN-FRANÇOIS GUENNOC

Le Photographe au défi de la BD

Ce numéro interroge la matérialité de la bande dessinée, une dimension souvent omise dans les analyses. Or la matérialité fonde les conditions de possibilité de l’énonciation éditoriale, elle forge l’appareil énonciatif et justifie la métamorphose des supports. C’est une condition instituante du média qui participe des nouveaux usages et des pratiques culturelles émergentes.

La bande dessinée a acquis ses lettres de noblesse et sa légitimité depuis la fin des années 1970. Légitimité esthétique et artistique avec ses rituels, ses prix et ses salons, légitimité éducative et culturelle avec ses écoles, ses arts et ses professions, légitimité industrielle enfin avec ses éditeurs, ses imprimeurs et ses diffuseurs qui se sont inscrits dans le tissu économique et social. Elle a accompagné le déploiement intellectuel et éditorial des sciences humaines et sociales, faisant l’objet de nombreux travaux universitaires dans l’ordre sémiotique et esthétique, psychanalytique et politique avec quelques incursions dans l’espace des études littéraires ou celui des cultural studies.

Avec une approche ancrée en Sciences de l’information et de la communication, ce dossier se propose d’aborder le champ croisé de la matérialité et des supports de la bande dessinée. À l’heure de la « plurimédiatisation » et des industries dites « créatives», la discipline présente en effet un certain nombre d’atouts pour analyser cet art en pleine effervescence qui recouvre des réalités médiatiques protéiformes allant du strip traditionnel à l’album en passant par le « blog-BD » et les smartphones.

 

Le roman en question

La revue Chameaux, créée par six étudiants de l’université de Laval (Québec), poursuit son exploration des frontières de la littérature. Après les Amalgames (n°1) et les voyages (n°2), le comité de rédaction lance ainsi un appel à communication intitulé : « Le roman en question ». Cette proposition nous invite à mettre en perceptive le « genre le plus visible de la littérature » vis-à-vis de son ascendance (par exemple, le roman-feuilleton) et d’une « hybridation des genres » qui reste à mieux cerner. Des chercheurs travaillant sur la bande dessinée se voient ainsi offrir l’occasion de revenir sur la notion si vague et controversée de « roman graphique » qui semble précisément faire de la « contingence de [la] position occupée par le roman » un véritable enjeu. Pour Will Eisner, le recours au « roman » semble

ainsi l’occasion d’affirmer une esthétique passant par une conduite du récit et l’emploi de procédés rhétoriques qu’il détaille dans La Bande dessinée : un art séquentiel (Vertige Graphic). Pour Jean-Christophe Menu, l’inscription dans le « roman » semble être à l’inverse affaire de légitimité puisqu’il permet d’affirmer une proximité entre bande dessinée et littérature afin de permettre au neuvième art de quitter le carcan dans lequel il est, selon l’auteur de Plate-bandes, bien à l’étroit. Ces positions d’auteur et d’éditeur ne sont en rien antinomiques, et il nous semble possible (entre autres propositions) de les synthétiser avant le 15 juin prochain.

 

Le roman en question

Date limite : 15 juin 2011

Le roman est à l’heure actuelle le genre le plus visible de la littérature. Il prévaut sur la poésie, la nouvelle ou l’essai dans les colonnes des magazines culturels, domine les sections littéraires des librairies, s’exhibe sur les plages, prend l’autobus, le train, l’avion. Le roman est versatile et sa forme, malléable : il parle toutes les langues, s’acclimate aux circonstances les plus variées. Il est davantage produit, acheté, vanté, critiqué et discuté que tout autre genre littéraire, si bien qu’on entend parfois – et même souvent − son nom employé comme synonyme de son genre prochain, « littérature ».

L’histoire nous enseigne à reconnaître la contingence de cette position occupée par le roman. Il fut un temps, pas si lointain, où la littérarité se mesurait surtout à l’aune de la poésie et où le roman, jugé frivole et nuisible aux bonnes mœurs, était marginalité par l’institution littéraire. Cette perspective invite à réviser le regard que nous portons intuitivement sur le roman et à interroger son statut dans la culture d’aujourd’hui. C’est dans cette ligne de pensée que l’équipe de Chameaux propose, pour son cinquième numéro, un dossier intitulé « Le roman en question ». Par la formulation de ce thème directeur, nous souhaitons autant convier les auteurs à « se questionner sur » le genre romanesque que réfléchir à la place qui lui est accordée dans l’optique d’une « remise en question ».

Dans le cadre de ce zoom critique sur le roman, plusieurs avenues, plusieurs perspectives peuvent être empruntées. Rappelons toutefois que Chameaux, tout en privilégiant un thème large qui laisse la porte ouverte aux intérêts les plus diversifiés possibles, ne souhaite pas, avec « Le roman en question », former un dossier fourre-tout. Nous spécifions donc que les analyses d’œuvres romanesques, à moins de servir un propos plus général sur la nature du roman, son histoire, sa place dans la littérature ou la société, ne seront pas acceptées. Afin de donner le premier élan à la création, nous vous proposons une liste de sujets et de questions susceptibles d’être abordés.

Sujets

– Les causes de la prépondérance du genre sur la littérature occidentale actuelle

– Le roman-feuilleton et le rapport du roman à la presse au XIXe siècle

– La place du roman dans les littératures de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance, du XVIe siècle, etc.

– La contamination du roman par d’autres formes littéraires

– Les tentatives de déconstruction (Nouveau Roman et autres écritures qui rompent avec les normes du genre romanesque)

– L’autofiction et le rapport du roman à la fiction

– L’hybridation des genres

– L’influence de la littérature électronique sur le roman

Questions

– De quoi la popularité du roman est-elle le symptôme dans notre société ?

– Qu’est-ce que le roman ?

– Que nous apporte la fiction romanesque ?

– Le roman appelle-t-il un type particulier de lecture ?

– Est-on à l’apogée de la dominance du roman sur la littérature ou déjà entrés dans la période de son déclin ?

Pour terminer, nous aimerions rappeler le ton privilégié par le comité éditorial de Chameaux pour la sélection des articles. La revue Chameaux souhaite publier des essais critiques qui s’éloignent du ton « scolaire » adopté lors de l’écriture de la dissertation. Nous recherchons avant tout des réflexions personnelles et approfondies, qui traitent d’un sujet général de manière fluide et plaisante. Nous ne faisons pas prévaloir le ton scientifique, objectif et spécialisé, mais plutôt une pensée autonome et libre qui, tout en ayant pour objectif le partage des connaissances, s’incarne dans un style travaillé.

Nous attendons vos contributions sous la forme d’articles d’une longueur maximale de 5000 mots, soumis aux normes de notre politique éditoriale (http://revuechameaux.wordpress.com).

La date limite pour l’envoi des articles (chameaux@lit.ulaval.ca) est le 15 juin 2011.

Veuillez prendre note que les propositions d’articles ne seront pas évaluées, mais seuls les textes entiers.

Au plaisir de vous lire !

 

Responsable : Revue « Chameaux »

 

Url de référence :
http://revuechameaux.wordpress.com/

 

Adresse : Pavillon Charles-De Koninck, bureau 33071030, avenue des Sciences-HumainesQuébec (Québec) G1V 0A6Canada

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts