Le crépuscule des super héros

Le site Pop en stock propose une série de dossiers thématiques dont le dernier en date aborde : Le crépuscule des super héros et invite à considérer les comic books comme Superman, Watchmen, Batman… mais aussi des oeuvres qui s’inspirent de la figure du rebelle comme Persépolis de Marjane Satrapi… Sur le modèle de Comicalités, les dossiers thématiques sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

Voici l’éditorial du numéro sur le crépuscule des super héros :

Apparus aux lendemains du krach boursier comme personnages-phares des comic books adoptés comme lecture de prédilection par les enfants de l’époque, les super-héros, avec leurs costumes colorés et leurs pouvoirs extravagants, émergèrent comme la version américaine du mythe du surhomme. « Héros positif qui doit incarner, au-delà de toute limite, les exigences de puissance que le citadin ordinaire nourrit sans pouvoir les satisfaire » selon les termes de la célèbre analyse d´Umberto Eco dans Le mythe de Superman, le super-héros américain est condamné à perpétuer une série d´idéologèmes inscrits dans la structure de ses récits mêmes (ne pouvant se consumer, il est voué à une temporalité itérative qui annule toute progressivité; modèle de l´homme « hétérodirigé », il est une « conscience civile complètement séparée de la conscience politique »).

Toute une industrie culturelle se bâtira sur ces coordonnées initiales, créant un véritable système tout aussi itératif que les récits, les personnages et les actions qu´il met inlassablement en scène. Symptomatiquement ce système entrera en crise au moment même où le mythe du surhomme s´hypertrophie en pleine réaction néoconservatrice contre les supposés excès de la contre-culture (qui avait allègrement parodié ce même mythe dans les comix underground). En effet, c´est dans l´Angleterre de Thatcher et dans les Etats-Unis de Reagan et Rambo que surgissent deux romans graphiques séminaux publiés par l’éditeur DC Comics, The Dark Knight Returns de Frank Miller (1986) et Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons (1987). Miller propose une version glauque de Batman en en faisant un quinquagénaire sortant de sa retraite pour reprendre sa croisade contre le crime, poussant la logique d’application de la justice jusqu’à en devenir un vigilante tortionnaire au modus operandi versant dans le totalitarisme, alors que Moore et Gibbons créent un groupe de justiciers masqués dont la ligne de partage entre le bien et le mal est si floue qu´elle met en question une sorte de théodicée pervertie.

Chacune à leur manière, ces deux oeuvres interrogent les fondements même de la figure du super-héros en en problématisant toutes les coordonnées (la consumation temporelle, la crise de l´hétérodirection, la question de la progressivité et de la conscience politique, l’inflation de cosanguinité diégétique restreignant le lectorat, etc.). Ce dossier vise à aborder la problématisation et la dégradation du super-héros entamée par ces deux oeuvres charnières et approfondie par les multiples héritiers de ce véritable « crépuscule des idoles » nietzschéen.

Les dossiers thématiques sont à soumission ouverte. Une fois un numéro thématique « lancé », il demeure ouvert, indéfiniment, à quiconque voudrait y soumettre une collaboration. Le(s) directeur(s) d’un dossier s’engage(nt) à évaluer et éditer les nouvelles propositions à leur dossier pour une durée de deux ans, sous la supervision des directeurs de la revue.

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website