Bande dessinée numérique : table ronde à l’Enssib

L’Enssib de Villeurbanne organise le 12 mai une table ronde sur la bande dessinée numérique. Intitulée La bande dessinée en perspective : production, diffusion et conservation, cette table ronde se propose d’éclaircir les enjeux actuels de la bande dessinée numérique. Elle rassemblera Arnaud Bauer, Julien Falgas et Catherine Ferreyrolle :

  • Arnaud Bauer est le président de Manolosanctis, maison d’édition participative s’appuyant sur la complémentarité entre la publication électronique et la publication papier. Diplômé de l’École centrale de Nantes et de l’Essec, Arnaud Bauer a fondé Manolosanctis en mars 2009 avec Mathieu Weber et Maxime Marion. Depuis deux ans, Manolosanctis a diffusé en ligne environ 1800 albums et édité en version papier de qualité les œuvres de plus de 70 auteurs.
  • Julien Falgas, webmestre à l’université de Metz, est le fondateur de Webcomics.fr, un service d’hébergement en ligne qui permet d’auto-éditer ses bandes dessinées. Fondé en janvier 2007 au moment du grand boom des blogs bd, Webcomics.fr offre à de nombreux auteurs une plateforme de publication gratuite et sans publicité.
  • Catherine Ferreyrolle, quant à elle, est directrice de la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême. La Cité de la BD accueille depuis 1990 un grand nombre de manifestations en rapport avec la bande dessinée et a organisé ces dernières années de nombreuses formations et conférences en lien avec la bande dessinée numérique. Sa bibliothèque, pôle associé de la BNF pour la bande dessinée, rassemble aussi bien de la documentation contemporaine sur la bande dessinée que des fonds patrimoniaux qui font l’objet d’une active politique de numérisation.

L’idée de la table ronde est de montrer la diversité de ce que l’on peut appeler bande dessinée numérique, d’avoir un aperçu du paysage éditorial en la matière et de réfléchir aux modèles qui se développeront dans les années à venir.

Tout en s’insérant dans les problématiques générales du livre numérique, la bande dessinée numérique s’en démarque fortement par son histoire, par ses caractéristiques techniques mais aussi par les auteurs qui la produisent et les lecteurs qui la lisent. Le monde de la bande dessinée numérique existe à présent depuis une bonne dizaine d’années et est aujourd’hui en prise avec l’évolution des supports de lecture (écran d’ordinateur, liseuses, tablettes, téléphones)  ainsi qu’avec l’arrivée de nouveaux acteurs commerciaux.

Au-delà des oppositions entre pratique professionnelle et pratique amatrice, entre numérique natif et numérisation homothétique, entre communautés de bénévoles et acteurs commerciaux, cet événement sera l’occasion de porter un regard aussi large que possible sur un objet culturel dont l’importance est déjà bien établie et ne fera sans doute que s’accroître.

Pour se replonger dans ces questions, on se replongera avec beaucoup de profit dans les articles de Mr Petch sur Phylacterium.

La bande dessinée numérique en perspective : production, diffusion et conservation, jeudi 12 mai 2011, de 14h à 17h à l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne.

Pratiques créatives sur Internet

Le Laboratoire Communication et Politique organise un séminaire intitulé “Pratiques créatives sur Internet”. Quatre rendez-vous, de deux heures chacun, seront ainsi l’occasion de mieux cerner les nouvelles possibilités qu’offrent les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication vis-à-vis d’une création qui est “prise ici dans le sens d’initiatives, de conceptions inédites et de nouveaux modes d’accès aux champs artistiques sur le web, ainsi que dans celui de pratiques développées par de nouvelles formes collectives d’organisation, de communication et de production”. Une séance sera consacrée à la bande dessinée et le document que nous proposons de télécharger ci-dessous fournit des informations que nous ne manquerons pas de relayer.

ProgrammeLCP

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Art et réseaux sociaux

Les revues REDES et Sociologie de l’art s’associent pour lancer un appel à communication intitulé : « Art et réseaux sociaux ». Cette proposition nous invite donc à considérer le « terrain des activités artistiques » (sans plus de précision, la bande dessinée n’étant pas citée) au regard de dispositifs de communication présentés comme des vecteurs de « notoriétés » ou des instruments de diffusion et de connaissance d’une œuvre. Semblable problème peut intéresser le neuvième art à plus d’un titre et les pratiques culturelles ayant trait au manga pourraient sans doute être analysées de façon fructueuse. Au sein de Génération Otaku. Les enfants de la postmodernité, Hiroki Azuma décrit ainsi une population entretenant avec la bande dessinée un rapport quelque peu paradoxal puisqu’à la fois extrêmement intime et systématiquement partagé. Si vous retenez cette piste, il s’agira de la creuser avant le 31 décembre prochain.

Arts et réseaux sociaux

numéro thématique conjoint , REDES et Sociologie de l’Art-Opus

Résumé

Cet appel à contributions est le fruit de la coopération entre les revues REDES et Sociologie de l’Art et il fera l’objet d’une publication conjointe. Il s’agit d’encourager les travaux au croisement de la sociologie de l’art et de la sociologie des réseaux, et, plus précisément, de mettre à l’épreuve les apports de la sociologie des réseaux sur le terrain si particulier des arts et des activités qui lui sont liées.

Annonce
Cet appel à contributions est le fruit de la coopération entre les revues REDES et Sociologie de l’Art. Le numéro qui en résultera fera l’objet d’une publication conjointe.

REDES, Revista Hispana para el Análisis de Redes Sociales, est l’une des quatre revues internationales spécialisées dans les analyses des réseaux sociaux.
REDES est une revue électronique avec comité de lecture. Ses contenus éditoriaux combinent la sélection de recherches empiriques originales, la diffusion de traductions de textes non disponibles en espagnol, qu’il s’agisse de travaux classiques ou d’un impact significatif dans le domaine des analyses de réseaux, et la publication des premiers résultats de recherche de jeunes chercheurs.
Ses langues officielles sont l’espagnol et le portugais mais elle publie aussi les textes reçus en anglais ou en français si leurs auteurs le souhaitent.
Depuis sa création, en 2002, Redes a publié plus de 150 articles dans 17 numéros. La revue compte 1400 abonnés et elle reçoit plus de 800 visites quotidiennes.
http://revista-redes.rediris.es

La revue Sociologie de l’Art est née en 1992 et totalise 27 numéros. Devenue OPUS-Sociologie de l’Art, elle est depuis 2002 publiée par le GDR CNRS OpuS. Revue de référence dans ce domaine, OPUS- Sociologie de l’Art a pour objectifs de promouvoir la sociologie de l’art dans un esprit d’ouverture à toutes les disciplines qui partagent son souci d’interroger la pratique artistique dans sa spécificité comme dans ses rapports avec les structures sociales qui lui donnent sens ; d’offrir aux chercheurs intéressés par ces questions la possibilité de confronter leurs résultats et d’approfondir les questions théoriques, méthodologiques et techniques propres à la sociologie de l’art ; de renforcer le dialogue et de favoriser la communication scientifique dans ce domaine au niveau international.
http://sociologieart.free.fr/

Appel à contribution

Les milieux artistiques autant que les sociologues travaillant sur ces domaines connaissent l’importance des réseaux en matière d’art, qu’il s’agisse de la production/création, de sa diffusion, voire de sa consommation/réception. Pourtant, en sociologie de l’art, l’influence des réseaux sociaux n’a jusqu’à présent fait l’objet que d’une attention marginale et, si la célèbre définition beckerienne de “monde de l’art”  accorde une place centrale à cette notion, celle-ci reste métaphorique et n’a pas donné lieu à des travaux empiriques explorant spécifiquement les réseaux interpersonnels.

De son côté la sociologie des réseaux a largement balayé les domaines ayant trait aux sociabilités, aux marchés, à l’accès aux ressources, aux inégalités relationnelles, à la diffusion des innovations… mais elle s’est peu penchée sur le terrain des activités artistiques. Et cela, alors même que Harrison White, un des sociologues les plus influents aux Etats Unis et un important théoricien des réseaux sociaux, s’est intéressé très tôt au domaine des activités artistiques avec un ouvrage devenu un classique des recherches empiriques en sociologie de l’art

C’est dans le souci de féconder ce croisement entre sociologie de l’art et sociologie des réseaux et de mettre à l’épreuve les acquis de la sociologie des réseaux sur le terrain si particulier des arts et des activités qui lui sont liées que ce numéro est envisagé. A ce titre, les travaux mobilisant les outils spécifiques de la sociologie des réseaux – dans ses aspects théoriques et conceptuels , méthodologiques et dans ses déclinaisons empiriques – seront particulièrement bienvenus.

Dans l’optique d’une sociologie des réseaux appliquée au terrain des activités artistiques, les propositions pourraient porter sur une mise en perspective des formes et structures des réseaux sociaux avec les formes de notoriété, les trajectoires d’artistes ou de manifestations culturelles. Des approches moins structurales pourraient se demander comment les connaissances interpersonnelles interviennent dans le processus de création, dans la diffusion et la reconnaissance d’une œuvre, d’un mouvement ou d’un artiste, dans l’émergence d’une activité artistique sur un territoire. Des questions sur le rôle des réseaux interpersonnels sur le marché de l’art, sur l’immigration des artistes et plus largement de certains participants au monde de l’art seraient une autre piste possible.

Dans l’optique d’une sociologie des oeuvres, les propositions d’articles pourraient s’attacher aux problématiques artistiques suscitées par l’analyse des réseaux : de quelles façons les représentations/productions artistiques qui incluent la problématique des réseaux sociaux ? Que retiennent les artistes de cette connaissance expérientielle et éventuellement des travaux scientifiques sur la question ? Comment l’intègrent-ils dans le processus de création et dans la forme que prend l’oeuvre ? De quelles façons ces propositions artistiques contribuent elles en retour à renouveller les travaux des sociologues sur le sujet ?

Les deux axes présentés ci-dessus suggèrent des pistes mais n’épuisent pas les questionnements possibles et toutes les intentions d’articles seront examinées avec intérêt.

Envoi des manuscrits

Le calendrier proposé est le suivant:

  • Envoi des résumés et propositions de contribution (env. 2500 signes) avant : le 31 Décembre 2010
  • Envoi des textes définitifs avant : 30 Avril 2011
  • Publication fin 2011 – début 2012.

Les articles doivent être envoyés en  format document word (doc) ou rtf, Verdana, corps 10, interligne 1,5.
Doivent être indiqués : le titre de l’article, le ou les noms complets de-des auteur-s, ainsi que leur institution de rattachement
L’article doit être précédé d’un résumé de 200 mots maximum, en français et en anglais, ainsi que de 3 ou 4 mots clefs en français et en anglais
Les notes seront en bas de page

LE FORMAT DU DOCUMENT EST DISPONIBLE A L’ADRESSE  SUIVANTE :
http://revista-redes.rediris.es/Plantilla.dot

MERCI DE SOUMETTRE LES ARTICLES DIRECTEMENT SUR LE WEB :
http://antropologia.uab.es/ojs-2.2/index.php/redes/user

Coordination du numéro

Martine AZAM, LISST-CERS, Université Toulouse 2
e-mail : martine.azam@univ-tlse2.fr

Comité scientifique

  • Martine Azam
  • Ainhoa de Federico
  • Florent Gaudez

Contacts Revues

REDES, contact :  ainhoa.defederico@univ-tlse2.fr
Sociologie de l’Art-Opus, contact : sylvia.girel@wanadoo.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les récits transfictionnels

L’équipe « Littérature et arts » du Centre Interdisciplinaire Récits, Cultures, Psychanalyse, Langues et Sociétés (CIRCPLES) de l’université de Nice Sophia-Antipolis lance un appel à contribution à un séminaire intitulé : « Les récits transfictionnels ». Entendant s’intéresser à « une nébuleuse d’ouvrages fictionnels qui transgressent délibérément les formes narratives couramment utilisées depuis l’avènement du roman “classique” au 18ème-19ème siècle », cet axe de travail intéresse au premier chef la bande dessinée et s’inscrit dans la lignée de plusieurs de nos billets. Force est de constater que les outils manquent pour traiter d’un objet scientifique pourtant fort prometteur et nous ne pouvons sur ce point que recommander la lecture des ouvrages La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation (dirigé par Thierry Groensteen, édité par le Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image) et Convergence culture (Henry Jenkins, New York University Press). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 décembre 2010.

SÉMINAIRE « LES RÉCITS TRANSFICTIONNELS »
(Responsable : Ilias Yocaris)
APPEL À CONTRIBUTIONS

Forgé par Francis Berthelot (2005), le concept de « transfiction » ouvre des perspectives théoriques nouvelles, dans la mesure où il permet de mener une réflexion approfondie sur toute une nébuleuse d’ouvrages fictionnels qui transgressent délibérément les formes narratives couramment utilisées depuis l’avènement du roman « classique » au 18ème-19ème siècle et/ou les postulats ontologiques dont ces formes sont l’expression quintessenciée. Comment appréhender une telle démarche scripturale ? Les transgressions qui se font jour dans les récits transfictionnels portent à la fois sur « l’ordre du monde » (création d’univers fictionnels possédant des lois de fonctionnement sui generis) et « l’ordre du récit » (mise en place de dispositifs narratifs impossibles à unifier sur le plan générique, narratologique, énonciatif et/ou syntaxique). Seront ainsi considérés comme des « transfictions » les textes qui donnent à voir des univers narratifs intrinsèquement contradictoires (Continuidad de los parques de Julio Cortázar, Projet pour une révolution à New York et Topologie d’une cité fantôme d’Alain Robbe-Grillet), qui présentent des variantes de notre univers « actuel » de référence (98.6 de Ronald Sukenick, Infernal devices de Kurt W. Jeter, The Plot against America ica de Philip Roth), qui décrivent des « objets » non susceptibles d’être pensés comme des substances unitaires (V. et Against the day de Thomas Pynchon, La Bataille de Pharsale de Claude Simon), qui fonctionnent comme des combinatoires (Rayuela et 62/Modelo para armar de Julio Cortázar), qui reposent sur une série de métalepses narratives (Slaughterhouse-Five de Kurt Vonnegut, Se una notte d’inverno un viaggiatore d’Italo Calvino, Foe de John Maxwell Coetzee), qui tendent à estomper les limites entre discours théorique et discours fictionnel (The French lieutenant’s woman de John Fowles, Amalgamemnon de Christine Brooke-Rose) et/ou qui transgressent ostensiblement certaines normes grammaticales et syntaxiques (Degrés de Michel Butor, La Route des Flandresde Claude Simon, The Ticket that exploded de William S. Burroughs).
Nous aimerions apporter sur les invariants processuels et structuraux qui se dégagent ainsi un éclairage nouveau, en adoptant un angle d’approche théorique résolument pluridisciplinaire. À titre purement indicatif, les récits transfictionnels peuvent être décrits d’un point de vue

• générique (intrication de structures discursives et de champs disciplinaires hétérogènes, brouillage des distinctions génériques traditionnelles et création de nouveaux genres comme l’uchronie, le shuffle novel, la « métafiction historiographique » etc.)
• stylistique [dialectique de la norme et de l’écart, émergence de stylèmes spécifiques à l’écriture transfictionnelle, effets de « débordement » structural (frame transgression), hybridation des structures énonciatives et syntaxiques]
• narratologique (imbrication de points de vue mutuellement incompatibles, transgression des catégories narratologiques liées au temps, au mode et à la voix, mise en oeuvre d’une approche narratologique « contextualiste »)
• (trans)sémiotique (brouillage des limites entre littérature et « arts visuels », étude des stylèmes qui caractérisent les transfictions filmiques)
• philosophique et épistémologique (création de « mondes possibles » transgressant les catégories kantiennes de la connaissance, émergence concomitante d’un paradigme cognitif nouveau)
• historique (évolution diachronique du genre transfictionnel, retour sur ses origines, étude des transfictions antérieures au 20ème siècle)
• etc.

Les projets de communication doivent être soumis à Ilias Yocaris (y.ilias@wanadoo.fr) au plus tard le 31 décembre 2010. Ils seront évalués en fonction de trois critères : (a) l’apport de l’étude sur le plan théorique ; (b) la maîtrise du (méta)discours critique portant sur les récits transfictionnels ; (c) la qualité des analyses textuelles proposées. Les frais de déplacement et de séjour des intervenants seront intégralement pris en charge par les organisateurs du séminaire. Ce dernier aura lieu mercredi après-midi (18h-20h) : il s’étalera sur deux ans (février-avril 2011, février-avril 2012) et sera clôturé par un colloque consacré au même sujet. Les exposés retenus pourront être présentés en français ou en anglais, et seront publiés dans la revue Cahiers de narratologie.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Jean-Michel Adam (1997) : Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».
Sture Allén éd. (1989) : Possible worlds in humanities, arts and sciences. Proceedings of Nobel Symposium 65, Berlin/New York, de Gruyter, coll. « Research in text theory ».
Francis Berthelot (2005) : Bibliothèque de l’Entre-Mondes. Guide de lecture, les transfictions, Paris, Gallimard, coll. « Folio / SF ».
Seymour Chatman (1990) : « What can we learn from contextualist narratology ?  », Poetics today, 11, 2, pp. 309-328.
Lubomír Doležel (1998) : Heterocosmica. Fiction and possible worlds, Londres, Johns Hopkins University Press.
Gérard Genette (1972) : Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
– (2004) : Métalepse. De la figure à la fiction, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
Linda Hutcheon (1988) : A Poetics of postmodernism, New York/Londres, Routledge.
Thomas S. Kuhn (1962) : The Structure of scientific revolutions, Chicago, The University of Chicago Press.
Iouri Lotman (1973) : La Structure du texte artistique, trad. du russe par Anne Fournier, Bernard Kreise, Ève Malleret et Joëlle Yong, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Bibliothèque des sciences humaines ».
Brian McHale (1987) : Postmodernist fiction, New York/Londres, Methuen.
Georges Molinié (1989) : La Stylistique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».
Thomas Pavel (1988) : Univers de la fiction, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
– (2003) : La Pensée du roman, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais ».
John Pier et Jean-Marie Schaeffer éds (2005) : Métalepses : entorses au pacte de la représentation, Paris, éditions de l’EHESS, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales ».
Alain Rabatel (1998) : La Construction textuelle du point de vue. Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».
– (2008) : Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, Limoges, Lambert-Lucas.
Jean Ricardou (1978) : « Le dispositif osiriaque », in Nouveaux problèmes du roman, Paris, Seuil, coll. « Poétique », pp. 179-243.
– 1990 [11973]) : Le Nouveau Roman, Paris, Seuil, coll. « Points ».
Michael Riffaterre (1971) : Essais de stylistique structurale, trad. de l’américain par Daniel Delas, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibiliothèque Scientifique ».
Alain Robbe-Grillet (1961) : Pour un Nouveau Roman, Paris, Minuit, coll. « Critique ».
Ruth Ronen (1994) : Possible Worlds in Literary Theory, Cambridge, Cambridge University Press.
Richard Saint-Gelais (2000) : « La fiction à travers l’intertexte : pour une théorie de la transfictionnalité », http://www.fabula.org/forum/colloque99/224.php.
Ilias Yocaris (2006a) : « La discohérence dans Triptyque et Leçon de choses », in Cohérence et discours, Frédéric Calas éd., Paris, PUPS, pp. 399-408.
− (2006b) : « Une poétique de l’indétermination : style et syntaxe dans La Route des Flandres », Poétique, 146, pp. 217-235.

Responsable : Ilias Yocaris

Adresse : Laboratoire CIRCPLES / EA 3159 Université de Nice Sophia-Antipolis UFR LASH98 boulevard Edouard Herriot BP 320906204 Nice cedex 3

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande dessinée et illustration en Belgique. Etat des lieux et situation socio-économique du secteur

Les conditions socio-économiques du secteur de la bande dessinée sont globalement mal connues. Comme le montrait, déjà, Luc Boltanski, la constitution du champ de la bande dessinée a pour corollaire une relative occultation de l’ancrage de ce secteur dans le marché, et on retrouve d’ailleurs cette réticence à parler “gros sous” jusque dans les colloques scientifiques, où parler contrats ou droits d’auteurs est souvent considéré comme vulgaire…

Pour en savoir plus, la SMartBe (Société Mutuelle pour artistes, constituée en 1998 pour guider les artistes, techniciens et travailleurs intermittents face à la complexité administrative du secteur artistique en Belgique), a commandé à Pascal Lefèvre et Morgan di Salvia une enquête sur la situation économique des auteurs de bande dessinée et illustrateurs belges, via un questionnaire en ligne de 26 questions. Plus de 600 auteurs ont été sollicités ; 191 francophones et 72 néerlandophones ont répondu. L’ensemble des réponses a permis de construire des variables par sexe, âge, nationalité, types de publications, traductions, relations avec les éditeurs, revenus…

Les résultats de cette enquête seront présentés le 19 novembre prochain à Bruxelles, à deux pas de la gare du Midi, dans le cadre d’un colloque, dont voici ci-dessous le programme :

  • 13h-13h15  Accueil
  • 13h15-13h30  Introduction, Marc Moura, Directeur de SMartBe, Association Professionnelle des Métiers de la Création
  • 13h30-14h  La création en bande dessinée dans la Communauté française Wallonie-Bruxelles, Dominique Goblet, auteure, Vice-Présidente de la  Commission d’aide à la bande dessinée
  • 14h-14h30  Bande dessinée et illustration en Belgique. Etat des lieux et situation socio-économique  du secteur, Morgan Di Salvia, historien et Pascal Lefèvre, professeur à Sint-Lukas Brussel et Media en Design Academie Genk
  • 14h30-15h  Les éditeurs de bande dessinée et de littérature pour la jeunesse, Marie Challe, chercheuse au Centre de Recherche et d’Information Socio-Politiques et Anne Dujardin, chercheuse au  Bureau d’études de SMartBe
  • 15h-16h Débat avec la salle suivi d’une pause
  • 16h-16h45  Les activités du Syndicat national des auteurs et des compositeurs (SNAC, Paris) dont un grand nombre d’auteurs belges sont membres, Christian Lerolle, coloriste et membre du Groupe BD du SNAC
  • 16h45-17h30  La fin du papier. Vers les bandes dessinées et les albums illustrés numériques ? Pascal Lefèvre, professeur à Sint-Lukas Brussel et MDA Genk
  • 17h30-18h15  Le livre de jeunesse flamand et francophone sur le marché du livre international : contexte et influences, Marita Vermeulen, auteure du livre « Buiten de lijntjes gekleurd » et éditrice de livres pour enfants aux éditions De Eenhoorn
  • 18h15-19h Buffet.
    L’ensemble bénéficiera d’une traduction simultanée flamand/français.

A partir de 19h, une soirée suivra, avec concerts illustrés et spectacles, le tout avec une exposition et la présence de micro-éditeurs.

On le voit, l’arrivée de la bande dessinée numérique pose de façon inédite la question du revenu des auteurs, dans un secteur déjà fragilisé par la surproduction d’albums et la faiblesse de la presse.

L’adresse exacte : rue Coenraets 82. Information et réservation (obligatoire pour le colloque et le buffet) pour le 15 novembre au plus tard auprès de Quentin de Ghellinck, Bureau d’études SMartBe – deq@smartbe.be – 02/542.19.73

“La bande dessinée entre héritage et révolution numérique” : programme

Le programme de la journée d’étude organisée le 5 octobre conjointement par le Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres de la BnF et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est à présent connu.

Cette journée, venant après deux précédents Atelier du livre consacrés au Neuvième Art, s’attachera à dresser une image de la bande dessinée contemporaine, dans un moment historique particulier, alors que connaissant un grand développement, une grande richesse créative et une ouverture éditoriale sans précédent dans son histoire, elle est rattrapée par l’ouragan de la mondialisation numérique, de la dématérialisation des supports, avec une hypothèse inédite, celle d’une reconstruction des contenus et des formes.

9 h00
Accueil du public

9h15
Ouverture

matin La bande dessinée, un patrimoine bien vivant ? Président de séance : Olivier Piffault, BnF

9h30
Non, le franco-belge n’est pas mort. L’exemple des Intégrales Martin Zeller, responsable des rééditions chez Dupuis

9h55
Cent pour cent : cent auteurs du monde entier revisitent cent chefs-d’oeuvre de la bande dessinée

L’exemple d’une exposition associant culture, perspective historique d’un art et création contemporaine, par Gilles Ciment, directeur de la Cité et Jean-Philippe Martin, commissaire de l’exposition

10h20
What if ?… Et toujours tu recréeras la légende : les comics et le recyclage permanent des super-héros, de Dark Reign à Daniel Clowes.

Jean-Paul Jennequin, éditeur, traducteur et critique de bande dessinée

10h45
La bande dessinée peut-elle « tenir le mur » ? De l’objet de consommation à la cimaise et l’objet muséographique

Christian Rosset, compositeur, producteur à France Culture et critique de bande dessinée, Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique de la Cité

11h30
Quelle bande dessinée pour quels publics ? Construire une offre face aux évolutions du lectorat

Table ronde animée par animée par Christian Marmonnier, journaliste spécialisé et membre du comité de sélection du FIBD d’Angoulême

Grégoire Séguin, éditeur chez Delcourt,
Sylvain Insergueix, librairie Impressions,
Eric Maigret, sociologue, professeur à Paris III,
Camille Baurin, Bibliothèque Marguerite Duras (Paris) (sous réserve)

Après-midi La bande dessinée, “sans papier ni crayon » : de la redéfinition de l’édition numérique aux nouvelles formes créatives Président de séance : Jean-Philippe Martin, La Cité

14h00
L’édition numérique, une réalité commerciale ? Yannick Lejeune, éditeur chargé du numérique chez Delcourt

14h30
La bande dessinée numérique, œuvre de l’esprit ou objet multimédia : les remises en cause juridiques des formes et usages numériques de la bande dessinée

Emmanuel de Rengervé, délégué général du SNAC (Syndicat national des auteurs et des compositeurs) et un auteur

15h00
Le numérique et son impact sur les formes de la bande dessinée

Magali Boudissa, doctorante, Paris VIII

15h25
Visions du futur

Xavier Guilbert, du site « du9.org – L’autre bande dessinée »

16h00
Les dessinateurs face aux potentiels et aux révolutions du numérique

Table ronde animée par Philippe Morin, créateur de PLGPPUR et des éditions PLG.
Xavier Löwenthal, auteur-éditeur et théoricien, fondateur de La cinquième couche,
Thomas Cadène, auteur et animateur de la web-bdnovela « Les autres gens »,
Christophe Blain, auteur d’ « Isaac le pirate »,
Lisa Mandel (sous réserve)

La bande dessinée entre héritage et révolution numérique

Les ateliers du livre proposent depuis plusieurs années, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain. La Joie par les livres, centre associé à la BnF, organise le mardi 5 octobre 2010 une journée d’études consacrée à la bande dessinée, “entre héritage et révolution numérique”, qui aura lieu sur le site Tolbiac de la BnF. Le programme n’est pas encore disponible, mais en attendant il est déjà possible de s’inscrire, par mail, auprès de marion.caliyannis@bnf.fr. Ci-dessous le détail de l’annonce.

Les ateliers du livre proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain.

Une journée d’étude dans le cadre des Ateliers du livre, proposée par le Centre de littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres en partenariat avec la Cité internationale de la Bande dessinée et de l’Image (CIBDI)

Cette journée, venant après deux précédents Ateliers du livre consacrés au Neuvième Art, s’attachera à dresser une image de la bande dessinée contemporaine, dans un moment historique particulier, alors que, connaissant un grand développement, une grande richesse créative et une ouverture éditoriale sans précédent dans son histoire, elle est rattrapée par l’ouragan de la mondialisation numérique, de la dématérialisation des supports, avec une hypothèse inédite, celle d’une reconstruction des contenus et des formes.

Date : mardi 5 octobre 2010
Lieu : Bibliothèque nationale de France – site François Mitterrand, quai François Mauriac, 75013 Paris
Gratuit sur inscription auprès de marion.caliyannis@bnf.fr

Le programme détaillé sera prochainement disponible sur http://lajoieparleslivres.bnf.fr
Pour recevoir ce programme par mail , merci d’envoyer un courriel à l’adresse cnlj-jpl.communication@bnf.fr