Jazz et bande dessinée

Thierry Maligne et Patrick Pac lancent un appel à communication pour un colloque intitulé « Jazz et bande dessinée » qui entend répondre à une question : « A quoi correspond l’image du jazz dans la bande dessinée ? » S’inscrivant dans la lignée de plusieurs « colloques jazz », cette manifestation pose une question d’autant plus pertinente que cette musique peut être considérée comme quelque chose de structurant pour nombre d’auteurs, comme le montre parfaitement l’œuvre de José Munoz, auteur de Carlos Gardel. La voix de l’Argentine ainsi que de L’Homme à l’affût (Futuropolis dans les deux cas) ou encore de Billie Hollyday (Casterman). Sans doute serait-il intéressant de mettre ces biographies en regard de l’étonnante vie nocturne du personnage de Waldo’s bar de Blutch ou de la passion dévorante pour le disque de jazz qu’évoque Harvey Pekar dans American Splendor pour aboutir à une proposition qu’il s’agira de transmettre aux organisateurs avant le 15 avril.

Jazz et Bande dessinée

Appel à contribution

Date limite : 15 avril 2011

COLLOQUE MONSEGUR 2011

Ce colloque est organisé par l’Office Monségurais de la Culture et des Loisirs (OMCL, 24 Heures du Swing), en partenariat avec le Collège Éléonore de Provence et l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.
Ce cinquième colloque s’inscrit dans un cycle bisannuel de journées d’études dont on trouvera l’historique sur le site du collège Éléonore de Provence (http://college.monsegur.free.fr/). Les actes des colloques de Monségur sont publiés aux Presses Universitaires de Bordeaux. Le souhait des organisateurs est de permettre que ce colloque jazz et bande dessinée ouvre une réflexion sur les rapports entre le jazz, sans aucune restriction de sens, et la bande dessinée, sans aucune restriction de dates ou de sous-genres.
A quoi correspond l’image du jazz dans la bande dessinée ? Toute approche permettant d’avancer sur cette question est bienvenue, qu’elle soit synchronique ou diachronique. La série des CD avec biographies et bandes dessinées des éditions Nocturne (Nocturne a été liquidée en 2009) témoigne d’une évolution quantitative en le domaine. Le thème de la biographie de musiciens de jazz dans la BD pourrait être un motif important d’étude.
La bande dessinée liée au jazz semble s’être modifiée récemment. Des parutions récentes semblent en témoigner – nous pensons ici à Jazz Club d’Alexandre Clérisse, ( Dargaud, 2007) mais il y aurait beaucoup d’autres oeuvres à évoquer – dans lesquelles le jazz est de plus en plus mis en avant. Qu’en est-il de la fonction de coloration, si l’on peut dire, de cette musique, cette fonction par laquelle le jazz apporte un décor d’ambiance aux teintes nocturnes et parfois glauques ? A-t-elle disparu ? Comment évolue-t-elle ? On pourra se demander comment la bande dessinée s’intéresse au jazz, aux jazz. Comment dessinateurs et scénaristes s’arrangent des questions de l’apparition des personnages du jazz, du dessin des clubs, des décors de scènes, des instruments, des sons… Quels sont les moyens picturaux dans le trait, la couleur, la forme, mais aussi ceux narratifs spécifiques à la bande dessinée, pour dire la musique, le rythme, le swing ?
Dans l’autre sens, le jazz s’intéresse aussi à la BD. Le Jazz a souvent fait appel au dessin. Les deux domaines entretiennent un rapport étroit, cela depuis le milieu du XXe siècle, et pas uniquement dans le film d’animation, ce proche cousin de la BD. Les dessins de couvertures, ceux illustrant les pochettes de vinyles – telles que présentées par exemple en mai 2009 au musée du quai Branly – en témoignent largement. En revanche, la bande dessinée était la grande absente dans l’exposition au Quai Branly. Une approche socio-critique pourrait ici être envisageable, qui permettrait d’interroger les statuts génériques tant du jazz, longtemps considéré comme une musique « à part », que de la bande dessinée parfois considérée comme appartenant à un genre littéraire « mineur ». Que penser de leur union dans le champ culturel officiel ?
Le groupe « Sayag Jazz Machine », dans un spectacle récent, met en scène et joue à partir d’une bande dessinée de Bézian. Faut-il dire que ces musiciens « jouent la BD de Bézian ? » Est-ce un cas isolé ? Le colloque s’attachera à proposer, à écouter et à voir, toute expérience créative de qualité, mettant en commun des musiciens de jazz et des auteurs de bande dessinée, tout en permettant un questionnement sur les procédures de création. Comment le dessin peut-il devenir musique ? En quoi certains musiciens sont-ils, ou ont-ils été influencés, dans leur art, par l’image et la bande dessinée ? Peut-on parler d’une « musique jazz-BD » ?
Le colloque jazz et bande dessinée se tiendra en deux temps. Les premières tables rondes et interventions sont prévues le mardi 10 mai 2011, en lien avec les « 24 Heures de la bande dessinée » et un concert de dessins au cinéma Utopia de Bordeaux. La plus grande partie des communications se fera le samedi 18 juin 2011 à Monségur.
Le colloque est en entrée libre, et nous maintenons le principe de donner la parole aux membres du public dans les espaces de discussion. Envoi des propositions de communication ou de participation aux adresses de courrier électronique ci-dessous.
Le collège Eléonore de Provence héberge sur son site tout l’historique des colloques jazz : http://college.monsegur.free.fr/spip.php?rubrique15
Responsables : Thierry Maligne, thierry.maligne@u-bordeaux1.fr
Patrick Pac, pac.patrick@neuf.fr
Monségur, le 2 décembre 2010
Revu le 2 février

Responsable : Thierry Maligne – Patrick Pac

Url de référence :

http://college.monsegur.free.fr/spip.php?rubrique15

Adresse : Espace OmégaUniversité Bordeaux 1351 cours de la Libération 33405 TALENCE Cedex

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts