Le livre dans le livre : représentations, figurations, significations

La revue électronique Mémoires du livre consacre son quatrième numéro au « livre dans le livre : représentations, figurations, significations ».  Contactés, les organisateurs se disent extrêmement intéressés par des propositions s’appuyant sur un corpus de bande dessinée, et la chose nous semble d’autant plus intéressante que le thème est peu traité, mais fort riche. Il est en effet possible de trouver »une bande dessinée dans la bande dessinée » tant à travers des procédés de mise en abyme (pensons au Watchmen d’Alan Moore, oeuvre dans laquelle la représentation d’un jeune lecteur vient structurer l’ouvrage), qu’à travers une réflexion sur le statut et le labeur de l’auteur (comme, par exemple, dans Livret de phamille de Jean-Christophe Menu) ou encore de l’éditeur (La Véritable histoire de Futuropolis de Florence Cestac). Signalons enfin qu’un intéressant article, développant une thèse originale, est directement consacré au sujet : « Le complexe de Byblos » d’Aurélien Pigeat, publié dans l’ouvrage Ecrire la bibliothèque. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 avril 2010.

Le livre dans le livre : représentations, figurations, significations

Date limite : 30 avril 2010


La figure de l’écrivain dans la fiction a fait l’objet de plusieurs études dans les dernières décennies. Toutes posent à leur manière la question soulevée par André Belleau dans Le romancier fictif, paru en 1980 : « un personnage, du fait qu’il est écrivain, jouit-il d’un statut particulier dans l’histoire ? » Cette interrogation amorce la réflexion que nous souhaitons élargir à tous les métiers du livre. En effet, qu’en est-il des représentations de tous ces médiateurs – critique, éditeur, traducteur, libraire, agent, illustrateur, pour n’en nommer que quelques-uns – qui contribuent à mettre au monde, à faire passer et à légitimer le livre ? Autrement dit, comment s’organise, dans l’économie même de l’oeuvre, la référence aux acteurs du « petit monde du livre », tel que le nomment Lucien Febvre et Henri-Jean Martin dans L’apparition du livre en 1958 ? Et que dire de l’objet-livre lui-même, dont les multiples occurrences dans la fiction témoignent du rôle qu’il joue dans l’univers social, réel ou fictif ?

Ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture vise à examiner comment se déploient le livre et les métiers du livre dans les oeuvres fictionnelles (poésie, roman, théâtre, chanson), toutes époques et tous corpus confondus. Les articles pourront relever de l’histoire du livre et de l’édition, de la sociologie du littéraire ou encore de la sociocritique, mais privilégieront un questionnement méthodologique ouvert. Parmi les sujets qui pourront être abordés : le statut des médiateurs fictifs diffère-t-il en fonction du degré de légitimation de l’oeuvre ? Comment les figures de l’éditeur et du libraire évoluent-elles au fil des transformations du champ littéraire et du capitalisme d’édition ? En quoi les mises en fiction du livre témoignent-elles de l’avènement des nouvelles technologies? La chanson reproduit-elle ce mythe de l’écrivain-génie inspiré, comme c’est souvent le cas en littérature ? Le livre est-il investi de sens particuliers selon le médium utilisé ? Quelles différences peut-on observer entre fiction et autofiction à cet égard ? Que nous apprennent les personnages du libraire et du bibliothécaire sur la société intratextuelle ? Dans la fiction, le critique littéraire est-il condamné à la dévalorisation ? Et qu’en est-il de ces métiers du livre aujourd’hui disparus – enlumineur, copiste, etc. –, tels que représentés dans Le nom de la rose d’Umberto Eco ?

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes, devront parvenir avant le 1er mai 2010 par courriel à Caroline Paquette (Caroline.Paquette3@USherbrooke.ca), qui codirige ce numéro thématique avec Anthony Glinoer (Université de Toronto). Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 15 mai 2010. Les articles dont la proposition aura été acceptée devront être rendus pour le 15 octobre 2010. Ils seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive des textes sera à envoyer pour le 15 janvier 2011, la publication du dossier étant prévue pour le printemps 2011.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée

Le groupe de travail « Pour une histoire culturelle de la bande dessinée », appartenant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, organise le mardi 18 mai un atelier de travail consacré aux « circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée ». L’événement, organisé par Caroline Moine ainsi que par notre collègue Sylvain Lesage, aura lieu à l’université Versailles-Saint-Quentin, et nous reproduisons ici le programme de la manifestation.

Atelier de travail

Atelier organisé par le groupe de travail « Pour une histoire culturelle de la bande dessinée » du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée

UVSQ, Guyancourt, mardi 18 mai 2010

Lieu

Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, UFR SSH, 47 bd Vauban, 78047 Guyancourt

Salle 524, 5e étage

Présentation

Ce nouveau groupe de travail du CHCSC souhaite offrir un lieu de discussion et d’échange à tous les chercheurs intéressés par l’histoire culturelle de la bande dessinée. Celle-ci est encore largement à construire. Si sociologues, littéraires et sémiologues se sont appropriés le champ, les historiens sont encore relativement rares ; surtout, ils sont isolés, et cette initiative cherche donc à faire se rencontrer ces différents chercheurs, confirmés et débutants, pour que soient dégagés axes de recherches et perspectives communes.

L’angle choisi pour cette première rencontre est la question des « Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée ». Dès l’“invention” de la bande dessinée par le Suisse Rodolphe Töpffer, et jusqu’à aujourd’hui, ces phénomènes de circulations et d’adaptations sont incessants et influent fortement sur la bande dessinée, de sa production à sa réception en passant par sa réalisation. Ils sont cependant encore mal connus, malgré notamment les travaux pionniers portant sur l’américanisation de la bande dessinée française. Lors de cet atelier, ces phénomènes seront appréhendés à différentes échelles : d’un pays à l’autre, d’un format à l’autre, d’un média à l’autre…

Il s’agira de présenter des études portant sur des corpus clairement définis, à partir d’archives, et s’interrogeant sur les points suivants :

-les acteurs et médiateurs au sein de ces processus de circulations et d’adaptations

-les multiples formes de ces circulations et adaptations, selon les échelles étudiées

-leurs évolutions dans le temps

Conformément aux orientations du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, cet atelier est ouvert à une approche interdisciplinaire de la bande dessinée, même si l’accent sera mis sur une perspective diachronique.

Programme

14 h00-15h30 :

Accueil et présentation du groupe de travail

Présidence de séance : Pascal Ory (Université Paris I)

Discutant: Sylvain Lesage (UVSQ)

Jacques Dürrenmatt (Université Toulouse-le Mirail) : La bande dessinée a-t-elle besoin de chapitres ?

Julien Baudry (Ecole des Chartes) : L’intégration d’Alain Saint-Ogan dans l’univers médiatique de l’enfance (1925-1940)

15h30 Pause

15h45-17h30.

Présidence de séance : Caroline Moine (UVSQ)

Discutant: Benoit Berthou (Université Paris XIII)

Jean-Paul Gabilliet (Université Bordeaux 3) : La (non-)réception de Tintin et Astérix sur le marché nord-américain ?

Julien Boone (Université Lille-II) : Des conséquences d’un double transfert : l’influence de la réception états-unienne sur la production des Schtroumpfs

Vivien Bessières (Université Toulouse-le Mirail) : Circulation du péplum : du cinéma à la bande dessinée

Conclusions et perspectives

Organisateurs:

Sylvain Lesage (CHCSC/UVSQ) et Caroline Moine (CHCSC/UVSQ)

Contact :

lesage.sylvain@gmail.com

Lien:

http://www.chcsc.uvsq.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Congrès international « Texte/Image »

L’université fédérale de Sao Paulo (Brésil) organise les 23 et 24 septembre 2010 un congrès intitulé « Texte-Image ». Cet événement entend explorer les différentes formes de complémentarité entre le textuel et « l’imagétique »,comme stipulé dans l’appel à communication qui suit. Celui-ci constitue également une invitation à se familiariser avec une bande dessinée brésilienne, et plus largement sud-américaine, sans doute trop mal connue comme le montre cette brève présentation provenant de l’ambassade de Brésil en France. La date limite de remise des propositions est fixée au 31 mars.

Ier Congrès International Texte-Image (Universidade Federal de São Paulo-BRESIL)

20-24 septembre 2010

Iniciative conjointe des cours de Lettres et d’Histoire de l’Art de l’Universidade Federal de São Paulo (Brésil), le I congrès International Texte-Image accueillera les plusieures formes de dialogue entre le textuel et l’imagétique, dans le but de repenser sa complementarité traditionnelle. En temps de visual culture et de iconic turn, il est encore dans l’ordre du jour comprendre comment l’image se donne à lire et le texte à voir. Voilà donc un enjeu à double volet: d’un côté, celui de dénoter les moyens par lequels les textes fondent, interpellent ou justifient et jugent l’image, manière de la prendre auprès du langage, du discours, de lui octroyer la parole ; d’un autre côté, celui de connoter les attributs de visibilité que les textes appréhendent de et par l’image, manière de sa confirmation, de sa mise en évidence et de son intensification rhétoriques. Ainsi que l’écriture et ses pouvoirs spécifiques sont excités et exaltés par la hétérogéneité sémiologique d’une visualité nouvelle qui se montre, aujourd’hui, lieu de toutes les possibilités formelles, l’image se trouve obsédée par son revers, c’est-à-dire, par un scriptural plus que jamais interpellé par le narratif et le descriptif.

C’est dans ce sens que le I Congrès International Texte-Image cherchera à surprendre les représentations verbale et visuelle dans le terrain à peu près difus de leurs rencontres et conflits. Espace même de l’interstice, il appelle aux lectures comparatistes et multidisciplinaires. D’oû l’invitation au dialogue ─ bien que pour mettre au devant des dissonances et des conflits ─ entre les Lettres, l’Histoire de l’Art, l’Anthropologie, la Philosophie, la Psychologie, les Arts et les Sciences de la Communication, dans le but d’exposer leurs perspectives critiques. Sans vouloir les soustraire à leurs compétences particulières et à leurs singularités, ce seront leurs frontières que l’on cherchera à mouvoir afin de mettre en évidence des interrogations insoupçonnées, voire des protocoles d’interprétation renouvelés.

Les propositions de communications (800 à 1200 caractères avec espace, Word Times New Roman 12 pts., interligne simples; avec titre, volet thématique, nom de l’auteur, institution d’enseignement et/ou recherche, adresse électronique) doivent être adressées aux organisateurs du congrès, Leila DE AGUIAR COSTA (Cours de Lettres/UNIFESP) et/ou Osvaldo FONTES FILHO (Cours d’Histoire de l’Art/UNIFESP) jusqu’au 31 mars 2010, par courriel (textoimagemunifesp@uol.com.br).

Volets thématiques:

1. Images dans/du texte littéraire

2. L’ut pictura: ses modalités, ses limites

3. La description, de l’Antiquité au XXIe siècle

4. Illustration et textualité: aux frontières du lisible et du visible

5. Les arts visuels comme vecteur de l’écriture littéraire

6. Le textuel et les formes de communication visuelle: protocoles et impasses actuelles

7. Questions d’iconologie: image, texte, idéologie

8. Poétiques et Rhétoriques du visuel: le(s) discours de l’image et sur l’image

9. L’image sous le regard des Sciences Humaines: philosophie, histoire, anthropologie

10. Échos de l’iconic turn dans les Sciences Humaines

11. Culture visuelle (ou études visuelles) et histoire de l’art

12. L’imaginaire et l’expérience visuelle: questions de psychologie de l’art

13. L’image dans les études culturelles: stratégies, dynamiques et interrogations

14. Parole et image dans les media numériques

15. Image, rationalité scientifique, actualité technologique

Adresse : Rua Iperoig 714, apto 112 05016-000 São Paulo-SP/Brésil

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Contraintes, innovation, rénovation

Le Laboratoire Savoir Arts organise le 17 mai prochain un colloque intitulé « Contraintes, innovation, rénovation ». Le thème appelle une réflexion sur l’action de l’Oubapo, mais également sur les dispositifs esthétiques et économiques (pensons au format, au thème, à la collection ou à la série qui peuvent constituer des structures contraignantes) dans lesquels opèrent les scénaristes et dessinateurs de bande dessinée. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 15 mars.

Colloque « Contraintes, innovation, rénovation », lundi 17 mai 2010

Toute oeuvre d’art doit s’accommoder d’un certain nombre de contraintes, qu’elles soient subies ou choisies par l’artiste. Si cette idée de contrainte a parfois eu mauvaise presse car elle s’opposait au mythe romantique de l’artiste inspiré, il semble qu’elle soit de plus en plus reconnue comme un moteur créatif, qu’elle apparaisse comme un véritable moyen d’innover ou de rénover les différentes formes artistiques. S’interroger sur l’usage de la contrainte et sur son évolution au fil des époques semble une manière pertinente de tenter de comprendre comment les arts se renouvellent perpétuellement. Des pratiques contemporaines comme celles de l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle), qui a systématisé l’utilisation de la contrainte, prouve à quel point cette idée est importante pour appréhender la création artistique. L’expérience a d’ailleurs prouvé à quel point la contrainte, utilisée de manière consciente et volontaire, se révélait paradoxalement libératrice.

Nous nous proposons d’analyser, au cours de cette journée d’études, les multiples facettes de la notion de contrainte dans l’optique de comprendre le rôle qu’elle tient dans la création artistique : comment et dans quelle mesure permet-elle d’innover, voire de rénover les arts ? La confrontation des différents domaines de recherche – beaux-arts, cinéma, littérature, etc… – semble particulièrement enrichissante dans la mesure où l’articulation entre contrainte, innovation et rénovation est une problématique transversale à tous les domaines artistiques. Ces réflexions permettront de comparer les différentes formes de contraintes existant dans ces différentes disciplines et surtout les différentes manières dont les artistes se positionnent par rapport à celles-ci.

  • Une approche diachronique : contraintes et notions avoisinantes.
  • On peut s’interroger sur la frontière qui sépare les notions de règle (produites par une époque, imposées par un contexte esthétique et une tradition) et de contrainte choisie (outils adoptés en fonction d’une oeuvre par l’artiste)

    On s’intéressera aux nuances que peuvent apporter d’autres notions avoisinantes : la prosodie, le genre, les sous-genres, les mouvements et les écoles (manifestes), etc.

    Peut-on distinguer une évolution de l’histoire des arts et de la littérature, qui irait de la règle à la contrainte ?

    On proposera de comprendre la contrainte comme l’avatar moderne d’une nécessité persistante dans les arts : celle de donner un cadre à toute pratique artistique. L’apparition de nouvelles contraintes est donc le signe d’un regain de créativité (nouveau mouvement, nouvelles règles)

    Les contraintes artistiques évoluent et s’adaptent à un contexte et à une société. Elles peuvent donc jouer comme un miroir des valeurs d’une époque (ex. : époque de relativisme, époque de multiplication des contraintes et affaiblissement des règles traditionnelles).

  • Contrainte et inspiration.
  • Deux conceptions de l’artiste et de l’art sont en jeu : l’artiste inspiré et l’artiste artisan. Doit-on parler d’une opposition ou d’une complémentarité entre la contrainte et l’inspiration ? La contrainte peut-elle être perçue comme un moteur créatif, un point de départ de l’inspiration ? On se posera donc la question des rapports entre contrainte et liberté, contrainte et productivité. La contrainte peut-elle être support de la création ? Y a-t-il un dynamisme de la forme ? Un tel regard suppose une conception de l’art définie (partiellement ou totalement) par sa technicité.

    Existe-t-il un art affranchi de toute contrainte ?

  • Contrainte et rénovation.
  • L’exemple de l’adaptation peut fournir une piste de réflexion : reprendre des oeuvres canoniques, des mythes, des topoi, et les actualiser en leur appliquant de nouvelles contraintes peut être un moteur de création (ex. : Le Virgile travesti : adaptation sur le mode burlesque d’un texte fondateur)

    Il s’agit alors de dissocier une forme préexistante d’un thème auquel elle est associée et de réutiliser ce thème dans un autre contexte, avec d’autres cadres (ex : la tragédie et les thèmes tragiques).

    La contrainte peut également devenir une manière de refonder une pratique (ex : le nouveau roman, la nouvelle vague), de proposer une nouvelle esthétique pour revitaliser une pratique artistique.

  • Transgressions possibles.
  • Transgresser des règles traditionnelles, est-ce innover ou rénover ? Peut-on considérer comme pertinente la volonté de faire « table rase » ? L’art s’inscrit-il dans une continuité inévitable ?

    Quel est le rapport de l’artiste à la contrainte : s’agit-il d’un point de départ ou d’un absolu ? Le créateur s’appuie-t-il sur une conception rigoureuse de la contrainte, ou la considère-t-il comme un simple cadre de départ, qu’il doit faire évoluer (ex : le genre) ? L’existence des canons ( littéraire, picturaux) peut-elle être vécue comme une contrainte (par les jeunes artistes notamment) ?

    La légitimité de la contrainte est-elle plus forte que la légitimité de la règle ?

    On pensera également aux artistes qui se donnent pour consigne de contrecarrer la contrainte, comme Perec, qui s’impose de déroger ponctuellement à ses propres contraintes.

  • Contraintes techniques.
  • La contrainte peut également être de nature technique. C’est le cas notamment quand le support ou les conditions matérielles imposent des limites à la créativité de l’artiste : on pense ici aux manuscrits médiévaux (contrainte de la mise-en-page, des matériaux d’écriture, des modèles etc…), aux limites du cinéma (cascades etc…), aux contraintes typographiques pour les auteurs qui jouent sur la mise en page, etc…. On peut aussi penser à l’écriture sur les murs, notamment aux tags dans les prisons.

    A l’inverse, des contraintes peuvent être levées par une meilleure maîtrise technique des conditions de production : à partir du moment où la peinture existe en tubes, une contrainte disparaît, qui permet aux impressionnistes de peindre en extérieur et de renouveler le genre du « paysage ». Ce changement fait apparaître une contrainte qui n’était sans doute pas ressentie comme telle auparavant – qui « devient » une contrainte : la peinture en atelier. De même pour le cinéma : la possibilité des effets spéciaux lève certaines contraintes de cet art, ainsi que les réponses qui leur étaient apportées.

    6. Contraintes subies.

    On s’interrogera sur l’influence de la commande et du mécénat. La dépendance de l’artiste peut être perçue comme une contrainte d’un autre type.

    Il s’agit ici de contraintes pragmatiques en fonction des conditions de production et de réception (on pense aux cas de l’industrie cinématographique et de l’édition). Ici, la réception est liée à la rentabilité.

    7. Contraintes choisies.

    La figure de l’artiste évolue, de même que son statut : avec le romantisme apparaît un nouveau culte de l’indépendance. L’artiste est vu comme un individu original voire marginal, qui échappe aux conventions de son temps. De ce fait, il a la possibilité de choisir, voire d’inventer ses contraintes.

    La contrainte devient donc une manière de se singulariser, par opposition à la règle qui permet de s’inscrire dans une tradition.

    Le choix de la contrainte se fait donc au nom de la maîtrise, de la virtuosité

    8. Ludisme et formalisme : aux limites de la contrainte.

    Selon une conception ludique de la pratique artistique, la contrainte peut être perçue comme la règle d’un jeu.

    On peut également s’interroger sur les écueils du formalisme, comme limite de la contrainte. Elle présente en effet le risque de devenir une technique qui tourne à vide, une forme creuse.

    On peut ainsi lui reprocher sa gratuité, sa vacuité, et même y voir un danger qui vide l’art de sa substance. (ex. l’art pour l’art)

    Pour nuancer ce point de vue, on se demandera si la contrainte peut-elle être totalement arbitraire. (voir les contre-exemples où la contrainte recoupe le sens de l’oeuvre, comme La Disparition.) Dans quelle mesure la subjectivité de l’artiste est-elle impliquée dans la contrainte ? Est-ce que la contrainte la réduit ou la trahit ?

    Derrière ces questions se trouvent en jeu deux conceptions différentes de l’oeuvre d’art, comme forme pure ou comme expression d’une subjectivité.

    9. Peut-on penser un art sans contraintes ?

    Après avoir envisagé la limite de la contrainte, on peut s’interroger sur la limite de l’absence de contrainte.

    On retrouve alors la question de l’opposition entre génie et virtuosité : le génie serait celui qui dépasse les règles, par opposition au le virtuose, qui excelle dans l’utilisation de la règle.

    Jusqu’où l’art peut-il se renouveler ?

    Merci de renvoyer votre proposition de communication d’une page maximum, accompagnée de quelques lignes vous présentant, à l’adresse virginietahar@free.fr avant le lundi 15 mars.

    Comité scientifique :

    Adélaïde Jacquemard

    Maud Perez-Simon

    Virginie Tahar.

    LISAA (Littératures Savoirs Arts, EA 4120)

    Université Paris-Est Marne-la-Vallée.

    Responsable : Programme Jeune chercheur du LISAA
    Adresse : Université Paris-Est Marne-La-Vallée Cité Descartes 5, bd Descartes Champs sur Marne 77454 MARNE LA VALLEE

    Benoît Berthou

    Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

    More Posts

    Boucle et répétition : musique, littérature, arts visuels

    Le Centre Interdisciplinaire de Poétique Appliquée de l’université de Liège organise un colloque intitulé : « Boucle et répétition : musique, littérature, arts visuels ». La bande dessinée est nommément citée dans cet appel à communication et ce thème semble effectivement mobiliser nombre de références et de problématiques dans le cadre du Neuvième art (le fonctionnement du « strip », le statut du « gag », la forme du feuilleton, les expérimentations de l’OuBaPo…). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 20 avril 2010.

    Le cinquième colloque international du CIPA aura pour thème « Boucle et répétition : musique, littérature, arts visuels ». Il se tiendra à l’Université de Liège du 3 au 5 mars 2011.

    Date limite d’envoi des propositions : 20 avril 2010

    Comme le suggère le titre du colloque, il s’agit, dans une perspective transdisciplinaire, d’aborder la question de la boucle en tant que manifestation particulière du schème, plus général, de la répétition. Nous accueillerons avec le plus vif intérêt toute communication portant sur cette problématique telle qu’elle se décline dans les domaines respectifs de la littérature, de la musique et des arts visuels.

    Parmi les objets envisageables, figurent entre autres :

    – la boucle dans les expérimentations musicales des 20ème et 21ème siècles (de Varèse à Radiohead en passant par Pierre Henry, Karlheinz Stockhausen, Terry Riley, les Beatles, Can, Kraftwerk, le rap, Neu, les musiques électroniques) ;

    – une approche de la boucle en tant que forme particulière de répétition (quand et sous quelles conditions perçoit-on une « boucle » dans une oeuvre musicale, des talea de Guillaume de Machaut aux algorithmes d’Autechre ?);

    – les pratiques d’échantillonnage et de (re)mixage sous toutes leurs formes, y compris dans les champs de la littérature moderne et contemporaine (James Joyce, les littératures à contraintes, Guy Tournaye, etc.) ;

    – les usages de la boucle en tant que forme qui « fait retour sur elle-même » chez les artistes contemporains (Gertrude Stein, Samuel Beckett, Bill Viola, Rodney Graham, Martin Arnold, David Lynch, Eugène Savitzkaya, parmi bien d’autres exemples d’écriture dite « répétitive ») ;

    – la question de la boucle en tant que mode d’exposition et modalité de consommation dans le dispositif muséal (installations et art vidéo) ;

    – les théoriciens de la boucle (Georges Bataille, Gilles Deleuze, etc.) ;

    – les liens entretenus entre l’histoire de la boucle et les contraintes et avancées technologiques ;

    – le palindrome (à titre d’exemple: Georges Perec, Peter Blegvad, Gustav Deutsch) ;

    – la question de la boucle dans les dispositifs d’images antérieurs au cinématographe ;

    – la question de la boucle dans la bande dessinée (et notamment dans le cadre des expérimentations visuelles de l’OUBAPO, Ouvroir de Bande Dessinée Potentielle).

    Les propositions de communication (250 mots max.) doivent nous parvenir par courriel (mdelville@ulg.ac.be) avant le 20 avril 2010.

    Responsables : Livio Belloï, Michel Delville et Christophe Pirenne

    URL : http://www.fabula.org/actualites/article34707.php

    Benoît Berthou

    Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

    More Posts

    L’image en question : entre souvenir et fiction

    Le laboratoire Littérature, Savoir, Arts de l’université Paris Est Marne La Vallée organise une journée d’études destinée aux jeunes chercheurs le 11 juin 2010. Intitulée « L’image en question : entre souvenir et fiction », cet événement semble directement appeler des propositions étant en rapport avec la bande dessinée. Nous reproduisons ici l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 15 mars 2010.

    L’axe – Voir et Savoir – choisi par le plan quadriennal du LISA (Littératures Savoirs Arts-EA 4120), est celui des rapports entre l’oeil et l’esprit. En matière d’image, il implique de penser la représentation, de rechercher ce qui détermine sa nature et sa fonction, son pouvoir et son efficacité. L’image devient, ainsi, le lieu d’une interrogation sur l’acte même de voir et de connaître.

    Pour éclairer cette question, l’approche que se propose de réaliser notre journée d’étude est celle qui étudie les rapports entre imagination et mémoire dans la production de l’image. Pour cela, on s’intéressera à sa source, à la manière dont elle se transforme en image ainsi qu’à sa transmission. Ce qui implique de considérer les médiums qui les rendent visibles physiquement, tout en prenant en compte les images mentales ou intérieures. En effet, comme l’a signalé Hans Belting (Pour une anthropologie des images), « les images du souvenir et de l’imagination naissent dans notre corps, comme dans un médium vivant ». L’image existe bien à travers la double histoire de sa production matérielle et mentale. Nous rejoindrons l’historien en disant que la question n’est pas le dualisme entre images extérieures et images intérieures, mais plutôt « l’interaction entre ce que nous voyons et ce que nous imaginons ou ce dont nous nous souvenons ». Le propos invite à considérer l’image du point de vue de l’utilisateur – celle qui se forme chez le spectateur – comme de celui de l’inventeur, afin d’explorer les spécificités de l’univers iconique.

    L’image ne cesse d’être au coeur des débats, apparaissant tantôt comme la fidèle reproduction du réel, tantôt, au contraire, s’en éloignant totalement quand elle se présente comme une production de l’imagination. Au-delà de ce clivage, on peut se demander comment sont reliés réalité et imaginaire – ce vaste réservoir d’images mentales, d’imagination et de mémoire.

    Si l’image mobilise une réalité vécue, si elle est construite sur le souvenir, est-elle un frein à l’imagination ? A-t-elle simplement une fonction de rappel de choses déjà vues ou est-elle un instrument d’évasion ? Si l’image est figuration de l’invisible dans le visible, devant quel monde nous place-t-elle ? Et, ce faisant, modifie-t-elle notre connaissance ? Si, comme l’a remarqué Wittgenstein dans ses Recherches Philosophiques, voir consiste à « voir comme », voir la chose comme un monde, on pourra tenter d’analyser comment est transcendé le réel.

    La réflexion s’appliquant au domaine des arts visuels ou à tout autre domaine qui touche aux représentations du monde, cette journée d’étude a pour projet d’appréhender l’image sur un mode interdisciplinaire et ouvert.

    Les propositions de communication (titre et résumé de 15 lignes environ accompagné d’une présentation de l’auteur) sont à retourner au comité scientifique pour le 15 mars 2010 à Martine Heredia, à l’adresse suivante : ma.heredia@voila.fr

    Elles seront d’une durée de 20 minutes. Les actes de cette journée seront publiés dans la revue électronique L’Age d’Or.

    URL: http://www.fabula.org/actualites/article35409.php

    Benoît Berthou

    Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

    More Posts

    Call for Papers: International Bande Dessinée Society

    Ci-dessous l’appel à communications de la prochaine conférence de l’International Bande Dessinée Society :

    International Bande Dessinée Society

    Seventh Bi-Annual Conference
    Friday 8 and Saturday 9 July 2011Manchester Metropolitan UniversityManchester, England

    Call for Papers : Time and Space

    We welcome proposals on all aspects of time and space in bande dessinée, including narrative and thematic levels.

    Bande dessinée is a spatial medium which has the resources to manage both narrative time and narrative space in multiple ways. The indeterminacy of the interframe space allows for complex relationships between the chronology of the narration and the chronology of events within the diegesis: it may be used to distend or accelerate the narration, and to manipulate order through analepsis and prolepsis, rarely signalled as overtly as in film. Different temporalities may also co-exist within a single panel, as the capacity of the medium to blur boundaries between inner and outer worlds makes it possible for remembered or half-repressed material to break through into the daily reality of a protagonist. The representation of space is similarly complex, as the spatial transitions within the diegesis are overlaid by the non-linear spatial patterning of the page, and the book, as a whole.

    Time and space have long been key themes of the medium: in the classic period of Franco-Belgian production, history, science fiction and adventure were major genres, and in more recent work by artists associated with alternative publishing houses, the intertwining of the personal and national past has emerged as a key area of interest, along with revisionist histories, often of the colonial period. Adventure has tended to give way to reportage, and to the exploration of the spaces of modernity, and postmodernity, including non-lieux, heterotopias and marginal spaces associated with exclusion.

    The signifying practices of the medium in relation to time and space have been theorised by scholars including Fresnault-Deruelle (linear and tabular dimensions of the medium), Benoît Peeters (the notion of the périchamp, and the typology of mise en page), Thierry Groensteen (codes of arthrology, regulating the articulation of panels), Jan Baetens and Pascal Lefèvre (spatial integration of text into the image) and Scott McCloud (typology of transitions). The ambition and experimentation of bande dessinée that has been produced by contemporary artists has encouraged scholars to employ frameworks of analysis drawn from a variety of disciplines, including postcolonial theory and cultural geography. Current academic work on bande dessinée is building on this theoretical base and extending it: we intend that the conference should provide a forum for significant advances, and in particular to create synergy between narrative and thematic approaches to time and space.

    Please send papers to either

    Dr Matthew Screech, Manchester Metropolitan University m.screech@mmu.ac.uk

    Or

    Dr Ann Miller, University of Leicester am84@leicester.ac.uk

    Deadline:  November 30 2010

    Les magazines illustrés (XIXe-XXIe siècles) : une approche transnationale

    Jean-Pierre Bacot (Université de Bourgogne, CIMEOS), Joëlle Beurier (Université Paris 13, CRESC), Karine Taveaux-Grandpierre (Université Paris 13, LabSic) et Michèle Martin (Carleton University, Ottawa) organisent les 9 et 10 décembre 2010 à l’université Paris 13 un colloque intitulé : « Les magazines illustrés (XIXe-XXIe siècles) : une approche transnationale ». Des propositions portant sur la bande dessinée (notamment dans son acception « franco-belge » et sa publication à travers des magazines comme Tintin ou Spirou) pourraient donc répondre à l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

     

    A l’occasion du soixantième anniversaire de Paris Match, nous avons organisé en avril 2009, un colloque portant sur les magazines illustrés et les pratiques photo-journalistiques aux XIXe et XXIe siècles. Les contributions ont permis d’élargir la connaissance que l’on pouvait avoir de certains magazines illustrés ayant largement participé à la diffusion d’informations souvent liées à l’actualité. Il a été démontré également l’aspect structurant de cette presse sur les métiers contribuant à son élaboration, des graveurs sur bois aux photo-reporters. Les travaux ont déterminé les rôles de vecteurs puissants que ces magazines illustrés ont constitués dans la construction d’imaginaires collectifs. Les actes de ce colloque sont en préparation.

    La recherche historique sur les magazines illustrés a beaucoup progressé ces dernières années. Mais lors de cette rencontre entre chercheurs spécialistes, il nous est apparu qu’une analyse scientifique susceptible de rendre compte de leur évolution sur deux siècles (des modèles, des contenus, des circulations de précurseurs nés au XIXe siècle et toujours puissants malgré la concurrence d’autres médias) ne pouvait faire l’économie d’une dimension internationale. Malgré quelques publications, la recherche à caractère international reste minoritaire et les études sur le photojournalisme peinent à sortir des cas d’études thématiques.

    Notre groupe de travail vise à pallier cette carence en proposant un nouveau colloque regroupant des communications concernant des magazines illustrés entre le XIXe siècle et le début du XXIe siècle et portant sur au moins deux territoires géographiques distincts. Les études devront soit effectuer une analyse comparée afin de déterminer des modèles nationaux, soit utiliser une dynamique transnationale pour mettre en évidence la circulation de modèles photo-journalistiques ou de presse.

    A titre indicatif, les travaux pourront porter sur des sujets aussi variés que :

    • les contenus thématiques
    • les logiques économiques
    • les relations entre producteurs, éditeurs, travailleurs
    • les aspects techniques. 

    Les propositions de communication (2 000 signes, précisant les corpus, méthode et contexte) sont à adresser pour le 15 mars 2010

    Par courriel :

    joelle.beurier@eui.eu

    karine.grandpierre@univ-paris13.fr

    Par courrier : Université Paris 13, IUT de Bobigny, Département SRC, Karine Grandpierre, 1 rue de Chablis, 93017 Bobigny

    Benoît Berthou

    Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

    More Posts

    « La bande dessinée : art reconnu, média méconnu »

    La revue Hermes vient de consacrer son 54e numéro à la bande dessinée à travers un ouvrage intitulé : « La bande dessinée : art reconnu, média reconnu ». Celui-ci est présenté comme suit par Éric Dacheux, son coordinateur.

     

    La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Un art reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

    Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas… Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur. Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus.

     

    Nous proposons ci-dessous deux documents (la sommaire et l’introduction de cet ouvrage qu’Éric Dacheux a bien voulu nous faire parvenir) et cette publication fera certainement l’objet d’une prochaine recension car certains de ces partis-pris (dépasser « le clivage BD d’auteur BD grand public », « Refus d’un discours savant pour public spécialisé »…) semblent ouvrir un véritable espace de discussion.

    InroductionHermes54

    SommaireHermes54

    Benoît Berthou

    Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

    More Posts