Parutions : « légitimité culturelle » et « matérialité » de la bande dessinée

Deux récentes publications sont susceptibles d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée.

– Kinéphanos, revue canadienne de recherche sur le cinéma et les « médias populaires », vient de faire paraître un numéro consacré aux logiques de légitimation culturelle. Ce numéro contient un article de Gabriel Gaudette portant sur le graphic novel : « Tensions, prétentions et galvaudage; gains et écueils du roman graphique comme stratégie du cheval de Troie en Amérique du Nord ».

Si l’article en lui-même n’a rien de bien révolutionnaire, il a cependant le mérite de s’intéresser aux effets symboliques d’une forme éditoriale, dans un contexte canadien très éloigné de la situation européenne.

La suite de l’article peut être lue à l’adresse suivante : http://www.kinephanos.ca/2011/romans-graphiques/

-La revue Communication & Langages consacre son n°167 (coordonné par
Pauline Escande-Gauquié et Emmanuël Souchier) au thème : « Bande dessinée : le pari de la matérialité ».

 

PAULINE ESCANDE-GAUQUIÉ ET EMMANUËL SOUCHIER

Matières et supports, la bande dessinée dans tous ses états

PIERRE FRESNAULT-DERUELLE

Scénariographie

ELENI MOURATIDOU

D’une scène à l’autre. Matérialités et théâtralités de la bande dessinée

PASCAL ROBERT

De la « subversion sémiotique » comme mode d’existence matériel de la BD

ÉMELINE SEIGNOBOS ET AUDE SEURRAT

La série commémorée dans L’Anniversaire d’Astérix et Obélix

JULIA BONACCORSI

La bande dessinée aux prises avec la « machinerie éditoriale » du smartphone

NICOLAS GENEIX ET JEAN-FRANÇOIS GUENNOC

Le Photographe au défi de la BD

Ce numéro interroge la matérialité de la bande dessinée, une dimension souvent omise dans les analyses. Or la matérialité fonde les conditions de possibilité de l’énonciation éditoriale, elle forge l’appareil énonciatif et justifie la métamorphose des supports. C’est une condition instituante du média qui participe des nouveaux usages et des pratiques culturelles émergentes.

La bande dessinée a acquis ses lettres de noblesse et sa légitimité depuis la fin des années 1970. Légitimité esthétique et artistique avec ses rituels, ses prix et ses salons, légitimité éducative et culturelle avec ses écoles, ses arts et ses professions, légitimité industrielle enfin avec ses éditeurs, ses imprimeurs et ses diffuseurs qui se sont inscrits dans le tissu économique et social. Elle a accompagné le déploiement intellectuel et éditorial des sciences humaines et sociales, faisant l’objet de nombreux travaux universitaires dans l’ordre sémiotique et esthétique, psychanalytique et politique avec quelques incursions dans l’espace des études littéraires ou celui des cultural studies.

Avec une approche ancrée en Sciences de l’information et de la communication, ce dossier se propose d’aborder le champ croisé de la matérialité et des supports de la bande dessinée. À l’heure de la « plurimédiatisation » et des industries dites « créatives», la discipline présente en effet un certain nombre d’atouts pour analyser cet art en pleine effervescence qui recouvre des réalités médiatiques protéiformes allant du strip traditionnel à l’album en passant par le « blog-BD » et les smartphones.

 

Le roman en question

La revue Chameaux, créée par six étudiants de l’université de Laval (Québec), poursuit son exploration des frontières de la littérature. Après les Amalgames (n°1) et les voyages (n°2), le comité de rédaction lance ainsi un appel à communication intitulé : « Le roman en question ». Cette proposition nous invite à mettre en perceptive le « genre le plus visible de la littérature » vis-à-vis de son ascendance (par exemple, le roman-feuilleton) et d’une « hybridation des genres » qui reste à mieux cerner. Des chercheurs travaillant sur la bande dessinée se voient ainsi offrir l’occasion de revenir sur la notion si vague et controversée de « roman graphique » qui semble précisément faire de la « contingence de [la] position occupée par le roman » un véritable enjeu. Pour Will Eisner, le recours au « roman » semble

ainsi l’occasion d’affirmer une esthétique passant par une conduite du récit et l’emploi de procédés rhétoriques qu’il détaille dans La Bande dessinée : un art séquentiel (Vertige Graphic). Pour Jean-Christophe Menu, l’inscription dans le « roman » semble être à l’inverse affaire de légitimité puisqu’il permet d’affirmer une proximité entre bande dessinée et littérature afin de permettre au neuvième art de quitter le carcan dans lequel il est, selon l’auteur de Plate-bandes, bien à l’étroit. Ces positions d’auteur et d’éditeur ne sont en rien antinomiques, et il nous semble possible (entre autres propositions) de les synthétiser avant le 15 juin prochain.

 

Le roman en question

Date limite : 15 juin 2011

Le roman est à l’heure actuelle le genre le plus visible de la littérature. Il prévaut sur la poésie, la nouvelle ou l’essai dans les colonnes des magazines culturels, domine les sections littéraires des librairies, s’exhibe sur les plages, prend l’autobus, le train, l’avion. Le roman est versatile et sa forme, malléable : il parle toutes les langues, s’acclimate aux circonstances les plus variées. Il est davantage produit, acheté, vanté, critiqué et discuté que tout autre genre littéraire, si bien qu’on entend parfois – et même souvent − son nom employé comme synonyme de son genre prochain, « littérature ».

L’histoire nous enseigne à reconnaître la contingence de cette position occupée par le roman. Il fut un temps, pas si lointain, où la littérarité se mesurait surtout à l’aune de la poésie et où le roman, jugé frivole et nuisible aux bonnes mœurs, était marginalité par l’institution littéraire. Cette perspective invite à réviser le regard que nous portons intuitivement sur le roman et à interroger son statut dans la culture d’aujourd’hui. C’est dans cette ligne de pensée que l’équipe de Chameaux propose, pour son cinquième numéro, un dossier intitulé « Le roman en question ». Par la formulation de ce thème directeur, nous souhaitons autant convier les auteurs à « se questionner sur » le genre romanesque que réfléchir à la place qui lui est accordée dans l’optique d’une « remise en question ».

Dans le cadre de ce zoom critique sur le roman, plusieurs avenues, plusieurs perspectives peuvent être empruntées. Rappelons toutefois que Chameaux, tout en privilégiant un thème large qui laisse la porte ouverte aux intérêts les plus diversifiés possibles, ne souhaite pas, avec « Le roman en question », former un dossier fourre-tout. Nous spécifions donc que les analyses d’œuvres romanesques, à moins de servir un propos plus général sur la nature du roman, son histoire, sa place dans la littérature ou la société, ne seront pas acceptées. Afin de donner le premier élan à la création, nous vous proposons une liste de sujets et de questions susceptibles d’être abordés.

Sujets

– Les causes de la prépondérance du genre sur la littérature occidentale actuelle

– Le roman-feuilleton et le rapport du roman à la presse au XIXe siècle

– La place du roman dans les littératures de l’Antiquité, du Moyen Âge, de la Renaissance, du XVIe siècle, etc.

– La contamination du roman par d’autres formes littéraires

– Les tentatives de déconstruction (Nouveau Roman et autres écritures qui rompent avec les normes du genre romanesque)

– L’autofiction et le rapport du roman à la fiction

– L’hybridation des genres

– L’influence de la littérature électronique sur le roman

Questions

– De quoi la popularité du roman est-elle le symptôme dans notre société ?

– Qu’est-ce que le roman ?

– Que nous apporte la fiction romanesque ?

– Le roman appelle-t-il un type particulier de lecture ?

– Est-on à l’apogée de la dominance du roman sur la littérature ou déjà entrés dans la période de son déclin ?

Pour terminer, nous aimerions rappeler le ton privilégié par le comité éditorial de Chameaux pour la sélection des articles. La revue Chameaux souhaite publier des essais critiques qui s’éloignent du ton « scolaire » adopté lors de l’écriture de la dissertation. Nous recherchons avant tout des réflexions personnelles et approfondies, qui traitent d’un sujet général de manière fluide et plaisante. Nous ne faisons pas prévaloir le ton scientifique, objectif et spécialisé, mais plutôt une pensée autonome et libre qui, tout en ayant pour objectif le partage des connaissances, s’incarne dans un style travaillé.

Nous attendons vos contributions sous la forme d’articles d’une longueur maximale de 5000 mots, soumis aux normes de notre politique éditoriale (http://revuechameaux.wordpress.com).

La date limite pour l’envoi des articles (chameaux@lit.ulaval.ca) est le 15 juin 2011.

Veuillez prendre note que les propositions d’articles ne seront pas évaluées, mais seuls les textes entiers.

Au plaisir de vous lire !

 

Responsable : Revue « Chameaux »

 

Url de référence :
http://revuechameaux.wordpress.com/

 

Adresse : Pavillon Charles-De Koninck, bureau 33071030, avenue des Sciences-HumainesQuébec (Québec) G1V 0A6Canada

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Colloque « Disney »

Christian Chelebourg, de l’université Nancy 2, organise au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle un colloque « Walt Disney ». Ces cinq jours (16-23 août 2011) permettront de s’intéresser à tous les aspects de l’univers de Disney : création (thèmes récurrents, chorégraphies dans les films…), adaptation (Fantasia, Tim Burton…), entreprise (Disneyland), histoire (Disney pendant la guerre), idéologie (capitalisme). Aucun titre de communication ne fait directement référence à la bande dessinée, mais il en sera sans aucun doute question.

Walt Disney

Résumé

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Argument

Walt Disney (1901-1966) a contribué à renouveler profondément l’approche et la diffusion des productions artistiques à destination de la jeunesse. S’il n’a pas inventé le dessin animé, et s’il a largement puisé à la source des littératures européennes, on lui doit d’avoir popularisé ce qui est devenu un des médias majeurs de la culture jeune, et d’avoir œuvré à l’internationalisation, voire à la mondialisation de la culture occidentale.

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Communications

Danièle ANDRÉ : « D’un Z qui veut dire… Disney – l’Ouest américain selon Zorro »

Marc BERDET : « La fantasmagorie des parcs à thème »

David CALVO : « Disneyland, archéologie mythique d’un imaginaire »

Christian CHELEBOURG : « Walt Disney et la médiatisation des contes »

Barbara CISE : « Disney Princess : élaboration et destin d’une figure topique »

Thierry CORMIER : « Disney ou le monde merveilleux de nos peurs infantiles »

Adela CORTIJO TALAVERA : « La Belle et la Bête, de Cocteau aux studios Disney »

Laurent DÉOM : « Walt Disney ou le regard émerveillé »

Virginie DUREY : « Walt Disney et l’idéologie américaine »

Hervé GUINERET : « Walt Disney ou le capitalisme enchanté »

Pierre-Eric JEL : « Disney à l’ombre du polar : Who framed Roger Rabbit de Robert Zemeckis (1987) ou l’interrogation sur le devenir de l’animation »

Sylvain LEDDA : « Visages de la mort chez Walt Disney »

Isabelle LIMOUSIN : « Mickey au musée d’art moderne »

Arnaud MAILLET : « Regard, pièges et fascination chez Walt Disney »

Francis MARCOIN : « Les vies multiples de Scrooge McDuck »

Gilles MENEGALDO : « Tim Burton et les studios Disney : subversion et dynamique créative »

Samuel MINNE : « The Sword in the Stone : indétermination générique et vision du genre »

William MOEBIUS : « Le contact et la coordination des corps dans l’œuvre de Disney de 1927 à 1940 »

Philippe MORLOT : « Walt Disney et les arts visuels »

Maryse PETIT : « À propos de Fantasia : création et mise en “anima” »

Christine PRÉVOST : « De la transmission des valeurs morales à la mise en scène d’un patrimoine national illustrant une Amérique aux identités multiples : Disney-Pixar et la géographie de la nostalgie »

Dick TOMASOVIC : « Walt Disney chorégraphe — vers une redéfinition de l’art du mouvement »

Daniel TRON : « Technique et créativité dans les productions Disney »

Aurélie VILLERS : « Walt Disney et l’effort de guerre »

Lieu

Cerisy-La-Salle (50210) (Centre culturel international de Cerisy, Le Château)

Dates

mardi 16 août 2011

mercredi 17 août 2011

jeudi 18 août 2011

vendredi 19 août 2011

samedi 20 août 2011

dimanche 21 août 2011

lundi 22 août 2011

mardi 23 août 2011

Contact

Centre Culturel International de Cerisy
courriel : info [point] cerisy (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Url de référence

Site du CCIC

Source de l’information

Michaël Morel
courriel : michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Hybridations textes & images

La résidence d’artiste de Marc-Antoine Mathieu à l’Université de Tours se conclut par un colloque consacré aux Hybridations textes & images. Ce colloque est organisé par le laboratoire Intru, qui a développé cette année un axe de travail précisément consacré aux iconotextes. Le colloque se déroulera du 11 au 13 mai, au 5e étage de la Bibliothèque Universitaire de l’Université de Tours. Voici son programme :

Mercredi 11 mai (après-midi)

  • 17h30 : Accueil des intervenants
  • 18h : Laurent GERBIER (Université de Tours) & Marc-Antoine MATHIEU (artiste en résidence) – « Détournement et hybridation : la résidence d’artiste 2010-2011 »
  • 19h : Pot d’accueil et visite de l’exposition

Jeudi 12 mai (matinée)

  • 9h30 : Hélène VIAL (Université de Clermont-Ferrand II) – « Les Métamorphoses d’Ovide illustrées au fil des siècles ou l’hybridation démultipliée »
  • 10h15 : Anna FIERRO (Università di Firenze) – « Théâtre à lire, roman à jouer : l’hybridation dans Petites misères de la vie conjugale de Balzac »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : François FIEVRE (Université de Tours) – « Le mariage est-il une hybridation ? The Marriage of Heaven and Hell de William Blake entre texte et image »
  • 12h : Elisabetta SIBILIO (Università di Cassino) – « Un auteur hybride : Jean Bruller alias Vercors »

Jeudi 12 mai (après-midi)

  • 14h45 : Pierre FRESNAULT-DERUELLE (Université de Paris I) – « Le malin génie des images (réflexions sur l’iconotexte) »
  • 15h30 : Christophe MEUNIER (IUFM d’Orléans) – « Peter Sis ou l’imagier des espaces »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 : Constance MORETEAU (Université de Paris X) – « The Big Book d’Alison Knowles : un sur-livre en hybridation continue ? »
  • 17h15 : Valérie MORISSON (Université de Bourgogne) – « David Godbold, The Unreliable Narrator : hybridation et subversion »

Vendredi 13 mai (matinée)

  • 9h30 : Thierry SMOLDEREN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, creuset de la bande dessinée »
  • 10h15 : Thierry GROENSTEEN (EESI Angoulême) – « L’hybridation graphique, ou le patchwork des styles »
  • 11h : Pause
  • 11h15 : Anthony RAGEUL (Université de Rennes II) – « La bande dessinée numérique, si loin et si proche de la bande dessinée. Figures et tensions d’un médium hybride »
  • 12h : Benoît BERTHOU (Université de Paris XIII) – « L’hybridation : un nouveau mode de création »

Vendredi 13 mai (après-midi)

  • 14h45 : Matthieu LETOURNEUX (Université de Paris X) – « ’Les deux camps déployèrent leurs patrouilles’ : hybridité icono-textuelle et hybridité ludo-narrative dans les parties racontées de White Dwarf »
  • 15h30 : Sandra RAGUENET (Université de Provence) – « Hybridations intermédiales : quand la revue informe les frontières icono-textuelles »
  • 16h15 : Pause
  • 16h30 :  Valérie VIGNAUX (Université de Tours) – « Émile Cohl ou l’« invention » du cinéma d’animation : un iconotexte iconoclaste ? Mots-images et séries culturelles dans le cinéma d’animation des premiers temps »
  • 17h15 : Hélène PREVERAUD (Université de Poitiers) – « Le film religieux muet, ou la possibilité d’un ‘évangile filmique’ »

Pour plus d’informations sur le colloque et sur la résidence d’artiste, on peut consulter le blog de la résidence.

Exposer la bande dessinée : après-midi d’études

Le groupe de travail « Histoire culturelle de la bande dessinée », créé au sein du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université Versailles-Saint-Quentin), organise le 4 mai une après-midi d’études consacrée à la question de l’exposition de la bande dessinée.

Depuis l’exposition fondatrice Bande Dessinée et Figuration Narrative, présentée au Musée des Arts Décoratifs en 1967, les expositions de bande dessinée se sont multipliées en France. Le passage du livre au mur, de l’horizontal au vertical pose de nombreuses questions : quel est le statut de la planche originale ? quelle relation l’exposition entretient avec la narration ? avec le livre ? comment organiser la rencontre de la bande dessinée avec d’autres formes d’art ?… Les techniques et les savoir faire de l’exposition (du commissariat à la scénographie) doivent aussi être réinterrogés en considération de l’objet particulier qu’est la bande dessinée.

L’événement se déroulera le 4 mai 2011, de 14h à 17h, à la Bibliothèque Buffon (Centre de documentation sur les métiers du Livre), 15 bis rue Buffon, Paris (5e).

En voici le programme :

Julien Baudry
(Doctorant Paris 7 – Conservateur stagiaire ENSSIB)
Les expositions dans les premiers festivals de bande dessinée : les exemples de Toulouse et Angoulême (1973-1975)

Jean-Pierre Mercier
(Conseiller scientifique, Cité de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
Vingt ans de musée(s) de la bande dessinée à Angoulême

Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)
L’exposition, acte de création : autour de Benoît Jacques et Jochen Gerner

Jean-Marc Thévenet
(ancien directeur du FIBD, commissaire de l’exposition Archi et bande dessinée)
Du festival d’Angoulême à la Cité de l’Architecture, dix ans d’exposition
Débat animé par Sylvain Lesage (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) et Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)

Contact : Sylvain Lesage (lesage(point)sylvain[at]gmail(point)com), Pierre-Laurent Daures (pilau[at]noos(point)fr)

Le regard à l’oeuvre. Lecteurs de l’image, spectateurs du texte

Le LASLAR (Lettres, Arts du spectacle, Langues romanes) de l’université de Caen Basse-Normandie lance, pour un colloque international, un appel à communication intitulé : « Le regard à l’œuvre. Lecteurs de l’image, spectateurs du texte ». Souhaitant « faire dialoguer et se rencontrer les approches spécifiques de la relation texte/image dans les études littéraires, théâtrales, cinématographiques et iconographiques », cette proposition nous invite à « explorer les relations possibles entre visibilité du texte et lisibilité de l’image » et ne mentionne aucunement la bande dessinée. La chose semble tellement incongrue, au regard du champ scientifique ainsi ouvert, que nous invitons des chercheurs à se saisir de l’occasion pour candidater et mettre en évidence le mode de construction de la « relation texte/image » propre au neuvième art. Une proposition entendant revisiter les quatre conceptions de la planche qu’évoque Benoît Peeters dans Case, planche, récit, et plus largement expliciter la « solidarité iconique » qu’évoque Thierry Groensteen en ouverture de Système de la bande dessinée, ne pourrait qu’apporter des éléments de réponse à des thèmes comme « définition du regard » ou « scénographie du regard » (voir plus bas). Elle devrait donc (sauf mauvaise grâce) rencontrer l’adhésion des administrateurs d’un espace scientifique qu’il s’agit d’investir avant le 31 mars.

Le Regard à l’œuvre. Lecteurs de l’image, spectateurs du texte

Date limite : 31 mars 2011

APPEL À COMMUNICATIONS

COLLOQUE INTERNATIONAL

16-17-18 novembre 2011

Université de Caen Basse-Normandie

LASLAR (Lettres, Arts du Spectacle, Langues Romanes, EA 4256). Directrice : Brigitte Diaz

Comité d’organisation : Teresa Orecchia Havas, Anne Surgers, Marie-José Tramuta, Julie Wolkenstein, Baptiste Villenave

Né du souhait de faire dialoguer et se rencontrer les approches spécifiques de la relation texte/image dans les études littéraires, théâtrales, cinématographiques et iconographiques, ce colloque propose d’explorer les relations possibles entre visibilité du texte et lisibilité de l’image. L’expression de « regard à l’œuvre » implique qu’une œuvre n’existe que dans l’échange, la coïncidence ou la confrontation de plusieurs regards : celui des auteurs, celui de l’énonciateur, celui des personnages, celui des acteurs, celui du spectateur, celui du lecteur. En rapprochant les modalités de production et de réception de l’image dans le texte (soit que le texte se substitue, avec ses moyens propres, à l’image, pour donner à voir, représenter une œuvre picturale, théâtrale, cinématographique, photographique, qu’elle soit réelle ou fictive, soit qu’il intègre, juxtapose l’image à l’écriture), et du texte dans l’image (là encore, par mimétisme ou par inclusion de la structure textuelle dans la mise en scène, théâtrale ou cinématographique), on étudiera les propriétés et les similitudes des regards du lecteur et du spectateur. Y a-t-il équivalence ? Donne-t-on à voir pour donner à lire ? Donne-t-on à lire comme on donne à voir ? Le colloque s’interrogera sur ces différents regards et leurs interactions historiques, culturelles, techniques, poétiques.

Axes principaux :

  • Histoire du regard : dans quelle mesure le regard est-il culturellement construit ? Comment la définition et le rôle du regard évoluent-ils en fonction des époques, des cultures et des contextes ? Y a-t-il extension du domaine de l’image ? Les effets d’image créés par le discours littéraire se sont-ils transformés, depuis le XIXème siècle où Balzac évoque l’hypertrophie de l’oeil comme organe essentiel à la saisie de la modernité, « l’organe le plus avide et le plus blasé qui se soit développé chez l’homme depuis la société romaine et dont l’exigence est devenue sans bornes, grâce aux efforts de la civilisation la plus raffinée », jusqu’à l’écriture de la poésie contemporaine comme image, en passant par les avant-gardes et le privilège qu’elles accordent à l’oeil ? Le regard convoqué par le texte s’est-il modifié ? Quelles ont été les fonctions successives de l’image (illustrations picturales ou photographiques) insérées dans l’œuvre littéraire ? Et, inversement, celles du texte comme élément, référent ou modèle d’une représentation théâtrale ou d’une œuvre cinématographique ?Définition du regard : en quoi le regard se démarque-t-il de la vue et de la vision ? L’œuvre programme-t-elle, ou du moins oriente-t-elle le regard que l’on doit porter sur elle ? En les comparant, peut-on articuler l’image produite par le texte ou dans ses marges et le texte tel que le donnent à voir les mises en scène théâtrales ou cinématographiques ? Y a-t-il une perspective commune au récit littéraire du visible et à la narration dramaturgique ou cinématographique ?
  • Scénographies du regard : peut-on identifier les personnages génériques de l’observateur, du voyeur, du peintre, du photographe dans les œuvres littéraires et ceux du lecteur ou de l’écrivain dans les arts du spectacle ? Les effets et la réception de l’image dans un texte littéraire ont-ils des points communs avec ceux du texte mis en scène au théâtre ou au cinéma ?
  • Limites du regard : on évoquera aussi ce qui échappe à l’image, ou l’excède. Au théâtre comme au cinéma, la primauté accordée à la vue n’est-elle pas l’arbre qui cache la forêt ? Qu’en est-il de l’écoute, de l’architecture de la salle, du corps de l’acteur ? Le regard contribue-t-il à agencer ces diverses composantes du spectacle ? Comment, d’autre part, envisager la relation nécessairement destructrice que le texte littéraire entretient avec l’image qu’il prétend « montrer » ? Dans les deux cas, pour reprendre les termes de Jean-Pierre Guillerm, lorsqu’on « ramène » l’image au texte ou le texte à l’image, n’est-ce pas « boucler l’opération de référence par l’effacement décisif du référent » ? Autrement dit, la convocation du modèle scriptural dans les arts du visible et celle du modèle iconique dans la littérature ne sont-elles pas toutes deux « d’habiles dévorations » ?

Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots environ + CV et liste des publications significatives en une page maximum) sont à envoyer, sous format word, avant le 31 mars 2011 à Catherine Bienvenu (catherine.bienvenu@unicaen.fr) pour transmission au comité scientifique du colloque. Préciser « Colloque Le Regard à l’œuvre » dans la rubrique « Objet ».

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’intertextualité dans la littérature et les arts

« L’intertextualité dans la littérature et dans les arts » : voici le titre d’un un appel à communication pour un colloque international organisé par une faculté de Lettres de l’université Ibn Zohr (Maroc) pour qui « L’intertextualité permet de penser la littérature comme un vaste réseau de textes entretenant entre eux des rapports qui se jouent de la chronologie linéaire et de la logique causale ». Dans la bande dessinée, cette « intertextualité » peut prendre plusieurs formes : Parodies de Thierry Groensteen (auquel nous avons consacré une recension) analyse les « réseaux » tissés entre œuvre appartenant au neuvième art, mais il serait sans doute également intéressant de s’intéresser aux allusions littéraires dans la bande dessinée. Beaucoup d’œuvres n’hésitent pas en effet à se référer à d’autres textes, ou à un patrimoine iconographique : d’Asterix au Journal de Serge Clerc (dans lequel Dieu apparaît pour demander à Mauriac et Jean-Pierre Dionet de fonder une revue de bande dessinée), les exemples sont nombreux et il s’agira de les examiner avant le 15 mars prochain.

L’intertextualité dans la littérature et les arts

UNIVERSITE IBN ZOHR

Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Agadir – Maroc

Colloque international

L’intertextualité dans la littérature et les arts

O9-10 mai 2011

Colloque International organisé par le Département d’Etudes Françaises, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Ibn Zohr, Agadir-Maroc.

Responsables : Sad SLAMTI et Hanane ESSAYDI

Argumentaire

Les œuvres d’art, qu’elles soient littéraires ou plastiques, posséderaient une mémoire. Voilà, un postulat qui nous ferait considérer l’intertextualité comme « une bibliothèque ou chaque texte transforme les autres qui le modifient en retour »[1]. L’intertextualité permet alors de penser la littérature comme un vaste réseau de textes entretenant entre eux des rapports qui se jouent de la chronologie linéaire et de la logique causale. L’auteur, pour emprunter une expression à Umberto Eco, devrait certainement « mourir pour ne pas gêner le cheminement de son œuvre » [2]. Sa mort à son insu, puisqu’on peut l’enterrer même de son vivant, est en tout cas un engagement théorique qui permet au dialogue entre les textes de s’enrichir et de faire de l’œuvre ce livre à venir. Elle est d’autant plus inhérente au plaisir du texte fait de fascination et de renvois et à cette incessante quête toujours à renouveler de la signification

La place du lecteur dans l’approche intertextuelle est de ce fait sans appel. Il est un élément fondateur de cette modification que fait finalement un texte d’un autre texte. Aussi, parmi les questions qui vont intéresser ce colloque sont les suivantes : que faire du lecteur placé au centre de cette rencontre autour des idées ? A-t-il une autorité dans ce festin intertextuel ? Comment comprendre le clin d’œil que fait un texte à un autre texte ? Que faire des allusions souterraines que l’œuvre littéraire imprime de manière subreptice non dite, parfois innommable, d’autres fois inavouée ? Que faire, en fin de compte, de cette incontournable question des clés, si nous-mêmes nous n’en avions pas repéré sans l’aide de l’histoire des idées. Combien d’autres clés, hébergées par le texte, seraient indispensables à la découverte de son secret dialogique ?

Et comme dit Marc Escola, un texte ou pour élargir le débat nous dirions une œuvre est « faite des œuvres dont elle vient mais aussi des œuvres qui viendront après elle et qu’il sera possible de mettre en relation avec elle. L’identité d’une œuvre ne coïncide pas seulement avec les œuvres à venir, mais encore avec des interprétations qu’il sera possible de donner de cette même œuvre d’une époque à une autre de l’histoire littéraire ».

Au-delà de sa fonction définitoire, laquelle permet d’appréhender le texte différemment, l’approche intertextuelle nous paraît de ce fait, dotée d’une fonction opératoire dans la mesure où elle constitue un outil d’analyse à même de décrire une poétique du texte littéraire. C’est cette dimension qui sera privilégiée dans le cadre de ce colloque. Dans sa troisième édition, nous nous proposons de réfléchir sur les procédés par lesquels un texte s’approprie un ou plusieurs textes. Autrement dit, il s’agit d’étudier ce que le texte fait des autres textes qu’il invoque, comment il les modifie, les phagocyte, les transforme ou les révoque.

Axes du Colloque

  • – L’ironie littéraire : un acte fondateur de l’intertextualité
  • – La réception en tant que dimension principale de l’intertextualité
  • – L’intertextualité comme champ des possibles des textes ou comme mémoire des œuvres
  • – Le plagiat par anticipation, ou l’intertextualité par anachronisme
  • – La stylistique, une clef indispensable dans le décodage de l’intertextualité inavouée
  • – Intertextualité et altérité
  • – Histoire des idées et intertextualité
  • – Intertextualité et interdiscursivité
  • – Cinéma et peinture (l’intertextualité de l’image)
  • – Hypertextualité, parodie ou pastiche
  • – Intertextualité en art
  • – intertextualité et publicité
  • – La mise en abyme comme forme générique de l’intertextualité.
  • – La photographie et le texte ethnographique

COMITE SCIENTIFIQUE

  • Abrighach Mohamed (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Astruc Rémi (Université de Cergy-Pontoise France)
  • Bissani Atmane (Faculté Multidisciplinaire Errachdia Maroc)
  • Chaiab Mohamed (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Dakir Abdenbi (Université Ibn ZOHR Agadir Maroc)
  • Diop Cheikh (Université de Dakar Sénegal)
  • Jayed Abdekhaleq (Université Ibn Zohr Agadir Maroc)
  • Ndiaye Christiane (Université de Montréal Canada)
  • Simedoh Vincent (University of Lethbridge Canada)

COMITE D’ORGANISATION

  • Slamti Sad (Université Ibn Zohr)
  • Essaydi Hanane (Université Ibn Zohr)
  • Bouachraoui Farida (Université Ibn Zohr)
  • Alaoui Hafid Ismail (Université Ibn Zohr)

A CONTACTER

M. Sad SLAMTI

Tél. : 00 212 6 61 85 51 60

E-mail : de_saaade@hotmail.com

Mme. Hanane ESSAYDI

Tél : 00 212 6 61 34 38 01

E-mail :hanane.essaydi@gmail.com

CONDITIONS DE PARTICIPATION

1-Obligation de s’engager à participer dans l’un de ces axes précités.

2-Envoi d’un résumé du travail de recherche avant le 15 mars 2011.

3-Date de communication de l’avis favorable du comité scientifique : le 15 AVRIL 2011

4-Le travail de recherche doit parvenir avant le 20 mai 2011

5-Langues du Colloque : Arabe, Français, Anglais, Amazighe

[1] Sophie Rabau, L’Intertextualité, Paris, Flammarion, Coll. « Corpus », 2002, p. 15.

[2] Umberto Eco, Pastiche et postiche, Paris, Grasset, 1992, p. 15.

Responsable : Sad SLAMTI et Hanane ESSAYDI

Adresse : Département d’Etudes FrançaisesFaculté des Lettres et Sciences HumainesUniversité Ibn ZohrAgadir Maroc


[1]

« Why Comics are and are not picture books ? »

La Modern langage Association lance, pour sa conférence annuelle qui aura lieu en janvier 2012, un appel à communication intitulé : « Why Comics are and are not picture books ? » Cette proposition entend donc interroger la spécificité du « système de la bande dessinée », pour reprendre le titre de célèbre ouvrage de Thierry Groensteen, en invitant des chercheurs à examiner ses proximités avec la littérature de jeunesse, et plus spécifiquement ce que nous nommons en France des « albums ». Ce terme, commun aux deux secteurs éditoriaux, montre bien qu’il y a à là matière à réflexion. Outre les nombreux exemples (anglophones) que donne l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, nous nous contenterons de citer le travail de Claude Ponti qui utilise dans nombre d’œuvres (comme par exemple Blaise et le château et le château d’Anne Hiversère) un découpage et une technique de narration dont le neuvième art est coutumier et pose ce faisant une question : la bande dessinée n’est-elle pas tout autant un langage susceptible d’être mis au service de toutes sortes de littérature qu’un secteur éditorial bien défini ?

“Why Comics Are and Are Not Picture Books”

Modern Language Association (MLA) Annual Convention,

5-8 Jan. 2012, Seattle, Washington

A proposed panel jointly sponsored by the MLA Children’s Literature Division and the MLA Comics and Graphic Narratives Discussion Group

This panel will explore the possible relationships between comics and picture books, two imagetext genres implicated in children’s literacy learning which, despite overlapping formally and aesthetically, nonetheless stand apart socially and culturally. The potential application of picture book theory to comics, and, conversely, comics theory to picture books, promises to challenge this apartness—that is, to call into question the generic distinctiveness of the two forms. In that spirit, this panel invites participation from multiple perspectives, including but not limited to genre theory, education, history, formalism, aesthetics, semiotics, and ideological criticism.

Discussion:

Scholars of the picture book (e.g., Nodelman, Nikolajeva and Scott, and op de Beeck) have gestured toward, in some cases briefly addressed, the aesthetics and reading demands of comics. By the same token, comics theorists (see e.g. McCloud’s Understanding Comics and Varnum and Gibbons’ anthology The Language of Comics: Word and Image) have in effect suggested, if not yet pursued, formal likenesses between the genres. Yet the critical dialogue between the genres remains muted. This panel will seek to enliven that dialogue by posing questions such as:

·  What formal resources and aesthetic strategies do comics and picture books share? Do they tend to deploy those resources and use those strategies differently?

·  What similar or different demands do the two genres make of readers?

·  How does the typical experience—if indeed we may posit a typical experience—of reading one genre differ from that of reading the other? For instance, how conducive are comics to what Ellen Spitz calls conversational reading, that is, reading shared by adult and child?

·  How do both comics and picture books participate in discourses and projects related to literacy learning and cultural literacy? For example, the possible role of comics in reading instruction has garnered much interest in recent studies (see e.g. Cary 2004; Carter 2007; Frey and Fisher 2008; Thompson 2008)—how might this development be regarded culturally and critically? How might comics differ from or resemble picture books in their classroom use?

The creative dialogue between the two genres has intensified: consider for example comics-oriented picture books by David Wiesner, Art Spiegelman, Eleanor Davis, Posy Simmonds, Peter Sís, Mo Willems, or Marcia Williams; continued interest in classics such as Maurice Sendak’s In the Night Kitchen or Raymond Briggs’ The Snowman; and recent genre-blurring texts such as Shaun Tan’s The Arrival or Brian Selznick’s The Invention of Hugo Cabret. This proposed session would encourage a critical conversation to match: diverse, energetic, and timely.

Several factors make this an opportune and even urgent topic for MLA 2012, including the many artists who have worked in both genres; the genres’ shared aesthetic and narrative resources, and the relevance of image/text theories to both; the new prominence of comics in both children’s book publishing and reading instruction; and the current struggle of the picture book market to respond to social, educational, economic, and technological change. In addition, this topic well suits MLA 2012’s location in Seattle (a bastion of comics and graphic novels) and its Presidential theme, Language, Literature, Learning, which emphasizes the role of reading in cognitive growth, educational attainment, and critical thinking. These issues are of great concern in the emerging discourse on children’s comics reading, and have always been central to picture book scholarship.

Send abstracts of roughly 500 words in Word or PDF form to Charles Hatfield at charles.hatfield@gmail.com. The deadline for submissions is 5 March 2011. Submitters will receive notification of results by April 1.

Please note that this CFP is for a proposed, not a guaranteed, session at MLA 2012, meaning that it is contingent on approval by the MLA Program Committee (which will make its decisions after April 1). All prospective presenters must be current MLA members by no later than 7 April 2011.

This CFP can also be viewed at http://graphicnarratives.org/2011/02/02/cfp-why-comics-are-and-are-not-picture-books-mla-2012/ .

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Hybridations, texte et image

Le magasin des enfants, carnet de recherche avec qui Les Carnets de la bande dessinée entretiennent de constantes relations, porte à notre connaissance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Hybridations, texte et image ». Lancé par l’INTRU (Interaction, Transfert, Ruptures artistiques et cUlturelles, université de Tours), celui-ci invite des chercheurs à s’emparer d’une « idée » de l’hybridation pensée comme « porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation ». Souvent présentée comme « hybride », la bande dessinée, qui est ici directement évoquée, est donc intéressée au premier chef et il serait fort intéressant de penser les tenants et aboutissants de ce qu’Harry Morgan qualifie de « faux débat » proposant de « définir les littératures dessinées par comparaison » et supposant de « commencer rituellement toute analyse de la narration par images fixes par la précision qu’elle diffère fondamentalement de ceci ou cela » (Principes des littératures dessinées, L’An 2, p. 9). Le thème de l’hybride pose en effet directement la question de l’essence de la bande dessinée et de sa capacité à se poser comme langage et domaine de recherche pleinement autonome, mais force est de constater que cette question est sans doute renouvelée à l’heure où le neuvième art noue avec d’autres médias des relations susceptibles d’aboutir à de nouvelles hybridations que cet appel à communication propose également d’examiner avant le 7 mars prochain.

Colloque « Hybridations »
Université François-Rabelais, Tours
Du mercredi 11 au vendredi 13 mai 2011

Appel à contributions: date limite: 7 mars 2011
Organisation : Service Culturel de l’Université & Laboratoire INTRU (JE 2527, http://intru.univ-tours.fr/),
avec le soutien du Conseil Scientifique

L’hybridation est d’abord le nom d’une catégorie biologique, ou plus exactement le nom d’une rupture ou d’une transgression des limites entre catégories biologiques : un hybride, c’est avant tout le produit d’un croisement, d’une greffe, d’une rencontre littéralement monstrueuse entre des espèces différentes. Etymologiquement, « hybride » renvoie au latin « ibrida », qui désigne le produit de l’union d’un sanglier et d’une truie ; puis le terme a été graphiquement contaminé par le grec « hybris », qui signifie l’excès ou la démesure, de sorte que le mot « hybride » est lui-même hybride.

Appliquée au domaine des arts et des lettres, l’idée d’hybridation semble principalement viser la porosité des registres d’énoncés et des ordres de la représentation. Théorisée dans les premiers ouvrages qui s’emploient à explorer les formes de la « condition postmoderne », qu’il s’agisse de la littérature, de l’architecture ou du fondement des sciences, l’hybridation y est caractérisée par la pratique du détournement, de la citation, du pastiche. Cependant, bien avant de devenir une des pièces du dispositif théorique et esthétique de la postmodernité, l’hybridation est présente dans toutes les œuvres qui se jouent des frontières génériques et artistiques pour construire des formes d’expression rétives à toute univocité et à toute totalisation.

En appliquant la notion d’hybridation aux formes de la rencontre en texte et image, il ne s’agit donc pas tant de vérifier la pertinence historique du « diagnostic » de la postmodernité prononcé dans les années 1970 par Hassan, Jencks ou Lyotard, que de reprendre l’étude de ces formes spécifiques de greffe et de croisement qui jouent dans les dispositifs iconotextuels.

Les rencontres du texte et de l’image fournissent une très belle occasion d’examiner la manière dont les frontières des arts, des genres, des techniques ou des supports s’échangent en permanence leurs déterminations. Des processus de l’adaptation à ceux de la traduction, des rencontres entre pratiques venues d’horizons différents aux interrogations sur les formes de la mémoire graphique des artistes, le champ des interrogations que l’on entend rassembler autour de l’idée d’hybridation est vaste.

L’étude des dispositifs iconotextuels concerne au premier chef la bande dessinée, mais aussi toutes les formes du récit illustré, de l’album pour enfant au roman-photo. La rencontre entre le texte et l’image constitue-t-elle par elle-même une « greffe », un « hybride » ? Détermine-t-elle le caractère « non légitimable » des discours qu’elle engendre ? Favorise-t-elle des formes narratives spécifiques ? Quelle place et quel rôle reconnaître aux formes de sur-hybridation à partir de l’hybridation iconotextuelle (adaptation des comics au cinéma, albums ou revues illustrées accompagnés d’objets, pop-ups, produits dérivés, etc.) ?

Le colloque « Hybridations » entend explorer ces questions, dont la liste est loin d’être exhaustive, en les appréhendant à travers des exemples précis : il ne s’agit pas tant d’élaborer un discours formel général sur la concept d’hybridation que d’en explorer la puissance heuristique en l’appliquant à des études d’œuvres déterminées.

Les propositions d’interventions sont à remettre pour le 7 mars dernier délai aux organisateurs:

  • Laurent Gerbier (laurent.gerbier@univ-tours.fr)
  • France Nerlich (france.nerlich@univ-tours.fr)
  • Cécile Boulaire (cecile.boulaire@univ-tours.fr)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sérialité et bande dessinée

Le Centre d’Etudes sur les Jeunes et les Médias (CEJEM), qui réunit des chercheurs travaillant sur les pratiques médiatiques des jeunes, organise une rencontre sur le thème de la sérialité et la bande dessinée, le vendredi 21 janvier 2011, à 14 heures, salle Las Vergnas, à Paris 3, Sorbonne Nouvelle, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (Métro : censier Daubenton, ligne 7).

Ce débat  sera animé par Pierre Christin, scénariste de bande dessinée, auteur notamment de la série (avec Mézières)  Valerian et Laureline et par le sociologue Eric Maigret, professeur à Paris 3.Cette rencontre est gratuite et ouverte à tous, mais il est préférable de s’inscrire  au préalable : jeunesetmedias@gmail.com.

Pour de plus amples informations : mc-lipani@wanadoo.fr ou le communiqué de presse du CEJEM.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts