Image(s) et vérité: l’image fixe et mobile dans la représentation du Génocide

L’Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah lance un appel à communication intitulé : « Image(s) et vérité : penser les rapports de l’image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide ». Cette proposition ne manquera certainement pas d’intéresser des chercheurs travaillant sur une bande dessinée qui s’est à plusieurs reprises penchée sur le cas de l’Holocauste : outre le célèbre Maus d’Art Spiegelmann, pensons à Auschwitz de Pascal Croci, Nous n’irons pas voir Auschwitz de Jeremie Dres ou encore Yossel de Joe Kubert. Cette liste, bien loin d’être exhaustive, semble pouvoir, dans le cas qui nous intéresse, être appréhendée au regard d’une question : la valeur documentaire du dessin, et plus largement de toute forme d’image entendant « dans le cadre d’un génocide, […] transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre ». La Shoah nous place en effet face à une forme de paradoxe : comment imager des événements à propos desquels nous possédons en fait fort peu d’images (les camps n’ayant été à notre connaissance majoritairement filmés et photographiés qu’a posteriori) ? Telle est sans doute l’une des questions que se sont posés les auteurs cités ci-dessus et que l’on retrouve dans l’ouvrage de Jonathan Haudot, Shoah et bande dessinée (L’Harmattan, 2012) qu’il s’agira pour nos lecteurs de lire avant le 1er mars prochain.

 

 


Image(s) et vérité :

Penser les rapports de l’Image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide.

 

Date limite : 1er mars 2013

L’association ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah) propose, pour son Université d’été qui aura lieu entre le 10 et le 12 juillet 2013 à l’IUFM de Marseille, de poursuivre la réflexion fructueuse de l’Université d’été 2012 sur les liens entre Image(s) fixes ou mobiles et Vérité dans la représentation du génocide au cinéma, dans la BD, et la littérature.

ARES, association présidée par Renée DRAY-BENSOUSAN, Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Informations rédigées et mises en ligne par Lucie BERTRAND-LUTHEREAU, Agrégée de Lettres et Docteur en 9ème section CNU, lucinice@hotmail.fr

Le débat concernant l’image, considérée tantôt comme révélatrice de Vérité ou, au contraire comme mensongère et dangereuse ne date pas d’hier. En effet, l’image peut être considérée comme fidèle à la réalité, et par conséquent, comme le moyen d’accéder à la Vérité du réel représenté. Elle peut même être perçue comme le moyen d’accéder, par les moyens de l’Art, à une Vérité plus profonde que toute représentation fidèle échouerait à saisir. Et inversement : l’image qui se veut une représentation du réel est souvent fustigée pour ses lacunes : comment pourrait-elle donner accès à ce qui est vraiment représenté puisqu’elle n’est qu’une transposition ? N’est-elle pas plutôt un écran à la vérité du réel représenté ? Enfin, l’image artistique n’a cessé d’être suspectée de mentir, de donner un accès faussé à une réalité désormais lointaine. Dans le contexte de la représentation du génocide, ces débats ont pris un deuxième souffle. Le rôle et les capacités de l’image ont été remis en question face au caractère crucial du sujet. D’une part, le sujet, en lui-même, posait plus que jamais la question des moyens de la représentation (il s’agissait de donner accès à une réalité méconnue d’un lectorat essentiellement constitué de néophytes). Et d’autre part, le débat était d’autant plus vif que l’objectif était crucial : il s’agit, dans le cadre d’un génocide, de transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre. La question au centre de ces journées peut être simplement formulée en ces termes : L’image fixe ou mobile, au cinéma, dans la BD et la littérature est-elle susceptible de transmettre la Vérité dans le cadre du génocide ? La réponse à cette question étant propice à mille nuances, (la vérité étant sans doute à mi-chemin des points de vue tranchés et fonction des acceptions des termes en balance dans notre sujet), les contributions allant dans ce sens sont particulièrement bienvenues.

Si notre appel à contributions se réfère régulièrement au génocide entrepris par les nazis pendant la seconde guerre mondiale, les propositions concernant les autres génocides sont également bienvenues. Dans la mesure où elles nourrissent la réflexion proposée, toute définition de « l’image » est acceptée : image photographique, image de propagande peinture, dessin, image cinématographique, littéraire, bande-dessinée, image mentale…, l’ouverture de l’investigation n’a de limite que la pertinence des propositions qui nous serons soumises.

Les réflexions, sans limite véritable, peuvent être envisagées selon plusieurs axes :

  • Image de propagande et déformation de la vérité
  • Image artistique : mensongère ou voie royale vers la vérité ?
  • Image, réalité, vérité
  • L’irreprésentable : un défi pour l’image vecteur de vérité
  • Image, vérité et absence : comment « imager » une vérité de ce dont on n’a aucune image ?
  • Images et  négationnisme : les images nécessaires à une vérité niée
  • Images actuelles véhiculées sur la Shoah et les autres génocides : un miroir déformant fait de bonnes intentions ?

Les propositions, de 700 à 1000 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à rendb@free.fr et à lucinice@hotmail.fr avant le 1er mars 2013.

Les auteurs seront informés du choix du comité de lecture le 25 avril 2013.

Responsable : A.R.E.S, présidée par Renée Dray-Bensousan, d’ARES,Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Url de référence :
http://ares-assoc.net

Adresse : ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah),Maison des associations,93, la Canebière,13001, MARSEILLE

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sphères sémiotiques

L’Association des Jeunes Chercheurs en Sémiotique lance un appel à communication pour son séminaire intitulé « Sphères sémiotiques ». Se tenant à plusieurs dates et sur 3 sites (Limoges, Paris, Luxembourg), celui-ci accueille diverses interventions dont, bizarrement, aucune ne porte sur la bande dessinée : à vrai dire, seule les travaux de Dalila Harir (« Le discours littéraire dans la publicité ») ou de Justine Simon (« Approche sémio-discursive de l’hyperstructure dans la presse d’actualité destinée aux jeunes ») semblent approcher (de par leurs titres puisque nous n’avons pas assisté à ces conférences) le champ de la culture graphique telle que nous l’entendons. La chose est d’autant plus étrange que si une étude nous semble avoir permis de renouveler les conceptions des liens entre texte et image, c’est bien celle de la bande dessinée : une comparaison entre le premier Système de la bande dessinée de Thierry Groensteen et sa « suite » (Bande dessinée et narration) montre bien que nous sommes face à un art nous invitant à appréhender toute la complexité de la notion de « signification », comme le montrent les rapprochements problématisés dans l’ouvrage cité ci-dessus entre bande dessinée, littérature de jeunesse et art contemporain. Nous invitons ainsi nos lecteurs à contribuer à l’effort de ces jeunes chercheurs en proposant avant le 20 novembre prochain des interventions portant sur leurs travaux.

SÉMINAIRE « SPHÈRES SÉMIOTIQUES » (AJCS) 

Organisation : l’Association de Jeunes Chercheurs en Sémiotique (AJCS)

“Sphères sémiotiques” est un séminaire des jeunes chercheurs en sémiotique, organisé par l’AJCS. Il est un moyen pour les jeunes chercheurs en sémiotique de partager l’état de leur recherche et de dialoguer avec d’autres chercheurs. Le séminaire n’est pas organisé sous la forme de thématiques de manière à laisser place à la diversité des interventions. Pour chaque date, deux interventions seront programmées.

Ainsi, nous invitons cordialement tous les jeunes chercheurs en sémiotique à nous rejoindre. Si cela vous intéresse, nous vous demandons de bien vouloir nous envoyer votre proposition, en précisant la date qui vous conviendrait parmi les dates indiquées ci-dessous, et le lieu qui vous conviendrait parmi les villes mentionnées ci-dessous.

Pour information :

Le séminaire se déroulera de 14h à 16h.

Il s’agira d’interventions de 30 minutes (2 interventions pas date), suivies de 20 minutes de discussion. Le public est composé de jeunes chercheurs, chercheurs confirmés, maîtres de conférences et professeurs des universités.

6 dates sont prévues : 24 janvier, 14 février, 21 mars, 25 avril, 23 mai, 27 juin, ce qui nous fait un total de 12 interventions possibles.

Les villes où les séminaires auront lieu : Limoges, Paris, Luxembourg

N’oubliez pas de préciser les points suivants :

* Nom prénom

* Université de rattachement

* Votre statut (doctorant, maître de conférences…)

* Si doctorant (votre directeur de thèse)

* Titre de l’intervention

* Résumé de l’intervention  (250 mots maximum)

* Choix des dates et lieux (si possible, proposez plus d’une date et plus d’un lieu)

Les propositions de communication devront être envoyées le 20 novembre 2012 au plus tard à l’adresse de contact : semio.ajcs@gmail.com

Date de la notification des propositions et de l’annonce du programme : 30 novembre 2012

 

Responsable : AJCS

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires

Le colloque « La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires » organisé par Jeanne Chiron se tiendra à l’université Paris Est-Créteil les 11 et 1é octobre prochain. De nombreuses communications devraient intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il sera question d’image ayant valeur d’ « insertion » (Ana Fiero sur Balzac), de « preuve » (Véronique MONTÉMONT sur « photographie et autobiographie ») et de narration (Côme Martin sur Fun Home d’Alison Bechdel). Nous laissons nos lecteurs découvrir les autres aspects de la manifestation en prenant connaissance de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

 

 

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires.

Colloque international organisé les 11 et 12 octobre 2012 par l’équipe d’accueil

Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est – Créteil

Invités : Philippe Hamon et Christophe Martin

Responsables : Jeanne Chiron, Magalie Costella-Saneba, Feng Teng et Jean-Yves Samacher

Lieu: Centre Multidisciplinaire de Créteil, accès Métro ligne 8, station « Créteil Université »; suivre le fléchage.

Jeudi 11 octobre

L’IMAGE AUX SOURCES DE LA LITTÉRATURE

9h00 – Accueil des participants par Mme PLAGNOL-DIEVAL, directrice du LIS

9h15 – Ouverture par Philippe HAMON

Session 1 – La confrontation de deux systèmes sémiotiques

9h30 – Anna FIERRO (Université de Florence)

> Balzac illustré : l’insertion de l’image dans les textes littéraires

10h00 – Alex GAGNON (Université de Montréal)

> Iconotextualité et intertextualité. Pragmatique du discours littéraire dans Brelin le frou de Gisèle Prassinos

10h30 – Discussion

10h50 – Pause

Session 2 – Du figuratif au figural : vers les origines de la création

11h00 – Thouraya BEN SALAH (Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, Tunisie)

> L’image comme mode d’une expression authentique

11h30 – Lorraine DUMENIL (Université Paris Diderot-Paris 7 / Université Sapienza de Rome)

> Les « dessins » écrits d’Antonin Artaud

12h00 – Érika WICKY (Université du Québec à Montréal)

> Le tactile, entre visuel et textuel

12h30 – Discussion

13h00 – DÉJEUNER

Session 3 – L’image, source d’inspiration et de réinventions

14h30 – Barbara AIOSA-POIRIER (Université Stendhal Grenoble 3)

> La peinture dans l’oeuvre d’Antonio Tabucchi comme outil d’analyse

15h00 – Ilaria FORNACCIARI (Université de Bâle)

> Les mots et les images. Réflexions sur la fonction des images dans la pratique archéologique de Michel Foucault

15h30 – Julien STRIGNANO (Université Jean Monnet de Saint-Etienne)

> La vision renouvelée d’une oeuvre littéraire par l’image : Caprichos de Ramón Gómez de la Serna

16h00 – Discussion

16h30 – Pause

Session 4 – Imageries : élaboration de répertoires

16h40 – Rossana CURRERI (Université de Catane)

> L’image, prodrome de l’imaginaire. Réflexions sémiotiques et stylistiques sur quelques romans féminins tunisiens de graphie française

17h10 – Mirela-Cristina GRIGORI (Université Paris-Est Créteil / Université « Al.I.Cuza », Iasi, Roumanie)

> Voyages et écrivains iconophiles au XIXe siècle. Puzzle roumain

Vendredi 12 octobre

FABRIQUES DE LA LITTÉRATURE

Session 5 – Laboratoires de l’autobiographie

9h00 – Véronique MONTÉMONT (Université de Lorraine / ATILF-CNRS)

> La trahison des preuves : photographie et autobiographie

9h30 – Nadia CHABANEIX (Université Paris-Est Créteil)

> Images de l’invisible. Sur un synopsis d’Emmanuel Carrère

10h00 – Côme MARTIN (Université Paris IV – Sorbonne)

> Le double rapport au texte dans Fun Home d’Alison Bechdel

10h30 – Discussion

11h05 – Pause

Session 6 – Glanage et bricolage

11h15 – Anne REVERSEAU (Université K.U.Leuven, Louvain, Belgique)

> « Je suis une bricoleuse ». Christine Jeanney, textes, images et sérendipité

11h45 – Mandana COVINDASSAMY (École normale supérieure, Paris)

> Le « bricoleur » Sebald et ses compagnons

12h15 – Dalila HARIR (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis)

> La représentation iconique de la littérature dans le discours publicitaire

12h45 – DÉJEUNER

Session 7 – Relations écrivains/illustrateurs : du dialogue à l’autonomie

14h10 – Charlène CLONTS (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II)

> Le bord mobile ou la part figurale dans les livres de dialogue de Pierre Reverdy

14h40 – Christine PLU (Université de Cergy-Pontoise/ IUFM de l’académie de Versailles)

> L’illustration de Georges Lemoine : un bricolage pour une médiation herméneutique

15h10 – Irina ANELOK (Université Paris-Ouest Nanterre)

> Fourcade / Buraglio : dialogue texte – image

15h40 – Discussion

16h00 – Pause

Session 8 – Vers une « oeuvre totale » : dispositifs intermédiaux

16h10 – Sandra RAGUENET (Université d’Aix-Marseille)

> La poésie à l’épreuve de la photo-graphie, trois cas de tropismes créateurs : Nanni Balestrini, Heinz Gappmayr et Julien Blaine

16h40 – Alicja KOZIEJ (Université Marie Curie-Sklodowska, Lublin, Pologne)

> À la recherche de l’intégralité : le cas de la « liberature »

17h10 – Anja HAGEMANN (Université Paris IV – Sorbonne / Université de Hambourg, Allemagne)

> Entre visible et lisible : les interactions entre texte et image dans l’art chinois contemporain

17h40 – Discussion

18h00 – Clôture par Christophe MARTIN

Responsable : LIS

Url de référence :
http://lis.u-pec.fr/lettres-idees-savoirs-lis–362195.kjsp?RH=1242051327397

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires

Magalie Costella-Saneba, Jeanne Chiron et Jean-Yves Samacher de l’équipe Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est-Créteil lancent un intéressant appel à communication intitulé : « La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires ». Actant la caducité d’une « tradition littéraire où l’image (dessin, gravure, photographie…) est conçue comme une illustration dont le sens serait tributaire du texte », cette proposition nous invite à « interroger nos structures préconçues d’approche du texte littéraire » en pensant les « relations multiples qui s’instaurent entre le fait littéraire et l’image polymorphe ». La chose ne serait que louable si les organisateurs ne proposaient pas une intrigante typologie en distinguant trois catégories de rapport à l’image : l’insertion, le bricolage, les répertoires… Cette espèce de feuille de route nous semble ouvrir des voies prometteuses et nous ne saurions que conseiller à nos lecteurs de l’explorer en s’appuyant par exemple sur la bibliographie que propose l’un des ateliers de théorie littéraire intitulé « Texte et image » du site Fabula.

 

La littérature face à l’image : insertions, bricolage, répertoires.

Journées d’étude organisées les 11 et 12 octobre 2012 par l’équipe d’accueil Lettres, Idées, Savoirs (LIS) de l’Université Paris Est – Créteil

Date limite: 11 juin

      Comment l’image influence-t-elle la compréhension du texte littéraire ? De quelle manière et dans quelle mesure la présence de l’image modifie-t-elle ou renouvelle-t-elle le sens d’une oeuvre ? Est-ce nécessairement le texte qui donne sens à l’image qui l’accompagne ?

      La conceptualisation des rapports entre ces deux pôles est fortement marquée par une tradition littéraire où l’image (dessin, gravure, photographie…) est conçue comme une illustration dont le sens serait tributaire du texte. Cette conception ancillaire de l’image se révèle insuffisante pour penser la complexité de la relation texte-image : c’est en effet souvent le texte qui « illustre », et la littérature semble de plus en plus mise à l’épreuve par sa confrontation à l’image. L’intégration de l’image dans le texte littéraire l’informe, le transforme ou l’excède : il est travaillé de l’intérieur par ces images qui ne sauraient être appréhendées simplement comme un élément hétérogène. Les travaux opérés en anthropologie, en linguistique, en philosophie, en psychanalyse, comme en sémiologie permettent d’étendre notre compréhension de ces processus, qui engagent bien plus qu’une dynamique d’intégration textuelle.

      La démultiplication des formes de l’image engendre un bouleversement de la littérature conçue comme un système de représentation dont la force intégrative n’a d’égal que la capacité à s’adapter à différents lieux d’« exposition », comme l’a montré Philippe Hamon dans Imageries : littérature et image au XIXe siècle (Paris, José Corti, 2001). Il nous semble donc intéressant de nous pencher sur cette complexité de manifestations et de détournements potentiels pour approfondir nos questionnements et dégager des critères d’analyse. L’examen des relations multiples qui s’instaurent entre le fait littéraire et l’image polymorphe nous permettra ainsi d’interroger nos structures préconçues d’approche du texte littéraire.

      C’est donc dans une perspective large et ouverte, invitant à la transdisciplinarité, que les doctorants littéraires de l’équipe Lettres, Idées, Savoirs, de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC), proposent deux journées d’étude (les 11 et 12 octobre 2012) sur la question des places prises par l’image au sein du champ littéraire.

      L’exploration de cette problématique se fondera essentiellement sur trois grands axes :

      – celui tout d’abord de l’insertion de l’image dans le texte littéraire : comment l’image s’insère-t-elle dans l’oeuvre, et quelles fonctions lui attribuer ? Utilisée pour orienter ou dévier la compréhension, elle entre quelquefois en concurrence avec les dimensions narrative et argumentative du texte littéraire. Alors, sous quelles conditions épouse-t-elle le texte, le complexifie-t-elle, ou rompt-elle avec lui ? De plus, la place de l’image au sein du texte littéraire varie largement en fonction des rôles qu’on a pu lui attribuer à travers les siècles : une succession d’analyses ancrées dans des corpus précis pourra nous faire entrevoir l’évolution des rapports entre ces pratiques artistiques conçues comme complémentaires ou concurrentes en fonction de la « valeur » culturelle qui leur est attribuée dans une société et une époque données.

      – La réflexion exploitera aussi la notion de bricolage, empruntée aux analyses de Lévi-Strauss, utilisée ici pour mettre l’accent sur l’analyse de la situation concrète et empirique de la création. Comment se manifestent les rapports entre deux types d’énonciation, l’un discursif (narratif ou argumentatif), l’autre imagé (sensible ou métaphorique), ancrés tous deux dans différentes temporalités et utilisant différents media ? En élaborant une analyse détaillée des liens qui se créent entre ces deux pôles, on s’interrogera sur les spécificités graphiques et sémantiques des créations littéraires qui naissent d’une telle relation d’intimité. En effet, la frontière entre le textuel et le visuel est-elle aussi nette qu’elle le paraît au premier regard ? En considérant, d’une part, la mise en page, le jeu des caractères, et, d’autre part, le rôle du commentaire et de la rhétorique dans l’exploitation des différents types d’images, nous pourrons dégager une série de phénomènes intermédiaires difficiles à synthétiser en un système général de fonctionnement.

      – Se posera également la question des répertoires. Au coeur de l’interrogation sur le statut de l’image entre imagerie et imaginaire, l’idée que la littérature se constitue à partir de représentations communes, voire modélisées, nous permettra d’élaborer une réflexion sur les schémas exemplaires qui influencent tant la création que la réception. Nous nous interrogerons sur la fonction de ces images reçues (conçues comme une équivalence aux « idées reçues » répertoriées par Flaubert). Quels types d’expérience représente-t-on surtout sous des formes schématiques et facilement reconnaissables ? À quels niveaux et de quelles manières peut intervenir la subversion ou l’enrichissement de ces images-types ? On tentera de penser le partage et la déformation de ces répertoires d’images comme un enjeu important de la création littéraire. Du point de vue de la réception, on se demandera dans quelle mesure ces répertoires d’images communes s’érigent en garanties de compréhension d’une littérature où la dimension esthétique est informée par des exigences communicationnelles. La question de l’appartenance culturelle de l’auteur et du lecteur et leur capacité au déchiffrement, à l’utilisation et au dépassement des stéréotypes pourront alors constituer un aboutissement à cette ligne de réflexions.

      Les communications, qui ne devront pas excéder vingt minutes, seront regroupées en sessions thématiques nous permettant d’offrir un espace propice à la discussion. Les propositions de communications (titre, résumé de la proposition de communication d’environ 500 mots, nom, courriel et appartenance institutionnelle) sont à envoyer avant le 11 juin 2012 à l’adresse suivante : lalitteraturefacealimage@gmx.fr

Responsable : Magalie Costella-Saneba, Jeanne Chiron, Jean-Yves Samacher

Url de référence :
http://lis.u-pec.fr/lettres-idees-savoirs-lis–362195.kjsp?RH=1242051327397

Adresse : Université Paris Est-CréteilFaculté des lettres, langues et sciences humaines61, avenue du Général de Gaulle94010 Créteil

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les nouvelles tendances de la création calligrammatique

Nicole Biagoli du Centre de Recherche Transdisciplinaire de l’université de Nice lance un appel à communication intitulé : « Les nouvelles tendances de la création calligrammatique ». Partant du principe que « le secret de la longévité et de l’adaptabilité du genre réside dans l’interrogation sans cesse renouvelée qu’il porte sur le trait », cette proposition ne peut qu’intéresser les chercheurs en bande dessinée qui serait ainsi susceptible d’investir le champ d’une pratique que l’on cantonne encore trop souvent aux travaux d’Apollinaire. Si le neuvième art n’est pas cité ici, il y a en effet fort à parier que des propositions le mettant à l’honneur pourraient être acceptées : faisant toute la place au « trait », la bande dessinée ne constitue-t-elle pas par définition une forme entendant « lutter avec l’emprise du sens textuel », pour reprendre les propos de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous. Force est de constater que, de la forme parfois étrange des « bulles » chères à la bande dessinée aux étonnantes réflexions que certains artistes peuvent parfois mener sur le lettrage de leurs planches, le neuvième art peut être considéré comme la terre d’élection d’un calligramme. Pour s’en persuader, il n’est qu’à regarder une œuvre comme celle de Ruppert et Mullot (dans laquelle le texte ne saurait prendre place que de façon fragmentée) ou de Gipi (produisant une vie mal dessinée car elle est entièrement écrite au stylo-bille avec des formes tenant tout autant de l’écriture que d’autres types de représentation). Et nous invitons donc nos lecteurs à explorer ce problème passionnant avant le 10 juin prochain.

 

Les nouvelles tendances de la création calligrammatique

Date limite : 10 juin 2012

Cadre théorique :

Depuis qu’il a été inventé par Apollinaire en 1918, le mot « calligramme », tout en permettant de mettre un nom sur l’antique pratique des « vers figurés » a ravivé les tensions internes à la création poétique, entre l’expressivité graphique et l’expressivité sonore, la mimesis et le lyrisme.

Le secret de la longévité et de l’adaptabilité du genre réside dans l’interrogation sans cesse renouvelée qu’il porte sur le trait, support commun à la peinture et à l’écriture, et sur la langue, grâce à la forme prégnante, interprétant universel seul en mesure de lutter avec l’emprise du sens textuel (Nicole Biagioli, Daniel Bilous, Lire le calligramme, Protée, vol.14, n°1-2, 1986).

Le renouveau du calligramme au début du XXe siècle a été relié à la « crise des arts plastiques et la nécessité d’un renouvellement poétique » et au souci d’intégrer dans une oeuvre d’art « la multiplicité de points de vue » (Nicole Marie Mosher, Le texte visualisé. Le calligramme de l’époque alexandrine à l’époque cubiste, New York, Peter Lang, [u. a], 1990). Mais le développement de l’art typographique n’y a pas été étranger (Anne-Marie Christin, L’Image écrite ou la déraison graphique, Paris, Flammarion, 1995).

Le XXIe siècle est l’ère du télescopage des cultures, de la littérature-monde et des technologies modernes qui minent la distinction entre texte imprimé et texte tracé. Le calligramme hérite de la « pensée de l’écran » propre à l’image et se positionne au coeur des pratiques intermédiales (Philippe Marion, synthèse du 5ème colloque du CRI, Montréal, Nouvelle sphère intermédiatique V, 2003). Alors que pour certains il sert « non pas [à] exprimer une culture, mais [à] s’en arracher » (Michel Le Bris, Jean Rouaud (dir.) Pour une littérature-monde, Gallimard, Paris, 2007), pour d’autres, il est l’embrayage par excellence de la langue et la culture.

Quatre artistes ont accepté de collaborer avec nous et de nous faire partager leur expérience :

Juri Gik : artiste russe né à Kaliningrad à 1971 qui vit à Pushkino près de Moscou depuis 1996, pratique le mail art et l’art visuel. Il associe le calligramme à son travail sur le timbre (stamp-art), la correspondance postale et  la correspondance électronique. Il a publié la première anthologie du stamp-art sur CD ROM sous le titre « Encyclopedy of Collector » (Cyrill & Methodius, 1999) ;

Yazid Kheloufi : né en 1963 à Hammam Boughrara, dans l’Ouest algérien, plasticien calligraphe qui s’inspire du grand philosophe arabo-persan du Xe siècle, Abu Hayyan al-Tawhidi. Il tend à se rapprocher de l’écriture mystique, considérant l’unité entre ce que l’on voit, ce que l’on comprend et ce que l’on « ressent »comme condition nécessaire à l’expression de la beauté.

Bruno Niver : artiste français qui vit à Moscou depuis les années 90. Il déploie les potentialités du genre vers l’intersémioticité (par le passage à la couleur, à la troisième dimension et au mouvement), l’interculturalité (français/russe), et le plurimédia (tension entre le projet poétique et ses déclinaisons plastiques et musicales).

William Wolkowski : artiste et scientifique qui vit à Paris. Il combine calligrammatisation et traduction pour redéployer le sens et la forme de textes et de citations célèbres de Poe, St François d’Assise, Ronsard, Schiller, Mickiewicz, et pour célébrer l’année mondiale de la chimie en 2011. Son oeuvre contribue à l’amorce d’un « Espace Géopoétique Européen ».

L’oeuvre de ces artistes servira de tremplin à une réflexion sur les tendances actuelles de la production calligrammatique qui s’organisera autour de trois axes :

1- L’entrée dans la modernité

En revenant sur les révolutions esthétiques qui ont marqué le XXe siècle, on retracera l’histoire moderne du genre, qui a préludé à son actuelle mondialisation :

  • Quelles grandes scansions : auteurs-phares, écoles et mouvements esthétiques, extension à la sphère publicitaire et politique rythment l’évolution du genre ?
  • Avec quels autres genres s’est-il mêlé, affronté ? Pour quels métissages, quelles expérimentations ?
  • Quelles conséquences les controverses idéologiques, les bouleversements formels l’expansion et la démocratisation du genre ont-ils eu eux sur sa réception ?

2- Calligramme et interculturalité interlinguistique

En considérant les productions les plus récentes des artistes multilingues, on s’interrogera sur la manière dont le calligramme permet aux artistes de visualiser le bruissement des langues:

  • Quelle importance revêt la traduction dans le processus de production du calligramme depuis la conception jusqu’à la diffusion ?
  • Quel rôle jouent en particulier les écritures non romaines : arabe, chinois, cyrillique et avec quels effets de défamiliarisation?
  • Qu’est-ce qui demeure des « expériences singulières, c’est-à-dire socialement marquées » (Bourdieu) qui motivent la création ? Le calligramme est-il conçu comme une expression des identités ou comme une invite au dialogue interculturel ?

3- Calligramme et nouveaux médias :

On réfléchira aux enjeux des nouvelles technologies (traitement de texte, mise en ligne, projection, création interactive sur site, etc.) pour la création calligrammatique :

  • Comment le calligramme s’est adapté à la multiplication des écrans dans notre quotidien ? La tactilité du doigt vient-elle se substituer à la tactilité de l’oeil ?
  • Comment le tracé pictural ou manuscrit, prolongement du geste corporel et de la personne de l’artiste, résiste à ou se repositionne dans un tel contexte ?
  • Comment la création calligrammatique est-elle entrée dans l’ère de la création plurielle et interactive ? Existe-t-il des calligrammes collectifs ?

Responsable : Nicole Biagioli

Adresse : CTEL (Centre de Recherche Transdisciplinaire en Epistémologie de la Littérature EA 6308) Université de Nice-Sophia Antipolis, UFR LASH, 98 Bd. Edouard Herriot, 06200 Nice

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Photolittérature, littératie visuelle et nouvelles textualités

 

Paul Edwards, Vincent Lavoie et Jean-Pierre Montier lancent un appel à communication intitulé : « Photolittérature, littératie visuelle et nouvelles textualités ». Cette proposition invite les chercheurs à s’intéresser « à des productions imprimées dans lesquelles ont été insérées des photographies, le plus souvent à titre d’illustrations, au sein d’œuvres ayant un statut littéraire ou vocation à être perçues ou reconnues comme telles ». On ne peut plus original, ce champ de recherche concerne bien évidemment tous ceux qui s’intéressent aux relations entre textes et images : ils pourront traiter des nombreuses œuvres mentionnées dans le texte que nous reproduisons ci-dessous, mais également se tourner vers des productions qui ne sont pas ici mentionnées. Nous pensons notamment au remarquable « récits photographiques » réalisés par Benoît Peeters et Marie-Françoise Plissart (Fugues, Droits de regard, Le Mauvais œil…) publiés aux éditions de Minuit, et plus largement à des romans-photos dont Jan Baetens montre dans un brillant essai (Pour le roman-photo, Les Impressions Nouvelles) toute la modernité et la proximité avec d’autres modes d’expression. Il ne s’agit là que d’une intuition que nous invitons nos lecteurs à formuler avant le 30 juin prochain.

 

 

 

« Photolittérature, littératie visuelle et nouvelles textualités »

Organisé par les équipes Cellam (Université Rennes 2), Figura (Université du Québec à Montréal) en collaboration avec NYU Paris

NYU, Paris, 26 & 27 octobre 2012

Colloque international et interdisciplinaire, sous la direction de Paul Edwards (NYU, Paris 7) Vincent Lavoie (Uqàm) et Jean-Pierre Montier (Rennes 2)

La photolittérature réfère à des productions imprimées dans lesquelles ont été insérées des photographies, le plus souvent à titre d’illustrations, au sein d’oeuvres ayant un statut littéraire ou vocation à être perçues ou reconnues comme telles. Par extension, le mot désigne aussi l’ensemble des productions éditoriales dans lesquelles l’image photographique joue un rôle structurant. Au regard des classements génériques traditionnels, la photolittérature relève de la para-littérature, des marges du littéraire ou des médias illustrés. En réalité, on y trouve : des oeuvres d’écrivains absolument majeurs ; des textes très novateurs mais plus ou moins ignorés, méritant d’être reconsidérés et de servir de support à une réévaluation globale de cette production, voire plus largement de l’histoire littéraire; des ouvrages à tirage limité, parus chez des éditeurs qui sont aussi parfois imprimeurs ou libraires, dans la tradition du livre d’artiste; des contributions parues dans des magazines et auxquels des écrivains collaborent ponctuellement; des formes de communications visuelles (l’essai photographique) renouvelant les modes d’intrication du texte et de l’image ; des livres où la photographie s’impose comme vecteur principal sinon exclusif de la narration ; des créations contemporaines opérant la transition d’une culture du livre et de l’imprimé à une culture de l’écran.

La photolittérature constitue donc également un opérateur théorique permettant de repenser les rapports d’autorité entre le texte et l’image, les régimes de l’illustration et les fondements épistémologiques du livre.

La célèbre phrase de László Moholy-Nagy – « L’analphabète de demain ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie » (1928) – est emblématique d’une conception de la modernité où l’image paraît déclasser le texte comme vecteur absolu de distribution du savoir. Sous l’impulsion des médias de masse dans l’entre-deux-guerres, et plus particulièrement de la presse illustrée, émerge une nouvelle littératie de l’image susceptible de renverser les rapports d’autorité que la littérature entretient avec la photographie. Celle-ci prend la forme de l’essai photographique, un type de narration visuelle reposant sur la succession de plusieurs images étroitement liées par un contexte graphique et textuel. Tout en continuant de privilégier la forme livresque, certaines propositions éditoriales ont redéfini la nature de la relation que la photographie entretient avec le texte. Ces propositions, avec ou sans texte, sont celles de photographes (Albert Renger-Patzsch, Die Welt ist schön (Le monde est beau), 1928, Lewis W. Hine, Men at Work, 1932; Bill Brandt,  Night in London, 1938; Weegee, Naked City, 1945), de photographes et d’écrivains (Walker Evans et James Agee, Let Us Now Praise Famous Men, 1941; ), de photographes et de poètes (Paul Éluard et Hans Bellmer, Les Jeux de la poupée, 1949 ; Lise Deharme et Claude Cahun, Le Coeur de Pic, 1937) ou encore de photographes et de sociologues (Dorothea Lange et Paul S. Taylor, An American Exodus, 1939). Tous ces ouvrages constituent des créations spécifiques reposant sur une esthétique de la mise en page et de la typographie. Certains d’entre-deux présentent un intérêt marqué pour les formes et propriétés graphiques des mots, parfois plus que pour leurs significations. La « visualité » des mots, dont on sait combien elle fut déterminante pour le futurisme (Parole in libertà de Marinetti) et le dadaïsme, fait alors l’objet d’une attention toute particulière. Autant la reproductibilité de la photographie aura stimulé la production éditoriale, autant cette dernière aura désigné la reproduction photographique comme l’un des principaux emblèmes du XXe siècle. C’est cette contribution croisée à la modernité que ce colloque entend étudier dans ses diverses facettes.

Nous sommes aujourd’hui confrontés, et nous pouvons en faire aisément le constat, à des formes de plus en plus variées de textes, produits à l’aide de l’ordinateur. Ce sont des textes à la croisée du papier et de l’écran, ou alors n’existant que dans le cyberespace, des productions où le texte et l’image se côtoient selon une logique intermédiatique de plus en plus élaborée, des hypertextes qui nous entraînent dans des labyrinthes narratifs venant, par leur structure même, renouveler les bases de la textualité. Qu’ils soient fonctionnels ou de fiction, ces hypertextes sont distribués sur des sites consacrés à la littérature ou aux explorations multimédiatiques. En fait, l’hypertextualité est une caractéristique fondamentale du cyberespace, et la littérature qu’on y trouve en exploite les possibilités à l’aide de programmes sophistiqués. Aux côtés de ces textes entièrement numérisés s’épanouissent des oeuvres hybrides, des livres accompagnés de cédéroms qui offrent une mise en spectacle multimédiatique du texte (La Suite mongole de D. Kimm [2001]), des romans où la typographie et la mise en page sont soumises à d’importantes torsions et variations rendues possibles par l’informatisation du processus d’édition des textes (La Maison des feuilles de Mark Z. Danielewski [2002]), des romans qui jouent sur une forte présence de l’image (La sensualiste de Barbara Hodgson [1999]). Or, ces formats divers attestent d’une diversité toujours croissante, de nos jours, des situations de lecture et des expériences de la textualité. Le texte n’existe plus seul ; il côtoie des images et il est intégré à des dispositifs qui l’animent, l’effacent ou l’opacifient à souhait. Ce sont des dispositifs qui en modifient substantiellement la forme ainsi que la texture, et qui exigent en fait de créer un nouveau vocabulaire, voire une nouvelle grammaire.

Ce colloque a pour ambition de contribuer à une réflexion sur l’histoire passée et la mutation contemporaine des littératures, du livre, de la photographie et plus largement des formes de textualités. Ces cadres d’ensemble étant posés, les propositions pourront se rapporter plus spécifiquement aux axes suivants :

  • épistémologie du livre illustré et historicité de la photolittérature
  • paralittérature, identité et intermédialité
  • théories de l’illustration et littératie de l’image
  • hypertextualité, culture de l’imprimé/culture de l’écran, imaginaires de la fin du livre
  • relations texte/image, visualité du mot, narrativité de l’image et modernité artistique
  • présence du corps, érotisme de l’image/du livre

Prière d’envoyer vos propositions de communication, d’environ 750 mots, avec un titre, même provisoire, et en incluant vos coordonnées, votre affiliation institutionnelle, une adresse postale et une adresse électronique avant le 30 juin 2010 à phlit.org@gmail.com

Responsable : Paul Edwards, Vincent Lavoie, Jean-Pierre Montier

Url de référence :
http://www.phlit.org/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Représentations

Rafael Guijarro García et Claire Romero Pérez lancent un appel à communication pour un numéro de la revue Logosphère intitulé : « Représentations ». Le chantier est de taille car il s’agit de l’une des notions centrales de la pensée philosophique et esthétique, comme le montrent les auteurs qui la définissent comme un « lien symbolique entre le monde extérieur et le monde mental » modelant « notre rapport au réel » et s’inscrivent dans le cadre strict de la littérature. Mais, même s’il est question de « tissage de mots savamment choisis », il nous semble pertinent de poser une question : les « littératures dessinées », pour reprendre un mot d’Harry Morgan, et plus largement toutes les formes de récit imagées, n’invitent-elles pas à repenser les contours de cette notion si large ? La question n’a rien d’anecdotique et il nous semble qu’elle se pose aussi bien à propos de l’autobiographie photographique d’André Breton (Nadja) qu’à propos de L’Immense solitude de Frédéric Pajak. Dans les deux cas, il s’agit d’organiser une rencontre entre texte et image que l’on ne saurait réduire au champ de la « bande dessinée » et qui semble bien nous inviter à répondre à la question ici soulevée : « Qu’est-ce que la littérature ? » au regard de ses modalités de représentation.

Logosphère Nº 8

«Représentations»

APPEL À CONTRIBUTIONS

Date limite de réception : le 30 avril 2012

Coordonnent ce numéro:  Rafael Guijarro García (guijarro@ugr.es) – Mª Claire Romero Pérez (mcromero@ugr.es).

La notion de représentation signifie « l’action de mettre devant les yeux ou devant l’esprit de quelqu’un » (Grand Robert), c’est-à-dire « rendre présent ce qui est absent », mais également ce qui est rendu présent et ce qui remplace. Il s’agit non seulement de l’action de représenter mais aussi du résultat de cette action.

À la croisée de domaines de recherche variés (sciences humaines et sociales), la représentation est en pleine expansion. Lien symbolique entre le monde extérieur et le monde mental, elle joue un rôle primordial dans les théories cognitives puisque notre rapport au réel, la façon de le saisir et d’intervenir sur lui dépendent essentiellement de ses apparences manifestes et d’une série de processus cognitifs.

La représentation, considérée comme une entité concrète ou abstraite, donne donc forme et contenu à une autre entité réelle ou supposée réelle. Étant donné sa nature plurielle, ses manifestations recouvrent deux principaux domaines :

– Représentations immatérielles : une image mentale, l’idée que l’on se fait d’un objet, d’un concept…

– Représentations matérielles : un tableau, une sculpture, arts du spectacle (théâtre, opéra…), discours et points de vue d’autrui, littérature…

La représentation littéraire est probablement la plus ambiguë par son caractère exclusivement linguistique. L’expression représentation littéraire entraîne dans son sillage l’éternelle question, à savoir « Qu’est-ce que la littérature ? ». S’agit-il d’une représentation du monde, du réel, ou du fictif, provenant d’un tissage de mots savamment choisis ? Aux yeux de certains, la représentation littéraire est devenue un concept controversé, ce qui ne peut qu’attiser la discussion à laquelle nous vous incitons, par vos articles, à participer pour éclairer tant soit peu la propre notion, et à rejoindre par là-même d’autres représentations qui lui sont naturellement liées.

Tenant compte que toute représentation peut être individuelle ou collective/sociale (Bourdieu, Jodelet…) et s’appuyant sur le dynamisme produit par sa nature multiple, nous vous invitons à vous pencher sur les domaines qui intègrent les différentes manières de représenter.

Logosphère se trouve indexée dans les bases de données DICE, ISOC (IEDCYT), SUDOC, dans les catalogues et répertoires Latindex, CatBUA, Rebiun, Dialnet.

NORMES POUR LA PRÉSENTATION D’UN ARTICLE

Envoi

Logosphère est une revue périodique à parution annuelle qui publie essentiellement des articles de recherche en littérature et en linguistique, dans le domaine des études en langue française. Les contributions, rédigées soit en espagnol soit en français, seront supervisées par les membres du Comité Scientifique, ou par une commission d’évaluation externe si le sujet de l’article le requiert, après expertise du Comité Éditorial. Pour garantir l’anonymat, le travail sera précédé d’une page sur laquelle seront indiqués le titre de l’article, le(s) nom(s) et prénom de l’auteur ainsi que son adresse professionnelle ; facultativement, son adresse personnelle, son nº de téléphone et son courriel, qui ne seront pas publiés. À l’exception du titre, ces informations ne doivent pas figurer dans le texte de l’article. Il est prié de ne pas inclure dans le travail de références qui pourraient identifier son auteur. Les propositions d’articles, rédigées en français ou en espagnol, seront envoyées à : Dra. Montserrat Serrano Mañes. Directora de Logosphère. Departamento de Filología Francesa. Facultad de Letras. Campus Universitario de Cartuja. Universidad de Granada. 18071-GRANADA. Email: mserrano@ugr.es

Normes

Les articles sont soumis à une évaluation anonyme. Les évaluateurs ne connaissent pas le nom de l’auteur et celui-ci ignore l’identité des évaluateurs.

· Remise de l’article sur version papier et sur CD-Rom ou diskette –PC Word de préférence–, où figurera le nom de l’auteur ainsi que le titre de l’article.

· La sortie papier sera envoyée en trois exemplaires numérotés à la main. Les textes ne seront pas restitués.

· Les articles, inédits, n’excèderont pas quinze pages, bibliographie et notes incluses. Format A4. La proposition d’article sera accompagnée d’un résumé de cinq lignes (600 caractères au maximum) rédigé en espagnol, en français et en anglais, et suivi de cinq mots-clé. Ces résumés seront séparés du titre par deux lignes blanches, et du corps du texte par trois lignes blanches.

· Titre de l’article : Times New Roman, taille 18, caractères gras.

· Corpus du texte : Times New Roman, taille 12, interligne 1,5. Ne pas sauter de ligne entre les paragraphes, sauf pour marquer les grandes articulations. Marges supérieure, inférieure, droite et gauche : 2,5 cm.

· Résumés et mots-clé : taille 10, interligne simple, italique.

· Citations de plus de trois lignes :

-police Times New Roman, taille 10, interligne simple.

-à séparer du corps du texte par une ligne blanche avant et après.

-en retrait d’un centimètre.

-sans guillemets au début et à la fin.

-suivies du nom de l’auteur, la date de publication et les pages citées, entre parenthèses : (Auteur, date : pages).

· Les citations de moins de trois lignes seront présentées dans le corps du texte entre guillemets, suivies du nom de l’auteur, la date de publication et les pages citées, entre parenthèses : (Auteur, date : pages).

· Paragraphes : La première ligne de chaque paragraphe est présentée avec un retrait d’un centimètre.

· Sous-titres : Si le texte est subdivisé, on utilisera pour les sous-titres, numérotés, des caractères gras.

· L’utilisation du gras et du soulignement dans le corps du texte est à proscrire.

· Notes : Les notes en bas de page sont uniquement utilisées lorsqu’il est nécessaire d’ajouter des informations. Police Times New Roman, taille 10, interligne simple.

· Les schémas et dessins apparaîtront sur la disquette ou le CD-Rom, dans le même programme, à la fin de l’article devant la bibliographie.

· Les références bibliographiques complètes, classées par ordre alphabétique, seront fournies trois lignes après la fin de l’article. Police Times New Roman, taille 10. La date de l’édition apparaît immédiatement entre parenthèses, après le nom de l’auteur. Lorsque la référence renvoie à une édition autre que la première, la date de la première édition sera indiquée à la fin.

Exemples :

UBERSFELD, A. (1997) Lire le théâtre, Paris, Eds. Sociales, 1992.

GASTON ELDUAYEN, L. (2004) Rabelais, Madrid, Ed. Síntesis.

KÜPER, J., “The Traditional Cosmos and the new world”, Modern Language Notes, 2003, v. 118, nº 2: 363-393, The John Hopkins University Press, Baltimore.

IRELAN, S., “La voix des guerrières : les écrivaines algériennes contemporaines », in La Francophonie sans frontières : une nouvelle cartographie de l’imaginaire au féminin, L. Lequin et C. Mavrikakis, Paris, L’Harmattan 2001.

· COMPTES RENDUS.-

· Pour la présentation des comptes rendus on appliquera les mêmes que pour les articles.

· Maximum trois pages.

Adresse : Dra. Montserrat Serrano Mañes. Directora de Logosphère. Departamento de Filología Francesa. Facultad de Letras. Campus Universitario de Cartuja. Universidad de Granada. 18071-GRANADA.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’engendrement des images, colloque 3-5 octobre, Lyon

L’ENS de Lyon organise en octobre un colloque consacré aux processus d’engendrement des images. Croisant regards de chercheurs reconnus dans le champ de la bande dessinée (Thierry Smolderen, Thierry Groensteen, Björn-Olav Dozo, Laurence Grove…), de chercheurs nouveaux venus sur ce terrain (Henri Garric), de jeunes chercheurs (élèves à l’ENS) mais aussi de créateurs aussi intéressants que Benoît Peeters ou Marc-Antoine Mathieu, dont on sait à quel point leur pratique est traversée par les questionnements théoriques. Le colloque accueillera également l’intervention de Camille Baurin, membre du comité de rédaction des Carnets.

En voici ci-dessous le programme :

L’engendrement des images

Colloque international sur la bande dessinée

ENS de Lyon
Amphithéâtre Descartes
3 au 5 octobre 2011

La bande des­si­née est long­temps restée en situa­tion mar­gi­nale, tout à la fois dans les domai­nes de l’édition, de l’ensei­gne­ment et de la recher­che. Ce n’est plus aujourd’hui le cas : la bande des­si­née est main­te­nant reconnue comme un art à part entière. Les éditeurs de bande des­si­née ont créé, depuis vingt ans, des col­lec­tions de qua­lité (Aire Libre, chez Dupuis, Shampoing, chez Delcourt, Poisson Pilote chez Dargaud, etc.), accueillant des albums remar­qua­bles et reconnus par la cri­ti­que ; ils accor­dent par ailleurs de plus en plus de place à la tra­di­tion, avec de nom­breu­ses réé­di­tions patri­mo­nia­les, per­met­tant ainsi une meilleure connais­sance des filia­tions artis­ti­ques (tra­vail notam­ment accom­pli par les éditions Futuropolis). Pour ce qui est de l’ensei­gne­ment, les pro­gram­mes du secondaire font une place de plus en plus impor­tante aux bandes des­si­nées, notam­ment dans le cadre de l’appren­tis­sage de l’ana­lyse du récit. Enfin, la recher­che s’est empa­rée de cet objet, pro­po­sant de nou­vel­les théo­ries sti­mu­lan­tes et des ana­ly­ses pré­ci­ses de la tra­di­tion « bédéi­que ». Elle impli­que aujourd’hui de plus en plus de cher­cheurs uni­ver­si­tai­res. Avec le col­lo­que « L’engen­dre­ment des images » nous pro­po­sons de pren­dre acte de cette évolution en organisant à l’ENS de Lyon un grand événement cultu­rel et scien­ti­fi­que autour de la bande des­si­née, un des pre­miers dans l’uni­ver­sité fran­çaise.

1) Un événement cultu­rel.

Le col­lo­que pro­pre­ment dit sera accom­pa­gné de plu­sieurs mani­fes­ta­tions des­ti­nées à animer la vie cultu­relle de l’ENS au cours du mois d’octo­bre. Une expo­si­tion consa­crée à l’oeuvre de Rodolphe Töpffer sera orga­ni­sée dans la gale­rie « La Librairie ». Des repro­duc­tions de Les Amours de Mr. Vieux-Bois, album d’ « his­toi­res en estampe » consi­déré comme une des pre­miè­res bandes des­si­nées, seront accom­pa­gnées de pan­neaux pré­sen­tant les enjeux essen­tiels de l’oeuvre de Töpffer. Accompagnant le col­lo­que pro­pre­ment dit, une table-ronde aura lieu, ras­sem­blant des auteurs de bande des­si­née contem­po­rains (Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu) dont les oeuvres auront été évoqués dans les dis­cus­sions.

2) Un événement scien­ti­fi­que excep­tion­nel.

Le point de vue choisi se veut réso­lu­ment lié aux carac­té­ris­ti­ques pro­pres de la bande des­si­née : il ne s’agira pas de pro­po­ser une jus­ti­fi­ca­tion « lit­té­raire » ou socio­lo­gi­que. C’est pour­quoi nous avons pro­posé aux inter­ve­nants de réflé­chir sur la ques­tion de l’ « engen­dre­ment des images », ques­tion qui se prête tout à la fois à une réflexion géné­ti­que, esthé­ti­que et sémio­ti­que et qui permet d’inter­ro­ger aussi bien la tra­di­tion de la bande des­si­née dans ses com­men­ce­ments au XIXe siècle, son évolution tout au long du XXe siècle, que la pro­duc­tion contem­po­raine. Interviendront Benoît Peeters, grand spé­cia­liste de la bande des­si­née avec Case, plan­che, récit, scé­na­riste des Cités obs­cu­res et auteur récent de la pre­mière bio­gra­phie de Jacques Derrida ; Thierry Groensteen, ancien direc­teur de la Cité inter­na­tio­nale de la bande des­si­née, auteur à ce jour d’ouvra­ges qui sont des clas­si­ques, consa­crés non seu­le­ment à l’ana­lyse sémio­ti­que de la bande des­si­née (Le sys­tème de la bande des­si­née), aux auteurs récents (Tardi, En chemin avec Baudoin), mais aussi au recen­se­ment patri­mo­nial (Krazy Herriman, Les Années Caran d’Ache) ; Thierry Smolderen, ensei­gnant à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image à Angoulême, auteur remar­qué de Naissances de la bande des­si­née, qui replace la nais­sance de la bande des­si­née dans le contexte des tra­di­tions ico­no­gra­phi­ques clas­si­ques et du roman­tisme nais­sant ; Laurent Dubreuil, pro­fes­seur à l’Université de Cornell, spé­cia­liste de lit­té­ra­ture fran­çaise et auteur de plu­sieurs tra­vaux sur la bande des­si­née ; Laurence Grove, direc­teur du centre des études fran­çai­ses à l’Université de Glasgow, spé­cia­liste des emblè­mes en lit­té­ra­ture et auteur d’un ouvrage consa­cré à la bande des­si­née fran­çaise (Comics in French : the European Bande des­si­née). Cependant, notre col­lo­que ne s’appuiera pas uni­que­ment sur des spé­cia­lis­tes renom­més et déjà reconnus. Nous tenions à asso­cier de la façon la plus étroite des étudiants et anciens élèves de l’ENS à cet événement. Les mas­ters et thèses por­tant sur la bande des­si­née se sont en effet mul­ti­pliés ces der­niè­res années et nous pen­sons que l’asso­cia­tion entre cher­cheurs reconnus et jeunes cher­cheurs contri­bue de façon par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace à la créa­tion scien­ti­fi­que, notam­ment dans un domaine que l’uni­ver­sité s’appro­prie depuis peu. Cinq élèves ou anciens élèves inter­vie­ndront, per­met­tant ainsi une imbri­ca­tion directe du col­lo­que dans le sol de l’Ecole.

Lundi 3 octobre 2011

Accueil
9 h : Ouverture du colloque
9 h 15 : Présentation par Eric Dayre, directeur du CERCC (ENS de Lyon)

Processus créateurs de l’image
Président de séance : Henri Garric (ENS de Lyon)

9 h 30 : Benoît Peeters :
« Le scénariste et l’engendrement des images : quelques paradoxes »

10 h 15 : Sergio Garcia Sanchez (Ecole des Beaux-Arts de Grenade)
« Histoire d’une page : processus créatif en bande dessinée »

11 h 15 : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)
« Temporalités et engendrement des images »

Réflexion des images dans le domaine anglo-saxon
Président de séance : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême)

14 h : Camille Baurin (Université de Poitiers) : « Le déploiement de l’image dans l’oeuvre d’Alan Moore : engendrement, métalepse et réflexivité »

14 h 45 : Laurent Dubreuil (University of Cornell) : « Auto-présentation, auto-engendrement : Krazy Kat, Asterios Polyp, etc. »

16 h 00 : Denis Mellier (Université de Poitiers) : « Fiction générale et engendrement intermédial : le cas du Steampunk »

21 h : Projection du film de Stephen Frears, Tamara Drewe au Théâtre Kantor.

Mardi 4 octobre 2011
Au coeur des albums (1) : le mouvement des images

Président: Denis Mellier (Université de Poitiers)

9h : Marion Rostam (ENS de Lyon) :
« Naissance d’un imaginaire graphique dans L’Ascension du Haut-Mal de David B. »

9 h 45 : Björn-Olav Dozo (Université de Liège) :
« L’engendrement narratif par contamination de cases juxtaposées chez Trondheim »

10 h 45 : Marion Lejeune (ENS de Lyon) :
« La reprise des dessins dans les bandes dessinées sans paroles »

11 h 30 : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême) :
« La Cage de Vaughn-James et ses avatars contemporains »

Au coeur de l’album (2) : de la planche au récit
Président : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême)

14 h : Laurence Grove (Université de Glasgow) : « Le récit en une planche du Moyen Âge à l’OUBAPO »

14 h 45 : Morgane Parisi (EESI d’Angoulême) : « Engendrement et genèse : l’élaboration d’un album de bande dessinée »

15 h 30 : Table-ronde : « Comment engendrer les images ? » (avec Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu)

18 h 30 : Inauguration de l’exposition « Töpffer » dans la Galerie « La Librairie » (Forum)

 

Mercredi 5 octobre 2011
Album, Blogs, feuilletons : les diverses formes de l’engendrement

Président de séance : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)

9 h : Henri Garric (ENS de Lyon) :
« Engendrement du gag : mécanisme et souplesse du corps dessiné »

10 h : Elsa Caboche (ENS de Lyon) :
« Narration en images dans les blogs BD : modes d’expression, spécificités, expérimentations »

11 h : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême) :
« Milton Caniff : l’engendrement de l’image comme attracteur feuilletonesque »

Conclusion : Henri Garric et Didier Ottaviani

Cinema and comics

Barbara Maio, de l’université de Rome 3, lance, pour le compte de la revue OL3Media, un appel à communication intitulé : « Cinema and Comics ». Celui-ci doit déboucher sur la réalisation de courts essais (2000-3000 signes) portant sur des thèmes on ne peut plus divers dont nous publions ci-dessous une liste dans laquelle il s’agira de piocher (ou de compléter) avant le 15 mars prochain (contactés, les organisateurs sont prêts à accorder un court délai).

Ol3Media: Cinema and Comics

The 2011 is going to be a year in the sign of comics adaptations with the coming of Thor and Captain America, the origin of X-Men, the 3D technology. Those two forms of popular entertainment usually share a similar path but just in the last few years we have seen an invasion of comics adapted for the big screen, also with secondary characters.

Next issue of Ol3Media is looking for short essays about it. Some suggestions:

  • the aesthetic of the mise-en-scene of comics;
  • authorship adaptations (Tim Burton, Sam Raimi, Christopher Nolan etc.);
  • vertical (saga) and horizontal (spin-off) serialization;
  • aesthetics of DC Comics vs. Marvel;
  • digital elaboration of images (Sin City, V per Vendetta, 300 etc.);
  • non-US productions (Asterix, Akira, Adèle etc.)
  • Italian cases (Paz!, Dylan Dog etc.)
  • non mainstream adaptations (Ghost World, Scott Pilgrim, Constantine etc.)
  • less famous comics (Kick Ass, Tamara Drew, The Green Hornet, Green Lantern etc.)
  • adaptation between mainstream and cult;
  • 3D technology in recent adaptations;
  • tv adaptations (Walking Dead, Batman etc.).

but we are going to accept also proposal from different points of view.

Chosen essays will be published in the next number of Ol3Media on line by the middle of June 2011. Proposals with a short bio (5/6 lines) should arrive by March 15 while accepted essays should be finished by May 15 for the final editing. Essays could be in Italian or English and will be published in the original language. Final essays should be between 2.000 and 3.000 words.

For information and submission
ol3media@uniroma3.it or barbara.maio@uniroma3.it

Ol3Media is the online journal of Cinema, Television and Media Studies of the Cine&Tv Master’s, University Roma Tre: http://host.uniroma3.it/riviste/Ol3Media/

Barbara Maio
University Roma 3 – Italy
Email: barbara.maio@uniroma3.it
Visit the website at http://host.uniroma3.it/riviste/Ol3Media/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’imaginaire

L’Université de Québec accueillera du 22 au 26 août 2011 le 9e Congrès International sur l’étude des rapports entre textes et images dont le thème est : « L’Imaginaire ». L’appel à communication, que nous reproduisons ci-dessous, invite ainsi les chercheurs travaillant sur la bande dessinée à explorer une « interface entre le sujet et le monde »  d’au moins deux façons  :

– à travers une culture populaire, thème on ne peut plus riche en bandes dessinées : pensons par exemple au Comics et à leur réinterprétation contemporaine par des auteurs comme Mark Millard (Superman Red Son, Wanted), Frank Miller (Batman Dark Knight) ou Garth Ennis (The Boys) dont le travail semble questionner les présupposés idéologiques et politiques de l’action des superhéros.

– comme un champ économique structurant le domaine de l’imprimé et plus largement le mode de production des biens culturels : à l’heure où l’imaginaire s’inscrit de concert sur une multiplicité de support à travers des licences (Star Wars ou Dragon Ball pour ne citer que les plus profitables), force est de constater que celui-ci relève d’investissements et de modes de créations abordés dans La Transécriture. Pour une théorie de l’adaptation (ouvrage publié par Thierry Groensteen et édité par le CNBDI).

Cette liste est loin d’être exhaustive et il s’agira de la compléter avant le 15 octobre prochain.

Le 9e congrès international sur l’étude des rapports entre texte et image, L’imaginaire / The Imaginary, se tiendra à l’Université du Québec à Montréal, du 22 au 26 août 2011. Le congrès se fera sous les auspices de FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, du NT2, le Laboratoire de recherche sur les arts et les littératures hypermédiatiques, du CRILCQ, le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises et de la Faculté des arts.

Centré sur l’imaginaire, qu’il apparaisse comme une interface entre le sujet et le monde, comme un registre de la pensée, comme un vaste ensemble d’images et de signes, de textes et d’objets de pensée, ce congrès veut explorer les relations entre les textes et les images dans un contexte de transformation qui nous voit passer de façon de plus en plus certaine d’une culture du livre à une culture de l’écran.

L’imaginaire s’impose d’emblée comme une façon d’interpréter le monde et il s’inscrit indéniablement au coeur de notre rapport à l’art, à la littérature et à la culture. Le congrès permettra d’explorer ce thème dans des recherches théoriques de définition et de conceptualisation de cette notion, ainsi que dans des pratiques d’analyse et d’interprétation de textes et d’images, dans une perspective historique ou en fonction d’enjeux contemporains, alors que s’entrecroisent les études sur les cultures visuelles et textuelles par le recours à des méthodologies interdisciplinaires et intermédiales.

AXES
Six axes sont proposés afin d’organiser les ateliers en fonction de problématiques communes.

1- Fabrique du contemporain
Nous chercherons à analyser et à interroger les productions et dispositifs qui sont au coeur de l’imaginaire contemporain et qui rendent compte de sa spécificité et de sa capacité à innover, que ce soit sur un plan esthétique, médiatique, politique ou social.
2- L’imaginaire de la théorie
La théorie est en soi un imaginaire et engage à un acte d’imagination. Dans cette perspective, nous entendons mettre de l’avant une réflexion sur les liens entre, d’une part, les théories de l’image et du texte et, d’autre part, les représentations de la connaissance, de l’action et de la subjectivité.
3- La mémoire de l’imaginaire
Nous entendons susciter une exploration des formes du passé et de la mémoire. Penser l’imaginaire, c’est examiner, dans leur densité même, les modes de documentation, de conservation, de transmission, de déploiement, de mise en valeur et de légitimation de la production culturelle, artistique et littéraire.
4- L’imaginaire : une économie symbolique
Cet axe porte plus précisément sur les relations entre l’art et le pouvoir, qu’elles se déploient dans le cadre du mécénat, des institutions religieuses ou civiques, de l’état et de ses prérogatives, de la commande voire de la logique du marché. De quelles façons les formes que prend le pouvoir au fil des siècles modifient-elles notre imaginaire et notre attitude à son égard, depuis les sociétés anciennes jusqu’aux formes contemporaines du pouvoir?
5- Formes, figures et effigies
Parler d’imaginaire, c’est cibler les formes et les figures particulières par lesquelles son action se manifeste. Cet axe permet une exploration des images du corps et des représentations de soi, depuis les premières figurines et effigies jusqu’aux avatars et personnages virtuels contemporains. Le corps n’a cessé de se dire et de se montrer, d’être construit culturellement et de s’imposer comme un sujet privilégié de l’art et de la littérature.
6- Imaginaire et culture populaire
Étudier la culture populaire est une façon de comprendre comment l’imaginaire se construit, c’est aussi une manière de mettre en scène les processus symboliques dans leur capacité à faire apparaître du nouveau et d’influencer les comportements. Il s’agit de considérer les constructions imaginaires issues de la performance, du cinéma, des rituels, de l’espace public et d’en analyser les expressions textuelles, visuelles ou orales.
Veuillez envoyer, avant le 15 octobre 2010, votre proposition de communication, composée d’un titre et d’une brève description de 200 mots, à l’une des adresses suivantes :

iawis-2011@uqam.ca
aierti-2011@uqam.ca

Agenda / Calendrier

May 1st / 1er mai 2010 : deadline for session proposals / date limite pour la proposition de sessions

June 1st / 1er juin 2010 : list of sessions selected / liste des sessions retenues

June / juin 2010 : call for papers / diffusion de l’appel à soumissions

October 15th / 15 octobre 2010 : deadline for paper proposals / date limite pour les propositions de communication

November 1st / 1er novembre 2010 : list of papers selected / liste des communications retenues

December 1st / 1er décembre 2010 : preliminary program / programme préliminaire

Url de référence :
http://www.iawis.org/
Adresse : 9E CONGRÈS IAWIS/AIERTI Département d’études littéraires Université du Québec à Montréal C.P. 8888, succ. Centre-ville Montréal, Qc H3C 3P8 Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts