Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots : de la création à la réception

Brigitte Buffard-Moret de l’université d’Artois lance un appel à communication intitulé : « Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots : de la création à la réception ». Débouchant sur un symposium qui se tiendra les 20 et 21 mars 2013, cette proposition nous invite à interroger « boutades, mots d’esprit, calembours, charades, mots-valises, rimes, anagrammes, contrepèteries » et devrait donc intéresser nombre de chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Celle-ci est en effet rarement examinée vis-à-vis de sa production linguistique, et ce alors que l’on peut paradoxalement penser que le « bon mot » fait partie intégrante de son mode de création. Des célèbres productions de Gosiny pour Astérix (comme par exemple, « Il ne faut jamais parler sèchement à un numide » ou encore « Les Ibères sont rudes » dans Le Domaine des dieux et Astérix en Hispanie), aux illuminations de Philippe Gelluck (« Les tongs, ce sont les strings des pieds », Le Chat) en passant par la facétieuse logorrhée imaginée par Greg pour Achille Talon (« Je m’en moque dans des proportions qui vous donneraient une idée de l’infini »), on ne compte plus en effet les productions verbales nous invitant à tenter de mieux cerner cette volonté de « faire effet » en usant des ressources du langage. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 15 juillet prochain.

 

 


Bons mots, jeux de mots, jeux sur les mots : de la création à la réception

Symposium organisé à l’UFR de Lettres et Arts de l’Université d’Artois

les 20 et 21 mars 2013

« Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église », dit le Christ dans l’Évangile de Saint-Mathieu.

« Qui me tue ? Personne », gémit Polyphème, à qui Ulysse, dans L’Odyssée, a déclaré s’appeler ainsi.

« Il n’y avait qu’une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse », fait dire Rabelais à Panurge dans Pantagruel.

« Prends une livre de chair [sur ton débiteur Antonio] », permet Portia à Shylock dans Le Marchand de Venise, mais elle ajoute : « Le billet ne t’accorde pas une goutte de sang ; les termes sont exprès : une livre de chair ».

« Il y a de bons mariages, mais il n’y en a point de délicieux », écrit La Rochefoucauld dans ses Maximes.

« Majesté, votre Sire est trop bonne », dit avec émotion Fernandel dans François Ie de Christian-Jacques.

« Aimer, c’est donner ce qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas », affirme Lacan.

« Fiel ! mon zébu ! », s’exclame Madame de Perleminouze dans Un Mot pour un autre de Tardieu.

« Il a du bobo, Léon ; il porte un bandeau, Léon », chante Boby Lapointe.

« Votre argent m’intéresse », prit autrefois comme slogan publicitaire une banque française.

Et Frédéric Dard intitule un roman consacré au commissaire San Antonio « Bosphore et fais reluire » et un autre « Du bois dont on fait les pipes »…

Qu’ont en commun toutes ces citations ? D’être fondées sur des bons mots, des jeux de mots ou des jeux sur les mots.

Les uns et les autres sont de tous les temps, de tous les pays, de tous les types d’écrits et de discours. Ils sont présents en politique, sur la scène ou les écrans, au café du commerce, dans les textes sacrés, la publicité, la poésie, au coeur des chansons, dans le champ de la psychanalyse. Boutade, mot d’esprit, calembour, charade, mot-valise, rime, anagramme, contrepèterie, « antistrophe » en sont autant de déclinaisons, et la liste est loin d’être close.

Sur quoi reposent-ils ? Obéissent-ils aux mêmes mécanismes à travers les époques et les pays ? Sont-ils liés à une culture particulière ? traduisibles ? Et pourquoi joue-t-on ainsi avec les mots ? Pour faire rire ou pour marquer les esprits ? Pour convaincre ou pour faire rêver ? Volontairement ou malgré soi ? Autant de questions qui intéressent de nombreux domaines : linguistique, stylistique, littératures française et étrangère, traductologie, psychanalyse, histoire, sociologie, arts du spectacle, et la liste, là encore, reste ouverte.

C’est pour répondre à ces questions que le Centre de recherches GRAMMATICA de l’Université d’Artois organise à Arras un symposium les 20 et 21 mars 2013.

La durée des communications sera de 30 minutes. Les propositions (1500 signes maximum) sont à envoyer avant le 15 juillet  à l’adresse suivante : brigitte.buffardmoret@gmail.com

Elles seront soumises à l’avis du comité scientifique du symposium. Si elles sont en nombre supérieur aux possibilités d’accueil des deux journées, il y aura la possibilité d’adresser un article qui figurera dans les actes publiés ultérieurement.

Organisation 

Brigitte Buffard-Moret, professeur de langue française et de stylistique à l’Université d’Artois

Comité scientifique 

Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

Jan Goes (Université d’Artois)

Françoise Rullier (Université Paris-Sorbonne)

Stéphane Sawas (INALCO)

GRAMMATICA

Université d’Artois

Maison de la Recherche

9, rue du Temple – BP 10665

62030 ARRAS CEDEX

Secrétariat : Véronique Meganck

Tél : 03 21 60 60 44

Fax : 03 21 60 38 12

Responsable : Brigitte Buffard-Moret

Url de référence :
http://www.univ-artois.fr/recherche/unites-de-recherche/grammatica/fiche-identite

Adresse : 28, rue de la Fontaine Grelot92340 Bourg La Reine

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’humour anglais

La revue Humoresques lance un appel à communication intitulé : « L’humour anglais ». Conçue par Corinne François-Denève, cette proposition invite des chercheurs à apporter un nouvel éclairage sur un phénomène terriblement complexe à définir comme en attestent les lignes ci-dessous. Mais force est de constater que la bande dessinée peut apporter son concours à cette tentative, notamment à travers deux séries au charme résolument britannique : St. Trinian’s de Ronald Searle (qui met en scène un pensionnat de jeunes filles particulièrement malignes) et Eagle-Eye Junior Spy de Leo Baxendale qui fut publié en France dans Le Journal de Mickey sous le titre d’Archibald Razmott. Mini-barbouze de choc. Nous avouons que nous sommes loin de posséder en la matière une culture encyclopédique et invitons nos lecteurs à nous communiquer d’autres références avant le 30 avril prochain, date-limite de l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous.

 

L’humour anglais 

Tous les dictionnaires l’attestent : l’ « humour » est arrivé en France par le biais de l‘anglais. Et tous les manuels le répètent : s’il est un peuple qui a de l’humour, c’est bien le peuple anglais. L’humour est donc anglais.

Une fois ces évidences posées, il semble toutefois bien difficile de définir « l’humour anglais » — à moins qu’il ne soit d’ailleurs « britannique ». Certains s’y sont bien sûr essayés, évoquant d’abord une particularité anatomique, l’humour britannique ayant trait à la bile noire et à la mélancolie. Lorsque l’humour a cessé de relever de l’humeur, et lorsque l’on a cessé de croire à la théorie des tempéraments, on s’est parfois tourné vers des explications climatiques : l’humour anglais est « sombre » comme les cieux d’Albion. Plus récemment, Salman Rushdie, dans Imaginary Homelands, affirme que l’humour anglais relève de l’imaginaire, de la fiction, du « what if ». Toutes ces idées se résument en une seule : l’humour anglais serait un mécanisme de défense — contre sa nature propre, l’humaine condition, les caprices du temps ou les aléas de l’histoire. D’autres théoriciens ont choisi une approche chronologique et/ou générique, distinguant entre diverses formes d’humour anglais, telles que le « wit », le « nonsense », la satire. Enfin, on peut aussi analyser les procédés de l’humour anglais, en soulignant notamment le jeu avec les « codes », ce savant mélange entre désir de ne pas se faire remarquer et amour de l’excentricité. Pour pouvoir apporter un nouvel éclairage sur « l’humour anglais », nous proposons de partir d’un certain nombre de questions :

Des questions classiques :

– L’humour anglais est-il lié à la langue anglaise ? Pierre Daninos, humoriste français, peut-il imiter l’humour britannique ? L’humour anglais peut-il traverser la Manche ? Est-il traduisible ? Est-il compréhensible pour les non-autochtones?

– Quelle forme de «l’ humour anglais » serait « exportable »? Benny Hill, Mr Bean, Peter Sellers, les Monty Python, tous comiques fondés sur le corps, mais pas le Goon Show, fondé sur la langue ?

– En quoi l’humour anglais est-il différent de l’humour américain, ou irlandais, ou écossais ?

Humour anglais et mondialisation :

– En ces temps de mondialisation, l’humour britannique a-t-il pu préserver sa particularité ? (voir les déclinaisons anglo-saxonnes de séries comiques, comme The Office, serait à ce titre intéressant).

Humour anglais et communautarisme:

– Il semble paradoxal, voire non-politiquement correct, de parler encore d’humour anglais « national ». L’humour anglais existe-t-il encore, ou a-t-il été « assimilé » dans le melting-pot ? Comment est-il assumé, ou refusé, par les diverses « communautés » de Grande Bretagne. ? Bend it like Beckham, réalisé par Gurinder Chadra, est-il le nouvel humour anglais ? Ou Gurinder Chadra un parfait exemple d’ « assimilée » ?

Humour anglais et postcolonie

– Qu’en est-il, de même, de l’humour dans les anciennes colonies britanniques ? L’humour britannique a-t-il laissé des traces visibles en Inde ?

Les propositions d’articles, accompagnées d’un titre, d’un résumé et d’une brève présentation de l’auteur, sont à adresser à : corinne.francois-deneve@uvsq.fr, avant le 30 avril 2012.

Responsable : Corinne François-Denève

Url de référence :
http://www.humoresques.fr/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts