La bande dessinée dans l’ordre des guerres et des génocides

La revue pluridisciplinaire de la fondation d’Auschwitz : Témoigner entre histoire et mémoire propose, dans son numéro 109 de mars 2011, un important et passionnant dossier sur la bande dessinée dans l’orbe des guerres et des génocides du XXe siècle. Ainsi, selon Fransiska Louwagie et Daniel Weyssow (les deux coordonnateurs du dossier) mise au service ou revenant sur les guerres et génocides du XXe siècle, la bande dessinée fut mêlée aux plus sombres événements de notre Histoire.

La première partie du dossier intitulée Propagande évoque le rôle joué (en France, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas) durant la Seconde Guerre mondiale par des éditeurs et auteurs de bandes dessinées qui se mirent au service de l’envahisseur ou qui, au contraire, lui résistèrent. En relevant les contributions de la bande dessinée aux efforts de guerre, c’est son potentiel même en tant que moyen d’action et de propagande qui est ici mis en exergue.

Thierry Crépin : Les éditeurs de bandes dessinées en France sous l’occupation

Dans les années quarante, la presse enfantine est en France le principal support éditorial de la bande dessinée. La défaite militaire a favorisé un renouvellement des éditeurs, la limitation du champ de diffusion des illustrés, l’éclatement des centres de production et une soumission aux censures allemande et vichyste. Confrontés à une situation inédite, les éditeurs français adoptent des comportements d’une grande diversité, entre accommodement des anciens et complaisance des derniers arrivés pour les temps nouveaux.

Renée Dickason : Les bandes dessinées britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale : effort de guerre et messages patriotiques

Dans cet art qu’est le façonnement du « bon citoyen », la propagande met tout en œuvre pour rassembler les esprits et mobiliser un peuple autour d’objectifs communs. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne vit dans la menace d’une invasion de l’ennemi allemand. Sacrifices, adaptations aux exigences d’une période où la pénurie est de rigueur, participation à l’effort de guerre figurent parmi les attentes du gouvernement d’alors. Compléments ludiques aux émissions radio, aux informations diffusées au cinéma ou aux articles publiés dans les journaux, les bandes dessinées apportent une part de rêve et de réconfort à leurs lecteurs. Ici, le but n’est pas d’affoler les jeunes en suscitant chez eux des sentiments anxiogènes face aux exactions qui sévissent dans les régimes totalitaires, il s’agit bien de les rassurer. Si divertir et éduquer sont les principales missions des bandes dessinées, en temps de guerre, elles contribuent aussi inévitablement à informer et à guider les opinions.

Kees Ribbens : Préjugés mis en images. Stéréotypes antisémites dans une bande dessinée aux Pays-Bas sous le régime national-socialiste

Le magazine Volk en Vaderland [Peuple et Patrie], en tant que principal porte-parole du parti national-socialiste néerlandais, colportant les croyances politiques propagées par les sbires de l’occupant allemand, a publié en 1942 une bande dessinée hebdomadaire intitulée « Rare, maar ware commentaren » [Commentaires étranges mais vrais]. Au cours des 45 épisodes publiés, relativement indépendants, Peter Beekman, son créateur, a commenté les événements et l’évolution de l’actualité. Sa représentation de divers ennemis éclaire la façon dont la bande dessinée a été utilisée comme une façon assez nouvelle de propager des opinions clairement racistes. La question centrale développée dans l’article porte sur les différents stéréotypes utilisés pour représenter les Juifs, sur la vision qu’a Beekman des Juifs et sur l’impact possible de ses images antisémites. L’article présente les travaux de Beekman dans le context de l’émergence de la bande dessinée néerlandaise et analyse la présence prégnante de l’antisémitisme dans ce cas spécifique à partir de six thèmes dominants.

La seconde partie intitulée  Guerres et génocides du XXe siècle concerne les possibilités d’évocation des auteurs de bandes dessinées lorsqu’ils reviennent sur les événements. De la première à la Seconde Guerre mondiale, des génocides commis à l’encontre des Arméniens, des Juifs, des Cambodgiens ou des Tutsi aux massacres de Sabra et Chatila, la dimension créative dont fait preuve la bande dessinée en abordant ces sujets longtemps tenus pour inaccessibles atteste de ses capacités à opérer au-delà de la « simple » restitution des faits.

Laurence Messonnier : André Hellé, Le Livre des heures héroïques et douloureuses, 1914-1915-1916-1917-1918. L’album entre témoignage et devoir de mémoire, la guerre à hauteur d’enfant

L’album de Hellé expose un témoignage de guerre selon le concept défini par Jean Norton Cru : souci de véracité historique sans fioriture. Il s’inscrit dans la double problématique de l’expression d’un trauma à destination des enfants et de l’intention mémorielle. Pour cela il associe voix officielle émanant des états-majors belligérants et illustrations à polychromie cryptique. L’intertextualité occupe le devant de la scène, tandis que l’autocitation iconique renvoie aux jouets-enfants de la Boîte à joujoux et l’inter-iconographie aux clichés de L’Illustration. La représentation canonisée de la Grande Guerre est conforme à ce que retient la mémoire collective, mais la stratification temporelle laisse filtrer la subjectivité auctoriale à travers les légendes et les textes sélectionnés qui servent de cartouches à une image panoramique oscillant entre art primitif et dessin animé. L’illustration à hauteur d’enfant dédramatise la violence pour aboutir à une miniaturisation du sublime.

Isabelle Delorme : Le génocide arménien. De la reconnaissance sur la scène internationale à son émergence dans la bande dessinée : histoire d’une rencontre mémorielle

Le génocide arménien (1915-1916) a été peu représenté dans le neuvième art. Sa reconnaissance récente et de plus en plus importante sur la scène internationale s’est traduite par la publication de plusieurs bandes dessinées, entre 1979 et 2010. Dans ces albums, la question arménienne est d’abord posée, puis on y voit planer l’ombre du génocide, avant que celui-ci ne soit violemment mis en texte et en images.

Yannick Malgouzou : Du récit familial au témoignage historique : Maus d’Art Spiegelman

Si Maus d’Art Spiegelman est un succès critique et public, c’est grâce à la rigueur de sa démarche où théorie et pratique, réflexion et figuration se questionnent et s’enrichissent mutuellement. L’auteur a en effet créé une forme dynamique qui transforme le récit d’une mémoire individuelle en récit d’une création artistique ; mais ce récit d’une création difficile se transforme à son tour en récit d’une transmission possible de l’expérience du génocide. Ces trois niveaux narratifs se mélangent pour donner à voir les difficultés de figuration et de communication inhérentes au génocide juif et pour montrer, parallèlement, comment l’œuvre artistique doit les dépasser par un ensemble de choix esthétiques. Ainsi, par le biais du récit familial, Spiegelman construit une histoire fortement individualisée qu’il ouvre aux dimensions de l’universel par un ensemble de stratégies exploitant les ressources de la bande dessinée.

Andreas Huyssen : Des souris ou des hommes ? La question de la mimesis d’Adorno à Spiegelman

Partant de la question de la représentabilité de la Shoah et de la plasticité du concept de mimesis, Andreas Huyssen étudie Maus d’Art Spiegelman comme une œuvre qui a choisi l’écart maximal avec les formes traditionnellement usitées pour relater une tragédie historique. Le suicide de la mère d’Artie est, dans l’œuvre autobiographique de Spiegelman, posé comme l’élément déclencheur d’une quête des origines qui conduit le personnage à interroger son père et à relater les années de guerre et de déportation. La mimesis, dont Adorno a théorisé l’implication dans le processus de civilisation et sa relation paradoxale à la Bilderverbot (l’interdit des images), est ici conceptualisée comme le moyen de surmonter le clivage entre l’indicible de ce que l’auteur/narrateur entend rapporter et la nécessité de sortir de l’état mélancolique dans lequel il est plongé. Se rattachant à la tradition des comics américains dont l’aspect satirique est appuyé du côté du mot d’esprit (« Mauschwitz »), la transposition animalière permet à l’auteur/narrateur de se confronter de biais au sentiment insurmontable de la perte.

Jonathan Haudot : Rire et Shoah : La réception de la BD Hitler=SS

Au regard de l’ampleur de la tragédie, si associer le rire à la Shoah peut apparaître antinomique car moralement déplacé, force est de constater que de nombreux auteurs juifs et non-juifs ont abordé cette catastrophe via le prisme de l’humour. Entre autres artistes, cela a été le cas de Romain Gary, Edgar Hilsenrath en Roberto Benigni. Dans le cas de la BD Hitler = SS du duo Philippe Vuillemin et Jean-Marie Gourio, la réception en France a été des plus sévères puisque l’éditeur et les auteurs de cet album ont été poursuivis et condamnés pour « injures raciales » et « complicités d’injures raciales ». Le récit de cette condamnation demeurant vague dans l’historiographie de la bande dessinée, la présente contribution retranscrit donc et interprète les arguments avancés au cours des débats et procès découlant de la publication d’Hitler = SS. Au total, cette étude expose et décrypte les trois grands axes de la réception de ce titre, à savoir : le récit de la genèse de l’album comme discours de justification des auteurs incriminés, l’utilisation de la caricature et de la dérision comme siège d’ambiguïtés interprétatives et enfin, la remise en cause du mode de diffusion de cette bande dessinée.

Catherine Ojalvo : Séra face à la mémoire cambodgienne : le noir de la mémoire

La bande dessinée, a priori considérée comme un « art mineur » peut-elle soutenir et endosser une fonction testimoniale au même titre que des textes produits par Antelme, Kertesz ou Levi ? C’est la validité de cette interrogation que nous nous proposons de développer dans cette contribution en nous appuyant sur les productions de Séra, auteur franco-cambodgien de bande dessinée, mais aussi peintre et sculpteur. Nous examinons trois bandes dessinées qui constituent un ensemble relatant différentes périodes du régime khmer rouge au Cambodge, afin de voir de quelle manière le génocide est représenté par Séra. L’analyse prête une attention particulière à l’usage des couleurs dans les bandes dessinées.

Fabrice Picon : Les traces de l’histoire. De l’histoire dans la bande dessinée Rwanda 1994 : Descente en enfer

L’histoire fictionnelle racontée dans la bande dessinée Rwanda 1994 : Descente en enfer incorpore des traces de l’histoire (factuelle) complexe du génocide rwandais. Les références dans le texte évoquent à la fois l’héritage du Rwanda qui a établi les circonstances du génocide ainsi que l’implication de la France dans le « dernier génocide du XXe siècle ». Cet article analyse les allusions historiques au génocide rwandais telles que (re)présentées dans cet unique médium littéraire.

Vincent Marie : Entre Histoire et mémoire : La fabrique d’un imaginaire Tutsi dans la bande dessinée Déogratias de Stassen

En 1994, du 6 avril au 4 juillet le Rwanda était plongé dans la tourmente d’un génocide. Parallèlement en occident, les médias restèrent étonnamment silencieux sur le sujet. Il faut en effet attendre le mois d’août pour voir le génocide traité à la une des magazines ou des journaux occidentaux. Aujourd’hui, le cinéma et la bande dessinée se sont emparés de l’événement et participent de la médiatisation et de la reconstruction mémorielle du génocide. Pourquoi et sous quelle forme ? Peut-on esthétiser la souffrance et la mort ? Cette étude paradigmatique s’appuiera sur le cas de la bande dessinée Déogratias de Jean-Philippe Stassen qui pose de façon originale la question de la fabrique mémorielle d’un événement traumatisant. Dans Déogratias, c’est au répertoire du reportage que le dessinateur vient puiser son inspiration pour raconter l’histoire du génocide tutsi et de ses conséquences sociales. Il fait alors le choix de centrer son récit/reportage sur le destin d’un jeune Hutu. En regard de l’investigation historienne, suivre le parcours de cet adolescent de papier permet alors de réfléchir sur les mécanismes d’un génocide mais surtout de réfléchir sur les rapports entre temps et récit, mémoire et oubli ou encore entre vérité et subjectivité pour comprendre l’impact de la bande dessinée dans la construction d’une mémoire du génocide tutsi.

Yael Munk : Waltz with Bashir. A Lebanon war story : Lorsqu’un film se transforme en roman graphique

Valse avec Bachir : Une histoire de guerre libanaise (2009) de Ari Folman et David Polonsky constitue une adaptation unique d’un script cinématographique en bande dessinée. Sur la base du documentaire d’animation éponyme primé, sorti un an plus tôt, le récit présente l’expérience autobiographique de Folman en tant que jeune soldat israélien durant la première guerre du Liban (1982). Cet article soutient que cette adaptation a subtilement servi le cinéaste en lui permettant de fournir un témoignage amendé de son expérience traumatisante.

Tous ces articles  sont disponibles en version PDF sur le site de la revue.

http://www.auschwitz.be/index.php?option=com_content&view=article&id=61&Itemid=402

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Les musées d’histoire et la bande dessinée

Qu’il est loin le temps où la bande dessinée était considérée comme un art mineur ! Objet d’étude, analysée dans des ouvrages scientifiques, des colloques, des séminaires de grandes universités, la bande dessinée fait depuis quelques années une entrée triomphale dans nos musées. Conservateurs, commissaires d’expositions reviennent sur les expériences conduites dans cette famille particulière de musées que sont les musées d’histoire, quand la bande dessinée – expression d’une culture vivante – permet d’éclairer l’écriture de l’histoire.

Voici la programmation de la journée d’étude du mercredi 11 mai 2011 au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation:

Modérateur : Xavier de La Selle, directeur du Rize, centre Mémoires et Société à Villeurbanne

10h Accueil par I sabelle Doré-Rivé et Xavier de La Selle.

10h30 : De l’exposition à la bande dessinée, quand la fiction s’attaque à l’histoire par Emmanuelle Polack, historienne, commissaire de l’exposition « Rose Valland sur le front de l’art ». L’élaboration de la grande exposition consacrée au parcours de Rose Valland (CHRD, 2009) a parallèlement nourri l’écriture d’un scénario de bande dessinée, révélant les qualités fictionnelles d’un personnage historique épique et attachant. Cet exemple permet d’interroger les relations entre la fiction propre à toute oeuvre littéraire et le matériel historique mis à disposition des scénaristes et des illustrateurs. Pour démontrer enfin qu’une bande dessinée particulièrement documentée est un médium intéressant pour l’historien.
11h15 : Lecture croisée entre des objets de collection et des auteurs de bande dessinée par Xavier Aumage, Archiviste, musée de la Résistance nationale (Champigny-sur-Marne), commissaire de l’exposition « Traits résistants ».
À l’inverse de ce qui se fait depuis des années pour la Première Guerre mondiale, l’image du résistant n’avait pas encore étudiée sous l’angle de la bande dessinée. Fruit du travail de deux musées « de la Résistance », l’exposition a souhaité renouveler le champ historiographique de la période à partir de cette forme d’expression artistique très prisée. Déroulant le fil de plus de soixante ans de création, l’exposition a également permis d’impulser de nouveaux projets de bande dessinée.

12h : Visite libre de l’exposition Traits résistants en présence du commissaire, Xavier Aumage

La genèse du projet : Deux musées de France, le CHRD à Lyon et le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, s’associent pour créer une exposition sur la Résistance dans la bande dessinée, exposition présentée à Lyon d’avril à septembre 2011.

Le projet : L’exposition présente plus de soixante ans de création artistique. Elle rend compte tout à la fois de la reconnaissance progressive de cet objet particulier qu’est la bande dessinée et de l’importance réelle et symbolique de la Résistance dans nos consciences et notre imaginaire collectif depuis plus d’un demi-siècle.
Dès la Libération, lorsque les résistants sortent de la clandestinité, la diffusion d’affiches et d’imprimés, de photographies sur les maquis et la période insurrectionnelle cristallise pour des décennies l’archétype du résistant. Dans les illustrés pour la jeunesse, un trait particulier permet alors de définir son image : celle du maquisard, fier et courageux, surgissant de l’ombre.
Icône choisie pour le visuel de l’exposition, une vignette de la série « Le capitaine invisible », illustrée par Robert Rigot en 1945 pour le périodique Message aux Coeurs Vaillants, symbolise parfaitement cette représentation et sa puissance d’évocation.
L’exposition Traits résistants propose d’interroger la constance de cette image et de ses archétypes au fil du temps et des infléchissements de l’historiographie de la Résistance. S’attachant aux grands classiques de la bande dessinée, issus des périodiques comme Vaillant, Coq Hardi, Tarzan, etc., l’exposition aborde également la présence du thème dans la bande dessinée contemporaine.
Auteurs-acteurs de la Seconde Guerre mondiale, Edmond- François Calvo, René Brantonne, Jacques Dumas (alias Marijac), Pierre Mouchot (alias Chott), Roger Lecureux, Robert Rigot et Albert Uderzo sont quelques-unes de ces grandes figures auxquelles répond, dans l’espace d’exposition et dans un contexte marqué par l’élargissement de la notion de résistance, l’oeuvre de Stéphane Levallois, Jean-Pierre Gibrat, Sylvain Vallée et Fabien Nury.

Un catalogue : Enfin, on conseillera la lecture du catalogue de l’exposition envisagé comme un recueil de textes permettant de dresser un état du sujet. Parmi les contributeurs figurent l’archiviste Xavier Aumage, les historiens Laurent Douzou et Sylvain Lesage, l’historien du cinéma d’animation Philippe Moins, le spécialiste de bande dessinée Didier Pasamonik, le bibliothécaire Henri Champanhet, ainsi que le conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image Jean-Pierre Mercier. Fort d’une liste des sources (albums, séries et récits complets) sur le thème de la Résistance intérieure en France, l’ouvrage présente également la retranscription d’une interview de Stéphane Levallois, auteur en 2008 de « La résistance du sanglier » chez Futuropolis.

http://www.editions-libel.fr/agence-maison-edition/

13h : Pause déjeuner

14h30 : Exposer la bande dessinée historique : quels enjeux ? par Vincent Marie, Historien, commissaire de l’exposition « Mobilisation générale, 14-18 dans la bande dessinée » et « Tardi », Historial de la Grande Guerre (Péronne). Quelles que soient les époques, la bande dessinée apparaît comme un véritable laboratoire de création d’images sur la Première guerre mondiale. Avec « Mobilisation générale », qui présentait l’ensemble des bandes dessinées sur la Grande Guerre dans leur contexte d’époque, et l’exposition monographique consacrée à l’oeuvre de Tardi, l’Historial de la Grande Guerre soulève la question des enjeux esthétiques et scientifiques qui président lors de l’élaboration de ces manifestations.

15h15 : « De superman au chat du rabbin » : une porte d ’entrée dans l’univers des codes visuels se référant à la mémoire et à l’histoire par Anne-Hélène Hoog, Conservatrice, musée d’art et d’histoire du Judaïsme (Paris), commissaire de l’exposition « De superman au chat du rabbin ».
Première manifestation d’envergure consacrée au 9e art dans un musée d’histoire, « De superman au chat du rabbin » mettait en évidence la présence et le rôle de nombreux auteurs juifs dans la bande dessinée, des années 1912-1930 à nos jours. 230 oeuvres issues du travail d’artistes américains et européens évoquaient la manière dont la bande dessinée a contribué, essentiellement par le roman graphique, à créer et diffuser différentes visions du passé juif.

16h00: L’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! Regards dessinés sur les génocides » : quelle matière pour dire les processus ? par Laure Piaton, Directrice du Centre du Patrimoine Arménien (Valence), commissaire de l’exposition « Surtout n’en oubliez aucun ! ». Qu’elles s’inscrivent de manière « frontale » ou « distanciée » dans le génocide dont elles traitent, les bandes dessinées sur le sujet participent toutes d’un même objectif : contribuer à la connaissance et à la reconnaissance. Privilégiant l’approche comparative, qui permet de saisir la singularité de chaque génocide et en révèle les traits communs, l’exposition propose un parcours thématique entre les planches afin de montrer comment, malgré leurs différences, l’ensemble des oeuvres présentées expriment l’essence du génocide.

16h45 : Débat
17h : Conclusion par Xavier de La Selle

Pour plus d’informations : http://www.chrd.lyon.fr/chrd/

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification

Le centre de recherche FIGURA (à travers son équipe joliment nommée ERIC LINT) de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et le LERMA (Aix-en Provence) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification ». Faisant suite à un premier colloque consacré aux fictions et images du 11 septembre, cet événement est susceptible d’intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il « propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art » en posant la question du « passage de la fictionnalisation à la mythification ». L’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous propose d’étudier des « figures », des « représentations » ou des « canons » plus que des récits, et il sera possible pour les étudier de s’appuyer sur deux articles d’Eric Villagordo : « La représentation du 11 septembre dans les bandes dessinées : frontière du réel et de l’imaginaire » ainsi que « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande dessinée ». La date limite est fixée au 15 mai prochain.

L’imaginaire du 11 septembre 2001: de la fictionnalisation à la mythification

Date limite : 15 mai 2011

Il ne fait plus aucun doute que les attentats du 11 septembre 2001 aient constitué pour plusieurs un moment de rupture important, certains y voyant la naissance même du 21e siècle et du troisième millénaire. Charnière, l’événement ne pouvait peut-être faire autrement que de l’être : les États-Unis, attaqués sur leur sol, là même où le pouvoir est en jeu, par le commerce dans les tours du World Trade Center, et la force militaire au Pentagone. 19 terroristes, formés dans les écoles d’aviation des États-Unis, réussissant à détourner quatre avions et à les transformer en missiles, atteignant des symboles de la force des États-Unis sans que ces derniers aient le temps de répliquer. L’attaque, rythmée par les écrasements des avions et les effondrements des tours, s’est déroulée en 102 minutes, comme un blockbuster, et a été diffusée en direct à la télévision.

L’événement ne serait pas le même sans sa diffusion. Dans les jours et les mois qui ont suivi, les médias ont diffusé de manière répétitive des images fixes et filmées de l’événement, cristallisant la représentation qui serait donnée des événements en une série d’icônes : l’homme qui tombe, les papiers tombant, le nuage de débris, l’explosion de l’avion dans la tour sont autant d’images qui, transformées en tropes, traversent les représentations du 11 septembre, que ce soit en littérature, en arts visuels ou au cinéma. Marianne Hirsch, dans un article de 2003 sur les images iconiques du 11 septembre, demandait : « What elements determine this process of reduction and iconization? And in what ways will this process be in fact determined by aesthetic factors? » À l’approche du 10e anniversaire des attentats, le moment semble tout indiqué pour relancer cette question afin de voir comment les arts ont répondu à l’événement, l’ont intégré ou n’ont pas réussi à le faire de manière jugée satisfaisante, comme c’est le cas avec le cinéma main Stream qui, après World Trade Center d’Oliver Stone, s’est contenté d’évoquer l’événement de manière plus ou moins lointaine.

Ce colloque, qui fait suite aux colloques Fictions et images du 11 septembre 2001 (UQAM-2007) et Regards croisés sur le 11 septembre (Aix-en-Provence, 2010), propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art. Dix ans après, comment le cinéma, le théâtre, les arts visuels et la littérature négocient-ils avec l’événement? Que les oeuvres d’art le fassent sur le mode mineur de l’évocation ou en situant les attentats au centre de l’oeuvre, quelles images utilisent-elles? Partant de la prémisse que le 11 septembre marque, dans les faits, la naissance d’un mythe d’origine du 21e siècle, comment s’effectue dans la création même ce passage de la fictionnalisation à la mythification? Quelles figures, quelles représentations sont choisies? Quelles figures sont, au contraire, rejetées, négligées, alors qu’on les croyait centrales après les attentats?

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

· Figures récurrentes dans les romans du 11 septembre

· Enjeux de la commémoration : entre les souvenirs, la mémoire et la reconstruction

· Les canons du 11 septembre en photographie

· Cristallisation des figures et du récit

· Impuissances du cinéma

· Le 11 septembre et la télévision

· La réception critique des romans du 11 septembre

· Réponses de l’institution (littéraire, cinématographique, artistique) aux représentations de l’événement

· Processus de mythification de l’événement

· Le 11 septembre 2001 et l’autre 11 septembre (Chili)

· Le recours à d’autres événements historiques pour parler du 11 septembre.

· Etc.

Le colloque, organisé conjointement par ERIC LINT (UQAM) et le LERMA (Aix-en-Provence), aura lieu les 7 et 8 octobre 2011 à l’Université du Québec à Montréal.

Les propositions (250 mots) doivent être adressées à Annie Dulong (annie.dulong@videotron.ca) avant le 15 mai 2011.

Comité scientifique

Annie Dulong

Bertrand Gervais

Responsable : Dulong Annie

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

(Néo-)baroque aujourd’hui, le baroque comme dispositif

La revue Image & Narratives lance un appel à communication intitulé : « (Néo-)baroque aujourd’hui : le baroque comme dispositif ». Rédigé par 4 chercheurs, celui-ci nous invite à penser l’importance d’un courant artistique (caractérisé par « une prééminence du spectaculaire, de l’excentricité, de la polysémie, de la multiplicité des points de perspective ainsi que par des processus de transformation ou de dégénérescence ») au sein de toutes sortes de créations et, en ce qui nous concerne, de la bande dessinée. Cette appel à communication semble vouloir questionner les travaux d’Angela Ndalianis (Neo-baroque Aesthetics and Contemporary entertainment) qui voient effectivement dans une certaine bande dessinée l’expression d’une esthétique de la surenchère et de l’accumulation d’effets. Et il s’agira donc de lire ce brillant ouvrage avant le 15 mai prochain.

Image & narratives

Numéro spécial

« (Néo-)Baroque aujourd’hui : le baroque comme dispositif »

Dirigé par J. Post (Maastricht), K. Vanhaesebrouck (VUB & Maastricht), Chr. Biet (Paris X), A. Guiderdoni (UCL) and R. Dekoninck (UCL)

  • Date limite pour les propositions (500 mots) : 15 Mai 2011
  • Date limite pour la remise des articles : 1er Novembre 2011
  • Date limite pour les rapports des lecteurs : 1er Janvier 2012
  • Date limite pour la seconde version corrigée : 1er Février 2012
  • Publication du numéro spécial : 1er Mai 2012
  • Instructions pour la soumission des articles : voir le website.
  • Tous les articles seront soumis à au moins deux lecteurs anonymes
  • Longueur : 5000 mots par article
  • Langue : Anglais ou Français
  • Merci d’inclure les mots-clés, un résumé en Anglais et en Français, ainsi qu’une brève notice biographique.
  • Il est vivement recommandé d’inclure des illustrations mais elles doivent être libres de droit.
  • Style éditorial utilisé : MLA

Dans la culture contemporaine et l’univers du divertissement actuel, un courant « baroque » semble resurgir sous diverses formes et appellations, notamment en tant que « néo-baroque ». Ce numéro spécial s’interrogera sur ces manifestions qui émergent à la fois dans les arts contemporains et dans la culture populaire (parcs d’attractions à thème, installations illusionnistes des media numériques, séries télévisées et effets spéciaux au cinéma, ou encore jeux électroniques). Le concept de « néobaroque » est-il approprié pour repenser notre culture contemporaine ou n’est-ce qu’un autre mot pour postmodernité/postmodernisme, ajoutant un peu plus de confusion dans la définition fluctuante de ces concepts ? Quels sont les enjeux et implications de ces approches transhistoriques dans lesquelles des régimes historiques spécifiques et leurs contextes sont figés dans leur répétition, transmis sans questionnement et appliqués à d’autres périodes et vers d’autres champs d’étude ? Peut-on établir un lien entre les caractéristiques rhétoriques du baroque défini historiquement et, d’une part, sa portée performative et, d’autre part, les phénomènes culturels qualifiés aujourd’hui de « néo-baroques » ?  Dans quelle mesure le baroque – à la fois historique et contemporain – peut-il être décrit en termes de « dispositif » (Giorgio Agamben) enracinant l’expérience culturelle dans son niveau le plus profond et le plus large ?

La question centrale sera donc de déterminer s’il est possible d’utiliser le régime artistique baroque, caractérisé par une prééminence du spectaculaire, de l’excentricité, de la polysémie, de la multiplicité des points de perspective ainsi que par des processus de transformation ou de dégénérescence, en tant que catégorie heuristique, théorique et historiographique pour analyser les phénomènes artistiques actuels dans leur contexte scientifique, intellectuel et surtout technologique propre. Une question connexe concerne l’opposition traditionnelle entre baroque et classicisme : est-elle encore une option viable dans notre culture moderne ? De nombreux phénomènes néo-baroques ne sont-ils pas en fait l’expression d’une sensibilité maniériste et, par conséquent, l’opposition entre baroque et maniérisme n’est-elle pas d’un point de vue heuristique plus pertinente et plus féconde – en particulier quand on observe, par comparaison avec le maniérisme, la façon dont le (néo-)baroque interpelle son public par le biais de dispositifs souvent complexes.

De manière générale, il est demandé aux contributeurs d’explorer (1) la possible interférence (et tension) entre des pratiques artistiques (néo-) baroques et leurs contextes épistémologiques, scientifiques et technologiques propres, (2) les potentialités heuristiques de l’opposition entre les stratégies artistiques baroques et maniéristes et (3) la performativité du dispositif baroque. Chaque article prendra de préférence un cas concret comme point de départ.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics and conflicts conference

Le Imperial War Museum de Londres lance un appel à communication intitulé : « Comics and Conflict ». Débouchant sur un colloque (prévu les 19 et 20 avril prochain) à Londres, celui-ci nous invite à réfléchir sur la « façon dont les bandes dessinées du monde entier représentent l’expérience et l’impact de la guerre et des conflits ». Faisant directement écho à un colloque de Cerisy organisé en juin 2010 (« Guerres et totalitarisme dans la bande dessinée »), cette proposition nous invite à considérer nombre de problématiques et d’œuvres que nous ne saurions toutes citer ici (Gen d’Hiroshima, La Guerre d’Alan, Gaza 1956…). Il est à noter que la collection « La BD de classe en classe » éditée par le CRDP Charente-Poitou propose plusieurs titres proposant un usage pédagogique d’œuvres portant sur la guerre : Enseigner la souffrance et la mort avec C’était la guerre des tranchées de Tardi, Dessiner l’indicible autour d’Auschwitz de Placal Croci ou encore La guerre d’Algérie avec Azrayen de Lax et Giroud. Il est sans doute possible, s’appuyant sur ses publications, de formuler une piste de recherche originale qu’il s’agira de concevoir avant le 31 mars prochain.

The Comics & Conflicts Conference will be held on 19-20 August, 2011 at the Imperial War Museum in London, and is aimed at comics scholars, practitioners, and enthusiasts. Invited conference speakers and guests will include: Pat Mills (Charley’s War); Martin Barker and Roger Sabin on Doonesbury; Garth Ennis (Troubled Souls, War Story); Jacques Tardi (It Was The War Of The Trenches) and Jean-Pierre Verney (Putain de Guerre), the latter two subject to confirmation.

Papers for the conference are welcomed that explore the ways in which comics around the world represent and articulate the experience and impact of war and conflict. For example, topics may include:

  • Depictions of conflict in comics created for children.
  • Representations of trauma in comic books, graphic novels, manga & other forms of international comics.
  • Visual representations of conflict in such places as Afghanistan, Britain, France, Germany, Japan, Korea, The Middle East, Northern Ireland, and Vietnam.
  • Journalism, biography, and memoir in comics on conflict.
  • Focus on key practitioners such as Guibert, Kubert, Mills, Sacco, Satrapi, Spiegelman, Tardi & Trudeau.
  • Comics as a space to depict/critique national ideology.
  • Comics as tools of propaganda, both of the state and of protest organisations.

In the first instance please email abstracts of 250 words, with a brief author biography, to a.kahn@roehampton.ac.uk, including ‘Comics & Conflicts 2011’ in the subject heading. The deadline for submissions is 31 March, 2011.

The Comics & Conflicts Conference is organised by Ariel Kahn (Senior Lecturer in Creative Writing at Roehampton University), Alex Fitch (presenter of Panel Borders, the UK’s only weekly broadcast radio show about comics) and Paul Gravett (Comica Director).

The Comics & Conflicts Conference will form part of a literary festival being held from 13-21 August 2011, which accompanies the Imperial War Museum’s new exhibition Once Upon A Wartime: Classic War Stories for Children.  For more information about the exhibition and the festival visit the Imperial War Museum web site.

Further details of this very special event (including details on the keynote speakers, special guests and registration) will be announced right here on the Comica News Blog.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique

Julie Gallego, membre du Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) lance un appel à communication intitulé : « La bande dessinée historique ». Souhaitant se focaliser sur des œuvres abordant l’Antiquité du bassin méditerranéen (de l’Egypte à la Perse), cette proposition entend prendre le neuvième art au sens large : l’impressionnante (et qui plus est non exhaustive) liste de pistes suggérées nous invite ainsi à penser la patrimonialisation, l’adaptation ainsi que les enjeux commerciaux ou pédagogiques de cette bande dessinée et n’entend donc pas s’en tenir à une analyse de contenu. Il serait ainsi possible de traiter de l’importance de la représentation de l’Antiquité au sein des dispositifs éditoriaux ayant donné naissance à la bande dessinée « franco-belge » : Tintin (avec Alix), Pilote (avec Astérix) et dans une moindre mesure Spirou (avec des séries comme Aurore et Ulysse ou certaines des planches des Histoires de l’Oncle Paul) firent ainsi tous une place à des travaux dont il serait intéressant d’examiner les tenants et les aboutissants en terme de publication. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fxée au 30 avril prochain.

La bande dessinée historique

23-25 novembre 2011

Présentation du colloque

En janvier 2010 disparaissait l’un des derniers maîtres de la bande dessinée franco-belge de l’épopée du journal Tintin, Jacques Martin, dessinateur et scénariste de nombreuses séries, au premier rang desquelles Alix, à l’origine d’un nouveau courant dans la bande dessinée franco-belge : la bande dessinée historique. Chaque année, on constate la sortie de nombreuses bandes dessinées qui prennent l’Histoire comme trame de fond, comme architecture fondamentale ou simplement comme prétexte. Mais plus de soixante ans séparent le premier Alix du dernier Murena : étudier la bande dessinée historique, ce n’est pas seulement réfléchir à l’Histoire dans la bande dessinée, c’est aussi réfléchir à l’histoire de la bande dessinée, entre Alix « classique » reconnu et Murena désormais « incontournable » de l’Antiquité en BD, mais également à la bande dessinée dans l’Histoire, comme reflet de son époque.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Le colloque international, organisé par le Centre de Recherches Poétiques et Histoire littéraire (CRPHL), qui se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) du 23 au 25 novembre 2011 a pour but de mieux (faire) comprendre les spécificités de ce que l’on peut appeler la bande dessinée historique. Les invités d’honneur de ce colloque seront Jean Dufaux et Philippe Delaby, le scénariste et le dessinateur de Murena.

Ce colloque international comportera trois volets : scientifique, pédagogique et artistique ; il est destiné aux chercheurs, aux enseignants (de tout niveau et de toute matière), aux professionnels de la bande dessinée (dessinateurs, scénaristes, coloristes, éditeurs, conservateurs, galeristes, etc.) et aux autres spécialistes de l’image fixe ou mobile. Nous espérons que la diversité des intervenants sera le reflet de la richesse de la bande dessinée historique, ou plutôt des bandes dessinées historiques.

Historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire

Quelle définition retenir pour la « bande dessinée historique » ? À quel corpus appliquer cette dénomination ? Quels sont les principes, les caractéristiques de ce genre narratif et graphique, dans son fonctionnement interne et dans ses interactions avec d’autres domaines littéraires et artistiques, avec d’autres médias ? Quel est son rapport à l’Histoire, un domaine qui par essence hésite déjà entre Art et Science, entre vérité et fiction, entre vrai et vraisemblable, entre Histoire et histoires ? La bande dessinée historique, à la fois convention discursive et medium, rejoint la conception souvent très romanesque de l’Histoire chez les historiens de l’Antiquité.

On pourra ainsi s’intéresser aux modalités d’inscription de l’Histoire en représentation dans la bande dessinée, mais sans limiter sa réflexion aux notions de vrai et de faux entre le support autonome qu’est la bande dessinée et les réalités historiques telles que les études scientifiques ont pu les établir. On analysera éventuellement le point de vue sur l’Histoire que met en avant l’auteur (qu’il soit scénariste, dessinateur ou coloriste) et qu’il veut faire partager à son lecteur, et l’étrange pacte de lecture qui lie alors l’auteur de bande dessinée historique et son lecteur. En effet, « mentir-vrai » et « effet d’Histoire »[1] sont des composantes essentielles de la bande dessinée historique, qui, par son degré de véracité narrative et graphique face à l’Histoire, engage auteur et lecteur dans une conception et une représentation du monde passé, oscillant entre historisation de la fiction et fictionnalisation de l’Histoire. Le matériel historique comme le lectorat apparaissent alors comme des objets d’étude pertinents, l’un en amont de l’œuvre, l’autre en aval.

Les liens entre bande dessinée et histoire culturelle[2] sont également une problématique majeure de la bande dessinée historique car elle est le reflet des mentalités conscientes ou inconscientes d’une époque, ce qui permet de lui donner aussi le statut de document historique ; comme le péplum, elle est aussi susceptible d’une lecture à plusieurs niveaux, lorsque la finalité de l’évocation des événements du passé est davantage une transposition d’événements contemporains qu’une représentation fidèle du passé. Parler de la romanisation, par exemple, dans la BD franco-belge des années cinquante ou soixante, ce n’est pas seulement parler de la Rome antique, c’est aussi (et, parfois, surtout) évoquer la (dé)colonialisation de la France ou de la Belgique (Astérix et les Goths s’inscrit ainsi dans un contexte où les rancœurs de la deuxième guerre mondiale sont encore sensibles, comme La griffe noire, peu de temps après la guerre d’Algérie). Car une bande dessinée historique appartient à son époque, même si elle transporte le lecteur loin dans le temps et dans l’espace, dans un temps et un espace qu’elle essaie de recréer, même si historique rime parfois (toujours ?) avec utopique et uchronique.

Essayant d’opérer un tri parmi les bandes dessinées qui « tiennent un discours sur l’Histoire », Michel Thiébaut[3] distingue 3 catégories (nous ajoutons la quatrième) :

  • les bandes dessinées didactiques, racontant des histoires dites « vraies » (un moment d’Histoire ou un personnage célèbre) ;
  • les bandes dessinées d’aventures humoristiques ;
  • les bandes dessinées de fiction réalistes, ou d’aventures fictives (catégorie la plus représentée) ;
  • les bandes dessinées érotiques historisantes.

Les communications pourront être l’occasion de revenir sur ce classement.

Limites chronologiques de cette première édition

La chronologie historique ira jusqu’à la Rome tardive mais l’axe majeur sera géographique, celui de l’Antiquité du bassin méditerranéen (Égypte, Carthage, Numidie, Grèce, Crète, Italie – Rome, bien sûr, mais aussi l’Étrurie –, Gaule et territoires celtes, Scythie, Perse, etc.). Des bandes dessinées dont l’histoire principale se déroule à une époque ultérieure mais dans lesquelles un lien est fait avec les périodes citées pourront faire l’objet d’une étude (on peut penser à des BD mettant en scène des personnages enquêtant sur le passé antique ou projetés dans ce passé).

Pistes suggérées (et non exhaustives)

1. Vers une définition de la bande dessinée historique

1.1. Généricité et typologie

1.2. Fonctions mimésique, didactique, narrative et historienne de la bande dessinée historique

1.3. La BD historique non franco-belge : caractéristiques des historical comics et des manga historiques

1.4. Spécificités de la bande dessinée historique à sujet antique par rapport aux bandes dessinées historiques se déroulant à d’autres périodes (notamment dans les œuvres de Jacques Martin, de Gilles Chaillet et de Jean Dufaux)

2. La patrimonialisation de la bande dessinée historique : des magazines au musée

2.1. Place de la bande dessinée historique dans la bande dessinée

2.2. Émergence et évolutions éditoriales (notamment l’influence de la pré-publication sur la narration)

2.3. L’œuvre de Jacques Martin (dans son ensemble ou œuvres ou thèmes précis) ; l’école Martin (notamment Gilles Chaillet)

2.4. Le renouveau de la bande dessinée historique : la série Murena, héritages et innovations de Jean Dufaux et de Philippe Delaby

3. La bande dessinée historique comme objet d’histoire : des choix révélateurs

3.1. La période et le lieu

3.2. Les héros

3.3. Les éléments narratifs

3.4. La création artistique face à la censure (Comics Code américain et loi de 1949)

4. Les enjeux esthétiques et narratifs de la bande dessinée historique face à la littérature, aux autres arts, aux médias interactifs

4.1. Bande dessinée historique et roman historique

4.2. Bande dessinée historique, sculpture et peinture (art classique et art pompier)

4.3. Bande dessinée historique et péplum (cinéma, TV)

4.4. Bande dessinée historique et jeux vidéo

5. Les enjeux scientifiques de la bande dessinée historique face aux autres représentations visuelles

5.1. L’illustration archéologique d’un ouvrage scientifique

5.2. Les maquettes en 2D et les reconstitutions archéologiques en 3D

5.3. Les reconstitutions d’Histoire vivante (troupes de spécialistes et troupes d’amateurs)

5.4. Une nouvelle source d’inspiration pour l’auteur de bande dessinée : la collaboration avec les scientifiques

6. Les enjeux pédagogiques de la bande dessinée historique : atouts et limites

6.1. Histoire ou uchronie

6.2. Héros fictionnels, héros réels

6.3. Entre le vrai et le faux, le réel et le rêvé : combler avec vraisemblance les béances de l’Histoire

6.4. Histoire(s), mythes et philosophie

7. Les enjeux commerciaux de la bande dessinée historique

7.1. Nouveaux titres et nouvelles collections

7.2. Anciens titres et rééditions

7.3. Réception et médiatisation

7.4. Traductions en langues anciennes ou en langues étrangères

Comité scientifique

Jean-Michel Agasse (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Christian Amalvi (Professeur en histoire contemporaine, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Eugenio Amato (Professeur de grec, Université de Nantes, France)

Pierre-Yves Ardoy (Maître de conférences en droit privé, UPPA, France)

Claude Aziza (Maître de conférences de latin, Université de la Sorbonne nouvelle, France)

Benoît Berthou (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Paris 13, France ; organisateur du colloque international La bande dessinée : un art sans mémoire ?)

Pierre Bricage (Systémicien, Association Française de Sciences des Systèmes AFSCET, France)

Alain Chante (Docteur en Histoire, Maître de conférences HDR en Sciences de l’information et de la communication, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Christian Delporte (Professeur en histoire contemporaine, Université de Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines, France)

Olivier Devillers (Professeur de latin, Bordeaux 3, France)

Jacques Dürrenmatt (Professeur de stylistique, Université de Toulouse 2 – Le Mirail, France)

Michel Eloy (Spécialiste de l’Antiquité au cinéma et en BD, auteur du site PEPLVM – images de l’antiquité, ancien collaborateur de J. Martin, Belgique)

Julie Gallego (Maître de conférences de latin, UPPA, France)

Muriel Lafond (Docteur en études latines, agrégée de Lettres Classiques, collège Félix del Marle, Aulnoye-Aymeries, France)

Cécile Leclercq (Agrégée d’Anglais, UPPA, France)

Pierre-Louis Malosse (Professeur de grec, Université Paul Valéry – Montpellier 3, France)

Valérie Mangin (Ancienne élève de l’École des Chartes, archiviste-paléographe ; actuellement scénariste de bande dessinée, France)

Sébastien Pelle (Professeur de droit privé et de sciences criminelles, UPPA, France)

Patrick Périn (Directeur du Musée d’Archéologie Nationale et Domaine national, Saint-Germain en Laye)

Bertrand Richet (Maître de conférences de langue anglaise, Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France ; organisateur du colloque international Le Tour du Monde d’Astérix – Lectures, Traductions, Interprétations)

Cathy Rousset (Agrégée de Lettres Classiques, collège Émile Combes, Bordeaux, France ; chargée de cours, Bordeaux 3)

Nicolas Rouvière (Maître de conférences en littérature française et didactique de la littérature, IUFM de Grenoble, France ; organisateur du colloque international Lire et produire des bandes dessinées à l’École)

Claire Simon (Certifiée de Lettres Modernes, collège Michèle Pallet, Angoulême, France ; chargée de mission DAEC à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême ; chargée du secteur « Bande dessinée » au Pôle pédagogique Rectorat de Poitiers)

Claire Sotinel (Professeur d’histoire antique, Université Paris-Est Créteil Val de Marne, France)

Antonio Stramaglia (Professeur de latin, Université de Cassino, Italie)

Michel Thiébaut (Docteur en histoire, certifié d’histoire et de géographie ; chargé de cours, Université de Franche-Comté, Besançon, France)

Comité d’organisation

Julie Gallego (responsable du colloque)

Cécile Leclercq

Marie-Françoise Marein

Liens et contact

URL de référence : http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011

Pour l’envoi des propositions ou tout autre renseignement : bd.historique2011@univ-pau.fr (Julie Gallego)

Envoi des propositions de communication

Les communications, inédites, pourront se faire en français ou en anglais et s’appuieront sur un diaporama.

Les propositions de communication compteront entre 4000 et 8000 caractères (espaces compris) et comporteront quelques images particulièrement significatives, accompagnées d’une présentation de l’auteur (maximum 2500 caractères, espaces compris).

Elles doivent parvenir avant le 30 avril 2011 à l’adresse bd.historique2011@univ-pau.fr. Consulter impérativement la page « Droits à l’image » du site du colloque http://crphl.univ-pau.fr/live/Bande-dessinee_historique_2011 pour prendre connaissance de toutes les consignes détaillées (notamment la liste des maisons d’édition qui ont autorisé les reproductions des scans dans les diaporamas des intervenants, les conditions de reproduction et les restrictions d’accord).

La durée exacte des communications sera précisée ultérieurement (environ 25 minutes).

Les éléments suivants seront clairement indiqués dans la proposition de communication :

  • un titre explicite (et éventuellement un sous-titre),
  • la thématique ou la problématique dans laquelle s’inscrirait le travail,
  • le corpus de bandes dessinées sur lequel elle s’appuierait (au moins approximatif).
  • des références bibliographiques (5 au minimum)

Chaque proposition de communication sera évaluée anonymement par au moins deux membres du comité scientifique. Les auteurs seront informés de l’acceptation de leur proposition au plus tard fin mai 2011.

Il est demandé aux intervenants de déposer au secrétariat du colloque un exemplaire papier de leur communication, le jour de leur passage (en cas d’absence de dépôt, l’article ne pourra être proposé à la publication). La version définitive pour la publication pourra néanmoins être enrichie ou modifiée ultérieurement en fonction des débats suscités durant le colloque.

Un comité de lecture évaluera, après le colloque, les communications qui seront retenues pour donner lieu à une publication. Les intervenants seront alors prévenus individuellement et les consignes exactes de présentation seront fournies pour les articles retenus.

Toutes les conférences seront filmées en vue d’une diffusion sur le site Internet de l’UPPA et/ en vue de la réalisation d’un DVD ; à cet effet, il sera demandé aux intervenants de renvoyer une convention de cession des droits d’auteur et une autorisation d’utilisation de données personnelles (en conformité avec la CNIL). En cas de refus de ces termes et conditions, la participation de l’intervenant ne pourra être retenue. Le document à remplir et à renvoyer par voie électronique sera disponible sur le site du colloque et sera à signer au secrétariat du colloque.

Calendrier (sous réserve de modifications, cf. site Internet du colloque)

Soumission des propositions : 30 avril 2011.

Évaluation des propositions par le comité scientifique : courant mai 2011.

Notification d’acceptation : 30 mai 2011.

Liste des images utilisées pour envoi aux maisons d’édition : 1er octobre 2011.

Envois des diaporamas pour les tests techniques : 15 novembre 2011.


[1] Pierre Fresnault-Deruelle, « L’effet d’Histoire », Histoire et bande dessinée. Actes du deuxième colloque international Éducation et bande dessinée, La Roque d’Anthéron, 16 et 17 janvier 1979, La Roque d’Anthéron, Objectif Promo-Durance, 1979, p. 98-104.

[2] Pour la bande dessinée comme objet d’histoire, nous renvoyons aux divers travaux de l’historien Pascal Ory.

[3] Michel Thiébaut, L’Antiquité vue dans la bande dessinée d’expression française (1945-1995). Contribution à une pédagogie de l’Histoire ancienne, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat (dir. M. Clavel-Lévêque), novembre 1997, 855 p.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée : un art sans mémoire ?

Comme annoncé dans notre précédent billet, la revue Comicalités. Études de culture visuelle, qui est actuellement en construction sur le portail revues.org, sera active en mars prochain. Consacrée à la bande dessinée, et disposant d’un comité scientifique composé de spécialistes, elle adoptera le mode de la publication continue et ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actives et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant plus d’un an. Durant cette durée, les appels à communication resteront « ouverts » et nous publions donc aujourd’hui une nouvelle version de « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » (thème du colloque des 10 et 11 juin 2010 organisé par les universités Paris 10 et Paris 13). Nous serions en effet enchanté de voir de nouveaux articles rejoindre les travaux exposés lors du colloque (l’ensemble de ces textes faisant l’objet d’une évaluation anonyme par deux chercheurs) et signalons que de nouveaux appels verront bientôt le jour (notamment, en mars, « Bande dessinée et autobiographie »).

Plus d’informations :

Responsable : Benoît Berthou, ben.berthou@orange.fr

« La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

Quel est le mode d’inscription dans le temps de la bande dessinée ? La question se pose puisque son système éditorial semble privilégier la mise au point de « nouveautés » susceptibles de prendre place dans une véritable « guerre des étals » 1 et donner ainsi raison à Thierry Groensteen qui qualifie la bande dessinée d’ « art sans mémoire » et affirme : « La bande dessinée est un art qui cultive volontiers l’amnésie et n’a pas grand souci de son patrimoine » 2. La série et le personnage, dont la longévité dépasse parfois celle de leur créateur, semblent incarner cette temporalité relevant d’une loi du marché et transformant l’auteur en simple « repreneur » 3. La bande dessinée relèverait donc pleinement de la logique d’industries culturelles synonymes, selon Théodor Adorno, d’« anti-culture » car fondées sur la reprise et la mise au goût du jour de choses déjà produites plutôt que sur l’exploration des possibilités artistiques qu’elle offre.

Nous nous proposons d’interroger ce constat et d’aborder une dimension du « 9e art » qui semble tout sauf évidente : quelles valeurs et quelles formes acquièrent pour la bande dessinée l’inscription dans un passé ? Si l’on pose à l’inverse que le « 9e art » ne relève pas seulement du « consommable » et du « jetable », on peut s’intéresser aux initiatives visant à faire de la bande dessinée le témoin privilégié d’une histoire de l’art et de l’évolution de nos sociétés (comme, par exemple, dans le cadre d’expositions comme Vraoum !), mais également aux efforts de professionnels de la chaîne du livre (éditeurs, libraires ou bibliothécaires) pour administrer des collections ou faire valoir un « fonds » proposant des œuvres remontant aux origines de la « Franco-Belge » (voire au-delà) ou issues d’autres horizons. On peut aussi citer les créations d’auteurs faisant de l’inscription dans le temps (que celui-ci prenne la forme d’une histoire ou d’une mémoire) l’instrument d’une autre pratique et vision du « 9e art ».

L’ensemble de ces réflexions constituera la matière des deux premières « sections » de Comicalités.

–   « La bande dessinée : quel patrimoine ? » se propose d’interroger l’inscription du neuvième art dans le temps des diverses institutions et industries culturelles (édition, bibliothèque, archives, musée…) qui la prennent en charge. Des articles portant sur le livre de poche ou les notions de classique et de canon sont d’ores et déjà en phase de prépublication.

–   « Création et histoire du neuvième art » entend interroger la forme et la fonction du passé au sein de la création de bande dessinée. Des articles portant sur la série Spirou, le rapport au temps des éditeurs « alternatifs » ou le rapport entre histoire et politique dans Persepolis sont d’ores et déjà prévus, mais nous sommes tout à fait prêts à accepter d’autres contributions.

Nous proposons à tous les contributeurs, quel que soit leur statut, de nous soumettre un texte d’environs 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme au comité scientifique de la revue qui est composé de :

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord)

–       Éric Maigret (université Paris 3)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne)

Ces propositions doivent être transmises par voie électronique avant le 1er mars 2011 à l’adresse suivante :

ben.berthou@orange.fr

1.Dossier paru dans Livres Hebdo, n°717.

2.Thierry Groensteen, La bande dessinée : un objet culturel non identifié, éditions de l’An 2, 2006, p. 67.

3.Sergio Honorez, « Lifting d’un héros : le cas Spirou », dans L’état de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Liège, 2009, p. 120.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Parodies. La bande dessinée au second degré

Paru en 2010, Parodies : la bande dessinée au second degré de Thierry Groensteen s’attache, comme son titre l’indique, aux dispositifs parodiques qui nourrissent la bande dessinée depuis ses débuts, dans l’idée de montrer comment ils sont associés à ce médium depuis l’origine : « Il nous paraît […] certain qu’elle [la bande dessinée] tend […] massivement à la dérision et à la caricature, et que cette vocation à la raillerie n’est pas moins constitutive de son « génie propre » » (p.11). L’ouvrage est riche et intéressant à plusieurs niveaux, fournissant un apport théorique à une évolution créative de plus en plus mise en valeur dans la scène culturelle, comme en témoignent les récentes expositions sur la bande dessinée au Salon d’Angoulême. 100% BD (2010), tout d’abord, consacré à la reprise par cent auteurs de cent planches représentatives du médium, puis, début 2011, Parodies, dont Groensteen est commissaire et dont le présent essai se fait l’écho. C’est en raison de ce contexte que cet ouvrage paraît nécessaire, tant l’évolution de la bande dessinée relève de procédés d’imitation et de transformation de plus en plus approfondis.

Parodie et bande dessinée : l’histoire d’un médium et la constitution d’un genre

Groensteen s’attache à mettre en valeur le panorama des bandes dessinées parodiques dans une perspective relativement diachronique, à travers dix chapitres thématiques. Parallèlement à cette démonstration, c’est de fait une histoire du médium qui est ici exposée de manière sous-jacente. L’auteur revient en effet sur les différentes strates de la bande dessinée et en remonte la généalogie, de ses origines (« Eléments pour une histoire de la parodie en bande dessinée ») à la création contemporaine (« Tendances contemporaines »), en passant par les comics de super-héros (« Quand les super-héros ne sont pas sérieux ») ou le mouvement underground (« L’âge de la transgression »). Le socle méthodologique sur lequel il repose est solide et clairement expliqué en introduction, l’auteur s’appuyant notamment sur La relation parodique de Daniel Sangsue qui lui permet de formuler une définition précise de la notion de parodie : « Selon le spécialiste Daniel Sangsue, une parodie se définit par « la transformation ludique, comique ou satirique d’un texte singulier[1] » » (p.7). C’est ainsi en terme de « relation » d’une œuvre à une autre que va être pensée la démonstration : « La parodie « implique fondamentalement une relation critique à l’objet parodié[2] » (p.7). Groensteen met aussi bien en exergue les différents dispositifs d’imitation et de transformation intrinsèques au mouvement parodique que la fonction d’interprétation critique que chaque parodie a sur l’œuvre-cible. Dès le premier chapitre, il établit une typologie des procédés usités dont il s’agira de vérifier la présence dans les démonstrations suivantes. On peut en retenir pour exemples les procédés « affectant le verbal », tels que « la dérive onomastique », ceux « affectant l’image » comme « l’hybridation » ou « l’exagération », ou encore les dispositifs touchant les contenus narratifs, « l’accumulation » ou « l’incongruité » (pp.26-27). Cette énumération fournit ainsi une base théorique qui a le mérite ne pas être trop appuyée et s’accorde avec la lisibilité des parties suivantes, écrites dans un langage clair et accessible. Celles-ci sont extrêmement riches en exemples, soulignant là le foisonnement des procédés parodiques qui ont progressivement donné lieu à un genre à part entière, notamment sous l’impulsion de Mad et de Harvey Kurtzman : « Il existait des parodies dessinée avant Mad, mais c’est véritablement à partir de Mad que la parodie est fondée en tant que genre existant en propre » (p.61). L’intérêt de la veine parodique en bande dessinée est qu’elle réside dans un double mouvement « transmédiatique » et réflexif. Groensteen le démontre par l’exemple de détournements de figures littéraires et cinématographiques (Cinémastock de Gotlib et Alexis, la bande dessinée pornographique…) et de personnages iconiques de la bande dessinée, comme Tintin auquel il consacre un chapitre entier, « Tintin et les pirates ». Ces différentes argumentations sont d’autant plus riches que, la parodie relevant de l’absurde et de l’incongru, elles amènent parfois à revenir sur certaines théories préexistantes de la bande dessinée, de manière à les développer en fonction de ce regard. Ainsi des cinq catégories de textes[3] présents dans une bande dessinée (péritexte, récitatif, dialogue, effet sonore et onomatopée, et enfin textes inhérents à la diégèse représentée) auxquelles Groensteen en ajoute une nouvelle :

Il semble que Mad ait inventé (ou du moins employé avec un certain esprit de système) une sixième sorte de texte, pour lequel il faudrait parler d’enrichissements. On ne peut, en effet, ni référer expressément ces inscriptions à l’intervention du narrateur, ni soutenir qu’elles « existent dans le monde fictionnel », dès l’instant où elles apparaissent, disparaissent et surtout se modifient de façon arbitraire et imprévisible. (p.55)

La question juridique et culturelle de la parodie

En plus de fournir de nouveaux apports théoriques à la bande dessinée, l’étude de la parodie permet également de revenir sur l’industrie de ce support et sur ses caractéristiques. En témoignent, entre autres, les passages sur les conséquences juridiques qu’ont pu impliquer certains détournements. La parodie se situe parfois dans des zones intermédiaires entre la reprise, l’hommage et le plagiat, relevant alors de l’indécidable, tant sur plan créatif que judiciaire. Groensteen mentionne notamment le sujet avec l’exemple de la société Moulinsart SA qui s’est manifestée contre de nombreuses parodies de Tintin, qu’elles soient légales ou non : « Si Moulinsart SA et ses dirigeants sont dans le collimateur des parodistes, c’est aussi parce que la société détentrice des droits n’a eu de cesse, précisément, de bloquer la diffusion de tous les détournements… » (p.137). Cette perspective souligne un aspect qui témoigne de l’une des principales caractéristiques de la bande dessinée, étant un médium marqué par un rapport étroit entre création et contraintes pragmatiques (éditoriales, économiques, juridiques…). Même en dehors du geste parodique, la question de la reprise d’un personnage fait souvent problème. Dans le genre superhéroïque, par exemple, des figures iconiques telles Superman ou Batman ne peuvent être réemployées en dehors de leur « maison-mère » DC Comics, obligeant les auteurs à une importante pratique de l’imitation et du pastiche pour évoquer leur présence dans d’autres récits et ayant ainsi produit une tendance métafictionnelle dans le genre.

Ces questions juridiques font également transparaître la position hiérarchique de la parodie dans l’échelle culturelle. Groensteen souligne ainsi à travers différents exemples à quel point celle-ci a pu choquer la morale dominante, au point d’être canalisée par des systèmes de censure ou d’autorégulation, comme le Comics Code Authority, établi en 1954 pour limiter de telles dérives. De fait, la bande dessinée parodique semble s’être développée en réaction à ces autorités éditoriales ou juridiques, mettant ainsi en valeur sa dimension intrinsèquement transgressive, à l’image, par exemple, du mouvement underground : « […] L’underground, avant de chercher le divertissement du public, valorisait la libre expression du dessinateur. Bousculant les tabous de la société américaine, il abordait des sujets tels que la drogue, le sexe […] la révolution politique […] » (p.113). Dès son introduction, Groensteen problématise ainsi le mariage d’un art prétendument mineur et d’un genre tout aussi peu valorisé : « S’intéresser à la parodie dans la bande dessinée, c’est donc prendre pour objet d’étude la mise en œuvre d’une pratique peu valorisée au sein d’un média dont la respectabilité est elle-même toute relative » (p.10).

Parodies : une théorie de la fiction

Parodies s’inscrit également dans un paradigme d’essais critiques sur l’hypertextualité en général, quel qu’en soit le support (cinéma, littérature…). Son sous-titre, « la bande dessinée au second degré », fait ainsi écho au célèbre ouvrage de Genette portant sur ce sujet, Palimpsestes : la littérature au second degré. Il y aurait de fait beaucoup à dire sur les rapports entre ces deux livres où sont finalement constatés de nombreux procédés similaires, l’un en littérature et l’autre en bande dessinée. Genette est de plus régulièrement cité dans l’ouvrage.

D’autres ouvertures sont également prometteuses. Par exemple, Groensteen relève à plusieurs reprises la tendance du geste parodique à produire un traitement métanarratif de la bande dessinée. A ce sujet, il cite un de ses articles dans lequel il s’attache à une étude de la réflexivité et de ses fonctionnements dans la bande dessinée[4] (« Les feintes de la réflexivité », p.184). Or, mettre en rapport parodie et métafiction est l’un des fondements de la théorie de Linda Hutcheon, pour laquelle la parodie permet d’actualiser un mode de lecture de comparaison entre hypotexte et hypertexte, permettant la valorisation d’un certain degré réflexif de la fiction : « L’auteur peut choisir de mettre en relief la « littérarité» de l’illusion provoquée par son texte en usant d’un certain type de parodie: à l’arrière-plan de son texte sera posé un autre texte en fonction duquel sera mesurée la nouvelle œuvre[5] ». Bien que Groensteen rejette l’approche de Hutcheon (notamment en ce qui concerne Watchmen), jugeant sa définition de la parodie trop généralisée et floue (p.91), certaines convergences peuvent être soulignées. Ainsi de la façon dont Hutcheon rappelle, comme Groensteen a pu le développer dans certains de ses chapitres, comment la parodie contient, dans son étymologie même, une dimension non pas satirique ou humoristique, mais subversive : « Le terme grec parodia signifie « contre-chant ». Le terme « contre » (« face ») suggère une idée de comparaison, ou mieux de contraste, ce qui est fondamental dans l’acception du terme « parodie ».[6] » Patricia Waugh consacre également un essai à ce sujet et plus généralement sur la métafiction dont la parodie représente selon elle l’une des expressions[7].

La dimension métanarrative de la parodie relève ainsi d’un phénomène plus global, d’une tendance de la fiction à s’interroger sur ses codes, que ce soit par un mode humoristique, sérieux, ou ironique. Suivant certains essayistes, Groensteen la rapproche, dans la conclusion de son ouvrage, de l’esthétique postmoderne : « [L’exercice de la parodie] est en phase avec une culture de masse diffusant et imposant des références partagées par tous, et avec la philosophie de la création qui est celle du postmodernisme, caractérisée par le métissage des formes culturelles, l’intertextualité généralisée et le recyclage » (p.232). La pratique de plus en plus constante d’une écriture intertextuelle, ainsi démontrée, a pour conséquence une évolution dans notre façon de lire, par la revendication d’un passé de la fiction qui ne peut être occulté : « Entre remake, citation, adaptation, pastiche, clin d’œil et hommage, l’intertextualité sous toutes ses formes est désormais une composante de toute nouvelle production, qui ne peut plus prétendre à l’innocence des commencements » (p.171). Or, encore une fois, de tels arguments peuvent évoquer des essais sur la littérature, et notamment, dans ce cas, un extrait d’Apostille d’Umberto Eco au sujet de la non-innocence postmoderne : « La réponse post-moderne au moderne consiste à reconnaître que le passé, étant donné qu’il ne peut être détruit parce que sa destruction conduit au silence, doit être revisité : avec ironie, de façon non innocente. [8]»

Ainsi l’un des fondements de l’ouvrage, en dehors de traiter la bande dessinée de manière originale et de revenir par ce biais sur son histoire esthétique et culturelle, réside dans son appartenance à un corpus touchant non plus seulement le neuvième art, mais bien la fiction dans sa globalité, et plus particulièrement dans l’une de ses spécificités, la réécriture, la représentation au carré. Parodies a donc le double avantage d’être très abordable et très documenté, et également, par son inscription dans ce domaine critique, d’ouvrir sur des perspectives très intéressantes, à travers des comparaisons potentielles de théories sur différents supports (littérature, cinéma, bande dessinée…) qui relèvent de ce sujet commun.

Référence:

Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Skira Flammarion, 2010, 236 p.

ISBN : 9782081245662


[1] Daniel Sangsue, La relation parodique, Paris, José Corti, p.11

[2] Ibid, p.14

[3] Catégories établies par Ann Miller dans son ouvrage Reading bande dessinée. Critical approaches to French-language Comic Strip, Bristol, Intellect, 2007.

[4] Bandes désignées (De la réflexivité dans les bandes dessinées) : http://www.editionsdelan2.com/groensteen/sequence1/bdesign.html

[5] « Ironie et parodie : stratégie et structure » : https://tspace.library.utoronto.ca/bitstream/1807/10265/1/TSpace0168.pdf

[6] Ibid

[7] Patricia Waugh, Metafiction. The Theory and Practice of Self-Conscious Fiction

[8] Umberto Eco, Apostille au nom de la rose, 1985, Grasset, p.77

Paysages et géographies arthuriennes de l’Ouest

Le Cercle d’Études Nouvelles d’Anthropologie (CENA) lance un appel à communication intitulé : « Paysages et géographies arthuriennes de l’Ouest ». Cette proposition nous invite donc à penser les relations entre un ensemble de récits (réunis dans un excellent volume de la collection « Bouquins » de Robert Laffont : La Légende arthurienne) et un territoire qui n’est pas étranger à la bande dessinée. Nombre d’œuvres de fantasy le mettent en effet à l’honneur, à l’instar de Bran Ruiz de Deschamp et d’Auclair qui, pour narrer la légende de la ville d’Ys, produit moult cartes et détails l’inscrivant résolument dans le Finistère. La préface de cette étonnante œuvre semble de plus définir le cadre d’une bande dessinée « régionaliste » dont on retrouve trace chez des auteurs comme François Bourgeon (Les Compagnons du crépuscule), Lidwine (Le dernier loup d’Oz) ou Makyo et Vicomte (La ballade du bout du monde) et qu’il conviendra d’explorer avant le 15 janvier prochain. Il est à noter que le site du CENA propose aux chercheurs une intéressante documentation à travers des articles en libre téléchargement portant sur la réception du roman arthurien.

Géographies arthuriennes dans le Grand Ouest.

Depuis 1973, notre association mène des recherches de terrain (mythes, rites et coutumes, systèmes symboliques, recherches socio-historiques et d’anthropologie arthurienne) aux Marches de Gaule et de Petite Bretagne. Nous publions également une revue : Herméneutiques sociales.

Chaque année, le CENA organise également un colloque arthurien destiné à explorer les racines et réceptions de la Légende arthurienne en lien avec les terroirs qui ont vu naître certains de ses récits.

Le samedi 24 septembre 2011, à Lassay les Châteaux, nous examinerons les liens entre la Légende arthurienne aux époques médiévales et les territoires du Grand Ouest Français: quels paysages réels ont-ils contaminé les récits arthuriens ? Quelles places la fiction et le merveilleux tiennent-ils dans les descriptions géographiques: paysages châteaux, cités, forêts et déserts, qui sont le cadre de ces récits de chevalerie ?

Envoyer un résumé de 5 lignes proposant une intervention à Georges Bertin, président du Cena.

Responsable : CENA

Url de référence :
http://cena12.com

Adresse : 31 rue Proust49100 Angers

Textyles : La bande dessinée contemporaine

Créée en 1985, TEXTYLES est une revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Pour son dernier (et double) numéro, elle publie les actes d’un colloque tenu à Bruxelles sur la bande dessinée belge contemporaine, dont voici ci-dessous le sommaire :

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, Numéro 36-37

La bande dessinée contemporaine, sous la direction de Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat

La bande dessinée a généré depuis près de quarante ans des discours de rupture variés. Elle revendique désormais une maturité et une exigence artistique que confirment la diversification de ses procédés graphiques ou narratifs, la mise en place d’un appareil de consécration spécifique et l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales.

Les actes du colloque de Bruxelles (2008), qui sont publiés ici, ont pour ambition autant de dresser le bilan d’un champ en pleine mutation que de dépoussiérer les discours académiques sur la bande dessinée.

En se concentrant sur la BD francophone belge, ces contributions éclairent les démarches artistiques novatrices, se penchent sur des stratégies inédites dans la diffusion du medium et s’intéressent à l’apparition de sociabilités nouvelles. Elles étudient également l’évolution des genres et des registres ou les rapports entre bande dessinée et industrie culturelle. En outre, elles situent la place réservée à une avant-garde qui se cherche encore souvent entre littérature et art contemporain. Elles se penchent, enfin, sur l’engagement des auteurs.

Les pistes de réflexion que ce numéro de Textyles explore confirment que l’étude de la bande dessinée n’est plus en phase d’émergence et constituent un champ de recherche bien balisé qui, à son tour, remet en perspectives les disciplines des sciences humaines convoquées dans l’analyse de la BD.

Sommaire

Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat, « La bande dessinée francophone belge au présent »

Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? »

Floriane Philippe, « L’évolution du paysage éditorial de bandes dessinées en Belgique francophone »

Tanguy Habrand, « La « récupération » dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés »

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération. Autour de l’expositionAlternatif Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel »

Laurent Demoulin, « Du Rwanda au Coeur des ténèbres. Jean-Philippe Stassen illustre Conrad »

Laurence Brogniez, « Féminin singulier : les desseins du moi. Julie Doucet, Dominique Goblet »

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage »

Björn-Olav Dozo, « Note sur la bande dessinée de reportage »

Hubert Roland, « Écriture et narration de l’histoire dans le projet Fritz Haber de David Vandermeulen »

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre 1940-1945 »

Frédéric Paques, « Joe G. Pinelli, dans le no man’s land de la BD »

Clément Dessy, « La ville entre texte et image dans les bandes dessinées de Michaël Matthys »

Gert Meesters, « Les significations du style graphique : Mon fiston d’Olivier Schrauwen et Faire semblant, c’est mentir de Dominique Goblet »