Flashbacks – Nostalgic media and mediated forms of nostalgia

« Flashbacks – nostalgic media and mediated form of nostalgia » : tel est le titre d’un appel à communication lancé par des chercheurs de l’Institut de communication, média et journalisme de l’université de Genève en prévision d’un colloque qui aura lieu les 1 » et 14 septembre prochain. Cette proposition nous invite apparemment à poser une question : quel rapport au temps les médias entretiennent-ils ? Ou, pour le dire précisément : comment les appréhender à travers l’idée de nostalgie, c’est-à-dire d’un désir de retour à un état passé ? Si le texte que nous reproduisons ci-dessous s’intéresse aux cas du cinéma (The Artist) ou de la télévision (Mad men), il semble tout à fait possible de répondre à ses questions en se fondant sur la bande dessinée, et ce tant du point de vue de sa lecture (dans Avis d’orage en fin de journée, Clément Rosset consacre ainsi de nombreuses pages à une nostalgie qu’il distingue de ce qu’il nomme « mélancolie ») que de sa production (que penser par exemple de la vogue des « intégrales » et de leurs dossiers critiques qui fleurent parfois la nostalgie comme dans le cas de ceux qui accompagnent Les Petits hommes de Seron). Il conviendra dans tous les cas de compléter ces deux pistes avant le 6 mai prochain.

 

Flashbacks – Nostalgic media and mediated forms of nostalgia  

Call for papers – International conference

 13-14 September 2012

Institute of Communication, Media and Journalism studies

University of Geneva – Faculty of Economic and Social Sciences – Department of Sociology

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Confirmed speakers: Prof. Daniel Dayan, Prof. Ute Holl, Prof. Andrew Hoskins

Media are time machines. They remember and forget. Media screen and record parts of memory and history as well as they maintain collective memories and contribute to historical narratives by (re)shaping events, happenings or other incidents. Media also tend to remind their own past by re-using archive-images in the present, for example. In this sense, media seem to be nostalgic of the past as well as of their own one. Nostalgiaas a concept, feeling or expression is not new. The notion has been introduced by a doctor in Switzerland (17th century) to describe the phenomenon of homesickness. Related to nostalgia is also the idea of melancholia or yearning. These days, there seems to be a BOOM of nostalgia: The Artist (revival of the silent film) or television series like Mad Men – exploring aesthetics and social life of the sixties – are examples of what we could name nostalgic media (makers). Digital photography on cell phones gets a polaroid-touch; the retro design becomes digitized. Advertising for watches or cars is linked to nostalgic forms of family tradition. Fans of the fifties organise parties and fashion events to feel like being part of the past in the present. Being nostalgic and remembering pieces of the past also includes forgetting. What kind of memories are discriminated? Can media really be nostalgic? Which specific forms of nostalgia appear in contemporary society and why? Can people be nostalgic if they did not experience the past they pretend being nostalgic of? What kind of politics of nostalgia exist? What is the impact of nostalgia on the media market and its influence on economy? Finally, given the arbitrary (?) use of the past in all its imaginable variations and cultural systems, is it still possible to use the wordnostalgia or should there be a neologism describing the transformation of the past in(to) the digital era? Could it even be possible to be simply nostalgic of nostalgia; finally describing the eternal research for (lost) identity?

 This international conference aims to explore nostalgia as a (mass) media phenomena and also seeks forcontributions that treat any other mediated forms of nostalgia.

 Topics may include, but will not be limited to, the following:

  • nostalgia and (mass)media
  • publics, web- and fan-communities
  • audiovisual narratives, screening, recording
  • seriality, flashbacks and temporality
  • news, journalism, (printed) press
  • broadcast revivals, archive discoveries
  • political past, political systems, (n)ostalgia, institutions
  • special nostalgic broadcast (home country, culinary traditions etc.)
  • photography, comics, video games and new technologies

Mediated forms of nostalgia :

  • architecture, (product)-design and fashion
  • psychological aspects and history of nostalgia
  • migration, home-comers, homesickness
  • geographical maps, tourist attractions and villages
  • folklore, traditions, regional nostalgia
  • museums, exhibitions and contemporary art
  • flea markets, vintage stores and fairs, parties, concerts

Economy, marketing and nostalgia

  • Vintage-retro branding
  • retro-design (cars, watches, furniture)
  • advertising, marketing and luxury products
  • music and arts business

Theories and methodologies

  • nostalgic media studies and critical approaches
  • the come-back of philosophers and thinkers “of the past” in
  • science, arts and other research domains

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Participants will have to cover their own travel and accommodation expenses. Travel information as well as a list of affordable hotels and other accommodations will be posted on the conference-website in June.

Participation fees will be announced but will not exceed 100 CHF (and less for students).

 For any other inquiries feel free to contact Katharina Niemeyer (Katharina.Niemeyer@unige.ch /katharinaniemeyer@gmail.com).

 Responsable : Katharina Niemeyer

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Biographie de Robert Crumb

Jean-Paul Gabilliet, professeur d’université à Bordeaux III et auteur des Comics et des hommes, vient de publier une biographie de Robert Crumb aux Presses Universitaires de Bordeaux. Produit par un éminent chercheur, dont les travaux sur la bande dessinée sont reconnus, et consacré à un auteur dont l’influence et l’importance ne peuvent être mises en doute, ce livre intéressera à coup sur nos lecteurs : nous reproduisons ci-dessous la présentation de l’ouvrage et vous proposons de télécharger le communiqué de presse du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines.

Robert Crumb devint à la fin des années 60 le pape de la bande dessinée underground américaine. Né en 1943 dans une famille typique de la petite classe moyenne de l’après-guerre, il s’imposa à l’âge adulte comme le premier satiriste de la contreculture, avec des personnages mémorables tels que Fritz le chat, jouisseur cynique et désabusé, et le gourou roublard Mr. Natural. Au détour de rencontres avec Janis Joplin, Jim Morrison, Charles Bukowski et bien d’autres, il marqua les années 70 en pornographe vilipendé par les féministes et les gardiens des bonnes moeurs. Mais il se révéla dans la suite de sa carrière comme un créateur aux facettes multiples, illustrateur et musicien aussi bien inspiré par sa nostalgie des années 20 et 30 que par la vie de Kafka et la Genèse.

De Philadelphie à Cleveland, de la Californie aux Cévennes, ce livre retrace la vie et l’oeuvre de R. Crumb, baby-boomer qui quitta à dix-neuf ans la famille dysfonctionnelle dans laquelle il avait grandi pour devenir d’abord l’auteur de bandes dessinées le plus emblématique de la révolution hippie puis, à la fin du XXe siècle, un des principaux pères spirituels des romans graphiques de la nouvelle BD américaine.

Cet ouvrage est la première biographie de R. Crumb. Dessinateur autodidacte au talent exceptionnel, il fait depuis toujours scandale en raison de ses incursions dans la pornographie mais aussi dans une satire sans concessions où il met en scène ses propres angoisses envers les femmes ainsi que toutes les pulsions honteuses de la société américaine, son racisme et son conservatisme.
Jean-Paul Gabilliet est professeur d’histoire et civilisation américaines à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Spécialisé dans l’histoire de la bande dessinée américaine, il est l’auteur de Des Comics et des hommes: histoire culturelle des comic books aux États-Unis (Éditions du Temps, 2005).

cpcrumb1_1330096932298(1)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerre : renouveau et mutation

Le Centre des sciences de la littérature française de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense et le Centre d’Étude sur les Nouveaux Espaces Littéraires de l’université Paris XIII associés aux éditions Ipagine lancent un appel à communication intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerre : renouveau et mutation ». Faisant directement une place à la bande dessinée (en citant le Petit Vingtième), cette proposition invite donc les chercheurs à explorer une période de « profondes mutation » tant sur les plans « esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques ». Force est de constater que les exemples ne manquent pas et que l’étude des périodiques publiés durant cette période pourraient par exemple s’avérer fructueuse : outre la publication sus-nommée, Cœurs Vaillants (né en 1929) et Le Journal de Mickey (né en 1934) pourraient être placés au fondement de propositions qu’il s’agira d’élaborer avant le 31 mars prochain.

 

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), CENEL (Centre d’Étude sur les Nouveaux Espaces Littéraires, Université Paris XIII), et les éditions Ipagine (Paris)

27-28 septembre 2012, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues – esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

Les propositions sont attendues pour le 31 mars 2012 sous la forme de résumés d’une demie à une page. Elles sont à envoyer à l’adresse suivante :

anne.struve-debeaux@u-paris10.fr

Les communications prendront la forme d’exposés de 20 minutes suivis de 10 minutes d’échanges

Les actes de cette journée feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne Strenae, après l’approbation d’un comité de lecture.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Cradled in caricature

Le Dr James Baker de l’université du Kent (UK) lance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Cradled in caricature » (ce que nous pourrions traduire par : « bercé dans la caricature »). L’événement entend effectivement permettre interroger la notion de « caricature » dans tous les sens du terme comme l’affirme le court appel à communication que nous reproduisons ci-dessous : « exaggeration, stereotyping, representation, and characterisation ». Cette proposition nous invite ainsi à repenser l’une des pratiques graphiques les plus populaires des XIX et XXe siècle et il serait ainsi possible d’étudier les évolutions contemporaines de la représentation du pouvoir qui tend à devenir un genre à part entière en bande dessinée. Le succès d’une œuvre comme Quai d’Orsay montre bien que, de dessin publié dans la presse éventuellement assorti d’une légende, la caricature tend à devenir un genre narratif, renouvelant en cela les traditionnelles représentations du politique. « Comment concurrencer la plume par le crayon, l’écrit par le trait ? » : la question que pose Christian Delporte en ouverture d’un article publié en ligne par la revue Caricatures et caricature reste ainsi d’actualité mais y répondre suppose de mobiliser des outils plus proches de l’art séquentiel, projet qu’il s’agira de mener à bien avant le 3 mars prochain.

CRADLED IN CARICATURE : a multidisciplinary event
Friday 27 April 2012, COLT3, University of Kent, Canterbury

This one-day event will approach the notion of ‘caricature’ in its broadest sense, using it as a jumping-off point for discussions on exaggeration, stereotyping, representation, and characterisation. Cradled in Caricature welcomes contributions (in the form of papers, organised workshops and roundtable discussions, to readings, posters, films or short performance pieces) from scholars working in all disciplines. In order to encourage an open and fluid discussion, proposed contributions may take a variety of formats – from traditional.

Attendance at Cradled in Caricature is free of charge. Interested contributors and delegates should download an application form cradledincaricature.wordpress.com, and contributors must return completed forms and abstracts (circa 300 words) to cradledincaricature@gmail.com by 3 March 2012.

Confirmed speakers:
Robert L Patten, Lynette S. Autrey Professor in Humanities, Rice University.
Dr Richard Taws, University College London.
Dr Oliver Double, University of Kent.
Dr Ernesto Priego, The Comics Grid/HASTAC.

Dr James Baker
School of History
University of Kent
Canterbury
CT2 7NZ
Phone: +44 1227 764000
Email: cradledincaricature@gmail.com
Visit the website at http://cradledincaricature.wordpress.com/2011/12/18/cic-call-for-contribution/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’Allemagne : quelle(s) image(s)?


Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et « Représenter l’auteur de bande dessinée » (qui sont, nous vous le rappelons, toujours valables: voir ici), Comicalités. Études de culture graphique lance aujourd’hui son troisième appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? ». La date limite est fixée au 1er mars prochain.

 

L’Allemagne : quelle(s) image(s) ?

“Thématique” dirigée par Marc Hieronimus

Deuxième pays exportateur dans le monde, quatrième puissance économique, et le pays le plus peuplé de l’Union européenne, l’Allemagne peut être vue comme le pays du livre : lors des foires du livre de Francfort et de Leipzig, quelque 94000 nouvelles parutions ou rééditions sont présentés chaque année, dont presque 3000 bandes dessinées.

Décrit comme le pays de la musique et de l’hospitalité, des poètes et des penseurs (Dichter und Denker), comme celui des juges et des bourreaux (Richter und Henker), l’Allemagne d’aujourd’hui est le pays des idées, lit-on. Sa société, pour un moment “la plus heureuse du monde”, se caractérise par le pluralisme des modes de vie et une grande diversité ethnique et culturelle.

Tous les faits et clichés portent à croire que le pays de Wilhelm Busch se range également parmi les « grandes puissances » du neuvième art et que celui-ci est un de ses modes d’expression de prédilection. On connaît certainement Ralf König, peut-être l’humoriste Walter Moers ou le « prix de l’audace » 2010 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (Jens Harder), et tout le monde a déjà feuilleté un tome d’une série lambda dont le héro a une mission en Allemagne… Autrement dit : on ne sait rien de l’Allemagne et de la bande dessinée !

Pourtant, il existe une recherche sur la bande dessinée : des magazines spécialisés tels Comixene ou Comic ! Jahrbuch, les travaux de la société pour la recherche en bande-dessinée Comfor, des portails comme Deutscher Comicguide ou la bibliographie spécialisée de l’université de Bonn montrent bien l’intérêt croissant des universitaires, et ce même si les œuvres scientifiques d’une portée internationale restent l’exception.

C’est pourquoi nous lançons aujourd’hui un appel à communication intitulé « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » : nous espérons recevoir des articles s’inscrivant dans l’une des trois problématiques suivantes.

 

1.Quel système éditorial pour la bande dessinée allemande ?

– Il serait intéressant d’analyser les tendances du marché et les caractéristiques économiques de la production de bande dessinée en langue allemande à travers l’analyse d’indicateurs (nombre de titres, volumes de vente…) et des comparaisons avec la France ou d’autres pays…

– La production de bande dessinée en langue allemande pourrait également être étudiée en se focalisant sur la diversité des genres (place de la « franco-belge », du manga, des comics ?), la structuration de l’offre (collections, séries ?), la typologie des différents éditeurs (« indépendants », « groupes éditoriaux » ?)…

– Les publics allemands de la bande dessinée pourraient être étudiés, que ce soit en terme de structuration du lectorat (répartition par âge, par classes sociales ?), de pratiques de lecture (fréquence, genres préférés ?), de diversité de modes d’acquisition (achats occasionnels, collection ?)…

– Les processus de traduction de bandes dessinées posent nombre de problèmes, à commencer par celui des pays-sources (USA, Japon, France ?), des traducteurs (formation, rémunération) et des modes de diffusion (remontage ou respect du format original, place de l’album ?)…

– Il en est de même du mode de diffusion, de commercialisation et de médiation : la place de la bande dessinée en librairie, sa présentation en bibliothèque, ses dispositifs de médiation (expositions, rencontres avec les auteurs, festivals ?), le discours des médias et/ou des intellectuels autour de la bande dessinée (et en particulier l’état de la critique) restent à expliciter.

– La situation des auteurs pourrait également faire l’objet d’une étude : quid de leur formation (école d’art, université?), de leur mode de publication (à l’étranger, en Allemagne ?), de leurs conditions de travail et de rémunération ainsi que de leur statut social ?

 

2.Allemagne et culture graphique

– L’identité de la bande dessinée allemande reste à cerner. Il serait sans doute intéressant de tenter une approche stylistique (graphisme et scénario) des productions allemandes, et de s’interroger sur les influences étrangères afin de questionner l’existence d’une « école allemande » de bande dessinée.

– L’existence d’une tradition graphique propre à l’Allemagne pourraient faire l’objet d’un ou plusieurs articles, notamment pour déterminer quelles filiations, influences, proximités il est possible d’observer entre les actuelles propositions de bandes dessinées et la place de l’image narrative dans la presse imprimée et le livre (caricature, dessins de publicité, récit de guerre (« Kriegsbilderbogen »).

– Le rôle pédagogique de l’image imprimée en Allemagne reste de même à expliciter : des travaux pourraient porter sur la place de la bande dessinée (voire de l’image dessinée) dans le système éducatif (en Allemagne ou pour l’étude de la langue allemande) ainsi que sur les techniques d’analyse et d’étude de la bande dessinée (par exemple à travers une comparaison avec d’autres pays européens).

 

3. L’Allemagne dans la bande dessinée

– La représentation de l’Allemagne et des Allemands pose nombre de problèmes, et il serait intéressant de développer une approche critique des sujets et lieux fétiches de la bande dessinée (par exemple, qu’est-ce que Berlin pour les auteurs : la capitale de l’Empire, celle de la république de Weimar, « Germania », la ville divisée puis réunifié, la capitale de la musique électro, etc. ?)

– L’évocation de l’histoire allemande dans la bande dessinée reste également à faire, notamment en s’interrogeant sur les époques ou événements du XXe siècle et des siècles précédents qui ont inspiré les auteurs ou les éditeurs : quelques tentatives d’explication et d’approche esthétique (styles graphiques, procédés narratifs) seraient les bienvenus…

– Les années 1933-1945 ne constituent-elles pas la principale toile de fond de l’histoire allemande en bandes dessinées ? Il serait intéressant d’étudier les caractéristiques de la production centrée sur la période, la diversité des approches (polar, humour ?) et l’évolution de son traitement (comment la représentation de cette histoire difficile a-t-elle changée depuis La bête est morte ?).

– L’analyse des « clichés » de l’Allemagne en bande dessinée pose également nombre de questions : qu’est-ce qui est typique de l’Allemand et de son pays ? Ne retrouve-t-on pas des procédés proches de la caricature (le casque à pointe dans Astérix chez les Goths, les crypto-allemands ou les « germanomorphes » dans QRN sur Bretzelburg de Franquin) ?

 

Le présent appel à communication est ouvert à tous les chercheurs, quel que soit leur statut (universitaire ou non) et leur origine (même si nous ne pouvons publier que des textes écrits en français ou en anglais). Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

 

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

 

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 1er mars 2012.

 

Marc Hieronimus, responsable de la « thématique »

marc.hieronimus@u-picardie.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

ben.berthou@orange.fr

 

 

Pour plus d’information :

http://comicalites.revues.org/

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique : programme

Le programme du colloque « La bande dessinée historique » qui aura lieu à l’université de Pau du 23 au 26 novembre prochain est désormais en ligne. Même si l’événement porte un nom quelque peu ursupé (puisqu’il est consacré à la seule Antiquité et non à l’Histoire en son entier), il dispose toutefois d’un site Internet assez complet puisque, outre le déroulement chronologique de l’événement, celui-ci propose (en bas de page) un accès thématique. Si les enjeux commerciaux de la bande dessinée « historique » sont clairement laissés de côté, ses enjeux pédagogiques sont par contre particulièrement mis à l’honneur (avec pas moins de 8 propositions), et l’événement entend apparemment faire une large place à l’étude de la valeur documentaire du neuvième art : Jessica Fèvres-De Biran propose ainsi une intervention intitulée « La restitution infographique à la lumière de la bande dessinée historique », alors que Jean-Claude Golvin explorera peut-être dans « Restitution patrimoniale et BD » les tenants et aboutissants de ce passé devenu simulation. Notons enfin que les organisateurs ont pris le parti de proposer une ouverture spatiale puisqu’à Aurélien Pigeat proposant d’explorer des « imaginaires de l’Antiquité dans le manga. Entre mythes et mythologies », répond Harry Morgan (qui vient de publier un article sur Comicalités, revue que nous ne nous lassons pas de citer) avec « L’Antiquité mythique dans les Comics américains ».

 

Lieu : université de Pau

Dates: 23, 24, 25 et 26 novembre

Le programme du colloque est consultable ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Tapisserie et récit

Le groupe de travail ARACHNE (Méthode critique de l’histoire de la Tapisserie) lance un appel à communication intitulé « Tapisserie et récit » qui pourrait intéresser nombre de chercheurs travaillant sur la bande dessinée. En atteste la définition qui est faite, dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, de créations textiles qui sont présentées en terme de découpage (« Les nombreuses pièces qui composent une tenture favorisent le développement d’un récit en autant de séquences ») et de modularité (« la tapisserie renferme souvent de grands programmes narratifs, mais elle se distingue […] par le caractère modulable et souple de son support »). Même si la bande dessinée n’est absolument pas mentionnée dans l’appel à communication, nul doute que son second axe laisse ainsi place à une réflexion sur la tapisserie comme art séquentiel ou encore sur la constitution d’un corpus de tapisserie qui (et au-delà de la seule tapisserie de Bayeux citée ici par Thierry Groensteen) puisse être présenté comme un possible ancêtre de la bande dessinée.

 

 

ARACHNE Méthode critique de l’histoire de la Tapisserie :

Préceptes, Circulation de modèles, Transferts de savoir-faire. France – XIVe-XXIe siècles

Programme de recherche soutenu par l’ANR

(http://www.arachne-mcht.com)

Colloque international

Tapisserie et Récit

De l’Apocalypse d’Angers à Alechinsky

Paris

22-23 Juin 2012

Appel à communication

La tapisserie est un art particulièrement approprié au récit, que celui-ci se trouve dans un roman, dans un poème, dans une pièce de théâtre, etc. Les nombreuses pièces qui composent une tenture favorisent le développement d’un récit en autant de séquences. À l’instar des décors monumentaux peints, la tapisserie renferme souvent de grands programmes narratifs, mais elle se distingue des peintures sur toiles, ou des fresques, par le caractère modulable et souple de son support, qui lui permet de s’adapter à chaque lieu architectural, à chaque circonstance de l’accrochage. En tant qu’art modulable, la tapisserie peut reformuler les séquences d’un récit, et inversement, le récit représente une contrainte lors de l’élaboration du programme, lors du tissage et lors des accrochages. Que devient alors la cohérence du récit et de la tapisserie ?

Les communications porteront sur les problématiques suivantes, sans limitation chronologique, ni géographique.

1 – Récits, programmes et formes tissées

L’iconographie des tapisseries découle généralement d’un programme narratif, défini au moment de la commande et dont témoignent des textes, des dessins modèles, ou bien des cartons. Le projet intègre dans ce cas l’identité et les intérêts du commanditaire ou ceux de la personne à qui la tapisserie est destinée. Le récit structure la signification des grandes tentures laudatives, par exemple.

Mais qu’en est-il lors d’un changement de propriétaire ou lorsque les circonstances exceptionnelles d’un accrochage entraînent des modifications profondes dans l’apparence de la tapisserie : par exemple, les bordures peuvent être retissées pour y inscrire les devises ou monogrammes des nouveaux propriétaires, des personnages transformés, des épisodes d’une tenture supprimés, d’autres ajoutés…

2 – Segmentation du récit – narratologie

En tant que succession de surfaces rectangulaires, la tapisserie opère des coupures, des ruptures qui non seulement desserrent le récit, mais lui donnent une nouvelle respiration, en renouvelant son rapport au temps, à la littérature, à l’histoire, à l’actualité… La tapisserie n’est pas un medium neutre, elle constitue un support (d’édition) contraignant qui modèle le récit. Parallèlement, la tapisserie a également servi de modèles à la littérature (par exemple, les mythes fondateurs de la tapisserie dans Les Métamorphoses d’Ovide, La Satyre Ménippée, Charles Péguy, Marie Etienne, etc) et montre la réciprocité des échanges entre ces deux arts.

3 – Accrochage et récit modulable

Lors de son accrochage, une tenture s’adapte aux lieux, aux impératifs architecturaux, aux circonstances, à l’actualité, etc. Certaines de ses pièces peuvent être cachées derrière un meuble, un tableau ou un miroir, pliées, amputées, coupées, percées, etc. Le caractère souple et transformable de la tapisserie produit un récit alternatif, et révèle le caractère modulable du récit lui-même.

Les métamorphoses inhérentes à la tapisserie, les altérations du récit peuvent également révéler quelle était, à un moment, la compréhension du récit, quelle mémoire en était conservée, etc. Que deviennent les différents genres littéraires lorsqu’un récit est transposé en tapisserie : poésie, hagiographie, galerie d’hommes illustres ou de femmes fortes, roman ? Est-ce que le récit existe toujours dans la tapisserie contemporaine à partir du moment où on tisse rarement des tentures (comme la tenture des Droits de l’Homme à l’occasion du bicentenaire de la Révolution) et que l’on fait plutôt des pièces isolées ? Quels sont les rapports entre récit et art abstrait dans une tapisserie ?

4 – Récit et liciers : trame contre trame

Des techniques particulières à certains ateliers ou à certains liciers ont-elles des conséquences sur la manière de figurer un récit ? Par exemple, le nombre et la nature des fils, l’emploi de telles ou telles couleurs, la spécialisation dans tel ou tel genre (portrait, chair, végétation, paysage, ciel, bordures), etc.

Le récit est-il primordial dans la tapisserie ? Nous devrons donc considérer les limites de la narration dans la tapisserie. Que voit-on et que regarde-t-on dans la tapisserie ? Quelle est la spécificité du récit tissé ?

Le comité d’organisation est constitué de Pascal Bertrand (Bordeaux 3), Audrey Nassieu Maupas (EPHE), Elsa Karsallah, Stéphanie Trouvé et Valérie Auclair (Paris-Est).

Les propositions de communications doivent comporter, outre les références du conférencier, le titre de la communication et un résumé ne dépassant pas 2000 caractères (espaces compris). La date limite de ces propositions est le 11 novembre 2011.

Elles doivent être adressées par courriel à Valérie Auclair, val.auclair@free.fr

Responsable : Valérie Auclair

Url de référence :
http://www.arachne-mcht.com

Adresse : 29, rue du Clos Fleury 94800 Villejuif France

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités : publications

 

La revue Comicalités. Etudes de culture graphique est fière de vous annoncer ses dernières parutions « Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID » de Julien Baudry, « Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ? » d’Harry Morgan et « Histoire, histoires… Blood Upon the Rose de Gerry Hunt et Louis Riel. A Comic Strip Biography de Chester Brown » de Valérie

Ces trois articles, dont nous reproduisons ci-dessous le résumé, s’inscrivent dans le cadre de notre première thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » qui s’enrichit pour l’occasion de plusieurs sous-parties. Des textes y prendront prochainement place : nous vous rappelons en effet que Comicalités est une revue en perpétuel devenir et que nos appels à communication ne sont jamais clos. Tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont ainsi invités à nous proposer leurs travaux (selon des modalités que présente la rubrique « la revue ») ainsi qu’à réagir dans ces pages à ceux que nous présentons aujourd’hui.

 

Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID

Julien Baudry

L’analyse des travaux menés sur le dessinateur Alain Saint-Ogan (1895-1974) par la Société civile d’étude et de recherche sur les littératures dessinées (SOCERLID) durant les années 1960 et 1970 nous renseigne sur les méthodes employées par les premières sociétés d’études de bande dessinée pour élaborer l’histoire du média. En étudiant l’œuvre d’Alain Saint-Ogan les membres de la SOCERLID construisent un discours qui oscille entre érudition pré-scientifique et mythification de certaines périodes et auteurs. Poursuivant un objectif de légitimation de la bande dessinée par la réhabilitation des œuvres lues pendant leur enfance, ils font de Saint-Ogan un des pivots de leur réflexion historique jusqu’à lui attribuer la place de “père” de la bande dessinée française. Nous retracerons le cheminement d’une pensée historique encore influente dans les représentations actuelles de la bande dessinée.

 

Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ?

Harry Morgan

La conception canonique, telle que formulée par Harold Bloom repose sur la sélection et la hiérarchisation, par des communautés de lecteurs opérant par consensus, d’œuvres possédant des vertus canoniques. Cet article examine l’échec de la formation d’un canon dans le cas des littératures dessinées. Au-delà des facteurs de contingence — stratégies argumentatives des premiers exégètes de la bande dessinée, stratégies éditoriales des éditeurs spécialisés — l’explication réside en partie dans l’étroit assujettissement des littératures dessinées à leur forme éditoriale ainsi que dans la prégnance des images découvertes dans l’enfance — l’un et l’autre empêchant le recul critique et l’établissement d’une liste commune — et, finalement dans l’impossibilité de repérer la singularité de l’œuvre canonique (étrangeté canonique).

 

Histoire, histoires… Blood Upon the Rose de Gerry Hunt et Louis Riel. A Comic Strip Biography de Chester Brown

Valérie Morisson

Dans deux bandes dessinées historiques abordant des épisodes centraux de l’histoire nationale irlandaise et manitobienne, Gerry Hunt et Chester Brown mettent en scène des héros devenus martyrs en leur pays. Leurs choix scénaristiques et graphiques sont très éloignés mais les deux auteurs se penchent sur l’exemplarité contestée des héros et revendiquent le droit de fournir aux lecteurs des points de vue audacieux sur les mythes fondateurs de la nation. La bande dessinée leur permet de s’affranchir d’une tradition historiographique nationaliste. Blood Upon the Rose et Louis Riel sont néanmoins sous-tendues par deux visions divergentes de l’histoire. La lutte pour l’indépendance est présentée soit comme le fait d’un individu soit comme un élan collectif.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre d’un projet de recherche ANR, la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF), l’université Blaise-Pascal et l’AFRELOCE organisent un colloque à l’automne 2012 consacré à la question des enfants en temps de guerre. De l’embrigadement des enfants dans les bandes dessinées des deux conflits mondiaux (évoqués notamment à travers les travaux de Manon Pignot ou Gilles Ragache), à l’encadrement des lectures enfantines (on pense évidemment aux travaux de Thierry Crépin sur la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à la jeunesse), les pistes abondent dans le domaine de la bande dessinée. Ce colloque s’intéressant particulièrement aux points de vue à hauteur d’enfants, on pense immédiatement à une oeuvre telle que Gen d’Hiroshima. Plus profondément, la tension entre aspirations pacifistes et logiques bellicistes trouvera, dans le champ de la bande dessinée, un terreau fertile, cette tension apparaissant comme un des fondements de la bande dite « dessinée franco-belge ».

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse
Colloque international à la Bibliothèque nationale de France et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

18-19 octobre 2012

Délai : 30 septembre 2011

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, les 18-19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?

De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du 20e siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socioéconomiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc.- pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’oeuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant – récits ou témoignages d’enfants – ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

 

Comité scientifique du colloque :

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Michel Defourny (Université de Liège), Claudine Hervouët (BnF/CNLJ – La Joie par les livres), Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire), Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Afreloce), Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Olivier Piffault (BnF/CNLJ-La Joie par les livres), Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres).

 

Modalités

Le colloque se déroulera à Paris, le 18 octobre à la BnF et le 19 octobre à l’ENS de Paris.

Langues : français, anglais, espagnol.

Les communications seront enregistrées afin d’être mises en ligne sur le portail d’EVE (avec l’accord des intervenant-e-s)et éventuellement sur un site de la BnF.

La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)

avant le 30 septembre 2011 à :

Marion Caliyannis

BnF – CNLJ-La Joie par les Livres

marion.caliyannis@bnf.fr

 

Contexte : le programme Enfance Violence Exil

Le programme de l’Agence Nationale pour la Recherche « Enfance Violence Exil », élaboré par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Socio-poétique (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle, principalement en Europe (de la Première Guerre mondiale à l’aube du 21e siècle). Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. Ce projet s’inscrit dans un champ de recherches interdisciplinaire qui associe en particulier les approches littéraires, historiques, linguistiques, psychologique, humanitaires. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant », à travers le vécu des enfants victimes et de la représentation qu’ils en ont donnée ou dont ils ont fait l’objet par l’intermédiaire des médias les plus variés.

Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

Colloque « Disney »

Christian Chelebourg, de l’université Nancy 2, organise au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle un colloque « Walt Disney ». Ces cinq jours (16-23 août 2011) permettront de s’intéresser à tous les aspects de l’univers de Disney : création (thèmes récurrents, chorégraphies dans les films…), adaptation (Fantasia, Tim Burton…), entreprise (Disneyland), histoire (Disney pendant la guerre), idéologie (capitalisme). Aucun titre de communication ne fait directement référence à la bande dessinée, mais il en sera sans aucun doute question.

Walt Disney

Résumé

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Argument

Walt Disney (1901-1966) a contribué à renouveler profondément l’approche et la diffusion des productions artistiques à destination de la jeunesse. S’il n’a pas inventé le dessin animé, et s’il a largement puisé à la source des littératures européennes, on lui doit d’avoir popularisé ce qui est devenu un des médias majeurs de la culture jeune, et d’avoir œuvré à l’internationalisation, voire à la mondialisation de la culture occidentale.

Ce colloque sera l’occasion de revenir sur la carrière créative de Walt Disney et son ingénierie du divertissement. L’homme sera abordé dans ses diverses dimensions, en tant que dessinateur d’animation, cartooneur, créateur de parcs à thème, découvreur de talents. Ses principaux collaborateurs — d’Ub Iwerks à Carl Barks ou Jack Hannah, de Wolfgang Reitherman à Clyde Geronimi — comme ses principaux personnages pourront faire l’objet d’études monographiques ou synthétiques. L’accent sera mis sur les processus créatifs et les imaginaires qu’ils véhiculent, aussi bien que sur les procédés techniques qui les sous-tendent. L’œuvre de Walt Disney sera abordée sous les deux angles de la production et de la réception. Enfin, on s’intéressera aussi bien à ses apports personnels qu’à sa fortune à travers les studios qui portent son nom et les évolutions qui en ont marqué l’histoire.

Communications

Danièle ANDRÉ : « D’un Z qui veut dire… Disney – l’Ouest américain selon Zorro »

Marc BERDET : « La fantasmagorie des parcs à thème »

David CALVO : « Disneyland, archéologie mythique d’un imaginaire »

Christian CHELEBOURG : « Walt Disney et la médiatisation des contes »

Barbara CISE : « Disney Princess : élaboration et destin d’une figure topique »

Thierry CORMIER : « Disney ou le monde merveilleux de nos peurs infantiles »

Adela CORTIJO TALAVERA : « La Belle et la Bête, de Cocteau aux studios Disney »

Laurent DÉOM : « Walt Disney ou le regard émerveillé »

Virginie DUREY : « Walt Disney et l’idéologie américaine »

Hervé GUINERET : « Walt Disney ou le capitalisme enchanté »

Pierre-Eric JEL : « Disney à l’ombre du polar : Who framed Roger Rabbit de Robert Zemeckis (1987) ou l’interrogation sur le devenir de l’animation »

Sylvain LEDDA : « Visages de la mort chez Walt Disney »

Isabelle LIMOUSIN : « Mickey au musée d’art moderne »

Arnaud MAILLET : « Regard, pièges et fascination chez Walt Disney »

Francis MARCOIN : « Les vies multiples de Scrooge McDuck »

Gilles MENEGALDO : « Tim Burton et les studios Disney : subversion et dynamique créative »

Samuel MINNE : « The Sword in the Stone : indétermination générique et vision du genre »

William MOEBIUS : « Le contact et la coordination des corps dans l’œuvre de Disney de 1927 à 1940 »

Philippe MORLOT : « Walt Disney et les arts visuels »

Maryse PETIT : « À propos de Fantasia : création et mise en “anima” »

Christine PRÉVOST : « De la transmission des valeurs morales à la mise en scène d’un patrimoine national illustrant une Amérique aux identités multiples : Disney-Pixar et la géographie de la nostalgie »

Dick TOMASOVIC : « Walt Disney chorégraphe — vers une redéfinition de l’art du mouvement »

Daniel TRON : « Technique et créativité dans les productions Disney »

Aurélie VILLERS : « Walt Disney et l’effort de guerre »

Lieu

Cerisy-La-Salle (50210) (Centre culturel international de Cerisy, Le Château)

Dates

mardi 16 août 2011

mercredi 17 août 2011

jeudi 18 août 2011

vendredi 19 août 2011

samedi 20 août 2011

dimanche 21 août 2011

lundi 22 août 2011

mardi 23 août 2011

Contact

Centre Culturel International de Cerisy
courriel : info [point] cerisy (at) ccic-cerisy.asso [point] fr

Le Château 50210 Cerisy-La-Salle

Url de référence

Site du CCIC

Source de l’information

Michaël Morel
courriel : michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr