Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

La Sorbonne Nouvelle, l’Institut Finlandais et l’INALCO organisent un colloque consacré au fantastique et à la science-fiction, genres dont il s’agit selon l’argumentaire, d’interroger la place (tant esthétique, que critique ou économique). Contactés, les organisateurs du colloque se disent enchantés à l’idée de recevoir des propositions portant sur la bande dessinée. L’étude, entre autres exemples, d’une collection comme Néopolis chez Delcourt (caractérisée par une étonnante homogénéité de thèmes et de traits rappelant la bande dessinée de genre que publiait les hebdomadaires Tintin ou Spirou…), d’une oeuvre comme celle de Moebius (qui oppose clairement, dans son autobiographie Histoire de mon double, le travail opéré sur Blueberry et l’inspiration nourrie de rêves et de phantasmes sensible dans l’Arzach ou Le Garage hermétique), ou encore d’un « classique » comme Les Naufragés du temps (dans lequel Jean-Claude Forest et Paul Gillon revisitent avec maestria de nombreux mythes antiques) seraient ainsi les bienvenues. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 16 mai 2010.

Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

Colloque organisé par la section d’estonien et la section de finnois de l’INALCO, le CIEH & CIEFi–Sorbonne nouvelle.

Paris, 19 et 20 novembre 2010

Les littératures de l’imaginaire (fantastique, science-fiction et merveilleux) constituent un terrain relativement neuf dans le domaine de la littérature comparée. Si depuis quelques années il semble que la critique universitaire ait commencé de s’intéresser à ces littératures considérées comme marginales, l’angle comparatiste n’est guère intervenu pour enrichir la réflexion sur leurs formes et leur propos, alors même que ces genres s’y prêtent particulièrement.

En effet, le statut de ces littératures dans ces pays interroge de façon particulièrement aiguë les problématiques de la réception et de la définition des genres. Quelle est la position, en termes de légitimité ou de recevabilité, des littératures de l’imaginaire ? Quelles instances les scrutent et en valident les produits ? Quel spectre couvrent précisément les termes employés en français, en estonien et en finnois pour désigner le fantastique ou le merveilleux ?

Les participants au colloque seront également invités à s’interroger sur les dimensions européenne et nationale de ces genres. Ces différentes littératures ont-elles adopté des modèles différents, émanant de domaines culturels où fantastique et science-fiction abondent, comme les États-Unis ou la Russie soviétique et postsoviétique, ou existe-t-il partout un modèle dominant commun ? Le fantastique et la science-fiction sont-ils également enracinés dans les traditions littéraires locales et le folklore, acquérant ainsi des caractéristiques spécifiquement nationales ? Quelles sont les tendances en matière de traduction (de l’anglais, du russe ou d’autres langues) et comment ces tendances contribuent-elles à la perception de ces genres en France, en Estonie et en Finlande ?

Dans le cadre d’une analyse « métacritique », on pourra s’interroger sur le rapport des courants se réclamant du postmodernisme (ou d’autres valeurs de rupture vis-à-vis du projet littéraire moderne) avec la dominante imaginaire telle qu’elle est illustrée par ces genres, regroupés parfois en France sous l’étiquette de « fiction spéculative ».

Nous proposons de discuter ces questions à l’occasion d’un colloque qui se tiendra à Paris en novembre 2010. Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français ou en anglais. Le titre de la communication (20 minutes) et un résumé de 250 à 300 mots doivent être envoyés avant le 16 mai 2010. Les organisateurs feront connaître les communications sélectionnées avant le 31 mai 2010.

Les résumés doivent être envoyés, ainsi que d’éventuelles questions, à katre.talviste@gmail.com et martin.carayol@gmail.com.

Responsable : Département d’estonien, département de finnois, CEEM – INALCO ; Institut finlandais ; CIEH & CIEFi – Sorbonne nouvelle

Adresse : Section d’estonien – Département de l’Europe centrale et orientale Institut National des Langues et Civilisations Orientales 2, rue de Lille 75343 Paris cedex 07

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le western et les mythes de l’Ouest dans la littérature et les arts de l’image

Ci-dessous l’annonce d’un colloque de Cerisy portant sur le western. La bande dessinée y occupe une place non négligeable, notamment à travers des communications d’Adela Cortijo (« La bande dessinée et le western »)  et de Jean-Paul Meyer (« Les aventures de Blueberry en BD »).

DIRECTION :

Lauric GUILLAUD, Gilles MENEGALDO

ARGUMENT : Le système du western repose essentiellement sur le concept américain de frontier qui s’impose en forgeant une véritable mythologie populaire. Du Dernier des Mohicans de Cooper aux romans de Gustave Aimard et de Karl May, en passant par les « dime-novels », le western a d’abord des origines littéraires. La généalogie du genre passe par les récits d’enlèvement et de captivité, la terreur gothique liée à l’émergence de la littérature américaine, la fascination pour la violence et le sacré, le rêve (ou le cauchemar) américain. Il puise dans l’histoire de l’Amérique, glorifiant l’épopée des pionniers, sans négliger les Guerres indiennes. Surtout, le western mythifie certains personnages historiques qu’il fait entrer dans la légende. À la fin de L’Homme qui tua Liberty Valance, une phrase résume l’essence du western: « Quand la légende devient réalité, imprimez la légende ! ».

Apparu dès les premières années du muet, le western connaît son apogée entre les années 1930 et les années 1960. Si nombre de westerns sont alors confiés à des réalisateurs de « série B », plusieurs grands noms de l’histoire du cinéma s’y illustrent. Robert Aldrich, John Ford, Howard Hawks, Fritz Lang, Anthony Mann, Nicholas Ray, Raoul Walsh, donnant au genre ses lettres de noblesse. Dans les années 1960, le renouveau vient d’Europe, avec Sergio Leone. Plus récemment, des réalisateurs américains comme Clint Eastwood ou Sam Peckinpah, réalisent des westerns « crépusculaires », où l’héroïsme manichéen cède la place à des personnages ambivalents. Un renouveau du genre se dessine ces dernières années avec Dead Man (1995) de Jim Jarmusch, L’assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (2007) d’Andrew Dominik, 3h10 pour Yuma (2007), de James Mangold (remake du film de 1957) ou encore Appaloosa (2008) de Ed Harris.

On s’interrogera sur les ressorts idéologiques du western. Le genre a longtemps servi de justification à l’ethnocide des Indiens d’Amérique, avant de montrer peu à peu les Indiens comme des victimes de la Conquête de l’Ouest. Il conviendra aussi d’explorer la grande perméabilité du western aux autres genres: comédies musicales (La Kermesse de l’Ouest de J. Logan), comédies (Go West avec les Marx Brothers), films de gangster et films noir (La Fille du désert de Walsh, remake de son propre film La Grande évasion). Nombre d’idées constitutives du western ont été recyclées au cinéma souvent dans le film policier, Assaut de Carpenter, est un remake de Rio Bravo de Hawks, ou de science-fiction, Outland reprend la trame du Train sifflera trois fois. Les séries télévisées (Dead Wood) proposent aussi des réécritures inventives.

Ce colloque se propose de décrire les commencements du genre sur le plan littéraire et de souligner les motifs westerniens dans la peinture des grands espaces au XIXe siècle (Bierstadt, Wyeth, Remington), la photo, la musique ou la bande dessinée (Morris, Charlier, Giraud, Jijé, Pratt). Il s’agira de resituer le western dans la mythologie américaine dont il est issu et de revisiter les « figures mythiques » telles Bas de Cuir, Daniel Boone, Jesse James, Billy the Kid, Calamity Jane, Buffalo Bill, et d’autres stéréotypes du genre: le cow-boy, l’éclaireur, le sheriff, la figure adamique, le pionnier, le héros solitaire, la femme fatale, l’outsider. Des topoi seront convoqués, comme la wilderness, la Prairie, le désert, la ville, le saloon etc. On étudiera la persistance des motifs du western dans la littérature contemporaine mainstream (Cormac McCarthy, Jim Harrison, James Lee Burke, etc.) sous forme de reprise (décors, thèmes, personnages) ou d’hybridité générique: fantastique/western, policier/western. La littérature des écrivains amérindiens (Louise Erdrich, James Welch) ou chicanos (Alejandro Morales, Richard Vasquez) constituera une autre piste à explorer.

COMMUNICATIONS :

  • Jean ARROUYE: Grandeur et décadence photographiques du cow-boy
  • Zachary BAQUÉ: La représentation des institutions politiques américaines dans le western
  • Paul BLETON: L’Ouest, pratique culturelle française
  • Roger BOZZETTO: Bill Cody à l’assaut de l’univers
  • Yann CALVET: Le crépuscule des mythes
  • Christophe CHAMBOST: La fange et le filon, ou comment Deadwood ré-investit le western
  • Liliane CHEILAN: Portraits contrastés de Calamity Jane: de la figure de légende à l’héroïne de bandes dessinées
  • Adela CORTIJO: La bande dessinée et le western
  • Christophe DAMOUR: Stanislavski dans l’Ouest. Les Method Actors et le western
  • Xavier DAVERAT: Géopolitique du désert westernien
  • Jocelyn DUPONT: The Assassination of Jesse James by The Coward Robert Ford, manifeste pour un western hypnagogique
  • Lauric GUILLAUD: Le western, tentative de généalogie d’un genre
  • Jennifer JENKINS: Simenon à la frontière américaine: Le Fond de la Bouteille et The Bottom of the Bottle de Henry Hathaway
  • Marianne KAC-VERGNE: Les westerns contemporains à l’épreuve du multiculturalisme
  • Sophie LÉCOLE-SOLNYCHKINE: La construction photographique du paysage ouest-américain: de la propagande politique à l’identité nationale
  • Jean-Marie LECOMTE: Le western et la révolution du cinéma parlant (1928-1931)
  • Jean-Louis LEUTRAT: Le mythe de Billy le Kid
  • Suzanne LIANDRAT-GUIGUES: La Ballade de Little Jo
  • Isabelle LIMOUSIN: De la poétique westernienne à la sublimation science fictive, The Roden Crater de James Turrell
  • Jean MARIGNY: Cowboys, Indiens et… Vampires
  • Gilles MENEGALDO: Les westerns de Jacques Tourneur
  • Jean-Paul MEYER: Les Aventures de Blueberry en BD. Une sémiographie du western
  • Philippe MORICE: Cicatrice: l’opéra dans la chair
  • Cécile MURILLO: « Easy to sneak upon »: la figure de l’Indien acculturé dans les westerns
  • Anne-Marie PAQUET-DEYRIS: Itinéraires westerniens dans les adaptations de Cormac McCarthy, All the Pretty Horses [1992; Billy Bob Thornton, 2000] et No Country for Old Men
  • Philippe ROGER: Les westerns de King Vidor
  • Isabelle SINGER: Dead Man, la traversée du mythe
  • Benjamin THOMAS: Mercenaires et samouraïs, western et chambara, le dialogue des genres [2005; Joel et Ethan Coen, 2007]
  • Christian VIVIANI: Republic Pictures: la féminisation du western

Le colloque a lieu du 21 au 31 juillet. Pour plus de renseignement, contacter michael [point] morel (at) ccic-cerisy.asso [point] fr.