L’imaginaire

L’Université de Québec accueillera du 22 au 26 août 2011 le 9e Congrès International sur l’étude des rapports entre textes et images dont le thème est : « L’Imaginaire ». L’appel à communication, que nous reproduisons ci-dessous, invite ainsi les chercheurs travaillant sur la bande dessinée à explorer une « interface entre le sujet et le monde »  d’au moins deux façons  :

– à travers une culture populaire, thème on ne peut plus riche en bandes dessinées : pensons par exemple au Comics et à leur réinterprétation contemporaine par des auteurs comme Mark Millard (Superman Red Son, Wanted), Frank Miller (Batman Dark Knight) ou Garth Ennis (The Boys) dont le travail semble questionner les présupposés idéologiques et politiques de l’action des superhéros.

– comme un champ économique structurant le domaine de l’imprimé et plus largement le mode de production des biens culturels : à l’heure où l’imaginaire s’inscrit de concert sur une multiplicité de support à travers des licences (Star Wars ou Dragon Ball pour ne citer que les plus profitables), force est de constater que celui-ci relève d’investissements et de modes de créations abordés dans La Transécriture. Pour une théorie de l’adaptation (ouvrage publié par Thierry Groensteen et édité par le CNBDI).

Cette liste est loin d’être exhaustive et il s’agira de la compléter avant le 15 octobre prochain.

Le 9e congrès international sur l’étude des rapports entre texte et image, L’imaginaire / The Imaginary, se tiendra à l’Université du Québec à Montréal, du 22 au 26 août 2011. Le congrès se fera sous les auspices de FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, du NT2, le Laboratoire de recherche sur les arts et les littératures hypermédiatiques, du CRILCQ, le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises et de la Faculté des arts.

Centré sur l’imaginaire, qu’il apparaisse comme une interface entre le sujet et le monde, comme un registre de la pensée, comme un vaste ensemble d’images et de signes, de textes et d’objets de pensée, ce congrès veut explorer les relations entre les textes et les images dans un contexte de transformation qui nous voit passer de façon de plus en plus certaine d’une culture du livre à une culture de l’écran.

L’imaginaire s’impose d’emblée comme une façon d’interpréter le monde et il s’inscrit indéniablement au coeur de notre rapport à l’art, à la littérature et à la culture. Le congrès permettra d’explorer ce thème dans des recherches théoriques de définition et de conceptualisation de cette notion, ainsi que dans des pratiques d’analyse et d’interprétation de textes et d’images, dans une perspective historique ou en fonction d’enjeux contemporains, alors que s’entrecroisent les études sur les cultures visuelles et textuelles par le recours à des méthodologies interdisciplinaires et intermédiales.

AXES
Six axes sont proposés afin d’organiser les ateliers en fonction de problématiques communes.

1- Fabrique du contemporain
Nous chercherons à analyser et à interroger les productions et dispositifs qui sont au coeur de l’imaginaire contemporain et qui rendent compte de sa spécificité et de sa capacité à innover, que ce soit sur un plan esthétique, médiatique, politique ou social.
2- L’imaginaire de la théorie
La théorie est en soi un imaginaire et engage à un acte d’imagination. Dans cette perspective, nous entendons mettre de l’avant une réflexion sur les liens entre, d’une part, les théories de l’image et du texte et, d’autre part, les représentations de la connaissance, de l’action et de la subjectivité.
3- La mémoire de l’imaginaire
Nous entendons susciter une exploration des formes du passé et de la mémoire. Penser l’imaginaire, c’est examiner, dans leur densité même, les modes de documentation, de conservation, de transmission, de déploiement, de mise en valeur et de légitimation de la production culturelle, artistique et littéraire.
4- L’imaginaire : une économie symbolique
Cet axe porte plus précisément sur les relations entre l’art et le pouvoir, qu’elles se déploient dans le cadre du mécénat, des institutions religieuses ou civiques, de l’état et de ses prérogatives, de la commande voire de la logique du marché. De quelles façons les formes que prend le pouvoir au fil des siècles modifient-elles notre imaginaire et notre attitude à son égard, depuis les sociétés anciennes jusqu’aux formes contemporaines du pouvoir?
5- Formes, figures et effigies
Parler d’imaginaire, c’est cibler les formes et les figures particulières par lesquelles son action se manifeste. Cet axe permet une exploration des images du corps et des représentations de soi, depuis les premières figurines et effigies jusqu’aux avatars et personnages virtuels contemporains. Le corps n’a cessé de se dire et de se montrer, d’être construit culturellement et de s’imposer comme un sujet privilégié de l’art et de la littérature.
6- Imaginaire et culture populaire
Étudier la culture populaire est une façon de comprendre comment l’imaginaire se construit, c’est aussi une manière de mettre en scène les processus symboliques dans leur capacité à faire apparaître du nouveau et d’influencer les comportements. Il s’agit de considérer les constructions imaginaires issues de la performance, du cinéma, des rituels, de l’espace public et d’en analyser les expressions textuelles, visuelles ou orales.
Veuillez envoyer, avant le 15 octobre 2010, votre proposition de communication, composée d’un titre et d’une brève description de 200 mots, à l’une des adresses suivantes :

iawis-2011@uqam.ca
aierti-2011@uqam.ca

Agenda / Calendrier

May 1st / 1er mai 2010 : deadline for session proposals / date limite pour la proposition de sessions

June 1st / 1er juin 2010 : list of sessions selected / liste des sessions retenues

June / juin 2010 : call for papers / diffusion de l’appel à soumissions

October 15th / 15 octobre 2010 : deadline for paper proposals / date limite pour les propositions de communication

November 1st / 1er novembre 2010 : list of papers selected / liste des communications retenues

December 1st / 1er décembre 2010 : preliminary program / programme préliminaire

Url de référence :
http://www.iawis.org/
Adresse : 9E CONGRÈS IAWIS/AIERTI Département d’études littéraires Université du Québec à Montréal C.P. 8888, succ. Centre-ville Montréal, Qc H3C 3P8 Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée : un art sans mémoire ?

Un colloque intitule « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » aura lieu les 10 et 11 juin prochains au Pôle des Métiers du livre de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense. Les Carnets de la bande dessinée sont partenaires de cet événement puisque celui-ci est organisé par Benoît Berthou, que Sylvain Lesage y interviendra le jeudi 10 juin et Thierry Smolderen le 11 juin avec Benoît Peeters. Le programme et l’affiche sont disponibles en téléchargement ci-dessous.

“La bande dessinée : un art sans mémoire”
Colloque organisé par le LABSIC et Médiadix
Avec le soutien du Ministère de la culture et de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord

Pôle des Métiers du livre de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense
10 et 11 juin 2010
Organisation scientifique : Benoît Berthou (université Paris 13, LABSIC)
Inscription sur le site de Médiadix :
http://mediadix.u-paris10.fr/brochure/list_stages.php?st_niveau=02

Ce colloque international entend interroger la problématique inscription dans le temps d’une bande dessinée volontiers pensée comme une “anti-culture” (Adorno) et souvent perçue sous l’angle du « consommable » ou du « jetable ». Notre objectif est ainsi d’examiner les initiatives et dispositifs permettant à une industrie culturelle de se constituer en patrimoine.
Ce colloque constituera un espace de rencontres interdisciplinaire, interprofessionnel et international (quant à ses intervenants et thèmes d’intervention). Inscrit au programme d’un Centre de Formation Continue aux Carrières des Bibliothèques, il a vocation à permettre à des professionnels du livre et à des chercheurs de s’informer et de s’exprimer.

LaBD

brochureBD

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie

La revue Synergies organisera son septième numéro autour du thème : « Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie ». Contactés, les organisateurs se déclarent enthousiastes à l’idée d’examiner des propositions de communication portant sur un corpus de bande dessinée et prévoit d’ailleurs de publier des entretiens avec plusieurs auteurs. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication ainsi que le document présentant les consignes de rédaction (fort complètes).

Appel à communication

“Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie”

Date limite de remise des propositions :  15 avril 2010

Le conte est un « objet mouvant et insaisissable » : repris, traduit, adapté, transposé, sa forme et ses motifs imprègnent l’imaginaire collectif et influencent les créations personnelles. La fin du XXe siècle est l’époque du « renouveau du conte » voire de ses « métamorphoses » pour reprendre le titre de l’ouvrage dirigé par Jean Perrot[1]. Véritable creuset où l’imaginaire va puiser ses sources d’inspiration, le conte fournit des situations, des motifs, des formes structurelles qui ont traversé tous les genres et qui s’adaptent aux nouvelles formes du récit (album, fantasy, théâtre-album…). Enfin le conte possède une telle vitalité qu’il suffit d’un simple rapprochement au détour d’un commentaire pour qu’il devienne une clef de compréhension. Sa force symbolique lui permet de parler du monde contemporain à travers des situations archétypales. Ainsi les contes du XVIIe siècle s’inscrivaient dans l’idéologie du grand siècle que ce soit pour la critiquer ou la cautionner.

Dans ce nouveau numéro de Synergies France, nous aimerions réfléchir à l’utilisation du conte en ce début de XXIe siècle. Peut-on voir se dessiner une évolution des trames narratives, des personnages, qui traduirait une vision de l’homme et du monde propre à notre société contemporaine ?

Les pratiques hypertextuelles et les relations transtextuelles pourront être l’objet d’une étude dans le cadre de cette réflexion. Une analyse des différents procédés de transformation du conte pourra montrer, par exemple, en quoi les possibilités apportées par les nouveaux supports et les nouvelles formes renouvellent la perception du conte.

On pourra se demander comment ou en quoi une interprétation ou une transposition modernisantes participent à l’enrichissement ou à l’appauvrissement de la trame narrative, des actants, des motifs… On pourra également réfléchir à l’utilisation des personnages, des lieux ou des objets emblématiques en s’interrogeant sur leur permanence et leur évolution dans la littérature contemporaine (l’ogre, le dragon, la forêt, l’épée..).

On pourra s’interroger sur le rôle et la fonction des références au conte traditionnel en examinant comment ils participent à la poétique de l’oeuvre. En quoi les citations, les allusions ou la réutilisation de la trame ou des personnages entrent-ils dans les procédés d’écriture ? Donnent-ils lieu à des pratiques de condensation, d’amplification, multiplient-ils les effets de sens, introduisent-ils des jeux de connivence, des effets de contrepoint, de nouvelle motivation… ? L’utilisation du conte répond-elle à des préoccupations idéologiques, morales ? Traduit-elle les hantises des personnages ou d’un auteur ?

On pourra encore étudier la manière dont le conte contemporain revisite et métamorphose les genres du récit : notre époque est-elle propice à un recul du merveilleux au profit d’autres genres comme le fantastique ou la fantasy ?

Peut-on voir une influence de la psychanalyse et des théories sur le symbolisme du conte dans la manière dont il vit dans les oeuvres d’aujourd’hui ? Comment articule-t-il réel, pulsions, rationalisme et imaginaire dans notre société marquée par les traumatismes du siècle écoulé ?

On pourra s’interroger sur l’intégration et l’influence étrangère (pays de l’Est, pays asiatiques ou africains…) et en matière de références, supports, diffusions en direction de la nouvelle génération occidentale.

Cette réflexion s’appuiera sur les oeuvres contemporaines et s’intéressera au corpus de la littérature de jeunesse ainsi qu’aux oeuvres destinées aux adultes.

La proposition devra :

– s’attacher explicitement au genre du conte ;

– être située clairement selon une problématique (littéraire, narratologique, stylistique, linguistique, didactique, culturelle, historique…) ;

– s’inscrire dans l’époque contemporaine ;

– décrire le corpus d’étude ou à défaut situer l’étude.

Coordination du numéro :

– Myriam Tsimbidy (Université de Rouen) : tsimbidy_myriam@hotmail.fr

– Dominique Ulma (Université Claude Bernard Lyon): dominique.ulma@iufm.univ-lyon1.fr

Les articles seront prioritairement rédigés en langue française.

Consignes pour la rédaction ici.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts