(In)visibles cités coloniales

La Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme de Strasbourg lance un appel à communication intitulée « (In)visibles cités coloniales » dans lequel la bande dessinée est nommément citée. Celui-ci nous propose donc de penser les modalités selon lesquelles un pouvoir peut organiser un espace urbain, thématique fort présente dans le neuvième art comme en témoigne l’actuelle exposition « La ville dessinée : architecture et bande dessinée » à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Certaines des œuvres exposées rentrent tout à fait dans le cadre de la proposition ci-dessus, et nous nous permettons également d’indiquer Rampokan Java et Rampokan : Célèbes de Peter Van Dongen (tous deux publiés chez Vertige Graphic) qui relatent, dans un style proche de celui d’Hergé, la reconquête après la Seconde Guerre mondiale de l’Indonésie par les Pays-Bas. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er septembre 2010.

(In)visibles cités coloniales : Stratégies de domination et de résistance de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Colloque international et pluridisciplinaire

24 et 25 mars 2011 – Strasbourg

Argumentaire

Le colloque se propose de mettre en lumière les relations entre processus de colonisation et d’urbanisation à travers les notions de visibilité / invisibilité. La colonisation fait intervenir systématiquement des rapports de pouvoir et la substitution d’un ordre par un autre de façon plus ou moins violente ou radicale. Il s’agira non seulement d’étudier les pratiques urbanistiques qui se caractérisent par une forme de domination, de cécité, d’incompréhension par rapport à un territoire urbain, mais également les résistances à cette domination et leurs manifestations culturelles (usages, événements, …) et objectales (spatiales et architecturales).

1)Villes-strates : superpositions spatiales et temporelles

La ville visible se présente comme une surface reposant sur diverses couches ou strates temporelles. Elle n’est jamais une dans l’instant, « synchrone avec elle-même » (Marcel Roncayolo, La Ville et ses territoires, 1990), car l’espace « se verticalise » dans le temps. Le lieu urbain étant « un feuilleté d’Histoire » (Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, 1974), l’identité d’une ville réside dans la profondeur, dans la diachronie qui s’exprime dans les strates historiques, réelles, imaginaires ou symboliques, qui fondent les lieux. Or, les processus de colonisation dénient la présence de strates invisibles sous ou dans la ville visible : la ville coloniale se construit sur un lieu (ou non loin d’un lieu) déjà occupé précédemment, lui déniant toute épaisseur, profondeur historique et diversité sociale.

2) La question du mimétisme colonial

La construction d’une ville coloniale vise le plus souvent à reproduire, à « dupliquer » la ville métropolitaine, mettant en oeuvre un phénomène de « mimétisme » (Homi Bhabha, The Location of Culture, 1994) élevé au rang urbain. Cette colonisation urbanistique reste centrée sur la question de la reproduction, elle-même ancrée dans l’idée de modèle et de copie, d’authenticité et de pastiche, dont il conviendra de mettre en avant l’ambivalence en posant la question des limites de toute re-production architecturale. L’invisibilité se situe alors au sein d’un « espace-tiers », dans le décalage plus ou moins perceptible entre la copie et l’original.

3) Laboratoires d’idées nouvelles et projections utopiques

La ville coloniale peut également être abordée comme une projection utopique qui se prend dans le rêve de la cité idéale : les représentations de l’espace urbain se superposent alors à l’élaboration de modèles sociaux. Ainsi, les « fronts pionniers », compris comme un mouvement de colonisation d’une société à l’intérieur de ses propres frontières politiques, impliquent la conquête d’un espace tenu pour neuf et « vierge » et la négation des cultures existantes. Ces terres que l’on cherche à s’approprier servent de surface de projection à des villes imaginées/imaginaires, dont la réalisation effacera toute réalité antérieure. A l’invisibilité d’un espace perdu, se superpose l’invisibilité de la ville en devenir, bâtie parfois seulement dans le rêve des pionniers. Toutes ces villes en devenir ne sont pas promises au futur brillant qu’ambitionnent pour elles leurs bâtisseurs. Si certaines parviennent à se structurer et perdurer, d’autres végètent, voire tendent à devenir des « villes-fantômes », comme celles de l’Ouest américain.

4) Stratégies de résistance

Dans tous les cas, la colonisation cherche à transformer l’existant, à l’englober, à le recomposer selon l’ordre établi par les colons. Elle génère l’invisibilité dans la ville par la fusion ou par l’occultation, voire le camouflage des populations autochtones. L’on pourra s’interroger sur les rapports de domination et de résistance entre les colons et les autochtones, sur la place accordée à ces derniers au sein de l’espace physique, géographique et social : en périphérie, dans les interstices, hors des limites de la ville ? L’on pourra également questionner les stratégies de résistance à la mise en conformité coloniale élaborées par ces derniers, ainsi que les directions et les formes diverses qu’elles ont pu prendre.

Ce colloque étant pluridisciplinaire, les contributions attendues pourront concerner aussi bien la littérature que la sociologie, l’ethnologie, la géographie, l’urbanisme, etc. et porter sur des supports divers (architecture, peinture, cinéma, romans, bande dessinée…).

Contacts / Comité scientifique :

Aurélie Choné, Mcf études germaniques, Responsable du programme MISHA « Villes invisibles et écritures de la modernité : vers une nouvelle géographie de l’identité », équipe d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : achone@unistra.fr

Karine Dupré, Mcf architecture, Directrice du département Architecture INSA de Strasbourg : karine.dupre@insa-strasbourg.fr

Laurence Granchamp Florentino, Mcf sociologie, Laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe » (FRE 3229) : laurence.granchamp@misha.fr

Catherine Repussard, Mcf études germaniques, équipe d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : repussardcatherine@wanadoo.fr

Frais d’inscription au colloque : 50 euros (tarif normal) ; 20 euros (doctorants).

Soumission des propositions et des articles :

Les titres et résumés de 1 500 mots, accompagnés des coordonnées, statut et adresse administrative des conférenciers, sont à envoyer pour le 1er septembre 2010 à l’adresse mail suivante : citescoloniales@misha.fr

Les articles, d’un maximum de 40 000 signes (espaces non compris), mis aux normes comme indiqué sur le site http://villesinvisibles.misha.fr à la rubrique « Publications », sont à retourner pour le 30 avril 2011 par voie postale à l’adresse suivante :

Aurélie Choné

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)

5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex

et par voie électronique à l’adresse suivante : citescoloniales@misha.fr

Langues du colloque : allemand, anglais, français, avec une préférence pour la langue française, y compris pour les articles écrits.

Adresse : Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial

Tintin au Congo
Hergé : Les Aventures de Tintin reporter du Petit Vingtième au Congo, Ed. Petit VIngtième, 1931

Les polémiques que déclenche régulièrement l’album Tintin au Congo le montrent : le rapport entre la bande dessinée franco-belge et la représentation des colonies soulève bien des passions. Dès les débuts de la recherche universitaire sur la bande dessinée, des articles et des ouvrages se sont penchés sur la question (comme par exemple le livre de Charles-Olivier Carbonell, Le Message politique et social de la bande dessinée, paru en 1976, qui compile des mémoires d’étudiants de sciences politiques). Plus récemment, la thèse de Christian Jannone se penchait elle aussi sur ce sujet.

Philippe Delisle revient sur cet « imaginaire colonial » en bande dessinée, s’inscrivant dans la lignée des travaux effectués par Nicolas Bancel Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire. Comme le remarque Philippe Delisle dans sa conclusion, la bande dessinée a ceci de particulier que, contrairement aux autres composantes de la culture coloniale, elle est encore largement lue et diffusée. Cet accent mis sur la diffusion et la mémoire explique vraisemblablement la constitution du corpus, qui repose exclusivement sur les récits publiés en albums.

On peut regretter ici l’absence d’explicitation nette des critères de constitution du corpus : l’auteur assume certes son refus de l’exhaustivité, disant préférer choisir « un nombre suffisant de récits importants et bien diffusés »… Mais on aimerait savoir selon quels critères ils sont sélectionnés ! Sont en effet mêlés publications contemporaines et publications postérieures (les récits publiés par Michel Deligne par exemple) – soit des albums de statuts et d’impacts fort différents. De même, la période des années 1980 mêle des artistes et des styles très différents, de Jimmy Tousseul à Coeurs d’acier. On ne peut donc que regretter que (par manque de place ?) l’auteur n’explicite pas davantage les critères de constitution de son corpus.

jimmytousseul01
Deshorger, Desberg : Jimmy Tousseul, Le Serpent d'ébène, Dupuis, 1989

C’est donc sur la période 1930-1960 que Philippe Delisle est le plus convaincant. Il analyse, dans les albums de son corpus, les ressorts de l’imaginaire colonial : inventaire des espaces coloniaux, stéréotypes dans la représentation des indigène, la colonisation comme progrès (à travers la figure du missionnaire notamment). En elles-mêmes, les figures convoquées dans cette culture coloniale en bande dessinée ne sont pas bien originales, même si Philippe Delisle constate une place moindre accordée au colon et, à l’inverse, une place éminente accordée au missionnaire.

L’auteur constate d’ailleurs que cet « imaginaire colonial » est en fait à relativiser : l’ailleurs vaut surtout comme espace d’évasion et d’exotisme ; dans l’après-guerre, rares sont les récits de propagande coloniale simple. Les « indigènes » sont certes vus à travers des figures très stéréotypées (l’Asiatique fourbe et cruel, l’Arabe porté à la rapine, le Noir peureux et superstitieux…), mais la bande dessinée ne présente pas, de ce point de vue, d’originalité sur les autres vecteurs de la culture coloniale, dont elle reproduit les poncifs. Philippe Delisle écrit ainsi à propos de ces auteurs :

dans la plupart des cas, les auteurs semblent vouloir avant tout raconter des histoires distrayantes ou édifiantes. Ils envoient leurs héros au Congo, au Maghreb français ou dns l’Inde britannique, comme ils les envoient aussi aux Etats-Unis ou au Mexique, par souci de dépaysement. De même, ils paraissent employer les stéréotypes coloniaux comme des codes isolés, aisément compris par la société dans laquelle ils évoluent, mais sans chercher à élaborer un discours charpenté sur la question.

Le fait le plus marquant dans cette production, c’est, in fine, sa grande stabilité, l’absence d’évolutions marquantes :

On est frappé par le caractère peu évolutif et assez homogène du discours, qui renvoie certainement à la stabilité des préjugés coloniaux. On retrouve par exemple sensiblement les mêmes bandits américains et les mêmes « hommes-léopards » dans « Tintin au Congo », qui paraît dans les pages du Petit Vingtième en 1930, et dans le troisième épisode de Tiger Joë, de facture bien plus « réaliste », et publié vingt-deux ans plus tard dans La Libre junior. Le parcours personnel des auteurs semble loin de jouer un rôle toujours déterminant. Certes, […] le fait que Dineur ait vécu en Afrique donne un ton un peu différent à Tif et Tondu au Congo belge : les indications géographiques précises y sont plus nombreuses, et la figure du colon blanc y apparaît plus nettement. Mais il ne s’agit là que de nuances

Ce qui est plus original et, à mon sens, plus intéressant dans le livre de Philippe Delisle, c’est que cet angle de la culture coloniale est un moyen de réinterroger l’identité « franco-belge » de la bande dessinée. La France et la Belgique sont deux pays aux histoires coloniales très différentes, mais au marché unique en terme de bande dessinée : la structuration du marché de la bande dessinée dans l’après-guerre tend à effacer les spécificités de la bande dessinée wallonne. Pour mieux conquérir le marché français, les références trop appuyées à la « belgitude » sont donc effacées, et des auteurs éminemment bruxellois tels qu’E.P. Jacobs ou André Franquin en viennent à ancrer leurs récits dans un contexte plus ou moins explicitement français. Comment s’articule cette bande dessinée « franco-belge » en construction, et cet imaginaire colonial ? C’est là la partie la plus stimulante de l’ouvrage de Philippe Delisle, qui tente de démêler ce qu’il y a de spécifiquement belge à cet imaginaire colonial : places respectives du Congo et du Maghreb, place importante des missions dans les dispositifs narratifs…

bd-franco-belge

Le coeur du livre s’arrête sur les années 1960, et seul un éclairage rapide est donné aux années 1980. Dommage, à mon sens, qu’il n’ait pas été donné plus de place aux années 1960-1970, au moment où les indépendances se consolident, où les cultures coloniales se recomposent, au moment même où la bande dessinée franco-belge est traversée de nombreux débats esthétiques et politiques. Un ouvrage stimulant donc, mais plutôt destiné aux étudiants qu’aux chercheurs, car il n’apporte, sur le fond, pas de réelle nouveauté. Par ailleurs, si la réception constitue toujours le « trou noir » de l’histoire culturelle, il est toujours regrettable de l’expédier en fin de conclusion.

L’ouvrage est paru en 2008 chez Karthala. Une autre recension de l’ouvrage est disponible sur le site d’Africultures.

Par ailleurs, Philippe Delisle vient de publier un autre ouvrage, toujours chez Karthala : Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique ? Années 1930 / Années 1980, toujours chez Karthala (sortie en janvier 2010). J’y reviendrai.

Spirou-Tintin-et-cieEn attendant, je reproduis ici la 4e de couv :

On oublie fréquemment que la bande dessinée belge d’expression française, terreau de l’école dite «franco-belge », s’est épanouie dans un environnement chrétien. Les deux « pères fondateurs », Hergé et Jijé, ont publié leurs premières séries avec des bulles dans des journaux catholiques. Certes, les deux périodiques spécialisés qui, après 1945, s’imposent sur le marché belge, puis conquièrent le public hexagonal, à savoir Spirou et Tintin, ne sont pas des supports confessionnels. Mais ils sont nés dans des milieux catholiques, et se sont appuyés, au moins à l’origine, sur des réseaux de diffusion chrétiens.

La production franco-belge de « l’âge d’or », c’est-à-dire celle des années 1930-1950, est donc imprégnée, à des degrés divers, de références catholiques. C’est l’époque des grandes biographies « chrétiennes », comme le Don Bosco de Jijé. Nombre de fictions font par ailleurs intervenir des figures catholiques : pieux chevalier, scout débrouillard, ou encore missionnaire conquérant. Qu’on songe au Chevalier blanc, à la Patrouille des Castors, à Tintin au Congo ! A travers la bande dessinée franco-belge « classique », perce finalement tout un imaginaire catholique », imaginaire qui reste pour l’essentiel en phase avec un discours ecclésiastique de reconquête.

Les années 1960-1970 sont marquées par un mouvement de « laïcisation » de la bande dessinée franco-belge, avec l’affirmation du journal français Pilote. Mais cette rupture ne doit pas dissimuler certaines permanences. Scouts et pieux chevaliers continuent à s’illustrer dans les pages de Spirou et de Tintin. Les figures chrétiennes de « l’âge d’or » seront d’ailleurs de nouveau convoquées au cours des années 1980, sous le mode parodique, par des dessinateurs comme Chaland…

Agrégé et docteur en histoire, Philippe Delisle est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Jean Moulin de Lyon et membre du Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes. Spécialiste d’histoire religieuse et coloniale, il a déjà publié plusieurs études sur la bande dessinée franco-belge.

Référence bibliographique :

Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial. Des années 1930 aux années 1980, Karthala, collection « Hommes Et Sociétés », 2008.

ISBN : 2811100830