La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

La Revue des Sciences de l’éducation lance un appel à communication intitulé : « La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage ». Cette proposition nous invite à réfléchir sur les possibles vertus pédagogiques d’une certaine littérature : « à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages? » Ce faisant, elle intéresse la bande dessinée et s’inscrit dans des préoccupations que nous avons déjà relayées dans de précédents billets, mais il nous faut faire remarquer que l’un des axes indiqués dans l’appel à communication nous semble rencontrer quelques échos dans l’actuelle production de bande dessinée. Souhaiter interroger « l’état des connaissances […] au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture » pourrait en effet nous inviter à considérer le cas d’adaptations d’œuvres « classiques » comme dans le cas de la collection Ex Libris des éditions Delcourt qui est évoquée par nos soins sur un autre site. Ces livres, assortis de livrets pédagogiques invitant l’élève à s’interroger sur l’œuvre originale passée au prisme du langage de la bande dessinée, posent en effet directement un problème qu’il s’agira de formuler, si vous retenez cette piste, avant le 31 mai prochain.

La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

Date limite : 31 mai 2011


L’équipe de la rédaction de la Revue des sciences de l’éducation lance un appel de proposition d’articles pour un numéro thématique intitulé : La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage (corédactrices invitées : Monique Noël-Gaudreault et Claire Le Brun).

Madame Monique Noël-Gaudreault, professeure à l’Université de Montréal, et madame Claire Le Brun, professeure à l’Université Concordia, agiront à titre de corédactrices invitées d’un numéro thématique. Dans ce contexte, la Revue des sciences de l’éducation lance une invitation aux auteurs qui désireraient proposer un article en lien avec ce thème. Les articles soumis à la Revue pourront traiter aussi bien des résultats de recherche de nature empirique que de nature théorique. Sous la responsabilité du Rédacteur en chef, leur évaluation sera assujettie au même processus rédactionnel que tout autre article. Toutes les règles et procédures, disponibles sur le site de la Revue et destinées aux auteurs, devront être respectées. Les propositions d’articles seront transmises par courriel au secrétariat de la Revue avant le 31 mai 2011.

Descriptif du numéro thématique

Depuis une quinzaine d’années, la littérature de jeunesse intéresse de plus en plus de chercheurs universitaires. Le rôle de cette littérature à part entière est jugé essentiel, non seulement d’un point de vue affectif, mais aussi cognitif, dans la mesure où, face aux manuels, la littérature de jeunesse peut avoir une influence positive sur la réussite scolaire de l’enfant. Bien que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ait confirmé, dans son plus récent programme de formation, la mission des enseignants comme passeurs culturels, ces derniers se sentent un peu démunis. Ils se questionnent à propos du choix de l’oeuvre en fonction du jeune lecteur, de leur rôle de passeurs et des modalités du passage.

En effet, bien que le corpus des oeuvres soit relativement jeune, il comprend déjà des classiques incontournables; mais comment s’y retrouver dans une production éditoriale pléthorique? Reflet de la société postmoderne, à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages?

Les responsables de ce numéro de la Revue souhaitent diffuser des études portant sur un ou plusieurs des thèmes suivants :

1. l’état des connaissances : 1) au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture; 2) au sujet des rôles respectifs des éditeurs, des auteurs, des illustrateurs, des parents, des bibliothécaires, des didacticiens et des enseignants comme passeurs de culture, et de quelle(s) culture(s); 3) au sujet des oeuvres qui reflètent les grands défis contemporains;

2. les stratégies didactiques efficaces pour transmettre le goût de lire, et donner à l’élève les moyens de rendre compte de sa compréhension, de son interprétation, de ses réactions et de son appréciation des oeuvres lues : cercle de lecture, journal dialogué, marathon de lecture, animation en lecture, lecture à voix haute, dictée à l’adulte, etc.;

3. la nature et l’impact des interventions menées en classe à partir de la littérature de jeunesse.

Gilles Raîche, rédacteur en chef

Adresse : C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3J7Canada

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les séries télévisées dans le monde

L’université du Havre organise un colloque sur les séries télévisées dans le monde ; il mentionne cependant explicitement la question des processus de remédiation, de transposition et d’échanges avec, entre autres, la bande dessinée. Cet appel à communications peut intéresser les chercheurs sur la bande dessinée à double titre. D’une part, la bande dessinée est elle aussi marquée par ce que Thierry Groensteen appelait « l’empire des séries » (“L’empire des séries”, 9e art, n° 4, janvier 1999, p. 78-87). Par ailleurs, de nombreuses séries se sont nourries d’univers nés de la bande dessinée, que l’on pense à Superman, aux Schtroumpfs, à Papyrus, Dragon Ball… Il pourrait être particulièrement intéressant de se pencher sur les phénomènes d’aller-retour : la circulation des oeuvres de la bande dessinée à la télévision ne s’opère pas à sens unique. C’est par exemple ce qu’avait montré Damien Boone lors de son intervention du 18 mai 2010 à St-Quentin à propos des Schtroumpfs : le passage d’un support médiatique à un autre transforme en profondeur le rapport à l’oeuvre initié par Peyo et, couplé à ses problèmes de santé, fait perdre le monopole de la production des Schtroumpfs à son auteur. On peut également penser, sur le mode mineur, à l’adaptation des Chevaliers du Ciel : les couvertures représentent alors les visages dessinés non pas des héros créés par Uderzo, mais des acteurs de la série… Bien d’autres pistes sont envisageables pour un sujet qui paraît riche en possibilités :

Les séries télévisées dans le monde : échanges, déplacements et transpositions

15-16-17 juin 2011, université du Havre

Ce colloque pluridisciplinaire se propose d’éclairer les séries télévisées de différents pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Espagne, Amérique hispanique, Brésil, Inde, Japon, Corée, Russie, Canada, Océanie, Afrique …) à travers le prisme de l’échange, de la transposition et du déplacement. Des approches variées sont encouragées (esthétiques, narratives, linguistiques, socioculturelles, idéologiques, historiques, géographiques…) afin d’explorer :

– l’articulation des espaces dans le récit et ses implications narratives: rôles des lieux récurrents, des espaces de rencontre, d’échange et de confrontation ; figures de la mobilité (déplacements, voyages, exodes économiques, exils politiques, retour au pays, intrusions, installations) et de la fermeture (clôture, mise à distance, exclusion).

– les enjeux idéologiques des représentations spatiales : choix des lieux montrés ou occultés, valorisation/dévalorisation des lieux mis en scène, usages utopiques/dystopiques, réalisme social ; exaltation du pittoresque, goût de l’exotisme.

– l’ancrage des séries dans leur contexte de création (conditions de production, lieux de tournage, décors, scénarios…) ; la circulation et la réception des séries dans les différents espaces de diffusion (impérialisme/métissage culturels, enjeux géopolitiques, stratégies d’exportation, modes de diffusion, interprétations et critiques…).

– la comparaison d’une série et de ses déclinaisons dans d’autres pays (traduction, relocalisation, appropriation et adaptation aux spécificités culturelles).

– les intertextes culturels et les transferts à l’œuvre dans les séries (références culturelles, processus de re-médiation : transposition de romans, bandes dessinées et films en séries télévisées, et vice-versa).

Les communications dureront 30 minutes (et seront suivies par 10 minutes de question).

Une sélection des communications sera publiée dans la nouvelle revue /TV/Series/, où seront également publiés les actes du colloque « Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel » organisé par Ariane Hudelet et Sophie Vasset à l’université Paris-Diderot en mai 2011.

Les propositions de communications (un résumé de 300 mots et une notice biographique de 100 mots, en français ou en anglais) sont à envoyer à Sarah Hatchuel (shatchuel@noos.fr) et à Sylvaine Bataille (sylvaine.bataille@wanadoo.fr) avant le 15 octobre 2010.

Le dessin animé ou les métamorphoses du réel

La faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Institut Catholique de Toulouse lance un appel à communication intitulé « Le dessin animé ou les métamorphoses du réel ». Celui-ci est l’occasion de s’interroger sur les modalités et finalités d’un processus d’adaptation en bande dessinée posant au moins deux problèmes :

–       Esthétique. Il serait intéressant d’examiner les procédés permettant de  transformer une œuvre séquentielle en flux narratif et ainsi de s’intéresser tant aux ajouts (bande-son) qu’aux modifications (supression de « l’espace inter-incoique ») que suppose semblable entreprise.

–       Economique. Il serait intéressant d’examiner l’importance qu’acquiert le dessin animé dans le cadre d’une entreprise d’édition qui a très tôt intégré le processus d’adaptation dans son modèle économique (à travers la création de studios, tels Belvision, ou le développement de produits « cross-media »).

Il est à noter que ces deux problèmes sont placés au fondement d’un excellent ouvrage de Philippe Capart et Erwin Dejasse, Morris, Franquin, Peyo et le dessin animé, qui est désormais disponible en commande auprès des auteurs (dont nous pouvons transmettre les coordonnées).

Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 octobre 2010.

Le Dessin animé ou les métamorphoses du réel

Donner vie à l’image par le mouvement appartient à l’histoire de l’humanité si l’on en juge par l’observation des traditions orientales des théâtres d’ombre. Le cinéma qui consiste à capturer le mouvement pour le restituer dans sa continuité s’applique, paradoxalement, dès les origines à projeter des images fixes, à un rythme très rapide, créant ainsi un mouvement artificiel capable de donner l’illusion de la mobilité dans l’illusion du film.

Nous voilà, plus encore que dans le film, projetés dans la fiction, dans un univers où l’imaginaire rayonne, sans avoir recours aux trucages.

Depuis l’expérience du musée Grévin où les pantomimes lumineuses d’Émile Reynaud furent projetées le 28 octobre 1892, aux premières expériences d’animation de John Stuart Blackton (Croquis au grand galop,1906), aux caricatures d’Emile Cohl (Fantasmagorie, 1908) jusqu’aux cartoons délirants, aux films des studios Disney, aux contes de Paul Grimault, de Hayao Miyazaki, jusqu’aux bandes dessinées mises à l’écran, le dessin animé constitue un genre spécifique dans le cinéma.

Trop souvent et trop vite attaché à l’enfance et à une certaine mièvrerie, le dessin animé, né de la caricature, comporte une multitude de volets dont il conviendra de décrypter les lectures. Car le Dessin animé repose sur le déguisement du réel dans sa conception la plus large : la caricature où le grotesque côtoie la satire, le merveilleux des contes revisités ou créés, la fausse innocence occultant une thèse (propagande, engagement politique) .

Le présent colloque se donne pour objet l’étude des différents courants qui parcourent le dessin animé pour en saisir l’originalité spécifique dans les diverses techniques narratives, les applications et implications socio culturelles, les évolutions techniques et la dimension poétique, comique ou, plus prosaïquement, politique ou économique. Autant de pistes de recherche à explorer autour d’une représentation artistique du réel et de l’imaginaire.

Il ne saurait être question de négliger la bande son, à la fois dans l’utilisation des bruitages, des dialogues et de l’usage de la voix humaine ainsi que de la musique redondante, décalée ou originale, qui participe à la construction du film et lui confère un caractère si particulier.

Le colloque, organisé par l’équipe de recherche ERELHA, en lien avec le parcours-mention « Production, édition, enfance et jeunesse », se tiendra les 8 & 9 avril 2011 à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l’Institut catholique de Toulouse.

Les résumés des communications d’une quinzaine de lignes devront parvenir avant le 30 octobre 2010 aux organisateurs, accompagnés d’une courte biographie. Ils seront adressés par courrier électronique à :

Bernadette Mimoso-Ruiz : b.mimoso-ruiz@ict-toulouse.fr / bernadette.reymr@wanadoo.fr

Gérard Dastugue : dastugue@wanadoo.fr

Faculté des Lettres et des Sciences humaines

Institut catholique de Toulouse

31, rue de la Fonderie

BP 7012

31068 Toulouse cedex 7

Adresse : 31 rue de la Fonderie BP 7012 31068 Toulouse cedex 7
Url de référence :
http://www.ict-toulouse.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bande-dessinée, animation et spectacle vivant : “remediation”

L’université de Lyon 2 lance un appel à communication intitulé “Bande dessinée, animation et spectacle vivant : “remédiation””. Emprunté à Richard Grusin, et devant beaucoup à la pensée de Marshall McLuhan, ce terme invite à penser les relations que peuvent entretenir différents médias, problème qui sera notamment à l’honneur lors de la 4e université d’été de la bande dessinée en juillet prochain. Si cet appel à communication présente une originalité,c’est certainement parce qu’il invite à des propositions relevant du spectacle vivant. Or, les études sur les relations que celui-ci entretient avec la bande dessinée ne sont pas légions,alors que certaines oeuvres  que celles-ci peuvent prendre de multiples formes : adaptation scénique (Le femme assises de Copi, Le Démon de midi de Florence Cestac), reprise de pièces sous forme de bande dessinée (comme dans le cadre de la collection Commoedia des éditions Vent d’Ouest), performance (comme dans le cadre des concerts dessinés très en vogue, voire des pièces de théâtre illustrés “en direct” par des auteurs). Un éclairant article, publié sur le portail de la Bibliothèque Municipale de Lyon, fournit nombre de pistes au sein desquels il s’agira de trancher avant le 15 septembre 2010.

Bande-dessinée, animation et spectacle vivant : “remediation”

Propositions attendues dans les champs suivants : théâtre d’acteurs, de marionnettes, d’ombres, d’objets ; théâtres d’images ou du mouvement ; danse ; cirque ; cinéma d’animation ; arts graphiques.

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2010

Alors que les rapports entre la scène et le cinéma ont déjà donné lieu à d’importantes publications, les expériences de transposition, les phénomènes de croisements et d’interactions entre les arts scéniques et le dessin, fixe ou animé, demeurent à ce jour guère explorées. Prenant acte de cette carence, et au vu du nombre croissant de créations faisant converger ces deux champs artistiques, nous placerons au coeur de notre réflexion les influences, manifestes ou latentes, qu’ils peuvent mutuellement exercer l’un sur l’autre.
C’est en effet sous l’angle de la remediation, dynamique de pensée impulsée, il y a une dizaine d’années, par Jay David Bolter et Richard Grusin (Remediation. Understanding new media, The MIT Press, Cambridge (Massachussetts), London (England), 2000), que nous souhaitons aborder ce questionnement. Par ce concept, les auteurs invitent à réfléchir aux rapports entre les techniques et les arts sur le mode, non pas de la progression historique, mais de l’interaction et de la rétroaction. Selon eux, il n’y a pas de généalogie à sens unique, mais des phénomènes de va-et-vient médiatiques, qui font que tout nouveau médium se développe et se définit en relation avec des techniques et des formes de représentation plus anciennes, qu’il se réapproprie, qu’il réinvestit – mais autant que ces dernières s’approprient, à leur tour, les nouveaux langages et formes développés par lui.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

1) Adaptations
Les propositions consisteront alors en des analyses de cas : oeuvres théâtrales ou chorégraphiques tirées de bande-dessinées (par exemple : La femme assise, de Copi ; cycle BDanse de la compagnie Eco, qui collabore avec Blanquet, Loisel…), mais tout aussi bien, BD ou films d’animation réalisés à partir d’oeuvres scéniques (par exemple : Faust, de Jan Svankmajer ; Ubu, de Manuel Gomez ; 8, animation de Mathias Delfau d’après 8, de Noëlle Renaude…).
Il s’agira alors de se rendre tout particulièrement attentif aux phénomènes de porosités entre l’oeuvre originale et son adaptation, mais aussi, à la manière dont la forme née de l’adaptation remodèle ou renouvelle la lecture de l’oeuvre adaptée.

2) Collaborations / Confrontations
Ce deuxième axe portera sur l’analyse d’oeuvres dont la spécificité est de faire coexister ou se confronter deux registres de présence : le vivant et le dessiné (fixe ou animé).
Du côté du théâtre (collaboration de Piscator avec le caricaturiste George Grosz pour sa mise en scène des Aventures du brave soldat Schweyk (1928) ; dessins venant animer la scénographie des Paravents de Genet (1966) ; animations de William Kentridge collaborant avec la Handspring Puppet Company dans les années 1980 ; Comment ai-je pu tenir là-dedans ?, spectacle conçu par Jean-Lambert Wild et Stéphane Blanquet pour le festival d’Avignon 2010…), comme du côté de la danse (collaboration du chorégraphe Preljokaj et du dessinateur Enki Bilal, qui signe les costumes et les décors de Roméo et Juliette (1990) ; Is you me (2008), interprété par Benoît Lachambre et Louise Lecavalier sur fond de projection de dessins réalisés par Laurent Goldring ; illustrations graphiques réalisées en direct par Maxime Rebière dans la dernière création de Robyn Orlin, Call it… Kissed by the sun… Better still the revenge of geography, 2010…) – l’intérêt que la scène manifeste pour le dessin ne se dément pas.
Pour le théâtre, il s’agira de questionner les enjeux et les effets de ces confrontations, en les mettant notamment en regard des codes de représentation dont la scène moderne a précisément cherché à s’émanciper (tradition picturale, linéarité de l’espace-temps, vraisemblance, corps naturaliste…). Pour la danse, d’interroger les dialogues sensoriels que le dessin, ou l’acte de dessiner, peut engendrer.

3) Intermédialité
Ce troisième axe visera à repérer des formes d’influences moins immédiates ou explicites : la façon dont les codes de narration et les modèles de représentation propres aux mondes de la BD (comics, manga…) et de l’animé (cartoons, cinéma d’animation) contribuent à renouveler les écritures textuelles et scéniques.
Les propositions pourront en autres porter :
– sur les processus de création : quel rôle jouent l’esquisse, le croquis, le story-board en amont de la représentation ? en quoi ces gestes dessinés nourrissent-ils les mouvements et les images scéniques ?
– sur la plasticité des énoncés : jeux typographiques permettant aux auteurs de faire l’économie de certaines didascalies (par exemple : on écrit en majuscules, au lieu de préciser : « en criant ») ; projection de graphies en scène, à la manière des bulles ; …
– sur l’apparition de nouveaux types de personnages (par exemple : super-héros) ;
– sur l’exploration de figures scéniques qui débordent la vraisemblance réaliste : accélération des rythmes gestuels, procès de décomposition / recomposition des corps, « trucages » sonores, gags visuels (voir, par exemple, L’affaire de la rue de Lourcine, de Labiche, mis en scène par Daniel Jeanneteau et Christine Soma).

Les résumés des communications (une page environ), accompagnés d’une courte biographie, devront parvenir aux organisateurs avant le 15 septembre 2010. Ils seront adressés par courrier électronique à :
julie.sermon@univ-lyon2.fr

Comité scientifique

  • MARTIN BARNIER, Professeur en Etudes Cinématographiques (Université Lyon 2)
  • FRANCK BAUCHARD, Directeur Adjoint du Centre National des Ecritures du Spectacle. Chercheur associé au laboratoire Culture et communication de l’Université d’Avignon
  • LUC BOUCRIS, Professeur en Etudes Théâtrales (Université Grenoble 3)
  • BERNADETTE BOST, Professeure émérite en Etudes Théâtrales (Université Lyon 2)
  • MICHEL CORVIN, Professeur honoraire à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3-Sorbonne Nouvelle.
  • MARIE-CHRISTINE LESAGE, Professeure en Etudes Théâtrales à l’UQÀM (Université du Québec à Montréal)
  • CLAUDIA PALAZZOLO, Maître de conférences en Etudes Chorégraphiques (Université Lyon 2)
  • DIDIER PLASSARD, Professeur en Etudes Théâtrales (Université Montpellier 3)
  • JULIE SERMON, Maître de conférences en Etudes Théâtrales (Université Lyon 2)

Responsable : Julie Sermon
Adresse : Université Lyon 2 – Campus Porte des Alpes Département ASIE (Arts de la Scène, de l’Image et de l’Ecran) 5, avenue Pierre Mendès France 69 500 Bron

Université de l’Institut Charles Perault – 2 : “La littérature de jeunesse à la scène et à l’écran”

L’Université d’été de l’Institut Charles Perault, dirigé par Rose-May Pham Dinh (université Paris 13) a rendu public son programme que nous présentons ici en pièce jointe. Il est à noter que cet événement semble faire pendant à la 4e université d’été de la bande dessinée dont le thème est consacré au “trans-média, cross-média, média-global”. Les deux manifestations devraient ainsi donner un intéressant panorama de ce nouveau dispositif médiatique et il est à noter qu’une intervention portera sur le personnage de Moumine le troll, crée par Tove Jansson et présenté en bandes dessinées aux éditions du Lézard Noir.

Prog_univ2010_web

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Trans-média, cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples

Après avoir posé, lors de ses précédentes éditions, la question de la place de la bande dessinée dans notre paysage culturel (« La bande dessinée : bien ou mal culturel ? » en 2006), interrogé les conditions de son renouvellement (« Quoi de neuf dans la bande dessinée ? » en 2007) puis examiné sa spécificité au sein du monde du livre (« Vive la crise ? » en 2008), la quatrième université d’été de la bande dessinée, qui se tiendra les 5, 6 et 7 juillet prochain à Angoulême, aura pour thème : “Trans-média, cross-média, média global : de l’album singulier aux écrans multiples”.  Organisé en association avec le Pôle Image Magelis, cet événement explorera les liens existant en neuvième art, cinéma, jeu vidéo et livres numériques. Proposant de penser le rôle du neuvième art au sein de ce que les chercheurs ont coutume d’appeler « industries culturelles », il s’inscrit ainsi dans des problématiques occupant actuellement nombre de chercheurs comme en témoigne les « rencontres Cross médias » organisées cette année entre le Conservatoire Nationale des Arts et Métiers et les universités Paris VIII et XIII.

4ème université d’été de la bande dessinée

trans-média, cross-média, média global :
de l’album singulier aux écrans multiples

Angoulême, les 5, 6 et 7 juillet 2010

Pour la 4ème édition de son Université d’été de la bande dessinée, la Cité a choisi de s’associer avec le Pôle Image Magelis pour s’interroger sur le rôle et la place des auteurs dans le contexte de la convergence des médias vers des œuvres globales. Comment se conçoit aujourd’hui une œuvre appelée à être déclinée sur différents supports ? Qu’annoncent ces mutations pour le livre ? Pour la lecture ? De nouveaux métiers sont-ils en train de naître du trans-média ? Voici quelques-unes des interrogations qui seront au cœur des rencontres, présentations, conférences et ateliers de cette Université d’été. Après la journée d’études du 24 novembre organisée à Paris par la Cité, ces trois journées angoumoisines explorent un univers à l’aube de profonds changements. Extension du champ de la création ou « simples » transformations économiques ? À partir d’études de cas, avec des auteurs et des professionnels de l’image, l’Université d’été interroge sur les évolutions en cours et les champs ouverts par une forme d’écriture nouvelle.

La mise en réseau des médias autorise désormais des interactions et la mise en commun de différentes disciplines au service d’un même propos ou d’une même démarche : il en va ainsi de l’adaptation de bandes dessinées au format numérique, pour le cinéma, pour le jeu vidéo, etc., ou de la conception multidimensionnelle dès l’origine de l’œuvre.

En quoi le transmédia, c’est-à-dire les nouveaux et multiples formats influent-ils sur les contenus culturels ? Comment les nouvelles formes de médiations (web streaming, e-pub, blogs, etc.) transforment-ils les rapports tout au long de la chaîne « conception, production, diffusion, réception » ?

Parallèlement, un grand nombre d’auteurs migrent désormais du livre à l’animation, du cinéma à la programmation informatique ce qui annonce, depuis quelques années une nouvelle génération d’auteurs pluridisciplinaires… à l’image de ces trois journées d’échanges.

Les débats porteront donc sur les potentialités créatives autant que sur les remises en cause du modèle économique traditionnel.

Programme

lundi 5 juillet

12h30 déjeuner

13h45 présentation du programme de la 4ème Université d’été

14h00 introduction : adaptations et déclinaisons multi supports, vers le modèle « à 360° » ?
avec
Benoit Berthou, spécialiste de l’édition, chercheur au LABSIC, Université Paris 13) « mise en contexte du phénomène, mise en perspective et exposé des questionnements »
Thierry Smolderen, auteur, enseignant à l’EESI, théoricien : « la bande dessinée un art trans-média »
Eric Leguay consultant expert en médias et organisation de production : « de l’Opération Teddy Bear à Bludzee »

16h00 pause

16h30 étude de cas No. 1 : « Allez raconte »
On se penchera ici sur l’œuvre qui ne s’enferme pas dans un seul format et connaît plusieurs déclinaisons. Ce faisant, elle adapte sa narration et son esthétique au media qui la porte. Adaptation, mais aussi simultanéité des « sorties » (jeux vidéo, livre, animation, etc.) influencent les processus de création. Nous traiterons notamment les sujets suivants :
Jeu vidéo du dessin à la programmation, du scénario à l’animation
Entre 7ème et 9ème Art : bande dessinée, cinéma et animation.
Les stratégies de développement multi-supports.
Le point de vue des auteurs qui ont vu décliner leurs œuvres sur plusieurs supports.
avec
José Parrondo, dessinateur de la bande dessinée (sous réserve)
Jean-Christophe Roger, réalisateur du long métrage
Didier Brunner, Les Armateurs, producteur du long métrage
Frédérique et Sébastien Doumic, Ouat entertainment, producteur du jeu vidéo
Jean-Michel Spinner, 2 minutes, coproducteur de la série animée

18h30 pause

18h45 événement artistique : « Prise de tête »
Anthony Rageul : « pour une véritable bande dessinée interactive »

20h00 dîner d’ouverture

mardi 6 juillet

9h30 trans-média et mutations éditoriales
Il s’agit ici de prolonger une réflexion largement engagée depuis l’affirmation de l’écriture électronique. Médiation directe entre l’auteur et le public, prépublications en ligne, éditions numériques et hyperlivre sont autant de symptômes d’une transformation profonde de l’économie du livre à laquelle la bande dessinée est organiquement liée.
avec
Poipoi (alias Jérôme d’Aviau), auteur de bande dessinée venu du jeu vidéo et collaborateur de la collection Tchô (Glénat)
Laurent Tolleron, producteur de la série Vampyres
Louis Antoine Dujardin, responsable éditorial Dupuis qui y a supervisé l’édition de Vampyres
Claudia Zimmer, présidente d’Aquafadas et responsable d’Avé comics, éditeur de bande dessinée sur mobile
Benjamin Samuel Ewenczyk, fondateur de DIGIBIDI

11h00 pause

11h15 étude de cas No. 2 : les éditions Ankama
Quel modèle d’entreprise pour les projets artistiques intégrés ?
avec
Nicolas Devos, webdesigner, auteur de l’adaptation en bande dessinée de Dofus
David Calvo, chef de projet chez Ankama

12h30 déjeuner

14h00 l’audiovisuel à l’heure du trans-média
avec
Julien Borde, directeur de monLudo.fr
Michel Albuy, Canal +
Pierre Belaïche, Orange

15h45 formations au trans-média et évolutions des métiers
Présentation des formations et des cursus, enseignements et débouchés professionnels. Intégration du transmédia dans les projets audiovisuel et stratégies d’entreprises du secteur de TIC.
avec
Stéphane Natkin, directeur de l’Ecole nationale du jeu et des médias interactifs numériques (ENJMIN)
Marie-France Zumofen, directrice adjointe des Gobelins l’école de l’image
Inès de la Ville, directrice du Centre européen des produits de l’enfant (CEPE)
Un représentant de l’Ecole des métiers du cinéma d’animation (EMCA)
Un représentant de l’Ecole européenne supérieure de l’image (EESI)

16h30 pause et visite du musée de la bande dessinée

20h00 dîner

mercredi 7 juillet

9h30 transformations du livre : les nouveaux regards de la lecture
A travers l’écriture et la lecture numérique, c’est l’objet même du livre qui connaît une mutation presque physique. La transmutation de la lecture multisupport interroge les stratégies éditoriales. Adaptation, mais aussi conception des œuvres compatibles à des formats de lecture désormais multimédia (ex : Numérique, Hyperlivre)…Quel nouveau rapport à la lecture, dès lors que celle-ci s’appuiera sur des objets multimédia, intégrant animations et sons.
avec
Christian Lérolle et Emmanuel de Rengervé, SNAC – Groupement des auteurs de bande dessinée (GABD)
Emmanuelle Lavoix, Centre du Livre et de la Lecture en Poitou-Charentes
Olivier Piffault, conservateur à la Bibliothèque nationale de France (BNF)
Yannick Lejeune, fondateur du Festiblog et responsable du département numérique chez Delcourt

11h30 les potentialités du format .ePub,
Format de lecture web intégrée : étude de cas avec Cent pour cent, catalogue d’exposition de bande dessinée, par IGS

12h00 conclusions

Modalités et conditions d’incription ici : http://www.citebd.org/spip.php?article1409

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Université d’été de l’institut international Charles Perrault

L’institut Charles Perrault, qui a pour mission d’étudier et de présenter les enjeux de la littérature de jeunesse comme précisé sur son site, organise les 30 juin et 1er juillet 2010 sa sixième université d’été. Elle se tiendra à Eaubonne (95) et sera consacrée au thème : ” La littérature de jeunesse à la scène et à l’écran”. Le bulletin d’inscription est disponible sur le site de l’Institut et nous reproduisons ici la présentation de ces journées.

Cette université d’été 2010 se concentrera sur l’adaptation de la littérature pour la jeunesse au sens large (album, roman, BD, conte) au théâtre et au cinéma. Au-delà du constat du succès parfois phénoménal des adaptations contemporaines, il s’agira d’en étudier les ressorts, les mécanismes et les enjeux, en s’appuyant sur l’analyse de multiples cas de figure.

L’université d’été a pour vocation de concilier la découverte des œuvres pour la jeunesse par le biais de rencontres et d’animations avec auteurs, illustrateurs et artistes, et leur analyse, proposée par des spécialistes et des universitaires. Tables rondes, cartes blanches, entretiens croisés, ateliers et projections seront l’occasion de rencontrer, parmi beaucoup d’autres : Anne-Marie Garat, Bruno Castan, Betty Bone, Géraldine Alibeu, Nicolas Bianco-Levrin, les Studios Folimage…, d’explorer les univers de Moumine, du Petit Claus et du Grand Claus de Pierre Prévert, de la fantasy anglo-saxonne ou de Belle des eaux à la scène…

Vous trouverez ici le bulletin d’inscription:

Bulletin Inscription Univ 2010-1

Information transmise par Virginie Douglas et Sophie Cornu, pour l’équipe d’organisation

Tél : 00 33 (0)1 34 16 36 88
Communication.iicp@club-internet.fr

Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée

Le groupe de travail “Pour une histoire culturelle de la bande dessinée”, appartenant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, organise le mardi 18 mai un atelier de travail consacré aux “circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée”. L’événement, organisé par Caroline Moine ainsi que par notre collègue Sylvain Lesage, aura lieu à l’université Versailles-Saint-Quentin, et nous reproduisons ici le programme de la manifestation.

Atelier de travail

Atelier organisé par le groupe de travail « Pour une histoire culturelle de la bande dessinée » du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée

UVSQ, Guyancourt, mardi 18 mai 2010

Lieu

Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, UFR SSH, 47 bd Vauban, 78047 Guyancourt

Salle 524, 5e étage

Présentation

Ce nouveau groupe de travail du CHCSC souhaite offrir un lieu de discussion et d’échange à tous les chercheurs intéressés par l’histoire culturelle de la bande dessinée. Celle-ci est encore largement à construire. Si sociologues, littéraires et sémiologues se sont appropriés le champ, les historiens sont encore relativement rares ; surtout, ils sont isolés, et cette initiative cherche donc à faire se rencontrer ces différents chercheurs, confirmés et débutants, pour que soient dégagés axes de recherches et perspectives communes.

L’angle choisi pour cette première rencontre est la question des « Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée ». Dès l’“invention” de la bande dessinée par le Suisse Rodolphe Töpffer, et jusqu’à aujourd’hui, ces phénomènes de circulations et d’adaptations sont incessants et influent fortement sur la bande dessinée, de sa production à sa réception en passant par sa réalisation. Ils sont cependant encore mal connus, malgré notamment les travaux pionniers portant sur l’américanisation de la bande dessinée française. Lors de cet atelier, ces phénomènes seront appréhendés à différentes échelles : d’un pays à l’autre, d’un format à l’autre, d’un média à l’autre…

Il s’agira de présenter des études portant sur des corpus clairement définis, à partir d’archives, et s’interrogeant sur les points suivants :

-les acteurs et médiateurs au sein de ces processus de circulations et d’adaptations

-les multiples formes de ces circulations et adaptations, selon les échelles étudiées

-leurs évolutions dans le temps

Conformément aux orientations du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, cet atelier est ouvert à une approche interdisciplinaire de la bande dessinée, même si l’accent sera mis sur une perspective diachronique.

Programme

14 h00-15h30 :

Accueil et présentation du groupe de travail

Présidence de séance : Pascal Ory (Université Paris I)

Discutant: Sylvain Lesage (UVSQ)

Jacques Dürrenmatt (Université Toulouse-le Mirail) : La bande dessinée a-t-elle besoin de chapitres ?

Julien Baudry (Ecole des Chartes) : L’intégration d’Alain Saint-Ogan dans l’univers médiatique de l’enfance (1925-1940)

15h30 Pause

15h45-17h30.

Présidence de séance : Caroline Moine (UVSQ)

Discutant: Benoit Berthou (Université Paris XIII)

Jean-Paul Gabilliet (Université Bordeaux 3) : La (non-)réception de Tintin et Astérix sur le marché nord-américain ?

Julien Boone (Université Lille-II) : Des conséquences d’un double transfert : l’influence de la réception états-unienne sur la production des Schtroumpfs

Vivien Bessières (Université Toulouse-le Mirail) : Circulation du péplum : du cinéma à la bande dessinée

Conclusions et perspectives

Organisateurs:

Sylvain Lesage (CHCSC/UVSQ) et Caroline Moine (CHCSC/UVSQ)

Contact :

lesage.sylvain@gmail.com

Lien:

http://www.chcsc.uvsq.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pour une histoire culturelle de la bande dessinée

Le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’université Versailles-Saint-Quentin annonce la création d’un groupe de travail souhaitant offrir un lieu de discussion et d’échange à tous les chercheurs intéressés par l’histoire culturelle de la bande dessinée. Celle-ci, comme l’ont déjà souligné Jean-Paul Gabilliet et Thierry Crépin, est encore largement à construire. Si sociologues, littéraires et sémiologues se sont appropriés le champ, les historiens sont encore relativement rares ; surtout, ils sont isolés, et cette initiative cherche donc à faire se rencontrer ces différents chercheurs, confirmés et débutants, pour que soient dégagés axes de recherches et perspectives communes.

Un premier atelier de travail sera organisé le mardi 18 mai 2010 à l’Université Versailles Saint-Quentin. L’angle choisi pour cette première rencontre sera la question des « Circulations, transferts et adaptations dans la bande dessinée ».

Dès l’“invention” de la bande dessinée par le Suisse Rodolphe Töpffer, et jusqu’à aujourd’hui, ces phénomènes de circulations et d’adaptations sont incessants et influent fortement sur la bande dessinée, de sa production à sa réception en passant par sa réalisation. Ils sont cependant encore mal connus, malgré notamment les travaux pionniers portant sur l’américanisation de la bande dessinée française. Lors de cet atelier, ces phénomènes pourront être appréhendés à différentes échelles :

  • d’un pays à l’autre,
  • d’un format à l’autre,
  • d’un média à l’autre…

Il s’agira de présenter des études portant sur des corpus clairement définis, à partir d’archives, et s’interrogeant sur les points suivants :

  • les acteurs et médiateurs au sein de ces processus de circulations et d’adaptations
  • les multiples formes de ces circulations et adaptations, selon les échelles étudiées
  • leurs évolutions dans le temps

Conformément aux orientations du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, cet atelier est ouvert à une approche interdisciplinaire de la bande dessinée, même si l’accent sera mis sur une perspective diachronique.

Enfin, au cours de cet atelier de travail seront recensées les recherches en cours et les initiatives prioritaires à mener pour approfondir et valoriser l’histoire de la bande dessinée.

Propositions :

Les propositions de communication, d’une page environ, indiquant le titre, la problématique, le corpus et la méthodologie, sont à envoyer accompagnées d’un court CV avant le 30 janvier 2009 à l’adresse suivante : 

sylvain.lesage@gmail.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts