« La bande dessinée entre héritage et révolution numérique » : programme

Le programme de la journée d’étude organisée le 5 octobre conjointement par le Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres de la BnF et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image est à présent connu.

Cette journée, venant après deux précédents Atelier du livre consacrés au Neuvième Art, s’attachera à dresser une image de la bande dessinée contemporaine, dans un moment historique particulier, alors que connaissant un grand développement, une grande richesse créative et une ouverture éditoriale sans précédent dans son histoire, elle est rattrapée par l’ouragan de la mondialisation numérique, de la dématérialisation des supports, avec une hypothèse inédite, celle d’une reconstruction des contenus et des formes.

9 h00
Accueil du public

9h15
Ouverture

matin La bande dessinée, un patrimoine bien vivant ? Président de séance : Olivier Piffault, BnF

9h30
Non, le franco-belge n’est pas mort. L’exemple des Intégrales Martin Zeller, responsable des rééditions chez Dupuis

9h55
Cent pour cent : cent auteurs du monde entier revisitent cent chefs-d’oeuvre de la bande dessinée

L’exemple d’une exposition associant culture, perspective historique d’un art et création contemporaine, par Gilles Ciment, directeur de la Cité et Jean-Philippe Martin, commissaire de l’exposition

10h20
What if ?… Et toujours tu recréeras la légende : les comics et le recyclage permanent des super-héros, de Dark Reign à Daniel Clowes.

Jean-Paul Jennequin, éditeur, traducteur et critique de bande dessinée

10h45
La bande dessinée peut-elle « tenir le mur » ? De l’objet de consommation à la cimaise et l’objet muséographique

Christian Rosset, compositeur, producteur à France Culture et critique de bande dessinée, Jean-Pierre Mercier, conseiller scientifique de la Cité

11h30
Quelle bande dessinée pour quels publics ? Construire une offre face aux évolutions du lectorat

Table ronde animée par animée par Christian Marmonnier, journaliste spécialisé et membre du comité de sélection du FIBD d’Angoulême

Grégoire Séguin, éditeur chez Delcourt,
Sylvain Insergueix, librairie Impressions,
Eric Maigret, sociologue, professeur à Paris III,
Camille Baurin, Bibliothèque Marguerite Duras (Paris) (sous réserve)

Après-midi La bande dessinée, « sans papier ni crayon » : de la redéfinition de l’édition numérique aux nouvelles formes créatives Président de séance : Jean-Philippe Martin, La Cité

14h00
L’édition numérique, une réalité commerciale ? Yannick Lejeune, éditeur chargé du numérique chez Delcourt

14h30
La bande dessinée numérique, œuvre de l’esprit ou objet multimédia : les remises en cause juridiques des formes et usages numériques de la bande dessinée

Emmanuel de Rengervé, délégué général du SNAC (Syndicat national des auteurs et des compositeurs) et un auteur

15h00
Le numérique et son impact sur les formes de la bande dessinée

Magali Boudissa, doctorante, Paris VIII

15h25
Visions du futur

Xavier Guilbert, du site « du9.org – L’autre bande dessinée »

16h00
Les dessinateurs face aux potentiels et aux révolutions du numérique

Table ronde animée par Philippe Morin, créateur de PLGPPUR et des éditions PLG.
Xavier Löwenthal, auteur-éditeur et théoricien, fondateur de La cinquième couche,
Thomas Cadène, auteur et animateur de la web-bdnovela « Les autres gens »,
Christophe Blain, auteur d’ « Isaac le pirate »,
Lisa Mandel (sous réserve)

Le livre et l’artiste

Les étudiantes et étudiants du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke organisent un colloque dont le thème sera le livre et l’artiste. Les approches concernant la bande dessinée y sont les bienvenues :

Aux côtés des auteurs qui véhiculent des idées par le texte, des artistes contribuent à faire du livre une « œuvre d’art totale », objet créatif et original, signifiant tant dans sa forme, dans sa matérialité que dans son contenu, et transmettant des informations aussi bien textuelles que visuelles. « La forme du livre est bien une forme symbolique au sens où Erwin Panofsky parle de La perspective comme forme symbolique (1932), c’est-à-dire une forme qui exprime par elle même, de manière implicite, tout un jeu de valeurs et de représentations du monde . » S’interroger sur cette forme revient à considérer le livre comme un objet porteur, en soi, d’un sens. De plus, le livre s’avère être le support d’un texte avec lequel il entre en jeu ou, parfois, en conflit; il s‘élabore ainsi comme une sorte de « livre-texte  » offert à une lecture dans laquelle ses caractéristiques matérielles peuvent être abordées à des fins poétiques. Étudier le livre de cette façon permet de mettre de l’avant le travail de ceux qui contribuent à faire de ce support à l’information un objet singulier véhiculant une signification par sa forme et sa matérialité. Ainsi, le travail de l’artiste, pris dans un sens large, sur l’objet livre, invite à réinventer l’acte de lire.

Le colloque « Le livre et l’artiste » propose d’étudier l’apport de l’artiste et/ou de l’art à l’objet livre en privilégiant un corpus de livres matériels à caractère littéraire, toutes origines et toutes époques confondues. Les communications pourront aborder le livre selon deux orientations de recherche.

D’une part, sur le plan externe, le livre pourra être analysé dans un contexte historique ou sociologique en s’inspirant notamment de méthodologies issues de l’histoire du livre, de la sociologie de l’édition, des métiers du livre ou de l’histoire de l’art. Que nous apprend l’histoire du livre sur l’apport des artistes à la fabrication du livre? Comment le métier de relieur a-t-il évolué au Québec pendant le vingtième siècle? Quel est le rôle joué par l’illustration au fil de l’histoire du livre? Existe-t-il des libraires qui se sont intéressés aux livres d’artistes, aux éditions de bibliophilies: si oui, quel rôle ont-ils joué dans le champ éditorial? Qu’en est-il de la fonction de la galerie d’art dans la diffusion du livre d’artiste? Le livre d’artiste est-il un objet de contestation?

D’autre part, pour compléter et enrichir l’analyse, il serait intéressant d’envisager le livre dans ses aspects internes en faisant des liens entre ses différentes composantes matérielles, visuelles et textuelles. En considérant, par exemple, le livre illustré comme une pratique intersémiotique, dans laquelle il se présente « comme un grand texte composé de deux sous-textes : le sous-texte verbal (roman, poèmes, titres ou légendes) et le sous-texte pictural (illustrations, lettrines, culs de-lampes)  », il devient possible d’en proposer une nouvelle lecture. Quant à la matérialité du livre, elle impose une fétichisation de l’objet qui prescrit au lecteur son rituel . De cette façon, comment la reliure, la typographie, la mise en page, la composition participent-elles à la création du sens? Quelles sont les relations possibles entre la poésie et la typographie, entre le poème et la page, entre le mot et l’imprimé? Est-il possible de dégager une esthétique du livre illustré, de la reliure, de la typographie à une époque donnée?

Le colloque aura lieu le vendredi 25 février 2011 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Les propositions seront soumises à un comité responsable de la réalisation du programme. Le comité accordera la priorité aux propositions des étudiantes et des étudiants de 2e cycle ayant entamé la rédaction de leur mémoire, ainsi qu’à celles des étudiantes et étudiants de 3e cycle. Les communications devront être inédites et ne pas dépasser 20 minutes.

Les propositions doivent parvenir avant le 16 octobre 2010 à l’adresse suivante : Sophie.Drouin@USherbrooke.ca, et contenir les éléments suivants:

•       les coordonnées de l’étudiante ou de l’étudiant : adresse postale et électronique, numéro de téléphone
•       le niveau d’études, l’université et le département d’affiliation, et, si l’étudiante ou l’étudiant le souhaite, le nom de la directrice ou du directeur de mémoire ou de thèse, le sujet du mémoire ou de la thèse
•       la proposition de communication d’environ 500 mots, incluant la problématique, le corpus ainsi que la méthodologie
•       une notice biobibliographique d’environ 200 mots

À l’issue du colloque, les conférencières et les conférenciers seront invités à soumettre leur texte révisé à la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture. Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un numéro sur « Le livre et l’artiste ».

La revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture est disponible à l’adresse suivante : http://www.erudit.org/revue/memoires/2009/v1/n1/index.html

Les archives de Frederic Wertham à la bibliothèque du Congrès

De tous les croisés anti-bande dessinée, Fredric Wertham est sans conteste celui dont l’action de propagande aura été la plus efficace outre-Atlantique. Son combat contre les comic-books, censés pervertir la jeunesse, dans les Etats-Unis de l’après-Seconde Guerre mondiale, a obtenu un écho considérable, et joué un rôle important dans l’adoption du Comics Code de 1954. L’impact de son livre Seduction of the Innocent a été maintes fois souligné, et Fredric Wertham est à présent une figure obligée des études sur la bande dessinée américaine.

Mort en 1981, la Bibliothèque du Congrès a acquis ses archives en 1987. Depuis lors, l’accès aux archives Wertham était soumis à autorisation des ayant droit. Or depuis mai 2010, l’ensemble des archives Wertham est librement accessible, ce qui devrait grandement faciliter les « études werthamiennes »… Ci-dessous, des extraits du post publié fin août sur le blog de la Bibliothèque du Congrès pour annoncer la nouvelle.

Papers of Comic-Book ‘Villain’ Open at Library

“I think he was part of a movement that is uniquely American – this need to protect children from adult life – that started in the 1950s. It was the same movement that said every child ought to graduate from high school and have the opportunity to go to college,” said Sara Duke, curator of the Library’s comic arts collections in P&P. “Until we can synthesize Wertham in his time, he will be demonized by historians for changing the comic-book industry and affecting the way generations of adults see comic books.”


The late psychiatrist Fredric Wertham examines a comic book in his office. (Photo by E.B. Bratner)

Among comic-book aficionados, psy chiatrist Fredric Wertham (1895–1981) is considered as much of a villain as those he assailed in the crime and horror comics he criticized. However, Wer tham was more than just an outspoken crusader against comic books. He was dedicated to protecting children from harmful material in all mass media. His research about the detrimental effects of segregation was used in the landmark Brown v. Board of Education court case. In addition, Wertham founded a clinic in Harlem, providing mental-health services to the underprivileged African American community.

The Library of Congress acquired his papers in 1987, through the estate of his wife, Florence Hesketh Wertham. In May of this year, all 222 containers were opened to public research access. Previ ously, they were sealed except to people approved by the estate.

“We realize that donors have certain interests they want to respect,” said Len Bruno of the Library’s Manuscript Divi sion, which houses the collection. “Of course, things can’t stay closed forever,” he added, saying that the Library often agrees to reasonable restrictions in order to acquire materials.

Bruno said that since access became unrestricted, interest in Wertham’s papers has increased. His papers add another component to the Library’s collections, which include comic books in the Serials and Government Publications Division, about 128,000 works of cartoon art in the Prints and Photographs Division and the papers of Sigmund Freud, Carl Jung and the International Psycho-Analytical Association in the Manuscript Division.


Patient notes by psychiatrist Fredric Wertham describe the effects of a “Superman” comic book on a young boy. (Library of Congress/Abby Brack photo)

Wertham was born Fredric Wertheimer in Munich, Germany, on March 20, 1895. He received a medical degree in 1921 and moved to the United States to teach at Johns Hopkins University and practice at the university’s Phipps Psychiatric Clinic a year later. In 1932, he moved to New York City to serve as the head of the Court of General Sessions psychiatric clinic, which examined every convicted felon in the city. In 1936, he was named director of Bel levue’s Mental Hygiene Clinic in New York and later became director of psychiatric services at Queens Hospital Center.

Despite his humane interests and broader concerns with violence and protecting children from psychological harm, Wertham is best known for his book “Seduction of the Innocent” (1954) and its resulting fallout. The book was the culmination of a decade-long campaign against comic books.


Wertham’s notes on this 1967 “Kid Colt Outlaw,” comic book: “111 pictures; 62 scenes of violence = more than half.” (Library of Congress/Abby Brack photo)

Among the items in the Library’s col lection of Wertham’s papers is a selection of comics he deemed offensive, with notations he wrote inside.

His copy of “Kid Colt, Outlaw” (1967) includes a note that of the 111 pictures, 69 were scenes of violence. An issue of “Justice League of America” (1966) includes markings calling attention to the sounds of violence like “thudd,” “whapp” and “poww.”


“Guns Against Gangsters,” 1948. Fredric Wertham papers. (Library of Congress/Abby Brack photo)

In addition, Wertham’s papers include patient drawings and his analy sis of those sketches. He writes of a young patient: “This case demonstrates the confusion created by comic books between fan tasy and reality … cruelty in children’s play especially directed against girls.”

Wertham testified six times under oath on the harmfulness of comic books, including provid ing testimony before the Senate Subcommittee on Juvenile Delinquency. Though the committee’s final report did not blame comics for crime, it recom mended that the comics industry tone down its content voluntarily, thus resulting in the Comics Code Authority.

According to comic book historian and blogger Mike Rhode, Wertham’s research would likely not be accepted by most today as it relied on anecdotal evidence of children he saw in his Harlem clinic. Still, his legacy reverberates among comic-book fandom with his objection to even the most beloved heroes like Super man, Batman and Wonder Woman.

L’intégralité du billet par là : http://blogs.loc.gov/loc/2010/08/papers-of-comic-book-villain-open-at-library/

Pour une introduction à Fredric Wertham, on se reportera au livre de Bart Beaty, Fredric Wertham and the Critique of Mass Culture, University Press of Mississippi, 2005.
Côté français, on compte des équivalents tout aussi intéressants, tels que Raoul Dubois ou Georges Sadoul, auxquels Thierry Crépin consacre d’intéressantes pages dans sa thèse (Haro sur la gangster ! La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954, CNRS éditions, 2001) ou l’abbé Béthléem, figure centrale de la censure catholique de la lecture, à qui ont été consacrés plusieurs articles (notamment Jean-Yves Mollier, « Aux origines de la loi du 16 juillet 1949, la croisade de l’abbé Bethléem contre les illustrés étrangers », dans On tue à chaque page !, dir. T. Crépin, T. Groensteen, Paris, Ed. du Temps, 1999). Les archives de l’abbé Béthléem sont, elles, disponibles à la Bibliothèque de l’Arsenal et n’ont, a priori, pas fait l’objet d’un dépouillement systématique.

La bande dessinée entre héritage et révolution numérique

Les ateliers du livre proposent depuis plusieurs années, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain. La Joie par les livres, centre associé à la BnF, organise le mardi 5 octobre 2010 une journée d’études consacrée à la bande dessinée, « entre héritage et révolution numérique », qui aura lieu sur le site Tolbiac de la BnF. Le programme n’est pas encore disponible, mais en attendant il est déjà possible de s’inscrire, par mail, auprès de marion.caliyannis@bnf.fr. Ci-dessous le détail de l’annonce.

Les ateliers du livre proposent, sous forme de journées d’études, un rendez-vous régulier sur l’histoire du livre et son univers contemporain.

Une journée d’étude dans le cadre des Ateliers du livre, proposée par le Centre de littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres en partenariat avec la Cité internationale de la Bande dessinée et de l’Image (CIBDI)

Cette journée, venant après deux précédents Ateliers du livre consacrés au Neuvième Art, s’attachera à dresser une image de la bande dessinée contemporaine, dans un moment historique particulier, alors que, connaissant un grand développement, une grande richesse créative et une ouverture éditoriale sans précédent dans son histoire, elle est rattrapée par l’ouragan de la mondialisation numérique, de la dématérialisation des supports, avec une hypothèse inédite, celle d’une reconstruction des contenus et des formes.

Date : mardi 5 octobre 2010
Lieu : Bibliothèque nationale de France – site François Mitterrand, quai François Mauriac, 75013 Paris
Gratuit sur inscription auprès de marion.caliyannis@bnf.fr

Le programme détaillé sera prochainement disponible sur http://lajoieparleslivres.bnf.fr
Pour recevoir ce programme par mail , merci d’envoyer un courriel à l’adresse cnlj-jpl.communication@bnf.fr

Spider-Man, Spider-Women, and webspinners : critical perspectives

Robert G. Weiner and Robert Moses Peaslee, de l’université Texas Tech  (USA), lancent un appel à communication pour un ovurage intitulé : « Spider-Man, Spider-Women, and Webspinners: Critical Perspectives ». Ce futur livre entend aborder l’homme-araignée crée par Stan Lee à travers une multitude de supports : bande dessinée, dessin animé, cinéma, série télévisée, jeu vidéo… Et s’il s’agit d’embrasser cette complexité médiatique, c’est au regard d’un nombre impressionnant de perspectives que nous reproduisons ci-dessous. Gageons que tous les chercheurs férus de Comic Books trouveront dans cette liste chaussure à leur pied avant le 1er décembre prochain.

When Stan Lee and Steve Ditko first penned a short story about a young man named Peter Parker who gets bit by a radioactive spider and becomes the hero known as Spider-Man, little did they know they would be creating the most popular super-hero in history (next to Batman). Like most “happy accidents,” the creation of Spider-Man almost did not happen. It was initially a throw away a story in a magazine that was getting cancelled anyway.
Stan Lee and Steve Ditko had hit upon a character that was different from all the others and one that everyone could relate to. Peter Parker (Spider-Man’s alter ego) was a teenager who had money/girl/family problems that he continued to struggle with even though he had “amazing” powers. He was in high school and had to learn some hard lessons of life. When Parker first got his powers, he used them to make money and get fame. But when he failed to stop a burglar who would eventually kill his Uncle Ben in a robbery attempt, he learned that “with great power, comes great responsibility.” Since Stan Lee wrote those words in 1962, they have become the most quoted comic book words in history and have served as a cautionary note pertinent far beyond the boundaries of the comic or film frame.
Since 1962, there have been no less than 10 different titles featuring Spider-Man, 5 different animated series, a live action series, animated movies, a live action series in Japan, and 3 very successful movies grossing a total of $2.4 billion and breaking box office records
The editors are seeking articles of around 4-6,000 words (No LONGER) discussing the phenomena of Spider-Man or its off-shoots related to the comics, films, animated series, games, television series, history etc.
Some possible topics to be addressed include


• The real meaning of “with great power comes great responsibility” and Uncle Ben’s life and influence on Peter Parker
• Dr. Octopus almost marrying Aunt May
• May Day Parker, Spider-Girl and the alternate universe
• Spider-Girl as a fan driven title
• J. Jonah Jameson and his hatred of Spider-Man
• Spider-Woman the first female off shoot
• The various Spider-Girls
• How did Amazing Fantasy 15 change the world?
• The Death of Aunt May
• The Clone Saga
• The various Spidey costumes: Black, Red/Blue/Maroon
• Venom and Carnage: Why did these particular villains become the most popular of all Spidey Villians?
• Spider-Man’s role in Civil War
• The Gwen Stacy affair
• Spider-Man’s uneasy relationship with the police
• The Green Goblin (Norman Osborne) and his love/hate relationship with Peter Parker
• The various Goblins: Green Goblin1&2/Hobgoblin/Demigoblin (What ties them together? Differences?)
• The artistic style of Steve Ditko
• The roots of Spider-Man (The old pulp hero The Spider)
• The writing of Gerry Conway
• The art of John Romita Sr. and John Romita Jr. on Spider-Man
• The New Fantastic Four-Spider-Man, Ghost Rider, Hulk, and Wolverine
• The relationship between Madame Web and Spider-Man
• Spider-Man’s role in the New Avengers
• The work of J. Michael Straczynski on the title
• How did Todd McFarlane change the Spider-Man world both through his art and writing?
• The first Marvel/DC crossover-Spider-Man meets Superman
• Why was the live action Spider-Man television series a big flop?
• Spider-Man 2099-A different kind of Spider-Man
• Comparisons between Nicholas Hammond and Tobey McGuire as Peter Parker
• What kind of creative licenses did the movies take that differ from the sequential art stories? How were they similar?
• Zombie Spider-Man
• Mary Jane comics and novels: teen romance in the Spider-Man world
• Spider-Man as an ideal children’s hero
• Spider-Man fan films and fiction
• Spider-Man as an ethical gauge for human behavior
• One of the first Super-Hero record albums: Spiderman: Rock Reflections of a Superhero
• The Scarlet Spider-who is he? What is his role in the Spidey universe?
• The Ultimate Spider-Man: What are the similarities and differences between the Ultimate version of the writing of Brian Michael Bendis on Ultimate Spider-Man
• Spidey Super Stories: An experiment in reading for children
• Spider-Man overseas? Why do the Europeans love Spider-Man as much as the Americans? What is his universal appeal?
• Mattie Franklin (Spider-Woman 3) and her relationship to J. Jonah Jameson as a surrogate father
• Peter Parker’s sister?
• The Red Skull and the killing of Peter-Parker’s parents
• Spider-related groups and societies: Spider Society; Webcorps
• Kraven the Hunter and his desire to be like the Spider
• J.M. DeMatties and the death of Kraven the Hunter
• The Vulture: A senior citizen as a villain
• The relationship between Captain America and Spider-Man
• Spider-Man and his Amazing Friends an animated series featuring Firestar and Ice-Man
• The Spider-Man family of heroes
• John Jameson and the Man-Wolf
• The Transformers: Spidey meets a Hasbro trademark
• The upcoming Spider-Man movie reboot
• Spider-Man as a barometer of the various historical periods in which he appears.
• The psychoanalytic aspects of Spider-Man, Peter, Mary Jane, etc.
• Spider-Man, Marvel, and the structure of the entertainment industry
• Spider-Man as ideology or counter-ideology
• Spider-Man, -Woman fandom and audience practice
• Spider-Man online
• Spider-Man as an urban (or particularly a New York) dweller

Please send 200 word abstracts by November 1st 2010 to
Rob Weiner
Rob.weiner@ttu.edu
Final papers will be due December 1st 2010. No exceptions. Please note the submission of an essay does NOT necessarily mean publication in the volume. The editors are striving to put together as tight a collection as possible with many diverse viewpoints covering all aspects of Spider-Man’s career. Authors are also expected to follow the editor’s style guide and be willing to have their work edited.
Thank you

Robert Moses Peaslee
Department of Electronic Media and Communications
Texas Tech University

Rob Weiner
Texas Tech University Library
Box 40002
18&Boston
Lubbock Texas
79409-0002
Email: rob.weiner@ttu.edu

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comic Books and American Cultural History

Matthew Pustz, auteur de Comic book culture. Fanboys and true Believers, a récemment publié un appel à publication paru sur la liste H-Announce. Ce chercheur cherche de courts articles utilisant la bande dessinée pour construire une histoire culturelle des Etats-Unis. Contacté, le responsable de la publication n’est pas opposé à des propositions portant sur la bande dessinée européenne, dans la mesure où elles illustreraient des tendances de l’histoire et de la culture américaines, comme par exemple une analyse de Heavy Metal, version américaine de Métal hurlant. L’appel reproduit ci -dessous donne des précisions qu’il s’agira d’exploiter avant le 20 décembre prochain, date de remise des propositions.

Call for Papers: Comic Books and American Cultural History


Essays are currently being solicited for Comic Books and American Cultural History, a new anthology that will examine the ways in which comic books can be used to help us understand the history of the United States. Each essay of this proposed book will focus on a particular comic book, story/story arc, or graphic novel as a tool for analyzing some aspect of its original cultural and historical context. The essays in this anthology will not focus on the history of comic books per se, but rather on the history of the United States, with comic books being used as primary texts to support specific interpretations of American history. Because of this emphasis on the connections between comic books and America’s past, Comic Books and American Cultural History will prove to be a useful book for comics scholars, historians, and history teachers who want to integrate more popular culture into their courses.

The field of comics studies has seen a proliferation of book-length works in the last twenty years, but few of those books have examined American cultural history. For example, Of Comics and Men, by Jean-Paul Gabilliet, includes a very thorough explanation of the production and distribution history of American comic books, but there is less analysis of the actual content of the comic books themselves. Bradford Wright’s Comic Book Nation does examine some specific stories, but his work is a survey and, as such, cannot go into much depth about any one historical moment. In Secret Identity Crisis, Matthew Costello’s focus on the Cold War allows him to analyze his sources deeply, but other events and comics that do not fit into his framework are sometimes ignored. Comic Books and American Cultural History seeks to build off of these important works while also expanding the scope of comics scholarship by bringing together analyses on a wider variety of topics than what is possible in any of these books. In this way, Comic Books and American Cultural History will be especially useful as a collection of case studies demonstrating the ways in which comic books can be useful primary sources for the study of American cultural history.

The essays in Comic Books and American Cultural History will examine many different comic books and many different topics in American history. Possible sources can range from the 1930s to the present, and the collection will include essays focusing on mainstream, underground, alternative, and independent comics. Historical topics might feature discussions of the Great Depression, World War II, the Cold War, the Counterculture of the 1960s, and 9/11, all examined from a cultural history perspective. Essays about aspects of gender, class, race, ethnicity, and sexual orientation will be especially encouraged. The more specific the essay, the better it will fit into this collection in that it will allow for greater depth than would be possible with a more broadly defined primary text and a more broadly defined historical connection.

Completed essays will be between 5,000 and 7,000 words long.

Please send 500 word abstracts, complete contact information, and brief biographies of authors (as Word documents) to:

Matthew Pustz
Economics, History, and Political Science Department
Fitchburg State University
Fitchburg, MA 01420
mpustz@fitchburgstate.edu

Abstracts are due December 20, 2010. Completed essays will be due the beginning of June 2011.

Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse

La revue en ligne Strenae, consacrée à la recherche universitaire portant sur la littérature de jeunesse, lance un appel à communication intitulé : « Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse ». Coordonné par Matthieu Letourneux, ce numéro entend donc interroger les porosités entre différents dispositifs médiatiques (le jeu vidéo, le jeu de rôle ou la bande dessinée qui est directement mentionnée) et nous invite à prolonger la réflexion qui fut entamée cet été par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image à travers son université d’été (« Trans-media, cross-media, media global : de l’album singulier aux écrans multiples », compte rendu sur ActuaBD ici). Une étude des processus d’adaptation de jeux vidéo en bande dessinée (comme dans le cas de la série des Warhammer ou des Warcraft, publiés chez Soleil) ou encore de la création d’oeuvres se développant d’emblée sur plusieurs supports (papier, console de jeu, télévision comme dans le cas de Dragon Ball ou Naruto) serait par exemple des plus intéressantes. Il s’agira dans ce cas de la proposer avant le 15 octobre prochain.

Les formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse

Appel à contributions de la revue en ligne Strenae, pour un numéro dirigé par Matthieu Letourneux.


Les études académiques tendent, quand il s’agit d’étudier les œuvres de fiction, à privilégier les récits obéissant à des formes artistiques. Littérature, théâtre, cinéma et, par extension, bande-dessinée ou télévision sont valorisés et, en leur sein, on privilégie les récits de fiction construits, s’inscrivant dans un mode de communication distinguant clairement entre le producteur et le récepteur.

Or, la culture de jeunesse est marquée par des pratiques de fiction beaucoup plus diversifiées : activités ludiques, jeux, jouets et autres pratiques de « mimicry » mettant en branle des mécanismes de « feintise ludique » déterminent un territoire de la fiction beaucoup plus large dans lequel les productions artistiques traditionnelles ne tiennent qu’une place limitée. Loin d’être hétérogènes, ces différents espaces de la fiction communiquent en permanence, parce que les jeunes lecteurs et consommateurs tissent naturellement des liens, prolongeant dans leurs jeux les récits qu’ils ont lus, vus ou entendus, et recherchant dans leur consommation de fictions un écho de leurs jeux. Mais ces espaces de la fiction communiquent aussi parce que les créateurs et l’industrie culturelle proposent de plus en plus des objets hybrides, misant sur la plasticité des pratiques (entre fiction et jeu, entre récit structuré et activité ludique ouverte) et sur la circulation des imaginaires d’un support à l’autre, d’un code à l’autre. On voit ainsi se multiplier les univers de fiction servant d’arrière-plan à des intrigues développées à travers un grand nombre d’œuvres proposées sur des supports différents ; on peut découvrir les mêmes récits proposés à la fois, mais avec de sensibles variations, en films, romans, albums, bandes-dessinées et jeux vidéos ; se développent encore des œuvres dont l’intrigue se fragmente sur des supports différents. On rencontre également des récits déclinés en jeux et jouets ou à l’inverse des jeux et jouets servant de point de départ à des films , des jeux dont les règles reposent sur un substrat narratif complexe leur donnant un caractère hybride ; on trouve des livres qui sont destinés à être joués autant que lus et des jeux de cartes qui demandent à être lus et utilisés dans des parties qui sont aussi récits. De tels produits et activités couvrent un vaste champ, qui déclinerait une grande partie de la culture médiatique contemporaine pour la jeunesse, des Pokémon à Warhammer, du Cathy’s Book aux Barbie, du Prince of Persia à Magic, sans même évoquer les novellisations, les livres documentaires dévolus aux univers de fiction, les adaptations filmées de jeux vidéo, les pratiques de jeux de rôle et de wargame, la fanfiction et le fanart, l’usage des avatars et le cosplay. Ce sont ces nouvelles pratiques de la fiction et leurs conséquences en termes d’écriture (au sens large), mais aussi de lecture, d’appropriations et d’hybridations que nous voudrions voir abordées dans ce numéro.

Les axes privilégiés seront les suivants :

  1. Echanges entre jeux et récits de fiction. Effets d’hybridité, formes mixtes dans les productions culturelles pour la jeunesse. Jeux et jouets impliquant une dimension fictive forte, effets de narrativité qui en découlent. Mécanismes fictifs et modes de relation qu’ils supposent.

  2. Univers de fiction ouverts et déclinés dans un grand nombre d’œuvres. Leur incidence sur l’écriture et la lecture. Effets de sérialité, écriture et lecture sérielles caractéristiques des productions pour la jeunesse.

  3. Créations transmédiatiques. Les modes de communication qu’elles supposent. Déclinaisons médiatiques : novellisations, produits dérivés, livres documentaires, leurs écritures spécifiques et les relations aux fictions premières qu’ils impliquent.

  4. Modes de réception et de consommation contemporains des productions populaires pour la jeunesse. Question des usages de ces fictions de grande consommation pour la jeunesse : appropriations, recyclages, réarticulations par le consommateur de ces fiction dans ses activités ludiques, narratives ou créatives plus ou moins formalisées.

Les propositions (d’une page environ) sont à envoyer avant le 15 octobre 2010 à strenae@revues.org. Les articles définitifs devront être rendus le 15 mars 2011.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts