« Aire libre », art libre ?

Tout juste paru aux éditions Academia (groupe L’Harmattan),  « Aire libre », art libre est signé par Benoît Glaude (de l’université Catholique de Louvain) qui semble poursuivre ici poursuivre un double but : traiter des « trois compostantes narratives de toute BD » et s’intéresser à une collection (la fameuse Aire libre des éditions Dupuis). N’ayant pas encore lu cet ouvrage, nous reproduisons ici sa présentation sur le site du GRIT.

 

L’étude des relations texte-image constitue aujourd’hui l’une des préoccupations essentielles des sciences humaines. Paradoxalement, les ouvrages qui lui sont consacrés ne sont pas légion dans l’actualité de l’édition… Que dire alors des collections ! Pour combler cette lacune, le Groupe de recherche sur l’image et le texte – Grit, fondé à l’Université catholique de Louvain par Pierre Massart (décédé en 2006) – propose une collection intitulée « Texte-Image ». Dirigée par Jacques Carion, Laurent Déom, Jean-Louis Tilleuil et Catherine Vanbraband, elle rassemble des travaux théoriques sur les spécificités respectives ou combinées du texte et de l’image, ainsi que des études de corpus qui exploitent la mixité signifiante de ces deux langages : comme la bande dessinée, l’album pour enfants, le cinéma, le livre illustré, la publicité…

Septième titre paru dans cette collection, « Aire libre », Art libre ? propose l’analyse de cinq albums du champ actuel de la bande dessinée francophone (2002-4). Pour aborder le message mixte de la bande dessinée, nous élaborons une méthode d’analyse passant d’abord par l’image, ensuite par l’espace-texte, enfin par le texte, que nous appliquons à des séquences-clés extraites des cinq albums du corpus (dus au tandem Bailly/Lapière et aux auteurs Blutch et Stassen). Cette lecture porte une attention nouvelle à la composante du texte dans la BD. À travers ce corpus, il s’agit de décrire rationnellement le mouvement de valeurs esthétiques qui sous-tend le champ de la bande dessinée. Le choix des albums se centre sur une collection (« Aire libre ») représentative de la production neutre de ce champ et typique de la place esthétique de l’Art bourgeois, lancée par un éditeur (Dupuis, Belgique) de la production élargie, traditionnellement dédiée à l’Art moyen. À l’analyse narratologique (interne à l’œuvre) succède une analyse sociocritique (externe à l’œuvre), c’est-à-dire une mise en relation des conditions institutionnalisées du positionnement artistique des créateurs avec les caractéristiques narratives de l’œuvre produite depuis cette position. Ce faisant, nous distinguons les caractéristiques stylistiques générales d’un classicisme et d’un avant-gardisme narratifs. Il s’avère que l’esthétique des albums de la collection « Aire libre » constitue un compromis entre les deux précédentes.

Rares sont les études sur la bande dessinée qui considèrent celle-ci pour ce qu’elle est vraiment, à savoir un mixte séquentiel complexe d’images et de mots. Cette étude peut prétendre à cette distinction par sa prise en compte des trois composantes narratives de toute B.D. : l’iconique, le plastique et le textuel. Mérite supplémentaire de cette recherche : elle évite le piège d’une fermeture du sens sur lui-même, immanent et forclos dans les limites formelles de l’œuvre. Pour apprécier correctement les résultats de ses analyses internes, nous les confrontons aux implications signifiantes du contexte de création, identifié pour la circonstance à la collection « Aire libre », qui a marqué l’histoire de la bande dessinée franco-belge contemporaine et y occupe désormais une position stratégique. Combinant perspective interne (sémiotique) et perspective externe (sociologique), nous construisons une méthode d’analyse volontairement transdisciplinaire qui emprunte à la critique B.D., mais aussi aux théories sur le cinéma, la littérature et le théâtre.

 Le sommaire est disponible ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Disparition de Thierry Crépin

La bande dessinée perd l’un de ses plus éminents amateurs et chercheurs : Thierry Crépin nous a malheureusement quittés le vendredi 3 février, emporté par une maladie contre laquelle il n’aura pourtant cessé de lutter. Membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’Université Versailles-Saint Quentin, Thierry Crépin a en effet largement contribué à l’étude des dispositifs de censure pesant au XXe siècle sur la bande dessinée et la littérature de jeunesse : on lui doit ainsi deux livres (“Haro sur le gangster !” La Moralisation de la presse enfantine (1934-1954) et “On tue à chaque page !” La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, dirigé avec Thierry Groensteen) ainsi que de nombreux articles (tels « La presse et la loi de 1949, entre censure et autocensure », disponible sur CAIRN ou « Le grand Prix de l’image française : une existence éphémère » disponible sur Comicalités). Nos pensées vont à ses proches, et en particulier à son épouse Autilia. Toute l’équipe des Carnets de la bande dessinée et de Comicalités (dont Thierry Crépin, membre du comité scientifique, faisait partie) souhaite lui rendre hommage.

Nous remercions très chaleureusement Gilles Ciment, directeur de la Cité Internationale  de la Bande Dessinée et de l’Image, qui a accepté de publier sur le site de la Cité les réactions de chercheurs l’ayant côtoyé et ayant d’une manière ou d’un autre participé de ce travail d’étude qui lui tenait tant à cœur. Celles-ci sont consultable ici.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne : programme

Vanessa Besand et Victor-Arthur Piegay de l’Université de Bourgogne ont eu l’excellente idée de doter le colloque qu’ils organisent à Dijon les 16 et 17 février prochain d’un site Internet. Celui-ci présente l’événement de façon exhaustive : outre une longue introduction sur le cinéma d’animation, celui-ci présente les différents intervenants et offre un résumé de leurs communications. Autant d’information permettant de se familiariser avec un domaine encore délaissé par des chercheurs bien que témoignant d’une richesse qu’illustre parfaitement le programme que nous reproduisons ci-dessous.

 

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

Dijon, 16 et 17 février 2012

Jeudi 16 février

09h00 : Accueil des participants et ouverture du colloque.

09h30 – 11h00 : Séance plénière

Présidence : Victor-Arthur Piégay


09h30 – 10h15 : Yvan West Laurence
« Présentation du monde de l’animation »

10h15 – 10h30 : Discussion

10h30 – 11h00 : Pause

11h00 – 13h00 : Première séance : Le domaine français

Présidence : Sylvie Laigneau-Fontaine

11h00 – 11h30 : Georges Zaragoza (Université de Bourgogne)
« Persepolis »

11h30 – 12h00 : Vanessa Besand (Université de Bourgogne)
« Le Court-métrage Logorama : une prouesse technique au service de la pluralité interprétative »

12h00 – 12h30 : François-Ronan Dubois (Université Stendhal – Grenoble 3)
« Les Courts-métrages d’animation de fin d’études en France : un genre ? »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 17h00 : Deuxième séance : L’animation japonaise : un univers polymorphe

Présidence : Pierre Ancet

14h30 – 15h00 : Antonio Dominguez Leiva (Université du Québec à Montréal)
« Le Jardin des supplices de l’anime, de la cyberviolence au Ero Guro »

15h00 – 15h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Bourgogne)
« Metropolis ou Babel animée »

15h30 – 16h00 : André Laidli (Université Jean Moulin – Lyon 3)
« Peindre la réalité quotidienne : le cinéma d’animation « à voix basse » d’Isao Takahata »

16h00 – 16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Pause

17h00 – 18h30 : Troisième séance : L’Amérique et ses valeurs

Présidence : Jacques Poirier

17h00 – 17h30 : Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« Team America, World Police : pastiche, parodie et satire du rêve américain »

17h30 – 18h00 : Chloé Gauzi (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« “Do I dare live out the American dream?” : subversion et réaffirmation des discours fondateurs dans The Simpsons »

18h00 – 18h30 : Discussion

20h30 : Projection-débat au cinéma L’Eldorado à Dijon

Vendredi 17 février

09h00 – 11h30 : Quatrième séance : Réécriture, clins d’oeil et parodie

Présidence : Vanessa Besand

09h00 – 09h30 : Lucie Merijeau (Université Paris 3)
« Le Studio Pixar : (dé)construction d’un mythe auteuriste »

09h30 – 10h00 : Sébastien Decerle (Université de Bourgogne)
« Désillusion du personnage et transformation du genre : mise en scène de l’évolution du cinéma d’animation dans Toy Story, Shrek et Il était une fois »

10h00 – 10h30 : Bérénice Bonhomme (Université Paris 3)
« Quand le cinéma d’animation enfile la panoplie du cinéma en prise de vue réelle »

10h30 – 11h00 : Discussion

11h00 – 11h30 : Pause

11h30 – 13h00 : Cinquième séance : Le film d’animation aux prises avec le monde actuel

Présidence : Didier Souiller

11h30 – 12h00 : Sébastien Denis (Université d’Aix-Marseille)
« Que l’animation documente-t-elle ? De l’Histoire à l’animateur »

12h00 – 12h30 : Pierre Ancet (Université de Bourgogne)
« La Reconstruction de la mémoire dans Valse avec Bachir d’Ari Folman »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 15h00 : Déjeuner


15h00 – 16h30 : Sixième séance : Les spécificités du medium de l’animation

Présidence : Sébastien Denis

15h00 – 15h30 : Gabriel Tremblay-Gaudette (Université du Québec à Montréal)
« L’Élasticité plastique contrainte à la rigidité : quand le manga devient anime »

15h30 – 16h00 : Jean-Baptiste Massuet (Université Rennes 2)
« Préparer la « seconde venue » du cinéma : l’aventure du studio ImageMovers de Robert Zemeckis (2004-2010), pour une révolution du cinéma d’animation sans l’animation »

16h-16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Clôture du colloque

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La BD fenêtre sur le monde, la BD hors d’Europe

Les enseignants qui s’intéressent à la bande dessinée ont bien de la chance ! En effet, après un stage à dimension journalistique et citoyenne « La BD reportage, une nouvelle forme d’investigation » en 2011, en 2012 l’équipe du PREAC Bande dessinée (pôle national de ressources en éducation artistique et culturelle du CDDP de la Charente) organise, en partenariat avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et le Festival International de la Bande Dessinée, un séminaire national sur le thème « la BD fenêtre sur le monde, la BD hors d’Europe ».

Interroger la bande dessinée sous l’angle international est l’occasion pour Laurent Lessous (le maître d’oeuvre de ce séminaire) de se confronter à d’autres cultures, d’autres récits, d’autres témoignages. Ce média innovant et universel qu’est la bande dessinée est commun à toutes les sociétés mais chacune a développé ses propres codes qu’il est important de décrypter pour nos élèves, citoyen d’un monde en mouvement. Étudier la bande dessinée non européenne soulève des problématiques artistiques, historiques mais aussi typiquement littéraires.
En voici le programme :

Lundi 23 janvier

CDDP de la Charente.

Tristan Robert : Comment transmettre son histoire, son passé, sa culture ? (Une vie chinoise, tome 1, Dire l’enfance et l’adolescence sous Mao)
Philippe Tomblaine : Crises et cris en bulles autour de Carne Argentina
Alain Demarco : Jirô Taniguchi le Proche-Orient ?
Isabelle Delorme : Israël au prisme de la bande dessinée, regards croisés sur une société en mouvement
Youmna Thome : La BD libanaise
Christophe Richard : la BD sud-africaine
Agnès Deyzieux : Le manga aujourd’hui

Mardi 24 janvier

Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

9h00 accueil par Gilles Ciment, Directeur général de la Cité
9h30 Jean-Pierre Mercier : Le renouveau de la bande dessinée états-unienne, les héritiers d’Art Spiegelman
10h45 Table ronde, débat avec Serge Ewenczik, éditions Cà et là autour des parutions états-unienne en France aujourd’hui
12h00 déjeuner
14h00 L’édition du manga au Japon aujourd’hui, table ronde avec Stéphane Duval (Le Lézard Noir), Xavier Guilbert (www.du9.org) , Stéphane Beaujean (Les Inrocks)
15h30 Autour de la bande dessinée coréenne avec Choi Juhyun et Park Yoon-sun, débat animé par Laurent Lessous
17h00 Visite d’expositions et des réserves de la bibliothèque et du nouveau centre de documentation
18h30 Apéritif avec le Préac

Mercredi 25 janvier

Festival International de la Bande Dessinée et Cité internationale de la bande dessinée et de l’image

9h00–12h00 Matinée réservée au FIBD : visites d’expositions la veille de l’ouverture du festival
14h00–16h30 Rencontre des auteurs Zeina Abirached et Marguerite Aboué (à confirmer) et possibilité d’un débat autour d’auteurs israéliens.
17h00 Bilan du stage

Jeudi 26 janvier

Festival International de la Bande Dessinée
Journée libre pendant la première journée du FIBD 2012

Informations pratiques

Etablissement coordonnateur : CDDP de la Charente
Contact : Guylaine Merle 05 45 67 31 67
Public : enseignants du 1er et 2d degré, responsables et médiateurs des structures culturelles
Durée : 4 jours (du lundi 23 au jeudi 26 janvier 2012)
lieux
– Centre départemental de documentation pédagogique de la Charente
Château de l’Oisellerie
16400 La Couronne
– Cité internationale de la bande dessinée et de l’image
121 rue de Bordeaux
16023 Angoulême Cedex

Vincent Marie

Docteur en histoire contemporaine, Université Montpellier III.

More Posts - Website

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : programme

Le programme du colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens », aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à l’université de Liège, est désormais disponible sur le site de l’ACME. Il semble bien mettre en évidence le caractère absolument protéiforme d’une notion d’indépendance que l’on peine décidément à définir précisément : se rencontrent en effet ici des réflexions ayant trait au monde du livre (et mobilisant des notions comme « autoédition », « édition sauvage » ou « commercialisation »…), relevant d’une approche esthétique de la bande dessinée (avec des réflexions sur le documentaire, l’autobiographie ou l’exposition…) ou interrogeant plus largement la valeur culturelle de ces œuvres (il sera ainsi question de « mainstream », d’ « underground » ou encore de bande dessinée libanaise)… Bref : la bande dessinée indépendante semble être ici pensée comme un espace de rencontre pour des axes de recherche fort différents et il y a tout lieu de penser que ces trois jours seront l’occasion de croisements on ne peut plus fructueux.

 

Programme ici.

Dates du colloque : 16-17-18 novembre.

Lieu : université de Liège.

Organisateurs : groupe ACME

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La bande dessinée historique : programme

Le programme du colloque « La bande dessinée historique » qui aura lieu à l’université de Pau du 23 au 26 novembre prochain est désormais en ligne. Même si l’événement porte un nom quelque peu ursupé (puisqu’il est consacré à la seule Antiquité et non à l’Histoire en son entier), il dispose toutefois d’un site Internet assez complet puisque, outre le déroulement chronologique de l’événement, celui-ci propose (en bas de page) un accès thématique. Si les enjeux commerciaux de la bande dessinée « historique » sont clairement laissés de côté, ses enjeux pédagogiques sont par contre particulièrement mis à l’honneur (avec pas moins de 8 propositions), et l’événement entend apparemment faire une large place à l’étude de la valeur documentaire du neuvième art : Jessica Fèvres-De Biran propose ainsi une intervention intitulée « La restitution infographique à la lumière de la bande dessinée historique », alors que Jean-Claude Golvin explorera peut-être dans « Restitution patrimoniale et BD » les tenants et aboutissants de ce passé devenu simulation. Notons enfin que les organisateurs ont pris le parti de proposer une ouverture spatiale puisqu’à Aurélien Pigeat proposant d’explorer des « imaginaires de l’Antiquité dans le manga. Entre mythes et mythologies », répond Harry Morgan (qui vient de publier un article sur Comicalités, revue que nous ne nous lassons pas de citer) avec « L’Antiquité mythique dans les Comics américains ».

 

Lieu : université de Pau

Dates: 23, 24, 25 et 26 novembre

Le programme du colloque est consultable ici.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Album 50 : nouveau carnet de recherche

Actif depuis plusieurs semaines déjà, le carnet de recherche ouvert par Cécile Boulaire intéressera à coup sûr plus d’un lecteur des Carnets. Maître de conférences en lettre, membre de l’AFRELOCE,  du comité de rédaction de la revue Strenae, ou encore du laboratoire Intru (entre autres !), Cécile Boulaire a ouvert ce carnet de recherche dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches. En voici la présentation « officielle » :

Album ’50′ suit au jour le jour l’avancée des recherches d’un projet intitulé “Histoire et esthétique de l’album pour enfants en France depuis les années 1950″, conduit par Cécile Boulaire, en vue d’une habilitation à diriger des recherches. Il s’agit d’étudier les conditions historiques de la production d’albums pour enfants en France depuis l’après-guerre, en étant particulièrement sensible à la fois aux dimensions matérielles et économiques, et à l’aspect littéraire et formel. L’objectif est de croiser un historique des maisons d’édition, des collections et des logiques éditoriales, et une “poétique de l’album” qui tienne compte de l’évolution des conceptions littéraires et picturales, techniques et idéologiques.

Allez y faire un tour ! Ca se passe par là

Médiacultures et régimes de valeur culturels

La séance du 17 octobre 2011 du séminaire « Médiacultures et régimes de valeurs culturels », co-organisé par Hervé Glévarec (LCP-CNRS) et Éric Maigret (CIM-Paris 3), sera animée par Eric Maigret, qui propose comme titre à son intervention « Bandes dessinées et postlégitimité culturelle » . Faut-il le rappeler ? Eric Maigret est, entre autres, l’auteur de « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée » (Réseaux, 1994, vol. 12, n° 67, pp. 113-140), qui proposait une stimulante relecture de l’article fondateur et si souvent cité de Luc Boltanski sur « La constitution du champ de la bande dessinée« .

Pour les infos pratiques : la séance a lieu de 17h à 18h30à la Maison des Sciences de la Communication, 20 rue Berbier du Mets – 75013 PARIS, Métro : Les Gobelins (ligne 7).

Plus d’informations sur le programme du séminaire sur le site du laboratoire « Communication et politique » : http://www.lcp.cnrs.fr/html/05-semi02.htm

L’engendrement des images, colloque 3-5 octobre, Lyon

L’ENS de Lyon organise en octobre un colloque consacré aux processus d’engendrement des images. Croisant regards de chercheurs reconnus dans le champ de la bande dessinée (Thierry Smolderen, Thierry Groensteen, Björn-Olav Dozo, Laurence Grove…), de chercheurs nouveaux venus sur ce terrain (Henri Garric), de jeunes chercheurs (élèves à l’ENS) mais aussi de créateurs aussi intéressants que Benoît Peeters ou Marc-Antoine Mathieu, dont on sait à quel point leur pratique est traversée par les questionnements théoriques. Le colloque accueillera également l’intervention de Camille Baurin, membre du comité de rédaction des Carnets.

En voici ci-dessous le programme :

L’engendrement des images

Colloque international sur la bande dessinée

ENS de Lyon
Amphithéâtre Descartes
3 au 5 octobre 2011

La bande des­si­née est long­temps restée en situa­tion mar­gi­nale, tout à la fois dans les domai­nes de l’édition, de l’ensei­gne­ment et de la recher­che. Ce n’est plus aujourd’hui le cas : la bande des­si­née est main­te­nant reconnue comme un art à part entière. Les éditeurs de bande des­si­née ont créé, depuis vingt ans, des col­lec­tions de qua­lité (Aire Libre, chez Dupuis, Shampoing, chez Delcourt, Poisson Pilote chez Dargaud, etc.), accueillant des albums remar­qua­bles et reconnus par la cri­ti­que ; ils accor­dent par ailleurs de plus en plus de place à la tra­di­tion, avec de nom­breu­ses réé­di­tions patri­mo­nia­les, per­met­tant ainsi une meilleure connais­sance des filia­tions artis­ti­ques (tra­vail notam­ment accom­pli par les éditions Futuropolis). Pour ce qui est de l’ensei­gne­ment, les pro­gram­mes du secondaire font une place de plus en plus impor­tante aux bandes des­si­nées, notam­ment dans le cadre de l’appren­tis­sage de l’ana­lyse du récit. Enfin, la recher­che s’est empa­rée de cet objet, pro­po­sant de nou­vel­les théo­ries sti­mu­lan­tes et des ana­ly­ses pré­ci­ses de la tra­di­tion « bédéi­que ». Elle impli­que aujourd’hui de plus en plus de cher­cheurs uni­ver­si­tai­res. Avec le col­lo­que « L’engen­dre­ment des images » nous pro­po­sons de pren­dre acte de cette évolution en organisant à l’ENS de Lyon un grand événement cultu­rel et scien­ti­fi­que autour de la bande des­si­née, un des pre­miers dans l’uni­ver­sité fran­çaise.

1) Un événement cultu­rel.

Le col­lo­que pro­pre­ment dit sera accom­pa­gné de plu­sieurs mani­fes­ta­tions des­ti­nées à animer la vie cultu­relle de l’ENS au cours du mois d’octo­bre. Une expo­si­tion consa­crée à l’oeuvre de Rodolphe Töpffer sera orga­ni­sée dans la gale­rie « La Librairie ». Des repro­duc­tions de Les Amours de Mr. Vieux-Bois, album d’ « his­toi­res en estampe » consi­déré comme une des pre­miè­res bandes des­si­nées, seront accom­pa­gnées de pan­neaux pré­sen­tant les enjeux essen­tiels de l’oeuvre de Töpffer. Accompagnant le col­lo­que pro­pre­ment dit, une table-ronde aura lieu, ras­sem­blant des auteurs de bande des­si­née contem­po­rains (Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu) dont les oeuvres auront été évoqués dans les dis­cus­sions.

2) Un événement scien­ti­fi­que excep­tion­nel.

Le point de vue choisi se veut réso­lu­ment lié aux carac­té­ris­ti­ques pro­pres de la bande des­si­née : il ne s’agira pas de pro­po­ser une jus­ti­fi­ca­tion « lit­té­raire » ou socio­lo­gi­que. C’est pour­quoi nous avons pro­posé aux inter­ve­nants de réflé­chir sur la ques­tion de l’ « engen­dre­ment des images », ques­tion qui se prête tout à la fois à une réflexion géné­ti­que, esthé­ti­que et sémio­ti­que et qui permet d’inter­ro­ger aussi bien la tra­di­tion de la bande des­si­née dans ses com­men­ce­ments au XIXe siècle, son évolution tout au long du XXe siècle, que la pro­duc­tion contem­po­raine. Interviendront Benoît Peeters, grand spé­cia­liste de la bande des­si­née avec Case, plan­che, récit, scé­na­riste des Cités obs­cu­res et auteur récent de la pre­mière bio­gra­phie de Jacques Derrida ; Thierry Groensteen, ancien direc­teur de la Cité inter­na­tio­nale de la bande des­si­née, auteur à ce jour d’ouvra­ges qui sont des clas­si­ques, consa­crés non seu­le­ment à l’ana­lyse sémio­ti­que de la bande des­si­née (Le sys­tème de la bande des­si­née), aux auteurs récents (Tardi, En chemin avec Baudoin), mais aussi au recen­se­ment patri­mo­nial (Krazy Herriman, Les Années Caran d’Ache) ; Thierry Smolderen, ensei­gnant à l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image à Angoulême, auteur remar­qué de Naissances de la bande des­si­née, qui replace la nais­sance de la bande des­si­née dans le contexte des tra­di­tions ico­no­gra­phi­ques clas­si­ques et du roman­tisme nais­sant ; Laurent Dubreuil, pro­fes­seur à l’Université de Cornell, spé­cia­liste de lit­té­ra­ture fran­çaise et auteur de plu­sieurs tra­vaux sur la bande des­si­née ; Laurence Grove, direc­teur du centre des études fran­çai­ses à l’Université de Glasgow, spé­cia­liste des emblè­mes en lit­té­ra­ture et auteur d’un ouvrage consa­cré à la bande des­si­née fran­çaise (Comics in French : the European Bande des­si­née). Cependant, notre col­lo­que ne s’appuiera pas uni­que­ment sur des spé­cia­lis­tes renom­més et déjà reconnus. Nous tenions à asso­cier de la façon la plus étroite des étudiants et anciens élèves de l’ENS à cet événement. Les mas­ters et thèses por­tant sur la bande des­si­née se sont en effet mul­ti­pliés ces der­niè­res années et nous pen­sons que l’asso­cia­tion entre cher­cheurs reconnus et jeunes cher­cheurs contri­bue de façon par­ti­cu­liè­re­ment effi­cace à la créa­tion scien­ti­fi­que, notam­ment dans un domaine que l’uni­ver­sité s’appro­prie depuis peu. Cinq élèves ou anciens élèves inter­vie­ndront, per­met­tant ainsi une imbri­ca­tion directe du col­lo­que dans le sol de l’Ecole.

Lundi 3 octobre 2011

Accueil
9 h : Ouverture du colloque
9 h 15 : Présentation par Eric Dayre, directeur du CERCC (ENS de Lyon)

Processus créateurs de l’image
Président de séance : Henri Garric (ENS de Lyon)

9 h 30 : Benoît Peeters :
« Le scénariste et l’engendrement des images : quelques paradoxes »

10 h 15 : Sergio Garcia Sanchez (Ecole des Beaux-Arts de Grenade)
« Histoire d’une page : processus créatif en bande dessinée »

11 h 15 : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)
« Temporalités et engendrement des images »

Réflexion des images dans le domaine anglo-saxon
Président de séance : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême)

14 h : Camille Baurin (Université de Poitiers) : « Le déploiement de l’image dans l’oeuvre d’Alan Moore : engendrement, métalepse et réflexivité »

14 h 45 : Laurent Dubreuil (University of Cornell) : « Auto-présentation, auto-engendrement : Krazy Kat, Asterios Polyp, etc. »

16 h 00 : Denis Mellier (Université de Poitiers) : « Fiction générale et engendrement intermédial : le cas du Steampunk »

21 h : Projection du film de Stephen Frears, Tamara Drewe au Théâtre Kantor.

Mardi 4 octobre 2011
Au coeur des albums (1) : le mouvement des images

Président: Denis Mellier (Université de Poitiers)

9h : Marion Rostam (ENS de Lyon) :
« Naissance d’un imaginaire graphique dans L’Ascension du Haut-Mal de David B. »

9 h 45 : Björn-Olav Dozo (Université de Liège) :
« L’engendrement narratif par contamination de cases juxtaposées chez Trondheim »

10 h 45 : Marion Lejeune (ENS de Lyon) :
« La reprise des dessins dans les bandes dessinées sans paroles »

11 h 30 : Thierry Groensteen (EESI d’Angoulême) :
« La Cage de Vaughn-James et ses avatars contemporains »

Au coeur de l’album (2) : de la planche au récit
Président : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême)

14 h : Laurence Grove (Université de Glasgow) : « Le récit en une planche du Moyen Âge à l’OUBAPO »

14 h 45 : Morgane Parisi (EESI d’Angoulême) : « Engendrement et genèse : l’élaboration d’un album de bande dessinée »

15 h 30 : Table-ronde : « Comment engendrer les images ? » (avec Boulet, Thomas Cadène, Jean-Paul Krassinsky, Benjamin Lacombe, Marc-Antoine Mathieu)

18 h 30 : Inauguration de l’exposition « Töpffer » dans la Galerie « La Librairie » (Forum)

 

Mercredi 5 octobre 2011
Album, Blogs, feuilletons : les diverses formes de l’engendrement

Président de séance : Didier Ottaviani (ENS de Lyon)

9 h : Henri Garric (ENS de Lyon) :
« Engendrement du gag : mécanisme et souplesse du corps dessiné »

10 h : Elsa Caboche (ENS de Lyon) :
« Narration en images dans les blogs BD : modes d’expression, spécificités, expérimentations »

11 h : Thierry Smolderen (EESI d’Angoulême) :
« Milton Caniff : l’engendrement de l’image comme attracteur feuilletonesque »

Conclusion : Henri Garric et Didier Ottaviani

« Comicalités. Etudes de culture graphique » : ouverture

La revue Comicalités.Etudes de culture graphique est désormais disponible à l’adresse suivante :

 

http://comicalites.revues.org/

 

Vous trouverez ci-dessous la présentation de ses cinq premières publications : ne fonctionnant pas par numéro, la revue fera l’objet de mises à jour régulières et tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont invités à proposer leurs travaux pour publication (dont les modalités sont présentées dans la rubrique « la revue »).

 

Comicalités. Etudes de culture graphique.

Publications du 6 juillet 2011.

 

Thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

 

Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère

Thierry Crépin

Du long parcours de la reconnaissance de la bande dessinée, on retient généralement quelques faits : la création du Club des bandes dessinées animé par Francis Lacassin dans les années 1960, puis celle du festival d’Angoulême et du CNBDI dans la décennie suivante. Mais il est une initiative qui est oubliée : la création, à l’initiative d’Auguste Liquois et du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants, d’un Grand Prix de l’image française qui entendait doter les auteurs de bande dessinée d’un dispositif de consécration comparable à ceux que connaissent les écrivains. Voyant le jour en 1946, ce prix se solde par un échec à la mesure de la place occupée dans la culture d’alors par une bande dessinée accusée de tous les maux qui frappent la jeunesse.

 

L’impossible seconde vie ? Le poids des standards éditoriaux et la résistance de la bande dessinée franco-belge au format de poche

Sylvain Lesage

Si le livre de poche a joué un rôle central dans la diffusion du patrimoine littéraire, la bande dessinée ne dispose pas de cet outil permettant la constitution d’un corpus de classiques aisément accessibles au plus grand nombre. En ceci, la bande dessinée constitue bien une véritable exception dans le champ éditorial français, par la quasi-absence de collections permettant de republier des classiques en format de poche. L’importance de l’image et l’impératif de lisibilité compliquent en effet le problème de l’adaptation du « grand format » vers le poche, mais demeurent insuffisants pour comprendre la réticence de la bande dessinée au poche. Le présent article propose un retour en arrière sur les expériences des années 1980-1990, afin de mieux cerner cette singularité éditoriale.

 

Le classique en bande dessinée

Frank-Michel Gorgeard

Quelles sont les grandes œuvres de la bande dessinée, celles qui font son histoire, ses « classiques » ? Sont-ils bien ceux que l’on croit ? On s’efforce ici de répondre à cette question en confrontant les discours et les pratiques des auteurs, de la critique et des éditeurs. La notion de classique, particulièrement polysémique, apparaît d’autant plus brouillée que les producteurs font rarement référence au travail de leurs pairs en raison notamment de l’incapacité supposée ou réelle du public à les comprendre. Elle-même s’explique par l’état du champ, en cours d’autonomisation : en l’absence d’un arbitre faisant autorité et qui serait l’école, la notion de « classsique » se retrouve au cœur d’une lutte entre deux pôles antagonistes. Alors qu’une partie de la critique et des éditeurs célèbre des « classiques » qui sont autant de bandes dessinées conventionelles, établissant ainsi une « confusion du langage », d’autres, qui affirment des positions artistiques exigeantes, rejettent le mot de classique mais identifient des maîtres, reconnaissent des précurseurs, prospectent du côté de l’avant-garde.

 

Eclectiques

 

La légitimation en devenir de la bande dessinée

Xavier Guilbert

Qualifiée d’ « objet culturel non identifié » par Thierry Groensteen en 2006, la bande dessinée semble aujourd’hui encore à la recherche d’une reconnaissance culturelle qui lui échappe. Cet article se propose de faire le tour des différentes modalités selon lesquelles s’établit le discours de sa légitimation. Il sera ainsi question de l’importance du discours économique et de l’attachement à une bande dessinée lue par « les jeunes de 7 à 77 ans ». Ensuite, on considérera l’émergence relativement récente d’une bande dessinée dite d’auteur, et les tensions qu’elle a pu susciter vis-à-vis des garants d’une bande dessinée « populaire ». Ensuite, on examinera la place centrale du Festival d’Angoulême dans le traitement médiatique, la rareté du discours critique au sein des supports généralistes et spécialistes, et, enfin, la problématique de l’exposition de la bande dessinée, en particulier au musée.

 

Two Flashes. Entertainment, Adaptation : Flash Gordon as comic strip and serial.

Nicolas Labarre

Cet article examine les relations entre le comic strip Flash Gordon, d’Alex Raymond, et son adaptation sous forme de serial en 1936. Le second épisode de celui-ci, « The Tunnel of Terror », et les trois pages dominicales de février 1934 sur lesquelles il est basé sont l’occasion d’une étude des techniques et enjeu de l’adaptation de ce récit sériel. Le serial affiche une volonté de fidélité à l’œuvre de Raymond permettant des comparaisons fines entre des scènes parfois très similaires. Outre des transpositions directes, dans le cas de certaines cases, le serial développe des techniques de narration permettant de reproduire les effets et la temporalité de certains passages du comic strip. L’étude suggère que c’est au niveau de l’articulation entre les scènes mais aussi du rapport de proximité avec les personnages que les deux versions divergent.

This article studies the relationship between Alex Raymond’s Flash Gordon comic strip and its adaptation as a serial in 1936. It focuses on the second episode, “The Tunnel of Terror”, and on the three Sunday pages from February 1934 on which this episode was based, in order to examine the adaptation process from a technical and pragmatic point of view. Because the serial aims at being faithful to its source material, very similar scenes exist in both versions, which makes it possible to conduct a detailed comparison of narrative techniques. In addition to replicating certain panels from the comic strip, the serial contains examples of alternative narrative choices devised to replicate some of the effects of the source material, notably its temporality. This study suggests that the two versions differ mostly in the articulation between scenes and in the proximity established between the reader/viewer and the characters.

 

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts