Bande dessinée numérique : table ronde à l’Enssib

L’Enssib de Villeurbanne organise le 12 mai une table ronde sur la bande dessinée numérique. Intitulée La bande dessinée en perspective : production, diffusion et conservation, cette table ronde se propose d’éclaircir les enjeux actuels de la bande dessinée numérique. Elle rassemblera Arnaud Bauer, Julien Falgas et Catherine Ferreyrolle :

  • Arnaud Bauer est le président de Manolosanctis, maison d’édition participative s’appuyant sur la complémentarité entre la publication électronique et la publication papier. Diplômé de l’École centrale de Nantes et de l’Essec, Arnaud Bauer a fondé Manolosanctis en mars 2009 avec Mathieu Weber et Maxime Marion. Depuis deux ans, Manolosanctis a diffusé en ligne environ 1800 albums et édité en version papier de qualité les œuvres de plus de 70 auteurs.
  • Julien Falgas, webmestre à l’université de Metz, est le fondateur de Webcomics.fr, un service d’hébergement en ligne qui permet d’auto-éditer ses bandes dessinées. Fondé en janvier 2007 au moment du grand boom des blogs bd, Webcomics.fr offre à de nombreux auteurs une plateforme de publication gratuite et sans publicité.
  • Catherine Ferreyrolle, quant à elle, est directrice de la bibliothèque de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoulême. La Cité de la BD accueille depuis 1990 un grand nombre de manifestations en rapport avec la bande dessinée et a organisé ces dernières années de nombreuses formations et conférences en lien avec la bande dessinée numérique. Sa bibliothèque, pôle associé de la BNF pour la bande dessinée, rassemble aussi bien de la documentation contemporaine sur la bande dessinée que des fonds patrimoniaux qui font l’objet d’une active politique de numérisation.

L’idée de la table ronde est de montrer la diversité de ce que l’on peut appeler bande dessinée numérique, d’avoir un aperçu du paysage éditorial en la matière et de réfléchir aux modèles qui se développeront dans les années à venir.

Tout en s’insérant dans les problématiques générales du livre numérique, la bande dessinée numérique s’en démarque fortement par son histoire, par ses caractéristiques techniques mais aussi par les auteurs qui la produisent et les lecteurs qui la lisent. Le monde de la bande dessinée numérique existe à présent depuis une bonne dizaine d’années et est aujourd’hui en prise avec l’évolution des supports de lecture (écran d’ordinateur, liseuses, tablettes, téléphones)  ainsi qu’avec l’arrivée de nouveaux acteurs commerciaux.

Au-delà des oppositions entre pratique professionnelle et pratique amatrice, entre numérique natif et numérisation homothétique, entre communautés de bénévoles et acteurs commerciaux, cet événement sera l’occasion de porter un regard aussi large que possible sur un objet culturel dont l’importance est déjà bien établie et ne fera sans doute que s’accroître.

Pour se replonger dans ces questions, on se replongera avec beaucoup de profit dans les articles de Mr Petch sur Phylacterium.

La bande dessinée numérique en perspective : production, diffusion et conservation, jeudi 12 mai 2011, de 14h à 17h à l’Enssib, 17-21 boulevard du 11 novembre 1918, Villeurbanne.

Exposer la bande dessinée : après-midi d’études

Le groupe de travail « Histoire culturelle de la bande dessinée », créé au sein du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université Versailles-Saint-Quentin), organise le 4 mai une après-midi d’études consacrée à la question de l’exposition de la bande dessinée.

Depuis l’exposition fondatrice Bande Dessinée et Figuration Narrative, présentée au Musée des Arts Décoratifs en 1967, les expositions de bande dessinée se sont multipliées en France. Le passage du livre au mur, de l’horizontal au vertical pose de nombreuses questions : quel est le statut de la planche originale ? quelle relation l’exposition entretient avec la narration ? avec le livre ? comment organiser la rencontre de la bande dessinée avec d’autres formes d’art ?… Les techniques et les savoir faire de l’exposition (du commissariat à la scénographie) doivent aussi être réinterrogés en considération de l’objet particulier qu’est la bande dessinée.

L’événement se déroulera le 4 mai 2011, de 14h à 17h, à la Bibliothèque Buffon (Centre de documentation sur les métiers du Livre), 15 bis rue Buffon, Paris (5e).

En voici le programme :

Julien Baudry
(Doctorant Paris 7 – Conservateur stagiaire ENSSIB)
Les expositions dans les premiers festivals de bande dessinée : les exemples de Toulouse et Angoulême (1973-1975)

Jean-Pierre Mercier
(Conseiller scientifique, Cité de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
Vingt ans de musée(s) de la bande dessinée à Angoulême

Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)
L’exposition, acte de création : autour de Benoît Jacques et Jochen Gerner

Jean-Marc Thévenet
(ancien directeur du FIBD, commissaire de l’exposition Archi et bande dessinée)
Du festival d’Angoulême à la Cité de l’Architecture, dix ans d’exposition
Débat animé par Sylvain Lesage (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines) et Pierre-Laurent Daures (Ecole Européenne Supérieure de l’Image)

Contact : Sylvain Lesage (lesage(point)sylvain[at]gmail(point)com), Pierre-Laurent Daures (pilau[at]noos(point)fr)

Fantômas a 100 ans

… ou presque ! Si le personnage naît en 1909 sous les plumes de Pierre Souvestre et Marcel Allain, c’est en 1911 que le personnage est publié en livre, par la librairie Arthème Fayard. Rapidement déclinée en films, pièces de théâtres ou feuilletons radiophoniques, la série s’impose comme l’un des feuilletons les plus marquants de la littérature populaire française.

A l’occasion du centenaire du premier roman, la Bibliothèque nationale de France organise le vendredi 29 avril une après-midi d’étude consacrée au personnage, son mythe et ses déclinaisons. Parmi les interventions proposées, on remarquera celle d’Yves Frémion : “Fantômas dans la bande dessinée.”

Ci-dessous le programme complet :

Fantômas a 100 ans

L’année 1911 voit naître Fantômas, « L’empereur du crime ». Ce dandy étrange inventé grâce à la plume complice de Marcel Allain et Pierre Souvestre va rapidement se transformer en légende, en mythe. Poètes, écrivains, peintres, cinéastes font de Fantômas un héros, très certainement le premier du XXe siècle. « Le Maître de l’effroi » régne sur la capitale au rythme des 32 volumes publiés chez Fayard. Dès 1913, Louis Feuillade adapte ses épisodes pour le cinéma. La BnF a décidé, pour le centenaire, de rendre hommage à ce héros inscrit profondément dans l’inconscient collectif.

Présentant des bandes dessinées, films, adaptations théâtrales, l’après-midi sera ponctuée par la projection de Monsieur Fantômas (1937), un très rare film du poète belge Ernst Moerman qui écrivait : « Fantômas qui êtes aux cieux, sauvez la poésie ».

L’intégralité de la première édition des Fantômas sera exposée dans le foyer du petit auditorium.

Présentation de l’après-midi
Par Denis Bruckmann, directeur des Collections, BnF

14h-14h30
L’apparition de Fantômas : 1911-1913
Par Dominique Kalifa, professeur d’histoire contemporaine

14h30-15h
L’ombre de Fantômas, figure surréaliste de la révolte et de la liberté, dans l’œuvre de Robert Desnos
Par Marie-Claire Dumas, professeur honoraire de l’Université Paris 7-Denis Diderot, éditrice des Œuvres de Robert Desnos, Gallimard, collection “Quarto”

15h-15h30
Fantômas et Ernst Moerman
Par Stéphane Mahieu, écrivain
suivi de la projection de Monsieur Fantômas de Ernst Moerman, 1937 (durée 17 min)

16h-16h30
Fantômas dans la bande dessinée
Par Yves Frémion, écrivain, rédacteur en chef de Papiers Nickelés

16h30-17h
Expérience d’un collectionneur
Par Pierre David, journaliste

17h-17h30
Feuillade : une filature de Fantômas
Par Didier Blonde, écrivain

18h
Présentation des films restaurés
Par Jacques Champreux, auteur, acteur et réalisateur

18h30
Projections
À l’ombre de la guillotine, film de Louis Feuillade, 1913 (durée 55 min)
Juve contre Fantômas, film de Louis Feuillade, 1913 (durée 45 min)

Thèses et mémoires en ligne

Depuis plusieurs années maintenant, la Cité de la bande dessinée et de l’image stocke dans son centre de documentation de nombreux mémoires, ainsi que quelques thèses. Malheureusement, il en va pour cette documentation comme pour le reste des riches collections de la Cité : la localisation angoumoisine ne facilite pas sa diffusion la plus large… C’est dire si l’initiative qui aboutit ces jours-ci était attendue : la mise en ligne de mémoires, sur le site neuviemeart2.0.

Cette rubrique offre des fonctions de recherche très poussées, qui rendra à terme de grands services : recherches par auteurs, disciplines, établissements, mots-clés thématiques, mots-clés auteurs, etc. Les sommaires sont consultables en ligne, via une page qui permet non seulement de télécharger l’intégralité du mémoire en version pdf, mais également de contacter l’auteur, une fonctionnalité que l’on ne peut que saluer, tant elle devrait permettre d’instaurer un dialogue fructueux.

Pour l’instant, seuls six mémoires sont disponibles,  mais il s’agit visiblement d’une “vitrine” destinée à susciter d’autres dépôts, par le biais d’un formulaire que vous trouverez ici : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?page=memoire_deposer. En attendant l’enrichissement de la rubrique, on explorera des mémoires prometteurs dans ce premier bouquet. Citons par exemple le travail de Julien Baudry sur Alain Saint-Ogan. Julien Baudry, qui vient de soutenir sa thèse de l’Ecole des Chartes, pour l’obtention du diplôme d’archiviste-paléographe. Celle-ci était consacrée à la carrière d’Alain Saint-Ogan, de la presse à l’enfance. Le mémoire de master déposé ici complète l’approche, par une étude sur Alain Saint-Ogan et l’univers de l’enfance, qui met en perspective le travail d’Alain Saint-Ogan dans la bande dessinée avec d’autres dimensions de son oeuvre et de sa carrière (dessin de presse, collaborations pour le théâtre, la radio, etc.). On peut également mentionner l’étude de Xavier Brysbaert sur le théâtre chez Marc-Antoine Mathieu, ou celle de Fabrice Hagmann sur la nouvelle bande dessinée derrière la caméra. On le voit, les angles d’approches sont particulièrement variés !

A l’heure où de nombreuses universités hésitent encore à s’engager sur la voie du dépôt électronique, on ne peut donc que saluer l’initiative de la Cité, qui devrait permettre de renforcer la visibilité de la recherche sur la bande dessinée. Et encourager les étudiants à déposer leurs mémoires !

NB : une liste des mémoires disponibles uniquement en version papier est disponible sur le site de la bibliothèque de la Cité, en interrogeant sujet=travail universitaire.

“Libre parcours”, Revue des livres pour enfants

La Revue des livres pour enfants nous fait parvenir un appel à contributions urgent, dans lequel les propositions portant sur la bande dessinée pour la jeunesse sont les bienvenues. Comme il s’agit d’un dossier intitulé « Libre parcours », de très nombreux angles sont envisageables, l’objectif étant de favoriser la diversité des propositions. Précisons, pour ne rien enlever au plaisir, que ces articles sont rémunérés – ce qui est suffisamment rare pour être souligné – et que la revue connaît une diffusion importante (4000 exemplaires). Les articles sont à rendre pour le 9 mai, les propositions sont donc à adresser très vite…

La BNF/JPL (Bibliothèque Nationale de France/Joie Par les Livres) prépare, comme chaque année, le dossier de La Revue des livres pour enfants intitulé « Libre parcours » qui rassemble quelques articles (5 ou 6) de spécialistes (critiques, chercheurs, doctorants…) de la littérature pour la jeunesse française ou internationale (approche spécifique ou comparative d’un genre, d’un grand auteur (illustrateur), d’un éditeur, d’un type de support, de pratiques littéraires et culturelles, ou d’une œuvre du patrimoine classique et contemporain). Le principe auquel la revue tient est celui de la diversité des entrées (c’est-à-dire des domaines de recherche).

Les lecteurs de la revue ne sont pas des universitaires mais des professionnels du livre et de la lecture. Il s’agit donc d’articles de synthèse vulgarisée de travaux de recherche.

Le volume des articles est de 16 000 signes et ils sont à rendre pour le 9 mai. Les auteurs sont rétribués forfaitairement.

Ce numéro de la revue est tiré à 4000 exemplaires. Universitaires, chercheurs et doctorants sont les bienvenus.

Les propositions sont à adresser à Annick Lorant-Joly:

annick.lorant-jolly@bnf.fr
01 53 79 57 88
Annick Lorant-Jolly
Rédactrice en chef de La Revue des livres pour enfants
BNF / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres

La parole imagée : la bande dessinée chinoise

Pour le profane, la bande dessinée chinoise demeure un vaste continent mal connu. Peu traduite en France, elle ne bénéficie que d’un ouvrage de référence, fort ancien maintenant : le catalogue de l’exposition du centre Pompidou, qui remonte à 1982.

Autant dire que l’exposition qui s’ouvre au Cartoon Museum de Bâle s’annonce comme un événement important. Intitulée La Parole imagée, l’exposition présente pendant quatre mois un vaste éventail de bandes dessinées chinoises actuelles, de leurs principaux prédécesseurs, et d’images tirées de dessins animés populaires. Organisée en partenariat avec le NAMOC (National Art Museum of China), l’exposition présente de nombreux originaux issues des collections de ce musée.

Elle s’organise en trois parties. La première partie présente l’évolution historique de l’imagerie en Chine qui puise aux sources de la littérature classique de ce pays. La deuxième partie illustre le style né de la révolution et d’abord voué à l’éducation des masses. Quant à la troisième partie, elle est consacrée aux aspects modernes et actuels de la bande dessinée en Chine.

Tout compte-rendu de l’exposition par un lecteur des Carnets passant par Bâle est évidemment la bienvenue !

Exposition du 6 novembre 2010 au 13 mars 2011, au musée de la bande dessinée de Bâle
Cartoonmuseum. St Alban-Vorstadt 28.  Suisse 4052 Bâle

Textyles : La bande dessinée contemporaine

Créée en 1985, TEXTYLES est une revue scientifique exclusivement consacrée aux lettres belges de langue française. Pour son dernier (et double) numéro, elle publie les actes d’un colloque tenu à Bruxelles sur la bande dessinée belge contemporaine, dont voici ci-dessous le sommaire :

Textyles. Revue des lettres belges de langue française, Numéro 36-37

La bande dessinée contemporaine, sous la direction de Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat

La bande dessinée a généré depuis près de quarante ans des discours de rupture variés. Elle revendique désormais une maturité et une exigence artistique que confirment la diversification de ses procédés graphiques ou narratifs, la mise en place d’un appareil de consécration spécifique et l’apparition de nouvelles pratiques éditoriales.

Les actes du colloque de Bruxelles (2008), qui sont publiés ici, ont pour ambition autant de dresser le bilan d’un champ en pleine mutation que de dépoussiérer les discours académiques sur la bande dessinée.

En se concentrant sur la BD francophone belge, ces contributions éclairent les démarches artistiques novatrices, se penchent sur des stratégies inédites dans la diffusion du medium et s’intéressent à l’apparition de sociabilités nouvelles. Elles étudient également l’évolution des genres et des registres ou les rapports entre bande dessinée et industrie culturelle. En outre, elles situent la place réservée à une avant-garde qui se cherche encore souvent entre littérature et art contemporain. Elles se penchent, enfin, sur l’engagement des auteurs.

Les pistes de réflexion que ce numéro de Textyles explore confirment que l’étude de la bande dessinée n’est plus en phase d’émergence et constituent un champ de recherche bien balisé qui, à son tour, remet en perspectives les disciplines des sciences humaines convoquées dans l’analyse de la BD.

Sommaire

Björn-Olav Dozo et Fabrice Preyat, « La bande dessinée francophone belge au présent »

Benoît Berthou, « La bande dessinée franco-belge : quelle industrie culturelle ? »

Floriane Philippe, « L’évolution du paysage éditorial de bandes dessinées en Belgique francophone »

Tanguy Habrand, « La « récupération » dans la bande dessinée contemporaine. Par-delà récupérateurs et récupérés »

Erwin Dejasse, « Bande dessinée alternative : mémoire et re-génération. Autour de l’expositionAlternatif Chaos. Onafhankelijk Beeldverhaal in Wallonië en Brussel »

Laurent Demoulin, « Du Rwanda au Coeur des ténèbres. Jean-Philippe Stassen illustre Conrad »

Laurence Brogniez, « Féminin singulier : les desseins du moi. Julie Doucet, Dominique Goblet »

David Vrydaghs, « Le récit de voyage en bande dessinée, entre autobiographie et reportage »

Björn-Olav Dozo, « Note sur la bande dessinée de reportage »

Hubert Roland, « Écriture et narration de l’histoire dans le projet Fritz Haber de David Vandermeulen »

Roland Baumann, « Remember ! La bande dessinée belge francophone et la guerre 1940-1945 »

Frédéric Paques, « Joe G. Pinelli, dans le no man’s land de la BD »

Clément Dessy, « La ville entre texte et image dans les bandes dessinées de Michaël Matthys »

Gert Meesters, « Les significations du style graphique : Mon fiston d’Olivier Schrauwen et Faire semblant, c’est mentir de Dominique Goblet »

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait / tisser des liens

Indépendants ? Alternatifs ? Les termes, loin d’être neutres, divisent amateurs et éditeurs, comme en témoigne le salutaire pamphlet de Jean-Christophe Menu, Plate-bandes. Car chez les amateurs de bande dessinée, la dialectique du mainstream et de l’avant-garde, c’est un peu comme la politique pendant les repas de Noël : quand on aborde le sujet, la situation dégénère. Depuis l’article de Luc Boltanski sur la constitution du champ de la bande dessinée, qui abordait la polarisation entre un pôle “commercial” et un pôle “novateur”, la tension et les phénomènes de transfert entre ces deux pôles constituent un enjeu récurrent des débats, qu’ils soient savants ou informels. Il faut dire que ces pôles relèvent sans doute plus des idéaux-types weberiens que d’entités strictement délimitées.

C’est toute l’astuce de l’intitulé de l’ambitieux colloque organisé par l’ACME qui, loin d’essentialiser l’édition indépendante, propose de la mettre en perspective avec l’industrie du livre, grâce au sous-titre “tirer un trait, tisser des liens”, qui dit bien l’ampleur des contradictions qui traversent cette notion d’ “indépendance”. Surtout, on ne peut que se réjouir de l’organisation d’un colloque dédié aux pratiques éditoriales, quand celles-ci attirent encore si peu l’attention des chercheurs. Que celui-ci se propose, en outre, de s’intéresser aux pratiques éditoriales à l’échelle mondiale, constitue un geste fort. Ci-dessous, l’appel à communications, qui propose des pistes de recherche stimulantes :

Résumé
Le groupe de recherche sur la bande dessinée ACME (Université de Liège) organise en novembre 2011 un colloque sur le thème «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens. ». L’ambition de ce colloque est d’aborder la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

Argumentaire

À la faveur d’un double mouvement de rationalisation et de concentration dans l’industrie du livre, mais aussi de la participation d’acteurs d’un genre nouveau au sein du secteur (industrie lourde, groupes de communication, fonds d’investissement), les principes qui gouvernent la production et la diffusion des biens culturels ont évolué, dans le dernier quart du xxe siècle, dans le sens d’une attention accrue à la rentabilité. Cette exigence a contribué à durcir les critères de la sélection éditoriale en érigeant une barrière à l’entrée pour des œuvres peu susceptibles d’apporter les retombées financières escomptées.

Face à un tel élan, des structures nouvelles ont vu le jour qui ont fait le pari de combler les lacunes du système en place. Qualifiées d’« indépendantes », « alternatives », « underground » ou encore « d’avant-garde », ces initiatives se sont polarisées autour d’une conception commune du métier, activité — sinon activisme — vouée à la culture d’un catalogue original, dans un imaginaire de l’altérité contre le conformisme, sur le mode du small is beautiful. Après la peinture, le cinéma ou la musique, l’industrie du livre est ainsi passée à son tour à l’heure du grand retournement, de la littérature à l’essai en passant par le livre de jeunesse, ce moment où l’industrie semble générer sa propre contradiction.

La bande dessinée, en tant que secteur du marché du livre, n’a pas échappé à ce couple marchandisation/rébellion. Dans les années 1990, avec des structures telles que L’Association, Cornelius, Amok et Fréon, ego comme x ou les Requins Marteaux, une vague d’indépendants s’est faite le porte-drapeau d’une « autre » bande dessinée dans l’espace franco-belge. Sans doute un tel mouvement a-t-il des antécédents : Futuropolis, les Éditions du Fromage, Audie ou Artefact avaient eux aussi montré l’exemple d’une édition en rupture avec l’ordre établi. Inédite cependant, dans les années 1990, est l’apparition d’une collectivité d’éditeurs consciente d’elle-même, dont la raison d’être et le repoussoir seront et resteront l’industrialisation de plus en massive de l’édition de bande dessinée ; une collectivité, sinon une génération, qui en même temps qu’elle allait tirer un trait (sur les figures, les codes et les lieux de la standardisation), allait aussi tisser des liens (avec des ancêtres choisis, avec des pairs locaux, avec des homologues à l’étranger).

De pareilles observations pourraient être faites pour l’édition de bande dessinée hors de ce seul espace. Le mouvement underground qui se développe vers la fin des années 1960 aux États-Unis a donné lieu à d’importants éditeurs tels que Kitchen Sink Press ou Fantagraphics Books. S’y sont développés, à partir des années 1980, une bande dessinée dite « alternative » — dont les auteurs allaient devenir les figures de proue du « roman graphique » — en même temps qu’un travail de patrimonialisation ou de réhabilitation de prédécesseurs choisis. Sur un mode plus artisanal, l’auto-édition et un microcosme reposant sur la diffusion de « minicomics » photocopiés ou en ligne ont enrichi le champ des possibles de tout auteur désireux de s’imposer en marge du studio, omniprésent outre-Atlantique.

De l’espace franco-belge aux États-Unis en passant par la Belgique néerlandophone, l’Italie ou la Suisse, de l’Europe du Nord ou centrale à l’Asie en passant par l’Afrique du Sud, des tendances communes émergent sur fond de particularités locales et semblent bien témoigner d’un phénomène mondial.

Fort de ce renouveau créatif, le colloque «  Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale. Tirer un trait / Tisser des liens » entend interroger la bande dessinée dans ses manifestations les plus novatrices, subversives ou dissidentes, à l’échelle mondiale, en se focalisant sur les structures éditoriales qui relèvent ou se réclament entre autres dénominations de « l’indépendance ».

  • Un premier volet sera consacré à la discussion des concepts mis en place pour désigner les forces de renouveau de la bande dessinée à l’échelle internationale. Pour interchangeables qu’ils puissent paraître au premier abord, les termes « d’indépendance », « d’alternative », « d’underground » ou « d’avant-garde » (de l’autre côté du spectre, de « mainstream » ou de « BD ») sont lourds à la fois de présupposés et de connotations, et se trouvent mobilisés dans des contextes d’action bien spécifiques. Épingler les avatars de ce lexique, discuter la variété de ses définitions et de ses usages, constituera un premier enjeu.
  • Un second volet portera sur l’analyse des similitudes et des contrastes tant stylistiques que thématiques observés au sein de l’édition indépendante. L’abandon de la couleur, l’évolution du dessin dans une voie picturale ou minimaliste, l’augmentation significative de la pagination des albums ; mais aussi une forte propension à l’introspection, à de nouvelles formes de réalisme ou encore à l’engagement (critique sociale, positionnement politique, revendications culturelles des minorités), constituent autant de choix de forme ou de contenu qu’il convient d’interroger horizontalement.
  • Un troisième volet portera sur les dimensions socio-économique et politique de la bande dessinée indépendante internationale. L’analyse comparative envisagera des aspects tels que la nature de l’indépendance (en regard d’une industrie toute-puissante, d’un marché balbutiant, d’un État intrusif), la diversité des dispositifs techniques mis en œuvre par les structures (fabrication, diffusion, commercialisation), leur reconnaissance et soutien éventuels de la part des pouvoirs publics, la fédération ou non de ces entités, les possibilités d’échanges en matière de traduction à l’échelle internationale (foires, salons, contacts informels) ou encore les moyens développés pour légitimer et rassembler ces expériences (anthologies ciblées, foires et salons, ou encore expositions thématiques).

Procédure

Les propositions de communications doivent être envoyées à l’adresse acme2011@ulg.ac.be pour le 15 mars 2011 au plus tard. L’envoi comportera d’une part un résumé anonyme de 300 mots environ, d’autre part une fiche signalétique détaillée. Ces documents pourront se presenter au format doc ou pdf.

Réponse du comité de sélection : le 1er mai 2011.

Les communications se tiendront en anglais ou en français.

Bien entendu, les carnets suivront l’avancement de ce beau projet.

MR2zbfl4d4gx

Peter Pan a 100 ans

Et pour l’occasion, la revue en ligne Belphégor se propose de consacrer un dossier à l’oeuvre de James Matthew Barrie et à ses diverses versions, interprétations, échos et influences dans différents médias, dont bien sûr la bande dessinée, que l’on songe, évidemment, à Régis Loisel, ou à Cosey. Ci-dessous l’appel à communications :

Peter Pan a 100 ans

2011 marquera le centenaire de la publication du roman de James Matthew Barrie, Peter and Wendy, aujourd’hui mieux connu sous le titre Peter Pan. Dernière étape de la naissance du célèbre personnage après son apparition en 1902 dans le roman The Little White Bird, puis la création en 1904 de la pièce de théâtre Peter Pan or The Boy Who Wouldn’t Grow Up, qui connaîtra un succès durable et international. Par la suite, en 1906, Barrie extrait six chapitres de The Little White Bird afin de composer le conte Peter Pan in Kensington Gardens, illustré par Arthur Rackham, et, enfin, en 1911, il publie le roman Peter and Wendy qui est, avec Alice in Wonderland de Lewis Carroll et The Wind in the Willows de Kenneth Grahame, un classique de la littérature enfantine.

Mais le roman de Barrie constitue également la dernière étape d’un processus qui a fait de Peter Pan un véritable mythe littéraire. Depuis l’oeuvre originale, la figure n’a cessé de hanter la littérature, la bande dessinée (notamment avec la série de Régis Loisel), le cinéma (autant avec le dessin animé de Walt Disney qu’avec le film de Steven Spielberg, Hook, ou encore le Neverland de P.J. Hogan).

A l’occasion de ce centenaire, la revue Belphégor, Littérature populaire et culture médiatique souhaite consacrer un dossier à Peter Pan qui prendra la forme d’un état des lieux de l’oeuvre de Barrie, personnage et mythe. On pourra donc proposer des contributions aux angles d’attaque divers : incidence de la biographie, histoire de la création du personnage, évolution de la figure mythique, poétique de l’oeuvre, influence dans le domaine artistique et cinématographique, fortune théâtrale et expériences de mise en scène, situation dans l’imaginaire enfantion, etc.

Afin d’illustrer ce dossier et donner ainsi un aperçu de la richesse visuelle générée par le personnage et l’univers de Peter Pan, les plasticiens peuvent envoyer leurs contributions. Leurs travaux doivent être libres de droits et d’une résolution minimale de 200 dpi.

Les contributions devront être remises au plus tard le 30 janvier 2011 et être adressées à Franck Thibault (franck-thibault@orange.fr).

http://etc.dal.ca/belphego.html

Contre-cultures

L’université de Nancy lance pour les années 2010-2013 un séminaire interdisciplinaire sur les contre-cultures, son histoire, ses acteurs, ses vecteurs, ses manifestations. Largement gagnée aujourd’hui par un processus d’embourgeoisement, comme le montrent les enquêtes sur les Pratiques culturelles des Français, la bande dessinée a longtemps appartenu à ces contre-cultures. Des publications Offenstadt que dévorait avec délices le jeune Jean-Paul Sartre, provoquant le désespoir de son grand-père agrégé d’allemand, au positionnement ambigu de Métal hurlant, à mi-chemin de la contre-culture et de l’élitisme, en passant par le rejet des petits formats dès l’après-guerre, les pistes sont nombreuses pour appréhender la place singulière qu’occupe la bande dessinée dans les contre-cultures au XXe siècle. Ci-dessous l’appel à communications :

Tout en appartenant au champ des cultures contestataires la contre-culture cherche à s’inscrire dans la vie quotidienne, à promouvoir un « vivre ensemble » alternatif. Elle renvoie au couple norme/transgression et à une dimension éminemment politique. Si ce terme n’apparaît qu’en 1972 dans les dictionnaires français il est toutefois possible d’en retrouver les prémices dès les débuts du 20ème siècle avec le refus cher à Dada. Le terme même de « contre-culture » pose problème car, au sens propre, il ne serait que l’envers d’une culture jugée comme dominante. De plus l’utilisation du singulier reviendrait à revendiquer une unicité qui doit être discutée. Ainsi le concept de contre-culture, banalisé, s’avère paradoxalement flou car employé trop souvent comme synonyme de termes aux contenus différents : culture underground, culture parallèle, culture alternative, subculture, bohème, avant-garde, etc. Il convient donc de s’interroger sur son sens, son histoire, ses acteurs, ses vecteurs et ses manifestations.

Une tentative de définition préalable peut-être proposée : Ensemble flou, non structuré, la mouvance contre-culturelle revendique une part d’utopie et rassemble des individus rejetant tant la culture établie que toute idéologie. Elle refuse les valeurs et les normes de la société dans laquelle elle se meut au nom d’autres valeurs en prônant par l’exemple une manière de vivre et de concevoir sa vie en harmonie avec ses envies et son environnement. Surtout elle revendique son positionnement en marge, symboliquement et/ou physiquement de la société.

Ce séminaire interdisciplinaire est consacré à l’approche esthétique et politique des phénomènes contre-culturels au 20ème siècle. Il s’adresse plus particulièrement aux enseignants-chercheurs et aux doctorants en lettres et sciences humaines et se déroulera sur trois années à l’Université Nancy 2 à raison de huit séances par an. Nous vous invitons donc à nous faire parvenir des propositions de communication en vous appuyant sur ces pistes de réflexions :

Temporalité :
Historiographie des contre-cultures – La contre-culture avant 1945 – Contre-culture et Beat Generation – Contre-culture et société de consommation – les années 1968 – Contre-culture et post-modernisme – Contre-culture et altermondialisme

Espace :
Géographie de la contre-culture (Tanger, Paris, Londres, Goa, Katmandou, Berlin, etc.) – Villes et campagnes – La pratique de la route – Contre-culture et transferts culturels – Contre-culture et spécificités nationales – Contre-culture et régimes autocratiques/démocratiques.

Style :
Littérature et contre-culture – Avant-garde et contre-culture – Arts (cinéma, peinture, bande dessinée, architecture, musique) et contre-culture – Attitude et mode

Thèmes transversaux :
Utopie et contre-culture – Politique et contre-culture – Jeunesse et contre-culture – Sexualités – Genres – Violence – provocation et transgression – Acteurs et vecteurs – Sociabilités – Récupération

Les propositions de communication sous forme de résumé de 300 mots maximum (format MS Word) doivent être adressées par courriel aux membres du comité scientifique avant le 1er janvier 2011 aux adresses suivantes : Matthieu Rémy (CELJM), matt.remy@free.fr ; Michaël Rolland (CERCLE), michaelrolland1@yahoo.fr ; Jeremy Tranmer (IDEA), Jeremy.Tranmer@univ-nancy2.fr