(Néo-)baroque aujourd’hui, le baroque comme dispositif

La revue Image & Narratives lance un appel à communication intitulé : « (Néo-)baroque aujourd’hui : le baroque comme dispositif ». Rédigé par 4 chercheurs, celui-ci nous invite à penser l’importance d’un courant artistique (caractérisé par « une prééminence du spectaculaire, de l’excentricité, de la polysémie, de la multiplicité des points de perspective ainsi que par des processus de transformation ou de dégénérescence ») au sein de toutes sortes de créations et, en ce qui nous concerne, de la bande dessinée. Cette appel à communication semble vouloir questionner les travaux d’Angela Ndalianis (Neo-baroque Aesthetics and Contemporary entertainment) qui voient effectivement dans une certaine bande dessinée l’expression d’une esthétique de la surenchère et de l’accumulation d’effets. Et il s’agira donc de lire ce brillant ouvrage avant le 15 mai prochain.

Image & narratives

Numéro spécial

« (Néo-)Baroque aujourd’hui : le baroque comme dispositif »

Dirigé par J. Post (Maastricht), K. Vanhaesebrouck (VUB & Maastricht), Chr. Biet (Paris X), A. Guiderdoni (UCL) and R. Dekoninck (UCL)

  • Date limite pour les propositions (500 mots) : 15 Mai 2011
  • Date limite pour la remise des articles : 1er Novembre 2011
  • Date limite pour les rapports des lecteurs : 1er Janvier 2012
  • Date limite pour la seconde version corrigée : 1er Février 2012
  • Publication du numéro spécial : 1er Mai 2012
  • Instructions pour la soumission des articles : voir le website.
  • Tous les articles seront soumis à au moins deux lecteurs anonymes
  • Longueur : 5000 mots par article
  • Langue : Anglais ou Français
  • Merci d’inclure les mots-clés, un résumé en Anglais et en Français, ainsi qu’une brève notice biographique.
  • Il est vivement recommandé d’inclure des illustrations mais elles doivent être libres de droit.
  • Style éditorial utilisé : MLA

Dans la culture contemporaine et l’univers du divertissement actuel, un courant « baroque » semble resurgir sous diverses formes et appellations, notamment en tant que « néo-baroque ». Ce numéro spécial s’interrogera sur ces manifestions qui émergent à la fois dans les arts contemporains et dans la culture populaire (parcs d’attractions à thème, installations illusionnistes des media numériques, séries télévisées et effets spéciaux au cinéma, ou encore jeux électroniques). Le concept de « néobaroque » est-il approprié pour repenser notre culture contemporaine ou n’est-ce qu’un autre mot pour postmodernité/postmodernisme, ajoutant un peu plus de confusion dans la définition fluctuante de ces concepts ? Quels sont les enjeux et implications de ces approches transhistoriques dans lesquelles des régimes historiques spécifiques et leurs contextes sont figés dans leur répétition, transmis sans questionnement et appliqués à d’autres périodes et vers d’autres champs d’étude ? Peut-on établir un lien entre les caractéristiques rhétoriques du baroque défini historiquement et, d’une part, sa portée performative et, d’autre part, les phénomènes culturels qualifiés aujourd’hui de « néo-baroques » ?  Dans quelle mesure le baroque – à la fois historique et contemporain – peut-il être décrit en termes de « dispositif » (Giorgio Agamben) enracinant l’expérience culturelle dans son niveau le plus profond et le plus large ?

La question centrale sera donc de déterminer s’il est possible d’utiliser le régime artistique baroque, caractérisé par une prééminence du spectaculaire, de l’excentricité, de la polysémie, de la multiplicité des points de perspective ainsi que par des processus de transformation ou de dégénérescence, en tant que catégorie heuristique, théorique et historiographique pour analyser les phénomènes artistiques actuels dans leur contexte scientifique, intellectuel et surtout technologique propre. Une question connexe concerne l’opposition traditionnelle entre baroque et classicisme : est-elle encore une option viable dans notre culture moderne ? De nombreux phénomènes néo-baroques ne sont-ils pas en fait l’expression d’une sensibilité maniériste et, par conséquent, l’opposition entre baroque et maniérisme n’est-elle pas d’un point de vue heuristique plus pertinente et plus féconde – en particulier quand on observe, par comparaison avec le maniérisme, la façon dont le (néo-)baroque interpelle son public par le biais de dispositifs souvent complexes.

De manière générale, il est demandé aux contributeurs d’explorer (1) la possible interférence (et tension) entre des pratiques artistiques (néo-) baroques et leurs contextes épistémologiques, scientifiques et technologiques propres, (2) les potentialités heuristiques de l’opposition entre les stratégies artistiques baroques et maniéristes et (3) la performativité du dispositif baroque. Chaque article prendra de préférence un cas concret comme point de départ.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *