La surface instable

L’équipe « Littératures » du laboratoire Langage, Littérature et Sociétés de l’Université de Savoie à Chambéry lance un appel à communication intitulé : « La surface instable ». Conçu dans l’optique d’une rencontre les 14 et 15 octobre 2011, cette proposition entend initier une « réflexion sur la surface » afin d’obtenir « sa réhabilitation comme espace signifiant », ambition qui est susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant la bande dessinée. Même si cette dimension est rarement traitée dans les essais portant sur le neuvième art, force est en effet de constater que la surface peut participer d’un véritable dispositif esthétique à l’instar de celui que met en place un Alberto Breccia représentant, dans Les Mythes de Cthulhu (Rackham), un monstre en usant de ratures, lacérations, surcharges et de toutes sortes de procédés altérant la surface de la planche. Proposant d’aborder « la surface dans son instabilité, de nous engager dans un parcours toujours horizontal mais indécis, de considérer les espaces mouvants, trompeurs, les paysages fluctuants comme les déserts, les océans », le présent appel à communication nous entraîne vers d’autres pistes. Il serait ainsi sans doute intéressant de s’intéresser à la « couleur directe », procédé prenant le contre-pied de l’encrage et instituant effectivement une forme d’instabilité comme dans le travail de Denis Deprez : la mer de Frankenstein ou de Moby Dick semble ainsi pouvoir se prêter à toutes sortes de configurations, comme d’ailleurs la figure du monstre de Mary Shelley qui n’est pas sans rappeler la série des Otages de Fautrier. La date limite est fixée au 30 avril et nous reproduisons ci-dessous cet intéressant appel à communication.

La Surface instable
14 et 15 octobre 2011

Dans le cadre de ses recherches entreprises sur la surface, l’équipe Littératures du laboratoire LLS de l’Université de Savoie à Chambéry organise une quatrième rencontre les 14 et 15 octobre 2011.
A l’origine de la réflexion sur la surface était sa réhabilitation comme espace signifiant, réflexion poursuivie autour des jeux qui créent ou déconstruisent le sens à la surface de l’oeuvre littéraire, picturale, cinématographique ou photographique. Lors de la troisième rencontre, notre attention s’est portée sur les accidents, les altérations de la surface, c’est-à-dire la violence exercée sur une surface au point de l’abîmer, de la défigurer, et de la constituer en lieu de crise, cristallisant angoisse ou obsession dans la représentation.
Nous proposons cette fois d’aborder la surface dans son instabilité, de nous engager dans un parcours toujours horizontal mais indécis, de considérer les espaces mouvants, trompeurs, les paysages fluctuants comme les déserts, les océans.
On pourra penser en littérature à des surfaces comme celles présentées par Virginia Woolf, qui mentionne, dans son essai «Modern Fiction», «la pluie d’atomes évanescents» génératrice de sensations instables et incohérentes qui ruissellent sur la surface de l’être.
La surface vient alors déstabiliser les sens, parfois jusqu’au vertige, à la nausée, à la chute. En peinture, David Batchelor dans Chromophobia, une réflexion sur le rejet de la couleur dans la culture occidentale, évoque ainsi l’instabilité dérangeante apportée dans une oeuvre par la couleur, la chute dans la couleur. Nous nous intéresserons à ces surfaces où l’ancrage, voire l’encrage, est impossible (sand-painting des Navajos, art éphémère, films caméra à l’épaule tel Breaking the Waves de Lars Von Trier).
L’instabilité est également celle du sens, un sens fluctuant ou indécidable à la lecture d’ouvrages hybrides comme les livres texte et images ou d’oeuvres à plusieurs entrées, où la surface est sujette à de multiples défigurations et reconfigurations. Certains effets de palimpseste peuvent aussi contribuer à cette indécidabilité du sens, en ce qu’ils troublent la surface d’un texte remué par la rémanence du passé.
La surface est donc source de questionnement. Instable, elle génère l’instabilité chez son récepteur. Quelle stratégie sera celle du lecteur ou spectateur, s’abandonner au vertige ou se lancer dans un arpentage à la recherche de sens et de stabilité ?

Les propositions sont à communiquer avant le 30 avril 2011 à : Catherine.Brun@univ-savoie.fr

Responsable : M. Maigron et A.-L. Perotto

Url de référence :
http://www.lls.univ-savoie.fr//index.php?dossier_nav=1164

Adresse : Université de Savoie-Laboratoire LLS-Maryline Maigron-BP 1104-73011 CHAMBERY CEDEX


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *