Appel pour une association de recherche sur les fictions de grande consommation

Le Centre de Recherche sur les Littérature Populaires et les Cultures Médiatiques de l’université de Limoges, dirigé par Jacques Migozzi, lance un appel à tous ceux dont les « recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports » afin de créer une association internationale qui conférera une forme plus aboutie à l’actuelle Coordination Internationale en Littératures Populaires et Cultures Médiatiques dont le site-portail est accessible ici. Semblable initiative est effectivement susceptible d’intéresser un grand nombre de chercheurs travaillant sur la bande dessinée, que ce soit en offrant plus de visibilité à des travaux peinant encore à se faire une place dans le paysage universitaire, ou en offrant la possibilité de confronter des recherches (rencontrant par exemple des phénomènes de sérialité ou transmédialité) avec d’autre corpus et d’autres disciplines. Les Carnets de la bande dessinée s’en font donc l’écho et nous reproduisons ici le projet fondateur de cette association dont l’acte inaugural est fixé au 26 mai prochain.

Littératures Populaires et Culture médiatique : appel pour une association internationale des chercheurs

Vos recherches et publications portent au moins pour partie sur des corpus fictionnels consommés largement par le grand public sur différents supports ?

Ces récits  et leurs usages, nous en sommes certains, sont au cœur de l’imaginaire partagé moderne et contemporain et méritent qu’on les étudie avec rigueur et sans préventions de principe, dans une optique résolument pluridisciplinaire et intermédiale. D’où notre appel, sans exclusives à des convergences inédites, et notre proposition : celle de fonder dès le printemps une Association internationale de chercheurs, à partir de synergies existantes et de projets en cours.

Contexte institutionnel : les animateurs de la Coordination internationale des chercheurs en Littératures Populaires et  Culture Médiatique, fondée en 1997, n’avaient pas pris jusqu’à présent le parti d’une structuration formalisée sur le plan juridique (a minima par exemple grâce au statut français des associations régies par la loi de 1901).
Cette Coordination, souple et conviviale, en son nom propre ou en soutenant les initiatives de certains de ses piliers institutionnels, a contribué par exemple entre autres aux succès des rencontres de travail de Louvain (1999) sur la culture médiatique, de Limoges (2003) sur le genre en régime médiatique, ainsi qu’aux multiples colloques internationaux organisés par l’équipe LPCM de Limoges (1998, 2002, 2006/2007) ; elle a suscité la création de la revue électronique à comité de lecture Belphégor qui a mis en ligne  19 numéros depuis 2001.
Lors de la dernière assemblée du réseau, en avril 2010, à l’occasion du colloque international de Leeds « Finding the plot. On the importance of storytelling in popular fictions » (coorganisé par l’équipe LPCM de Limoges et le Popular Cultures Research Network de l’Université de Leeds), l’ensemble des présents a jugé nécessaire de donner plus de visibilité institutionnelle à nos activités et surtout d’impulser de nouvelles dynamiques de coopération, en suscitant échanges et rencontres sur une base internationale plurilingue élargie.
Démarche : L’équipe de Limoges a été mandatée pour mettre en place un portail web qui a vocation à se faire le relais de vos initiatives, publications, projets… et pourrait également accueillir des débats. Vous pouvez dès à présent à vous emparer de cet outil collaboratif de liaison, quel que soient vos choix sur nos propositions et perspectives, en utilisant le formulaire de suggestion. Mais nous vous proposons plus!

Nos propositions en 4 points : une association formalisée; un musée en ligne; une base de données; un consortium de recherche.

1) Fédérer  sur une base internationale les chercheurs en Littératures populaires et Culture médiatique en créant une Association, dont le nom exact n’est pas arrêté et pourra bien sûr faire l’objet de débats entre tous les membres fondateurs. Nous désignons ce projet, de manière conservatoire, par le tandem terminologique choisi voici une quinzaine d’années. Ce tandem soulignait d’une part la nécessité de conjoindre scientifiquement l’étude des récits imprimés de grande consommation  liés à « la civilisation du journal » et à « l’âge du papier » à celle de leurs avatars audiovisuels multimédiatiques plus contemporains, impliquant écrans grands et petits. Il entendait d’autre part appeler à une vision plus englobante et pluridisciplinaire de la circulation des représentations et des usages culturels en régime mass médiatique, à laquelle pourraient contribuer, en croisant leurs regards et leurs méthodologies, des historiens de la littérature, du livre, de l’édition, de la culture des médias mais aussi des sociopoéticiens du texte ou de l’image, des sociologues de la culture, des spécialistes de l’information-communication ou d’études culturelles  scrutant les récits multimédiatiques et leurs pratiques de « réception »…

La création de cette Association est prévue à Limoges les 26 et 27 mai 2011, à l’occasion d’une des séances du séminaire international « Les Littératures populaires en France aujourd’hui » consacrée le 26 mai à la littérature fantastique (conférence de Denis Mellier). Nous espérons vivement que cette initiative suscitera votre intérêt et que vous nous accompagnerez dans cette entreprise  en participant à l’Assemblée générale constituante ou, à défaut, en  marquant même à distance votre volonté de vous inscrire d’emblée dans le cercle des fondateurs.

2) Doter l’Association à sa naissance d’un outil de valorisation des recherches multiples menées en son sein. L’équipe LPCM de Limoges propose de tirer parti de l’existence du musée virtuel « Popular roots of european culture ».

Ce musée virtuel a été conçu dans le cadre du programme « EPOP : Popular Roots of European Culture through Films, Comics and Serialized Literature », lauréat d’un appel à projets de la commission européenne dans le cadre du Culture Programme  2007-2013. Il pourrait constituer en quelque sorte la collection permanente d’un espace muséographique en ligne, qui aurait vocation à accueillir  en sus régulièrement des expositions temporaires thématiques, proposées  par les membres de l’Association en fonction de leurs recherches en cours ou abouties qu’ils voudraient exposer «  en vitrine » à destination d’un large public. Très bientôt, l’équipe de Limoges fêtera ainsi à sa manière le centenaire de Fantômas en proposant dans une nouvelle interface encore plus ergonomique et séduisante pour le visiteur une exposition sur le Maître de l’effroi à la Belle Époque. Nous proposons de mettre en place un Conseil scientifique pluripartite pour piloter ce musée, à qui il incomberait entre autres d’évaluer les projets soumis, d’adouber les commissaires d’exposition et d’arrêter la programmation.

3) Mettre en place une base de données de grande ampleur : Pour permettre de manière inédite des recherches de grande ampleur et de tous ordres sur la circulation transnationale des récits multimédiatiques (impliquant transferts culturels, logiques médiatiques, adaptations, traductions et appropriations, jeux d’acteurs du pôle de la production comme des publics en leurs pratiques culturelles éclectiques… ), nous avançons enfin le projet de collaborer à la mise en place d’un «silo de données » en open source sur les fictions populaires. Le contenu de cet entrepôt de données, interrogeable par requêtes multicritérisées, serait exploitable scientifiquement en toute autonomie par les différents contributeurs de cette entreprise collective de longue haleine, et les résultats pourraient être retranscrits si nécessaire automatiquement sous des formes graphiques ou spatialisées.

Lors de la rencontre de Limoges des 26 et 27 mai 2011, nous tenterons à l’appui de cette proposition de présenter quelques  courts exposés de travail visant à suggérer l’intérêt de recourir à de tels outils, qui devraient permettre de discerner et de penser, dans une optique de « distant reading » (Franco Moretti), nos traditionnels objets d’étude selon des perspectives renouvelées. Dans le cadre du projet EPOP précédemment évoqué, la construction d’une base de données a en effet été engagée grâce aux ressources locales en ingénierie informatique. Nous visons actuellement à en optimiser le fonctionnement pour la rendre pleinement opérationnelle et nous nous confrontons à toutes les exigences  liées au moissonnage automatique des données à partir du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France, qui a marqué sur le principe son intérêt pour une telle exploitation : par ces tests et ces  tâtonnements expérimentaux, que nous pourrons si nécessaire exposer en mai, nous pensons préparer le terrain au projet ultérieur plus ambitieux de « silo » (offrant des garanties supérieures en termes d’interopérabilité et de pérennité des données stockées), en mesurant certains des enjeux théoriques et méthodologiques de ce type de démarche.

4) Constituer un consortium de recherche : L’équipe LPCM de Limoges souhaite poursuivre le  travail au long cours initié par le projet EPOP sur la circulation en Europe des fictions de grande consommation et pour ce faire, en vue de répondre à  court ou moyen terme à des appels à projets nationaux (ANR française) ou internationaux (PCRD européen), ambitionne de s’allier à des partenaires en constituant  un consortium de recherche.

Si certaines des  4 propositions présentées ci dessus, comme le portail LPCM, retiennent votre attention, nous aurions  plaisir à le savoir dans les semaines à venir, car nous espérons que la création de l’Association à la fin mai provoquera des synergies nouvelles.

Nous vous invitons d’ailleurs  en ce sens à faire largement circuler cet appel au sein de vos réseaux de travail.

Pour tous contacts avec l’équipe LPCM de Limoges, organisatrice de la rencontre de mai 2011:

jacques.migozzi@unilim.fr
irene.langlet@unilim.fr
loic.artiaga@unilim.fr
f.pagello@gmail.com


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.