La figure du rebelle : écriture de soi et autolégitimation

L’Observatoire scientifique de la mémoire écrite, orale, filmique, et du patrimoine autobiographique lance, pour sa dixième rencontre qui aura lieu du 4 au 7 août prochain, un appel à communication intitulé : « La figure du rebelle : écriture de soi et formes d’autolégitimation » Ouverte à « l’iconographique et au filmique », cette proposition nous invite à considérer l’entreprise autobiographique comme un discours portant à la fois sur l’intime et le social : « Les autobiographies de rebelles signent d’une part la volonté des auteurs de légitimer leur propre œuvre en opposition aux normes sociales constituées, et tracent d’autre part, plus ou moins intentionnellement, le portrait d’une société qui les refuse, et qu’ils ont refusée. » Se représenter signifierait alors représenter le monde et « l’écriture de soi » serait alors porteuse d’un propos on ne peut plus fort dont on retrouve trace dans de nombreuses œuvres de bande dessinée. Il serait ainsi intéressant d’évoquer le Journal de Fabrice Néaud (Ego comme x), qui n’hésite pas à faire le portrait au vitriol de sa ville ou de ses proches, ou encore Ma vie mal dessinée de Gipi (Futuropolis), dans laquelle l’auteur évoque une errance stupéfiante lui permettant de prendre ses distances avec un environnement placé sous le signe de la vulgarité. Nous invitons nos lecteurs à compléter cette liste de références avant le 28 février prochain.

L’Observatoire scientifique de la mémoire écrite, orale, filmique, et du patrimoine autobiographique) organise cette année la dixième rencontre du 4 au 7 aout à Bovino (Foggia-Italia) sur le thème suivant :

La figure du rebelle : écriture de soi et formes d’autolégitimation

Les autobiographies de rebelles signent d’une part la volonté des auteurs de légitimer leur propre œuvre en opposition aux normes sociales constituées, et tracent d’autre part, plus ou moins intentionnellement, le portrait d’une société qui les refuse, et qu’ils ont refusée. Contenu et style, c’est-à dire le choix d’épisodes de leur vie et leurs formes d’écriture, sont à la base de la construction de l’image qu’on veut transmettre.

Un rebelle, un révolutionnaire, un brigand, qui se place en dehors de schémas conventionnels, communique, en écrivant son autobiographie, sa manière de penser, explique son œuvre et défend sa singularité.

Le brigand Crocco – né à Rionero in Vulture (Potenza) en 1830, et mort en prison à Portoferraio (Livorno) en 1905 – écrivait : « À 15 ans je me sentais adulte ; je n’avais peur de personne, et je ressentais le besoin de prévaloir sur les autres, de me distinguer de l’ordinaire jusqu’au au péril de ma vie » [de l’Autobiographie : Comment je devins brigand].

Carmine Crocco se positionne dans l’incipit, en signalant la date et l’endroit où il commence à écrire son autobiographie. Regard rétrospectif et captivité sont dans l’énonciation les deux circonstances du cadre de départ.

Il dit aussi au début : « La population [de Rionero in Vulture] est de 12.000 habitants parmi lesquels on trouve le véritable type du Lucanien dont fait mention Télémaque ». On comprend déjà comment Crocco, brigand, auteur de nombreux homicides, veut dès le départ anoblir ses origines ethniques (il mentionne Télémaque), et tout au long de son autobiographie soutient la description de sa vie à travers différentes formes d’autolégitimation jusqu’à l’explicite : « je n’ai jamais pu comprendre comment est fait le consortium social ; je sais que personne ne peut voir le malhonnête, tout le monde le fuit, la loi ne le comprend pas… et après on appelle scélérat celui qui le tue… et on ne veut pas comprendre comment tous les hommes ne sont pas dignes de vivre ».

Carmine Crocco, pendant les années de son incarcération qui a duré jusqu’à sa mort, a été l’objet des études d’une psychiatrie positiviste à la recherche des canons d’anormalités.

C’est un exemple, choisi parmi d’autres, d’une autobiographie de brigand qui entend expliquer le développement d’une existence en dehors de la loi, dans un récit qui se soucie de légitimer et d’expliquer son exceptionnalité.

Les livres d’Eric Hobsbawm sont importants pour comprendre les figures de marginaux, au sens large, qui revendiquent le droit de se raconter. Dans ces récits-entretiens d’Hobsbawm, s’avèrent évidents les traits d’une marginalité choisie, voulue.

Dans Autobiografie della leggera, de Danilo Montandi (1961), les prolétaires et sous-prolétaires se présentent comme des opposants – à travers même leurs travaux illégaux – contre l’avancée d’un monde industriel en train de détruire la civilisation paysanne de la Bassa Padana.

Souvent ce genre d’autobiographie présente des excusatio non petita en montrant par transparence la société, ses modus vivendi et ses apparats, auxquels on s’oppose.

Le sémiologue Lotman a écrit :

Le droit à la biographie naît de l’antithèse typologique entre un comportement habituel, imposé par une norme valide pour tous et un comportement inhabituel qui brise cette règle grâce à une autre librement choisie (« Il diritto alla biografia », in La semiosfera, Venezia, 1985).

Pour avoir droit à une biographie et à une autobiographie dit Lotman, se référant à la période du Romantisme, « Il n’était pas suffisant d’être célèbre – selon les mots de Pouchkine –

…un Melmoth

Patriote ? Citoyen du monde

Childe Harold, bigot Quaker ?

Ou sous un autre portrait ?

Ou ‘avoir dans l’âme au moins trois scélératesses’ » ( Ivi, p. 192).

Avoir droit à une biographie ou à une autobiographie « implique avant tout la reconnaissance publique de la parole comme acte » (Ivi, p. 194).

Le choix de la langue aussi peut être interprété comme un instrument pour rendre véridique le récit de soi. Écrire par exemple dans la langue ecclésiastique signifiait déjà – rappelle Lotman – participer de la sainteté. On pourrait faire une longue liste de l’usage d’un langage initiatique pour avoir le droit de parole.

Les arts figuratifs aussi contribuent à construire le portrait de ceux qui, à différents titres, sont en dehors de la loi.

Les aspects que le colloque veut mettre en évidence concernent surtout :

-les formes narratives pour se présenter comme un rebelle ;

-le regard extérieur sur soi ;

-la description explicite et implicite du contexte auquel on s’oppose.

Le colloque porte sur les 18ème et 19ème siècles, et sur l’actualité, et s’intéresse surtout aux stratégies d’argumentation qui construisent l’image du rebelle, en se référant en particulier à la littérature et aux témoignages venant d’en bas.

Quelques renvois bibliographiques :

Eric, Hobsbawm, Franc-tireur, Autobiographie, Paris, Ramsey, 2005 (éd. originale : Interesting Times, 2002) ; et Rébellions – La résistance des gens ordinaires : jazz, paysans et prolétaires, trad. Stéphane Ginsburgh et Hélène Hiessler, Éditions Aden, Bruxelles, 2010 (éd. originale : Uncommon People : Resistance, Rebellion and Jazz, 1998)

-Juri Lotman, La semiosfera (chap. “Le droit à la biographie”), Marsilio, Venezia, 1985.

-Danilo Montaldi, Autobiografie della leggera, Torino, Einaudi, 1961.

Une autobiographie, parmi d’autres, d’un brigand:

Carmine Crocco, Come divenni brigante, a cura di Mario Proto,

http://www.eleaml.org/sud/crocco/autob_cdc_proto.html

Le colloque ayant un caractère interdisciplinaire, seront dès lors pris en compte des éléments touchant tant à la culture du bas qu’à la culture savante, tant à l’iconographique qu’au filmique.

Les interventions pourront (après lecture des referees) être publiées dans la revue annuelle, thématique : Mnemosyne o la costruzione del senso, Presses Universitaires de Louvain.

Les langues acceptées pour les interventions sont   l’italien, le français, l’anglais et l’espagnol.

Les propositions de max. 250 mots, et un bref c.v. doivent être envoyées à : mailto:beatrice_barbalato@yahoo.it

beatrice_barbalato@yahoo.it ; beatrice.barbalato@gmail.com , pour le 28 février 2010.

Une reponse  sur l’acceptation sera donnée pour le 31 mars 2011

Inscription au colloque 80,00 euros.

Comitaté scientifique:

Beatrice Barbalato, Directeur de la revue Mnemosyne, o la costruzione del senso, PUL,

Presses Universitaires de Louvain

Fabio Caffarena, Università di Genova-ALSP

Antonio Castillo-Gòmez, Universidad d’Alcalà de Henares

Albert Mingelgrün, Université Libre de Bruxelles

Edgar Radtke, Universität Heidelberg

Organisation:

Irene Meliciani, secrétaire de l’organisation de Mediapolis.Europa

Michele Lenoci, Comune di Bovino

Giulia Pelillo, Universität Heidelberg

SIPARIO, Società cooperativa Bovino

http://mediapoliseuropa.freehostia.com/

Responsable : Beatrice Barbalato

Url de référence :
http://mediapoliseuropa.freehostia.com/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts


Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.