Contre-cultures

L’université de Nancy lance pour les années 2010-2013 un séminaire interdisciplinaire sur les contre-cultures, son histoire, ses acteurs, ses vecteurs, ses manifestations. Largement gagnée aujourd’hui par un processus d’embourgeoisement, comme le montrent les enquêtes sur les Pratiques culturelles des Français, la bande dessinée a longtemps appartenu à ces contre-cultures. Des publications Offenstadt que dévorait avec délices le jeune Jean-Paul Sartre, provoquant le désespoir de son grand-père agrégé d’allemand, au positionnement ambigu de Métal hurlant, à mi-chemin de la contre-culture et de l’élitisme, en passant par le rejet des petits formats dès l’après-guerre, les pistes sont nombreuses pour appréhender la place singulière qu’occupe la bande dessinée dans les contre-cultures au XXe siècle. Ci-dessous l’appel à communications :

Tout en appartenant au champ des cultures contestataires la contre-culture cherche à s’inscrire dans la vie quotidienne, à promouvoir un « vivre ensemble » alternatif. Elle renvoie au couple norme/transgression et à une dimension éminemment politique. Si ce terme n’apparaît qu’en 1972 dans les dictionnaires français il est toutefois possible d’en retrouver les prémices dès les débuts du 20ème siècle avec le refus cher à Dada. Le terme même de « contre-culture » pose problème car, au sens propre, il ne serait que l’envers d’une culture jugée comme dominante. De plus l’utilisation du singulier reviendrait à revendiquer une unicité qui doit être discutée. Ainsi le concept de contre-culture, banalisé, s’avère paradoxalement flou car employé trop souvent comme synonyme de termes aux contenus différents : culture underground, culture parallèle, culture alternative, subculture, bohème, avant-garde, etc. Il convient donc de s’interroger sur son sens, son histoire, ses acteurs, ses vecteurs et ses manifestations.

Une tentative de définition préalable peut-être proposée : Ensemble flou, non structuré, la mouvance contre-culturelle revendique une part d’utopie et rassemble des individus rejetant tant la culture établie que toute idéologie. Elle refuse les valeurs et les normes de la société dans laquelle elle se meut au nom d’autres valeurs en prônant par l’exemple une manière de vivre et de concevoir sa vie en harmonie avec ses envies et son environnement. Surtout elle revendique son positionnement en marge, symboliquement et/ou physiquement de la société.

Ce séminaire interdisciplinaire est consacré à l’approche esthétique et politique des phénomènes contre-culturels au 20ème siècle. Il s’adresse plus particulièrement aux enseignants-chercheurs et aux doctorants en lettres et sciences humaines et se déroulera sur trois années à l’Université Nancy 2 à raison de huit séances par an. Nous vous invitons donc à nous faire parvenir des propositions de communication en vous appuyant sur ces pistes de réflexions :

Temporalité :
Historiographie des contre-cultures – La contre-culture avant 1945 – Contre-culture et Beat Generation – Contre-culture et société de consommation – les années 1968 – Contre-culture et post-modernisme – Contre-culture et altermondialisme

Espace :
Géographie de la contre-culture (Tanger, Paris, Londres, Goa, Katmandou, Berlin, etc.) – Villes et campagnes – La pratique de la route – Contre-culture et transferts culturels – Contre-culture et spécificités nationales – Contre-culture et régimes autocratiques/démocratiques.

Style :
Littérature et contre-culture – Avant-garde et contre-culture – Arts (cinéma, peinture, bande dessinée, architecture, musique) et contre-culture – Attitude et mode

Thèmes transversaux :
Utopie et contre-culture – Politique et contre-culture – Jeunesse et contre-culture – Sexualités – Genres – Violence – provocation et transgression – Acteurs et vecteurs – Sociabilités – Récupération

Les propositions de communication sous forme de résumé de 300 mots maximum (format MS Word) doivent être adressées par courriel aux membres du comité scientifique avant le 1er janvier 2011 aux adresses suivantes : Matthieu Rémy (CELJM), matt.remy@free.fr ; Michaël Rolland (CERCLE), michaelrolland1@yahoo.fr ; Jeremy Tranmer (IDEA), Jeremy.Tranmer@univ-nancy2.fr


Une réflexion sur « Contre-cultures »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *