La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

La Revue des Sciences de l’éducation lance un appel à communication intitulé : « La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage ». Cette proposition nous invite à réfléchir sur les possibles vertus pédagogiques d’une certaine littérature : « à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages? » Ce faisant, elle intéresse la bande dessinée et s’inscrit dans des préoccupations que nous avons déjà relayées dans de précédents billets, mais il nous faut faire remarquer que l’un des axes indiqués dans l’appel à communication nous semble rencontrer quelques échos dans l’actuelle production de bande dessinée. Souhaiter interroger « l’état des connaissances […] au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture » pourrait en effet nous inviter à considérer le cas d’adaptations d’œuvres « classiques » comme dans le cas de la collection Ex Libris des éditions Delcourt qui est évoquée par nos soins sur un autre site. Ces livres, assortis de livrets pédagogiques invitant l’élève à s’interroger sur l’œuvre originale passée au prisme du langage de la bande dessinée, posent en effet directement un problème qu’il s’agira de formuler, si vous retenez cette piste, avant le 31 mai prochain.

La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage

Date limite : 31 mai 2011


L’équipe de la rédaction de la Revue des sciences de l’éducation lance un appel de proposition d’articles pour un numéro thématique intitulé : La littérature de jeunesse : l’oeuvre, le lecteur, les passeurs et le passage (corédactrices invitées : Monique Noël-Gaudreault et Claire Le Brun).

Madame Monique Noël-Gaudreault, professeure à l’Université de Montréal, et madame Claire Le Brun, professeure à l’Université Concordia, agiront à titre de corédactrices invitées d’un numéro thématique. Dans ce contexte, la Revue des sciences de l’éducation lance une invitation aux auteurs qui désireraient proposer un article en lien avec ce thème. Les articles soumis à la Revue pourront traiter aussi bien des résultats de recherche de nature empirique que de nature théorique. Sous la responsabilité du Rédacteur en chef, leur évaluation sera assujettie au même processus rédactionnel que tout autre article. Toutes les règles et procédures, disponibles sur le site de la Revue et destinées aux auteurs, devront être respectées. Les propositions d’articles seront transmises par courriel au secrétariat de la Revue avant le 31 mai 2011.

Descriptif du numéro thématique

Depuis une quinzaine d’années, la littérature de jeunesse intéresse de plus en plus de chercheurs universitaires. Le rôle de cette littérature à part entière est jugé essentiel, non seulement d’un point de vue affectif, mais aussi cognitif, dans la mesure où, face aux manuels, la littérature de jeunesse peut avoir une influence positive sur la réussite scolaire de l’enfant. Bien que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport ait confirmé, dans son plus récent programme de formation, la mission des enseignants comme passeurs culturels, ces derniers se sentent un peu démunis. Ils se questionnent à propos du choix de l’oeuvre en fonction du jeune lecteur, de leur rôle de passeurs et des modalités du passage.

En effet, bien que le corpus des oeuvres soit relativement jeune, il comprend déjà des classiques incontournables; mais comment s’y retrouver dans une production éditoriale pléthorique? Reflet de la société postmoderne, à quelles conditions la littérature de jeunesse peut-elle transmettre des savoirs, aider à la construction de l’identité de l’enfant, lui proposer des schèmes de valeurs, des modèles et des anti-modèles de comportement, et contribuer également à la formation de son sens esthétique ainsi qu’à ses apprentissages?

Les responsables de ce numéro de la Revue souhaitent diffuser des études portant sur un ou plusieurs des thèmes suivants :

1. l’état des connaissances : 1) au sujet du jeune lecteur, généralement consommateur sériel, qu’on doit amener à fréquenter des textes résistants, c’est-à-dire qui présentent des défis de lecture; 2) au sujet des rôles respectifs des éditeurs, des auteurs, des illustrateurs, des parents, des bibliothécaires, des didacticiens et des enseignants comme passeurs de culture, et de quelle(s) culture(s); 3) au sujet des oeuvres qui reflètent les grands défis contemporains;

2. les stratégies didactiques efficaces pour transmettre le goût de lire, et donner à l’élève les moyens de rendre compte de sa compréhension, de son interprétation, de ses réactions et de son appréciation des oeuvres lues : cercle de lecture, journal dialogué, marathon de lecture, animation en lecture, lecture à voix haute, dictée à l’adulte, etc.;

3. la nature et l’impact des interventions menées en classe à partir de la littérature de jeunesse.

Gilles Raîche, rédacteur en chef

Adresse : C.P. 6128, succursale Centre-ville Montréal (Québec) H3C 3J7Canada


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

2 réflexions au sujet de « La littérature de jeunesse : l’œuvre, le lecteur, les passeurs et le passage »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *