Les récits transfictionnels

L’équipe « Littérature et arts » du Centre Interdisciplinaire Récits, Cultures, Psychanalyse, Langues et Sociétés (CIRCPLES) de l’université de Nice Sophia-Antipolis lance un appel à contribution à un séminaire intitulé : « Les récits transfictionnels ». Entendant s’intéresser à « une nébuleuse d’ouvrages fictionnels qui transgressent délibérément les formes narratives couramment utilisées depuis l’avènement du roman “classique” au 18ème-19ème siècle », cet axe de travail intéresse au premier chef la bande dessinée et s’inscrit dans la lignée de plusieurs de nos billets. Force est de constater que les outils manquent pour traiter d’un objet scientifique pourtant fort prometteur et nous ne pouvons sur ce point que recommander la lecture des ouvrages La transécriture. Pour une théorie de l’adaptation (dirigé par Thierry Groensteen, édité par le Centre National de la Bande Dessinée et de l’Image) et Convergence culture (Henry Jenkins, New York University Press). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 31 décembre 2010.

SÉMINAIRE « LES RÉCITS TRANSFICTIONNELS »
(Responsable : Ilias Yocaris)
APPEL À CONTRIBUTIONS

Forgé par Francis Berthelot (2005), le concept de « transfiction » ouvre des perspectives théoriques nouvelles, dans la mesure où il permet de mener une réflexion approfondie sur toute une nébuleuse d’ouvrages fictionnels qui transgressent délibérément les formes narratives couramment utilisées depuis l’avènement du roman « classique » au 18ème-19ème siècle et/ou les postulats ontologiques dont ces formes sont l’expression quintessenciée. Comment appréhender une telle démarche scripturale ? Les transgressions qui se font jour dans les récits transfictionnels portent à la fois sur « l’ordre du monde » (création d’univers fictionnels possédant des lois de fonctionnement sui generis) et « l’ordre du récit » (mise en place de dispositifs narratifs impossibles à unifier sur le plan générique, narratologique, énonciatif et/ou syntaxique). Seront ainsi considérés comme des « transfictions » les textes qui donnent à voir des univers narratifs intrinsèquement contradictoires (Continuidad de los parques de Julio Cortázar, Projet pour une révolution à New York et Topologie d’une cité fantôme d’Alain Robbe-Grillet), qui présentent des variantes de notre univers « actuel » de référence (98.6 de Ronald Sukenick, Infernal devices de Kurt W. Jeter, The Plot against America ica de Philip Roth), qui décrivent des « objets » non susceptibles d’être pensés comme des substances unitaires (V. et Against the day de Thomas Pynchon, La Bataille de Pharsale de Claude Simon), qui fonctionnent comme des combinatoires (Rayuela et 62/Modelo para armar de Julio Cortázar), qui reposent sur une série de métalepses narratives (Slaughterhouse-Five de Kurt Vonnegut, Se una notte d’inverno un viaggiatore d’Italo Calvino, Foe de John Maxwell Coetzee), qui tendent à estomper les limites entre discours théorique et discours fictionnel (The French lieutenant’s woman de John Fowles, Amalgamemnon de Christine Brooke-Rose) et/ou qui transgressent ostensiblement certaines normes grammaticales et syntaxiques (Degrés de Michel Butor, La Route des Flandresde Claude Simon, The Ticket that exploded de William S. Burroughs).
Nous aimerions apporter sur les invariants processuels et structuraux qui se dégagent ainsi un éclairage nouveau, en adoptant un angle d’approche théorique résolument pluridisciplinaire. À titre purement indicatif, les récits transfictionnels peuvent être décrits d’un point de vue

• générique (intrication de structures discursives et de champs disciplinaires hétérogènes, brouillage des distinctions génériques traditionnelles et création de nouveaux genres comme l’uchronie, le shuffle novel, la « métafiction historiographique » etc.)
• stylistique [dialectique de la norme et de l’écart, émergence de stylèmes spécifiques à l’écriture transfictionnelle, effets de « débordement » structural (frame transgression), hybridation des structures énonciatives et syntaxiques]
• narratologique (imbrication de points de vue mutuellement incompatibles, transgression des catégories narratologiques liées au temps, au mode et à la voix, mise en oeuvre d’une approche narratologique « contextualiste »)
• (trans)sémiotique (brouillage des limites entre littérature et « arts visuels », étude des stylèmes qui caractérisent les transfictions filmiques)
• philosophique et épistémologique (création de « mondes possibles » transgressant les catégories kantiennes de la connaissance, émergence concomitante d’un paradigme cognitif nouveau)
• historique (évolution diachronique du genre transfictionnel, retour sur ses origines, étude des transfictions antérieures au 20ème siècle)
• etc.

Les projets de communication doivent être soumis à Ilias Yocaris (y.ilias@wanadoo.fr) au plus tard le 31 décembre 2010. Ils seront évalués en fonction de trois critères : (a) l’apport de l’étude sur le plan théorique ; (b) la maîtrise du (méta)discours critique portant sur les récits transfictionnels ; (c) la qualité des analyses textuelles proposées. Les frais de déplacement et de séjour des intervenants seront intégralement pris en charge par les organisateurs du séminaire. Ce dernier aura lieu mercredi après-midi (18h-20h) : il s’étalera sur deux ans (février-avril 2011, février-avril 2012) et sera clôturé par un colloque consacré au même sujet. Les exposés retenus pourront être présentés en français ou en anglais, et seront publiés dans la revue Cahiers de narratologie.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Jean-Michel Adam (1997) : Le Style dans la langue. Une reconception de la stylistique, Lausanne, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».
Sture Allén éd. (1989) : Possible worlds in humanities, arts and sciences. Proceedings of Nobel Symposium 65, Berlin/New York, de Gruyter, coll. « Research in text theory ».
Francis Berthelot (2005) : Bibliothèque de l’Entre-Mondes. Guide de lecture, les transfictions, Paris, Gallimard, coll. « Folio / SF ».
Seymour Chatman (1990) : « What can we learn from contextualist narratology ?  », Poetics today, 11, 2, pp. 309-328.
Lubomír Doležel (1998) : Heterocosmica. Fiction and possible worlds, Londres, Johns Hopkins University Press.
Gérard Genette (1972) : Figures III, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
– (2004) : Métalepse. De la figure à la fiction, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
Linda Hutcheon (1988) : A Poetics of postmodernism, New York/Londres, Routledge.
Thomas S. Kuhn (1962) : The Structure of scientific revolutions, Chicago, The University of Chicago Press.
Iouri Lotman (1973) : La Structure du texte artistique, trad. du russe par Anne Fournier, Bernard Kreise, Ève Malleret et Joëlle Yong, Paris, Gallimard, coll. « NRF/Bibliothèque des sciences humaines ».
Brian McHale (1987) : Postmodernist fiction, New York/Londres, Methuen.
Georges Molinié (1989) : La Stylistique, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».
Thomas Pavel (1988) : Univers de la fiction, Paris, Seuil, coll. « Poétique ».
– (2003) : La Pensée du roman, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais ».
John Pier et Jean-Marie Schaeffer éds (2005) : Métalepses : entorses au pacte de la représentation, Paris, éditions de l’EHESS, coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales ».
Alain Rabatel (1998) : La Construction textuelle du point de vue. Lausanne/Paris, Delachaux et Niestlé, coll. « Sciences des discours ».
– (2008) : Homo narrans. Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit, Limoges, Lambert-Lucas.
Jean Ricardou (1978) : « Le dispositif osiriaque », in Nouveaux problèmes du roman, Paris, Seuil, coll. « Poétique », pp. 179-243.
– 1990 [11973]) : Le Nouveau Roman, Paris, Seuil, coll. « Points ».
Michael Riffaterre (1971) : Essais de stylistique structurale, trad. de l’américain par Daniel Delas, Paris, Flammarion, coll. « Nouvelle Bibiliothèque Scientifique ».
Alain Robbe-Grillet (1961) : Pour un Nouveau Roman, Paris, Minuit, coll. « Critique ».
Ruth Ronen (1994) : Possible Worlds in Literary Theory, Cambridge, Cambridge University Press.
Richard Saint-Gelais (2000) : « La fiction à travers l’intertexte : pour une théorie de la transfictionnalité », http://www.fabula.org/forum/colloque99/224.php.
Ilias Yocaris (2006a) : « La discohérence dans Triptyque et Leçon de choses », in Cohérence et discours, Frédéric Calas éd., Paris, PUPS, pp. 399-408.
− (2006b) : « Une poétique de l’indétermination : style et syntaxe dans La Route des Flandres », Poétique, 146, pp. 217-235.

Responsable : Ilias Yocaris

Adresse : Laboratoire CIRCPLES / EA 3159 Université de Nice Sophia-Antipolis UFR LASH98 boulevard Edouard Herriot BP 320906204 Nice cedex 3


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.