Housing fictions. The house in writing and culture, 1950 to present.

La revue European Journal of English studies, qui entend mettre en valeur une approche européenne de la littérature anglophone, publie de nouveau, et pour la dernière fois, son appel à communication intitulé : « The house in writing and culture, 1950 to the present ». Par « maison », il faut ici entendre « both lived experiences and the image of an episteme, inhabited dwellings produced through and producing subjective experiences of time and space ». Cette proposition nous invite donc à nous interroger sur une maison étant à la fois le  lieu d’une communauté et d’un individu, et ce tant du point de sa représentation que des valeurs qu’elle semble posséder au sein de nos cultures. L’évocation de bandes dessinées autobiographiques, ou plus largement « intimes », semble pouvoir ici être fructueuse et nous pourrions citer deux ouvrages dans lesquels la maison joue un rôle prépondérant.

–       Summer of love de Debbie Drechsler (L’Association) évoque ainsi l’adolescence d’une héroïne, Lily, se construisant en utilisant toutes les ressources du nouvel espace dans lequel elle vient d’aménager : la maison familiale est ainsi le lieu d’une communauté (s’exprimant par des rivalités, servitudes et lassitudes…) alors que celle d’amis est un lieu d’évasion et que les bois environnants permettent la découverte de la sexualité. Et si ce livre se clôt sur l’acception par l’héroïne de son nouvel environnement, c’est au gré d’un été rempli de promenades, visites chez les uns et les autres et longues discussions dans le jardin commun…

–       Dans Fun home. Une tragicomédie familiale d’Alison Bechdel (Denoël), la maison semble constituer le théâtre d’un véritable roman d’apprentissage dans lequel la famille tient un rôle de premier plan. Le rapport de l’héroïne, Alison, à son père se construit en effet au gré d’une véritable exploration de l’espace d’une maison riche en secrets, habitudes et collections. De la bibliothèque au salon, l’habitat (fruit d’un labeur familial de 20 ans) semble prendre en charge une communication que les personnages semblent constamment s’interdire.

Nous vous invitons à compléter cette liste (éventuellement par des commentaires) et à vous en emparer avant le 31 octobre prochain.

« In a world which seems bent on ruin and oblivion, we cannot refuse a feeling of affectionate respect for the courage with which such old houses still confront life, cherish its traditions, and are a sanctuary for the lovely wreckage of the past » —Virginia Woolf, 1917.

« Whose house is this? Say, tell me, why does its lock fit my key » — Toni Morrison, 1992.

This issue of EJES aims to engage the variety of European approaches to the study of the house in Anglophone literatures and cultures from the standpoint of contemporaneity. Houses are of course not mere assemblages of bricks, roofs, rooms, doors, furniture; rather, they are both lived experiences and the image of an episteme, inhabited dwellings produced through and producing subjective experiences of time and space. As such they are signs reflecting the dynamic interplay of diverse and contending forces: individual and collective, (trans)national and individual, artistic and theoretical, generic, social, economic, cultural and psychological. If for many writers the house provided a fiction of firmness, how well does this notion hold true today in a world in a state of flow, continually rewritten, restructured or dismantled by diasporas, resettlements, border‐crossings, blendings, and transformations in identity and culture?
Submissions are invited from scholars working in the fields of the Anglophone literatures, language, media and culture, including the arts and architecture.
Contributors may emphasise theoretical/methodological approaches or textual readings. Invited topics include, but are by no means restricted to, the following:
• the cultural architecture of the house;
• the house and the episteme; the disciplines and discourses of the house;
• thresholds and boundaries of/in the house;
• the house and the nation or peoples; the discourses of the house in postcolonial and transcultural perspectives;
• gendered or classed houses;
• the house and the visual.

Detailed proposals (500‐1,000 words) for articles of c.5,000 words, as well as any inquiries regarding this issue, should be sent by e‐mail to all the three guest editors:
Janet Larson at , Francesca Saggini at and Anna Enrichetta Soccio .
The deadline for proposals is 31 October 2010, with delivery of completed essays by 31 March 2011. The issue will appear in 2012.

Francesca Saggini, Ph.D.
Associate Professor of English Literature
Dipartimento CiClaMo — Classical and Modern Languages and Literatures
Universita’ degli Studi della Tuscia
Via Santa Maria in Gradi, 4
01100 Viterbo (Italy)

E-mail: fsaggini@unitus.it
Tel: +39/0761/357613
Fax : +39/0761/357601

Email: fsaggini@unitus.it
Visit the website at http://www.tandf.co.uk/journals/cfp/nejecfp.pdf


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.