Texte/image : formes, trajectoires, frictions

La revue Formules lance pour son 15e numéro un appel à communication intitulé : « Texte/image : formes, trajectoires, frictions ». Le texte, que nous reproduisons ci-dessous, fait nommément mention de la bande dessinée, affirme vouloir privilégier les propositions s’y consacrant (une petite victoire pour nos Carnets ?) et entend aborder le neuvième art d’une façon bien précise : « la bande dessinée, en raison de sa nature mixte – les travaux de l’OuBaPo en sont la démonstration –, se révèle un lieu d’application de choix pour l’exploitation des possibilités des contraintes. » À en croire ces lignes, une forme de « complexité » (réunir régimes textuels et iconographiques) ferait du neuvième art un « terrain » idéal pour des « structures nouvelles qui pourront être utilisées par les écrivains de la façon qui leur plaira »1 ? La chose est tout sauf évidente à en croire un Thierry Groensteen écrivant que « les contraintes de type oulipien portant sur l’ordre, le nombre, la longueur ou la nature des petites unités de la langue (lettres, syllabes, mots) ne trouveront pas d’équivalent applicable à la bande dessinée »2. Si contraintes il y a en bande dessinée, celles-ci doivent en effet prendre la mesure d’un langage (fait d’images) que l’on saurait difficilement concevoir comme un agencement d’éléments susceptible d’être librement combinés. La proposition de la revue Formules peut donc nous inviter à interroger une identité tout autant qu’une complexité, chose qu’il s’agira, si vous choisissez semblable piste, de faire avant le 15 octobre prochain.

Pour prolonger et/ou renouveler les réflexions menées dans ses n° 7, Texte/Image (2003), et 9, Recherches visuelles en littérature (2005), la revue Formules se propose d’élargir (ou de renverser, c’est selon) la perspective, en se plaçant davantage du point de vue de l’image.

Nous savons que l’écriture d’aujourd’hui ne se contente plus de coucher du texte noir sur blanc tracé le long des pages. Depuis le « coup de dés » de Mallarmé, au moins, le texte n’a cessé de dialoguer avec l’espace et le(s) support(s) qui l’accueille(nt) engendrant ainsi des formes mixtes dans lesquelles le langagier interagit avec l’iconique.

Ces formes mixtes se sont aussi révélées comme lieux privilégiés d’exploration de potentialités inventives, poétiques, esthétiques, au sens large (« contraintes » chez les auteurs oulipiens, attention soutenue chez d’autres auteurs qui partagent le même intérêt pour les aspects matériels ou formels du texte). Que l’on songe à certaines productions récentes de Jacques Roubaud, au dernier ouvrage de Marcel Bénabou begin_of_the_skype_highlighting end_of_the_skype_highlighting, De but en blanc – en collaboration avec l’OuPeinPo –, à la radicale proposition de Mark Danielewski dans O Revolutions, ou encore aux travaux dans la droite ligne des Nouvelles Impressions d’Afrique de Raymond Roussel.

Il s’agira donc de poser de façon très générale la question de ce que la contrainte fait aux images, et aux textes avec lesquels elle se trouve le cas échéant associée, en prenant en compte les supports matériels des oeuvres considérées. Dans cette optique, on prendra aussi bien pour objets la création plastique que l’ensemble – formellement très divers – des relations entre texte et image qui peuvent s’instaurer dans l’espace de la page, en faisant par ailleurs une large place à la bande dessinée, jusqu’ici absente des livraisons de Formules. En effet, la bande dessinée, en raison de sa nature mixte – les travaux de l’OuBaPo en sont la démonstration –, se révèle un lieu d’application de choix pour l’exploitation des possibilités des contraintes. Aussi Formules souhaite-t-elle dans cette livraison privilégier ce domaine.

Les contributions pourront donc porter sur l’usage des contraintes dans la bande dessinée, mais aussi, plus largement, sur des créations plastiques ou littéraires où le recours à la contrainte s’articule à la question du support.

Calendrier : les propositions d’articles (titre et résumé) devront parvenir avant le 15 octobre 2010 aux trois coordinateurs du numéro (Christelle Reggiani, Christophe Reig et Hermes Salceda), à l’adresse suivante : formules15@gmail.com

Ces propositions (200 à 500 mots) indiqueront de préférence quelques MOTS-CLÉS et/ou NOMS-CLÉS (une dizaine au maximum).

Adresse : 79 r Manin, 75019 PARIS
Url de référence : http://www.formules.net
Après acceptation du projet par le comité de rédaction (avant le 1er novembre 2010), les articles devront être remis au plus tard le 15 mars 2011.

  1. Raymond Queneau, cité par Jean Lescure dans « Petite histoire de l’OuLiPo », La Littérature potentielle, éditions Gallimard, collection « Folio essais », Paris, 1973 []
  2. Thierry Groensteen, « Un premier bouquet de contrainte », Oubapo 1, L’Association, 1997, p. 16 []

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *