Le coût des stigmates culturels : Elvifrance et la Commission de Surveillance et de Contrôle

Après le travail de Thierry Crépin portant sur sa mise en place (notamment « Haro sur le gangster ». La moralisation de la presse enfantine, 1934-1954), la Commission de Surveillance et de Contrôle mise en place par la loi du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse continue de susciter l’intérêt des chercheurs. Cette institution est ainsi au coeur de la thèse de Jean-Mathieu Méon : L’euphémisation de la censure. Le contrôle des médias et la protection de la jeunesse : de la proscription au conseil, thèse en science politique soutenue à l’IEP de Strasbourg en 2003, et c’est encore cette institution que Jean-Mathieu Méon évoque dans un article qui vient de paraître : « Illégitimité culturelle et censure de la pornographie. Le contrôle des bandes dessinées et des romans “pornographiques” en France depuis 1970 ».

Son hypothèse de départ est la suivante : « l’illégitimité culturelle de la pornographie est aussi liée à l’illégitimité des formes et des moyens de production et de diffusion auxquels elle est principalement associée et qui font d’elle un genre “industriel” ».

Pour montrer ce poids de l’illégitimité des formes de production et de diffusion, Jean-Mathieu Méon s’attache à démontrer le décalage de la censure exercée par la Commission de Surveillance et de Contrôle entre, d’un côté, les bandes dessinées publiées par Elvifrance et, d’un autre, les romans, entre les publications périodiques et les livres.

S’appuyant sur les procès-verbaux de la Commission, consultés dans les archives Fleurus déposées à la CIBDI d’Angoulême, ainsi que sur l’observation d’une séance de 2002 consacrée a roman Rose bonbon, Jean-Mathieu Méon montre ce qu’il appelle avec justesse « le coût des stigmates culturels ».

Reprenant le constat de Bernard Joubert sur l’ampleur de la censure exercée (Elvifrance est l’éditeur quantitativement le plus censuré sur la base de la loi de 1949 ; voir sur ce point son irremplaçable Dictionnaire des livres et journaux interdits par arrêtés ministériels de 1949 à nos jours, Ed. du Cercle de la Librairie, 2007), Jean-Mathieu Méon montre que si l’acharnement des membres de la Commission peut être en partie imputée au contenu, notamment à la « confusion du territoire des genres » (Juliette Raabe, « Elvifrance. Fragments arrachés au chaos », Contre-champ, 1, 1997), le poids de l’érotisme, de la violence, et le mélange de ces registres. Mais la condamnation est également d’ordre esthétique, comme l’exprime le président de la Commission lors de la séance du 16 avril 1975 : « En l’espèce, l’élément anti-esthétique est une aggravation de la pornographie ».

Surtout, Jean-Mathieu Méon montre le décalage entre les condamnations à l’encontre des publications Elvifrance et la relative modération à l’égard de Métal Hurlant. On aurait d’ailleurs pu souhaiter à ce propos que la pertinence de la comparaison entre les publications soit étayée, ce que l’auteur n’a visiblement pas la place de faire ici. Au-delà de ce détail, il soulève une hypothèse intéressante : « la censure particulièrement sévère d’Elvifrance apparaît (…) comme la conséquence de son illégitimité : ce sont les publications les plus interdites car les plus illégitimes au regard de leur place dans la hiérarchie culturelle ». Cette illégitimité trouve sa racine dans les formes même de la production, qui écarte les publications Elvifrance du processus de légitimation de la bande dessinée analysé par Boltanski, caractéristiques que l’auteur rappelle brièvement : « l’anonymat de leurs auteurs, leur production en série, leur mode de distribution (en kiosque), leur public cible populaire ».

La deuxième partie de l’article, consacrée au contrôle des romans, appuie la démonstration sur le décalage de la Commission dans sa censure de différentes formes. Cet article, court mais stimulant, rappelle donc l’intérêt de travailler sur les formes autant que sur les contenus, sur les formats éditoriaux comme sur les styles artistiques. Alors que le travail critique et scientifique s’est focalisé essentiellement sur des questions de contenus (styles, contenus idéologiques, etc.), le travail sur les formes éditoriales en est encore à ses balbutiements. C’est d’autant plus vrai en ce qui concerne les publications Elvifrance, encore très mal connues malgré les travaux de Bernard Joubert ou Juliette Raabe, cités ci-dessus. C’est, plus généralement, le cas de l’ensemble des publications de petits formats (ainsi que les récits complets) : très mal conservés, souvent anonymes, souvent oubliés des « histoires » canoniques de la bande dessinée, ils restent encore le continent inconnu de la bande dessinée.

On trouvera l’article complet, ainsi que le reste de l’ouvrage, en téléchargement libre à l’adresse suivante : http://digistore.bib.ulb.ac.be/2010/noncat000024_000_f.pdf. Parmi les autres articles, on remarquera également un article de Stéphane Mazurier, « Hara-Kiri et Charlie-hebdo, deux journaux pornographiques ? ».

Reference :

Jean-Mathieu Méon, « Illégitimité culturelle et censure de la pornographie. Le contrôle des bandes dessinées et des romans “pornographiques” en France depuis 1970 », dans Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), édité par Régine Beauthier, Jean-Matthieu Méon et Barbara Truffin. Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2010.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *