Le lieu commun

L’unité de recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel de l’université du Littoral Côte d’Opale lance un appel à communication intitulé : « Le lieu commun ». L’expression est à prendre au pied de la lettre puisqu’il s’agit d’interroger des espaces revenant de récits en récits et pouvant donc s’avérer structurants comme l’auberge chère à la fantasy ou le château gothique familier des vampires de toutes sortes. L’évocation de bandes dessinées peut sans aucun doute venir enrichir semblable réflexion tant semblables sites sont récurrents au sein du neuvième art. Pensons, pour nous cantonner au domaine « franco-belge », à une série comme Les Tours de Bois Maury dans laquelle un chevalier errant visite moult châteaux forts, ou encore à Blueberry dont l’action gravite autour du Fort Navajo tout en mettant en scène de nombreuses villes de l’Ouest Américain. Enfin, il est des lieux communs propres à la bande dessinée, qui ne sont nullement évoqués dans l’appel à communication que nous reproduisons plus bas mais qu’il serait sans aucun doute fort intéressant d’évoquer. C’est notamment le cas des laboratoires encombrés d’électrodes produisant d’inquiétantes étincelles ainsi que d’éprouvettes en tout genre qu’occupent les nombreux « savants fous » du neuvième art : Septimus dans La Marque jaune, le professeur Tournesol (L’Affaire Tournesol), le comte de Champignac ou Zorglub (dont le laboratoire fut remis à l’honneur par Frank Le Gall dans Les Marais du Temps) dans la série Spirou, Espérandieu dessinée par Tardi (Le Savant fou), ou encore un fort inquiétant Von Richter n’ayant de cesse de cloner les personnages principaux de la passionnante série Cybersix. Si vous retenez cette piste, il conviendra de mettre de l’ordre dans ce capharnaüm avant le 31 octobre prochain.

Le lieu commun


Unité de Recherche HLLI – Axe: Frontières – Limites – Echanges

Equipe CERCLE

Symposium pluridisciplinaire 2011- 15-16 mars 2011

responsables : Marc Rolland , Claire Jardillier.

A l’instar de certains thèmes littéraires qui, en raison de leur récurrence, finissent par exercer la même fonction qu’un mythe, accédant au rang de mythes littéraires, certains lieux communs, dans le plein sens du mot, ont, pour des raisons évidentes ou mystérieuses, fait florès au point de devenir emblématiques d’une certaine littérature et d’un certain cinéma, d’en être indissociables comme cadre d’une action décisive, et de figurer, par conséquent, comme marqueurs de ce type de création. Il en est dont la genèse est facile à établir: le château gothique, jailli de l’imagination d’Ann Radcliffe ou de Horace Walpole, a abrité en ses murs des Moines maléfiques, des vampires transylvaniens, la lignée maudite des Usher; au XXe siècle, à grand renfort de carton-pâte, il est la pièce maîtresse des films de Roger Corman et de tant d’autres, tandis que sa forme kafkaïenne domine la trilogie inclassable de Gormenghast, sans oublier le dernier refuge des dieux de l’Olympe, le sinistre manoir flamand de Malpertuis.

Le western, bien entendu, serait inexistant sans ses fortins, ranchs, prisons et saloons. Et ce dernier, ne serait-il pas pour quelque chose dans la prolifération des auberges qui font se rencontrer, dans tant de romans fantasy, aventuriers, mages, mercenaires, sous l’égide de l’équivalent médiéval du barman tantôt bienveillant, tantôt inquiétant, dans tous les cas capable de maintenir l’ordre dans son royaume où bière ou cervoise coulent à flots ? L’on sait que l’auberge de la « Vulgar Unicorn » est le point de départ de la douzaine de volumes de Thieves’ World, vaste fresque collective dans le domaine de la Fantasy. A moins que ce lieu, si parfaitement représenté par l’auberge de Bree ne soit le tribut du Maître d’Oxford à ses pubs bien-aimés.

Et qu’en est-il du fort (à distinguer du château, bien entendu), symbole de la césure territoriale entre barbarie et civilisation dans tant de Westerns, dans les épopées cinématographiques dédiées à l’Empire britannique, symbole aussi de l’attente et de la persévérance dans la répétition sans objet d’un rituel militaire chez Buzzati et Gracq ?

Nous voyons que ces lieux communs servent non seulement à rassembler dans un réseau d’échanges, des personnages variés, venus des quatre coins de l’univers de l’oeuvre cinématographique ou littéraire, mais aussi à faire exception, à borner par ses limites physiques un refuge, un huis-clos, un modèle de société. Avants-postes, ou refuges intérieurs, ces lieux sont bien souvent à la frontière de l’inconnu, de l’imprévisible, des solitudines vastae où tout peut survenir d’un instant à l’autre, marquant le bâti face au naturel, ou l’inverse

Dans cette thématique, nous nous intéresserons tout particulièrement à la genèse de ces lieux: imitation, association, clin d’oeil, ou, tout simplement, répétition d’une figure imposée dont on a oublié l’origine, au point qu’une trouvaille moderne soit devenue emblématique d’un monde plus ancien.

Les propositions sont à envoyer par courrier électronique pour le 31 octobre au plus tard:

Marc ROLLAND – garryowen@wanadoo.fr

Responsable : U.R. Histoire, Langues, Littérature et l’Interculturel (EA 4030)
Adresse : Maison de la Recherche-Palais ImpérialB.P. 75162321-Boulogne-sur-Mer

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Une réflexion au sujet de « Le lieu commun »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *