(In)visibles cités coloniales

La Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme de Strasbourg lance un appel à communication intitulée « (In)visibles cités coloniales » dans lequel la bande dessinée est nommément citée. Celui-ci nous propose donc de penser les modalités selon lesquelles un pouvoir peut organiser un espace urbain, thématique fort présente dans le neuvième art comme en témoigne l’actuelle exposition « La ville dessinée : architecture et bande dessinée » à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Certaines des œuvres exposées rentrent tout à fait dans le cadre de la proposition ci-dessus, et nous nous permettons également d’indiquer Rampokan Java et Rampokan : Célèbes de Peter Van Dongen (tous deux publiés chez Vertige Graphic) qui relatent, dans un style proche de celui d’Hergé, la reconquête après la Seconde Guerre mondiale de l’Indonésie par les Pays-Bas. Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er septembre 2010.

(In)visibles cités coloniales : Stratégies de domination et de résistance de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Colloque international et pluridisciplinaire

24 et 25 mars 2011 – Strasbourg

Argumentaire

Le colloque se propose de mettre en lumière les relations entre processus de colonisation et d’urbanisation à travers les notions de visibilité / invisibilité. La colonisation fait intervenir systématiquement des rapports de pouvoir et la substitution d’un ordre par un autre de façon plus ou moins violente ou radicale. Il s’agira non seulement d’étudier les pratiques urbanistiques qui se caractérisent par une forme de domination, de cécité, d’incompréhension par rapport à un territoire urbain, mais également les résistances à cette domination et leurs manifestations culturelles (usages, événements, …) et objectales (spatiales et architecturales).

1)Villes-strates : superpositions spatiales et temporelles

La ville visible se présente comme une surface reposant sur diverses couches ou strates temporelles. Elle n’est jamais une dans l’instant, « synchrone avec elle-même » (Marcel Roncayolo, La Ville et ses territoires, 1990), car l’espace « se verticalise » dans le temps. Le lieu urbain étant « un feuilleté d’Histoire » (Henri Lefebvre, La production de l’espace, Paris, 1974), l’identité d’une ville réside dans la profondeur, dans la diachronie qui s’exprime dans les strates historiques, réelles, imaginaires ou symboliques, qui fondent les lieux. Or, les processus de colonisation dénient la présence de strates invisibles sous ou dans la ville visible : la ville coloniale se construit sur un lieu (ou non loin d’un lieu) déjà occupé précédemment, lui déniant toute épaisseur, profondeur historique et diversité sociale.

2) La question du mimétisme colonial

La construction d’une ville coloniale vise le plus souvent à reproduire, à « dupliquer » la ville métropolitaine, mettant en oeuvre un phénomène de « mimétisme » (Homi Bhabha, The Location of Culture, 1994) élevé au rang urbain. Cette colonisation urbanistique reste centrée sur la question de la reproduction, elle-même ancrée dans l’idée de modèle et de copie, d’authenticité et de pastiche, dont il conviendra de mettre en avant l’ambivalence en posant la question des limites de toute re-production architecturale. L’invisibilité se situe alors au sein d’un « espace-tiers », dans le décalage plus ou moins perceptible entre la copie et l’original.

3) Laboratoires d’idées nouvelles et projections utopiques

La ville coloniale peut également être abordée comme une projection utopique qui se prend dans le rêve de la cité idéale : les représentations de l’espace urbain se superposent alors à l’élaboration de modèles sociaux. Ainsi, les « fronts pionniers », compris comme un mouvement de colonisation d’une société à l’intérieur de ses propres frontières politiques, impliquent la conquête d’un espace tenu pour neuf et « vierge » et la négation des cultures existantes. Ces terres que l’on cherche à s’approprier servent de surface de projection à des villes imaginées/imaginaires, dont la réalisation effacera toute réalité antérieure. A l’invisibilité d’un espace perdu, se superpose l’invisibilité de la ville en devenir, bâtie parfois seulement dans le rêve des pionniers. Toutes ces villes en devenir ne sont pas promises au futur brillant qu’ambitionnent pour elles leurs bâtisseurs. Si certaines parviennent à se structurer et perdurer, d’autres végètent, voire tendent à devenir des « villes-fantômes », comme celles de l’Ouest américain.

4) Stratégies de résistance

Dans tous les cas, la colonisation cherche à transformer l’existant, à l’englober, à le recomposer selon l’ordre établi par les colons. Elle génère l’invisibilité dans la ville par la fusion ou par l’occultation, voire le camouflage des populations autochtones. L’on pourra s’interroger sur les rapports de domination et de résistance entre les colons et les autochtones, sur la place accordée à ces derniers au sein de l’espace physique, géographique et social : en périphérie, dans les interstices, hors des limites de la ville ? L’on pourra également questionner les stratégies de résistance à la mise en conformité coloniale élaborées par ces derniers, ainsi que les directions et les formes diverses qu’elles ont pu prendre.

Ce colloque étant pluridisciplinaire, les contributions attendues pourront concerner aussi bien la littérature que la sociologie, l’ethnologie, la géographie, l’urbanisme, etc. et porter sur des supports divers (architecture, peinture, cinéma, romans, bande dessinée…).

Contacts / Comité scientifique :

Aurélie Choné, Mcf études germaniques, Responsable du programme MISHA « Villes invisibles et écritures de la modernité : vers une nouvelle géographie de l’identité », équipe d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : achone@unistra.fr

Karine Dupré, Mcf architecture, Directrice du département Architecture INSA de Strasbourg : karine.dupre@insa-strasbourg.fr

Laurence Granchamp Florentino, Mcf sociologie, Laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe » (FRE 3229) : laurence.granchamp@misha.fr

Catherine Repussard, Mcf études germaniques, équipe d’accueil « Mémoires et frontières » (EA 1341) : repussardcatherine@wanadoo.fr

Frais d’inscription au colloque : 50 euros (tarif normal) ; 20 euros (doctorants).

Soumission des propositions et des articles :

Les titres et résumés de 1 500 mots, accompagnés des coordonnées, statut et adresse administrative des conférenciers, sont à envoyer pour le 1er septembre 2010 à l’adresse mail suivante : citescoloniales@misha.fr

Les articles, d’un maximum de 40 000 signes (espaces non compris), mis aux normes comme indiqué sur le site http://villesinvisibles.misha.fr à la rubrique « Publications », sont à retourner pour le 30 avril 2011 par voie postale à l’adresse suivante :

Aurélie Choné

Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)

5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex

et par voie électronique à l’adresse suivante : citescoloniales@misha.fr

Langues du colloque : allemand, anglais, français, avec une préférence pour la langue française, y compris pour les articles écrits.

Adresse : Maison Interuniversitaire des Sciences de l’Homme – Alsace (MISHA)5 allée du Général Rouvillois – CS 50008 – 67083 Strasbourg cedex

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Une réflexion au sujet de « (In)visibles cités coloniales »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *