Et si on arrêtait de travailler sur Tintin ?

« L’affaire Moulinsart », mettant au prise la société gérée par les ayant-droits d’Hergé et plusieurs personnes physiques et morales s’intéressant à l’oeuvre du dessinateur belge, nous semble fournir des pistes de réflexion qu’il serait intéressant d’explorer dans le cadre de travaux de recherche.

Attendre 2053 pour travailler sur Tintin ? C’est la proposition provocante d’André Gunthert, en réaction à l’attitude de Moulinsart SA, telle qu’elle s’est manifestée encore récemment dans l’affaire Bob Garcia. En 2053 en effet, Tintin tombera dans le domaine public, ce qui devrait faciliter la citation des travaux d’Hergé, pour l’instant farouchement contrôlée par Moulinsart SA.
André Gunthert soulève dans ce post deux problèmes intéressants : d’une part, la difficulté de la citation scientifique d’images dans le contexte du droit français – une situation qu’André Gunthert connaît bien, pour l’avoir affrontée dans le cadre de la revue « Etudes photographiques ». D’autre part, l’impact de la recherche universitaire dans la diffusion culturelle d’une oeuvre d’art – une question qui suscite, pour l’instant, peu de commentaires.

La suite à lire sur l’excellent blog d’André Gunthert : L’Atelier des icônes.


Une réflexion sur « Et si on arrêtait de travailler sur Tintin ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.