La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerre : renouveau et mutation

Le Centre des sciences de la littérature française de l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense et le Centre d’Étude sur les Nouveaux Espaces Littéraires de l’université Paris XIII associés aux éditions Ipagine lancent un appel à communication intitulé : « La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerre : renouveau et mutation ». Faisant directement une place à la bande dessinée (en citant le Petit Vingtième), cette proposition invite donc les chercheurs à explorer une période de « profondes mutation » tant sur les plans « esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques ». Force est de constater que les exemples ne manquent pas et que l’étude des périodiques publiés durant cette période pourraient par exemple s’avérer fructueuse : outre la publication sus-nommée, Cœurs Vaillants (né en 1929) et Le Journal de Mickey (né en 1934) pourraient être placés au fondement de propositions qu’il s’agira d’élaborer avant le 31 mars prochain.

 

La littérature pour la jeunesse de l’entre-deux-guerres : renouveau et mutations

CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), CENEL (Centre d’Étude sur les Nouveaux Espaces Littéraires, Université Paris XIII), et les éditions Ipagine (Paris)

27-28 septembre 2012, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

En 1920, Hugh Lofting publie The Story of Doctor Dolittle, premier tome d’une suite de romans promise à un bel avenir. En Allemagne, à partir de la fin des années 1920, Erich Kästner commence à écrire pour les enfants, créant les premiers romans allemands modernes pour la jeunesse, tandis qu’en France, en 1931, naît un petit éléphant nommé Babar et qu’en Belgique, un jeune reporter travaillant pour Le Petit Vingtième devient célèbre dans le monde entier. Dans le domaine de l’écriture comme dans celui de l’image, l’entre-deux-guerres est une période de profondes mutations et de renouveau pour la littérature de jeunesse. Comment analyser et comprendre ce phénomène ? Ce colloque propose de s’intéresser pour la première fois à cette période mal connue de la littérature pour la jeunesse, et aux multiples innovations et transformations que celle-ci a alors connues – esthétiques, poétiques, graphiques, mais aussi idéologiques.

Les propositions sont attendues pour le 31 mars 2012 sous la forme de résumés d’une demie à une page. Elles sont à envoyer à l’adresse suivante :

anne.struve-debeaux@u-paris10.fr

Les communications prendront la forme d’exposés de 20 minutes suivis de 10 minutes d’échanges

Les actes de cette journée feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne Strenae, après l’approbation d’un comité de lecture.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *