« Aire libre », art libre ?

Tout juste paru aux éditions Academia (groupe L’Harmattan),  « Aire libre », art libre est signé par Benoît Glaude (de l’université Catholique de Louvain) qui semble poursuivre ici poursuivre un double but : traiter des « trois compostantes narratives de toute BD » et s’intéresser à une collection (la fameuse Aire libre des éditions Dupuis). N’ayant pas encore lu cet ouvrage, nous reproduisons ici sa présentation sur le site du GRIT.

 

L’étude des relations texte-image constitue aujourd’hui l’une des préoccupations essentielles des sciences humaines. Paradoxalement, les ouvrages qui lui sont consacrés ne sont pas légion dans l’actualité de l’édition… Que dire alors des collections ! Pour combler cette lacune, le Groupe de recherche sur l’image et le texte – Grit, fondé à l’Université catholique de Louvain par Pierre Massart (décédé en 2006) – propose une collection intitulée « Texte-Image ». Dirigée par Jacques Carion, Laurent Déom, Jean-Louis Tilleuil et Catherine Vanbraband, elle rassemble des travaux théoriques sur les spécificités respectives ou combinées du texte et de l’image, ainsi que des études de corpus qui exploitent la mixité signifiante de ces deux langages : comme la bande dessinée, l’album pour enfants, le cinéma, le livre illustré, la publicité…

Septième titre paru dans cette collection, « Aire libre », Art libre ? propose l’analyse de cinq albums du champ actuel de la bande dessinée francophone (2002-4). Pour aborder le message mixte de la bande dessinée, nous élaborons une méthode d’analyse passant d’abord par l’image, ensuite par l’espace-texte, enfin par le texte, que nous appliquons à des séquences-clés extraites des cinq albums du corpus (dus au tandem Bailly/Lapière et aux auteurs Blutch et Stassen). Cette lecture porte une attention nouvelle à la composante du texte dans la BD. À travers ce corpus, il s’agit de décrire rationnellement le mouvement de valeurs esthétiques qui sous-tend le champ de la bande dessinée. Le choix des albums se centre sur une collection (« Aire libre ») représentative de la production neutre de ce champ et typique de la place esthétique de l’Art bourgeois, lancée par un éditeur (Dupuis, Belgique) de la production élargie, traditionnellement dédiée à l’Art moyen. À l’analyse narratologique (interne à l’œuvre) succède une analyse sociocritique (externe à l’œuvre), c’est-à-dire une mise en relation des conditions institutionnalisées du positionnement artistique des créateurs avec les caractéristiques narratives de l’œuvre produite depuis cette position. Ce faisant, nous distinguons les caractéristiques stylistiques générales d’un classicisme et d’un avant-gardisme narratifs. Il s’avère que l’esthétique des albums de la collection « Aire libre » constitue un compromis entre les deux précédentes.

Rares sont les études sur la bande dessinée qui considèrent celle-ci pour ce qu’elle est vraiment, à savoir un mixte séquentiel complexe d’images et de mots. Cette étude peut prétendre à cette distinction par sa prise en compte des trois composantes narratives de toute B.D. : l’iconique, le plastique et le textuel. Mérite supplémentaire de cette recherche : elle évite le piège d’une fermeture du sens sur lui-même, immanent et forclos dans les limites formelles de l’œuvre. Pour apprécier correctement les résultats de ses analyses internes, nous les confrontons aux implications signifiantes du contexte de création, identifié pour la circonstance à la collection « Aire libre », qui a marqué l’histoire de la bande dessinée franco-belge contemporaine et y occupe désormais une position stratégique. Combinant perspective interne (sémiotique) et perspective externe (sociologique), nous construisons une méthode d’analyse volontairement transdisciplinaire qui emprunte à la critique B.D., mais aussi aux théories sur le cinéma, la littérature et le théâtre.

 Le sommaire est disponible ici.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *