Comicalités : publications

 

La revue Comicalités. Etudes de culture graphique est fière de vous annoncer ses dernières parutions « Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID » de Julien Baudry, « Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ? » d’Harry Morgan et « Histoire, histoires… Blood Upon the Rose de Gerry Hunt et Louis Riel. A Comic Strip Biography de Chester Brown » de Valérie

Ces trois articles, dont nous reproduisons ci-dessous le résumé, s’inscrivent dans le cadre de notre première thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » qui s’enrichit pour l’occasion de plusieurs sous-parties. Des textes y prendront prochainement place : nous vous rappelons en effet que Comicalités est une revue en perpétuel devenir et que nos appels à communication ne sont jamais clos. Tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont ainsi invités à nous proposer leurs travaux (selon des modalités que présente la rubrique « la revue ») ainsi qu’à réagir dans ces pages à ceux que nous présentons aujourd’hui.

 

Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID

Julien Baudry

L’analyse des travaux menés sur le dessinateur Alain Saint-Ogan (1895-1974) par la Société civile d’étude et de recherche sur les littératures dessinées (SOCERLID) durant les années 1960 et 1970 nous renseigne sur les méthodes employées par les premières sociétés d’études de bande dessinée pour élaborer l’histoire du média. En étudiant l’œuvre d’Alain Saint-Ogan les membres de la SOCERLID construisent un discours qui oscille entre érudition pré-scientifique et mythification de certaines périodes et auteurs. Poursuivant un objectif de légitimation de la bande dessinée par la réhabilitation des œuvres lues pendant leur enfance, ils font de Saint-Ogan un des pivots de leur réflexion historique jusqu’à lui attribuer la place de « père » de la bande dessinée française. Nous retracerons le cheminement d’une pensée historique encore influente dans les représentations actuelles de la bande dessinée.

 

Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ?

Harry Morgan

La conception canonique, telle que formulée par Harold Bloom repose sur la sélection et la hiérarchisation, par des communautés de lecteurs opérant par consensus, d’œuvres possédant des vertus canoniques. Cet article examine l’échec de la formation d’un canon dans le cas des littératures dessinées. Au-delà des facteurs de contingence — stratégies argumentatives des premiers exégètes de la bande dessinée, stratégies éditoriales des éditeurs spécialisés — l’explication réside en partie dans l’étroit assujettissement des littératures dessinées à leur forme éditoriale ainsi que dans la prégnance des images découvertes dans l’enfance — l’un et l’autre empêchant le recul critique et l’établissement d’une liste commune — et, finalement dans l’impossibilité de repérer la singularité de l’œuvre canonique (étrangeté canonique).

 

Histoire, histoires… Blood Upon the Rose de Gerry Hunt et Louis Riel. A Comic Strip Biography de Chester Brown

Valérie Morisson

Dans deux bandes dessinées historiques abordant des épisodes centraux de l’histoire nationale irlandaise et manitobienne, Gerry Hunt et Chester Brown mettent en scène des héros devenus martyrs en leur pays. Leurs choix scénaristiques et graphiques sont très éloignés mais les deux auteurs se penchent sur l’exemplarité contestée des héros et revendiquent le droit de fournir aux lecteurs des points de vue audacieux sur les mythes fondateurs de la nation. La bande dessinée leur permet de s’affranchir d’une tradition historiographique nationaliste. Blood Upon the Rose et Louis Riel sont néanmoins sous-tendues par deux visions divergentes de l’histoire. La lutte pour l’indépendance est présentée soit comme le fait d’un individu soit comme un élan collectif.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Publié par

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *