Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique lance un appel à contribution sur le thème « Fictions politiques ». Les coordinateurs du dossier, Marlène Coulomb-Gully (Université Toulouse 2, LERASS) et Jean-Pierre Esquénazi (Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge), souhaitent que les contributions s’attachent à la façon dont les fictions reflètent « la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » et/ou, plus spécifiquement, représentent les professionnels de la politique ou leur activité. Les analyses attendues peuvent s’attacher aussi bien au texte de la fiction, qu’à ses conditions de production et de réception, et ce, prioritairement à partir de l’analyse de productions contemporaines, françaises ou étrangères. Au côté du cinéma, de la littérature et de la télévision, la bande dessinée est explicitement mentionnée par l’appel.

Les exemples cités (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…) sont des bandes dessinées se référant directement à des personnalités, voire des situations, réelles. Comme l’appel y invite en citant des séries télévisées comme 24h Chrono, il est cependant sans doute possible d’élargir la perspective à des productions abordant la politique, ses débats et ses acteurs de manière moins directement ancrée dans la réalité politique contemporaine. Les transpositions dans des univers fantastiques ou de science fiction peuvent ici constituer des pistes intéressantes (que l’on pense par exemple à la présentation, politiquement ambivalente, des débats sur les armes de destruction massive, le terrorisme et les libertés individuelles par le crossover Civil War, regroupant les super-héros Marvel et publié en 2006-2007).

Les réponses à l’appel doivent prendre la forme d’un avant-projet (3000 signes maximum), soumis avant le 1er avril ; les contributions définitives devant être proposées avant le 1er juillet 2011.

Mots. Les langages du politique
Appel à contributions pour un dossier publiable en juillet 2012
Fictions politiques

La revue Mots. Les langages du politique entend publier en juillet 2012 un dossier rassemblant des travaux portant sur le thème suivant : « Fictions politiques ».

Problématique

S’éloignant des rivages de l’information qui a longtemps constitué le prisme d’étude dominant du politique – en tout cas dans sa version médiatique et communicationnelle –, ce dossier de Mots. Les langages du politique s’intéressera aux « fictions politiques ».
Le thème apparaît immédiatement paradoxal : le domaine du politique est évidemment ancré dans la plus concrète des réalités alors que toute fiction (re)présente des mondes qui par définition n’existent pas. Le paradoxe n’est malheureusement (ou peut-être heureusement ?) pas surmonté par le constat sans cesse renouvelé des qualités « politiques » attribuées par tel ou tel critique à telle ou telle fiction. Tout auteur, romancier, cinéaste qui a en ce domaine des ambitions, doit évidemment l’affronter ; et tout chercheur qui examine une production fictionnelle ne peut guère faire autrement qu’exposer comment il comprend politiquement cette fiction.
L’hypothèse qui est la nôtre est la suivante : loin que l’information constitue la seule modalité de construction et d’appréhension du politique, on peut considérer que les débats qui agitent l’espace public, les conflits de définition qui s’y déploient, trouvent dans les oeuvres de fiction une autre forme de traduction. Ces formes d’expression fictionnelles – cinématographiques, télévisuelles ou autres – ne s’opposent à l’information que par l’absence de revendication d’un « dire vrai », mais n’en sont pas moins « une forme particulière d’écho de la manière dont les sociétés se définissent elles-mêmes ou définissent leurs problèmes » (Macé, in Macé et Maigret dir., Penser les médiacultures, Paris, INA-A.Colin, 2005, p.55). Le processus par lequel la fiction, tout en demeurant fiction, parvient à jouer ce rôle doit évidemment être élucidé. C’est la demande que nous adressons aux auteurs qui voudront bien participer à ce projet : comment penser ces formes fictionnelles d’expression du politique, que la dimension politique soit volontaire ou non, « politique » étant entendu à la fois dans le sens large défini ci-dessus et dans le sens plus restreint de « représentation des professionnels de la politique ou de leur activité » ?
Dans une telle perspective, le texte de la fiction ne saurait être détaché de ses conditions de production et de réception, qui constitueront des axes d’analyse privilégiés. De la même façon, nous donnerons la priorité à l’analyse de productions contemporaines. A titre d’exemple, le renouveau français des séries télévisées politiques conduit par Canal Plus et dans une moindre mesure par France Télévision fournit un corpus intéressant : on pense à L’Ecole du pouvoir, sur la promotion Voltaire de l’ENA, diffusé en 2009 sur Canal Plus et rediffusé sur Arte en 2010, ou à des téléfilms comme Un homme d’honneur, sur le suicide de Pierre Bérégovoy, diffusé en 2009 sur France 2, mais aussi à Engrenages (Canal Plus), série française aussi diffusée en Grande Bretagne, etc.
La BD constitue aussi un champ d’analyse à explorer (J’ai pas tué De Gaulle mais ça a bien failli, La face karchée de Sarkozy…), de même que l’on pourra s’interroger sur une forme comme celle du feuilleton politique diffusé dans Le Monde cet été, avant de paraître sous forme de livre, Chirac, le roman d’un procès, défini sur le site du quotidien comme un récit où « tout est faux mais tout est vrai », assertion qui nous plonge au coeur de la vérité fictionnelle.
L’analyse de productions étrangères est souhaitée : ainsi de The West Wing – fiction anti Bush – ou de 24, pour ne parler que de fictions américaines. Leur circulation intermédiatique (on pense au Roman de 24 h chrono, adaptation de la série télévisée, avec les questions génériques que cela pose) et internationale, sur des réseaux et des chaînes aux lignes éditoriales très diverses (24, apparue sur Fox TV en 2001, été diffusée sur Canal Plus en 2002 sous le titre 24 h chrono, certaines saisons l’ayant aussi été sur TF1, etc.) pourront faire l’objet d’interrogations particulières.
Le cinéma français (Le promeneur du Champ de Mars, Parlez-moi de la pluie, La fleur du mal) comme d’autres cinématographies, peuvent être prises en compte : ainsi du cinéma israëlien (Lebanon, Valse avec Bachir, La visite de la fanfare, Ajami…), palestinien (Les citronniers, Le mariage de Rana…) ou des productions regroupées autour du terme générique de « Bollywood », politiquement intéressantes aussi bien dans le phénomène de mondialisation qu’elles manifestent que dans les scénarios eux-mêmes.
Des travaux sur la question générique seront bienvenus – on pense notamment à la docufiction politique (Le Grand Charles, par exemple, diffusé en 2006 sur France 2) – et aux questions posées par ce genre mixte, mais aussi aux fictions dites « populaires » : ainsi des séries télévisées comme Plus belle la vie diffusée sur France 3, qui en est à sa 6ème saison, ou le cinéma bollywoodien déjà évoqué.

Modalités de soumission
Les contributions pourront prendre la forme d’articles (maximum 40 000 signes tout compris) ou de notes de recherche (maximum 15 000 signes tout compris). Les auteurs pourront soumettre aux deux coordinateurs, avant le 1er avril 2011, un avant-projet (3000 signes maximum tout compris), dont l’acceptation vaudra encouragement mais non pas engagement de publication. Les contributions devront être proposées aux deux coordinateurs avant le 1er juillet 2011. Conformément aux règles habituelles de la revue, elles seront préalablement examinées par les coordinateurs du dossier, qui sélectionneront celles qui seront soumises à l’évaluation doublement anonyme de trois lecteurs français ou étrangers de différentes disciplines. Les réponses aux propositions de contributions seront données à leurs auteurs en décembre 2011, après délibération du Comité éditorial. Les références bibliographiques devront figurer en fin d’article et être mentionnées dans le corps du texte sous la forme : (Machin, 1983). L’usage des caractères italiques sera réservé aux mots et expressions cités en tant que tels, et les guillemets aux énoncés dûment attribués à un auteur, ou à la glose d’un syntagme. Un résumé de cinq lignes et cinq mots-clés seront joints à l’article.

Coordination du dossier
Marlène Coulomb-Gully
Université Toulouse 2, LERASS, Sciences de l’Information et de la Communication
marlene.coulomb@univ-tlse2.fr
Jean-Pierre Esquénazi
Université Lyon 3, équipe CEDFL Marge, Sciences de l’Information et de la Communication
jpierre.esquenazi@wanadoo.fr

Jean-Matthieu Méon

Maître de conférences en sciences de l'information et de la communication Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université Paul Verlaine de Metz

More Posts

Worlds of violence

Le département d’Histoire de l’université d’Essex (UK) organise un colloque intitulé « Worlds of violence ». Celui-ci propose de réfléchir, entre autres, aux représentations culturelles de la violence et intéresse donc la bande dessinée. La violence est en effet omniprésente au sein du neuvième art et peut être abordée tant à travers l’évocation d’une censure (la bande dessinée « franco-belge » bannissant, sous l’empire de la loi de 1949, toute trace de violence) que comme enjeu esthétique (telle celle d’un manga usant volontiers de « speed lines », héros adolescent et autres affrontements récurrents). Nous reproduisons ci-après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 23 juillet prochain.

WORLDS OF VIOLENCE with keynote speaker Professor Joanna Bourke International Postgraduate History Conference University of Essex, History Department September 9-10, 2010

Violence has been ubiquitous in history: in relations between the sexes and between the generations; in conflicts between nations, races, classes and ethnic groups; in the disciplining of the ‘deviant’ and in the resistance to the powerful. It can be used symbolically and can be construed as legitimate or illegitimate, as honourable or immoral.

This two-day postgraduate conference will explore the varied perceptions and uses of violence in the early modern and modern eras. It aims to encourage reflections on the cultural representations of violence and on its shaping of social relations of all kinds.

Registrations and/or submissions for proposals for papers (consisting of a title and 200-word abstract) should be sent to either ssregn@essex.ac.uk OR kpage@essex.ac.uk by Friday 23rd July 2010. There is no charge and accommodation costs for students wanting to attend will be heavily subsidised.

Contact

Sara Siona Régnier-McKellar
University of Essex
Department of History

ssregn@essex.ac.uk

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« MAUS d’Art Spiegelman : bande dessinée et Shoah »

MAUS d’Art Spiegelman, de Pierre Alban Delannoy, est le premier ouvrage en langue française entièrement consacré à l’œuvre éponyme de Spiegelman. Paru  aux éditions de l’Harmattan en 2002, il est à souligner pour la rareté d’un ouvrage portant sur l’étude d’une seule bande dessinée. Dès l’introduction, l’auteur annonce ainsi son angle d’approche : «MAUS a été abordé par des critiques et des chercheurs qui travaillent dans le domaine spécifique de l’Holocauste, mais aussi par des Historiens, des spécialistes de l’art, des psychologues et des psychanalystes. […] Cependant, il est particulièrement surprenant qu’il s’en trouve si peu pour aborder MAUS en tant que comic book.» (p.9)

En effet, dans la suite de son essai, Delannoy  va s’interroger sur le choix d’un tel medium en tant que véhicule de témoignage et de récit autobiographique, « non comme un moyen quelconque d’aborder le Génocide Juif, mais au contraire dans sa spécificité même (et peut-être précisément en vertu de son caractère présumé d’art mineur) » (p.11). Le sous-titre du livre, « Bande dessinée et Shoah » paraît dès lors significatif puisque les problématiques qui gouvernent la démonstration concernent effectivement les rapports entre la bande dessinée, le témoignage et sa transmission, ainsi que la question du Génocide en tant qu’il appartiendrait à l’ordre de l’indicible et de l’irreprésentable.

Cette réflexion s’organise alors autour de quatre chapitres. Dans le premier, l’auteur s’intéresse à la genèse de MAUS : c’est l’occasion pour lui de revenir sur la carrière de Spiegelman, notamment lors de la période underground, fournissant là d’intéressantes réflexions sur cette époque très peu étudiée en France. Delannoy y traite de la contre-culture et de la subversion, symboliques de cette forme de bande dessinée dont la nature expérimentale est soulignée dès le titre de cette partie : « Le laboratoire underground » (p.22).

Delannoy aborde également les choix esthétiques de Spiegelman pour MAUS.  Celui de représenter Juifs et nazis sous forme d’animaux, tout d’abord, afin de symboliser par l’ironie un certain type de rapport de force, dans la plus pure tradition du cartoon. Avec la mise en exergue très enrichissante des ébauches de MAUS, Delannoy s’adonne aussi à une étude de l’œuvre en tant que bande dessinée « marquée du sceau de l’hésitation » (p.31), à travers l’étude des différents styles et média employés par Spiegelman : photographie, réalisme, cartoon… Cette oscillation semble ainsi l’aveu d’une impossibilité de restituer totalement le témoignage du Génocide par voie graphique : « Cette histoire d’animaux est tout entière une histoire vraie, mais […] sa vérité est difficile à dire » (p.34).

Ce premier axe permet alors à Delannoy d’aborder au second chapitre les modalités énonciatives du témoignage en bande dessinée. Dans une perspective narratologique assez proche des théories de Genette, il se consacre à la polyphonie de MAUS, posant là la question très intéressante de la représentation du narrateur dans ce médium. Cette réflexion l’amène ainsi à aborder le passage constant dans l’œuvre d’une histoire à une autre, à travers l’imbrication des récits enchâssés tenus par les deux narrateurs, Artie et son père. Cette démonstration est notamment illustrée par une réflexion sur le projet autobiographique de Spiegelman dans MAUS et sur les trois voix que celui-ci suppose : celles de l’auteur, du narrateur et du personnage. Le glissement de l’une à l’autre est ainsi interrogé à travers le médium même de la bande dessinée, permettant de riches analyses sur le rapport entre le cadre narratif et le ballon dédié au dialogue et que l’auteur appelle « voix-off » et « voix-in ».

Le troisième chapitre est consacré à une lecture psychanalytique de l’œuvre, à travers une étude des différents membres de la famille du narrateur. La bande dessinée en tant que support d’analyse y est de fait mis au second plan. C’est davantage dans le quatrième chapitre que celle-ci est l’objet d’une des théories les plus poussées de l’essai. En effet, dès son amorce, Delannoy interroge la position du narrateur, Artie, en tant que récepteur du récit de son père. Se pose alors la question du choix de la bande dessinée comme support du témoignage en train de se faire : « Pour réaliser un tel projet, il fallait à Spiegelman un médium particulièrement plastique, libre, ouvert, qui lui permette de permuter le passé et le présent, de conjuguer visuellement et verbalement le passé historique et le présent de l’énonciation » (p.115).

Ce postulat permet ainsi à Delannoy de fournir une réflexion sur la triple lecture conditionnée par une planche de bande dessinée : « entrer dans l’espace séparé de chaque vignette » (p.120), tout d’abord, puis construire « des relations de succession et de transformation entre les événements montrés » (p.121) et, enfin, réaliser une lecture « globale, synthétique, panoptique, qui prend en compte l’ensemble de la page » (p.122). Cette théorie évoque alors celle de Groensteen au sujet de la science de l’articulation (ou « arthrologie ») dont relèverait la bande dessinée et selon laquelle les vignettes d’une planche, de par leur position non seulement dans la page mais aussi dans la séquence, appartiennent à un réseau tressé de cases où toutes sont en relation : « Les codes se tissent à l’intérieur d’une image BD d’une façon spécifique, qui tient à l’appartenance de l’image à une chaîne narrative dont les maillons sont étalés dans l’espace, en situation de coprésence.[1] » Dans le cas de Maus, Delannoy souligne cette relation de coprésence de manière à expliquer le passage récurrent du présent au passé dans l’œuvre, caractéristique de la réception de ce témoignage : « Le multicadre de MAUS nous transporte d’une image dessinée à l’autre, du présent au passé, et vice versa, d’Auschwitz à New York, […] des souris aux humains… » (p.125). La planche est alors consacrée en tant que forme dynamique, « typiquement mutationnel et permutationnel » (p.124).

La dernière partie de ce chapitre, enfin, est dédiée à la question de la représentation de la Shoah, à travers l’étude des interrogations autoréflexives sur le caractère indicible du Génocide qui parsèment l’œuvre de Spiegelman : « L’inimaginable n’est pas, chez lui, une position théorique, c’est une difficulté cognitive, qu’il constate au cours de son travail et avec laquelle il se débat » (p.148). Delannoy y pointe alors l’omniprésence du texte narratif qui accompagne la quasi-totalité des vignettes de MAUS, indice d’une grande fidélité au témoignage du père et d’« un mouvement de retrait de l’image au profit des mots », d’« un désengagement de l’artiste » pour qui « la parole du témoin est première » (p.154). Le dessin, accompagné d’un tel encart, se fait allusif, esquisse, sans doute, selon l’essayiste, pour rapprocher le lecteur d’un « réalisme oral, c’est-à-dire de l’immédiateté de la parole vive du témoignage en train de se dire, avec sa spontanéité, ses hésitations, ses ratages » (p.156).

MAUS d’Art Spiegelman constitue donc une reflexion très dense sur une œuvre incontournable dans l’histoire du comic book et, plus largement, sur la manière de représenter et de transmettre le souvenir du Génocide. Les quatre chapitres qui composent cet essai révèlent ainsi sa diversité, de par les différents axes de réflexion abordés, tant sur un plan sémiotique que narratologique ou psychanalytique. L’ouvrage paraît de fait essentiel, tant pour la compréhension de MAUS que pour celle du médium. Chacune des planches étudiées y sont reproduites et permettent l’apport de nouveaux éléments d’analyse et nouvelles théories réutilisables pour d’autres réflexions potentielles sur l’esthétique de la bande dessinée et de son paradigme d’œuvres.

Référence

Pierre-Alban Delannoy, Maus d’Art Spiegelman, L’Harmattan, collection « Champs visuels », 2002, 190 p.

EAN 13 : 9782747531580


[1] Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, PUF, coll. « Formes sémiotique », 1999, p.8

Image et pouvoir

L’institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques de l’université Saint-Joseph de Beyrouth organise en décembre prochain un colloque intitulé : « Image et pouvoir ». Cet événement est susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée, car il entend interroger la place qu’occupe l’image au sein de l’espace social à travers des thèmes riches et variés.

L’analyse des rapports qu’entretiennent image et pouvoir politique nous invite ainsi à relire les travaux de Pascal Ory qui traitent d’une bande dessinée ayant valeur de propagande (Le petit nazi illustré. Vie et survie du téméraire, Nautilus, 2002), de Jean-Paul Gabillet qui s’intéresse à l’influence des contraintes économiques et idéologiques sur la création de bande dessinée (Des Comics et des hommes, Editions du temps, 2005) ou encore ceux de Thierry Crépin et Thierry Groensteen qui analysent l’importance d’un dispositif législatif de protection de la jeunesse sur le neuvième art (On tue à chaque page, les éditions du temps, 1999).

Le rapport de la bande dessinée à la violence ne semble pas avoir pour sa part fait l’objet d’études complètes et exhaustives et il serait sans doute intéressant de convoquer à ce sujet les écrits de Serge Tisseron qui, traitant largement de l’influence des images violentes (Enfants sous influence. Les écrans rendent-ils les jeunes violents ?, 10/18, 2003), semblent faire de la pratique du neuvième art l’occasion d’établir un autre rapport à l’image (Psychanalyse de la bande dessinée, Flammarion, 2000). Nous reproduisons ci après l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin 2010.

Image et pouvoir

Colloque international à l’Institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) de l’Université Saint-Joseph

Organisateur : IESAV

Comité Scientifique : Elie Yazbek, Christophe Varin, Carine Doumit

Lieu : l’Institut d’études scéniques, audiovisuelles et cinématographiques (IESAV) de l’Université Saint-Joseph, Beyrouth, Liban

Dates : jeudi 9 et vendredi 10 décembre 2010

Sujet : Image et pouvoir

Que peut l’image ? Le pouvoir est-il dans l’image ? Dans un monde où prolifèrent aujourd’hui les images indicielles et les images de synthèses, le questionnement sur ce que certains appellent « l’empire du visible », au sein du débat global sur l’image, s’impose et entraîne la réflexion sur:

– – L’impact des images sur la vie quotidienne, notamment avec la prolifération des images sur le web.

– – Les violences qu’elles peuvent engendrer (« L’image peut-elle tuer ?» demande Marie-José Mondzain).

– – Les rapports que les images entretiennent avec les différentes formes de pouvoir religieux, politique, économique….

Plus globalement, les rapports entre la représentation dans ses divers aspects et le pouvoir pourront être abordés durant ce colloque qui se veut un lieu de rencontres entre des disciplines transversales.

5 thèmes généraux (mais non exhaustifs) sont proposés :

– Image, pouvoir et société

– La mise en image de la violence

– Responsabilité(s) des images

– Images, émotions et identification

– La représentation, entre visible et invisible

Le colloque regroupera des acteurs, observateurs et des praticiens de l’image qui confronteront leurs expériences et discuteront des tenants et aboutissants de cette thématique avec un public composé principalement d’étudiants.

Intervenants :

Prière d’envoyer un résumé d’une quinzaine de lignes, accompagné de vos coordonnées personnelles et d’une brève bio-bibliographie, à eyazbek@usj.edu.lb avant le 30 juin 2010.

Les communications peuvent être en français, en anglais ou en arabe.

Chaque communication devra durer au maximum 25 minutes.

Les actes du colloque seront publiés par la revue Regards de l’IESAV.

L’organisation prend en charge les frais de séjours.

Url de référence : http://www.ficmec.com

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts