The Comics of Joe Sacco

Daniel Worden, de l’université du Nouveau Mexique, lance un appel à communication pour un ouvrage intitulé : « The Comics of Joe Sacco ». S’inscrivant dans une collection au nom évocateur (« Critical approaches to comics artists »), cette proposition nous mettre en perspective l’œuvre de l’un des auteurs les plus marquants de ce début de XXIe siècle : comme l’indique le sous-titre de ce futur ouvrage (« Journalism in a visual world »), c’est bien du devenir graphique d’un mode d’expression dont il sera ici question. Force est en effet de constater que le travail de Joe Sacco nous invite à mettre en perspective nombre de dispositifs et modes de représentations : tel est le cas de l’enquête (dont les ressorts sont clairement montrés dans un Gaza 1956 se proposant d’élucider un événement se présentant pour l’histoire sous la forme d’une obscure note de bas de page dans un document de l’ONU) ou encore du documentaire (la volonté de rendre compte de façon on ne peut plus précise et exhaustive de sinistres événements mobilisant un style graphique effectivement clairement inspiré par Robert Crumb et une certaine idée de la bande dessinée « underground », chose notamment sensible dans Palestine). Ces deux pistes de réflexion ne sauraient toutefois pas clore un domaine d’investigation on ne peut plus fructueux que nous invitons nos lecteurs à explorer avant le 25 mars prochain.

 

 

et

http://www.unm.edu/

 

The Comics of Joe Sacco

[edited volume]

Daniel Worden, University of New Mexico

dworden@unm.edu

The Comics of Joe Sacco: Journalism in a Visual World is a proposed volume in a new book series, Critical Approaches to Comics Artists, at the University Press of Mississippi. This volume will contain an array of critical essays on the comics of Joe Sacco, best known for his comics journalism in works such as Palestine and Safe Area Gorazde. Essays from many disciplinary and interdisciplinary perspectives are welcome, including critical approaches from comics studies, art history, cultural studies, literary studies, history, political science, communications and journalism, international relations, and peace and conflict studies.

Essays that address the following questions are especially welcome:

– How does Sacco’s work negotiate and synthesize journalistic, documentary, and graphic narrative form?

– How can Sacco’s work be read in relation to underground comix, the New Journalism, documentary film, and/or investigative reporting?

– How do Sacco’s works negotiate and represent journalistic ethics, questions of veracity, war crimes, and human rights violations?

– What is Sacco’s relationship to the tradition of investigative reporting, « submersion » or « immersion » journalism, social realism, and/or autobiographical comics?

– In what ways can Sacco’s works be read as a response to the contemporary « crisis » in the print news media?

– What kinds of history does Sacco privilege, and how do his works engage with international relations?

– How do Sacco’s works present history and make complex histories present?

– How does Sacco’s developing career and work, from his early satirical comics and music journalism to his more recent reportage about war and poverty, reflect the increasing legitimacy of comics in art and literary cultures? Or, alternately, how is Sacco’s work misrecognized as comics rather than journalism?

Please send a 500-1000 word abstract, CV, and contact information to Daniel Worden at dworden@unm.edu by March 25.

Accepted abstracts will be used in a formal book prospectus, and the deadline for full-length essays will be negotiated shortly thereafter.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Image(s) et vérité: l’image fixe et mobile dans la représentation du Génocide

L’Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah lance un appel à communication intitulé : « Image(s) et vérité : penser les rapports de l’image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide ». Cette proposition ne manquera certainement pas d’intéresser des chercheurs travaillant sur une bande dessinée qui s’est à plusieurs reprises penchée sur le cas de l’Holocauste : outre le célèbre Maus d’Art Spiegelmann, pensons à Auschwitz de Pascal Croci, Nous n’irons pas voir Auschwitz de Jeremie Dres ou encore Yossel de Joe Kubert. Cette liste, bien loin d’être exhaustive, semble pouvoir, dans le cas qui nous intéresse, être appréhendée au regard d’une question : la valeur documentaire du dessin, et plus largement de toute forme d’image entendant « dans le cadre d’un génocide, […] transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre ». La Shoah nous place en effet face à une forme de paradoxe : comment imager des événements à propos desquels nous possédons en fait fort peu d’images (les camps n’ayant été à notre connaissance majoritairement filmés et photographiés qu’a posteriori) ? Telle est sans doute l’une des questions que se sont posés les auteurs cités ci-dessus et que l’on retrouve dans l’ouvrage de Jonathan Haudot, Shoah et bande dessinée (L’Harmattan, 2012) qu’il s’agira pour nos lecteurs de lire avant le 1er mars prochain.

 

 


Image(s) et vérité :

Penser les rapports de l’Image fixe ou mobile et de la Vérité dans la représentation du Génocide.

 

Date limite : 1er mars 2013

L’association ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah) propose, pour son Université d’été qui aura lieu entre le 10 et le 12 juillet 2013 à l’IUFM de Marseille, de poursuivre la réflexion fructueuse de l’Université d’été 2012 sur les liens entre Image(s) fixes ou mobiles et Vérité dans la représentation du génocide au cinéma, dans la BD, et la littérature.

ARES, association présidée par Renée DRAY-BENSOUSAN, Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Informations rédigées et mises en ligne par Lucie BERTRAND-LUTHEREAU, Agrégée de Lettres et Docteur en 9ème section CNU, lucinice@hotmail.fr

Le débat concernant l’image, considérée tantôt comme révélatrice de Vérité ou, au contraire comme mensongère et dangereuse ne date pas d’hier. En effet, l’image peut être considérée comme fidèle à la réalité, et par conséquent, comme le moyen d’accéder à la Vérité du réel représenté. Elle peut même être perçue comme le moyen d’accéder, par les moyens de l’Art, à une Vérité plus profonde que toute représentation fidèle échouerait à saisir. Et inversement : l’image qui se veut une représentation du réel est souvent fustigée pour ses lacunes : comment pourrait-elle donner accès à ce qui est vraiment représenté puisqu’elle n’est qu’une transposition ? N’est-elle pas plutôt un écran à la vérité du réel représenté ? Enfin, l’image artistique n’a cessé d’être suspectée de mentir, de donner un accès faussé à une réalité désormais lointaine. Dans le contexte de la représentation du génocide, ces débats ont pris un deuxième souffle. Le rôle et les capacités de l’image ont été remis en question face au caractère crucial du sujet. D’une part, le sujet, en lui-même, posait plus que jamais la question des moyens de la représentation (il s’agissait de donner accès à une réalité méconnue d’un lectorat essentiellement constitué de néophytes). Et d’autre part, le débat était d’autant plus vif que l’objectif était crucial : il s’agit, dans le cadre d’un génocide, de transmettre une réalité incroyable, impensable : celle de la destruction d’un groupe d’hommes par un autre. La question au centre de ces journées peut être simplement formulée en ces termes : L’image fixe ou mobile, au cinéma, dans la BD et la littérature est-elle susceptible de transmettre la Vérité dans le cadre du génocide ? La réponse à cette question étant propice à mille nuances, (la vérité étant sans doute à mi-chemin des points de vue tranchés et fonction des acceptions des termes en balance dans notre sujet), les contributions allant dans ce sens sont particulièrement bienvenues.

Si notre appel à contributions se réfère régulièrement au génocide entrepris par les nazis pendant la seconde guerre mondiale, les propositions concernant les autres génocides sont également bienvenues. Dans la mesure où elles nourrissent la réflexion proposée, toute définition de « l’image » est acceptée : image photographique, image de propagande peinture, dessin, image cinématographique, littéraire, bande-dessinée, image mentale…, l’ouverture de l’investigation n’a de limite que la pertinence des propositions qui nous serons soumises.

Les réflexions, sans limite véritable, peuvent être envisagées selon plusieurs axes :

  • Image de propagande et déformation de la vérité
  • Image artistique : mensongère ou voie royale vers la vérité ?
  • Image, réalité, vérité
  • L’irreprésentable : un défi pour l’image vecteur de vérité
  • Image, vérité et absence : comment « imager » une vérité de ce dont on n’a aucune image ?
  • Images et  négationnisme : les images nécessaires à une vérité niée
  • Images actuelles véhiculées sur la Shoah et les autres génocides : un miroir déformant fait de bonnes intentions ?

Les propositions, de 700 à 1000 mots environ, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, sont à envoyer à rendb@free.fr et à lucinice@hotmail.fr avant le 1er mars 2013.

Les auteurs seront informés du choix du comité de lecture le 25 avril 2013.

Responsable : A.R.E.S, présidée par Renée Dray-Bensousan, d’ARES,Historienne, Agrégée et Docteur en Histoire contemporaine, Chercheure associée à la MMSH, membre de la commission de spoliations dans les Bouches-du-Rhône, Membre du Conseil Scientifique du Mémorial des Milles

Url de référence :
http://ares-assoc.net

Adresse : ARES (Association pour la Recherche et l’Enseignement de la Shoah),Maison des associations,93, la Canebière,13001, MARSEILLE

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Précarité ». Texte et image de la crise dans la culture française contemporaine

Roswitha Böhm (Alfried Krupp Wissenschaftskolleg Greifswald) et Cécile Kovacshazy (université de Limoges) lancent un appel à communication intitulé : « “Précarité”. Texte et image de la crise dans la culture française contemporaine ». Prenant place dans le cadre du 8e congrès de l’association franco-romaniste qui aura lieu les 19 et 22 septembre à Leipzig, cette proposition nous invite à penser une « nouvelle sémantique de la pauvreté », et plus précisément les « procédés [qui] sont mobilisés dans la mise en récit et/ou mise en images de cette problématique de la précarité ». Entendant faire une place à un « imaginaire créateur » qui a été, selon les organisateurs, trop souvent négligé en la matière, gageons que cette initiative accueillera chaleureusement des travaux portant sur une bande dessinée qui s’est trop longtemps tenue à l’écart de cette thématique. Force est pourtant de constater qu’il y a fort à dire, notamment si l’on entend penser la précarité « en opposition à d’autres concepts (on pense notamment à celui de « pauvreté ») » et intégrant l’étude « du statut éventuellement “précaire” des médias eux-mêmes, leurs possibilités et leurs limites par rapport à une représentation ‘adéquate’ du précaire ». Nombre de bandes dessinées dites « alternatives » semblent en effet vouloir faire une place à ce thème : au-delà des limites chronologiques déterminées par les organisateurs (qui pourraient malgré tout être séduit par la proposition : nous vous invitons à les contacter), nous pourrions bien sur citer les travaux de Robert Crumb et d’Harvey Pekar (American Splendor) qui font le portrait d’individus mangeant à leur faim sans toutefois bénéficier d’aucun confort matériel et moral. Plus contemporain, le travail de Maximilien Le Roy semble développer un véritable vocabulaire graphique de la précarité : dans Hosni (la Boîte à Bulles), couleurs et traits ne cessent ainsi de varier afin de représenter plans de métro, affiches, presse gratuite, graffiti, bref tout l’univers « sémantique » d’un « bicot » ex-Sans Domicile Fixe, comme aime à se définir un narrateur tiré d’affaire mais revenant sur ses plus sombres années…

 

« Précarité ». Textes et images de la crise dans la culture française contemporaine

Ces vingt dernières années, une nouvelle sémantique de la pauvreté a émergé, qui recouvre aussi de nouvelles réalités. C’est ainsi que, parmi elles, on souligne dans les médias et dans grand nombre de publications en sciences sociales la « précarité », la « précarisation » et les « personnes précaires ». Mais qu’entend-on derrière ces termes, non pas nouveaux, mais entrés récemment dans le vocabulaire courant ? Peut-on assembler sous le concept de « crise » les différents processus de marginalisation sociale ? Quelles sont les spécificités de ces situations économiques et politiques en France et dans leurs représentations esthétiques ? Quelles en sont les imbrications, les recoupements, les interactions discursives ? Quelles formes artistiques et quels procédés sont mobilisés dans la mise en récit et/ou mise en images de cette problématique de la précarité et quelles nouvelles thématiques engendre-t-elle dans le domaine des études littéraires, culturelles et médiatiques ?

Ce sont ces questions qui seront abordées dans notre section. En histoire, la question a été déjà bien étudiée pour d’autres périodes, que l’on pense aux discussions autour de la pauvreté et des ordres au Moyen-âge et dans la première modernité, ou aux analyses de la rupture qu’a consacrée l’industrialisation au XIXe siècle avec la dilution des trois ordres dans une société de classes. L’intérêt de la sociologie est plus récent à travers notamment le concept d’« exclusion » et l’établissement de typologies des « exclus ». Reste que l’imaginaire créateur est encore amplement négligé dans les recherches sur la précarité. C’est donc l’intention de la section que d’interroger ce phénomène social actuel à travers les productions culturelles qu’il a générées et génère. On partira de l’hypothèse que non seulement ce processus au fondement du néologisme de « précarisation » s’illustre particulièrement bien au moyen de stratégies narratives spécifiques, mais de surcroît que des pans de cette réalité, non encore abordés dans les discours politiques ou scientifiques, sont déjà visibles dans les formes d’expressions artistiques.

Les contributions attendues porteront sur les discours (textes et images) qui traitent des évolutions économiques, sociales et politiques engendrées par la globalisation et les migrations, au tournant du millénaire – et cela non seulement dans les media ‘traditionnels’ tels que le livre, la photographie ou le film, mais aussi dans les ‘nouveaux’ media (blogs ou vidéos internet). Un retour sur la genèse du concept de la précarité, son émergence, à côté, ou en opposition à d’autres concepts (on pense notamment à celui de « pauvreté ») et les conditions de la diffusion de ce registre sémantique sera le bienvenu. Une réflexion sur le statut éventuellement ‘précaire’ des media eux-mêmes, leurs possibilités et leurs limites par rapport à une représentation ‘adéquate’ du précaire sera également envisageable.

Précisons cependant que la section se consacrera centralement à la production de textes et d’images des années 1990 jusqu’à nos jours.

Les langues de cette section sont l’allemand et le français.

Envoi des propositions de communications avant le 15 février 2012 à Roswitha Böhm & Cécile Kovacshazy: cecilekova@yahoo.fr

Sektionsleitung / Présidence :

Dr. Roswitha Böhm

Alfried Krupp Wissenschaftskolleg Greifswald

D-17487 Greifswald

Tel.: +49 (0)3834 – 86 19012

Email: roswitha.boehm@fu-berlin.de

&

Dr. Cécile Kovacshazy

Université de Limoges

39 E, rue Camille Guérin

F-87036 Limoges

Tel.: +33 (0)6 73 88 46 75

Email: cecilekova@yahoo.fr

Responsable : Roswitha Böhm & Cécile Kovacshazy

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire

François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) lancent un appel à communication intitulé « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». Débouchant sur un ouvrage qui sera publié aux Presses Universitaires de Liège dans la collection ACME (du nom du groupe de recherche qui a récemment organisé le colloque « figures indépendantes de la bande dessinée mondiale »), cette proposition nous invite à prendre la notion de superhéros au sens large puisqu’il s’agit d’appréhender ces personnages dans leur rapport au temps (en les replaçant dans une histoire de la littérature populaire), à l’espace (que celui-ci soit fictionnel, comme le Gotham City de Batman, ou politique, comme les États-Unis d’Amérique) et à un « imaginaire collectif » (faisant que ces héros, pourtant soumis à toutes les variations, demeurent empreints d’une forme de permanence). Notons que cet appel à communication très complet n’aborde pas frontalement une piste que les directeurs d’ouvrages pourraient voir explorée : celle du mode de production de ces Comics, c’est-à-dire l’analyse des dispositifs économiques, juridiques ou des auteurs leur donnant naissance. La lecture de l’ouvrage de Jean-Paul Gabilliet (Des Comics et des hommes) pourrait ainsi donner quelques idées aux chercheurs qui ne trouveraient pas leur place dans un espace scientifique qu’il s’agira d’investir avant le 1er décembre prochain.

 

Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire

Ouvrage collectif dirigé par François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Date limite : 1er décembre 2011

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque qui se diffracte en sous-ensembles de mythologies au sens où l’entendait Roland Barthes. Mais qu’est-ce qui fait le superhéros? Son incapacité à rester tranquille quand les forces du mal se manifestent? Son costume qu’on voudrait parfois plus discret et moins moulant, et qui fait systématiquement converger les regards vers lui (ou vers elle)? En quoi le superhéros se signale-t-il comme tel et qu’est-ce qui le distingue du simple héros? Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est «l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité», on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celle de l’humanité ordinaire? Cet ouvrage collectif se fixe comme premier objectif de répondre à ces questions à la lumière tant de l’histoire culturelle que de la sociocritique et de l’analyse du discours social.

Le superhéros est né dans une Amérique triomphante à la veille de la Seconde Guerre mondiale et, même s’il est largement associé au corpus bédéesque des maisons DC (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash) et Marvel (Spiderman, Fantastic Four, Hulk, X-Men), il a infiltré massivement les productions télévisuelles et cinématographiques des cinquante dernières années, et a su, en dépit (peut-être en raison) de l’apparente fixité de ses traits sémiotiques et de la minceur des scénarios auxquels il a souvent été intégré, se maintenir dans la faveur publique. Ce livre consacré à la mythologie du superhéros ne cherchera évidemment pas à pourfendre — ni d’ailleurs à défendre —, les productions culturelles de grande diffusion qui ont servi de véhicule au type du superhéros, mais à contribuer à une meilleure compréhension de ces personnages, de leurs conditions d’apparition et modes de diffusion.

3 axes de recherche :

Physiologie du superhéros. On sait que, au cours du premier xixe siècle, les physiologies, ces petits livres illustrés qui s’attachaient à décrire un phénomène du monde extérieur, se voulaient une méthode positive d’analyse des faits sociaux. Par sa survie durable dans l’imaginaire collectif, la mythologie du superhéros s’impose bien comme un phénomène social, quoique non référentiel, dont il sera pertinent de mettre en lumière la topique et les principales caractéristiques. Puisque tout superhéros qui s’implante dans l’imaginaire collectif atteint «une fixité emblématique qui le ren[d] facilement reconnaissable» (Umberto Eco), les contributions à ce collectif pourront aussi s’attacher à un seul personnage afin d’isoler les signes par lesquels il demeure le même au gré de ses divers avatars (littéraires, graphiques, télévisuels, cinématographiques).

Géographie du superhéros. On imagine sans peine le héros à la campagne, un peu ennuyé parfois, certes, et lorgnant souvent le chemin de la ville, mais on peut l’y situer et le forcer à y rester, le temps d’un roman, du moins. Peut-on faire de même avec le superhéros? Que ferait Spiderman sans les gratte-ciels de New York ou Batman en banlieue de Gotham City, loin du bruit, des journalistes et des foules? Le phénomène est-il généralisé? Clark Kent grandit à Smallville, au Kensas, mais c’est à Metropolis qu’il passe sa vie adulte. Un certain Actarus et son robot Goldarak, issus des Mangas japonais, cherchent à se faire oublier à la campagne, mais ils doivent systématiquement en sortir lorsque les forces de Vega envoient depuis l’espace les puissants Golgoth tuer les citadins et faire sauter les puits de pétrole (ou, encore, découvrir des super-métaux). Qu’indique ce rapport à l’espace (sans jeu de mot) du superhéros? En outre, comment les superhéros s’imposent-ils comme des héros «nationaux», qui condensent et amplifient les qualités présumées de leur nation d’appartenance (Wolverine, l’homme sauvage du Nord canadien; Captain America, protégé par un bouclier à l’effigie du drapeau américain)? Existe-t-il au contraire des superhéros internationaux, dont l’essence aurait partie liée à la citoyenneté du monde?

Histoire du superhéroïsme. On connaissait le héros épique, qui se livra sur les champs de bataille de Troie ou de Roncevaux à des carnages mémorables sous le regard approbateur des dieux; on connaissait également le héros romanesque évoluant dans un monde opaque, déserté par la transcendance (Lukács). Qu’est-ce qui laissait présager l’émergence du superhéros? L’un des axes de réflexion sera ce passage historique du personnage humain, quelquefois doué, voire intellectuellement surdoué (Sherlock Holmes, Rouletabille), parfois pourvu d’une force physique extraordinaire (Porthos, Jean Valjean), mais appartenant résolument à l’humanité, à un personnage de surhomme, transformé, transfiguré ou génétiquement modifié par la science et la technologie. Comment et à quel moment s’effectue cette transition? Quels en sont les moments clés? Sur quels facteurs historiques, culturels, discursifs, économiques, politiques ou sociologiques s’est-elle appuyée?

La publication de ce collectif se fera aux Presses Universitaires de Liège – Sciences humaines (PULg), dans la collection ACME. Les contributions soumises feront l’objet d’une évaluation par les pairs (« peer review »). La parution du recueil est prévue pour l’automne 2012.

Les propositions de textes, en français, doivent inclure un résumé de 400 mots, un titre, l’axe de recherche privilégié et les coordonnées de l’université et du département d’attache. Elles doivent parvenir à l’adresse suivante avant le 1er décembre 2011 : boucher-f@rmc.ca

Responsable : François-Emmanuël Boucher

Url de référence :
http://www.rmc.ca/aca/fs-ef/per/bou/index-fra.asp

Adresse : François-Emmanuël Boucher Directeur du Département d’études françaises Professeur agrégé Collège militaire royal du Canada CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario (Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436 Courriel: boucher-f@rmc.ca

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre d’un projet de recherche ANR, la Joie par les livres (Centre national de la littérature pour la jeunesse / BnF), l’université Blaise-Pascal et l’AFRELOCE organisent un colloque à l’automne 2012 consacré à la question des enfants en temps de guerre. De l’embrigadement des enfants dans les bandes dessinées des deux conflits mondiaux (évoqués notamment à travers les travaux de Manon Pignot ou Gilles Ragache), à l’encadrement des lectures enfantines (on pense évidemment aux travaux de Thierry Crépin sur la Commission de Surveillance et de Contrôle des publications destinées à la jeunesse), les pistes abondent dans le domaine de la bande dessinée. Ce colloque s’intéressant particulièrement aux points de vue à hauteur d’enfants, on pense immédiatement à une oeuvre telle que Gen d’Hiroshima. Plus profondément, la tension entre aspirations pacifistes et logiques bellicistes trouvera, dans le champ de la bande dessinée, un terreau fertile, cette tension apparaissant comme un des fondements de la bande dite « dessinée franco-belge ».

 

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse
Colloque international à la Bibliothèque nationale de France et à l’Ecole Normale Supérieure de Paris

18-19 octobre 2012

Délai : 30 septembre 2011

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche Enfance Violence Exil, la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, les 18-19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ?

De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du 20e siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socioéconomiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc.- pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’oeuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant – récits ou témoignages d’enfants – ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

 

Comité scientifique du colloque :

Nelly Chabrol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Michel Defourny (Université de Liège), Claudine Hervouët (BnF/CNLJ – La Joie par les livres), Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire), Mathilde Lévêque (Université de Paris 13 – Afreloce), Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand), Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS), Olivier Piffault (BnF/CNLJ-La Joie par les livres), Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres).

 

Modalités

Le colloque se déroulera à Paris, le 18 octobre à la BnF et le 19 octobre à l’ENS de Paris.

Langues : français, anglais, espagnol.

Les communications seront enregistrées afin d’être mises en ligne sur le portail d’EVE (avec l’accord des intervenant-e-s)et éventuellement sur un site de la BnF.

La durée de chaque communication est limitée à 25 minutes.

Les propositions de communication (titre et résumé de 1000 signes maximum), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique devront parvenir (par courriel)

avant le 30 septembre 2011 à :

Marion Caliyannis

BnF – CNLJ-La Joie par les Livres

marion.caliyannis@bnf.fr

 

Contexte : le programme Enfance Violence Exil

Le programme de l’Agence Nationale pour la Recherche « Enfance Violence Exil », élaboré par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Socio-poétique (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle, principalement en Europe (de la Première Guerre mondiale à l’aube du 21e siècle). Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. Ce projet s’inscrit dans un champ de recherches interdisciplinaire qui associe en particulier les approches littéraires, historiques, linguistiques, psychologique, humanitaires. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant », à travers le vécu des enfants victimes et de la représentation qu’ils en ont donnée ou dont ils ont fait l’objet par l’intermédiaire des médias les plus variés.

Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources :

http://www.enfance-violence-exil.net

L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification

Le centre de recherche FIGURA (à travers son équipe joliment nommée ERIC LINT) de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et le LERMA (Aix-en Provence) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification ». Faisant suite à un premier colloque consacré aux fictions et images du 11 septembre, cet événement est susceptible d’intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il « propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art » en posant la question du « passage de la fictionnalisation à la mythification ». L’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous propose d’étudier des « figures », des « représentations » ou des « canons » plus que des récits, et il sera possible pour les étudier de s’appuyer sur deux articles d’Eric Villagordo : « La représentation du 11 septembre dans les bandes dessinées : frontière du réel et de l’imaginaire » ainsi que « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande dessinée ». La date limite est fixée au 15 mai prochain.

L’imaginaire du 11 septembre 2001: de la fictionnalisation à la mythification

Date limite : 15 mai 2011

Il ne fait plus aucun doute que les attentats du 11 septembre 2001 aient constitué pour plusieurs un moment de rupture important, certains y voyant la naissance même du 21e siècle et du troisième millénaire. Charnière, l’événement ne pouvait peut-être faire autrement que de l’être : les États-Unis, attaqués sur leur sol, là même où le pouvoir est en jeu, par le commerce dans les tours du World Trade Center, et la force militaire au Pentagone. 19 terroristes, formés dans les écoles d’aviation des États-Unis, réussissant à détourner quatre avions et à les transformer en missiles, atteignant des symboles de la force des États-Unis sans que ces derniers aient le temps de répliquer. L’attaque, rythmée par les écrasements des avions et les effondrements des tours, s’est déroulée en 102 minutes, comme un blockbuster, et a été diffusée en direct à la télévision.

L’événement ne serait pas le même sans sa diffusion. Dans les jours et les mois qui ont suivi, les médias ont diffusé de manière répétitive des images fixes et filmées de l’événement, cristallisant la représentation qui serait donnée des événements en une série d’icônes : l’homme qui tombe, les papiers tombant, le nuage de débris, l’explosion de l’avion dans la tour sont autant d’images qui, transformées en tropes, traversent les représentations du 11 septembre, que ce soit en littérature, en arts visuels ou au cinéma. Marianne Hirsch, dans un article de 2003 sur les images iconiques du 11 septembre, demandait : « What elements determine this process of reduction and iconization? And in what ways will this process be in fact determined by aesthetic factors? » À l’approche du 10e anniversaire des attentats, le moment semble tout indiqué pour relancer cette question afin de voir comment les arts ont répondu à l’événement, l’ont intégré ou n’ont pas réussi à le faire de manière jugée satisfaisante, comme c’est le cas avec le cinéma main Stream qui, après World Trade Center d’Oliver Stone, s’est contenté d’évoquer l’événement de manière plus ou moins lointaine.

Ce colloque, qui fait suite aux colloques Fictions et images du 11 septembre 2001 (UQAM-2007) et Regards croisés sur le 11 septembre (Aix-en-Provence, 2010), propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art. Dix ans après, comment le cinéma, le théâtre, les arts visuels et la littérature négocient-ils avec l’événement? Que les oeuvres d’art le fassent sur le mode mineur de l’évocation ou en situant les attentats au centre de l’oeuvre, quelles images utilisent-elles? Partant de la prémisse que le 11 septembre marque, dans les faits, la naissance d’un mythe d’origine du 21e siècle, comment s’effectue dans la création même ce passage de la fictionnalisation à la mythification? Quelles figures, quelles représentations sont choisies? Quelles figures sont, au contraire, rejetées, négligées, alors qu’on les croyait centrales après les attentats?

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

· Figures récurrentes dans les romans du 11 septembre

· Enjeux de la commémoration : entre les souvenirs, la mémoire et la reconstruction

· Les canons du 11 septembre en photographie

· Cristallisation des figures et du récit

· Impuissances du cinéma

· Le 11 septembre et la télévision

· La réception critique des romans du 11 septembre

· Réponses de l’institution (littéraire, cinématographique, artistique) aux représentations de l’événement

· Processus de mythification de l’événement

· Le 11 septembre 2001 et l’autre 11 septembre (Chili)

· Le recours à d’autres événements historiques pour parler du 11 septembre.

· Etc.

Le colloque, organisé conjointement par ERIC LINT (UQAM) et le LERMA (Aix-en-Provence), aura lieu les 7 et 8 octobre 2011 à l’Université du Québec à Montréal.

Les propositions (250 mots) doivent être adressées à Annie Dulong (annie.dulong@videotron.ca) avant le 15 mai 2011.

Comité scientifique

Annie Dulong

Bertrand Gervais

Responsable : Dulong Annie

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comics and conflicts conference

Le Imperial War Museum de Londres lance un appel à communication intitulé : « Comics and Conflict ». Débouchant sur un colloque (prévu les 19 et 20 avril prochain) à Londres, celui-ci nous invite à réfléchir sur la « façon dont les bandes dessinées du monde entier représentent l’expérience et l’impact de la guerre et des conflits ». Faisant directement écho à un colloque de Cerisy organisé en juin 2010 (« Guerres et totalitarisme dans la bande dessinée »), cette proposition nous invite à considérer nombre de problématiques et d’œuvres que nous ne saurions toutes citer ici (Gen d’Hiroshima, La Guerre d’Alan, Gaza 1956…). Il est à noter que la collection « La BD de classe en classe » éditée par le CRDP Charente-Poitou propose plusieurs titres proposant un usage pédagogique d’œuvres portant sur la guerre : Enseigner la souffrance et la mort avec C’était la guerre des tranchées de Tardi, Dessiner l’indicible autour d’Auschwitz de Placal Croci ou encore La guerre d’Algérie avec Azrayen de Lax et Giroud. Il est sans doute possible, s’appuyant sur ses publications, de formuler une piste de recherche originale qu’il s’agira de concevoir avant le 31 mars prochain.

The Comics & Conflicts Conference will be held on 19-20 August, 2011 at the Imperial War Museum in London, and is aimed at comics scholars, practitioners, and enthusiasts. Invited conference speakers and guests will include: Pat Mills (Charley’s War); Martin Barker and Roger Sabin on Doonesbury; Garth Ennis (Troubled Souls, War Story); Jacques Tardi (It Was The War Of The Trenches) and Jean-Pierre Verney (Putain de Guerre), the latter two subject to confirmation.

Papers for the conference are welcomed that explore the ways in which comics around the world represent and articulate the experience and impact of war and conflict. For example, topics may include:

  • Depictions of conflict in comics created for children.
  • Representations of trauma in comic books, graphic novels, manga & other forms of international comics.
  • Visual representations of conflict in such places as Afghanistan, Britain, France, Germany, Japan, Korea, The Middle East, Northern Ireland, and Vietnam.
  • Journalism, biography, and memoir in comics on conflict.
  • Focus on key practitioners such as Guibert, Kubert, Mills, Sacco, Satrapi, Spiegelman, Tardi & Trudeau.
  • Comics as a space to depict/critique national ideology.
  • Comics as tools of propaganda, both of the state and of protest organisations.

In the first instance please email abstracts of 250 words, with a brief author biography, to a.kahn@roehampton.ac.uk, including ‘Comics & Conflicts 2011’ in the subject heading. The deadline for submissions is 31 March, 2011.

The Comics & Conflicts Conference is organised by Ariel Kahn (Senior Lecturer in Creative Writing at Roehampton University), Alex Fitch (presenter of Panel Borders, the UK’s only weekly broadcast radio show about comics) and Paul Gravett (Comica Director).

The Comics & Conflicts Conference will form part of a literary festival being held from 13-21 August 2011, which accompanies the Imperial War Museum’s new exhibition Once Upon A Wartime: Classic War Stories for Children.  For more information about the exhibition and the festival visit the Imperial War Museum web site.

Further details of this very special event (including details on the keynote speakers, special guests and registration) will be announced right here on the Comica News Blog.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The aesthetics of security in literature and visual media

Kai Sicks, membre de l’International Graduate Center for the study of culture appartenant à la Justus Liebig University Giessen (Allemagne) lance un appel à communication intitulé : « The aesthetics of security in literature and visual media ». Cette proposition nous invite à penser la notion de « sécurité » comme un élément structurant des fictions littéraires, télévisuelles, cinématographiques ou « autres » et nous pensons qu’elle peut donc intéresser des chercheurs s’intéressant à la bande dessinée. Nombre d’œuvres appartenant au neuvième art s’intéressent en effet à des modes d’organisations spatiales pensées en termes de sécurité, à l’instar du Mystére d’Urbicande de Benoît Peeters et François Schuiten qui fait le portrait d’une ville administrée autour d’une démarcation entre quartiers populeux empreints d’insécurités et zones nettement plus aspetisées. L’urbain devient alors le reflet d’une organisation sociale, comme dans le cas de Social Fiction de Chantal Montellier (et notamment de Wonder City qui présente un monde aspetisé et sécurisé) ou, plus largement, d’œuvres construite autour de notions supposant une démarcation (comme la frontière dans La Frontière invisible de ces mêmes Schuiten et Peeters). Enfin, il est à signaler que nombre de comics semblent faire de la représentation de la sécurité ou de l’insécurité un véritable enjeu narratif et esthétique, et notamment Judge Dreed qui, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, s’organise autour d’un personnage cumulant pouvoirs de police et de justice afin d’incarner l’ordre au sein d’espaces voués à l’anarchie. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er juin prochain.

For the second issue of « eTransfers. A Postgraduate E-Journal for Comparative Literature and Cultural Studies », we are looking for contributions to

The Aesthetics of Security in Literature and Visual Media

The contemporary debate surrounding “communities of security” inquires, in particular, into culturally disseminated representations of normality, against which the dangerous is demarcated. At the same time, this debate is concerned with regulations that are designed to minimise the risk of danger and which create an atmosphere of fear; an atmosphere which in turn encourages further concerns about security. This debate frequently makes reference to Michel Foucault’s work on governmentality and to Ulrich Beck’s theory of the risk society; both theoreticians come to the conclusion that such processes of normalisation, regulation and the creation of fear are implemented and legitimised through strategies such as surveillance and inspection, measurement and statistical investigation. These strategies can also be described as mediating techniques of simultaneous inclusion and exclusion: those phenomena or people brought into view as threats are identified and included through the operations of observation, yet in the same process are relegated to being elements which, for the purposes of eliminating an imagined risk, must be excluded, if not completely eliminated. Communities of security do not implement these strategies of protection at all times and in all places, as the language of Big Brother would suggest; rather they create spatial, temporal and social Zones of Surveillance which structure awareness (of the State, of the police, and of private security communities) and make focused interventions possible.

Literature, film and television transform these zones of surveillance into semi-fictional stages of social inclusion and exclusion. Often they allow the dynamics of power to be performed by stereotypical protagonists, thereby contributing, on the one hand, to the reduction of complexity in the field of security. On the other hand, however, they render this selfsame field more complex: if literature, film and television aestheticize zones of security (border regions, prisons and camps, slums) as well as strategies of security (surveillance, inspection, measurement), then the security procedures which are depicted also continually interact with these staged and mediated processes. This is because the modes of inclusion and exclusion which are staged can equally, through the mediation of narrative, be affirmed, revised or rejected. In this way, narrative media become engaged in the negotiation of potential threats and types of safety, and are themselves integrated into the spectrum of the normalising and regulating modes of security.

For the second issue of eTransfers we are seeking contributions which — through the consideration of individual texts, films and television programmes (and possibly other formats from the new media) — analyse this aestheticization and narrativization of security. Contributions may address but should not necessarily be confined to the following questions:

  • Which spaces and strategies of security are represented in literary and visual media, and which types of plot proliferate in the context of security communities? • Which modes and behaviour and which types of persons are identified as being “dangerous”, how does this occur, which modes of inclusion and exclusion accompany the depicted strategies of security, and are there unambiguously “good” and “evil” protagonists?
  • Which modes of observation, inspection and measurement are depicted and how do they interact with the specific narrative medium under investigation?
  • To what extent do narrative media themselves either encourage processes of security or attempt to avoid instigating their own form of security politics, and are these narrative processes given to reinforcing or disturbing the readers’ senses of security (for example, through the technique of unreliable narration)?

We request the submission of completed essays, no longer than 6,000 words, written in either English or German, by 1 June 2011. Contributions should be sent to one of the following addresses: etransfers@gcsc.uni-giessen.de or arts-etransfers@ qmul.ac.uk. When making a submission please take note of our detailed submission instructions on http://eTransfers.uni-giessen.de or http://www.sllf.qmul.ac.uk /research/anglogerman/etransfers/

Dr Kai Sicks
International Graduate Center for the Study of Culture
Justus Liebig University Giessen (Germany)

Email: kai.sicks@gcsc.uni-giessen.de
Visit the website at http://www.sllf.qmul.ac.uk/research/anglogerman/etransfers/index.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Dans le réel ! Bande dessinée et questions de société

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image s’associe avec le Pôle de Ressources pour l’Éducation Artistique et Culturelle Bande Dessinée (plus connu sous le nom de PREAC BD et administrant l’excellent site de ressources pédagogiques L@BD) pour organiser son stage à destination des professionnels du livre qui a traditionnellement lieu avant l’ouverture du festival d’Angoulême. Le thème retenu cette année est « Dans le réel ! Bande dessinée et question de sociétés » et il fait assurément honneur au lauréat du Grand Prix de la ville d’Angoulême 2010. La visite de l’exposition consacrée à Baru, auteur qui semble n’avoir de cesse de représenter l’aliénation de la classe ouvrière (Quéquette blues) ou le terrifiant racisme dont souffre les populations immigrées (L’Autoroute du soleil), complétera sans doute parfaitement les deux jours d’information et de réflexion consacrés à un thème fort peu traité dans la bande dessinée.

Dans le réel, bande dessinée et questions de société

mardi 25 janvier 2011 en salle Nemo

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


9h00-9h15 accueil
9h15-9h30 mot d’accueil de Gilles Ciment, directeur de la Cité, et présentation du stage et de son organisation
9h30-10h30 panorama du traitement des questions de société dans la bande dessinée par Benoit Berthou
10h45-12h00 rencontre avec Sandrine Revel, Charles Masson et Morvandiau (auteurs), animée par Pouria Amirshahi (la Cité)
12h30-14h00 déjeuner à la table à dessin
14h00-15h30 la Bande dessinée historique coréenne, Massacre au pont de No Gun Ri et Fleur, par Agnès Deyzieux
15h30-17h00 rencontre avec Laurent Astier (auteur), animée par Laurent Lessous
17h30-18h30 visite de l’exposition Parodies, la bande dessinée au second degré, sous la conduite de Thierry Groensteen (commissaire de l’exposition).
18h30 cocktail apéritif

mercredi 26 janvier 2011 en salle Nemo

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


9h00-10h30 panorama du traitement des questions de société dans la bande dessinée jeunesse par Denis Lapière
10h45-12h00 rencontre avec Marzena Sowa et Guillaume Bianco (auteurs)
12h30-14h00 déjeuner à la table à dessin
14h00-16h30 rencontre avec Etienne Davodeau et Kris, animée par Laurent Lessous
17h00-18h00 visite des nouvelles réserves patrimoniales de la bibliothèque de la Cité et de son nouveau centre de documentation

jeudi 27 janvier 2011 dans l’auditorium du musée

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


questions de professionnels
9h00-10h15 le désherbage de la bande dessinée en bibliothèque : retours d’expériences
10h30-11h45 la médiation bande dessinée en bibliothèque : retours d’expériences
11h45-12h00 bilan du stage et clôture

Les intervenants

Benoît Berthou : maître de conférence, Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication (LabSIC), Paris 13
Sandrine Revel : auteur de Résurgences : Femmes en voie de resociabilisation – La Boîte à bulles, 2010 (Contre cœur).
Charles Masson : auteur de (entre autres) Droit du sol -Casterman, 2009 (Ecritures), Bonne santé – Casterman, 2005 et Soupe froide – Casterman, 2003.
Pouria Amirshahi : chargé de mission auprès du directeur (Cité)
Agnès Deyzieux : Documentaliste, journaliste, auteur de Découvrir le manga, formatrice, animatrice, spécialiste du manga, présidente des associations Bulle en Tête et Gachan consacrées à la promotion de la lecture de la bande dessinée et du manga.
Laurent Astier : auteur de L’affaire des affaires, tomes 1 et 2 avec Denis Robert et Yan Lindingre – Dargaud, 2009.
Laurent Lessous : enseignant, préac-BD (CRDP Poitou-Charentes)
Etienne Davodeau : auteur de (entre autres) : Rural ! – Delcourt, 2001, Les Mauvaises gens : Une histoire de militants – Delcourt, 2005., Lulu, femme nue, tome 1 et 2 -Futuropolis, 2009-2010.
Kris : auteur-scénariste (entre autres) de : Les ensembles contraires – Futuropolis, 2008-2009, Coupures irlandaises – Futuropolis, 2008, Un homme est mort, Futuropolis, 2006.
Marzena Sowa : auteur de Marzi – Dupuis, 2005 à 2009.
Guillaume Bianco : auteur (entre autres) d’Ernest & Rebecca – Le Lombard, 2008-2010.
Denis Lapière : auteur-scénariste entre autres d’Alice et Léopold, Charly, Luka, Ludo, Oscar et directeur des collections « Punaise » et « Puceron » chez Dupuis.
Morvandiau : auteur (entre autres) de D’Algérie – Maison rouge, 2007 et coorganisateur du festival « Periscopages » de Rennes.

Inscription et renseignements

http://www.citebd.org/spip.php?article1979

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction

Le Mansfield college d’Oxford accueillera du 12 au 14 juillet prochain un colloque international et interdisciplinaire dont le thème est : « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction ». Cet événement souhaite, à en croire l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, aborder plusieurs genres (science-fiction, cyberpunk, steampunk…) à travers de multiples représentations de l’humanité, que celles-ci aient trait à des mutations (cyborg, intelligence artificielle…) ou au devenir de pratiques sociales (religion, organisations politiques…). Semblable perspective intéresse au premier chef la bande dessinée et peut même constituer le cœur d’un complexe dispositif de publication comme dans le cas de Girl genius, un dispositif s’auto-définissant comme « steam punk » et mobilisant webcomics, fanfictions et forums… À côté de ces innovantes formes de publication, cette « vision de l’humanité » est également présente dans de nombreuses œuvres. Alors qu’une série comme Judge Dredd représente une humanité incapable de s’organiser en société, un manga comme Dragon Head semble faire de la terreur le fondement d’une possible entente entre les survivants d’une énigmatique catastrophe. Notons enfin que le volumineux Akira évoque à lui seul la quasi-totalité des thèmes présentés ci-dessous et constitue ainsi une œuvre de référence qu’il s’agira de relire avant le 14 janvier prochain.

« Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction »

Tuesday 12th July 2011 – Thursday 14th July 2011
Mansfield College, Oxford

This inter-disciplinary and multi-disciplinary project aims to explore what it is to be human and the nature of human community in cyberculture, cyberspace and science fiction. In particular, the project will explore the possibilities offered by these contexts for creative thinking about persons and the challenges posed to the nature and future of national, international, and global communities.

  • Papers, short papers, and workshops are invited on issues related to any of the following themes;
  • the relationship between cyberculture, cyberspace, science fiction
  • cyberculture, cyberpunk and the near future: utopias vs. dystopias
  • science fiction and cyberpunk as a medium for exploring the nature of persons
  • humans and cyborgs; the synergy of humans and technology; changing views of the body
  • human and post-human concepts in cyber arts and cinema
  • mobile media, place and the telematic body
  • bodies in cyberculture; from apes to androids – electronic evolution; biotechnical advances and the impact of life, death, and social existence
  • body politics in cyberpunk and steampunk: body modification versus cosplay?
  • artificial intelligence, robotics and biomedia: self-organization as a cultural logic
  • gender and cyberspace: new gender, new feminisms, new masculinities
  • cyberpunk and steampunk: exploring the differences and similarities
  • virtual worlds and videogames and its impact on science fiction
  • digital culture and interactive storytelling, transmedia storytelling
  • nature, enhancing nature, and artificial intelligence; artificial life, life and information systems
  • networked living in future city, urban lifestyles
  • human and post-human politics; cyborg citizenship and rights; influence of political technologies
  • cyberpolitics, cyberdemocracy, cyberterror; old conflicts, new spaces: elections, protest and war in cyberspace
  • the state and cyberspace: repression vs. resistance
  • boundaries, frontiers and taboos in cyberculture
  • religion and spirituality in cyberculture

The Steering Group particularly welcomes the submission of pre-formed panel proposals. Papers will also be considered on any related theme. 300 word abstracts should be submitted by Friday 14th January 2011. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 27th May 2011. Abstracts should be submitted simultaneously to both Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats with the following information and in this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract
E-mails should be entitled: VISIONS6 Abstract Submission.

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using footnotes and any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Joint Organising Chairs

Daniel Riha

Charles University

Prague,

Czech Republic

E-mail: rihad@inter-disciplinary.net

Rob Fisher

Network Founder and Network Leader

Inter-Disciplinary.Net

Priory House, Freeland, Oxfordshire OX29 8HR

United Kingdom

E-mail: visions6@inter-disciplinary.net

For further details about the project please visit:

http://www.inter-disciplinary.net/critical-issues/cyber/visions-of-humanity/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts