Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

Benoît Mitaine, David Roche et Isabelle Schmitt de l’université de Bourgogne organisent le 15 février 2013 une journée d’étude intitulée : « Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran ». Faisant suite à une première journée (« Du texte aux images »), cet événement propose aux chercheurs de questionner un « passage de l’image fixe à l’image animée » posant notamment le problème de « l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres » et dans des domaines variés, aussi bien graphiquement que culturellement comme le montre le programme. Disponible grâce au lien publié ci-dessous, nous laissons nos lecteurs découvrir celui-ci et les Carnets tiennent plus largement à saluer l’effort de chercheurs qui ont construit un ambitieux projet scientifique autour de la bande dessinée et de la culture graphique.

Bande dessinée et adaptation 2. De la page à l’écran

 

Journée d’étude, 15 février 2013 (de 9h à 17h30)

MSH de l’Université de Bourgogne

2 bd Gabriel – 21000 Dijon

Résumé :

La question de l’adaptation appliquée spécifiquement à la bande dessinée n’a soulevé que de rares réflexions jusqu’à présent. Or, la bande dessinée, de par son hybridité sémiotique naturelle, se trouve à équidistance du roman et de l’écran, ce qui lui donne le double avantage de pouvoir adapter et d’être adaptée. Nous interrogerons lors de cette deuxième journée d’étude les formes de passage de l’image fixe à l’image animée, questionnerons l’ “adaptabilité” de certaines œuvres et genres, reviendrons sur quelques cas méconnus sans non plus négliger la dimension économique de cette pratique culturelle dont certains studios de cinéma américains se sont fait une spécialité.

Remarque : Cette journée d’études fait suite au premier volet (« Du texte aux images ») organisé en février 2012 sur l’adaptation en bande dessinée de textes littéraires.

Responsables : Isabelle Schmitt ; Benoît Mitaine ; David Roche (Université de Bourgogne, EA 4182)

Contacts : isabelle.schmitt@u-bourgogne.fr ; benoit.mitaine@u-bourgogne.fr ; david.roche@u-bourgogne.fr

Lien programme : http://til.u-bourgogne.fr/images/stories/labo/programme/prog.%20je-bd-15-02-2013.pdf

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Biographie de Robert Crumb

Jean-Paul Gabilliet, professeur d’université à Bordeaux III et auteur des Comics et des hommes, vient de publier une biographie de Robert Crumb aux Presses Universitaires de Bordeaux. Produit par un éminent chercheur, dont les travaux sur la bande dessinée sont reconnus, et consacré à un auteur dont l’influence et l’importance ne peuvent être mises en doute, ce livre intéressera à coup sur nos lecteurs : nous reproduisons ci-dessous la présentation de l’ouvrage et vous proposons de télécharger le communiqué de presse du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines.

Robert Crumb devint à la fin des années 60 le pape de la bande dessinée underground américaine. Né en 1943 dans une famille typique de la petite classe moyenne de l’après-guerre, il s’imposa à l’âge adulte comme le premier satiriste de la contreculture, avec des personnages mémorables tels que Fritz le chat, jouisseur cynique et désabusé, et le gourou roublard Mr. Natural. Au détour de rencontres avec Janis Joplin, Jim Morrison, Charles Bukowski et bien d’autres, il marqua les années 70 en pornographe vilipendé par les féministes et les gardiens des bonnes moeurs. Mais il se révéla dans la suite de sa carrière comme un créateur aux facettes multiples, illustrateur et musicien aussi bien inspiré par sa nostalgie des années 20 et 30 que par la vie de Kafka et la Genèse.

De Philadelphie à Cleveland, de la Californie aux Cévennes, ce livre retrace la vie et l’oeuvre de R. Crumb, baby-boomer qui quitta à dix-neuf ans la famille dysfonctionnelle dans laquelle il avait grandi pour devenir d’abord l’auteur de bandes dessinées le plus emblématique de la révolution hippie puis, à la fin du XXe siècle, un des principaux pères spirituels des romans graphiques de la nouvelle BD américaine.

Cet ouvrage est la première biographie de R. Crumb. Dessinateur autodidacte au talent exceptionnel, il fait depuis toujours scandale en raison de ses incursions dans la pornographie mais aussi dans une satire sans concessions où il met en scène ses propres angoisses envers les femmes ainsi que toutes les pulsions honteuses de la société américaine, son racisme et son conservatisme.
Jean-Paul Gabilliet est professeur d’histoire et civilisation américaines à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Spécialisé dans l’histoire de la bande dessinée américaine, il est l’auteur de Des Comics et des hommes: histoire culturelle des comic books aux États-Unis (Éditions du Temps, 2005).

cpcrumb1_1330096932298(1)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Dossier Daniel Clowes

La revue Salon Double, qui entend se situer « entre la critique journalistique et la critique spécialisée de type universitaire » et qui publie donc des études critiques lance un appel à textes pour un « dossier Daniel Clowes ». Cette proposition nous invite donc à traiter de l’œuvre d’un auteur qui est présenté comme « l’un des artistes les plus importants et influents de la bande dessinée alternative américaine des trois dernières décennies, [qui] a énormément contribué à repousser les préjugés de puérilité et de pauvreté littéraire trop longtemps associés au 9e art en Amérique ». Le risque est donc grand de tomber dans l’hagiographie, et les chercheurs souhaitant formuler une proposition seraient bien inspirés de retenir une piste au sein du texte que nous reproduisons ci-dessous : celui-ci décrit en effet un auteur s’emparant de thèmes et de formes variées tout en faisant preuve d’une liberté de ton (« de cynique friand d’humour noir ») qui est ici comparée à celle de David Lynch. Pour mieux caractériser ce « cynisme », il serait intéressant de se référer au dossier que neuvième art 2.0 a consacré à l’auteur, et notamment à l’intéressant article de Xavier Guilbert qui met en évidence le refus du corps, et plus largement de l’exercice d’une sexualité, sensible dans toute l’œuvre de l’auteur américain. La date limite de cet appel à communication est fixée au 15 décembre prochain.

 

Dossier Daniel Clowes

Daniel Clowes, l’un des artistes les plus importants et influents de la bande dessinée alternative américaine des trois dernières décennies, a énormément contribué à repousser les préjugés de puérilité et de pauvreté littéraire trop longtemps associés au 9e art en Amérique. Son dessin, qui peut aussi bien être précis que caricatural, ses compositions visuelles fouillées, son sens aigu du dialogue et ses récits construits à grands renforts de symbolisme et d’un mystère invitant à la lecture attentive font de lui un incontournable sur la scène de la bande dessinée. Travaillant aussi bien le récit court (les recueils Caricature et 20th Century Eightball) que les romans graphiques (David Boring) en passant par les comic strips à continuité narrative (Ice Haven, Mister Wonderful et Wilson), Clowes a su tirer le maximum des différents formats du médium. Capable de créer une ambiance onirique glauque que David Lynch ne renierait pas (Like a Velvet Glove Cast in Iron) comme de représenter de manière amusante et poignante la relation d’amitié de deux adolescentes blasées (Ghost World), Clowes a exploré des thèmes variés en y apposant à chaque fois sa marque de cynique friand d’humour noir. Il a également été étroitement impliqué avec le réalisateur Terry Zwigoff dans les deux adaptations filmiques tirées de ses œuvres, soit Ghost World (2001) et Art School Confidential (2006).

Ce dossier critique de Salon double s’intéresse à l’œuvre de Clowes, et nous recevons les contributions en tous genres, qui peuvent porter sur une œuvre en particulier ou sur une thématique traversant la carrière de l’auteur. Le protocole de rédaction de Salon double est disponible à l’adresse suivante : http://salondouble.contemporain.info/protocole-de-redaction-du-salon-double

Les propositions de lecture doivent être envoyées à salondouble@contemporain.info avant le 15 décembre 2011.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Annual Florida Conference of Historians/superheroes

Julian Chambliss, professeur d’histoire au Rollins College (Floride, USA), lance un appel à communication pour la 52e conférence annuelle des historiens de Floride. Prenant place dans la section « Media Art and culture », celui-ci se focalise sur les « superhéros » et constitue donc le pendant du récent appel à communication « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». S’il entend permettre d’explorer la plce de ces personnages dans la culture américaine, cet appel à communication met en effet l’accent sur les pratiques d’adaptation de ces Comics au cinéma, à la télévision ou en musique : il ne manque que les jeux vidéos auxquels pourraient s’intéresser quelques propositions qu’il s’agira d’élaborer avant le 16 décembre prochain.

 

From Superman’s 1938 debut through recent tales of identity crisis and political divide, superhero comic books have made an indelible mark on American culture. The current popularity of stories and characters originating in comic books has expanded interest in the medium and in the symbolic power of the superhero. Recent scholarship has attempted to define the superhero’s unique relationship to American culture. The Florida Conference of Historian Special Interest Section (SIS) on Media Arts and Culture welcome submission to the 52nd annual Florida Conference of Historian meeting that address the ways the comic book superhero represents, constructs, and distorts American culture are welcomed. Special consideration will be given to papers that explore comics-inspired movie, television, and music. The Media Arts and Culture SIS welcomes submission from graduate students, undergraduates, and independent scholars who wish to participate. All conference invitees are eligible for review for inclusion in the FCH refereed published proceedings.

1. Paper title and abstract/proposal (300-500 words)
2. Brief vita or biography (one page max)
3. Complete personal information: name, department, academic affiliation, mailing address, and e-mail address.

Worthwhile topics include (but are not limited to):

Ethnicity and the Superhero / Gender and the Superhero / Superheroes and Nationalism / Religion and the Superhero / The Superhero in the Media / Marvel Cinematic Universe: Past and Presence / Superhero and Identity / Class Identity and the Superhero/ Violence and the Superhero / Political Identity and the Superhero

Dr. Julian Chambliss
Rollins College
1000 Holt Avenue-2762
Winter Park, FL 32789
407-646-2214
Email: jchambliss@rollins.edu
Visit the website at http://myweb.rollins.edu/jchambliss/Julian_C._Chambliss/Homepage.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire

François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) lancent un appel à communication intitulé « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». Débouchant sur un ouvrage qui sera publié aux Presses Universitaires de Liège dans la collection ACME (du nom du groupe de recherche qui a récemment organisé le colloque « figures indépendantes de la bande dessinée mondiale »), cette proposition nous invite à prendre la notion de superhéros au sens large puisqu’il s’agit d’appréhender ces personnages dans leur rapport au temps (en les replaçant dans une histoire de la littérature populaire), à l’espace (que celui-ci soit fictionnel, comme le Gotham City de Batman, ou politique, comme les États-Unis d’Amérique) et à un « imaginaire collectif » (faisant que ces héros, pourtant soumis à toutes les variations, demeurent empreints d’une forme de permanence). Notons que cet appel à communication très complet n’aborde pas frontalement une piste que les directeurs d’ouvrages pourraient voir explorée : celle du mode de production de ces Comics, c’est-à-dire l’analyse des dispositifs économiques, juridiques ou des auteurs leur donnant naissance. La lecture de l’ouvrage de Jean-Paul Gabilliet (Des Comics et des hommes) pourrait ainsi donner quelques idées aux chercheurs qui ne trouveraient pas leur place dans un espace scientifique qu’il s’agira d’investir avant le 1er décembre prochain.

 

Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire

Ouvrage collectif dirigé par François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Date limite : 1er décembre 2011

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque qui se diffracte en sous-ensembles de mythologies au sens où l’entendait Roland Barthes. Mais qu’est-ce qui fait le superhéros? Son incapacité à rester tranquille quand les forces du mal se manifestent? Son costume qu’on voudrait parfois plus discret et moins moulant, et qui fait systématiquement converger les regards vers lui (ou vers elle)? En quoi le superhéros se signale-t-il comme tel et qu’est-ce qui le distingue du simple héros? Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est «l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité», on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celle de l’humanité ordinaire? Cet ouvrage collectif se fixe comme premier objectif de répondre à ces questions à la lumière tant de l’histoire culturelle que de la sociocritique et de l’analyse du discours social.

Le superhéros est né dans une Amérique triomphante à la veille de la Seconde Guerre mondiale et, même s’il est largement associé au corpus bédéesque des maisons DC (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash) et Marvel (Spiderman, Fantastic Four, Hulk, X-Men), il a infiltré massivement les productions télévisuelles et cinématographiques des cinquante dernières années, et a su, en dépit (peut-être en raison) de l’apparente fixité de ses traits sémiotiques et de la minceur des scénarios auxquels il a souvent été intégré, se maintenir dans la faveur publique. Ce livre consacré à la mythologie du superhéros ne cherchera évidemment pas à pourfendre — ni d’ailleurs à défendre —, les productions culturelles de grande diffusion qui ont servi de véhicule au type du superhéros, mais à contribuer à une meilleure compréhension de ces personnages, de leurs conditions d’apparition et modes de diffusion.

3 axes de recherche :

Physiologie du superhéros. On sait que, au cours du premier xixe siècle, les physiologies, ces petits livres illustrés qui s’attachaient à décrire un phénomène du monde extérieur, se voulaient une méthode positive d’analyse des faits sociaux. Par sa survie durable dans l’imaginaire collectif, la mythologie du superhéros s’impose bien comme un phénomène social, quoique non référentiel, dont il sera pertinent de mettre en lumière la topique et les principales caractéristiques. Puisque tout superhéros qui s’implante dans l’imaginaire collectif atteint «une fixité emblématique qui le ren[d] facilement reconnaissable» (Umberto Eco), les contributions à ce collectif pourront aussi s’attacher à un seul personnage afin d’isoler les signes par lesquels il demeure le même au gré de ses divers avatars (littéraires, graphiques, télévisuels, cinématographiques).

Géographie du superhéros. On imagine sans peine le héros à la campagne, un peu ennuyé parfois, certes, et lorgnant souvent le chemin de la ville, mais on peut l’y situer et le forcer à y rester, le temps d’un roman, du moins. Peut-on faire de même avec le superhéros? Que ferait Spiderman sans les gratte-ciels de New York ou Batman en banlieue de Gotham City, loin du bruit, des journalistes et des foules? Le phénomène est-il généralisé? Clark Kent grandit à Smallville, au Kensas, mais c’est à Metropolis qu’il passe sa vie adulte. Un certain Actarus et son robot Goldarak, issus des Mangas japonais, cherchent à se faire oublier à la campagne, mais ils doivent systématiquement en sortir lorsque les forces de Vega envoient depuis l’espace les puissants Golgoth tuer les citadins et faire sauter les puits de pétrole (ou, encore, découvrir des super-métaux). Qu’indique ce rapport à l’espace (sans jeu de mot) du superhéros? En outre, comment les superhéros s’imposent-ils comme des héros «nationaux», qui condensent et amplifient les qualités présumées de leur nation d’appartenance (Wolverine, l’homme sauvage du Nord canadien; Captain America, protégé par un bouclier à l’effigie du drapeau américain)? Existe-t-il au contraire des superhéros internationaux, dont l’essence aurait partie liée à la citoyenneté du monde?

Histoire du superhéroïsme. On connaissait le héros épique, qui se livra sur les champs de bataille de Troie ou de Roncevaux à des carnages mémorables sous le regard approbateur des dieux; on connaissait également le héros romanesque évoluant dans un monde opaque, déserté par la transcendance (Lukács). Qu’est-ce qui laissait présager l’émergence du superhéros? L’un des axes de réflexion sera ce passage historique du personnage humain, quelquefois doué, voire intellectuellement surdoué (Sherlock Holmes, Rouletabille), parfois pourvu d’une force physique extraordinaire (Porthos, Jean Valjean), mais appartenant résolument à l’humanité, à un personnage de surhomme, transformé, transfiguré ou génétiquement modifié par la science et la technologie. Comment et à quel moment s’effectue cette transition? Quels en sont les moments clés? Sur quels facteurs historiques, culturels, discursifs, économiques, politiques ou sociologiques s’est-elle appuyée?

La publication de ce collectif se fera aux Presses Universitaires de Liège – Sciences humaines (PULg), dans la collection ACME. Les contributions soumises feront l’objet d’une évaluation par les pairs (« peer review »). La parution du recueil est prévue pour l’automne 2012.

Les propositions de textes, en français, doivent inclure un résumé de 400 mots, un titre, l’axe de recherche privilégié et les coordonnées de l’université et du département d’attache. Elles doivent parvenir à l’adresse suivante avant le 1er décembre 2011 : boucher-f@rmc.ca

Responsable : François-Emmanuël Boucher

Url de référence :
http://www.rmc.ca/aca/fs-ef/per/bou/index-fra.asp

Adresse : François-Emmanuël Boucher Directeur du Département d’études françaises Professeur agrégé Collège militaire royal du Canada CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario (Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436 Courriel: boucher-f@rmc.ca

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The Comics get medieval 2012

Michael A. Torregrossa de la « Société virtuelle pour l’étude de la culture populaire et du Moyen âge » lance un appel à communication intitulé pour « The Comics get Medieval », événement annuel se déroulant à Boston. Son objectif est de « renforcer les liens entre médiévistes, chercheurs travaillant sur la bande dessinée et spécialistes de la culture populaire », mais l’édition 2012 sera principalement axée autour d’un anniversaire : les 75 ans du Prince Vaillant d’Hal Foster. Il serait sans doute bienvenu, de la part de chercheurs français, de proposer des travaux portant sur les successeurs, voire les clones, du chevalier de Thule, à commencer par le Chevalier ardent de François Craenhals. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er décembre 2012.

 

The comics get medieval 2012 :

a celebration of medieval-themed comics in commemoration of the 75th anniversary of Prince valiant

 

Celebrating our sixth year in 2012, proposals are now being considered for inclusion at “The Comics Get Medieval 2012,” a series of panels and roundtables sponsored by The Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages and to be hosted by the Comics & Comic Art Area of the Popular Culture Association (PCA) for the 2012 Joint Conference of the National Popular Culture and American Culture Associations to be held from 4-7 April 2012 in Boston, Massachusetts.

The goal of these sessions is to foster communication between medievalists, comics scholars, and specialists in popular culture studies in general. The organizers define “medieval comics” as any aspect of the comics medium (panel cartoons, comic strips, comics books, comics albums, band dessinée, graphic novels, manga, webcomics, comics to film/film to comics, etc.) that feature medieval themes either in stories set during the Middle Ages or in stories presenting some element of the medieval in the post-medieval era. We are also interested in papers looking at medieval comics from a pedagogical perspective.

Completed papers should be delivered in 15-20 minutes (depending on the number of presenters). All proposals will also be considered for inclusion in an essay collection to be edited by the panel organizers beginning in late 2011/early 2012. (Individuals only interested in submitting for the collection should also send proposals by 1 December 2011 deadline and indicate their preference in the email.)

In addition, a select list of potential topics and a bibliographic guide to medieval comics will appear as part of THE MEDIEVAL COMICS PROJECT web site available at ComicsProject.org> and THE ARTHUR OF THE COMICS website available at Comics.org/>, both organized by the Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages.

No later that 1 December 2011, interested individuals (who must be members of PCA or ACA or join for 2012) should submit full contact information (name, address, phone/cell, and email), titles, and abstracts of 300-500 words to the sessions’ organizers, who will then forward them to area chair.

Address all inquiries and proposals to the organizers at the following address: <medieval.Comics.Project@gmail.com> and include “Comics Get Medieval 2012” in the subject line. </medieval.

 

Michael A. Torregrossa
The Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages

Email: medieval.comics.project@gmail.com
Visit the website at http://MedievalComicsProject.org

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

4th annual comics and popular culture conference

The Institute for Comics Studies (dont la mission est de « promouvoir l’étude, la compréhension et la légitimité culturelle de la bande dessinée et de soutenir la diffusion de cette étude et sa compréhension par le biais d’événements publics) et Dragon*Con (structure organisant, selon ses dires, « la plus grande convention multi-médias portant sur la culture populaire, et s’intéressant à des genres comme la science-fiction et la fantasy à travers des jeux, des bandes dessinées, la littérature, l’art, la musique et le cinéma ») lancent un appel à communication pour leur quatrième conférence annuelle qui aura lieu à Atlanta (USA). Comme à son habitude, celle-ci est extrêmement ouverte et toutes les approches de la bande dessinée « populaire » semblent être les bienvenues, ainsi qu’en attestent les programmes des années précédentes qu’il s’agira de compléter en rendant une proposition avant le 15 mai prochain.

4th ANNUAL COMICS & POPULAR ARTS CONFERENCE at DRAGON*CON

Atlanta, Georgia September 2-5, 2011


The Institute for Comic Studies and Dragon*Con present their fourth annual academic conference for the studies of comics and the popular arts. The conference will take place at Dragon*Con, the largest multi-media, popular culture convention focusing on science fiction and fantasy, gaming, comics, literature, art, music, and film in the US. For more info on Dragon*Con, visit http://dragoncon.org

Please submit a proposal that engages in substantial scholarly examinations of comic books, manga, graphic novels, anime, science/speculative fiction, fantasy, or other parts of popular culture. A broad range of disciplinary and theoretical perspectives is being sought, including literary and art criticism, philosophy, linguistics, history, and communication. Proposals may range from discussions of the nature of the comics medium, analyses of particular works and authors, discussions of the visual language of comics and manga, comics and pop culture in the classroom, cross-cultural and cross-medium comparisons, and more. We’re open to any topics relevant to the study of comics and the popular arts.

More information, including programs and topics from previous years can be found at the conference website:

http://utdallas.edu/~mattbrown/DragonCon.html

This conference at Dragon*Con represents the Institute for Comics Studies’ mission to promote the study, understanding, and cultural legitimacy of comics and to support the discussion and dissemination of this study and understanding via public venues.

DEADLINE: May 15, 2010

Please submit your proposals at:

https://spreadsheets.google.com/viewform?formkey=dFlZTU5JVDFYMW1PWWVoT183LVF3N3c6MQ

Send any questions to: thehangedman@gmail.com Participants must register for the convention. Information can be found here:

http://dragoncon.org/members.php#DC_Memb

Prospective participants are welcome to submit a guest application to Dragon*Con in advance at the following address:

http://dragoncon.org/dc_guest_app.php

Acceptance to the academic conference is no guarantee of « guest » status at the convention. In the past, no presenters have received guest status simply for participating in the conference. Dragon*Con is a fan convention and only gives VIP status to celebrity guests. Most presenters and creators pay their own way to the convention.

Conference Coordinator: Matthew J. Brown, UT Dallas
Conference Co-coordinator: R. Scott Nokes, Troy University
Programming Chair: Damien Williams, Needcoffee.com

Matthew Brown, Ph.D.
C&PAC Coordinator
Assistant Professor
School of Arts & Humanities
The University of Texas at Dallas
800 W Campbell Road, JO31
Richardson, TX 75080
Email:
thehangedman@gmail.com
Visit the website at
http://www.utdallas.edu/~mattbrown/DragonCon.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification

Le centre de recherche FIGURA (à travers son équipe joliment nommée ERIC LINT) de l’université du Québec à Montréal (UQAM) et le LERMA (Aix-en Provence) lance un appel à communication intitulé : « L’imaginaire du 11 septembre 2001 : de la fictionnalisation à la mythification ». Faisant suite à un premier colloque consacré aux fictions et images du 11 septembre, cet événement est susceptible d’intéresser les chercheurs travaillant sur la bande dessinée puisqu’il « propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art » en posant la question du « passage de la fictionnalisation à la mythification ». L’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous propose d’étudier des « figures », des « représentations » ou des « canons » plus que des récits, et il sera possible pour les étudier de s’appuyer sur deux articles d’Eric Villagordo : « La représentation du 11 septembre dans les bandes dessinées : frontière du réel et de l’imaginaire » ainsi que « La mort le 11 septembre 2001 : distance et représentation dans la bande dessinée ». La date limite est fixée au 15 mai prochain.

L’imaginaire du 11 septembre 2001: de la fictionnalisation à la mythification

Date limite : 15 mai 2011

Il ne fait plus aucun doute que les attentats du 11 septembre 2001 aient constitué pour plusieurs un moment de rupture important, certains y voyant la naissance même du 21e siècle et du troisième millénaire. Charnière, l’événement ne pouvait peut-être faire autrement que de l’être : les États-Unis, attaqués sur leur sol, là même où le pouvoir est en jeu, par le commerce dans les tours du World Trade Center, et la force militaire au Pentagone. 19 terroristes, formés dans les écoles d’aviation des États-Unis, réussissant à détourner quatre avions et à les transformer en missiles, atteignant des symboles de la force des États-Unis sans que ces derniers aient le temps de répliquer. L’attaque, rythmée par les écrasements des avions et les effondrements des tours, s’est déroulée en 102 minutes, comme un blockbuster, et a été diffusée en direct à la télévision.

L’événement ne serait pas le même sans sa diffusion. Dans les jours et les mois qui ont suivi, les médias ont diffusé de manière répétitive des images fixes et filmées de l’événement, cristallisant la représentation qui serait donnée des événements en une série d’icônes : l’homme qui tombe, les papiers tombant, le nuage de débris, l’explosion de l’avion dans la tour sont autant d’images qui, transformées en tropes, traversent les représentations du 11 septembre, que ce soit en littérature, en arts visuels ou au cinéma. Marianne Hirsch, dans un article de 2003 sur les images iconiques du 11 septembre, demandait : « What elements determine this process of reduction and iconization? And in what ways will this process be in fact determined by aesthetic factors? » À l’approche du 10e anniversaire des attentats, le moment semble tout indiqué pour relancer cette question afin de voir comment les arts ont répondu à l’événement, l’ont intégré ou n’ont pas réussi à le faire de manière jugée satisfaisante, comme c’est le cas avec le cinéma main Stream qui, après World Trade Center d’Oliver Stone, s’est contenté d’évoquer l’événement de manière plus ou moins lointaine.

Ce colloque, qui fait suite aux colloques Fictions et images du 11 septembre 2001 (UQAM-2007) et Regards croisés sur le 11 septembre (Aix-en-Provence, 2010), propose de s’arrêter à l’impact des attentats du 11 septembre en art. Dix ans après, comment le cinéma, le théâtre, les arts visuels et la littérature négocient-ils avec l’événement? Que les oeuvres d’art le fassent sur le mode mineur de l’évocation ou en situant les attentats au centre de l’oeuvre, quelles images utilisent-elles? Partant de la prémisse que le 11 septembre marque, dans les faits, la naissance d’un mythe d’origine du 21e siècle, comment s’effectue dans la création même ce passage de la fictionnalisation à la mythification? Quelles figures, quelles représentations sont choisies? Quelles figures sont, au contraire, rejetées, négligées, alors qu’on les croyait centrales après les attentats?

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

· Figures récurrentes dans les romans du 11 septembre

· Enjeux de la commémoration : entre les souvenirs, la mémoire et la reconstruction

· Les canons du 11 septembre en photographie

· Cristallisation des figures et du récit

· Impuissances du cinéma

· Le 11 septembre et la télévision

· La réception critique des romans du 11 septembre

· Réponses de l’institution (littéraire, cinématographique, artistique) aux représentations de l’événement

· Processus de mythification de l’événement

· Le 11 septembre 2001 et l’autre 11 septembre (Chili)

· Le recours à d’autres événements historiques pour parler du 11 septembre.

· Etc.

Le colloque, organisé conjointement par ERIC LINT (UQAM) et le LERMA (Aix-en-Provence), aura lieu les 7 et 8 octobre 2011 à l’Université du Québec à Montréal.

Les propositions (250 mots) doivent être adressées à Annie Dulong (annie.dulong@videotron.ca) avant le 15 mai 2011.

Comité scientifique

Annie Dulong

Bertrand Gervais

Responsable : Dulong Annie

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Transatlantica : dossier « Comic Book » (2)

Suite de la recension du dossier que Transatlantica consacre au comic book et plus particulièrement aux enjeux scientifiques et académiques de ce domaine.

Dans son entretien avec Jessica Abel et Matt Madden, Bart Beaty revient sur l’enseignement de la bande dessinée dans les cursus universitaires. Tous trois interviennent dans des formations mais, contrairement à Bart Beaty, Jessica Abel et Matt Madden sont tous deux auteurs, des auteurs reconnus qui plus est, comme l’a entre autres montrée la traduction, parue à L’Association, des 99 Exercices de style de Matt Madden. Dans cet entretien, Bart Beaty revient avec eux à la fois sur les obstacles universitaires (programmes limités en général à un semestre, offre limitée…), les attentes et les surprises des étudiants, les oeuvres à étudier et les exercices à proposer…
Toujours dans une perspective de réflexion sur le discours académique sur la bande dessinée, Craig Fisher propose dans son article « Worlds Without Worlds: Audiences, Jargon and North American Comics Discourse » un retour critique sur l’ouvrage de Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée. Largement accepté comme référence théorique en France, l’ouvrage a été traduit par Bart Beaty et Nick Nguyen, sous le titre The System of Comics (publié en 2007).
Cette version n’a reçu qu’un accueil mitigé outre-Atlantique, et Craig Fisher avance ici plusieurs facteurs explicatifs. Surtout, il prend cet exemple comme point de départ à une intéressante réflexion sur les publics auxquels est destiné le discours académique sur la bande dessinée, et les effets du jargon sur ces publics, dégageant ainsi trois types de discours : « fan appreciation, essayistic criticism and academic criticism ».
L’article de Jan Baetens revient aussi sur la structuration du champ académique de la bande dessinée, avec une perspective comparatiste stimulante. Il voit ainsi dans « l’ouverture du monde universitaire à la vie du marché » et « la non-séparation de la fonction patrimoniale et de la fonction de recherche » les deux principaux facteurs du décalage entre le dynamisme de la recherche aux Etats-Unis et son retard persistant en France, malgré le dynamisme de la création et de l’édition. Il revient également sur les différences fondamentales qui opposent graphic novels et romans graphiques, et l’absence large en France des questions soulevés outre-Atlantique par les cultural studies, dont il relève cependant que les historiens du culturel reprennent des questionnements – on pourrait y ajouter les sociologues également…
Là où sans doute l’article de Jan Baetens est le plus intéressant, c’est dans son analyse du rapport à la temporalité de aprt et d’autre de l’Atlantique. En France, l’approche est essentiellement surplombante, englobante, alors qu’aux Etats-Unis une place bien plus grande est accordée à la question de la sérialité. « C’est parce que le rapport texte/image se pense et s’évalue autrement de part et d’autre que Français et Américains envisagent de manière tout à fait différente la persistance des anciennes formes de la série et du feuilleton à l’intérieur de la bande dessinée contemporaine », avance-t-il notamment.

Charles Hatfield, dans « Indiscipline, or, The Condition of Comics Studies », avance des propositions valorisant le statut interdisciplinaire de la recherche sur la bande dessinée.

Enfin, Jean-Paul Gabilliet, dans un copieux « essai bibliographique », complète et actualise l’essai bibliographique qui clôturait son ouvrage Des Comics et des hommes. Elle en reprend la structure :

  • Fonds documentaires
  • Dictionnaires, annuaires et bases de données
  • Les revues spécialisées
  • Approches théoriques
  • Etudes historiques : cartoons et comic strips
  • Etudes historiques : comic books et graphic novels
  • Etudes thématiques
  • Les créateurs
  • Monographies consacrées à des créateurs
    • Bande dessinée de presse
    • Bande dessinée grand public
    • Bande dessinée d’auteur
  • Lecteurs et fans

en ajoutant une partie « approches théoriques », et en apportant de nouvelles subdivisions. La vitalité du champ est telle que cette réactualisation est une excellente nouvelle pour tous les chercheurs s’intéressant à la bande dessinée américaine, dont ce dossier propose un très complet panorama des Comic Studies.

Pour compléter ce dossier, deux études de cas consacrées l’une à la bande dessinée d’auteur (en l’occurence, Maus), l’autre à la représentation de la France dans les comics de super-héros. Sans oublier la recension, par Jean-Paul Gabilliet, de l‘Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels. Réalisés sous la direction de Keith Booker, professeur à l’université d’Arkansas, ses deux volumes rassemblent sur 763 pages plus de 330 entrées rédigées par quatre-vingts auteurs. Un monstre donc, dont Jean-Paul Gabilliet propose une brève recension critique qui permet de compléter ce bilan de Comic Studies qui, pour être à un état que beaucoup de contributeurs qualifient d’embryonnaire, n’en déborde pas moins d’une étonnante vitalité vu de France…

Transatlantica : dossier « Comic Book »

La revue Transatlantica, hébergée sur le portail Revues.org, vient de sortir son nouveau numéro, qui consacre un volumineux dossier aux « Comic Books », coordonné par Bart Beaty et Jean-Paul Gabilliet.Un dossier volumineux, qui s’attaque autant à un état des lieux du champ, de ses sources et de ses outils, qu’à des études de cas très précises.

Bart Beaty, professeur à l’université de Calgary et spécialiste de Wertham, est également spécialiste des transformations de la bande dessinée européenne, et particulièrement française, sujet qu’il a abordé dans Unpopular culture. Transforming the European Comic Book in the 1990s (University of Toronto Press, 2007). De son côté, Jean-Paul Gabillet, professeur à l’université de Bordeaux-III, est spécialiste des comic books, auxquels il a notamment consacré l’incontournable Des Comics et des hommes : histoire culturelle des comic books aux Etats-Unis (Nantes, Editions du Temps, 2005). Les deux coordonnent un épais dossier fort stimulant, dont voici le sommaire.

Jean-Paul Gabilliet
La bande dessinée, nouveau continent des études américaines ? Avant-propos

Bart Beaty
Introduction

Michael Rhode
The State of Comic Art Bibliography in North America

Ana Merino
Memory in Comics: Testimonial, Autobiographical and Historical Space in MAUS

Nicolas Labarre
“How ‘ya gonna keep’em down at the farm now that they’ve seen Paree?”: France in Super Hero Comics

Bart Beaty
Interview of Jessica Abel and Matt Madden

Craig Fischer
Worlds within Worlds: Audiences, Jargon, and North American Comics Discourse

Jan Baetens
Strip, série, séquence

Charles Hatfield
Indiscipline, or, The Condition of Comics Studies

Jean-Paul Gabilliet
Essai bibliographique

La revue comprend également un compte-rendu de l’Encyclopedia of Comic Books and Graphic Novels (Keith Booker, ed, Greenwood Press, 2010).

Ce numéro propose donc des approches variées, avec un accent particulier mis à baliser le panorama des comic studies. Dès son avant-propos, Jean-Paul Gabilliet pose cette question du territoire des études sur la bande dessinée. Le statut universitaire de la bande dessinée a progressé depuis la première thèse soutenue en 1959 (collection spécialisée aux presses universitaires du Mississippi, revues International Journal of Comic Art et ImageTexT…), mais la bande dessinée n’a pas su se constituer, pour autant, en secteur universitaire à part entière, au contraire, par exemple, de la photographie et du cinéma. La discipline se trouve donc traversée d’approches très diverses (spécialistes de l’écrit, de l’image, de l’infocom, historiens…) qui feraient, sans doute, sa richesse si la discipline n’était pas si éclatée.

Dans son introduction, Bart Beaty revient sur cette situation embryonnaire des études sur la bande dessinée, qu’il compare à la situation des études cinématographiques avant que la Nouvelle Vague, en mettant l’accent sur les auteurs, accélère l’émergence des études cinématographiques.

Michael Rhode, dans « The State of Comic Art Bibliography in North America » propose une réflexion critique sur les différentes bibliographies consacrées à la bande dessinée, de celle en dix volumes de John A. Lent aux travaux de Randall W. Scott (notamment son Index to and List of the Comic Art Collection, en ligne), en passant par le Who’s Who in American Comic Books et les différents argus qu’a connu le marché de la bande dessinée nord-américaine. Revenant sur les orientations, délimitations, apports et limites de chacun des outils disponibles, l’article de Michael Rhode s’impose comme une indispensable mise au point pour tout chercheur travaillant sur la bande dessinée américaine. Son article ne se limite d’ailleurs pas à une simple recension critique des outils disponibles, s’ouvrant à une réflexion plus large sur les limites du médium, donc des bibliographies, réflexion particulièrement d’actualité à l’heure où les bouleversements que permettent Internet, le web2.0, les blogs, redéfinissent à la fois la bande dessinée dans ses pratiques de création, de diffusion, d’appropriation, et redéfinissent également la pratique de la bibliographie en posant avec acuité la question de l’accessibilité des sources.

L’ensemble est disponible en libre-accès, à l’adresse suivante : http://transatlantica.revues.org/4782

(à suivre)