La traduction comme frontière

L’Association Francophone pour le Savoir (ACFAS) lance un appel à communication intitulé : « La traduction comme frontière ». Se tenant à l’université de Laval (Canalda) les 9 et 10 mai prochain, et organisé par Chantal Gagnon de l’université de Montréal, cet événement entend interroger « l’expérience de la frontière inhérente à l’acte de traduction, que ce soit dans sa dimension linguistique, intellectuelle, matérielle ou culturelle ». Il ne s’agit donc pas tant de penser la place de la traduction dans nos différents systèmes éditoriaux, que de tenter de cerner des « stratégies », des « droits de passage », des « agents » qui décident de la « traversée des idées, des connaissances et des valeurs ». Prenant acte d’une certaine complexité de l’acte de traduire, force est de constater que semblable proposition est séduisante et qu’elle pourrait trouver un écho dans le cas de la bande dessinée : le rôle pionnier de certaines traductions (pensons à Gen d’Hiroshima pour le manga), et l’influence de certains traducteurs (pensons à Jean-Patrick Manchete et son Watchmen) pourraient ainsi être évoqué. De même, pourrait être convoqué la spécificité d’une littérature graphique (jusqu’où s’étend l’acte de traduction : jusqu’à la recomposition d’un lettrage propre à l’auteur comme le suggère Laurent Gerbier dans un article publié par Comicalités ? ). Le thème est en tout cas on ne peut plus riche et nous invitons nos lecteurs à s’en emparer avant le 5 février prochain.

 

 

La traduction comme frontière

Date limite : 5 février 2013

81e Congrès de l’ACFAS (Université Laval, 9-10 mai 2013)


Responsables : Alvaro Echeverri (Université de Montréal), Chantal Gagnon (Université de Montréal) et Marie-Alice Belle (Université de Montréal)

Portées par l’étymologie traditionnelle, les métaphores usuelles de la traduction la donnent à lire en termes de passage, de transfert, de transport par-delà les frontières. La pratique du traduire ouvre ainsi une zone d’échanges, où les traducteurs agissent comme passeurs d’idées, d’informations et de valeurs, comme négociants du capital intellectuel et culturel mondial, ou encore comme agents interlinguistiques et interculturels.

Il s’agit ici d’interroger l’expérience de la frontière inhérente à l’acte de traduction, que ce soit dans sa dimension linguistique, intellectuelle, matérielle ou culturelle. En effet, si le schème du transfert a l’avantage de mettre en valeur les apports des traducteurs à la vie intellectuelle et au rayonnement de sociétés données —Louis Kelly notait ainsi que la civilisation occidentale doit tout ce qu’elle est à la traduction—, la linéarité implicite au paradigme s’accorde mal avec la complexité des transactions langagières, mais aussi idéologiques, économiques et politiques qui marquent la pratique du traduire.

Il est par exemple des frontières qui résistent au passage : quelles stratégies le traducteur pourra-t-il déployer pour les franchir ? Devra-t-il à son tour donner à lire cette résistance dans le texte traduit ? Qui dit frontière dit aussi droit de passage, et il y a lieu de s’interroger sur les facteurs de sélection des œuvres et documents qui font l’objet d’une traduction, ainsi que des stratégies de traduction favorisées. Quels agents institutionnels, culturels ou sociaux décident-ils ainsi de la traversée des idées, des connaissances et des valeurs au-delà des frontières établies ? Quels intérêts ces décisions servent-elles ? Enfin, l’un des principaux apports des approches « culturelles » de la traduction au cours des dernières décennies a été de formuler la problématique de la traduction en termes pluriels, en remettant en cause la distinction binaire entre source et cible, et partant, la notion même de transfert.  Dans quelle mesure peut-on alors penser la traduction comme une région frontalière, c’est-à-dire un espace de mixité et de métissage, autant qu’un lieu de pouvoir et, potentiellement, de conflit ?

Afin de créer un espace permanent pour la traductologie au sein de l’ACFAS, nous vous invitons pour la deuxième année consécutive à nous réunir pour partager nos intérêts de recherche et pour rendre la traductologie encore plus visible aux yeux de la communauté scientifique francophone. Le colloque de cette année invite à la réflexion sur les aspects théoriques et pratiques de la traduction comme expérience de la frontière, que cette dernière soit physique, théorique ou métaphorique. Les contributions pourront porter, entre autres, sur les thèmes suivants :

La traduction et les frontières linguistiques et culturelles

  • bilinguisme et multilinguisme
  • interférences linguistiques
  • traduction et variétés linguistiques
  • métissage linguistique et culturel
  • le propre et l’étranger (langue, culture, religion)
  • la traduction et les genres d’écriture (littéraire, scientifique, etc.)
  • la traduction et les médias
  • traduction, adaptation, transposition

La traduction et les frontières politiques et sociales

  • traduction et identité nationale
  • flux migratoires et influences étrangères
  • postcolonialisme et traduction
  • enjeux politiques et diplomatiques de la traduction
  • traducteurs et interprètes dans les zones de conflit
  • traduction et activisme politique et social
  • traduction et censure
  • traduction et politiques linguistiques
  • la traduction et le genre

La traduction et les frontières temporelles

  • histoire de la traduction
  • périodisation et chronologie
  • perspectives transhistoriques
  • traduction, retraduction, adaptation
  • traduction des « classiques »

L’étude des traductions – frontières disciplinaires

  • Frontières et limites de la réflexion traductologique
  • Cartographies (« maps ») de la traductologie
  • Traductologie et interdisciplinarité

Merci de faire parvenir votre proposition de communication (150 mots) à Chantal Gagnon (chantal.gagnon.4@umontreal.ca) avant le 5 février 2013.

Responsable : Chantal Gagnon

Url de référence :
http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme_preliminaire/81/300/338/C

 

Adresse : Département de linguistique et de traduction,Université de MontréalC.P. 6128, succursale Centre-ville,Montréal (QC) H3C 3J7

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Traduire l’humour des langues et littératures asiatiques

L’équipe « Littérature d’Extrême-Orient, Texte et Traduction » (LEO2T) de l’université de Provence organise en 2011 un colloque intitulé « Traduire l’humour des langues et littératures asiatiques ». Même si elle n’est pas mentionnée dans l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, gageons que la bande dessinée sera la bienvenue au regard d’un thème impliquant une réflexion sur le manga. L’examen des récentes éditions des œuvres de Miziku Shigeru, qu’il s’agisse d’Opération mort ou de la série Kitaro le repoussant, et plus largement le travail des éditions Cornelius pourrait ainsi poser le fondement d’une fort originale et intéressante recherche.

Traduire l’humour des langues et littératures asiatiques

Résumé

Depuis plus de six ans, l’équipe LEO2T a organisé plusieurs rencontres, journées d’études et colloques au sujet des littératures d’Asie, leur réception et leur traduction. Après avoir étudié la manière de traduire les onomatopées des langues asiatiques, l’expression de la passion, de l’amour et du sexe ainsi que les questions de réception des œuvres romanesques de l’Extrême-Orient, elle organise deux jours de colloque sur le thème « Traduire l’humour » » qui permettront d’aborder tous les problèmes qui peuvent surgir dès lors que l’on tente de faire passer d’une des langues de notre zone géographique de prédilection, savoir le hindi, le chinois, le thaï, le coréen, le vietnamien et le japonais, dans une autre (et particulièrement la nôtre), des traits d’humour d’une autre culture.

Annonce

Depuis plus de six ans, l’équipe LEO2T a organisé plusieurs rencontres, journées d’études et colloques au sujet des littératures d’Asie, leur réception et leur traduction. Après avoir étudié la manière de traduire les onomatopées des langues asiatiques, l’expression de la passion, de l’amour et du sexe ainsi que les questions de réception des œuvres romanesques de l’Extrême-Orient, elle organise deux jours de colloque sur le thème « Traduire l’humour » qui permettront d’aborder tous les problèmes qui peuvent surgir dès lors que l’on tente de faire passer d’une des langues de notre zone géographique de prédilection, savoir le hindi, le chinois, le thaï, le coréen, le vietnamien et le japonais, dans une autre (et particulièrement la nôtre), des traits d’humour d’une autre culture. Les propositions d’intervention sur une langue asiatique différente de celles citées plus haut sont aussi les bienvenues. Nous ne mettons aucune limite ni restriction aux angles d’approche qui pourraient être retenus, ni même à la nature des textes soumis à examen. Néanmoins, nos expériences récentes nous invitent à demander aux intervenants d’envisager une intervention la plus brève possible (20 minutes) afin de laisser le plus de place à la discussion et aux échanges avec le public et les autres intervenants. Les interventions retenues pourront être publiées dans la revue en ligne de l’équipe IDEO.

La date limite d’envoi des propositions de communication est fixée au 15 septembre 2010.

Les propositions d’une quinzaine de lignes porteront un titre. Et seront envoyées à absa.ndiaye@univ-provence.fr


LieuAix-en-Provence
Date limitemercredi 15 septembre 2010
ContactAbsa d’Agaro
  • courriel : absa [point] ndiaye (at) univ-provence [point] fr
  • Université de Provence, DR_LSH Bur A 133, 29 Av Robert Schuman 13621 Aix-en-Provence cedex 1
Urls de référence

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts