La bande dessinée : un art sans mémoire ?

Comme annoncé dans notre précédent billet, la revue Comicalités. Études de culture visuelle, qui est actuellement en construction sur le portail revues.org, sera active en mars prochain. Consacrée à la bande dessinée, et disposant d’un comité scientifique composé de spécialistes, elle adoptera le mode de la publication continue et ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actives et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant plus d’un an. Durant cette durée, les appels à communication resteront « ouverts » et nous publions donc aujourd’hui une nouvelle version de « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » (thème du colloque des 10 et 11 juin 2010 organisé par les universités Paris 10 et Paris 13). Nous serions en effet enchanté de voir de nouveaux articles rejoindre les travaux exposés lors du colloque (l’ensemble de ces textes faisant l’objet d’une évaluation anonyme par deux chercheurs) et signalons que de nouveaux appels verront bientôt le jour (notamment, en mars, « Bande dessinée et autobiographie »).

Plus d’informations :

Responsable : Benoît Berthou, ben.berthou@orange.fr

« La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

Quel est le mode d’inscription dans le temps de la bande dessinée ? La question se pose puisque son système éditorial semble privilégier la mise au point de « nouveautés » susceptibles de prendre place dans une véritable « guerre des étals » 1 et donner ainsi raison à Thierry Groensteen qui qualifie la bande dessinée d’ « art sans mémoire » et affirme : « La bande dessinée est un art qui cultive volontiers l’amnésie et n’a pas grand souci de son patrimoine » 2. La série et le personnage, dont la longévité dépasse parfois celle de leur créateur, semblent incarner cette temporalité relevant d’une loi du marché et transformant l’auteur en simple « repreneur » 3. La bande dessinée relèverait donc pleinement de la logique d’industries culturelles synonymes, selon Théodor Adorno, d’« anti-culture » car fondées sur la reprise et la mise au goût du jour de choses déjà produites plutôt que sur l’exploration des possibilités artistiques qu’elle offre.

Nous nous proposons d’interroger ce constat et d’aborder une dimension du « 9e art » qui semble tout sauf évidente : quelles valeurs et quelles formes acquièrent pour la bande dessinée l’inscription dans un passé ? Si l’on pose à l’inverse que le « 9e art » ne relève pas seulement du « consommable » et du « jetable », on peut s’intéresser aux initiatives visant à faire de la bande dessinée le témoin privilégié d’une histoire de l’art et de l’évolution de nos sociétés (comme, par exemple, dans le cadre d’expositions comme Vraoum !), mais également aux efforts de professionnels de la chaîne du livre (éditeurs, libraires ou bibliothécaires) pour administrer des collections ou faire valoir un « fonds » proposant des œuvres remontant aux origines de la « Franco-Belge » (voire au-delà) ou issues d’autres horizons. On peut aussi citer les créations d’auteurs faisant de l’inscription dans le temps (que celui-ci prenne la forme d’une histoire ou d’une mémoire) l’instrument d’une autre pratique et vision du « 9e art ».

L’ensemble de ces réflexions constituera la matière des deux premières « sections » de Comicalités.

–   « La bande dessinée : quel patrimoine ? » se propose d’interroger l’inscription du neuvième art dans le temps des diverses institutions et industries culturelles (édition, bibliothèque, archives, musée…) qui la prennent en charge. Des articles portant sur le livre de poche ou les notions de classique et de canon sont d’ores et déjà en phase de prépublication.

–   « Création et histoire du neuvième art » entend interroger la forme et la fonction du passé au sein de la création de bande dessinée. Des articles portant sur la série Spirou, le rapport au temps des éditeurs « alternatifs » ou le rapport entre histoire et politique dans Persepolis sont d’ores et déjà prévus, mais nous sommes tout à fait prêts à accepter d’autres contributions.

Nous proposons à tous les contributeurs, quel que soit leur statut, de nous soumettre un texte d’environs 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme au comité scientifique de la revue qui est composé de :

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord)

–       Éric Maigret (université Paris 3)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne)

Ces propositions doivent être transmises par voie électronique avant le 1er mars 2011 à l’adresse suivante :

ben.berthou@orange.fr

1.Dossier paru dans Livres Hebdo, n°717.

2.Thierry Groensteen, La bande dessinée : un objet culturel non identifié, éditions de l’An 2, 2006, p. 67.

3.Sergio Honorez, « Lifting d’un héros : le cas Spirou », dans L’état de la bande dessinée, Les Impressions Nouvelles, Liège, 2009, p. 120.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

International Bande Dessinée Society Conference : « Time and Space »

L’International Bande Dessinée Society renouvelle son appel à communication intitulé : « Time and Space ». Celui-ci propose ainsi d’interroger deux dimensions fondamentales au mode d’expression qu’est la bande dessinée, posant tant le problème d’une esthétique (Science-Fiction ou Histoire proposant moult représentations de l’espace qu’il est passionnant d’interroger) que d’une poïétique. Il serait ainsi intéressant d’interroger le mécanisme de l’ellipse (cette « omission temporelle » mobilisant des éléments propres au langage de la bande dessinée comme, par exemple, le « récitatif »), ou encore de s’inscrire dans l’étude du mouvement (dans La bande dessinée. Un art séquentiel, Will Eisner fait ainsi de l’espace-temps réduit propre à l’action l’occasion d’un découpage en petites cases contiguës). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 novembre prochain.

Ci-dessous l’appel à communications de la prochaine conférence de l’International Bande Dessinée Society :

International Bande Dessinée Society

Seventh Bi-Annual Conference
Friday 8 and Saturday 9 July 2011Manchester Metropolitan UniversityManchester, England

Call for Papers : Time and Space

We welcome proposals on all aspects of time and space in bande dessinée, including narrative and thematic levels.

Bande dessinée is a spatial medium which has the resources to manage both narrative time and narrative space in multiple ways. The indeterminacy of the interframe space allows for complex relationships between the chronology of the narration and the chronology of events within the diegesis: it may be used to distend or accelerate the narration, and to manipulate order through analepsis and prolepsis, rarely signalled as overtly as in film. Different temporalities may also co-exist within a single panel, as the capacity of the medium to blur boundaries between inner and outer worlds makes it possible for remembered or half-repressed material to break through into the daily reality of a protagonist. The representation of space is similarly complex, as the spatial transitions within the diegesis are overlaid by the non-linear spatial patterning of the page, and the book, as a whole.

Time and space have long been key themes of the medium: in the classic period of Franco-Belgian production, history, science fiction and adventure were major genres, and in more recent work by artists associated with alternative publishing houses, the intertwining of the personal and national past has emerged as a key area of interest, along with revisionist histories, often of the colonial period. Adventure has tended to give way to reportage, and to the exploration of the spaces of modernity, and postmodernity, including non-lieux, heterotopias and marginal spaces associated with exclusion.

The signifying practices of the medium in relation to time and space have been theorised by scholars including Fresnault-Deruelle (linear and tabular dimensions of the medium), Benoît Peeters (the notion of the périchamp, and the typology of mise en page), Thierry Groensteen (codes of arthrology, regulating the articulation of panels), Jan Baetens and Pascal Lefèvre (spatial integration of text into the image) and Scott McCloud (typology of transitions). The ambition and experimentation of bande dessinée that has been produced by contemporary artists has encouraged scholars to employ frameworks of analysis drawn from a variety of disciplines, including postcolonial theory and cultural geography. Current academic work on bande dessinée is building on this theoretical base and extending it: we intend that the conference should provide a forum for significant advances, and in particular to create synergy between narrative and thematic approaches to time and space.

Please send papers to either

Dr Matthew Screech, Manchester Metropolitan University m.screech@mmu.ac.uk

Or

Dr Ann Miller, University of Leicester am84@leicester.ac.uk

Deadline:  30 novembre 2010

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Contemporaneity : Historical Presence in Visual Culture

La revue électronique « Contemporaneity : Historical Presence in Visual Culture », présentée sur le site de l’université de Pittsburgh (USA), recherche des articles se proposant d’appréhender la temporalité en terme d’inventivité visuelle. Ce thème rencontre de nombreux échos dans le champ d’une bande dessinée s’inscrivant volontiers dans des temps à venir (à travers des utopies comme Les Cités obscures) ou passés (dans le cadre des œuvres historiques chères à Hermann ou Bourgeon) et mobilisant dans ce dernier cas une documentation qui semble lui conférer une spécificité vis-à-vis d’autres arts. Il serait également intéressant d’examiner les modalités selon lesquelles la bande dessinée s’invente un présent, que ce soit à travers des procédés graphiques ou narratifs (flash-back, ellipses…), une réappropriation de son patrimoine (pensons à l’exposition cent pour cent) ou encore à travers la volonté de se constituer comme un mode d’expression critique vis-à-vis de ce qui lui est contemporain (pensons à L’An 01 de Gébé ou à la récente vogue de la « bande dessinée de reportage »). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 30 septembre 2010.

Robert Bailey, Editor-in-Chief
Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture
104 Frick Fine Arts
University of Pittsburgh
Pittsburgh, PA 15260
Email:
contemporaneity@pitt.edu
Visit the website at
http://contemporaneity.pitt.edu

Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture aims to explore how the complexities of being in time find visual form. Crucial to this undertaking is accounting for how, from prehistory to the present, cultures around the world conceive of and construct their present and the concept of presentness visually. Through scholarly writings from a number of academic disciplines in the humanities, together with contributions from artists and filmmakers, Contemporaneity maps the diverse ways in which cultures use visual means to record, define, and interrogate their historical context and presence in time. For our inaugural issue, we seek submissions from scholars, artists, and filmmakers. Possible topics or areas of interest include, but are not limited to, the following:

– The concept of the present across time and cultures
– Cultural exchange, temporal disjunction, historical coincidence
– The simultaneity of conflicting kinds of time
– The persistence of the past in the present
– Collecting, the archive, forgery
– Messianic time, circular time, the eternal return, the event, everyday life, historical time, timelessness
– Teleology, apocalypse, the end of time, the end of art, the end of history
– Tradition, decadence, renaissance, restoration, avant-garde, modernization
– Phenomenology of time
– Nostalgia, melancholy, boredom
– Chronophobia and chronomania
– Making time visible, representing time through images and texts, narrating
– The life of images and reception history
– Treating the present historically
– Historical delays and the acceleration of history
– Methodological problems concerning the writing of art history or film history
– Periodization

The deadline for submissions is September 30, 2010. Manuscripts should be no more than 6,000 words in length and should adhere to the Chicago Manual of Style. Contributions from artists and filmmakers may take many forms.

Please visit contemporaneity.pitt.edu for more information. To make a submission, click Register and create an Author profile to get started.

Contemporaneity: Historical Presence in Visual Culture is a scholarly, peer-reviewed online publication edited by graduate students in the Department of History of Art & Architecture at the University of Pittsburgh. It is hosted by the University Library System of the University of Pittsburgh as part of its D‐Scribe Digital Publishing Program.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts