L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie

La revue Proteus lance un appel à communication intitulé : « L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie ». Cette proposition nous invite à penser une partie fort peu explorée du neuvième art : à en croire la récente Anthologie de la bande dessinée érotique de Vincent Bernière, sexe et bande dessinée font en effet bon ménage et il y a tout lieu d’explorer la quarantaine d’œuvres ici présentées. Mais en proposant « de se placer d’emblée à l’intérieur de la pornographie comme sphère spécialisée, circonscrite et réglementée de l’industrie culturelle et d’examiner les modes de production, les codes visuels et les structures signifiantes qui lui sont propres », cet appel à communication va plus loin : il s’agit de traiter de la pornographie comme genre et de tenter d’identifier les topoi graphiques ou narratifs susceptibles de l’organiser. S’ouvre ainsi un champ d’étude concernant une production aujourd’hui presque totalement oubliée, à l’instar de la collection « Bédé’ adult » un temps publiée par Magic Strip et que nos lecteurs devront se procurer avant le 1er janvier prochain.

 

L’industrie du désir : tropes et rituels de la pornographie

Date limite : 1 janvier 2013

Nous attendons vos argumentaires d’une page environ, en pièce jointe anonyme, ainsi qu’une brève présentation de l’auteur située dans le corps du mail. La revue Proteus accueille également des articles hors-thèmes, que vous pouvez envoyer en dehors des dates limites fixées pour les articles sur thème. Veillez bien à avoir consulté notre protocole de rédaction avant de nous envoyer toute participation.

Traditionnellement tenue au ban par la plupart des publications s’intéressant à l’image (sinon par celles spécialisées), la pornographie industrielle traîne encore malgré elle le voile d’un bien relatif tabou. Pourtant, codifiée presque à outrance, elle s’impose simultanément dans la vie civile comme un phénomène incontournable, occupant une place croissante dans les moeurs. Un éventail certes élargi mais très établi de tropes s’y succède de manière parfaitement cérémonielle – et bien qu’encore souvent l’ordonnance des génuflexions varie, elle conserve pour point d’orgue l’orgasme spectaculaire –, elle occupe dans la vie de l’individu un moment consacré à l’intimité et au repli sur soi, elle est partagée par chacun sans que son exercice ne soit pour autant nécessairement collectif.

Dans la postface de son plus célèbre roman, Vladimir Nabokov avançait que « dans les temps modernes, le terme “pornographieˮ est synonyme de médiocrité, de mercantilisme, et va de pair avec certain procédés très stricts de narration. L’obscénité doit se marier à la banalité parce que chaque forme du plaisir esthétique doit être remplacée en totalité par une stimulation sexuelle élémentaire […] Le pornographe est tenu de suivre une série de règles éprouvées et immuables s’il veut s’assurer que son patient sera comblé de son attente » (« A propos d’un livre intitulé Lolita »). La position du romancier a beau relever de l’autodéfense, elle porte tout de même un jugement qui paraît encore largement applicable de nos jours. Mais là encore c’est négliger par exemple l’explosion récente de la pornographie amateure et sa diffusion tout aussi massive permises par les moyens actuels.

Si le passage du film à la vidéo a sonné l’heure de l’industrialisation du porno et de la convergence entre désir érotique et société de consommation (Boogie Nights, P. T. Anderson, 1998), la massification rendue possible et alimentée par Internet semble de nos jours relayer au rang de vieilleries encombrantes ces vidéocassettes que Patrick Bateman n’arrête pas de dire qu’il doit rapporter (American Psycho, B. E. Ellis, 1991). Or, à partir du moment où chacun peut faire son propre film et le diffuser sur Internet, la massification du porno, sa projection sur la sphère publique de la toile et sa virtualisation subséquente se trouvent paradoxalement accompagnées d’une certaine recherche de réalité, ou tout du moins de son effet, et d’un retour à l’intimité familière du « fait maison ».

La question posée par ce numéro de la revue Proteus n’est donc pas celle d’une éventuelle qualité « esthétique » de l’imagerie érotique, ni celle de la frontière réglementaire entre l’art et l’obscénité sexuelle. Il s’agit plutôt de se placer d’emblée à l’intérieur de la pornographie comme sphère spécialisée, circonscrite et réglementée de l’industrie culturelle et d’examiner les modes de production, les codes visuels et les structures signifiantes qui lui sont propres. Ce qu’on peut y trouver, par exemple, c’est un rapport performatif au corps qui est à mettre en parallèle avec d’autres sphères du spectacle tel le sport de haut niveau (et, plus récemment, les Jeux Paralympiques), aussi bien qu’avec la performance, le cirque ou le théâtre contemporains.

En outre, les possibilités offertes par les nouvelles technologies transforment profondément diffusion et réception de l’imagerie pornographique, des conditions filmiques de sa production aux nouveaux genres inventés, angles de prise de vue, rapport entre réalité et fiction ou modes d’identification du spectateur. Comment la sélection peut-elle se faire dans ces conditions ? Quelle est la part de l’image dans notre rapport contemporain, quotidien au sexe, et dans quelle mesure ce dernier peut-il encore aujourd’hui renvoyer à la possibilité d’un espace intime et/ou autre, en marge des déterminations et des conventions sociales ? Quelle est la place du corps dans la virtualité de la géopolitique du désir tissée par une pornographie globalisée ? Et quelles sont les nouvelles articulations produites entre le privé et le public ? A l’époque du porno Art ou encore Women  friendly, comment peut-on mettre à jour notre conception occidentale du regard, du voyeurisme et de la scopophilie, axée sur le regard masculin qui domine et contrôle (« Visual Pleasure and Narrative Cinema », L. Mulvey, 1973) ?

Pistes de réflexion

  • Anthropologie de la pornographie
  • Tropes, clichés et lieus communs du genre pornographique
  • Dimension haptique et impression de réalité
  • Caricature, parodie, humour et pornographie
  • L’échange sexuel : économie politique du désir
  • Temporalité de production, de diffusion, de réception, d’obsolescence

Responsable : Revue Proteus

Url de référence :
http://www.revue-proteus.com/index.html

 

Adresse : 40, rue de la montagne Ste-Geneviève, 75005 Paris

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

International French-Language Comics Conference

Un appel à communication assez ouvert, puisqu’il propose de s’intéresser aux nouvelles perspectives de la recherche concernant la bande dessinée française : dans le cadre du colloque international qui se tiendra à Miami en novembre 2012, les propositions sont attendues… Attention cependant aux confusions : il s’agit de Miami… dans l’Ohio ! A noter, les deux « keynote speakers », Clément Baloup et Thierry Smolderen.

Plus de détails dans l’appel à communications ci-dessous :

Call for Papers
International French-Language Comics Conference
Miami University (Oxford, Ohio, U.S.A.)
2–3 November 2012

Papers
Critical and theoretical presentations in all areas of French-language comics are invited. The conference will help consolidate recent gains in English-language scholarship on French-language comics and will showcase new avenues of research. Publication of revised versions of a selection of the conference papers is planned in the peer-reviewed journal European Comic Art
(http://journals.berghahnbooks.com/eca/).

Proposals
Please send the following material in a Word document (doc or docx) to Mark McKinney (mckinnm@muohio.edu) by 25 July 2012: a 150-word abstract and a 100-word bio-bibliography. All presentations will be in English.

Keynote speakers
Clément Baloup, a cartoonist of Vietnamese and French heritage, has published several graphic narratives devoted to Vietnamese and other groups in France and elsewhere from the colonial period to the present. These include two historical fictions, both with Mathieu Jiro: Le chemin de Tuan [Tuan’s Way] (Seuil, 2005) and Le choix de Hai [Hai’s Choice] (Seuil, 2007).
He has authored two biographical works, Quitter Saigon: Mémoires de Viet Kieu [Leaving Saigon: Memories of Viet Kieu] (La Boîte à Bulles, 2006, 2010) and Little Saigon: Mémoires de Viet Kieu (La Boîte à Bulles, 2012), which respectively tell the stories of Vietnamese emigrants to France and the United States. Baloup has also published Un automne à Hànôi [An Autumn in Hanoi] (La Boîte à Bulles, 2004), about his time at the fine arts school of Hanoi. He earned degrees in art at the École Européenne Supérieure de l’Image in Angoulême, France, and at the École des Beaux-Arts de Hanoï, in Vietnam.

Thierry Smolderen is professor at the Ecole Européenne Supérieure de l’Image in Angoulême, where he has been teaching since 1994, and where he coordinates a Masters degree program in comics, together with the University of Poitiers. Among his many publications are Hergé, portrait biographique [Hergé, A Biographical Portrait] (with Pierre Sterckx; Casterman, 1988), and the recent Naissances de la bande dessinée, de William Hogarth à Winsor McCay [The Birth of Comics: From William Hogarth to Winsor McCay] (Les Impressions nouvelles, 2009), which explores the beginnings of the art form from the eighteenth through the early twentieth centuries, and is forthcoming in English translation with the University Press of Mississippi.
He was a frequent contributor to Les Cahiers de la bande dessinée and Neuvième art. Professor Smolderen has curated numerous comics exhibitions in France and Belgium. He is also an accomplished script-writer of comics.

Registration
Presenters who do not have an up-to-date subscription to European Comic Art will be asked to subscribe with Berghahn. There will also be a reasonable registration fee to pay for conference meals. Information about these fees and about lodging options will be forthcoming.

Sponsors
Sponsors at Miami University include the L.P. Irvin Fund of the Department of French and Italian, the Miami University Special Events Fund, the Humanities Center, the International Visiting Scholar Exchange Fund (from the Office of International Education), Honors and Scholars Program, the International Studies Program, the Department of GREAL, and the Center for
American and World Cultures.

Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse

 Christiane Connan-Pintado et Gilles Behoteguy lancent un appel à communication intitulé : « Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse ». Débouchant sur une journée d’étude s’inscrivant dans un programme européen, cette proposition nous invite à penser un mode d’expression et un secteur éditorial à l’aune d’une identité sexuelle : l’intelligent texte que nous reproduisons ci-dessous fourmille ainsi de références et de pistes de réflexion qu’il serait extrêmement intéressant d’explorer, notamment en ce qui concerne les « interactions entre littérature de jeunesse et médias ». La bande dessinée (ou plutôt le manga) est ici directement citée et force est de constater que nombre de problèmes se posent. Que penser par exemple de ces collections qui semblent presque placer le sexe et l’âge du lectorat au fondement d’un genre (shojo, shonen, seinen…) ? Cette segmentation se traduit-elle dans les faits par de réels partis-pris esthétiques et une réelle demande ? Ou cherche-t-on à l’inverse à inventer une segmentation proprement européenne se situant bien loin du contexte japonais ? L’article de Xavier Guilbert récemment publié sur Comicalités aborde succinctement ces questions qu’il serait intéressant de creuser plus avant pour le 31 mai prochain.

 

 

 Journée d’études 17 octobre 2012

Université Bordeaux IV-IUFM/ MSHA/TELEM-Bordeaux 3

Être une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse (1970-2012)

Depuis les années 1970, la sociologie a mis en lumière que le « genre » est l’identité construite par l’environnement social des individus. Après Simone de Beauvoir qui écrivait en 1949 « on ne naît pas femme, on le devient », Erving Goffman (L’Arrangement des sexes, 1979) et Pierre Bourdieu (La domination masculine, 1998) se sont attachés à la question de l’identité masculine. Dès lors, penser le genre revient à le dissocier du sexe biologique des individus. A la suite des travaux de Ann Oakley (Sex, Gender and society, 1972), nombre d’études dont celles de Judith Butler (Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, 1990) ont contribué à considérer le genre comme le « sexe » social et à faire émerger le concept d’ « identité sexuelle ».

Il importe de s’interroger sur la construction de l’identité du genre masculin/féminin à partir de  la  littérature de jeunesse contemporaine dans la mesure où le champ, en constante extension, garde sa visée éducative. Si l’on observe le développement de la chick lit – cette littérature écrite par et pour des femmes – et les nombreuses collections s’adressant spécifiquement aux adolescentes, comme « Pôle fiction filles » (Gallimard), « Bliss » et « Wiz girl » (Albin Michel), force est de constater que les collections sexuées ne relèvent pas d’un passé éditorial révolu. Mais toutes les oeuvres pour la jeunesse ne se  conforment pas à une partition des genres relevant d’une doxa culturelle et sociale. La problématique du genre est parfois abordée dans une démarche militante, telle la déclaration d’intention affichée sur le site des éditions Talents Hauts : « Filles = garçons. Des livres pour enfants contre le sexisme où les héros peuvent être des héroïnes, les mamans sont des femmes d’aujourd’hui et les hommes des papas modernes, les filles ne sont pas au bois dormant et les garçons ne sont pas les seuls à chasser le dragon…» Certains  écrivains bousculent l’archétype masculin vs féminin et saisissent leurs personnages dans le trouble de leur sexualité et dans le bouleversement des modèles familiaux du monde contemporain, allant jusqu’à mettre en scène les familles homoparentales ou à questionner les orientations sexuelles, afin de dynamiter  les modèles construits par nos cultures et nos sociétés. Pourtant, la prégnance des préjugés reste puissante, comme l’a récemment démontré Nelly Chabrol-Gagne dans Filles d’album. Les représentations du féminin dans l’album (L’atelier du poisson soluble, 2011) en étudiant un corpus de 250 albums publiés entre 1995 et 2010. C’est dans ce contexte que nous posons la question : « Qu’est-ce qu’un garçon/ une fille aujourd’hui à travers le prisme de la littérature de jeunesse ? »

Le programme pluridisciplinaire et européen « GENERATIO », porté par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Programme quinquennal MSHA 2011-2015) auquel sont associées l’Université Montesquieu Bordeaux IV-IUFM d’Aquitaine et l’Université Bordeaux 3 (EA 4195 TELEM) ambitionne de définir une perspective d’approche relativement inédite ou inégalement abordée jusque-là : la construction des jeunes générations. Il nous offre un cadre dynamique pour poser/reposer la question de la représentation de l’identité sexuée dans la littérature de jeunesse à partir de l’un de ses axes d’étude : « La construction des jeunes générations par l’adhésion aux codes culturels, symboliques et matériels, ou le rejet de ces codes. » Tradition et/ou ruptures ? Reproduction et/ou remise en question des modèles ? Nouvelles approches et/ou discours consensuels et bien-pensants ? Lors des quatre journées d’études programmées de 2011 à 2014, nous souhaitons appréhender la littérature de jeunesse comme un laboratoire privilégié de la construction du genre, à travers différentes approches éditoriales et littéraires.

Après une première journée (13 octobre 2011) consacrée à examiner la situation de la littérature de jeunesse en France de 1945 à 1970, la deuxième journée, pour laquelle nous lançons cet  appel à contribution, s’intéressera à la période contemporaine, de  1970 au début du XXIème siècle. Sans prétendre à l’exhaustivité, on privilégiera les axes suivants :

On pourra se demander si la littérature de jeunesse emprunte ses personnages à la société dont elle est contemporaine ou, au contraire, si elle les construit dans la nostalgie des représentations héritées d’un passé proche (l’enfance/l’adolescence de l’auteur) ou lointain (l’enfant d’époques passées et idéalisées) ; sans négliger, dans la veine des utopies et contre-utopies portée par les genres de la  fantasy et de la science-fiction, les scénarios qui proposent des alternatives et/ou de nouveaux modèles d’un être au monde masculin ou féminin. Des regards portés sur l’édition  examineront l’évolution des collections « sexuées » et la création de nouvelles venues afin d’en dégager les points de convergence et de divergence. De même, l’attention se portera sur les écrivains engagés dans une création « pour filles » ou « pour garçons » afin de questionner dans les oeuvres les éléments esthétiques, comme les systèmes axiologiques, qui portent témoignage d’une spécificité : filles et garçons ne sont pas un seul et même « lecteur modèle ». Enfin, on s’intéressera aux interactions entre littérature de jeunesse et médias. Dans le marché de la culture pour la jeunesse se multiplient adaptations cinématographiques des oeuvres littéraires et novellisation des films et des séries télévisées. Alentour s’accumulent les produits dérivés et les transferts selon des parcours sans cesse renouvelés : du livre au film,  au jeu vidéo, au manga… Que nous apprend sur les filles et les garçons cette circulation médiatique ? Quelles représentations du masculin et du féminin propose-t- elle ? Quelle culture « genrée » met-elle en mouvement ?

Les propositions de communication (400 mots maximum, et une brève présentation de leur auteur) devront être adressées avant le 31 mai 2012 aux deux adresses suivantes : gilles.behoteguy@wanadoo.fr et christiane.connan-pintado@orange.fr. La réponse du comité scientifique sera communiquée fin juin.

Comité scientifique :

Gilles Béhotéguy

Nelly Chabrol-Gagne

Christiane Connan-Pintado

Brigitte Louichon

Jean-François Massol

Jean Perrot

Responsable : Christiane Connan-Pintado, Gilles Behoteguy

Adresse : IUFM d’Aquitaine-Bordeaux 4160 avenue de Verdun 33000 Mérignac

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Poétique de l’enfance

Kodjo Attikpoé lance un appel à communication intitulé : « Poétique de l’enfance : perspectives contemporaines ». S’inscrivant dans le cadre du 80e Congrès de l’Association Francophone pour le savoir (Acfas) qui se tiendra à Montreal les 9 et 10 mai 2012, cette proposition invite les chercheurs à interroger une notion que l’on peu penser étrangère à la bande dessinée européenne. Celle-ci semble en effet s’être construite autour d’une idée on ne peut plus vague d’une jeunesse allant « de 7 à 77 ans » (pour reprendre le célèbre slogan de Tintin), c’est-à-dire se positionnant comme un mode d’expression « tout public ». À bien des égards, la « jeunesse » est donc une notion relativement nouvelle pour le neuvième art et poser la question des « poétiques » que mobilise son invention est une véritable question : l’analyse de propositions comme Le Petit Poilu de Bailly et Frappont ou Allez Raconte de Trandheim et Parondo ou encore d’Anna et Froga d’Anouk Ricard pourrait fournir des éléments de réponse qu’il s’agira de formuler avant le 5 février prochain.

 

Poétique de l’enfance : perspectives contemporaines

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du 80e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) qui se tiendra au Palais des Congrès de Montréal. Il se déroulera les 9 et 10 mai 2012.


Concept dynamique, l’enfance est souvent pensée et repensée du point de vue des adultes au point qu’elle apparaît comme une invention, une construction. Dans l’espace et dans le temps, les conceptions de l’enfance se sont sans cesse renouvelées. Aussi l’histoire de l’enfance peut-elle se décliner en termes d’histoire culturelle. Abordée dans des cadres tels que la sociologie, l’anthropologie et l’éducation, l’enfance fait également l’objet de réflexions poétiques et philosophiques, par exemple, au siècle des Lumières chez des auteurs comme Herder, Novalis, Jean Paul et Tieck. À ce sujet, on peut se référer à l’ouvrage fondamental (paru en allemand, 1989) de Hans-Heino Ewers L’enfance comme forme d’existence poétique. Études relatives à l’émergence de l’utopie romantique autour de l’enfance au XVIIIe siècle. Dans la même perspective, il est à noter que la littérature de jeunesse en Europe peut être comprise comme étant le produit de ces constructions poétiques et philosophiques de l’enfance au siècle des Lumières et du romantisme (Emer O’Sullivan, 2000).

Le contexte contemporain est marqué par de nouvelles représentations de l’enfance. Le statut de l’enfant a radicalement changé. Disposant désormais de divers droits qui le protègent et lui assurent une certaine autonomie, l’enfant devient ainsi un sujet, un acteur dans la vie sociale. En ce qui concerne la nature du véhicule de ses droits, on pourrait citer, par exemple, la Déclaration des droits de l’enfant (1959) et la Convention internationale des droits de l’enfant (1989).

L’objectif du colloque est d’examiner les enjeux poétiques et esthétiques qu’implique le nouveau statut de l’enfant dans la littérature contemporaine (jeunesse et générale) d’expression française. Les œuvres vont-elles au-delà de la réalité de l’enfance, pour en proposer par exemple une nouvelle utopie ? Il s’agira d’appréhender les stratégies d’écriture mises en oeuvre pour construire une poétique de l’enfance. On pourra étendre la réflexion au cinéma. Ce dernier porte-t-il un regard poétique sur l’enfance ?

Les communications pourront porter, sans s’y limiter, sur les axes suivants : l’imaginaire enfantin, discours et réflexions d’ordre théorique et philosophique, l’enfance heureuse, l’enfance comme utopie, l’enfant comme personnage narrateur, l’enfant-héros, relations familiales.

Veuillez soumettre vos propositions de communication d’environ 1500 caractères (espaces compris), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, au plus tard le 5 février 2012 aux adresses suivantes : attiko@gmx.de, fode@sympatico.ca

Responsables du colloque : Kodjo Attikpoé, Fodé Sarr

Responsable : Kodjo Attikpoé

Url de référence :
http://aclej.mshparisnord.org

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Isabelle Boisclair, de l’université de Sherbrooke, lance pour le 80e congrès de l’Acfas qui aura lieu à Sherbrooke (9 et 10 mai 2012), un appel à communication intitulé « Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique ». Ouvert à toutes les formes de création (puisqu’il est question aussi bien de « culture des médias que d’arts médiatiques »), cette proposition nous invite à interroger l’impact de la « prise de parole des femmes » sur des productions culturelles et à nous demander si les « créateurs masculins prennent […] acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin ». Le champ des possibles propositions est ainsi assez large et on pourra aussi bien s’intéresser à la forme que prendrait en bande dessinée l’affirmation par un auteur d’une identité sexuelle, voire d’une sexualité, proprement féminine (à ce titre, l’étude de Fraise et Chocolat d’Aurélia Aurita s’impose) qu’interroger la position de créateurs masculins s’interrogeant clairement sur le désir au féminin. Si la chose est évidente dans le cas des œuvres de Guido Crepax (et de son héroïne Valentina à qui il prête superbement toutes formes de désirs prenant les formes on ne peut plus étonnantes), d’autres œuvres gagneraient certainement à être également étudiées et notamment les productions de Jean-Marc Reiser tel un Vive les femmes qui semble esquisser les contours d’une nouvelle « condition masculine » pas forcément exempte d’a priori déterminée par les femmes. Notons enfin qu’un article de Virgine Talet, disponible en ligne sur la revue Clio, s’intéresse au cas du magazine Ah ! Nana qui, réalisé par des femmes, visait un public féminin.

 

 

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Colloque du Centre Anne-Hébert (Université de Sherbrooke)

et VersUS (Groupe de recherche en études littéraires et culturelles comparées de l’Université de Sherbrooke)

80e Congrès de l’Acfas

Sherbrooke, 9 et 10 mai 2012

La notion de désir a jusqu’ici été pensée comme appartenant au masculin, tandis qu’au féminin il incombe d’incarner l’objet du désir de l’homme. Depuis peu, les femmes s’approprient le discours érotique. Émancipées qu’elles sont des injonctions à la pudeur, elles projettent désormais la possibilité d’une subjectivité désirante.

Dans la mesure où les textes littéraires reconduisent les scripts sexuels (Gagnon) dominants, reposant sur la dyade Homme-sujet-actif-désirant/Femme-objet-passif-désiré, on peut affirmer, avec De Lauretis, qu’ils constituent une technologie du genre – cela se reflète tant dans la syntaxe érotique (« Il la prit », « Elle se donna à lui ») que dans la représentation des scènes sexuelles et, plus largement, dans la façon dont circule le désir.

Aussi, ce colloque se penchera sur la figure de la femme désirante dans les productions littéraires et médiatiques contemporaines, celles-ci entendues dans leur sens large, incluant aussi bien la culture des médias que celle des arts médiatiques.

Les productions culturelles se voient-elles transformées par la prise de parole des femmes? Les créateurs masculins prennent-ils acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin, la mettent-il en jeu dans leurs textes littéraires et autres productions culturelles ?

Responsables du colloque :

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke)

Catherine Dussault-Frenette (Université de Sherbrooke)

Les propositions (maximum 1500 caractères espaces comprises) doivent être envoyées au plus tard le 31 janvier 2012, accompagnées de vos coordonnées complètes et du nom de votre institution d’attache à chacune des deux responsables aux adresses suivantes :

isabelle.boisclair@usherbrooke.ca

catherine.dussault.frenette@usherbrooke.ca

Responsable : Isabelle Boisclair

Url de référence :
http://www.acfas.ca/

Adresse : Département des lettres et communicationsFaculté des lettres et sciences humainesUniversité de SherbrookeSherbrooke (Québec) J1K 2R1

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pan ! Dans l’œil de la lune

 Philip Mather du Campion collage (université de Régina, Canada) lance un appel à communication pour une conférence intitulée : « Pan ! Dans l’œil de la lune » et consacrée à la science-fiction française. La bande dessinée figure parmi les axes qu’il serait le bienvenu d’explorer, positionnement qui nous semble judicieux tant le retard en la matière est grand. La plupart des anthologies de science-fiction (à l’instar de Critique de la science fiction de Jacques Goimard) laissent en effet de côté le neuvième art, chose d’autant plus étrange que le domaine français est particulièrement riche. Il possède des classiques (comme Futuropolis de Pellos), des séries ayant contribué au succès de la bande dessinée « franco-belge » (Yoko Tsuno de Roger Leloup, Valérian et Laureline de Mézières et Christin) ainsi qu’à son renouveau (L’Incal de Moebius, La Caste de métabarons de Gimenez et Jodorowsky) et des œuvres modernes se voulant novatrice (par exemple La Brigade chimérique de Serge Lehman et Fabrice Colin) qu’il serait intéressant d’appréhender à travers une question : existe-t-il une spécificité française en terme de bande dessinée de science-fiction ? Quelle que soit la réponse que nos lecteurs entendent proposer, il s’agira de la formuler (brièvement) avant le 1er janvier prochain.

 PAN! DANS L’OEIL DE LA LUNE!

Conférence sur la science-fiction française
Université de Regina
2 et 3 Novembre 2012

Le comité organisateur de la conférence vous invite à soumettre une proposition de communication sur tout sujet touchant la science-fiction française.

La science-fiction française date d’aussi loin que la langue française moderne. Cyrano de Bergerac décrivit un voyage sur la lune qui fut publié en 1657. Jules vernes fit de même en 1865, en s’inspirant cette fois des progrès scientifiques récents. Le premier film à montrer un voyage sur la lune fut réalisé par Georges Méliès en 1902. En bande dessinée, Hergé envoya Tintin marcher sur la lune en 1954, soit 15 ans avant Armstrong. Cet échantillon restreint suffit à prouver que les oeuvres de science- fiction françaises méritent une meilleure reconnaissance internationale, ce qui est un des buts de la conférence. Mais ce sera aussi le lieu d’échanges interdisciplinaires puisque le genre de la science-fiction apparaît dans des média qui sont traditionnellement les domaines respectifs des arts et des beaux- arts.

Voici des suggestions de sujets qui peuvent être traités:
– La littérature de science-fiction française
– Le cinéma de science-fiction français
– La science-fiction à la télévision française
– La science-fiction dans la bande dessinée française
– La réception internationale de la science-fiction française

Les communications présentées à la conférence seront soumises à un comité de lecture puis publiées en actes.

Soumission des propositions:
– Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais.
– Les propositions devraient avoir une longueur de 250 mots et inclure un titre descriptif.
– Des équipements audio-visuels sont disponibles sur demande.
– Des frais d’inscription de 25$ seront exigés si votre communication est acceptée.
– Les propositions doivent être envoyées par courriel au plus tard le 1er janvier 2012 à:

Philippe Mather
Courriel: philippe.mather@uregina.ca
Téléphone: (306) 359-1229

Campion College
Université de Regina
3737 Wascana Parkway
Regina, Saskatchewan S4S 0A2
CANADA

Responsable : Philippe Mather

Url de référence :
http://uregina.ca/~fscifi/index.html

Adresse : Campion College University of Regina 3737 Wascana Parkway Regina, Saskatchewan S4S 0A2 CANADA

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée

Cristina Alvares, de l’université do Minho (Braga, Portugal) lance un appel à communication intitulé : « Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée ». Constituant la première pierre d’un colloque qui se tiendra les 26 et 27 avril prochain, cette proposition invite les chercheurs à s’emparer d’une notion extrêmement diverse puisqu’il y a des « héros et des héroïnes mythiques, tragiques, comiques, épiques, romanesques, picaresques, classiques, traditionnelles, modernes, contemporains, des anti-héros, des super-héros ». Ce sont ainsi toutes sortes de personnages qu’il sera possible d’étudier selon des axes eux aussi variés puisqu’à côté du rapport à la loi et à la littérature (ou plus précisément à l’aventure), l’appel à communication fait clairement une place à des analyses textuelles ou graphiques. Il serait d’ailleurs intéressant d’inscrire dans le temps ces différentes pistes de réflexion : le Batman de Frank Miller ou le Spirou d’Émile Bravo font ainsi montre d’un tout autre rapport à l’autorité (Batman s’interrogeant sur le bien fondé de son action) et à l’histoire (Spirou se trouvant dans ce dernier cas mêlé aux négociations de l’accord de Munich) alors que les deux auteurs font montre de choix graphiques renouvelant aux aussi l’approche de la série. Nous laissons à nos lecteurs le soin de trouver des exemples semblables avant le 30 janvier prochain.

 

Colloque Figures du héros. Littérature, cinéma, bande dessinée

Université du Minho, Braga, Portugal

Depuis la nuit des temps, les groupes humains ont créé des héros pour y projeter leurs idéaux et valeurs, justifier leur existence et interroger leur structure éthique. Depuis le demi-dieu antique jusqu’au héros urbain postmoderne, les configurations historiques et culturelles du héros sont multiples et variées. Il y a des héros et des héroïnes mythiques, tragiques, comiques, épiques, romanesques, picaresques, classiques, traditionnelles, modernes, contemporains, des anti-héros, des super-héros. Le héros a mille visages. Cependant, une telle diversité n’a pas empêché l’identification d’une structure ou morphologie invariante – le monomythe, l’archétype ou le mythologème héroïque -, déterminée surtout par la fonction du héros dans les mythes : fondateur et transgresseur, il ou elle instaure l’ordre humain par la rupture avec l’ordre divin. Situé au-delà de la loi et de l’ordre que lui-même a fondé, le héros mythique constitue la référence et la mesure des typologies ou profils héroïques. Aussi tout héros garde-t-il quelque chose de ce modèle : médiateur entre ordre et contre-ordre, il prend une attitude de dénégation de la loi, tout en agissant à son service mais l’excédant, la subvertissant même. D’où son hybridité et sa liminarité, ses déplacements entre deux mondes : les vivants et les morts, le rêve et la réalité, la civilisation et la sauvagerie. Le héros est fondamentalement celui ou celle qui s’expose à ce qui advient (advenir, a(d)venture), qui est disponible à rencontrer l’altérité radicale, à chercher une dimension perdue, matérielle ou immatérielle, à changer son être et l’être du monde.

Dissident, déserteur, métis, pirate, missionnaire, réporter, voyageur, séducteur, détective, explorateur, archéologue, justicier – ces figures héroïques et bien d’autres se retrouvent, au masculin et au féminin, dans des mythes, des contes, des romans, au théâtre, au cinéma, dans la bande dessinée, dans des jeux-video. Dans ce colloque nous voulons analyser et discuter les figures héroïques qui apparaissent dans des textes et des supports différents, moyennant différents abordages (inter)disciplinaires (narratologie, études sur l’imaginaire, études culturelles, études intermédiales, psychanalyse, néo-comparatisme, etc).

Topiques

Les communications peuvent aborder une de ces topiques ou en combiner plusieurs.

Le héros et la loi

Prométhée, Ève, Roland, D. Juan, Antigone… incarnent différents régimes du rapport du héros à la loi (fondation, transgression, défi, soumission, soustraction, résistance). Comment fonctionnent ces régimes ? Quelle(s) éthique(s) héroïque(s) soutiennent-ils ? Est-elle compatible avec la morale collective ? Quel est le poids des intérêts et des inclinaisons personnels (la vengeance, par exemple) dans l’aventure ? Que signifie du point de vue éthique la fonction de victime sacrificielle que le héros assume fréquemment pour servir au mieux le bien collectif ? Ceux qui brisent les lois fondamentales de l’ordre humain (Oedipe, D. Juan, Fantômas) peuvent être considérés des héros ? Y a-t-il de l’ héroïsme chez l’anti-héros ? Le passage entre héros et anti-héros constitue-il une continuité ou alors une discontinuité ?

L’ anti-héros

Au contraire des récits plus classiques, la postmodernité a assisté à la consolidation de la figure du anti-héros, très présent notamment au cinéma. Son origine plus ou moins lointaine peut être située dans le Romantisme, bien qu’il y ait des anti-héros dans la littérature médiévale. Ce profil (anti)héroïque ne vise pas forcément à sauver un bien commun et cède facilement à des dérives marginales. Sur le plan éthique, il suit une moralité assez douteuse qui n’hésite pas à commettre le crime au nom d’une valeur supérieure ou même au nom d’un intérêt personnel. C’est le cas du protagoniste anonyme des westerns de Sérgio Leone, joué par le charismatique Clint Eastwood, par exemple.

Morphologies de l’aventure

L’aventure peut consister soit en un processus externe de purification du monde, laquelle peut avoir une signification historique et politique : chercher un trésor, libérer quelqu’un, capturer un criminel, combattre des terroristes, des trafiquants, des tyrans ; soit en un processus interne de purification spirituel et d’accès à un savoir ou à une vérité sur soi-même, sur le monde et sur la vie ; soit en des combinaisons variées des deux formes dont il importe d’étudier les régimes. Quel est, par exemple, le rapport de l’aventure avec la vie quotidienne ? S’insère-t-elle dans l’existence comprise entre le ‘il était une fois’ et le ‘et ils ont vécu heureux pour toujours’ ? Ou, au contraire, l’aventure est-elle une discontinuité dans le temps linéaire de l’existence individuelle qui la projette sur un plan transbiologique dans lequel le héros n’a ni passé ni futur ? Quelles sont les stratégies de déconstruction de l’aventure et de son absorption par le everyday life ?

Les morphologies et régimes pourront-ils déterminer ou conditionner des paradigmes de l’aventure ? Y a-t-il des paradigmes ou modèles traditionnels, modernes et postmodernes de l’aventure ?

Héros et Famille

Héraklès, Arthur, Tintin, Wonder Woman, Moise, Perceval, Beatrix K.… Orphelins, bâtards, enfants exposés, sans famille, matricides … Les relations du héros avec sa famille d’origine et/ou la famille qu’il ou elle a constituée sont problématiques. Clivé entre l’aventure et la famille – abandonnée, trahie, oubliée pour un temps ou pour toujours ou au contraire/mais aussi protégée, sauvée, recomposée, réunie – le héros apparaît fréquemment inscrit dans la sphère publique et la sphère privée de l’existence, tout en les gardant en tension ou en essayant de les faire coïncider. Quelles configurations du rapport entre public et privé trouve-t-on et quels profils héroïques leur sont associés ?

Héros et masques

Les profils héroïques résultent d’une rhétorique de l'(auto)présentation et (auto) représentation : portrait et autoportrait, pose, attitude, mise en scène de son ego ou de son opacité subjective. Depuis le Bel Inconnu des romans arthuriens, le chevalier incognito des romans médiévaux, jusqu’à Zorro ou Spirit, et aux super-héros, costumes, armes, masques et marcarilles donnent des contours d’ombre et de mystère à l’identité opaque ou perdue du héros. Il y a pourtant d’autres façons de mettre en scène une opacité subjective ou une personnalité énigmatique (la pose de Corto Maltese, par exemple). Comment fonctionnent ces formes de masque sans masque ?

Héros digitaux

Le développement du cinéma d’animation digital a créé de nouveaux protagonistes qui s’assument explicitement comme des successeurs de figures autrefois célèbres, notamment celles de l’imaginaire de Disney mais pas seulement. Ces figures héroïques tirées aussi bien de personnes réelles que de domaines tout à fait non-humains (par exemple, des voitures qui parlent et gagnent des courses héroïquement ou des jouets qui interagissent avec des humains, tout en s’en détachant par l’aventure dont ils sont les protagonistes), peuvent (d)énoncer une dimension héroïque postmoderne.

Héros et parodie

La postmodernité reformule parodiquement des récits patrimoniaux entre autres. L’imaginaire des contes de fées est réécrit à partir de la figure grotesque d’un ogre sympa qui fait un trajet héroïque tout à fait traditionnel, sauf pour la subversion des composantes canoniques du genre, avec des effets d’humour parodiques. Le célèbre agent secret 007 n’échappe pas non plus à la parodie par le non moins célèbre double parodique Johnny English (Rowan Atkinson). Quels rapports gardent les héros avec leurs doubles parodiques ? Quelles sont les composantes sur lesquelles se fonde la parodie et la déconstruction comique de la figure du héros ?

Date limite de réponse à l’appel à communication : 30 janvier 2011.

Le colloque a lieu les 26 et 27 avril 2012 à l’auditorium de l’Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, à Braga, Portugal

Les communications ne dépasseront pas les 20 minutes.

Langues de travail : Portugais, Espagnol, Français, Anglais.

Les résumés de communication (300 mots maximum) doivent être soumis jusqu’au 30 janvier 2012 aux adresses martagomes100@hotmail.com, spgsousa@ilch.uminho.pt, calvares@ilch.uminho.pt

Inscriptions :

Jusqu’au 5 avril :

avec communication : 85 €

sans communication : 70 €

Après le 5 avril :

avec communication : 95 €

Responsable : Cristina Alvares

Url de référence :
http://www3.ilch.uminho.pt/figurasdoheroi

Adresse : Colloque Figures du héros Instituto de Letras e Ciências Humanas Universida de do Minho 4710-052 Braga Portugal

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Annual Florida Conference of Historians/superheroes

Julian Chambliss, professeur d’histoire au Rollins College (Floride, USA), lance un appel à communication pour la 52e conférence annuelle des historiens de Floride. Prenant place dans la section « Media Art and culture », celui-ci se focalise sur les « superhéros » et constitue donc le pendant du récent appel à communication « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». S’il entend permettre d’explorer la plce de ces personnages dans la culture américaine, cet appel à communication met en effet l’accent sur les pratiques d’adaptation de ces Comics au cinéma, à la télévision ou en musique : il ne manque que les jeux vidéos auxquels pourraient s’intéresser quelques propositions qu’il s’agira d’élaborer avant le 16 décembre prochain.

 

From Superman’s 1938 debut through recent tales of identity crisis and political divide, superhero comic books have made an indelible mark on American culture. The current popularity of stories and characters originating in comic books has expanded interest in the medium and in the symbolic power of the superhero. Recent scholarship has attempted to define the superhero’s unique relationship to American culture. The Florida Conference of Historian Special Interest Section (SIS) on Media Arts and Culture welcome submission to the 52nd annual Florida Conference of Historian meeting that address the ways the comic book superhero represents, constructs, and distorts American culture are welcomed. Special consideration will be given to papers that explore comics-inspired movie, television, and music. The Media Arts and Culture SIS welcomes submission from graduate students, undergraduates, and independent scholars who wish to participate. All conference invitees are eligible for review for inclusion in the FCH refereed published proceedings.

1. Paper title and abstract/proposal (300-500 words)
2. Brief vita or biography (one page max)
3. Complete personal information: name, department, academic affiliation, mailing address, and e-mail address.

Worthwhile topics include (but are not limited to):

Ethnicity and the Superhero / Gender and the Superhero / Superheroes and Nationalism / Religion and the Superhero / The Superhero in the Media / Marvel Cinematic Universe: Past and Presence / Superhero and Identity / Class Identity and the Superhero/ Violence and the Superhero / Political Identity and the Superhero

Dr. Julian Chambliss
Rollins College
1000 Holt Avenue-2762
Winter Park, FL 32789
407-646-2214
Email: jchambliss@rollins.edu
Visit the website at http://myweb.rollins.edu/jchambliss/Julian_C._Chambliss/Homepage.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire

François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa) lancent un appel à communication intitulé « Mythologie du superhéros : physiologie, géographie, histoire ». Débouchant sur un ouvrage qui sera publié aux Presses Universitaires de Liège dans la collection ACME (du nom du groupe de recherche qui a récemment organisé le colloque « figures indépendantes de la bande dessinée mondiale »), cette proposition nous invite à prendre la notion de superhéros au sens large puisqu’il s’agit d’appréhender ces personnages dans leur rapport au temps (en les replaçant dans une histoire de la littérature populaire), à l’espace (que celui-ci soit fictionnel, comme le Gotham City de Batman, ou politique, comme les États-Unis d’Amérique) et à un « imaginaire collectif » (faisant que ces héros, pourtant soumis à toutes les variations, demeurent empreints d’une forme de permanence). Notons que cet appel à communication très complet n’aborde pas frontalement une piste que les directeurs d’ouvrages pourraient voir explorée : celle du mode de production de ces Comics, c’est-à-dire l’analyse des dispositifs économiques, juridiques ou des auteurs leur donnant naissance. La lecture de l’ouvrage de Jean-Paul Gabilliet (Des Comics et des hommes) pourrait ainsi donner quelques idées aux chercheurs qui ne trouveraient pas leur place dans un espace scientifique qu’il s’agira d’investir avant le 1er décembre prochain.

 

Mythologies du superhéros : physiologie, géographie, histoire

Ouvrage collectif dirigé par François Emmanuël Boucher (Collège militaire royal du Canada), Pascal Brissette (Université McGill), Sylvain David (Université Concordia) et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

Date limite : 1er décembre 2011

Les superhéros, demi-dieux d’un monde sans Dieu, constituent collectivement une mythologie laïque qui se diffracte en sous-ensembles de mythologies au sens où l’entendait Roland Barthes. Mais qu’est-ce qui fait le superhéros? Son incapacité à rester tranquille quand les forces du mal se manifestent? Son costume qu’on voudrait parfois plus discret et moins moulant, et qui fait systématiquement converger les regards vers lui (ou vers elle)? En quoi le superhéros se signale-t-il comme tel et qu’est-ce qui le distingue du simple héros? Partant de l’affirmation d’Ernst Cassirer selon laquelle le mythe est «l’objectivation de l’expérience sociale de l’humanité», on pourra s’interroger sur la socialité de ces êtres d’irréalisme pur : comment, à quelles conditions et pourquoi est-il permis au lecteur ou au spectateur de s’identifier à un personnage dont les caractéristiques transcendent celle de l’humanité ordinaire? Cet ouvrage collectif se fixe comme premier objectif de répondre à ces questions à la lumière tant de l’histoire culturelle que de la sociocritique et de l’analyse du discours social.

Le superhéros est né dans une Amérique triomphante à la veille de la Seconde Guerre mondiale et, même s’il est largement associé au corpus bédéesque des maisons DC (Superman, Batman, Wonder Woman, Green Lantern, Flash) et Marvel (Spiderman, Fantastic Four, Hulk, X-Men), il a infiltré massivement les productions télévisuelles et cinématographiques des cinquante dernières années, et a su, en dépit (peut-être en raison) de l’apparente fixité de ses traits sémiotiques et de la minceur des scénarios auxquels il a souvent été intégré, se maintenir dans la faveur publique. Ce livre consacré à la mythologie du superhéros ne cherchera évidemment pas à pourfendre — ni d’ailleurs à défendre —, les productions culturelles de grande diffusion qui ont servi de véhicule au type du superhéros, mais à contribuer à une meilleure compréhension de ces personnages, de leurs conditions d’apparition et modes de diffusion.

3 axes de recherche :

Physiologie du superhéros. On sait que, au cours du premier xixe siècle, les physiologies, ces petits livres illustrés qui s’attachaient à décrire un phénomène du monde extérieur, se voulaient une méthode positive d’analyse des faits sociaux. Par sa survie durable dans l’imaginaire collectif, la mythologie du superhéros s’impose bien comme un phénomène social, quoique non référentiel, dont il sera pertinent de mettre en lumière la topique et les principales caractéristiques. Puisque tout superhéros qui s’implante dans l’imaginaire collectif atteint «une fixité emblématique qui le ren[d] facilement reconnaissable» (Umberto Eco), les contributions à ce collectif pourront aussi s’attacher à un seul personnage afin d’isoler les signes par lesquels il demeure le même au gré de ses divers avatars (littéraires, graphiques, télévisuels, cinématographiques).

Géographie du superhéros. On imagine sans peine le héros à la campagne, un peu ennuyé parfois, certes, et lorgnant souvent le chemin de la ville, mais on peut l’y situer et le forcer à y rester, le temps d’un roman, du moins. Peut-on faire de même avec le superhéros? Que ferait Spiderman sans les gratte-ciels de New York ou Batman en banlieue de Gotham City, loin du bruit, des journalistes et des foules? Le phénomène est-il généralisé? Clark Kent grandit à Smallville, au Kensas, mais c’est à Metropolis qu’il passe sa vie adulte. Un certain Actarus et son robot Goldarak, issus des Mangas japonais, cherchent à se faire oublier à la campagne, mais ils doivent systématiquement en sortir lorsque les forces de Vega envoient depuis l’espace les puissants Golgoth tuer les citadins et faire sauter les puits de pétrole (ou, encore, découvrir des super-métaux). Qu’indique ce rapport à l’espace (sans jeu de mot) du superhéros? En outre, comment les superhéros s’imposent-ils comme des héros «nationaux», qui condensent et amplifient les qualités présumées de leur nation d’appartenance (Wolverine, l’homme sauvage du Nord canadien; Captain America, protégé par un bouclier à l’effigie du drapeau américain)? Existe-t-il au contraire des superhéros internationaux, dont l’essence aurait partie liée à la citoyenneté du monde?

Histoire du superhéroïsme. On connaissait le héros épique, qui se livra sur les champs de bataille de Troie ou de Roncevaux à des carnages mémorables sous le regard approbateur des dieux; on connaissait également le héros romanesque évoluant dans un monde opaque, déserté par la transcendance (Lukács). Qu’est-ce qui laissait présager l’émergence du superhéros? L’un des axes de réflexion sera ce passage historique du personnage humain, quelquefois doué, voire intellectuellement surdoué (Sherlock Holmes, Rouletabille), parfois pourvu d’une force physique extraordinaire (Porthos, Jean Valjean), mais appartenant résolument à l’humanité, à un personnage de surhomme, transformé, transfiguré ou génétiquement modifié par la science et la technologie. Comment et à quel moment s’effectue cette transition? Quels en sont les moments clés? Sur quels facteurs historiques, culturels, discursifs, économiques, politiques ou sociologiques s’est-elle appuyée?

La publication de ce collectif se fera aux Presses Universitaires de Liège – Sciences humaines (PULg), dans la collection ACME. Les contributions soumises feront l’objet d’une évaluation par les pairs (« peer review »). La parution du recueil est prévue pour l’automne 2012.

Les propositions de textes, en français, doivent inclure un résumé de 400 mots, un titre, l’axe de recherche privilégié et les coordonnées de l’université et du département d’attache. Elles doivent parvenir à l’adresse suivante avant le 1er décembre 2011 : boucher-f@rmc.ca

Responsable : François-Emmanuël Boucher

Url de référence :
http://www.rmc.ca/aca/fs-ef/per/bou/index-fra.asp

Adresse : François-Emmanuël Boucher Directeur du Département d’études françaises Professeur agrégé Collège militaire royal du Canada CP 17000, Succ. Forces Kingston, Ontario (Canada) K7K 7B4 Tél. : (613) 541-6000 ext.6436 Courriel: boucher-f@rmc.ca

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Masculinity in superhero comic books and films

Derek McGrath, de l’université Stony Brooks (New York, USA), lance un appel à communication intitulé : « Masculinity in Superhero Comic Book and film ». Constituant l’ossature de l’une des sessions de la convention organisée par la Northeast Modern Langage Association, cette proposition entend interroger le « mâle superhéros » (notre traduction, et nous optons pour du littéral), et ce à une très large échelle puisque sont évoqués la bande dessinée, le cinéma, les pièces de théâtre et toutes les productions culturelles. Il s’agira d’aborder ce vaste champ selon un angle : celui de « la subversion des archétypes masculins ». Même si cette notion n’est pas clairement définie, gageons que l’étude de nombreuses œuvres contemporaines pourrait rentrer dans ce cadre : la série des Boys de Garth Ennis et Darick Robertson met en scène des héros on ne peut plus immoraux et à l’apparence parfois étonnante, tandis que le travail de Mark Millar (Wanted) se focalise sur un « M. tout le monde » se découvrant des superpouvoirs dont il ne sait trop que faire. Il s’agira de compléter cette liste avant le 30 septembre prochain.

Masculinity in superhero comic books and films

Northeast Modern Language Association (NeMLA)

March 15 to 18, 2012

Rochester, New York

With comic books becoming more mainstream, thanks to numerous summer blockbuster films focusing on superheroes—2011 bringing audiences Super, Thor, The Green Hornet, Captain America, X-Men: First Class, and Green Lantern—this session welcomes all papers looking at ongoing portrayals of masculinity in works of popular culture that focus on male superheroes. Possible topics include but are not limited to adherence or subversion of masculine archetypes in superhero comic books, graphic novels, films, plays, and other works in popular culture.

Please include with your abstract the following: Name, affiliation, email address, and A/V requirements if any ($10 handling fee with registration).

Interested participants may submit abstracts to more than one NeMLA session; however, panelists may only present one paper (panel or seminar). Convention participants may present a paper at a panel and also present at a creative session or participate in a roundtable. For more information, visit the NEMLA online at http://www.nemla.org/convention/2012/cfp.html.

Submit 250- to 500-word proposals to Derek McGrath (derek.mcgrath@stonybrook.edu).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts