Bande-dessinée, animation et spectacle vivant : « remediation »

L’université de Lyon 2 lance un appel à communication intitulé « Bande dessinée, animation et spectacle vivant : « remédiation » ». Emprunté à Richard Grusin, et devant beaucoup à la pensée de Marshall McLuhan, ce terme invite à penser les relations que peuvent entretenir différents médias, problème qui sera notamment à l’honneur lors de la 4e université d’été de la bande dessinée en juillet prochain. Si cet appel à communication présente une originalité,c’est certainement parce qu’il invite à des propositions relevant du spectacle vivant. Or, les études sur les relations que celui-ci entretient avec la bande dessinée ne sont pas légions,alors que certaines oeuvres  que celles-ci peuvent prendre de multiples formes : adaptation scénique (Le femme assises de Copi, Le Démon de midi de Florence Cestac), reprise de pièces sous forme de bande dessinée (comme dans le cadre de la collection Commoedia des éditions Vent d’Ouest), performance (comme dans le cadre des concerts dessinés très en vogue, voire des pièces de théâtre illustrés « en direct » par des auteurs). Un éclairant article, publié sur le portail de la Bibliothèque Municipale de Lyon, fournit nombre de pistes au sein desquels il s’agira de trancher avant le 15 septembre 2010.

Bande-dessinée, animation et spectacle vivant : « remediation »

Propositions attendues dans les champs suivants : théâtre d’acteurs, de marionnettes, d’ombres, d’objets ; théâtres d’images ou du mouvement ; danse ; cirque ; cinéma d’animation ; arts graphiques.

Date limite d’envoi des propositions : 15 septembre 2010

Alors que les rapports entre la scène et le cinéma ont déjà donné lieu à d’importantes publications, les expériences de transposition, les phénomènes de croisements et d’interactions entre les arts scéniques et le dessin, fixe ou animé, demeurent à ce jour guère explorées. Prenant acte de cette carence, et au vu du nombre croissant de créations faisant converger ces deux champs artistiques, nous placerons au coeur de notre réflexion les influences, manifestes ou latentes, qu’ils peuvent mutuellement exercer l’un sur l’autre.
C’est en effet sous l’angle de la remediation, dynamique de pensée impulsée, il y a une dizaine d’années, par Jay David Bolter et Richard Grusin (Remediation. Understanding new media, The MIT Press, Cambridge (Massachussetts), London (England), 2000), que nous souhaitons aborder ce questionnement. Par ce concept, les auteurs invitent à réfléchir aux rapports entre les techniques et les arts sur le mode, non pas de la progression historique, mais de l’interaction et de la rétroaction. Selon eux, il n’y a pas de généalogie à sens unique, mais des phénomènes de va-et-vient médiatiques, qui font que tout nouveau médium se développe et se définit en relation avec des techniques et des formes de représentation plus anciennes, qu’il se réapproprie, qu’il réinvestit – mais autant que ces dernières s’approprient, à leur tour, les nouveaux langages et formes développés par lui.

Les propositions de communication devront s’inscrire dans l’un des trois axes suivants :

1) Adaptations
Les propositions consisteront alors en des analyses de cas : oeuvres théâtrales ou chorégraphiques tirées de bande-dessinées (par exemple : La femme assise, de Copi ; cycle BDanse de la compagnie Eco, qui collabore avec Blanquet, Loisel…), mais tout aussi bien, BD ou films d’animation réalisés à partir d’oeuvres scéniques (par exemple : Faust, de Jan Svankmajer ; Ubu, de Manuel Gomez ; 8, animation de Mathias Delfau d’après 8, de Noëlle Renaude…).
Il s’agira alors de se rendre tout particulièrement attentif aux phénomènes de porosités entre l’oeuvre originale et son adaptation, mais aussi, à la manière dont la forme née de l’adaptation remodèle ou renouvelle la lecture de l’oeuvre adaptée.

2) Collaborations / Confrontations
Ce deuxième axe portera sur l’analyse d’oeuvres dont la spécificité est de faire coexister ou se confronter deux registres de présence : le vivant et le dessiné (fixe ou animé).
Du côté du théâtre (collaboration de Piscator avec le caricaturiste George Grosz pour sa mise en scène des Aventures du brave soldat Schweyk (1928) ; dessins venant animer la scénographie des Paravents de Genet (1966) ; animations de William Kentridge collaborant avec la Handspring Puppet Company dans les années 1980 ; Comment ai-je pu tenir là-dedans ?, spectacle conçu par Jean-Lambert Wild et Stéphane Blanquet pour le festival d’Avignon 2010…), comme du côté de la danse (collaboration du chorégraphe Preljokaj et du dessinateur Enki Bilal, qui signe les costumes et les décors de Roméo et Juliette (1990) ; Is you me (2008), interprété par Benoît Lachambre et Louise Lecavalier sur fond de projection de dessins réalisés par Laurent Goldring ; illustrations graphiques réalisées en direct par Maxime Rebière dans la dernière création de Robyn Orlin, Call it… Kissed by the sun… Better still the revenge of geography, 2010…) – l’intérêt que la scène manifeste pour le dessin ne se dément pas.
Pour le théâtre, il s’agira de questionner les enjeux et les effets de ces confrontations, en les mettant notamment en regard des codes de représentation dont la scène moderne a précisément cherché à s’émanciper (tradition picturale, linéarité de l’espace-temps, vraisemblance, corps naturaliste…). Pour la danse, d’interroger les dialogues sensoriels que le dessin, ou l’acte de dessiner, peut engendrer.

3) Intermédialité
Ce troisième axe visera à repérer des formes d’influences moins immédiates ou explicites : la façon dont les codes de narration et les modèles de représentation propres aux mondes de la BD (comics, manga…) et de l’animé (cartoons, cinéma d’animation) contribuent à renouveler les écritures textuelles et scéniques.
Les propositions pourront en autres porter :
– sur les processus de création : quel rôle jouent l’esquisse, le croquis, le story-board en amont de la représentation ? en quoi ces gestes dessinés nourrissent-ils les mouvements et les images scéniques ?
– sur la plasticité des énoncés : jeux typographiques permettant aux auteurs de faire l’économie de certaines didascalies (par exemple : on écrit en majuscules, au lieu de préciser : « en criant ») ; projection de graphies en scène, à la manière des bulles ; …
– sur l’apparition de nouveaux types de personnages (par exemple : super-héros) ;
– sur l’exploration de figures scéniques qui débordent la vraisemblance réaliste : accélération des rythmes gestuels, procès de décomposition / recomposition des corps, « trucages » sonores, gags visuels (voir, par exemple, L’affaire de la rue de Lourcine, de Labiche, mis en scène par Daniel Jeanneteau et Christine Soma).

Les résumés des communications (une page environ), accompagnés d’une courte biographie, devront parvenir aux organisateurs avant le 15 septembre 2010. Ils seront adressés par courrier électronique à :
julie.sermon@univ-lyon2.fr

Comité scientifique

  • MARTIN BARNIER, Professeur en Etudes Cinématographiques (Université Lyon 2)
  • FRANCK BAUCHARD, Directeur Adjoint du Centre National des Ecritures du Spectacle. Chercheur associé au laboratoire Culture et communication de l’Université d’Avignon
  • LUC BOUCRIS, Professeur en Etudes Théâtrales (Université Grenoble 3)
  • BERNADETTE BOST, Professeure émérite en Etudes Théâtrales (Université Lyon 2)
  • MICHEL CORVIN, Professeur honoraire à l’Institut d’Etudes Théâtrales de Paris 3-Sorbonne Nouvelle.
  • MARIE-CHRISTINE LESAGE, Professeure en Etudes Théâtrales à l’UQÀM (Université du Québec à Montréal)
  • CLAUDIA PALAZZOLO, Maître de conférences en Etudes Chorégraphiques (Université Lyon 2)
  • DIDIER PLASSARD, Professeur en Etudes Théâtrales (Université Montpellier 3)
  • JULIE SERMON, Maître de conférences en Etudes Théâtrales (Université Lyon 2)

Responsable : Julie Sermon
Adresse : Université Lyon 2 – Campus Porte des Alpes Département ASIE (Arts de la Scène, de l’Image et de l’Ecran) 5, avenue Pierre Mendès France 69 500 Bron