Zones humides et littérature

Le Groupe d’Histoire des Zones Humides appartenant à l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage de Blois lance un appel à communication intitulé : « Zones humides et littérature ». Franchement originale, cette proposition nous invite à réfléchir à l’importance esthétique d’un marais qui semble fort riche : « Objet de fascination, le marais a une dimension épique quand il s’agit de le traverser, mythique dès lors qu’on y rencontre ou y combat des forces surnaturelles, éthique et initiatique enfin quand, les forces du mal vaincues, on y trouve sa voie ». Même si l’appel à communication ne mentionne nullement la bande dessinée et préfère se concentrer sur la littérature, gageons que le comité scientifique sera sensible à des propositions s’appuyant sur des œuvres développant une véritable poétique de la « zone humide » : outre nombre d’albums de fantasy (Les Griffes du marais de Corbeyran et Amblevert, Les Yeux du marais de Marc-Rénier…) ou de fantastique (telle La balade au bout du monde dont les 16 tomes scénarisés par Makyo se déroulent dans un village caché dans des marais), nous ne pouvons nous empêcher de penser à la très belle œuvre de Stéphane Blanquet, La Vénéneuse aux deux éperons, dans laquelle le marais semble cohabiter avec toutes sortes d’espaces marginaux (forêts, terrains vagues) et renfermer une vie tout aussi luxuriante qu’insignifiante pour le commun des mortels. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er juillet prochain.

Zones humides et littérature

Appel à communication

7émes Journées d’Études du Groupe d’Histoire des Zones Humides

École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage

Blois, 2-3 décembre 2011

Étrange, captivant, le marais, et l’ensemble des zones humides, ont de tout temps intrigué et exalté l’imaginaire des écrivains et des artistes en même temps qu’ils motivaient de savantes études et d’innombrables compte rendus d’explorateurs et de voyageurs. Objet de fascination, le marais a une dimension épique quand il s’agit de le traverser, mythique dès lors qu’on y rencontre ou y combat des forces surnaturelles, éthique et initiatique enfin quand, les forces du mal vaincues, on y trouve sa voie. La sémiotique des zones humides, c’est-à-dire le système de symbolisation qui s’y applique, est donc particulièrement riche et reflète, pour ces objets de nature investis par la culture de sens et de valeurs spécifiques, des perceptions et des représentations originales. Magistralement exposée dans l’ouvrage de Gaston Bachelard L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière (Joseph Corti, 1942), cette sémiotique de l’eau perçue à travers la littérature classique, notamment poétique, s’appuie sur les états de l’eau, stagnante, courante, claire, profonde, calme, violente afin de dégager les diverses imaginations matérielles qui s’attachent à l’eau. Celle-ci au gré des chapitres apparaît printanière, vive, courante, transparente, odorante et renvoie au narcissisme et au sentiment amoureux ; c’est une eau érotique, passionnelle dont l’odeur mêlée d’humus est celle du désir. Dormante, lourde, sombre, insondable, l’eau véhicule alors une méditation sur la mort et l’inexorabilité du temps. Étale, l’eau est un passeur du temps, elle brouille les repères chronologiques, féconde les souvenirs voire assure des ruptures surnaturelles dans l’espace-temps. Cette eau stagnante est aussi celle de la mort consentie, du suicide féminin, l’eau ophélienne par excellence d’où surgissent infinie tristesse et mélancolie : c’est la matière du désespoir. Mélangée à la terre, matricielle, l’eau compose encore la boue des origines d’où sort la vie et la prodigalité naturelle et qui, par une souille symbolique, permet une renaissance spirituelle. Cette même eau boueuse est aussi celle d’une peur singulière, d’une peur humide qui, à l’image des lavandières de Georges Sand dans les Légendes rustiques nourrit contes et légendes fantastiques. Mais l’eau est également maternelle, c’est le lait de la Terre, de la Nature ; c’est une eau qui berce, qui console, une eau qui purifie. C’est une eau de Jouvence qui rajeunit et guérit. Violente enfin, torrentielle, déchainée, l’eau incarne la colère divine et renvoie à tous les figures cosmogoniques du châtiment. Pourtant, de l’aveu même de l’auteur, cet ouvrage n’épuise pas la question : l’eau, trop intiment, trop organiquement liée à l’homme, à son imaginaire résiste à toute approche rationnelle. L’ambition de ces septièmes journées d’études du Groupe d’Histoire des Zones Humides est donc de poursuivre l’exploration littéraire de cet imaginaire de l’eau, et ce à travers quatre thématiques.

1. Les travaux sur la sémiotique de l’eau concernent davantage l’eau et ses états que les objets, naturels ou anthropiques, créés par l’eau. Dès lors, y a t il une sémiotique liée à chacun des principaux types de zones humides ? Peut-on distinguer des figures littéraires distinctes pour les tourbières, les étangs, les estuaires, les marais, les mares, les bras morts et les canaux inactifs ? De même, le discours apparaît quasiment a-géographique. Y a t il ainsi une spécificité régionale, à l’échelle européenne, voire planétaire, des perceptions et représentations littéraires des zones humides ? Peut-on distinguer dans la littérature anglo-saxonne des figures qui la distinguerait d’une tradition francophone ou scandinave ? De même, entre deux régions humides proches, la Sologne et la Brenne, la Dombes et la Champagne Humide, les landes de Gascogne ou celles du Cotentin par exemple, ne peut-on esquisser les contours d’une géographie littéraire ? Ceci invite bien sûr à donner à la littérature régionale (Barbey d’Aurevilly, Genevoix, Maupassant, G. Sand mais aussi bon nombre d’auteurs ayant exalté leurs terroirs…), non entendue comme un sous-genre littéraire mais bien comme une littérature incarnée, une importance particulière.

2. Le corpus de Bachelard apparaît d’une part principalement constitué d’oeuvres classiques allant du XIXe aux années 1940 et d’autre part surtout étayé par des oeuvres poétiques. La question est donc de savoir quelles sont les évolutions récentes enregistrées dans la sémiotique des zones humides. Quelles sont les figures du marais dans la littérature contemporaine, abordée dans toutes ces composantes (littérature policière, littérature fantastique, contes et légendes, littérature enfantine mais aussi bandes dessinées). De même, si l’on se demande comment la littérature représente le marais, il s’agit également de comprendre comment le marais, ou la zone humide, lui sert à représenter d’autres réalités, impossibles à appréhender directement.

3. Les travaux afférents aux perceptions et représentations des zones humides dans la littérature font peu de cas des évolutions historiques de ces mêmes images et des lieux dans lesquels elles se forment. La figure littéraire du marais n’est ni historicisée, ni replacée dans la matrice socio-culturelle qui l’a produite. L’objectif est donc, dans une perspective historique, de tenter de suivre les étapes d’une construction symbolique et d’examiner ses variances tant au sein d’une même époque selon la diversité des sociétés que sur le temps plus long de l’évolution des perceptions de l’environnement.

4. Enfin, on ne peut isoler la sémiotique afférente aux zones humides des impacts qu’elle suscite sur le milieu. Aiguillonnée par la géographie culturelle, et plus généralement par l’importance des perceptions et représentations dans les choix de valorisation de l’espace, nous proposons d’explorer la notion de paysage littéraire en émettant l’hypothèse que la prégnance des grandes oeuvres romanesques influence le façonnement des milieux naturels. Par leur ambivalence physique et symbolique, par leur moindre intégration dans les marchés économiques mondialisés qui autorise une plus grande expression de l’imaginaire de leurs gestionnaires, les zones humides continentales, entre terres et eaux, entre vie et mort, se prêtent à merveille à cet exercice de géographie culturelle. Elles constituent même, davantage encore que les montagnes ou les littoraux aujourd’hui plus atteints par les courants d’échanges planétaires, un véritable laboratoire de géographie psychosociale. On y traquera ainsi les fondements du paysage littéraire, c’est-à-dire d’un paysage dans lequel la littérature laisse des traces matériellement perceptibles. Notre propos est d’évaluer en quoi le traitement littéraire des zones humides forge des représentations susceptibles de guider le choix des gestionnaires. Il s’agit de montrer que de subtils échanges s’opèrent entre les lecteurs et les lieux d’eau et que la littérature est in fine à même de forger des paradigmes paysagers dont les gestionnaires, privés ou publics, sont pénétrés lors de leurs décisions d’aménagement de l’espace palustre.

Comité Scientifique :

Corinne Beck (Groupe d’Histoire des Zones Humides, Université de Valenciennes)

Dominique Chevallier (Groupe d’Histoire des Zones Humides)

Jean-Michel Derex (Groupe d’Histoire des Zones Humides)

Bertrand Sajaloli (Groupe Histoire des Zones Humides et Université d’Orléans, CEDETE EA 1210)

Muriel Rosemberg (Université d’Amiens, UMR 8504 Géographie-Cités))

Sylvie Servain-Courant (Groupe d’Histoire des Zones Humides et Ecole Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage, UMR 6173 CITERES)

Les propositions de communications doivent être soumises sous forme d’un résumé d’une page maximum avec un titre accompagné de trois à quatre mots clés. Il doit être fait explicitement référence à la thématique dans laquelle la contribution s’inscrit.

Les propositions doivent parvenir par voie électronique à l’adresse du colloque ghzh2011@ensnp.fr avant le 1 juillet 2011.

Les auteurs seront informés de la décision du comité scientifique fin juillet 2011. Les résumés acceptés ainsi que le programme seront publiés sur le site de l’ENSNP et sur celui du Groupe d’Histoire des Zones Humides en septembre 2011. Il sera alors envoyé aux auteurs retenus plus d’informations sur les normes de présentation des articles. Les textes devront parvenir aux organisateurs au plus tard le jour du colloque.

Les actes seront publiés dans le numéro 7 de la collection Journées d’Études du Groupe d’Histoire des Zones Humides.

Responsable : Sylvie Servain Courant (GHZH)

Url de référence :
http://ghzh.free.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

The aesthetics of security in literature and visual media

Kai Sicks, membre de l’International Graduate Center for the study of culture appartenant à la Justus Liebig University Giessen (Allemagne) lance un appel à communication intitulé : « The aesthetics of security in literature and visual media ». Cette proposition nous invite à penser la notion de « sécurité » comme un élément structurant des fictions littéraires, télévisuelles, cinématographiques ou « autres » et nous pensons qu’elle peut donc intéresser des chercheurs s’intéressant à la bande dessinée. Nombre d’œuvres appartenant au neuvième art s’intéressent en effet à des modes d’organisations spatiales pensées en termes de sécurité, à l’instar du Mystére d’Urbicande de Benoît Peeters et François Schuiten qui fait le portrait d’une ville administrée autour d’une démarcation entre quartiers populeux empreints d’insécurités et zones nettement plus aspetisées. L’urbain devient alors le reflet d’une organisation sociale, comme dans le cas de Social Fiction de Chantal Montellier (et notamment de Wonder City qui présente un monde aspetisé et sécurisé) ou, plus largement, d’œuvres construite autour de notions supposant une démarcation (comme la frontière dans La Frontière invisible de ces mêmes Schuiten et Peeters). Enfin, il est à signaler que nombre de comics semblent faire de la représentation de la sécurité ou de l’insécurité un véritable enjeu narratif et esthétique, et notamment Judge Dreed qui, créé par John Wagner et Carlos Ezquerra, s’organise autour d’un personnage cumulant pouvoirs de police et de justice afin d’incarner l’ordre au sein d’espaces voués à l’anarchie. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 1er juin prochain.

For the second issue of « eTransfers. A Postgraduate E-Journal for Comparative Literature and Cultural Studies », we are looking for contributions to

The Aesthetics of Security in Literature and Visual Media

The contemporary debate surrounding “communities of security” inquires, in particular, into culturally disseminated representations of normality, against which the dangerous is demarcated. At the same time, this debate is concerned with regulations that are designed to minimise the risk of danger and which create an atmosphere of fear; an atmosphere which in turn encourages further concerns about security. This debate frequently makes reference to Michel Foucault’s work on governmentality and to Ulrich Beck’s theory of the risk society; both theoreticians come to the conclusion that such processes of normalisation, regulation and the creation of fear are implemented and legitimised through strategies such as surveillance and inspection, measurement and statistical investigation. These strategies can also be described as mediating techniques of simultaneous inclusion and exclusion: those phenomena or people brought into view as threats are identified and included through the operations of observation, yet in the same process are relegated to being elements which, for the purposes of eliminating an imagined risk, must be excluded, if not completely eliminated. Communities of security do not implement these strategies of protection at all times and in all places, as the language of Big Brother would suggest; rather they create spatial, temporal and social Zones of Surveillance which structure awareness (of the State, of the police, and of private security communities) and make focused interventions possible.

Literature, film and television transform these zones of surveillance into semi-fictional stages of social inclusion and exclusion. Often they allow the dynamics of power to be performed by stereotypical protagonists, thereby contributing, on the one hand, to the reduction of complexity in the field of security. On the other hand, however, they render this selfsame field more complex: if literature, film and television aestheticize zones of security (border regions, prisons and camps, slums) as well as strategies of security (surveillance, inspection, measurement), then the security procedures which are depicted also continually interact with these staged and mediated processes. This is because the modes of inclusion and exclusion which are staged can equally, through the mediation of narrative, be affirmed, revised or rejected. In this way, narrative media become engaged in the negotiation of potential threats and types of safety, and are themselves integrated into the spectrum of the normalising and regulating modes of security.

For the second issue of eTransfers we are seeking contributions which — through the consideration of individual texts, films and television programmes (and possibly other formats from the new media) — analyse this aestheticization and narrativization of security. Contributions may address but should not necessarily be confined to the following questions:

  • Which spaces and strategies of security are represented in literary and visual media, and which types of plot proliferate in the context of security communities? • Which modes and behaviour and which types of persons are identified as being “dangerous”, how does this occur, which modes of inclusion and exclusion accompany the depicted strategies of security, and are there unambiguously “good” and “evil” protagonists?
  • Which modes of observation, inspection and measurement are depicted and how do they interact with the specific narrative medium under investigation?
  • To what extent do narrative media themselves either encourage processes of security or attempt to avoid instigating their own form of security politics, and are these narrative processes given to reinforcing or disturbing the readers’ senses of security (for example, through the technique of unreliable narration)?

We request the submission of completed essays, no longer than 6,000 words, written in either English or German, by 1 June 2011. Contributions should be sent to one of the following addresses: etransfers@gcsc.uni-giessen.de or arts-etransfers@ qmul.ac.uk. When making a submission please take note of our detailed submission instructions on http://eTransfers.uni-giessen.de or http://www.sllf.qmul.ac.uk /research/anglogerman/etransfers/

Dr Kai Sicks
International Graduate Center for the Study of Culture
Justus Liebig University Giessen (Germany)

Email: kai.sicks@gcsc.uni-giessen.de
Visit the website at http://www.sllf.qmul.ac.uk/research/anglogerman/etransfers/index.html

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La littérature et le monde du travail. Inspiration, représentation et mutation

Maria João Reynaud et José Domingues de Almeida, enseignants-chercheurs à l’université de Porto et membres de l’APEF (Association Portugaise des Études Francaises), lancent un appel à communication intitulé : « La littérature et le monde du travail. Inspiration, représentation et mutation ». Le neuvième art n’y est absolument pas mentionné, mais ce thème original nous semble poser un problème des plus intéressants : comment la bande dessinée est-elle à même de représenter une organisation ? Plusieurs œuvres fournissent des éléments de réponse que ce soit en se focalisant sur une hiérarchie (le « principe d’incompétence » cher au Dilbert de Scott Adams), sur une division du travail (DRH, manager ou assistante de direction se succède ainsi au sein de Dans mon open space de James) ou sur une forme de cruauté immanente aux relations professionnelles (Travail m’a tuer de Philippe Vuillemin). Il s’agira de compléter cette liste avant le 15 juillet prochain.

La littérature et le monde du travail Inspiration, représentations & mutation

Colloque international

Porto – FLUP – 29 et 30 novembre 2011

APPEL À COMMUNICATION

Une fois dépassés ou assagis les débats idéologiques et sociaux qui impliquèrent naguère le monde du travail dans le contexte politique et culturel des sociétés occidentales, et dans un cadre mondialisé où l’exercice du travail suppose des circonstances nouvelles, voire imprévisibles, il y a lieu de se pencher sur le rôle que peut encore jouer ce domaine essentiel, quoique changeant, de l’existence humaine dans la littérature, et l’inspiration qu’il apporte à la création et à l’imaginaire romanesque moderne et contemporain

Il s’agit de mesurer l’importance, l’insignifiance, voire l’absence, du monde du travail dans la littérature actuelle et de décrire le traitement qu’il subit chez plusieurs romanciers qui se sont penchés d’un point de vue narratif sur les mutations en cours dans l’entreprise, l’usine ou le bureau.

En France, par exemple, le «roman de bureau» est devenu une sorte de sous-genre romanesque à part entière depuis le succès de 99 Francs de Frédéric Beigbeder. Mais bien d’autres romanciers (Nothomb, Houellebecq, Bon, Quintreaux, etc.) ont investi cet univers et glosé les composantes thématiques, et les déboires, de la vie d’entreprise d’hier et d’aujourd’hui.

Licenciements, administration inflexible, pression patronale, rivalités entre cadres, harcèlement, mondialisation…, les sujets ne manquent pas et inspirent les romanciers qui renouent de la sorte avec une littérature aux accents naturalistes et engagés, à l’encontre d’une tendance minimaliste et autofictionnelle tant décriée para les détracteurs de la prose narrative française contemporaine.

Ainsi, nous avons le plaisir d’annoncer le Colloque international que nous organisons, les 29 et 30 novembre 2011 à Porto, et en vue duquel nous lançons cet appel à communication aux chercheurs que cette thématique intéressera.

Nous proposons les axes d’approche et d’intervention suivants

Traitement romanesque du monde du travail et de l’entreprise ; Crise, conflits sociaux, syndicalisme et mondialisation vus par / dans le roman ; Acteurs, rôles et rituels de / dans l’entreprise incarnés ou vécus par les personnages romanesques ; Travail, chômage, loisirs et tourisme : mutations perçues par la littérature.

langues du colloque :

Les langues du colloque sont le français, le portugais, l’espagnol et l’anglais.

calendrier et conditions:

15 juillet 2011 : date butoir pour présenter des propositions de communication. (150 mots). Les communications admises ne dépasseront pas les 20 minutes.

15 septembre 2011 : date limite pour la réponse de l’organisation aux propositions de communication.

15 octobre 2011 : diffusion du programme prévisionnel.

15 novembre 2010 : diffusion du programme définitif.

(L’inscription est gratuite).

Comité organisateur :

  • Maria João Reynaud (UP – CITCEM & APEF)
  • José Domingues de Almeida (UP – ILC ML & APEF)

Adresse :

Les propositions de communication (résumé et brève notice cv, avec nom, institution et courriel) sont à envoyer aux deux courriels suivants : reynaud@letras.up.pt et jalmeida@letras.up.pt

Les textes des communications feront l’objet d’une publication dans la revue en ligne d’Etudes Françaises Carnets (voir rubrique sur le site www.apef.org.pt)

Renseignements :

Merci d’entrer sur les sites http://www.apef.org.pt/ et / ou http://www.flup.up.pt

Responsable : José Almeida & Maria João Reynaud

Url de référence :
http://www.apef.org.pt

Adresse : Via Panorâmica, s/n 4150-564 Porto Portugal

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Dans le réel ! Bande dessinée et questions de société

La Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image s’associe avec le Pôle de Ressources pour l’Éducation Artistique et Culturelle Bande Dessinée (plus connu sous le nom de PREAC BD et administrant l’excellent site de ressources pédagogiques L@BD) pour organiser son stage à destination des professionnels du livre qui a traditionnellement lieu avant l’ouverture du festival d’Angoulême. Le thème retenu cette année est « Dans le réel ! Bande dessinée et question de sociétés » et il fait assurément honneur au lauréat du Grand Prix de la ville d’Angoulême 2010. La visite de l’exposition consacrée à Baru, auteur qui semble n’avoir de cesse de représenter l’aliénation de la classe ouvrière (Quéquette blues) ou le terrifiant racisme dont souffre les populations immigrées (L’Autoroute du soleil), complétera sans doute parfaitement les deux jours d’information et de réflexion consacrés à un thème fort peu traité dans la bande dessinée.

Dans le réel, bande dessinée et questions de société

mardi 25 janvier 2011 en salle Nemo

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


9h00-9h15 accueil
9h15-9h30 mot d’accueil de Gilles Ciment, directeur de la Cité, et présentation du stage et de son organisation
9h30-10h30 panorama du traitement des questions de société dans la bande dessinée par Benoit Berthou
10h45-12h00 rencontre avec Sandrine Revel, Charles Masson et Morvandiau (auteurs), animée par Pouria Amirshahi (la Cité)
12h30-14h00 déjeuner à la table à dessin
14h00-15h30 la Bande dessinée historique coréenne, Massacre au pont de No Gun Ri et Fleur, par Agnès Deyzieux
15h30-17h00 rencontre avec Laurent Astier (auteur), animée par Laurent Lessous
17h30-18h30 visite de l’exposition Parodies, la bande dessinée au second degré, sous la conduite de Thierry Groensteen (commissaire de l’exposition).
18h30 cocktail apéritif

mercredi 26 janvier 2011 en salle Nemo

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


9h00-10h30 panorama du traitement des questions de société dans la bande dessinée jeunesse par Denis Lapière
10h45-12h00 rencontre avec Marzena Sowa et Guillaume Bianco (auteurs)
12h30-14h00 déjeuner à la table à dessin
14h00-16h30 rencontre avec Etienne Davodeau et Kris, animée par Laurent Lessous
17h00-18h00 visite des nouvelles réserves patrimoniales de la bibliothèque de la Cité et de son nouveau centre de documentation

jeudi 27 janvier 2011 dans l’auditorium du musée

(Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, bâtiment Castro)


questions de professionnels
9h00-10h15 le désherbage de la bande dessinée en bibliothèque : retours d’expériences
10h30-11h45 la médiation bande dessinée en bibliothèque : retours d’expériences
11h45-12h00 bilan du stage et clôture

Les intervenants

Benoît Berthou : maître de conférence, Laboratoire des Sciences de l’information et de la communication (LabSIC), Paris 13
Sandrine Revel : auteur de Résurgences : Femmes en voie de resociabilisation – La Boîte à bulles, 2010 (Contre cœur).
Charles Masson : auteur de (entre autres) Droit du sol -Casterman, 2009 (Ecritures), Bonne santé – Casterman, 2005 et Soupe froide – Casterman, 2003.
Pouria Amirshahi : chargé de mission auprès du directeur (Cité)
Agnès Deyzieux : Documentaliste, journaliste, auteur de Découvrir le manga, formatrice, animatrice, spécialiste du manga, présidente des associations Bulle en Tête et Gachan consacrées à la promotion de la lecture de la bande dessinée et du manga.
Laurent Astier : auteur de L’affaire des affaires, tomes 1 et 2 avec Denis Robert et Yan Lindingre – Dargaud, 2009.
Laurent Lessous : enseignant, préac-BD (CRDP Poitou-Charentes)
Etienne Davodeau : auteur de (entre autres) : Rural ! – Delcourt, 2001, Les Mauvaises gens : Une histoire de militants – Delcourt, 2005., Lulu, femme nue, tome 1 et 2 -Futuropolis, 2009-2010.
Kris : auteur-scénariste (entre autres) de : Les ensembles contraires – Futuropolis, 2008-2009, Coupures irlandaises – Futuropolis, 2008, Un homme est mort, Futuropolis, 2006.
Marzena Sowa : auteur de Marzi – Dupuis, 2005 à 2009.
Guillaume Bianco : auteur (entre autres) d’Ernest & Rebecca – Le Lombard, 2008-2010.
Denis Lapière : auteur-scénariste entre autres d’Alice et Léopold, Charly, Luka, Ludo, Oscar et directeur des collections « Punaise » et « Puceron » chez Dupuis.
Morvandiau : auteur (entre autres) de D’Algérie – Maison rouge, 2007 et coorganisateur du festival « Periscopages » de Rennes.

Inscription et renseignements

http://www.citebd.org/spip.php?article1979

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts