The Comics of Joe Sacco

Daniel Worden, de l’université du Nouveau Mexique, lance un appel à communication pour un ouvrage intitulé : « The Comics of Joe Sacco ». S’inscrivant dans une collection au nom évocateur (« Critical approaches to comics artists »), cette proposition nous mettre en perspective l’œuvre de l’un des auteurs les plus marquants de ce début de XXIe siècle : comme l’indique le sous-titre de ce futur ouvrage (« Journalism in a visual world »), c’est bien du devenir graphique d’un mode d’expression dont il sera ici question. Force est en effet de constater que le travail de Joe Sacco nous invite à mettre en perspective nombre de dispositifs et modes de représentations : tel est le cas de l’enquête (dont les ressorts sont clairement montrés dans un Gaza 1956 se proposant d’élucider un événement se présentant pour l’histoire sous la forme d’une obscure note de bas de page dans un document de l’ONU) ou encore du documentaire (la volonté de rendre compte de façon on ne peut plus précise et exhaustive de sinistres événements mobilisant un style graphique effectivement clairement inspiré par Robert Crumb et une certaine idée de la bande dessinée « underground », chose notamment sensible dans Palestine). Ces deux pistes de réflexion ne sauraient toutefois pas clore un domaine d’investigation on ne peut plus fructueux que nous invitons nos lecteurs à explorer avant le 25 mars prochain.

 

 

et

http://www.unm.edu/

 

The Comics of Joe Sacco

[edited volume]

Daniel Worden, University of New Mexico

dworden@unm.edu

The Comics of Joe Sacco: Journalism in a Visual World is a proposed volume in a new book series, Critical Approaches to Comics Artists, at the University Press of Mississippi. This volume will contain an array of critical essays on the comics of Joe Sacco, best known for his comics journalism in works such as Palestine and Safe Area Gorazde. Essays from many disciplinary and interdisciplinary perspectives are welcome, including critical approaches from comics studies, art history, cultural studies, literary studies, history, political science, communications and journalism, international relations, and peace and conflict studies.

Essays that address the following questions are especially welcome:

– How does Sacco’s work negotiate and synthesize journalistic, documentary, and graphic narrative form?

– How can Sacco’s work be read in relation to underground comix, the New Journalism, documentary film, and/or investigative reporting?

– How do Sacco’s works negotiate and represent journalistic ethics, questions of veracity, war crimes, and human rights violations?

– What is Sacco’s relationship to the tradition of investigative reporting, « submersion » or « immersion » journalism, social realism, and/or autobiographical comics?

– In what ways can Sacco’s works be read as a response to the contemporary « crisis » in the print news media?

– What kinds of history does Sacco privilege, and how do his works engage with international relations?

– How do Sacco’s works present history and make complex histories present?

– How does Sacco’s developing career and work, from his early satirical comics and music journalism to his more recent reportage about war and poverty, reflect the increasing legitimacy of comics in art and literary cultures? Or, alternately, how is Sacco’s work misrecognized as comics rather than journalism?

Please send a 500-1000 word abstract, CV, and contact information to Daniel Worden at dworden@unm.edu by March 25.

Accepted abstracts will be used in a formal book prospectus, and the deadline for full-length essays will be negotiated shortly thereafter.

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Scritture Migranti / Migrant Writings

La revue italienne Scriture Migranti (Migrant writings) basée à l’université de Bologne lance un appel à texte susceptible d’intéresser des chercheurs travaillant sur la bande dessinée. Large (puisqu’elle porte sur œuvres ou thèmes ayant trait à l’immigration), cette proposition trouve en effet de nombreux échos dans la production contemporaine. De Malamine. Un Africain à Paris (Les enfants rouges) aux Slimani de Farid Boudjellal (Tartamudo) en passant par La vie de Pahé (Paquet), Droit du sol de Charles Masson (Casterman) ou encore Là où vont nos pères de Shaun Tan (Dargaud), de nombreuses œuvres évoquent un déracinement que l’on ne saurait cantonner à un seul mode de représentation et de narration. Si un ouvrage comme Immigrants tente de prendre la mesure du phénomène, c’est ainsi à travers un projet collectif (rassemblant 13 auteurs se saisissant de 13 témoignages) et une variété graphique qu’il serait intéressant d’explorer plus avant le 20 mars prochain.

 

 

Scritture Migranti / Migrant Writings

The Department of Italian Studies at the University of Bologna (Italy) is now accepting submissions for the following sections of the issue 6/2012 of Scritture migranti, an international journal dedicated to writing on migration :

Letture/Readings : Research articles and essays of substantial length, focused on literature and themes related to migration, and from a wide array of perspectives (max. 70.000 characters, spaces included).
Visioni/Visions: Research articles and essays on themes of migration in theatre, film, dance, music, and other art forms. (max. 70.000 characters, spaces included)
Percorsi/Routes : Overviews or annotated lists of new material in the field, including both primary and secondary texts, and/or information regarding new seminars, conferences, and book presentations in Italy and abroad. (max. 10.000 characters, spaces included)

Interested scholars should send a complete article by March 20, 2013 to the editorial committee : redazione.scritturemigranti@unibo.it . A brief bio and an abstract are also required. The article should be in one of the major languages of international exchange. Our editorial guidelines can be found at www.scritturemigranti.it .

Articles for the journal are selected according to an anonymous peer review process.

Responsable : Fulvio Pezzarossa

Url de référence :
http://www.scritturemigranti.it

Adresse : Dipartimento di Filologia Classica e Italianisticavia Zamboni, 32 – 40126 Bologna,Italia

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les blogs BD au féminin

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli de l’université de Gènes lancent pour le compte de la revue Publipharum un appel à communication portant sur les « blogs de BD au féminin ». Les chercheurs s’intéressant à la culture graphique sont ainsi invités à s’interroger sur un objet (le blog BD) qui est présenté à travers des notions comme « évolution », « innovation » ou « hybridation » (de différentes formes comme le reportage ou le journal intime). Même s’il nous semble pertinent (car il y a effectivement lieu d’interroger la force de nouveauté de blogs auxquels plusieurs ouvrages furent consacrés), ce parti-pris nous semble toutefois ne pas poser un problème que nous aimerions voir nos lecteurs soulever : pourquoi ce support et cette forme d’écriture en mouvement (le blog) a-t-il permis l’affirmation d’une identité sexuée (en l’occurrence féminine) ? Peut-être est-il en effet possible de lier l’émergence d’auteurs femme et bouleversement des traditionnels modes d’édition : la naissance de roman graphique et l’apparition d’un genre comme l’autobiographie s’est ainsi accompagnée d’un large renouvellement des créateurs (pensons à Marjane Satrapi, Debbie Drechsler ou encore Alison Brechdel…). Nous laissons nos lecteurs explorer cette piste avant le 15 novembre prochain.

 

 Appel à contribution

Numéro de mars 2013 de la revue en ligne

Publifarum sur les « Blogs de BD au féminin ».

Argumentaire

Entre arts graphiques, écriture et technologie le blog est un genre qui attire aujourd’hui de nombreux auteurs, qui peuvent ainsi s’exprimer librement et s’ouvrir à un vaste public. Ce nouveau support qui exploite tous les atouts du web 2.0 joue aussi avec sa multimodalité et sa capacité d’interaction. Le blog est aujourd’hui choisi comme moyen d’expression par un nombre grandissant de jeunes auteurs de bandes dessinées, qui y arrivent après avoir publié sur papier ou le choisissent directement.
Dans le cadre de la semaine de la Francophonie, les Universités de Gênes, Turin et Bologne ont organisé en collaboration avec les Alliances françaises de ces trois villes une tournée d’auteurs réunissant quatre jeunes créatrices de blogs BD provenant de pays et d’horizons différents : Nawel Louerrad (Algérie), Sylvie-Anne Ménard, (Québec), Lorena Canottiere (Italie) et Elsa Caboche (France).
Les actes de ces journées seront rassemblés dans un numéro multimédia de la revue en ligne Publif@rum (http://www.publifarum.farum.it), revue ayant obtenu en 2011 le label DOAJ. Ce numéro publiera, outre des  articles scientifiques sur les enjeux de la bande dessinée numérique francophone, des entretiens menés avec les quatre blogueuses invitées, accompagnés de dessins qu’elles réaliseront pour ce numéro, les podcasts des conférences tenues lors de ces rencontres.

Ce numéro de la revue en ligne Publif@rum  a un double objectif : la publication des actes de cette journée et l’élargissement de la réflexion sur un sujet encore mal cerné par la recherche académique tel que le monde des blogs BD, et plus précisément celui des blogs BD féminins francophones. C’est pourquoi nous lançons cet appel à contribution auprès de chercheurs spécialisés dans la recherche sur la BD numérique.

Il s’agirait de réfléchir sur une forme et un médium qui, en tant que tel, est encore jeune et en constante évolution : il s’est à peine constitué comme objet d’étude. La BD numérique est en effet apparue sur le net francophone au début des années 2000, une dizaine d’années après son émergence aux Etats-Unis, entrainant une série de questionnements, notamment sur son statut (est-ce réellement de la BD ?), son fonctionnement interne (a-t-on affaire à un nouveau médium ou à une transposition du médium papier ? la forme doit-elle s’adapter au support numérique et exploiter nécessairement l’interactivité et le multimédia) ou encore sur son autonomie par rapport au marché éditorial traditionnel (quelle est la viabilité économique de ces productions ? quid du piratage et de la valorisation des auteurs hors des circuits habituels ?). Face à ces bouleversements, la réflexion théorique sur le sujet s’est mise en place tardivement, et reste sujette à une obsolescence rapide, due à l’évolution constante du médium. D’autres, depuis, ont cependant pris le relais – essentiellement des revues en ligne et des sites spécialisés (Comptoir de la BD, ActuaBD, Neuvième Art 2.0, Phylacterium, Du9, etc). C’est aussi le cas de jeunes chercheurs comme Anthony Rageul, auteur d’une étude sur la Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire, ou d’Elsa Caboche, l’une des invitées de la tournée, dont le travail a l’originalité d’être à la fois théorique et pratique.

Quelques pistes d’interrogation non restrictives et non exhaustives : quelles sont les particularités de cette forme moderne d’autopublication ? Les blogs BD sont-ils voués à la dimension autobiographique qui caractérise la plupart d’entre eux ? Peut-on parler d’un genre du blog BD féminin ? Quel dialogue le blog BD construit-il entre l’élément textuel et l’élément iconique ? Les blogs BD féminins offrent-ils des éléments spécifiques pour la recherche en linguistique et socio-linguistique ? Le blog de Nawel Louerrad (http://nawel-louerrad.blogspot.it), par exemple, qui s’adresse à un public en grande partie francophone (aussi bien à l’intérieur de l’Algérie qu’à l’extérieur), est largement écrit en français, mais a recours à l’arabe là où il rencontre l’intraduisibilité d’expressions particulièrement significatives dans le contexte algérien. Quelles innovations permet le blog BD du point de vue de la transcription de l’oralité dans les bulles de dessin ? Peut-on parler d’hybridation entre plusieurs pratiques (journal, autofiction, autobiographie, BD, illustration, dessin animé) et d’intermédialité au sujet du blog BD ?

Bibliographie indicative

–    Scott McCloud, Reinventing Comics : How imagination and Technology Are Revolutionizing an Art Form, New York, William Morrow Paperbacks, 2000.
–    Thierry Groensteen, Bande dessinée et narration, Paris, PUF, 2011.
–    « La bande dessinée sur écrans », Neuvième art 2.0
–    Sébastien Naeco, La BD numérique, état des lieux, enjeux et perspectives, 2011 ; Hermès, n°54, CNRS éditions, 2009
–    Anthony Rageul, Bande dessinée interactive : comment raconter une histoire – Prise de tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, dir. Joël  Laurent, Univ. Rennes 2, Arts Lettres communication, Dpt. Arts plastiques (2009)
–    Julien Baudry, « Répliques : La BD numérique, enjeux et perspectives par Sébastien Naeco », http://www.du9.org/dossier/repliques-la-bd-numerique-enjeux  (mai 2011)
–    Thierry Smolderen, « Coconino World : explorer l’espace des formats BD/I », dossier « La BD et le net », 9e art, n°8, janv. 2003, CNBDI/Editions de l’an 2, Angoulême, p. 40-45.
–    Emission sur Mediapart : « La BD à l’ère numérique » (26/06/2011) (http://blogs.mediapart.fr/edition/comic-strip/article/260911/la-bd-lere-numerique-le-podcast )
–    Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.
–    Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr ].

Calendrier

15 novembre 2012 : envoi de la proposition de contribution  (sous forme d’un résumé d’environ 3000 caractères espaces compris)
– 30 novembre 2012 : confirmation d’acceptation des propositions
31 janvier 2013 : soumission de l’article
– 1er mars 2013 :confirmation d’acceptation
– 31 mars 2013 : publication du numéro
Les articles comprendrons entre 20 000 et 35 000 caractères espaces compris. Ils doivent être soumis en français et être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail du ou des auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :
publifarumblogbd@gmail.com
Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail.

Comité scientifique

Laure Bianchini, Elisa Bricco, Anna Giaufret, Nancy Murzilli (Université de Gênes)

Responsable : Comité scientifique de Publifarum

Url de référence :
http://www.publifarum.farum.it

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Mélancolie et poétiques de l’exil

Stéphane Sawas, directeur du Centre d’Étude et de Recherche sur le Littératures et les Oralités du monde (INALCO), nous fait parvenir un bel appel à communication pour un colloque qu’organisent Piot Bilos et Anne Castaing. Fort bien rédigée et intitulée « Mélancolie et poétiques de l’exil », cette proposition nous invite à penser exil, mélancolie et autres formes de ce que nous pourrions appeler un « désir de territoire » au regard d’une hypothèse : « on peut se demander si ce n’est pas l’homme moderne qui, en raison de la perte de coordonnées ontologiques stables, ne se trouve pas exposé au risque (parfois conjoint) de la mélancolie et de l’exil, des multiples formes d’exil… » L’exil est ainsi présenté comme une condition humaine (et non uniquement comme la condition de certains hommes), et force est de constater que sur ce plan nombre de bandes dessinées pourraient effectivement être évoquées. Nous pourrions citer l’étonnant Là où vont nos pères de Shaun Tan (où l’exil est décrit à travers une bande dessinée muette), Une métamorphose iranienne de Mana Neyestani (explicitant les conditions de l’exil iranien de l’auteur) ou encore le récent Portugal de Cyril Pedrosa (dans lequel se mêlent mélancolie et méconnaissance d’un pays originel mais inconnu). Nous invitons nos lecteurs à compléter cette liste avant le 15 juin prochain.

 

Mélancolie et poétiques de l’exil

Journée d’étude coordonnée par Piotr Biłos et Anne Castaing

 

Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde (CERLOM)

INALCO, Paris

 

Cette journée d’étude se propose de réunir les contributions de jeunes chercheurs sur les manifestations de l’exil et de la mélancolie dans la littérature et dans les arts d’Orient et d’Occident. Elle a pour ambition d’interroger les modalités de la transfiguration artistique et littéraire de la perte, réelle ou symbolique, et de mettre en lumière la variété de ses écritures.

L’exil, écrit Edward Said, constitue l’un des grands motifs de la modernité, cet « âge de l’anxiété et de l’aliénation ». Le xxe siècle, caractérisé par une « situation de conflit moderne, par une tendance impérialiste et les ambitions quasi théologiques de dirigeants totalitaires, est l’époque des réfugiés, des déplacements de population, de l’immigration massive », qui l’inscrivent dans une relation complexe et douloureuse à l’espace perdu. Drame inséparable de violences politiques et de crises économiques, l’exil s’articule autour de la perte, la rupture, la séparation et la souffrance et révèle ainsi une affinité avec les paysages mentaux de la mélancolie. Plus généralement, on peut se demander si ce n’est pas l’homme moderne qui, en raison de la perte de coordonnées ontologiques stables, ne se trouve pas exposé au risque (parfois conjoint) de la mélancolie et de l’exil, des multiples formes d’exil…(récemment Lázló Földényi) ?

La mélancolie comme symptôme de l’exil physique et incarnation d’un exil aussi bien artistique que philosophique situe en effet la perte au cœur de sa problématique : condamné au deuil impossible d’une séparation originelle, le mélancolique rejoue incessamment le drame de la séparation et du retour illusoire, par l’anamnèse et par la métaphore. La création joue là un rôle fondamental : si elle permet un réinvestissement de la perte dans le langage (Kristeva), elle autorise la « formulation » d’un espace imaginaire, symbolique et utopique qui compense ou sublime le manque ; elle permet d’investir la racine autrement. La patrie de l’artiste (du créateur de l’exil) représente tout autant un thème qu’un instrument ; elle est à la fois perdue et recherchée, située en amont, mais aussi réiventée, par une poétique de la rupture (Mahmoud Darwich), de l’errance et de l’indicible (Samuel Beckett, Imre Kertész), du divers et de la pluralité (Edouard Glissant, Elias Canetti) ; elle autorise « une quête effrénée de la réalité » (Czesław Miłosz) qui aboutit à une reformulation des cadres généraux de la perception du monde et de l’expérience individuelle (Witold Gombrowicz chez qui la patrie originelle se trouve supplantée par la « filistrie »). Indissociable de la perte de la patrie originelle, l’exil permet de fonder un espace de la quête : Ulysse, figure mythique de l’exilé, parvient à retourner chez lui, entre-temps il aura bel et bien gagné quelque chose, son périple lui aura permis à la fois de se bâtir soi-même et de refonder sa patrie perdue. De même, écrit Shmuel Trigano, « l’exil d’Abraham ouvre sur une liberté que rend possible la promesse d’une autre terre, d’une Terre autre, d’une nombreuse descendance de chair et de sang, dont la finalité ne se résumera pas à sa propre existence mais au souvenir d’une Parole, celle, vivante, entendue dans la voix du « Va-t’en ! » ». Les lexiques, les métaphores, les références, le métadiscours témoignent donc de cette « prise de liberté » qu’évoque Trigano, de cette « promesse » faite à l’exilé. La « bile noire » de la mélancolie (melankholia) devient dès lors « écume » (Aristote), productive, créative, douée de génie.

Cette journée d’étude a pour but de faire apparaître la variété des écritures de l’exil et de la mélancolie. Les intervenants sont invités à réfléchir sur la part de drame qui, inéluctablement semble-t-il, se rattache à ces deux expériences existentielles lourdes, mais aussi à scruter les voies par lesquelles, paradoxalement, il leur arrive de mener vers la vérité et la profondeur artistiques.

Bibliographie

Marek Bieńczyk, La mélancolie, à propos de ceux qui jamais ne retrouveront leur perte. Varsovie : Sic, 1998, 2011.

Jean Borreil, La Raison nomade. Paris : Payot, 1993.

Lázló Földenyi, Mélancolie. Essai sur l’âme occidentale. Arles : Actes Sud, 2011.

Edouard Glissant, Poétique de la relation. Paris : Gallimard, 1990.

Imre Kertész, L’Holocauste comme culture. Discours et essais. Arles : Actes Sud, 2009.

Julia Kristeva, Soleil noir. Paris : Gallimard, 1987.

Jacques Mounier (éd.), Exil et littérature. Grenoble : ELLUG, 1986.

Salman Rushdie, Patries Imaginaires : Essais et critiques 1981-1991. Paris : Christian Bourgois, 1993.

Edward W. Said, Réflexions sur l’exil et autres essais. Arles : Actes Sud, 2008.

Jean Starobinski, La Mélancolie au miroir : trois lectures de Charles Baudelaire. Paris : Julliard, 1990.

Shmuel Trigano, Le Temps de l’exil. Paris : Rivages, 2005.

Modalités de participation

Cette journée d’étude qui s’adresse en priorité aux chercheurs ayant récemment soutenu leur thèse de doctorat aura lieu en novembre 2012 à l’INALCO dans le cadre des activités du CERLOM (Centre d’Étude et de Recherche sur les Littératures et les Oralités du Monde). Les chercheurs intéressés sont invités à envoyer avant le 15 juin 2012 leur proposition de communication (résumé d’environ 250 mots accompagné d’une biographie de quelques lignes) à Piotr Biłos (piotr_bilos@hotmail.fr) et Anne Castaing (annecastaing@yahoo.fr). La publication des actes de cette journée est envisagée.

Comités

Comité d’organisation : Piotr Biłos (INALCO) et Anne Castaing (INALCO).

Comité scientifique : Margarita Alfaro Amieiro (Université autonome de Madrid), Corinne Alexandre Garner (Université de Paris Ouest Nanterre la Défense), Alexandre Prstojevic (INALCO) et Stéphane Sawas (INALCO)

Mots-clés

  • Exil, mélancolie, écriture, perte, langage, littérature, art, poétique

Lieu

  • INALCO (Paris, 75013)

Date limite

  • vendredi 15 juin 2012

Contact

  • Piotr Biłos
    courriel : piotr_bilos@hotmail.fr
  • Anne Castaing
    courriel : annecastaing@yahoo.fr

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Flashbacks – Nostalgic media and mediated forms of nostalgia

« Flashbacks – nostalgic media and mediated form of nostalgia » : tel est le titre d’un appel à communication lancé par des chercheurs de l’Institut de communication, média et journalisme de l’université de Genève en prévision d’un colloque qui aura lieu les 1 » et 14 septembre prochain. Cette proposition nous invite apparemment à poser une question : quel rapport au temps les médias entretiennent-ils ? Ou, pour le dire précisément : comment les appréhender à travers l’idée de nostalgie, c’est-à-dire d’un désir de retour à un état passé ? Si le texte que nous reproduisons ci-dessous s’intéresse aux cas du cinéma (The Artist) ou de la télévision (Mad men), il semble tout à fait possible de répondre à ses questions en se fondant sur la bande dessinée, et ce tant du point de vue de sa lecture (dans Avis d’orage en fin de journée, Clément Rosset consacre ainsi de nombreuses pages à une nostalgie qu’il distingue de ce qu’il nomme « mélancolie ») que de sa production (que penser par exemple de la vogue des « intégrales » et de leurs dossiers critiques qui fleurent parfois la nostalgie comme dans le cas de ceux qui accompagnent Les Petits hommes de Seron). Il conviendra dans tous les cas de compléter ces deux pistes avant le 6 mai prochain.

 

Flashbacks – Nostalgic media and mediated forms of nostalgia  

Call for papers – International conference

 13-14 September 2012

Institute of Communication, Media and Journalism studies

University of Geneva – Faculty of Economic and Social Sciences – Department of Sociology

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Confirmed speakers: Prof. Daniel Dayan, Prof. Ute Holl, Prof. Andrew Hoskins

Media are time machines. They remember and forget. Media screen and record parts of memory and history as well as they maintain collective memories and contribute to historical narratives by (re)shaping events, happenings or other incidents. Media also tend to remind their own past by re-using archive-images in the present, for example. In this sense, media seem to be nostalgic of the past as well as of their own one. Nostalgiaas a concept, feeling or expression is not new. The notion has been introduced by a doctor in Switzerland (17th century) to describe the phenomenon of homesickness. Related to nostalgia is also the idea of melancholia or yearning. These days, there seems to be a BOOM of nostalgia: The Artist (revival of the silent film) or television series like Mad Men – exploring aesthetics and social life of the sixties – are examples of what we could name nostalgic media (makers). Digital photography on cell phones gets a polaroid-touch; the retro design becomes digitized. Advertising for watches or cars is linked to nostalgic forms of family tradition. Fans of the fifties organise parties and fashion events to feel like being part of the past in the present. Being nostalgic and remembering pieces of the past also includes forgetting. What kind of memories are discriminated? Can media really be nostalgic? Which specific forms of nostalgia appear in contemporary society and why? Can people be nostalgic if they did not experience the past they pretend being nostalgic of? What kind of politics of nostalgia exist? What is the impact of nostalgia on the media market and its influence on economy? Finally, given the arbitrary (?) use of the past in all its imaginable variations and cultural systems, is it still possible to use the wordnostalgia or should there be a neologism describing the transformation of the past in(to) the digital era? Could it even be possible to be simply nostalgic of nostalgia; finally describing the eternal research for (lost) identity?

 This international conference aims to explore nostalgia as a (mass) media phenomena and also seeks forcontributions that treat any other mediated forms of nostalgia.

 Topics may include, but will not be limited to, the following:

  • nostalgia and (mass)media
  • publics, web- and fan-communities
  • audiovisual narratives, screening, recording
  • seriality, flashbacks and temporality
  • news, journalism, (printed) press
  • broadcast revivals, archive discoveries
  • political past, political systems, (n)ostalgia, institutions
  • special nostalgic broadcast (home country, culinary traditions etc.)
  • photography, comics, video games and new technologies

Mediated forms of nostalgia :

  • architecture, (product)-design and fashion
  • psychological aspects and history of nostalgia
  • migration, home-comers, homesickness
  • geographical maps, tourist attractions and villages
  • folklore, traditions, regional nostalgia
  • museums, exhibitions and contemporary art
  • flea markets, vintage stores and fairs, parties, concerts

Economy, marketing and nostalgia

  • Vintage-retro branding
  • retro-design (cars, watches, furniture)
  • advertising, marketing and luxury products
  • music and arts business

Theories and methodologies

  • nostalgic media studies and critical approaches
  • the come-back of philosophers and thinkers “of the past” in
  • science, arts and other research domains

Deadline for proposals: May 6, 2012

Send abstracts of max. 500 words, bibliography and biographical statement to:

flashbacks2012@gmail.com

Participants will have to cover their own travel and accommodation expenses. Travel information as well as a list of affordable hotels and other accommodations will be posted on the conference-website in June.

Participation fees will be announced but will not exceed 100 CHF (and less for students).

 For any other inquiries feel free to contact Katharina Niemeyer (Katharina.Niemeyer@unige.ch /katharinaniemeyer@gmail.com).

 Responsable : Katharina Niemeyer

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse

 Christiane Connan-Pintado et Gilles Behoteguy lancent un appel à communication intitulé : « Etre une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse ». Débouchant sur une journée d’étude s’inscrivant dans un programme européen, cette proposition nous invite à penser un mode d’expression et un secteur éditorial à l’aune d’une identité sexuelle : l’intelligent texte que nous reproduisons ci-dessous fourmille ainsi de références et de pistes de réflexion qu’il serait extrêmement intéressant d’explorer, notamment en ce qui concerne les « interactions entre littérature de jeunesse et médias ». La bande dessinée (ou plutôt le manga) est ici directement citée et force est de constater que nombre de problèmes se posent. Que penser par exemple de ces collections qui semblent presque placer le sexe et l’âge du lectorat au fondement d’un genre (shojo, shonen, seinen…) ? Cette segmentation se traduit-elle dans les faits par de réels partis-pris esthétiques et une réelle demande ? Ou cherche-t-on à l’inverse à inventer une segmentation proprement européenne se situant bien loin du contexte japonais ? L’article de Xavier Guilbert récemment publié sur Comicalités aborde succinctement ces questions qu’il serait intéressant de creuser plus avant pour le 31 mai prochain.

 

 

 Journée d’études 17 octobre 2012

Université Bordeaux IV-IUFM/ MSHA/TELEM-Bordeaux 3

Être une fille, un garçon dans la littérature de jeunesse (1970-2012)

Depuis les années 1970, la sociologie a mis en lumière que le « genre » est l’identité construite par l’environnement social des individus. Après Simone de Beauvoir qui écrivait en 1949 « on ne naît pas femme, on le devient », Erving Goffman (L’Arrangement des sexes, 1979) et Pierre Bourdieu (La domination masculine, 1998) se sont attachés à la question de l’identité masculine. Dès lors, penser le genre revient à le dissocier du sexe biologique des individus. A la suite des travaux de Ann Oakley (Sex, Gender and society, 1972), nombre d’études dont celles de Judith Butler (Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, 1990) ont contribué à considérer le genre comme le « sexe » social et à faire émerger le concept d’ « identité sexuelle ».

Il importe de s’interroger sur la construction de l’identité du genre masculin/féminin à partir de  la  littérature de jeunesse contemporaine dans la mesure où le champ, en constante extension, garde sa visée éducative. Si l’on observe le développement de la chick lit – cette littérature écrite par et pour des femmes – et les nombreuses collections s’adressant spécifiquement aux adolescentes, comme « Pôle fiction filles » (Gallimard), « Bliss » et « Wiz girl » (Albin Michel), force est de constater que les collections sexuées ne relèvent pas d’un passé éditorial révolu. Mais toutes les oeuvres pour la jeunesse ne se  conforment pas à une partition des genres relevant d’une doxa culturelle et sociale. La problématique du genre est parfois abordée dans une démarche militante, telle la déclaration d’intention affichée sur le site des éditions Talents Hauts : « Filles = garçons. Des livres pour enfants contre le sexisme où les héros peuvent être des héroïnes, les mamans sont des femmes d’aujourd’hui et les hommes des papas modernes, les filles ne sont pas au bois dormant et les garçons ne sont pas les seuls à chasser le dragon…» Certains  écrivains bousculent l’archétype masculin vs féminin et saisissent leurs personnages dans le trouble de leur sexualité et dans le bouleversement des modèles familiaux du monde contemporain, allant jusqu’à mettre en scène les familles homoparentales ou à questionner les orientations sexuelles, afin de dynamiter  les modèles construits par nos cultures et nos sociétés. Pourtant, la prégnance des préjugés reste puissante, comme l’a récemment démontré Nelly Chabrol-Gagne dans Filles d’album. Les représentations du féminin dans l’album (L’atelier du poisson soluble, 2011) en étudiant un corpus de 250 albums publiés entre 1995 et 2010. C’est dans ce contexte que nous posons la question : « Qu’est-ce qu’un garçon/ une fille aujourd’hui à travers le prisme de la littérature de jeunesse ? »

Le programme pluridisciplinaire et européen « GENERATIO », porté par la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Programme quinquennal MSHA 2011-2015) auquel sont associées l’Université Montesquieu Bordeaux IV-IUFM d’Aquitaine et l’Université Bordeaux 3 (EA 4195 TELEM) ambitionne de définir une perspective d’approche relativement inédite ou inégalement abordée jusque-là : la construction des jeunes générations. Il nous offre un cadre dynamique pour poser/reposer la question de la représentation de l’identité sexuée dans la littérature de jeunesse à partir de l’un de ses axes d’étude : « La construction des jeunes générations par l’adhésion aux codes culturels, symboliques et matériels, ou le rejet de ces codes. » Tradition et/ou ruptures ? Reproduction et/ou remise en question des modèles ? Nouvelles approches et/ou discours consensuels et bien-pensants ? Lors des quatre journées d’études programmées de 2011 à 2014, nous souhaitons appréhender la littérature de jeunesse comme un laboratoire privilégié de la construction du genre, à travers différentes approches éditoriales et littéraires.

Après une première journée (13 octobre 2011) consacrée à examiner la situation de la littérature de jeunesse en France de 1945 à 1970, la deuxième journée, pour laquelle nous lançons cet  appel à contribution, s’intéressera à la période contemporaine, de  1970 au début du XXIème siècle. Sans prétendre à l’exhaustivité, on privilégiera les axes suivants :

On pourra se demander si la littérature de jeunesse emprunte ses personnages à la société dont elle est contemporaine ou, au contraire, si elle les construit dans la nostalgie des représentations héritées d’un passé proche (l’enfance/l’adolescence de l’auteur) ou lointain (l’enfant d’époques passées et idéalisées) ; sans négliger, dans la veine des utopies et contre-utopies portée par les genres de la  fantasy et de la science-fiction, les scénarios qui proposent des alternatives et/ou de nouveaux modèles d’un être au monde masculin ou féminin. Des regards portés sur l’édition  examineront l’évolution des collections « sexuées » et la création de nouvelles venues afin d’en dégager les points de convergence et de divergence. De même, l’attention se portera sur les écrivains engagés dans une création « pour filles » ou « pour garçons » afin de questionner dans les oeuvres les éléments esthétiques, comme les systèmes axiologiques, qui portent témoignage d’une spécificité : filles et garçons ne sont pas un seul et même « lecteur modèle ». Enfin, on s’intéressera aux interactions entre littérature de jeunesse et médias. Dans le marché de la culture pour la jeunesse se multiplient adaptations cinématographiques des oeuvres littéraires et novellisation des films et des séries télévisées. Alentour s’accumulent les produits dérivés et les transferts selon des parcours sans cesse renouvelés : du livre au film,  au jeu vidéo, au manga… Que nous apprend sur les filles et les garçons cette circulation médiatique ? Quelles représentations du masculin et du féminin propose-t- elle ? Quelle culture « genrée » met-elle en mouvement ?

Les propositions de communication (400 mots maximum, et une brève présentation de leur auteur) devront être adressées avant le 31 mai 2012 aux deux adresses suivantes : gilles.behoteguy@wanadoo.fr et christiane.connan-pintado@orange.fr. La réponse du comité scientifique sera communiquée fin juin.

Comité scientifique :

Gilles Béhotéguy

Nelly Chabrol-Gagne

Christiane Connan-Pintado

Brigitte Louichon

Jean-François Massol

Jean Perrot

Responsable : Christiane Connan-Pintado, Gilles Behoteguy

Adresse : IUFM d’Aquitaine-Bordeaux 4160 avenue de Verdun 33000 Mérignac

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Bibliothèque et transmission des savoirs

 

Sylvie Dallet (université Versailles-Saint Quentin) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest-Nanterre-La Défense) lancent un appel à communication intitulé : « Bibliothèque et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 4 mai prochain, cette proposition entend interroger le rapport au savoir d’un certain type de services et d’institutions (bibliothèque, services documentaires…), problème qui peut intéresser les chercheurs s’intéressant à la culture graphique. Comme en attestent les textes réunis au sein du numéro 51 de la revue Bibliothèque(s) ou mon propre article publié dans le Bulletin des Bibliothèques de France, ces établissements ont en effet entretenu un rapport on ne peut plus complexe à la bande dessinée ainsi qu’à toutes les formes de littérature que l’on pourrait qualifier de « populaire ». Il serait sans doute intéressant d’explorer celui-ci avant le 10 avril prochain.

Bibliothèques et transmissions des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs 

Cette journée s’inscrit dans un cycle de sept journées d’études et colloques consacrés en 2012 aux nouveaux savoirs contemporains, issus des migrations culturelles (vivantes, écrites, numériques ou analogiques) et notamment à la question de l’éthique et de la créativité. Ce séminaire a reçu le label 2012 de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

Les simulacres issus de l’audiovisuel et des offres d’Internet changent nos regards et notre perception du monde, du global au local, tandis que les savoirs se démultiplient et se déplient hors des disciplines enseignées (arts, sciences de l’information, histoire, philosophie…). Il convient désormais d’interroger les potentialités épistémologiques, économiques et symboliques de ce changement de paradigme, qui modifie en profondeur des expertises traditionnelles et, de fait, prépare des sociétés nouvelles. A la façon dont Michel Serres, dans sa pentalogie Hermès, pense un savoir « buissonnant » ou « en archipels », revisitant les frontières entre « savoir établi » et « savoir sauvage », notre expertise des « savoirs migrateurs » conjugue les arts et les sciences sur des hypothèses de travail attentives aux demandes de la société civile.

Fondamentalement, la bibliothèque se situe au coeur de ces problématiques. Lieu majeur de médiation et de transmission des connaissances, sur les supports traditionnels ou numériques, elle a de longue date, mission de conservation, surtout en notre temps de babil et d’oubli médiatique. La Bibliotheca Alexandrina, pour ne citer qu’un exemple, rappelle dans la Déclaration d’Alexandrie de mars 2004 que ce nouveau lieu de savoir « se réapproprie l’esprit de tolérance, de pluralisme régnant dans l’Alexandrie historiquement cosmopolite » et s’emploie activement à favoriser les initiatives des sociétés civiles. Or, face à un monde déchiré, aux violences et aux menaces de notre temps, les risques liés à ce que Dominique Wolton nomme la « troisième mondialisation » [la mondialisation culturelle, et son « triangle explosif », identité, culture et communication], la bibliothèque est appelée à jouer un rôle stratégique dans la sauvegarde des « savoirs-souches » et des sources vives, créatrices des sociétés de demain. La bibliothèque joue pleinement dans la transmission des savoirs nomades et migrateurs, toujours menacés d’oubli, de censure ou de confiscation, et s’implique également dans le développement interculturel de nos sociétés, sans le respect duquel elle risque de subir les effets de la mondialisation marchande, de la société des faussaires et du « savoir googlisé » ou « amazonisé ».

AXES D’ÉTUDE

La journée d’études du 4 mai 2012 se donne donc pour ambition de s’interroger sur les modes et les responsabilités d’accès aux savoirs et sur les contenus proposés dans la bibliothèque.

Plusieurs axes pourront être explorés en lien avec l’articulation critique entre transmission et circulation des savoirs :

– les distinctions des savoirs et, plus avant, des savoirs « illégitimes » : la bibliothèque est-elle toujours un espace de transmission des savoirs savants ? la question de l’assimilation floue de certains savoirs [populaires, savants, de masse…]

– la problématique de la traduction et de la production de littératures étrangères : quelles sources d’information? quelles politiques d’acquisition? quelles valorisations des collections face aux problèmes liés à la circulation transnationale des textes et aux déséquilibres entre les différentes aires linguistiques et géographiques

– l’identification de la collection : comment faire une place à l’ailleurs et à l’indéfini au sein d’une collection éditoriale et d’une collection bibliothécaire ?

le savoir et l’écrit : le livre comme vecteur privilégié du savoir et la place de la dimension multimédia, qui mobilise documents sonores, vidéos, sites internet (comme le Guichet du savoir)

– la question de l’apprentissage : quels dispositifs d’apprentissage créatifs en bibliothèque ? Comment animations, expositions, résidences d’auteurs, et plus largement action culturelle, peuvent-il participer de la construction d’un savoir ?

le numérique : en quoi permet-il une migration créative et éthique de la connaissance ? La question notamment des publications scientifiques et de l’open access.

FORME ET DATE LIMITE DE REMISE DES PROPOSITIONS

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 500 mots maximum, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire / institution ou laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Les propositions présenteront la problématique de recherche, la méthodologie employée, les axes de réflexion et les principales sources bibliographiques. Elles seront transmises par voie électronique avant le 10 avril 2012  aux adresses suivantes :

sylvie.dallet@laposte.net

sylvie.ducas@u-paris10.fr

Responsable : Sylvie Dallet et Sylvie Ducas

Adresse : Pôle métiers du livre 11 avenue Pozzo-di-Borgo92210 Saint-Cloud

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Précarité ». Texte et image de la crise dans la culture française contemporaine

Roswitha Böhm (Alfried Krupp Wissenschaftskolleg Greifswald) et Cécile Kovacshazy (université de Limoges) lancent un appel à communication intitulé : « “Précarité”. Texte et image de la crise dans la culture française contemporaine ». Prenant place dans le cadre du 8e congrès de l’association franco-romaniste qui aura lieu les 19 et 22 septembre à Leipzig, cette proposition nous invite à penser une « nouvelle sémantique de la pauvreté », et plus précisément les « procédés [qui] sont mobilisés dans la mise en récit et/ou mise en images de cette problématique de la précarité ». Entendant faire une place à un « imaginaire créateur » qui a été, selon les organisateurs, trop souvent négligé en la matière, gageons que cette initiative accueillera chaleureusement des travaux portant sur une bande dessinée qui s’est trop longtemps tenue à l’écart de cette thématique. Force est pourtant de constater qu’il y a fort à dire, notamment si l’on entend penser la précarité « en opposition à d’autres concepts (on pense notamment à celui de « pauvreté ») » et intégrant l’étude « du statut éventuellement “précaire” des médias eux-mêmes, leurs possibilités et leurs limites par rapport à une représentation ‘adéquate’ du précaire ». Nombre de bandes dessinées dites « alternatives » semblent en effet vouloir faire une place à ce thème : au-delà des limites chronologiques déterminées par les organisateurs (qui pourraient malgré tout être séduit par la proposition : nous vous invitons à les contacter), nous pourrions bien sur citer les travaux de Robert Crumb et d’Harvey Pekar (American Splendor) qui font le portrait d’individus mangeant à leur faim sans toutefois bénéficier d’aucun confort matériel et moral. Plus contemporain, le travail de Maximilien Le Roy semble développer un véritable vocabulaire graphique de la précarité : dans Hosni (la Boîte à Bulles), couleurs et traits ne cessent ainsi de varier afin de représenter plans de métro, affiches, presse gratuite, graffiti, bref tout l’univers « sémantique » d’un « bicot » ex-Sans Domicile Fixe, comme aime à se définir un narrateur tiré d’affaire mais revenant sur ses plus sombres années…

 

« Précarité ». Textes et images de la crise dans la culture française contemporaine

Ces vingt dernières années, une nouvelle sémantique de la pauvreté a émergé, qui recouvre aussi de nouvelles réalités. C’est ainsi que, parmi elles, on souligne dans les médias et dans grand nombre de publications en sciences sociales la « précarité », la « précarisation » et les « personnes précaires ». Mais qu’entend-on derrière ces termes, non pas nouveaux, mais entrés récemment dans le vocabulaire courant ? Peut-on assembler sous le concept de « crise » les différents processus de marginalisation sociale ? Quelles sont les spécificités de ces situations économiques et politiques en France et dans leurs représentations esthétiques ? Quelles en sont les imbrications, les recoupements, les interactions discursives ? Quelles formes artistiques et quels procédés sont mobilisés dans la mise en récit et/ou mise en images de cette problématique de la précarité et quelles nouvelles thématiques engendre-t-elle dans le domaine des études littéraires, culturelles et médiatiques ?

Ce sont ces questions qui seront abordées dans notre section. En histoire, la question a été déjà bien étudiée pour d’autres périodes, que l’on pense aux discussions autour de la pauvreté et des ordres au Moyen-âge et dans la première modernité, ou aux analyses de la rupture qu’a consacrée l’industrialisation au XIXe siècle avec la dilution des trois ordres dans une société de classes. L’intérêt de la sociologie est plus récent à travers notamment le concept d’« exclusion » et l’établissement de typologies des « exclus ». Reste que l’imaginaire créateur est encore amplement négligé dans les recherches sur la précarité. C’est donc l’intention de la section que d’interroger ce phénomène social actuel à travers les productions culturelles qu’il a générées et génère. On partira de l’hypothèse que non seulement ce processus au fondement du néologisme de « précarisation » s’illustre particulièrement bien au moyen de stratégies narratives spécifiques, mais de surcroît que des pans de cette réalité, non encore abordés dans les discours politiques ou scientifiques, sont déjà visibles dans les formes d’expressions artistiques.

Les contributions attendues porteront sur les discours (textes et images) qui traitent des évolutions économiques, sociales et politiques engendrées par la globalisation et les migrations, au tournant du millénaire – et cela non seulement dans les media ‘traditionnels’ tels que le livre, la photographie ou le film, mais aussi dans les ‘nouveaux’ media (blogs ou vidéos internet). Un retour sur la genèse du concept de la précarité, son émergence, à côté, ou en opposition à d’autres concepts (on pense notamment à celui de « pauvreté ») et les conditions de la diffusion de ce registre sémantique sera le bienvenu. Une réflexion sur le statut éventuellement ‘précaire’ des media eux-mêmes, leurs possibilités et leurs limites par rapport à une représentation ‘adéquate’ du précaire sera également envisageable.

Précisons cependant que la section se consacrera centralement à la production de textes et d’images des années 1990 jusqu’à nos jours.

Les langues de cette section sont l’allemand et le français.

Envoi des propositions de communications avant le 15 février 2012 à Roswitha Böhm & Cécile Kovacshazy: cecilekova@yahoo.fr

Sektionsleitung / Présidence :

Dr. Roswitha Böhm

Alfried Krupp Wissenschaftskolleg Greifswald

D-17487 Greifswald

Tel.: +49 (0)3834 – 86 19012

Email: roswitha.boehm@fu-berlin.de

&

Dr. Cécile Kovacshazy

Université de Limoges

39 E, rue Camille Guérin

F-87036 Limoges

Tel.: +33 (0)6 73 88 46 75

Email: cecilekova@yahoo.fr

Responsable : Roswitha Böhm & Cécile Kovacshazy

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Isabelle Boisclair, de l’université de Sherbrooke, lance pour le 80e congrès de l’Acfas qui aura lieu à Sherbrooke (9 et 10 mai 2012), un appel à communication intitulé « Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique ». Ouvert à toutes les formes de création (puisqu’il est question aussi bien de « culture des médias que d’arts médiatiques »), cette proposition nous invite à interroger l’impact de la « prise de parole des femmes » sur des productions culturelles et à nous demander si les « créateurs masculins prennent […] acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin ». Le champ des possibles propositions est ainsi assez large et on pourra aussi bien s’intéresser à la forme que prendrait en bande dessinée l’affirmation par un auteur d’une identité sexuelle, voire d’une sexualité, proprement féminine (à ce titre, l’étude de Fraise et Chocolat d’Aurélia Aurita s’impose) qu’interroger la position de créateurs masculins s’interrogeant clairement sur le désir au féminin. Si la chose est évidente dans le cas des œuvres de Guido Crepax (et de son héroïne Valentina à qui il prête superbement toutes formes de désirs prenant les formes on ne peut plus étonnantes), d’autres œuvres gagneraient certainement à être également étudiées et notamment les productions de Jean-Marc Reiser tel un Vive les femmes qui semble esquisser les contours d’une nouvelle « condition masculine » pas forcément exempte d’a priori déterminée par les femmes. Notons enfin qu’un article de Virgine Talet, disponible en ligne sur la revue Clio, s’intéresse au cas du magazine Ah ! Nana qui, réalisé par des femmes, visait un public féminin.

 

 

Femmes désirantes dans la littérature et la culture médiatique

Colloque du Centre Anne-Hébert (Université de Sherbrooke)

et VersUS (Groupe de recherche en études littéraires et culturelles comparées de l’Université de Sherbrooke)

80e Congrès de l’Acfas

Sherbrooke, 9 et 10 mai 2012

La notion de désir a jusqu’ici été pensée comme appartenant au masculin, tandis qu’au féminin il incombe d’incarner l’objet du désir de l’homme. Depuis peu, les femmes s’approprient le discours érotique. Émancipées qu’elles sont des injonctions à la pudeur, elles projettent désormais la possibilité d’une subjectivité désirante.

Dans la mesure où les textes littéraires reconduisent les scripts sexuels (Gagnon) dominants, reposant sur la dyade Homme-sujet-actif-désirant/Femme-objet-passif-désiré, on peut affirmer, avec De Lauretis, qu’ils constituent une technologie du genre – cela se reflète tant dans la syntaxe érotique (« Il la prit », « Elle se donna à lui ») que dans la représentation des scènes sexuelles et, plus largement, dans la façon dont circule le désir.

Aussi, ce colloque se penchera sur la figure de la femme désirante dans les productions littéraires et médiatiques contemporaines, celles-ci entendues dans leur sens large, incluant aussi bien la culture des médias que celle des arts médiatiques.

Les productions culturelles se voient-elles transformées par la prise de parole des femmes? Les créateurs masculins prennent-ils acte de cette nouvelle possibilité d’une subjectivité désirante au féminin, la mettent-il en jeu dans leurs textes littéraires et autres productions culturelles ?

Responsables du colloque :

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke)

Catherine Dussault-Frenette (Université de Sherbrooke)

Les propositions (maximum 1500 caractères espaces comprises) doivent être envoyées au plus tard le 31 janvier 2012, accompagnées de vos coordonnées complètes et du nom de votre institution d’attache à chacune des deux responsables aux adresses suivantes :

isabelle.boisclair@usherbrooke.ca

catherine.dussault.frenette@usherbrooke.ca

Responsable : Isabelle Boisclair

Url de référence :
http://www.acfas.ca/

Adresse : Département des lettres et communicationsFaculté des lettres et sciences humainesUniversité de SherbrookeSherbrooke (Québec) J1K 2R1

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : programme

Le programme du colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens », aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à l’université de Liège, est désormais disponible sur le site de l’ACME. Il semble bien mettre en évidence le caractère absolument protéiforme d’une notion d’indépendance que l’on peine décidément à définir précisément : se rencontrent en effet ici des réflexions ayant trait au monde du livre (et mobilisant des notions comme « autoédition », « édition sauvage » ou « commercialisation »…), relevant d’une approche esthétique de la bande dessinée (avec des réflexions sur le documentaire, l’autobiographie ou l’exposition…) ou interrogeant plus largement la valeur culturelle de ces œuvres (il sera ainsi question de « mainstream », d’ « underground » ou encore de bande dessinée libanaise)… Bref : la bande dessinée indépendante semble être ici pensée comme un espace de rencontre pour des axes de recherche fort différents et il y a tout lieu de penser que ces trois jours seront l’occasion de croisements on ne peut plus fructueux.

 

Programme ici.

Dates du colloque : 16-17-18 novembre.

Lieu : université de Liège.

Organisateurs : groupe ACME

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts