Média(li)tures, média(scrip)tures

Le Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé lance un appel à communication intitulé : « Média(li)tures, média(scrip)tures ». Débouchant sur un ouvrage collectif, cette proposition présente une originalité : elle esquisse un cadre conceptuel, ou plutôt une approche de l’écrit, faisant une place à un fonctionnement en réseau de différents médias. Au principe de « littérarité », on propose ici de substituer celui d’ « intermédialité » : en d’autres termes, il s’agit de penser un écrit ne s’imposant plus tant par son texte que par une capacité de relation avec d’autres formes d’expression. Se pose dès lors aussi bien le problème de sa conception (déjà largement appréhendé par ailleurs) que celui de son évaluation : la meilleure œuvre n’est-elle pas celle qui s’adapte, se décline, est à même de s’inscrire dans un ensemble de produits culturels ? À l’heure où des productions relevant du champ de la bande dessinée (pensons à Uropa d’Yslaire diffusé sur l’Applestore par Casterman) empruntent cette voix, cette proposition mérite assurément d’être discutée et nous invitons les chercheurs à s’en emparer avant le 30 novembre prochain.

 

Média (li) tures / Média (scrip) tures

Le domaine des études intermédiales entretient, par nécessité, la veine des néologismes en cette matière. Ce sont la médialité, l’intermédialité, l’hypermédialité, l’hypomédialité, la médialité, l’im-médiateté…, tous attestant de dynamiques des relations entre les médias, au sens large de ce terme. Il ne nous semble pas que la notion de médialiture figure déjà dans cette liste.

Se pose donc la question de savoir si cette notion ne s’impose pas elle aussi en tant que déclinaison spécifique de cet « axe de pertinence » que constitue la théorie intermédiale. D’où la problématique suivante : qu’est-ce que le phénomène intermédial ? Á quoi peuvent correspondre ses manifestations spécifiques ? En quoi la médialiture pourrait-elle figurer de manière pertinente dans la nomenclature de ces dernières ?

On posera que la notion de médialiture s’impose en ce qu’elle est susceptible de rendre compte du phénomène  intermédial, et plus précisément interartial, dans le cadre spécifique de l’art littéraire. Pour étayer cette hypothèse générale, nous suggérons le raisonnement ci-après, dont les articulations se rapportent aux questions de la problématique ci-dessus :

L’intermédialité réfère à l’intrication des médias sur le double plan synchronique et diachronique, de sorte qu’on puisse les hiérarchiser en médias englobants et englobés, transcendants et transcendés, c’est-à-dire en  hypermédias et hypomédias, les uns relativement aux autres. Dans ces conditions, la spécificité d’un média se rapporterait à son caractère englobant, transcendant ou hypermédiatique (ou, à l’inverse, englobé, transcendé, hypomédiatique) par rapport aux autres médias, ce caractère étant donc patent, qui correspond à une mise en abyme de tous les autres médias en présence par ce média dominant, et ce suivant diverses modalités que l’on peut emprunter à l’intertextualité genettienne. Dès lors,  la médialiture correspondrait bien à une pratique littéraire englobant, transcendant ou dominant les autres pratiques artistiques en les intégrant en son sein suivant une logique de mise en abyme systématique, foisonnante et généralisée de celles-ci, comme dans une sorte de Gesamtkunstwerk wagnérienne mais polarisée par la littérature. Dès lors, on peut prendre les concepts de médialiture et de médiascripture, qui sont presque synonymes, au sens d’intermédialité dans la / en  littérature, mais surtout, de manière plus précise, au sens de littérature intermédiale, ce qui nous semble conforter leur pertinence conceptuelle. En effet, ce sur quoi ils insistent et qui sera au centre de la réflexion est qu’ils servent à caractériser une production ou une tendance littéraire (post)moderne dans laquelle le scriptural est réduit à l’essentiel, ce scriptural n’étant plus alors qu’un biais qui pourrait bien être remplacé par un autre (peinture, architecture, musique, danse, etc.) sans que le contenu de l’oeuvre en soit altéré. En d’autres termes, ces concepts insistent sur le fait, non pas de la littérarité de l’oeuvre mais sur celui de son intermédialité à laquelle est subordonnée une littérarité qui ne sert ici que de vecteur ou de plateforme interartial. Un peu comme si le principe de l’oeuvre d’art totale était repris littérairement, comme il pourrait l’être musicalement, architecturalement ou picturalement.

De telles hypothèses requièrent, comme outils d’analyse généraux, les théories intermédiale et intertextuelle, ainsi que celle de l’art total de Richard Wagner. Le premier outil servira à analyser les jeux et les enjeux épistémologiques des notions d’intermédialité et de médialiture ; le deuxième outil servira de tremplin heuristique dans la mise en évidence des possibles médiascripturaux ; et le troisième outil servira éventuellement de repère manifestaire garantissant la nécessité de la notion de médialiture. Il devait alors apparaitre que la création littéraire a évolué de plus en plus vers le médialittéraire depuis l’époque du modernisme.

Des hypothèses ci-dessus découlent aussi trois grands axes de réflexion :

  • L’histoire générale de la médialiture
  • Les possibles médiascripturaires / médialittéraires
  • Les études de cas (la médialiture dans telle ou telle oeuvre ; la poétique de la médialiture chez tel auteur ; etc.)

Comme le suggèrent les parenthèses dans l’intitulé du présent appel à contributions, les analyses peuvent s’ouvrir ou s’étendre aux autres arts en tant qu’hyperarts, autorisant alors, de ce fait, un quatrième axe de réflexion.

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 30 novembre 2012 à l’adresse électronique : gfranguiyoba@yahoo.fr

Après avis du comité scientifique, les auteurs des propositions retenues seront informés avant le 30 décembre 2012.

La parution de l’ouvrage est prévue pour décembre 2013.

Comité scientifique :

 Matthijs Engelberts (Université d’Amsterdam, Pays-Bas)

 François Guiyoba (ENS de Yaoundé, Cameroun)

 Eric Méchoulan (Université de Montréal, Canada)

 Salma Mobarak (Université du Caire, Egypte)

 Jürgen Erich Müller (Université de Bayreuth, Allemagne)

 Isabel Rio Novo (ISMAIA, Porto, Portugal)

 Jean Christophe Valtat (Université de Montpellier, France)

 Célia Vieira (ISMAIA, Porto, Portugal)

Responsable : Centre de Recherches en Littérature Comparée (CERLICO) de l’ENS de Yaoundé, BP 47 Yaoundé (Cameroun).

Selon l’expression de Jürgen E. Müller qui la préfère à celle de discipline pour désigner cette théorie.

Responsable : Centre de recherches en littérature comparée (CERLICO)

Adresse : BP 47 Yaoundé (Cameroun)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

Matthieu Letourneux, du laboratoire CSLF-PHISTEM de l’université Paris Ouest-Nanterre-La Défense lance un appel à communication pour un colloque intitulé : « Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques ». Cette proposition nous invite à considérer « l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940 ». Force est de constater que c’est durant cette période qu’émergent, pour la bande dessinée, certains des problèmes esquissés ci-dessus : Bécassine (dans La Semaine de Suzette) Little Nemo in Slumberland (dans le New York Herald) ou Les Pieds Nickelés (dans L’Epatant) commencent à paraître en 1904, alors que le Petit Vingtième (1929), Le Journal de Spirou ou Action Comics (1938) naissent dans l’entre-deux-guerres. Il y a donc tout lieu de s’intéresser à la mise en place de « modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper. » Et il s’agira donc de formuler une proposition portant sur ce mode de création animé par des « contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.) » avant le 15 novembre prochain.

Pratiques sérielles dans les littératures médiatiques

10-11 mai 2012

 

Université Paris Ouest-Nanterre

CSLF-PHISTEM

LPCM

 

 

Les productions de la culture médiatique et les fictions imprimées de grande consommation reposent sur des principes de communication qui mettent en jeu des logiques sérielles. Ce qui les caractérise est une tendance à saisir la relation à l’œuvre médiatisée par un ensemble plus vaste à partir duquel elle se conçoit. C’est bien un tel mécanisme que l’on peut repérer dans la décision d’écrire ou de lire une œuvre de genre (récit policier, d’aventures, de science fiction, etc.) ou d’investir des ensembles stéréotypiques et des scénarios intertextuels moins formalisés à l’aune desquels le récit demande à être évalué. C’est également dans cette perspective que se situent les auteurs qui choisissent d’écrire pour une collection éditoriale dominée par des contraintes fortes (genres, valeurs, formats, public, etc.). De même, les auteurs qui se lancent dans des séries à personnages récurrents thématisent-ils les mécanismes de la communication sérielle dans leur œuvre. Enfin, les créateurs d’univers de fiction transmédiatiques conçoivent des séries avant d’inventer une œuvre. Le développement de telles pratiques s’explique en partie par l’histoire des supports et de leur usage dans les productions de grande consommation qui, du feuilleton à la collection en passant par les livraisons et les fascicules, ont généralement sérialisé le texte, soit en le traitant comme une série, soit en l’inscrivant dans un ensemble plus vaste.

Ainsi est-ce l’ensemble de la communication qui est affecté par ces mécanismes sériels. Ils se traduisent par des modes d’écriture et de lecture particuliers. Le lecteur compare les œuvres, aussi bien pour les rapporter à ces ensembles plus vastes que pour tenter de saisir ce qui en fait l’originalité au sein de la série. L’auteur quant à lui s’inscrit dans une perspective dialogique dans laquelle le processus de singularisation se pense dans la relation aux principes sériels. Ainsi, loin de se concevoir uniquement en termes de ressassement, les pratiques sérielles s’inscrivent tout autant dans une perspective de variation, voire de distinction, qui explique pourquoi les goûts des amateurs mettent en jeu des postures discriminantes, et combien les auteurs, loin de se contenter d’exploiter des filons du genre, peuvent chercher à le renouveler ou à le sublimer.

C’est l’ensemble de ces mécanismes sériels, de la chaîne de production matérielle du livre à son écriture, de la narration à la diégèse, de l’écriture à la lecture, que ce colloque se propose d’aborder en se concentrant sur la période qui correspond à la montée en puissance de la culture médiatique, les années 1840-1940, mais sans s’interdire les détours vers des périodes plus récentes. On cherchera autant que possible à mettre en évidence les articulations existant entre les différents niveaux entrant en jeu dans la communication sérielle (support, éditeur, conditions de production, relation aux architextes, etc.), et tentera d’en tirer les conséquences en termes de poétique et d’esthétique.

On s’intéressera aux modes de lecture et d’écriture sériels, en tentant de décrire les spécificités de communication, les jeux plus ou moins subtils que les auteurs proposent aux lecteurs, les attentes de ces derniers et la façon dont les écrivains peuvent les surprendre ou les tromper.

On étudiera les stratégies d’appropriation, de singularisation et de resémantisation que peuvent mettre en place les auteurs qui s’inscrivent dans des logiques sérielles, en essayant de décrire le dialogue entre reprise des codes (collection, genre, personnage récurrent) et réarticulations.

On tentera de réfléchir aux transformations que subissent les figures sérielles : mutations de genres, réinvention de personnages sur la longue durée, redéfinition des traits sériels suivant les pays, les époques et les variations des situations sociales, politiques et culturelles. On essaiera de montrer quelles sont les logiques qui permettent de concilier principes de transformation et de répétition.

On s’interrogera sur les relations entre sérialité et circulation, en se demandant comment une même œuvre ou un même personnage peuvent s’inscrire dans des systèmes intertextuels et architextuels différents suivant les pays, les époques et les contextes culturels.

On s’intéressera aux rôles des autres figures intervenant dans la production du sens – éditeurs, illustrateurs, traducteurs – par la mise en résonance du texte avec d’autres textes, et à la façon dont ils peuvent reformuler les œuvres et leur lecture.

 

 

Les propositions sont à renvoyer à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr), avant le 15 novembre 2011.

Matthieu Letourneux

Université Paris Ouest-Nanterre ; CSLF-PHISTEM

LPCM (association internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique)

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

What happens next : the mechanics of serialization

La « sérialisation », le fait de concevoir des productions destinées à ne pas donner lieu à un seul film, livre ou jeu : voici le concept sur lequel deux chercheurs d’une université néerlandaise (Amsterdam) nous invitent à réfléchir. Spirou, Asterix, Thorgal… La France publie des séries très anciennes (plus de 70 ans pour Spirou, 50 ans pour Astérix) et prolifiques : les évoquer retiendrait certainement l’attention des organisateurs, surtout si le chercheur parvient à mettre en évidence les mécanismes d’écriture ou de publication cachés derrière ces créations. La lecture du livre d’Hugues Dayez (Le duel Tintin-Spirou, éditions Luc Pire) fournit pour ce faire un matériau des plus intéressant. Date limite : 24 janvier 2011.

The recent explosion of popular serialized forms, from Lost and Battlestar Galactica to computer game expansion packs, has provoked renewed interest in the economics and mechanics of serialization as well as the impact of this cultural form on readers, viewers and gamers. How do contemporary serials relate to earlier forms of serialization, and how do they affect our understanding of the concept of serialization? What are the economic, narratological, and social effects of contemporary serials? And where does the form go from here?

This conference is intended to give graduate students from different fields of study the opportunity to present and exchange ideas on the concept and mechanics of serialization. It is hoped that interaction and discussion will allow graduate students to both share their knowledge and gain new expertise in this exciting area of research. Moreover, it is hoped that this conference will be able to help form ideas about how serialization can be conceptualized across disciplines as diverse as literary history, economics, narratology, television studies and cultural analysis.

We invite proposals for twenty-minute research papers addressing any aspect of serialization; and collaborative panels of two to three papers. Possible subjects include, but are not limited to, the impact of serialization in 19th century literature, the relationship between serialization and notions of authorship, webserials, the mechanics or economics of serials, the effect of serialization on science fiction, newspapers, comics and downloadable game content. Graduate students are encouraged to approach serialization from the perspective of their particular field to give the conference an interdisciplinary character.

Conference dates: 25 – 26 March, 2011.

Keynote speakers: Dr. Joyce Goggin and Dr. Mark Turner.

Deadline for abstracts: 24 January 2011.

Please send your abstracts and inquiries to uvaserialization@gmail.com, and watch http://www.hum.uva.nl/serialization/ for updates.

Rob Allen and Thijs v.d. Berg

University of Amsterdam, Institute for Culture and History

Spuistraat 210, room 5.01

1012 VT Amsterdam, The Netherlands

Email: uvaserialization@gmail.com

Visit the website at http://www.hum.uva.nl/serialization/

Les jeunes et les phénomènes sériels

La revue Jeunes et Médias lance un appel à articles intitulé : « Les jeunes et les phénomènes sériels ». Celui-ci propose de s’interroger sur les tenants et aboutissants de la « consommation importante de biens culturels produits en série » parmi lesquels la bande dessinée est nommément citée. Six approches (se focalisant sur les publics, les modes de production, les dispositifs esthétiques…) sont proposées et il est question de s’approprier ou de compléter (la dimension « transmédiatique » est ainsi totalement absente) cette liste avant le 8 décembre prochain.

Appel à articles : les jeunes et les phénomènes sériels

La revue semestrielle en sciences de l’information et de la communication Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias, propose une réflexion concernant les pratiques médiatiques des jeunes et leurs modes d’expression et d’appropriation. Dans ce cadre, le dossier thématique du premier numéro portait sur les objets culturels méprisés.

Le dossier thématique du numéro 2 de la revue Jeunes et médias, les cahiers francophones de léducation aux médias s’intéresse aux phénomènes sériels.

Les moins de vingt-cinq ans ont en effet une consommation importante de biens culturels produits en série. Pour exemple, la diversité et la pluralité de sites dédiés aux jeunes et aux séries télévisées attestent de l’intérêt qu’ils leur portent. Le streaming, la VOD ont changé aussi la manière de consommer celles-ci. Le succès éditorial de certaines séries – Twilight, Tara Duncan, mais aussi les bandes dessinées et les mangas – parfois adaptées au cinéma avec le même bonheur contribuent à alimenter la réflexion concernant les spécificités de la sérialité destinée aux plus jeunes.

A cette fin, plusieurs axes ont été retenus et pourront être abordés dans une approche pluridisciplinaire :

–          Définition, contours et limites du genre sériel (brièveté, temporalité, récurrence…);

–          Evolution des techniques et des conditions de production des formes de la sérialité contemporaine ;

–          Les jeunes, public spécifique ou privilégié ? (études en réception, approches qualitatives ou quantitatives) ;

–          Les figures tutélaires ou la question des héros récurrents.

–          L’univers sériel et le désir du collectionneur ;

–          Les stratégies marketing des produits sériels.

Les propositions d’articles (1500 signes) sont à adresser avant le 8 décembre 2010 à lcorroy@voila.fr et à mclipani@wanadoo.fr

Les auteurs seront avertis par email le 15 décembre que leur proposition est retenue. Les articles (entre 22000 et 25 000 signes, espaces et bibliographie compris) seront à envoyer pour le 30 janvier au plus tard.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts