La science-fiction française depuis 1970

 

Irène Langlet, de l’université de Limoges, lance un appel à communication pour le troisième numéro de la revue ReS Futurae qui verra le jour sur revues.org en décembre prochain. Intitulé « La science-fiction française depuis 1970 », cette proposition mentionne directement la bande dessinée et invite les chercheurs à s’interroger sur une période durant laquelle la science-fiction « s’est fermement établie dans le champ littéraire ». Le constat vaut aussi pour le neuvième art puisqu’après les pionniers du genre (Raymond Poivet et Roger Lecureux avec Les Pionniers de l’espérance encore Marijac et Auguste Liquois avec Guerre à la Terre, voire Edgar P. Jacobs avec Le Secret de l’espadon ou SOS Météores), c’est effectivement dans les années 70 qu’apparaît une nouvelle génération de créateurs dont le travail contribua assurément à pérenniser le genre (pensons à Jean-Claude Forest, auteur de Barbarella ou des Naufragés du temps ou encore à Pierre Christin et Jean-Claude Mézières pour Valérian, agent spatio-temporel). Nous pourrions compléter cette liste à l’infini, tant le corpus est dense, mais nous nous permettons de suggérer à nos lecteurs une piste parmi l’ensemble des propositions qu’il est susceptible de soumettre au comité de rédaction de la revue : une histoire du rôle majeur que joua Métal Hurlant pour le développement du genre reste largement à écrire puisque c’est dans le cadre de ce magazine que parurent les premières œuvres de Bilal (Exterminateur 17), de Philippe Druillet (Lone Sloane) ou encore de Moebius (L’Incal). Et il est assez étonnant de constater que l’une des publications qui donne au neuvième art ses premières lettres de noblesse s’est organisée autour d’un genre longtemps synonyme de « para » et « sous » littérature : nous sommes ici aux antipodes des traditionnels discours sur la légitimation culturelle. Nous invitons nos lecteurs à faire leur cette idée avant le 20 décembre prochain.

 

 

La science-fiction française depuis 1970

ReS Futurae, numéro 3

Date limite : 20 décembre 2012

Direction du dossier thématique : Irène Langlet.

Après un premier élan au début des années cinquante, puis une traversée du désert pendant les années soixante, la création française s’est fermement établie dans le champ littéraire de la science-fiction en France. Malgré les alternances cycliques de périodes de croissance et de récession, des figures majeures ont pu imposer leur style personnel et certains récits devenir des références. Res Futurae entend poser les premières bases d’une étude systématique de cette histoire récente, en mettant en évidence les choix esthétiques et thématiques qui l’ont jalonnée, en analysant les courants et les tendances qui ont essayé de s’imposer, et en étudiant quelques oeuvres et écrivains remarquables.

Ce dossier thématique du numéro 3 de ReS Futurae (automne 2013), consacré à « La science-fiction française depuis 1970 » pourra être orienté selon trois grandes perspectives :

Histoire. L’un des objectifs du dossier sera de proposer une périodisation souple, en prenant en compte plusieurs entrées. Les oeuvres les plus marquantes s’inscrivent dans un continuum de récits de toutes sortes, sont soutenues en grande partie par la vie du domaine des fans, ponctuée de festivals, et de discussions dans les fanzines et les sites Internet, et dépendent de l’existence de collections spécialisées pour exister. Il faudra aussi évaluer dans quelle mesure certaines parutions à portée symbolique, comme Malgré le monde ou Escales sur l’horizon, peuvent servir de points de repère. Le choix des thématiques dépend de l’évolution des représentations dominantes de la science-fiction, qui se cristallisent autour de paradigmes successifs. Après les aventures spatiales et les explorations planétaires, les écrivains ont réfléchi aux évolutions possibles de nos sociétés, à travers le temps, l’espace et les dimensions (Le Temps incertainCette chère humanitéDelirium circus), exploré les limites de l’ultra-violence et de l’absurde (BlueRempart des naufrageursPoupée aux yeux morts), puis réagi à l’esthétique du cyberpunk (Inner CityF.A.U.S.T.La Balle du néant), tout en entamant un retour vers l’espace (La Bohème et l’ivraieLes Guerriers du silenceLe Chant du cosmosAucune étoile aussi lointaineUne porte sur l’éther), puis un nouveau type de réflexions sur la société (Le Goût de l’immortalitéStructura maximaPollenPlaguersRêves de Gloire).

Évolution et courants. Le deuxième objectif du dossier sera proposer des études sur des oeuvres ou écrivains notables, qu’ils comptent déjà parmi les classiques, comme Philippe Curval et Michel Jeury, ou qu’ils fassent partie d’une des générations s’étant succédé depuis les années quatre-vingt. On pourra aussi proposer des articles sur un courant particulier, par exemple en revenant sur la question de la NSFFP (Nouvelle Science-fiction Française Politique) qui avait fait l’objet d’un échange entre Jean-Christophe Rufin et Roland C. Wagner, sur un type de récit au sein de la science-fiction (space-opera, uchronie, dystopie), et sur des questions théoriques globales, tels que l’évolution des procédés d’écriture ou le rapport entre sciences et science-fiction dans le corpus français.

Domaines et frontières. Le troisième objectif du dossier sera de situer la littérature de science-fiction en France, à la fois au sein du champ littéraire dans son ensemble, et dans ses rapports avec les autres arts, pour prendre la mesure de sa légitimité et de sa diffusion culturelle. Il s’agit ici de rendre compte de la science-fiction comme « subculture » (Gérard Klein), dépassant le simple cadre de la littérature et entretenant des rapports avec de nombreux domaines de la création. La bande dessinée a beaucoup contribué à la popularisation des thèmes de la science-fiction, en particulier avec la création de Métal hurlant en 1975, qui a marqué l’apparition de figures majeures telles que Moebius, Druillet et Bilal. Parmi les pistes de réflexion, on pourra se pencher sur les relations entre écrivains et bande dessinée (Yragaël, de Demuth et Druillet, La Brigade chimérique, de Lehman, Colin et Gess). La mise en image de la science-fiction par le cinéma pourra aussi donner lieu à des études spécifiques, par exemple les adaptations réalisées par René Laloux (La Planète sauvageLes Maîtres du tempsGandahar), ou les oeuvres d’Enki Bilal (Bunker Palace HotelTykho Moon).

Les auteurs sont invités à prendre connaissance des consignes d’écriture et de soumission des propositions sur le site de la revue ou sur le carnet de ReS Futurae :

Responsable : Irène Langlet

Url de référence :
http://resf.hypotheses.org/1142

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Pan ! Dans l’œil de la lune

 Philip Mather du Campion collage (université de Régina, Canada) lance un appel à communication pour une conférence intitulée : « Pan ! Dans l’œil de la lune » et consacrée à la science-fiction française. La bande dessinée figure parmi les axes qu’il serait le bienvenu d’explorer, positionnement qui nous semble judicieux tant le retard en la matière est grand. La plupart des anthologies de science-fiction (à l’instar de Critique de la science fiction de Jacques Goimard) laissent en effet de côté le neuvième art, chose d’autant plus étrange que le domaine français est particulièrement riche. Il possède des classiques (comme Futuropolis de Pellos), des séries ayant contribué au succès de la bande dessinée « franco-belge » (Yoko Tsuno de Roger Leloup, Valérian et Laureline de Mézières et Christin) ainsi qu’à son renouveau (L’Incal de Moebius, La Caste de métabarons de Gimenez et Jodorowsky) et des œuvres modernes se voulant novatrice (par exemple La Brigade chimérique de Serge Lehman et Fabrice Colin) qu’il serait intéressant d’appréhender à travers une question : existe-t-il une spécificité française en terme de bande dessinée de science-fiction ? Quelle que soit la réponse que nos lecteurs entendent proposer, il s’agira de la formuler (brièvement) avant le 1er janvier prochain.

 PAN! DANS L’OEIL DE LA LUNE!

Conférence sur la science-fiction française
Université de Regina
2 et 3 Novembre 2012

Le comité organisateur de la conférence vous invite à soumettre une proposition de communication sur tout sujet touchant la science-fiction française.

La science-fiction française date d’aussi loin que la langue française moderne. Cyrano de Bergerac décrivit un voyage sur la lune qui fut publié en 1657. Jules vernes fit de même en 1865, en s’inspirant cette fois des progrès scientifiques récents. Le premier film à montrer un voyage sur la lune fut réalisé par Georges Méliès en 1902. En bande dessinée, Hergé envoya Tintin marcher sur la lune en 1954, soit 15 ans avant Armstrong. Cet échantillon restreint suffit à prouver que les oeuvres de science- fiction françaises méritent une meilleure reconnaissance internationale, ce qui est un des buts de la conférence. Mais ce sera aussi le lieu d’échanges interdisciplinaires puisque le genre de la science-fiction apparaît dans des média qui sont traditionnellement les domaines respectifs des arts et des beaux- arts.

Voici des suggestions de sujets qui peuvent être traités:
– La littérature de science-fiction française
– Le cinéma de science-fiction français
– La science-fiction à la télévision française
– La science-fiction dans la bande dessinée française
– La réception internationale de la science-fiction française

Les communications présentées à la conférence seront soumises à un comité de lecture puis publiées en actes.

Soumission des propositions:
– Les communications peuvent être présentées en français ou en anglais.
– Les propositions devraient avoir une longueur de 250 mots et inclure un titre descriptif.
– Des équipements audio-visuels sont disponibles sur demande.
– Des frais d’inscription de 25$ seront exigés si votre communication est acceptée.
– Les propositions doivent être envoyées par courriel au plus tard le 1er janvier 2012 à:

Philippe Mather
Courriel: philippe.mather@uregina.ca
Téléphone: (306) 359-1229

Campion College
Université de Regina
3737 Wascana Parkway
Regina, Saskatchewan S4S 0A2
CANADA

Responsable : Philippe Mather

Url de référence :
http://uregina.ca/~fscifi/index.html

Adresse : Campion College University of Regina 3737 Wascana Parkway Regina, Saskatchewan S4S 0A2 CANADA

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction

Le Mansfield college d’Oxford accueillera du 12 au 14 juillet prochain un colloque international et interdisciplinaire dont le thème est : « Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction ». Cet événement souhaite, à en croire l’appel à communication que nous reproduisons ci-dessous, aborder plusieurs genres (science-fiction, cyberpunk, steampunk…) à travers de multiples représentations de l’humanité, que celles-ci aient trait à des mutations (cyborg, intelligence artificielle…) ou au devenir de pratiques sociales (religion, organisations politiques…). Semblable perspective intéresse au premier chef la bande dessinée et peut même constituer le cœur d’un complexe dispositif de publication comme dans le cas de Girl genius, un dispositif s’auto-définissant comme « steam punk » et mobilisant webcomics, fanfictions et forums… À côté de ces innovantes formes de publication, cette « vision de l’humanité » est également présente dans de nombreuses œuvres. Alors qu’une série comme Judge Dredd représente une humanité incapable de s’organiser en société, un manga comme Dragon Head semble faire de la terreur le fondement d’une possible entente entre les survivants d’une énigmatique catastrophe. Notons enfin que le volumineux Akira évoque à lui seul la quasi-totalité des thèmes présentés ci-dessous et constitue ainsi une œuvre de référence qu’il s’agira de relire avant le 14 janvier prochain.

« Visions of Humanity in Cyberculture, Cyberspace and Science Fiction »

Tuesday 12th July 2011 – Thursday 14th July 2011
Mansfield College, Oxford

This inter-disciplinary and multi-disciplinary project aims to explore what it is to be human and the nature of human community in cyberculture, cyberspace and science fiction. In particular, the project will explore the possibilities offered by these contexts for creative thinking about persons and the challenges posed to the nature and future of national, international, and global communities.

  • Papers, short papers, and workshops are invited on issues related to any of the following themes;
  • the relationship between cyberculture, cyberspace, science fiction
  • cyberculture, cyberpunk and the near future: utopias vs. dystopias
  • science fiction and cyberpunk as a medium for exploring the nature of persons
  • humans and cyborgs; the synergy of humans and technology; changing views of the body
  • human and post-human concepts in cyber arts and cinema
  • mobile media, place and the telematic body
  • bodies in cyberculture; from apes to androids – electronic evolution; biotechnical advances and the impact of life, death, and social existence
  • body politics in cyberpunk and steampunk: body modification versus cosplay?
  • artificial intelligence, robotics and biomedia: self-organization as a cultural logic
  • gender and cyberspace: new gender, new feminisms, new masculinities
  • cyberpunk and steampunk: exploring the differences and similarities
  • virtual worlds and videogames and its impact on science fiction
  • digital culture and interactive storytelling, transmedia storytelling
  • nature, enhancing nature, and artificial intelligence; artificial life, life and information systems
  • networked living in future city, urban lifestyles
  • human and post-human politics; cyborg citizenship and rights; influence of political technologies
  • cyberpolitics, cyberdemocracy, cyberterror; old conflicts, new spaces: elections, protest and war in cyberspace
  • the state and cyberspace: repression vs. resistance
  • boundaries, frontiers and taboos in cyberculture
  • religion and spirituality in cyberculture

The Steering Group particularly welcomes the submission of pre-formed panel proposals. Papers will also be considered on any related theme. 300 word abstracts should be submitted by Friday 14th January 2011. If an abstract is accepted for the conference, a full draft paper should be submitted by Friday 27th May 2011. Abstracts should be submitted simultaneously to both Organising Chairs; abstracts may be in Word, WordPerfect, or RTF formats with the following information and in this order:

a) author(s), b) affiliation, c) email address, d) title of abstract, e) body of abstract
E-mails should be entitled: VISIONS6 Abstract Submission.

Please use plain text (Times Roman 12) and abstain from using footnotes and any special formatting, characters or emphasis (such as bold, italics or underline). We acknowledge receipt and answer to all paper proposals submitted. If you do not receive a reply from us in a week you should assume we did not receive your proposal; it might be lost in cyberspace! We suggest, then, to look for an alternative electronic route or resend.

Joint Organising Chairs

Daniel Riha

Charles University

Prague,

Czech Republic

E-mail: rihad@inter-disciplinary.net

Rob Fisher

Network Founder and Network Leader

Inter-Disciplinary.Net

Priory House, Freeland, Oxfordshire OX29 8HR

United Kingdom

E-mail: visions6@inter-disciplinary.net

For further details about the project please visit:

http://www.inter-disciplinary.net/critical-issues/cyber/visions-of-humanity/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

La Sorbonne Nouvelle, l’Institut Finlandais et l’INALCO organisent un colloque consacré au fantastique et à la science-fiction, genres dont il s’agit selon l’argumentaire, d’interroger la place (tant esthétique, que critique ou économique). Contactés, les organisateurs du colloque se disent enchantés à l’idée de recevoir des propositions portant sur la bande dessinée. L’étude, entre autres exemples, d’une collection comme Néopolis chez Delcourt (caractérisée par une étonnante homogénéité de thèmes et de traits rappelant la bande dessinée de genre que publiait les hebdomadaires Tintin ou Spirou…), d’une oeuvre comme celle de Moebius (qui oppose clairement, dans son autobiographie Histoire de mon double, le travail opéré sur Blueberry et l’inspiration nourrie de rêves et de phantasmes sensible dans l’Arzach ou Le Garage hermétique), ou encore d’un « classique » comme Les Naufragés du temps (dans lequel Jean-Claude Forest et Paul Gillon revisitent avec maestria de nombreux mythes antiques) seraient ainsi les bienvenues. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont la date limite est fixée au 16 mai 2010.

Le fantastique et la science-fiction en France, en Estonie et en Finlande

Colloque organisé par la section d’estonien et la section de finnois de l’INALCO, le CIEH & CIEFi–Sorbonne nouvelle.

Paris, 19 et 20 novembre 2010

Les littératures de l’imaginaire (fantastique, science-fiction et merveilleux) constituent un terrain relativement neuf dans le domaine de la littérature comparée. Si depuis quelques années il semble que la critique universitaire ait commencé de s’intéresser à ces littératures considérées comme marginales, l’angle comparatiste n’est guère intervenu pour enrichir la réflexion sur leurs formes et leur propos, alors même que ces genres s’y prêtent particulièrement.

En effet, le statut de ces littératures dans ces pays interroge de façon particulièrement aiguë les problématiques de la réception et de la définition des genres. Quelle est la position, en termes de légitimité ou de recevabilité, des littératures de l’imaginaire ? Quelles instances les scrutent et en valident les produits ? Quel spectre couvrent précisément les termes employés en français, en estonien et en finnois pour désigner le fantastique ou le merveilleux ?

Les participants au colloque seront également invités à s’interroger sur les dimensions européenne et nationale de ces genres. Ces différentes littératures ont-elles adopté des modèles différents, émanant de domaines culturels où fantastique et science-fiction abondent, comme les États-Unis ou la Russie soviétique et postsoviétique, ou existe-t-il partout un modèle dominant commun ? Le fantastique et la science-fiction sont-ils également enracinés dans les traditions littéraires locales et le folklore, acquérant ainsi des caractéristiques spécifiquement nationales ? Quelles sont les tendances en matière de traduction (de l’anglais, du russe ou d’autres langues) et comment ces tendances contribuent-elles à la perception de ces genres en France, en Estonie et en Finlande ?

Dans le cadre d’une analyse « métacritique », on pourra s’interroger sur le rapport des courants se réclamant du postmodernisme (ou d’autres valeurs de rupture vis-à-vis du projet littéraire moderne) avec la dominante imaginaire telle qu’elle est illustrée par ces genres, regroupés parfois en France sous l’étiquette de « fiction spéculative ».

Nous proposons de discuter ces questions à l’occasion d’un colloque qui se tiendra à Paris en novembre 2010. Les communications, d’une durée de vingt minutes, pourront être présentées en français ou en anglais. Le titre de la communication (20 minutes) et un résumé de 250 à 300 mots doivent être envoyés avant le 16 mai 2010. Les organisateurs feront connaître les communications sélectionnées avant le 31 mai 2010.

Les résumés doivent être envoyés, ainsi que d’éventuelles questions, à katre.talviste@gmail.com et martin.carayol@gmail.com.

Responsable : Département d’estonien, département de finnois, CEEM – INALCO ; Institut finlandais ; CIEH & CIEFi – Sorbonne nouvelle

Adresse : Section d’estonien – Département de l’Europe centrale et orientale Institut National des Langues et Civilisations Orientales 2, rue de Lille 75343 Paris cedex 07

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts