Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie

La revue Synergies organisera son septième numéro autour du thème : « Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie ». Contactés, les organisateurs se déclarent enthousiastes à l’idée d’examiner des propositions de communication portant sur un corpus de bande dessinée et prévoit d’ailleurs de publier des entretiens avec plusieurs auteurs. Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication ainsi que le document présentant les consignes de rédaction (fort complètes).

Appel à communication

“Vitalité du conte à l’aube du XXIe siècle : du pastiche à la parodie”

Date limite de remise des propositions :  15 avril 2010

Le conte est un « objet mouvant et insaisissable » : repris, traduit, adapté, transposé, sa forme et ses motifs imprègnent l’imaginaire collectif et influencent les créations personnelles. La fin du XXe siècle est l’époque du « renouveau du conte » voire de ses « métamorphoses » pour reprendre le titre de l’ouvrage dirigé par Jean Perrot[1]. Véritable creuset où l’imaginaire va puiser ses sources d’inspiration, le conte fournit des situations, des motifs, des formes structurelles qui ont traversé tous les genres et qui s’adaptent aux nouvelles formes du récit (album, fantasy, théâtre-album…). Enfin le conte possède une telle vitalité qu’il suffit d’un simple rapprochement au détour d’un commentaire pour qu’il devienne une clef de compréhension. Sa force symbolique lui permet de parler du monde contemporain à travers des situations archétypales. Ainsi les contes du XVIIe siècle s’inscrivaient dans l’idéologie du grand siècle que ce soit pour la critiquer ou la cautionner.

Dans ce nouveau numéro de Synergies France, nous aimerions réfléchir à l’utilisation du conte en ce début de XXIe siècle. Peut-on voir se dessiner une évolution des trames narratives, des personnages, qui traduirait une vision de l’homme et du monde propre à notre société contemporaine ?

Les pratiques hypertextuelles et les relations transtextuelles pourront être l’objet d’une étude dans le cadre de cette réflexion. Une analyse des différents procédés de transformation du conte pourra montrer, par exemple, en quoi les possibilités apportées par les nouveaux supports et les nouvelles formes renouvellent la perception du conte.

On pourra se demander comment ou en quoi une interprétation ou une transposition modernisantes participent à l’enrichissement ou à l’appauvrissement de la trame narrative, des actants, des motifs… On pourra également réfléchir à l’utilisation des personnages, des lieux ou des objets emblématiques en s’interrogeant sur leur permanence et leur évolution dans la littérature contemporaine (l’ogre, le dragon, la forêt, l’épée..).

On pourra s’interroger sur le rôle et la fonction des références au conte traditionnel en examinant comment ils participent à la poétique de l’oeuvre. En quoi les citations, les allusions ou la réutilisation de la trame ou des personnages entrent-ils dans les procédés d’écriture ? Donnent-ils lieu à des pratiques de condensation, d’amplification, multiplient-ils les effets de sens, introduisent-ils des jeux de connivence, des effets de contrepoint, de nouvelle motivation… ? L’utilisation du conte répond-elle à des préoccupations idéologiques, morales ? Traduit-elle les hantises des personnages ou d’un auteur ?

On pourra encore étudier la manière dont le conte contemporain revisite et métamorphose les genres du récit : notre époque est-elle propice à un recul du merveilleux au profit d’autres genres comme le fantastique ou la fantasy ?

Peut-on voir une influence de la psychanalyse et des théories sur le symbolisme du conte dans la manière dont il vit dans les oeuvres d’aujourd’hui ? Comment articule-t-il réel, pulsions, rationalisme et imaginaire dans notre société marquée par les traumatismes du siècle écoulé ?

On pourra s’interroger sur l’intégration et l’influence étrangère (pays de l’Est, pays asiatiques ou africains…) et en matière de références, supports, diffusions en direction de la nouvelle génération occidentale.

Cette réflexion s’appuiera sur les oeuvres contemporaines et s’intéressera au corpus de la littérature de jeunesse ainsi qu’aux oeuvres destinées aux adultes.

La proposition devra :

– s’attacher explicitement au genre du conte ;

– être située clairement selon une problématique (littéraire, narratologique, stylistique, linguistique, didactique, culturelle, historique…) ;

– s’inscrire dans l’époque contemporaine ;

– décrire le corpus d’étude ou à défaut situer l’étude.

Coordination du numéro :

– Myriam Tsimbidy (Université de Rouen) : tsimbidy_myriam@hotmail.fr

– Dominique Ulma (Université Claude Bernard Lyon): dominique.ulma@iufm.univ-lyon1.fr

Les articles seront prioritairement rédigés en langue française.

Consignes pour la rédaction ici.


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Boucle et répétition : musique, littérature, arts visuels

Le Centre Interdisciplinaire de Poétique Appliquée de l’université de Liège organise un colloque intitulé : « Boucle et répétition : musique, littérature, arts visuels ». La bande dessinée est nommément citée dans cet appel à communication et ce thème semble effectivement mobiliser nombre de références et de problématiques dans le cadre du Neuvième art (le fonctionnement du « strip », le statut du « gag », la forme du feuilleton, les expérimentations de l’OuBaPo…). Nous reproduisons ci-dessous l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 20 avril 2010.

Le cinquième colloque international du CIPA aura pour thème « Boucle et répétition : musique, littérature, arts visuels ». Il se tiendra à l’Université de Liège du 3 au 5 mars 2011.

Date limite d’envoi des propositions : 20 avril 2010

Comme le suggère le titre du colloque, il s’agit, dans une perspective transdisciplinaire, d’aborder la question de la boucle en tant que manifestation particulière du schème, plus général, de la répétition. Nous accueillerons avec le plus vif intérêt toute communication portant sur cette problématique telle qu’elle se décline dans les domaines respectifs de la littérature, de la musique et des arts visuels.

Parmi les objets envisageables, figurent entre autres :

– la boucle dans les expérimentations musicales des 20ème et 21ème siècles (de Varèse à Radiohead en passant par Pierre Henry, Karlheinz Stockhausen, Terry Riley, les Beatles, Can, Kraftwerk, le rap, Neu, les musiques électroniques) ;

– une approche de la boucle en tant que forme particulière de répétition (quand et sous quelles conditions perçoit-on une « boucle » dans une oeuvre musicale, des talea de Guillaume de Machaut aux algorithmes d’Autechre ?);

– les pratiques d’échantillonnage et de (re)mixage sous toutes leurs formes, y compris dans les champs de la littérature moderne et contemporaine (James Joyce, les littératures à contraintes, Guy Tournaye, etc.) ;

– les usages de la boucle en tant que forme qui « fait retour sur elle-même » chez les artistes contemporains (Gertrude Stein, Samuel Beckett, Bill Viola, Rodney Graham, Martin Arnold, David Lynch, Eugène Savitzkaya, parmi bien d’autres exemples d’écriture dite « répétitive ») ;

– la question de la boucle en tant que mode d’exposition et modalité de consommation dans le dispositif muséal (installations et art vidéo) ;

– les théoriciens de la boucle (Georges Bataille, Gilles Deleuze, etc.) ;

– les liens entretenus entre l’histoire de la boucle et les contraintes et avancées technologiques ;

– le palindrome (à titre d’exemple: Georges Perec, Peter Blegvad, Gustav Deutsch) ;

– la question de la boucle dans les dispositifs d’images antérieurs au cinématographe ;

– la question de la boucle dans la bande dessinée (et notamment dans le cadre des expérimentations visuelles de l’OUBAPO, Ouvroir de Bande Dessinée Potentielle).

Les propositions de communication (250 mots max.) doivent nous parvenir par courriel (mdelville@ulg.ac.be) avant le 20 avril 2010.

Responsables : Livio Belloï, Michel Delville et Christophe Pirenne

URL : http://www.fabula.org/actualites/article34707.php

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Hybrides, monstres et autres aliens dans la littérature des XXe-XXIe siècles

L’Institute of Germanic and Romance Studies, situé à Londres, organise les 9, 10 et 11 septembre prochain un colloque intitulé « Hybrides, monstres et autre aliens dans la littérature des XXe-XXIe siècles ». Ces créatures ne manquent pas dans l’histoire de la bande dessinée (pensons, entre autres, à Richard Corben et à son Cycle de Den, à Tardi avec la série des Adèle Blancsec ou encore à Bilal et La Foire aux immortels…). Contactée, la tonique Lucile Desblaches se déclare enchantée à l’idée de recevoir des propositions traitant du neuvième art et nous reproduisons ci dessous l’appel à communication.

Hybrides, monstres et autres aliens dans la littérature des XXe-XXIe siècles

Les deux dernières décennies ont vu s’accroître l’importance du rôle du non humain dans les études littéraires et culturelles. Les disciplines émergentes de l’écocritique et des études sur les animaux ont pour but de rediriger nos discours centrés sur l’humain vers une poétique de la diversité fondée sur une plus large prise de conscience des vies et des perspectives non humaines. Ces nouveaux champs critiques se sont essentiellement concentrés sur les rapports des humains et des animaux, sur la présence ou l’absence de valeurs écologiques dans les textes et sur le rôle de l’environnement à travers ses formes diverses d’expression créatrice.

Ce colloque propose d’évaluer l’importance des êtres hybrides et des monstres dans la littérature depuis le début du XXe siècle. Les images de destruction qui se perpétuent depuis la mythologie grecque sont-elles encore en vigueur ? Le motif darwinien d’une créature de survie prévaut-elle toujours dans la littérature contemporaine ? En quoi reflètent-elles nos attitudes contemporaines envers le non humain et l’inhumain ? Des « monstres prometteurs », ainsi que Donna Haraway les a nommés dans l’un de ses premiers ouvrages, sont-ils repérables dans les textes d’aujourd’hui?

Ce colloque sera essentiellement centré sur la littérature. Dans la perspective d’une arène littéraire élargie il prendra cependant en considération les propositions orientées sur les pratiques cinématographiques et sur les discours anthropologiques, scientifiques ou politiques. Les propositions de réflexion autour des littératures européennes pourront notamment aborder les thèmes suivants :

– chimères et mutants

– posthumains, cyborgs et autres créatures du futur

– biotechnologie et génétique en création littéraire

– l’influence des images du monstre

– dystopies et monstruosité

– le monstrueux et le grotesque

– monstrueux, sexuations, pratiques genrées

– l’humain vs le non humain

– définir et explorer l’hybridité

– frontières humaines/non humaines

– animalité et humanité

– irrationalité, aliens et monstres

– l’héritage des vampires et autres créatures imaginaires

– frontières des espèces

– la précarité des normes humaines/non humaines

– les espèces et l’évolution

– discours d’aliens

– monstres et genres littéraires.

Organisatrice: Lucile Desblache, Roehampton University. Participation du CNRS/Paris III (Anne Simon/Programme de recherche Animalittérature), du British Comparative Literature Association (BCLA) (Karen Seago) et de l’Institute for Germanic and Romance Studies (Université de Londres).

Site Internet : http://igrs.sas.ac.uk/index.php?id=373

Conférenciers invités : Dominique Lestel, Kate Soper

Les Presses de la Sorbonne Nouvelle pour les contributions en français, l’University of Edinburgh Press pour celles en anglais ont exprimé leur intérêt pour une publication des actes.

Veuillez envoyer votre proposition de communication ou de panel en anglais ou en français (300 mots environ) avant le 31 mars 2010 à :

Lucile Desblache, l.desblache@roehampton.ac.uk

ou par courrier postal

Roehampton University, School of Arts

Digby Stuart College
Roehampton Lane Londres SW15 5PU
Royaume Uni

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

L’image en question : entre souvenir et fiction

Le laboratoire Littérature, Savoir, Arts de l’université Paris Est Marne La Vallée organise une journée d’études destinée aux jeunes chercheurs le 11 juin 2010. Intitulée « L’image en question : entre souvenir et fiction », cet événement semble directement appeler des propositions étant en rapport avec la bande dessinée. Nous reproduisons ici l’appel à communication dont l’échéance est fixée au 15 mars 2010.

L’axe – Voir et Savoir – choisi par le plan quadriennal du LISA (Littératures Savoirs Arts-EA 4120), est celui des rapports entre l’oeil et l’esprit. En matière d’image, il implique de penser la représentation, de rechercher ce qui détermine sa nature et sa fonction, son pouvoir et son efficacité. L’image devient, ainsi, le lieu d’une interrogation sur l’acte même de voir et de connaître.

Pour éclairer cette question, l’approche que se propose de réaliser notre journée d’étude est celle qui étudie les rapports entre imagination et mémoire dans la production de l’image. Pour cela, on s’intéressera à sa source, à la manière dont elle se transforme en image ainsi qu’à sa transmission. Ce qui implique de considérer les médiums qui les rendent visibles physiquement, tout en prenant en compte les images mentales ou intérieures. En effet, comme l’a signalé Hans Belting (Pour une anthropologie des images), « les images du souvenir et de l’imagination naissent dans notre corps, comme dans un médium vivant ». L’image existe bien à travers la double histoire de sa production matérielle et mentale. Nous rejoindrons l’historien en disant que la question n’est pas le dualisme entre images extérieures et images intérieures, mais plutôt « l’interaction entre ce que nous voyons et ce que nous imaginons ou ce dont nous nous souvenons ». Le propos invite à considérer l’image du point de vue de l’utilisateur – celle qui se forme chez le spectateur – comme de celui de l’inventeur, afin d’explorer les spécificités de l’univers iconique.

L’image ne cesse d’être au coeur des débats, apparaissant tantôt comme la fidèle reproduction du réel, tantôt, au contraire, s’en éloignant totalement quand elle se présente comme une production de l’imagination. Au-delà de ce clivage, on peut se demander comment sont reliés réalité et imaginaire – ce vaste réservoir d’images mentales, d’imagination et de mémoire.

Si l’image mobilise une réalité vécue, si elle est construite sur le souvenir, est-elle un frein à l’imagination ? A-t-elle simplement une fonction de rappel de choses déjà vues ou est-elle un instrument d’évasion ? Si l’image est figuration de l’invisible dans le visible, devant quel monde nous place-t-elle ? Et, ce faisant, modifie-t-elle notre connaissance ? Si, comme l’a remarqué Wittgenstein dans ses Recherches Philosophiques, voir consiste à « voir comme », voir la chose comme un monde, on pourra tenter d’analyser comment est transcendé le réel.

La réflexion s’appliquant au domaine des arts visuels ou à tout autre domaine qui touche aux représentations du monde, cette journée d’étude a pour projet d’appréhender l’image sur un mode interdisciplinaire et ouvert.

Les propositions de communication (titre et résumé de 15 lignes environ accompagné d’une présentation de l’auteur) sont à retourner au comité scientifique pour le 15 mars 2010 à Martine Heredia, à l’adresse suivante : ma.heredia@voila.fr

Elles seront d’une durée de 20 minutes. Les actes de cette journée seront publiés dans la revue électronique L’Age d’Or.

URL: http://www.fabula.org/actualites/article35409.php

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La guerre dessinée. Guerres et totalitarisme dans la bande dessinée

Ci-dessous une annonce publiée sur Calenda par Benoît Mitaine (benoit [point] mitaine (at) unicaen [point] fr)

La guerre dessinée. Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée

Annonce

La bande dessinée, à l’instar des autres arts, s’imprègne en permanence des secousses qui bouleversent la marche du temps. En tant qu’événements majeurs de l’histoire des nations et des peuples, les guerres et les totalitarismes, deux phénomènes souvent liés par des relations de cause à effet, se trouvent naturellement présents dans l’univers bédéistique. Mais la bande dessinée ne fait pas que consigner les événements marquants telle une simple caisse d’enregistrement. Son histoire autant que son actualité toujours effervescente ne cessent de nous montrer combien ce médium est aussi souvent un art de l’engagement.

Outre la volonté de faire ressortir l’existence d’un patrimoine iconographique souvent méconnu, ce colloque international se propose de réfléchir sur toutes les formes de récits graphiques traitant de la guerre ou du totalitarisme et des conséquences qui s’ensuivent pour les sociétés. Sans jamais négliger la force graphique et esthétique de ce médium, les axes suivants seront mis à l’étude : témoignage, histoire et mémoire, idéologie et engagement, historicisation de la fiction et fictionnalisation de l’histoire, éthique et esthétique… Cette rencontre qui mêlera les imaginaires nationaux passés et présents à travers le regard croisé de plusieurs disciplines tentera de dégager les lignes de force théoriques de cette production plurielle et complexe.

Colloque International organisé par l’Equipe de Recherche sur les littératures, les Imaginaires et les Sociétés (ERLIS) de l’Université de Caen Basse-Normandie en association avec le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Programme

Mardi 08 juin

Matin : La guerre et la bande dessinée : toute une h/Histoire

  • Michel Porret : « L’imaginaire totalitaire dans la bande dessinée francophone après la seconde guerre mondiale »
  • Pierre Fresnault-Deruelle : « Milton Caniff, Male Call : « Miss Lace » ou La guerre en dentelles »
  • Philippe Marion : « Le vol du corbeau de Gibrat : l’Occupation et la guerre comme incitants graphiques et narratifs »

Après-midi : Mémoires de guerre : biographies et autobiographies

  • Yan Schubert : « Inimaginable, indicible, irreprésentable ? La bande dessinée face au génocide juif »
  • Jacques Samson : Discussion avec Emmanuel Guibert autour du Photographe (1ere partie)
  • Antonio Altarriba : « La guerre de mon père »
  • Paul Gravett : « Joe Sacco en Palestine : entre autobiographie et histoire »

Soirée :

Projection d’un documentaire de 28’ sur La Guerre d’Alan. Discussion avec Emmanuel Guibert autour de La Guerre d’Alan (2ème partie)

Mercredi 09 juin

Matin : La guerre dessinée : fabrique et miroir des imaginaires nationaux

  • Vincent Marie : « La fabrique d’un imaginaire de la Grande Guerre en bande dessinée : le cas de Jacques Tardi »
  • Michael Hein : « La tradition allemande des “Kriegsbilderbögen” (1871-1945) »
  • Danielle Corrado : « Le passeur de mémoire: Carlos Giménez et la guerre civile espagnole »
  • Renée Dickason : « La Seconde Guerre Mondiale dans la bande dessinée de langue anglaise »

Après-midi : La guerre idéologique : entre patrie et parti

  • Philippe Videlier : « Zone libre : la bande dessinée à Lyon »
  • Lucia Miranda Morla : « Les romans graphiques de Miguel Rocha : Lisbonne en deuil »
  • Mariella Colin : « La guerre d’Espagne vue par la bande dessinée italienne pendant le fascisme »
  • Antonio Martín : « Les dessinateurs de Franco. Humour graphique et bande dessinée pour une après-guerre »

Soirée :

Conférence de Benoît Peeters : « Naguère Tintin »

Jeudi 10 juin

Matin : regards croisés par et dans la bande

  • Guy Abel : « Los guerrilleros, ou la guerre des irréductibles espagnols contre Napoléon l’envahisseur. Un avatar d’Astérix ? »
  • Manuel Meune : « Guerre froide et guerre des langues : Tintin au pays de la traduction »
  • Benoît Mitaine : « El Cubri s’en va en guerre. Au sujet de El que parte y reparte se queda con la mejor parte »
  • Viviane Alary : « Soy mi sueño, l’aventure d’un récit graphique sur la guerre »

Contact

  • Benoît Mitaine
    courriel : benoit [point] mitaine (at) unicaen [point] fr
  • Viviane Alary
    courriel : Viviane [point] ALARY (at) univ-bpclermont [point] fr

Le « méchant » : un personnage problématique

L’IUFM de Basse-Normandie organise en mai prochain une journée d’étude autour du thème du « Méchant ». Cet événement est consacré à la littérature de jeunesse, mais la bande dessinée est, selon les organisateurs, la bienvenue. Voici donc une occasion d’explorer le « Neuvième art » à travers ce thème on ne peut plus riche.

LE « MÉCHANT », UN PERSONNAGE PROBLÉMATIQUE

Entre identification et distanciation, le jeu de l’exemplarité dans la littérature de jeunesse

Journée scientifique organisée par l’IUFM de Haute-Normandie le 19 mai 2010

Responsables : Myriam Tsimbidy (IUFM de Haute-Normandie) et Aurélie Rezzouk (IUFM de Haute-Normandie)

Traditionnellement, on considère que le « méchant » correspond au faire valoir du héros. L’opposition entre ces deux personnages crée une véritable dynamique narrative qui engendre le suspense et la curiosité. Toutefois, le lecteur choisit son camp et espère que le combat s’achève par le triomphe de « vraies valeurs ». « Le repérage des valeurs est en effet un des moteurs essentiels de l’investissement du sujet : les enfants ont besoin de savoir qui sont les bons et les ‘méchants’. » écrit Vincent Jouve[i].

Le « méchant » est censé respecter une ligne de conduite en rapport avec les principes, les normes sociales et les lois. Mais que se passe-t-il lorsque le texte modifie ou brouille le système de repérage ? Les représentations initiales sont alors bouleversées.

Le lecteur est amené à prendre une certaine distance avec ce qu’il avait pu considérer comme un modèle ou un contre-modèle. Derrière le masque du « méchant » se cacherait-il un héros incarnant des valeurs positives ? Un personnage ressenti comme inoffensif et rassurant, pourrait-il se révéler dangereux, déloyal et malfaisant ?

Nous proposons dans le cadre de cette journée de réfléchir sur le « méchant » en tant que personnage problématique :

– Le « méchant » : une catégorisation ambiguë

En fonction de quels critères se définit-il ? Existe-t-il un consensus autour de ce personnage ? En quoi cette étiquette véhicule-t-elle ou non un système de représentations esthétique, idéologique, éthique ? Cette catégorisation dépend-elle du point de vue du narrateur, d’autres personnages ou du lecteur ?

– Le « méchant » et la construction narrative

Le « méchant » en qualité de héros du récit est-il un moyen de bousculer les a priori, de construire une autre perception du monde, ou encore une anodine inversion ? Le découvrir suffirait-il à restituer la pertinence du système ? Serait-ce tout simplement une manière de le rendre inoffensif (cf. les parodies) ?

A quels signaux textuels reconnaissons-nous le « méchant » : ses caractéristiques physiques, vestimentaires, son rapport au langage, son rapport aux autres… ? Par quelles adresses au narrataire, par quels effets d’ironie l’auteur insère-t-il un jugement axiologique ?

Par quels procédés littéraires (brouillage axiologique, ambiguïté de la source énonciative, réticence voire silence du narrateur) la fiction déstabilise-t-elle nos représentations du « méchant » ?

En quoi le choix du mode de narration (focalisation, discours rapporté, monologue intérieur) influe-t-il sur la distanciation ou l’identification du lecteur avec ce personnage jouant le contre-modèle ?

– Le « méchant » dans l’histoire littéraire

Pouvons-nous repérer des étapes historiques, des oeuvres-clef dans la construction de ce portrait du « méchant » sur le plan esthétique, idéologique, éthique ?

– Le « méchant » et l’exemplarité

Le « méchant » est-il uniquement un contre-modèle, un biais pour proposer une exemplarité en creux ou un moyen de rencontrer, de découvrir « l’autre » en soi ?

En quoi la représentation du méchant lève-t-elle le voile sur les ressorts de la violence, du racisme et de la haine ? Révèle-t-elle l’origine d’un système de pensée ignoble qui peut, comme le montrent Marie-Claire et Serge Martin, « nous traverser à notre insu »[ii] ?

Les pistes présentées sont loin d’être exhaustives. D’autres axes d’étude restent envisageables.

Les propositions de communication d’une page maximum sont à envoyer à myriam.tsimbidy-rochu@univ-rouen.fr et à aurelie.rezzouk@univ-rouen.fr avant le 1 mars 2010.

[i] Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p.10.

[ii] Marie-Claire et Serge Martin décrivent ainsi la force du « corps-langage » à propos de Fais moi peur de Malika Ferdjoukh (Quelle littérature pour la jeunesse ? » « 50 questions », Klincksieck, 2008).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Imaginaire des anges et des superhéros dans la bande dessinée

Vient de paraître une livraison de la revue Robinson constituant le catalogue de l’exposition qui se tient à la Cité Internationale de La Bande Dessinée et de l’image jusqu’au 30 mai 2010 : « Anges et superhéros dans la bande dessinée ». Cette publication semble adopter un axe fort intéressant (s’inscrire dans une histoire de l’art en se plaçant sous l’égide de l’archange Saint Michel).

Quels liens entre anges et superhéros dans les mangas, les comics, la fantasy ? Figures du désir, ils fascinent par leur dualité au point que leur essor dans la bande dessinée d’auteurs en Europe, en Asie comme aux États-Unis enrichit leurs natures, fonctions et représentations.
Comment incarner l’ange ? De l’angélisme à l’ange déchu, de l’ange-robot à l’ange érotique, cet ouvrage interroge les complexités de ces personnages en analysant aussi bien le combat entre Superman, « l’ange de Métropolis », et Batman, les Anges de l’histoire ou du rêve, le superhéros français Fantax et bien d’autres dans le registre de la poésie ou de la parodie critique.
À travers une centaine de bandes dessinées étudiées, de façon pédagogique, dans ce catalogue, le lecteur prendra connaissance de l’origine des anges et des superhéros, avant d’explorer les multiples avatars, transfigurations, métamorphoses d’anges masculins ou féminins, de superhéros puissants mais aussi vulnérables et troublés.
Sous l’orbe de l’archange saint Michel, la monstruosité semble tout à fait autre, extérieure, sous la forme du dragon. Et pourtant désigné dans les codes spécifiques de la bande dessinée contemporaine, cet autre nous est-il si étranger ?

Le sommaire est disponible sur le site de l’université d’Artois.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial

Tintin au Congo
Hergé : Les Aventures de Tintin reporter du Petit Vingtième au Congo, Ed. Petit VIngtième, 1931

Les polémiques que déclenche régulièrement l’album Tintin au Congo le montrent : le rapport entre la bande dessinée franco-belge et la représentation des colonies soulève bien des passions. Dès les débuts de la recherche universitaire sur la bande dessinée, des articles et des ouvrages se sont penchés sur la question (comme par exemple le livre de Charles-Olivier Carbonell, Le Message politique et social de la bande dessinée, paru en 1976, qui compile des mémoires d’étudiants de sciences politiques). Plus récemment, la thèse de Christian Jannone se penchait elle aussi sur ce sujet.

Philippe Delisle revient sur cet « imaginaire colonial » en bande dessinée, s’inscrivant dans la lignée des travaux effectués par Nicolas Bancel Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire. Comme le remarque Philippe Delisle dans sa conclusion, la bande dessinée a ceci de particulier que, contrairement aux autres composantes de la culture coloniale, elle est encore largement lue et diffusée. Cet accent mis sur la diffusion et la mémoire explique vraisemblablement la constitution du corpus, qui repose exclusivement sur les récits publiés en albums.

On peut regretter ici l’absence d’explicitation nette des critères de constitution du corpus : l’auteur assume certes son refus de l’exhaustivité, disant préférer choisir « un nombre suffisant de récits importants et bien diffusés »… Mais on aimerait savoir selon quels critères ils sont sélectionnés ! Sont en effet mêlés publications contemporaines et publications postérieures (les récits publiés par Michel Deligne par exemple) – soit des albums de statuts et d’impacts fort différents. De même, la période des années 1980 mêle des artistes et des styles très différents, de Jimmy Tousseul à Coeurs d’acier. On ne peut donc que regretter que (par manque de place ?) l’auteur n’explicite pas davantage les critères de constitution de son corpus.

jimmytousseul01
Deshorger, Desberg : Jimmy Tousseul, Le Serpent d'ébène, Dupuis, 1989

C’est donc sur la période 1930-1960 que Philippe Delisle est le plus convaincant. Il analyse, dans les albums de son corpus, les ressorts de l’imaginaire colonial : inventaire des espaces coloniaux, stéréotypes dans la représentation des indigène, la colonisation comme progrès (à travers la figure du missionnaire notamment). En elles-mêmes, les figures convoquées dans cette culture coloniale en bande dessinée ne sont pas bien originales, même si Philippe Delisle constate une place moindre accordée au colon et, à l’inverse, une place éminente accordée au missionnaire.

L’auteur constate d’ailleurs que cet « imaginaire colonial » est en fait à relativiser : l’ailleurs vaut surtout comme espace d’évasion et d’exotisme ; dans l’après-guerre, rares sont les récits de propagande coloniale simple. Les « indigènes » sont certes vus à travers des figures très stéréotypées (l’Asiatique fourbe et cruel, l’Arabe porté à la rapine, le Noir peureux et superstitieux…), mais la bande dessinée ne présente pas, de ce point de vue, d’originalité sur les autres vecteurs de la culture coloniale, dont elle reproduit les poncifs. Philippe Delisle écrit ainsi à propos de ces auteurs :

dans la plupart des cas, les auteurs semblent vouloir avant tout raconter des histoires distrayantes ou édifiantes. Ils envoient leurs héros au Congo, au Maghreb français ou dns l’Inde britannique, comme ils les envoient aussi aux Etats-Unis ou au Mexique, par souci de dépaysement. De même, ils paraissent employer les stéréotypes coloniaux comme des codes isolés, aisément compris par la société dans laquelle ils évoluent, mais sans chercher à élaborer un discours charpenté sur la question.

Le fait le plus marquant dans cette production, c’est, in fine, sa grande stabilité, l’absence d’évolutions marquantes :

On est frappé par le caractère peu évolutif et assez homogène du discours, qui renvoie certainement à la stabilité des préjugés coloniaux. On retrouve par exemple sensiblement les mêmes bandits américains et les mêmes « hommes-léopards » dans « Tintin au Congo », qui paraît dans les pages du Petit Vingtième en 1930, et dans le troisième épisode de Tiger Joë, de facture bien plus « réaliste », et publié vingt-deux ans plus tard dans La Libre junior. Le parcours personnel des auteurs semble loin de jouer un rôle toujours déterminant. Certes, […] le fait que Dineur ait vécu en Afrique donne un ton un peu différent à Tif et Tondu au Congo belge : les indications géographiques précises y sont plus nombreuses, et la figure du colon blanc y apparaît plus nettement. Mais il ne s’agit là que de nuances

Ce qui est plus original et, à mon sens, plus intéressant dans le livre de Philippe Delisle, c’est que cet angle de la culture coloniale est un moyen de réinterroger l’identité « franco-belge » de la bande dessinée. La France et la Belgique sont deux pays aux histoires coloniales très différentes, mais au marché unique en terme de bande dessinée : la structuration du marché de la bande dessinée dans l’après-guerre tend à effacer les spécificités de la bande dessinée wallonne. Pour mieux conquérir le marché français, les références trop appuyées à la « belgitude » sont donc effacées, et des auteurs éminemment bruxellois tels qu’E.P. Jacobs ou André Franquin en viennent à ancrer leurs récits dans un contexte plus ou moins explicitement français. Comment s’articule cette bande dessinée « franco-belge » en construction, et cet imaginaire colonial ? C’est là la partie la plus stimulante de l’ouvrage de Philippe Delisle, qui tente de démêler ce qu’il y a de spécifiquement belge à cet imaginaire colonial : places respectives du Congo et du Maghreb, place importante des missions dans les dispositifs narratifs…

bd-franco-belge

Le coeur du livre s’arrête sur les années 1960, et seul un éclairage rapide est donné aux années 1980. Dommage, à mon sens, qu’il n’ait pas été donné plus de place aux années 1960-1970, au moment où les indépendances se consolident, où les cultures coloniales se recomposent, au moment même où la bande dessinée franco-belge est traversée de nombreux débats esthétiques et politiques. Un ouvrage stimulant donc, mais plutôt destiné aux étudiants qu’aux chercheurs, car il n’apporte, sur le fond, pas de réelle nouveauté. Par ailleurs, si la réception constitue toujours le « trou noir » de l’histoire culturelle, il est toujours regrettable de l’expédier en fin de conclusion.

L’ouvrage est paru en 2008 chez Karthala. Une autre recension de l’ouvrage est disponible sur le site d’Africultures.

Par ailleurs, Philippe Delisle vient de publier un autre ouvrage, toujours chez Karthala : Spirou, Tintin et Cie, une littérature catholique ? Années 1930 / Années 1980, toujours chez Karthala (sortie en janvier 2010). J’y reviendrai.

Spirou-Tintin-et-cieEn attendant, je reproduis ici la 4e de couv :

On oublie fréquemment que la bande dessinée belge d’expression française, terreau de l’école dite «franco-belge », s’est épanouie dans un environnement chrétien. Les deux « pères fondateurs », Hergé et Jijé, ont publié leurs premières séries avec des bulles dans des journaux catholiques. Certes, les deux périodiques spécialisés qui, après 1945, s’imposent sur le marché belge, puis conquièrent le public hexagonal, à savoir Spirou et Tintin, ne sont pas des supports confessionnels. Mais ils sont nés dans des milieux catholiques, et se sont appuyés, au moins à l’origine, sur des réseaux de diffusion chrétiens.

La production franco-belge de « l’âge d’or », c’est-à-dire celle des années 1930-1950, est donc imprégnée, à des degrés divers, de références catholiques. C’est l’époque des grandes biographies « chrétiennes », comme le Don Bosco de Jijé. Nombre de fictions font par ailleurs intervenir des figures catholiques : pieux chevalier, scout débrouillard, ou encore missionnaire conquérant. Qu’on songe au Chevalier blanc, à la Patrouille des Castors, à Tintin au Congo ! A travers la bande dessinée franco-belge « classique », perce finalement tout un imaginaire catholique », imaginaire qui reste pour l’essentiel en phase avec un discours ecclésiastique de reconquête.

Les années 1960-1970 sont marquées par un mouvement de « laïcisation » de la bande dessinée franco-belge, avec l’affirmation du journal français Pilote. Mais cette rupture ne doit pas dissimuler certaines permanences. Scouts et pieux chevaliers continuent à s’illustrer dans les pages de Spirou et de Tintin. Les figures chrétiennes de « l’âge d’or » seront d’ailleurs de nouveau convoquées au cours des années 1980, sous le mode parodique, par des dessinateurs comme Chaland…

Agrégé et docteur en histoire, Philippe Delisle est maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Jean Moulin de Lyon et membre du Laboratoire de Recherche historique Rhône-Alpes. Spécialiste d’histoire religieuse et coloniale, il a déjà publié plusieurs études sur la bande dessinée franco-belge.

Référence bibliographique :

Philippe Delisle, Bande dessinée franco-belge et imaginaire colonial. Des années 1930 aux années 1980, Karthala, collection « Hommes Et Sociétés », 2008.

ISBN : 2811100830