Call for Papers: International Bande Dessinée Society

Ci-dessous l’appel à communications de la prochaine conférence de l’International Bande Dessinée Society :

International Bande Dessinée Society

Seventh Bi-Annual Conference
Friday 8 and Saturday 9 July 2011Manchester Metropolitan UniversityManchester, England

Call for Papers : Time and Space

We welcome proposals on all aspects of time and space in bande dessinée, including narrative and thematic levels.

Bande dessinée is a spatial medium which has the resources to manage both narrative time and narrative space in multiple ways. The indeterminacy of the interframe space allows for complex relationships between the chronology of the narration and the chronology of events within the diegesis: it may be used to distend or accelerate the narration, and to manipulate order through analepsis and prolepsis, rarely signalled as overtly as in film. Different temporalities may also co-exist within a single panel, as the capacity of the medium to blur boundaries between inner and outer worlds makes it possible for remembered or half-repressed material to break through into the daily reality of a protagonist. The representation of space is similarly complex, as the spatial transitions within the diegesis are overlaid by the non-linear spatial patterning of the page, and the book, as a whole.

Time and space have long been key themes of the medium: in the classic period of Franco-Belgian production, history, science fiction and adventure were major genres, and in more recent work by artists associated with alternative publishing houses, the intertwining of the personal and national past has emerged as a key area of interest, along with revisionist histories, often of the colonial period. Adventure has tended to give way to reportage, and to the exploration of the spaces of modernity, and postmodernity, including non-lieux, heterotopias and marginal spaces associated with exclusion.

The signifying practices of the medium in relation to time and space have been theorised by scholars including Fresnault-Deruelle (linear and tabular dimensions of the medium), Benoît Peeters (the notion of the périchamp, and the typology of mise en page), Thierry Groensteen (codes of arthrology, regulating the articulation of panels), Jan Baetens and Pascal Lefèvre (spatial integration of text into the image) and Scott McCloud (typology of transitions). The ambition and experimentation of bande dessinée that has been produced by contemporary artists has encouraged scholars to employ frameworks of analysis drawn from a variety of disciplines, including postcolonial theory and cultural geography. Current academic work on bande dessinée is building on this theoretical base and extending it: we intend that the conference should provide a forum for significant advances, and in particular to create synergy between narrative and thematic approaches to time and space.

Please send papers to either

Dr Matthew Screech, Manchester Metropolitan University m.screech@mmu.ac.uk

Or

Dr Ann Miller, University of Leicester am84@leicester.ac.uk

Deadline:  November 30 2010

« La bande dessinée : art reconnu, média méconnu »

La revue Hermes vient de consacrer son 54e numéro à la bande dessinée à travers un ouvrage intitulé : « La bande dessinée : art reconnu, média reconnu ». Celui-ci est présenté comme suit par Éric Dacheux, son coordinateur.

 

La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Un art reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas… Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur. Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus.

 

Nous proposons ci-dessous deux documents (la sommaire et l’introduction de cet ouvrage qu’Éric Dacheux a bien voulu nous faire parvenir) et cette publication fera certainement l’objet d’une prochaine recension car certains de ces partis-pris (dépasser « le clivage BD d’auteur BD grand public », « Refus d’un discours savant pour public spécialisé »…) semblent ouvrir un véritable espace de discussion.

InroductionHermes54

SommaireHermes54

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La BD, des carnets : quelle idée ?

« Les carnets de la bande dessinée » sont nés d’un constat : alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

On note essentiellement, au cours des dernières années, quelques trop rares activités scientifiques : deux colloques (« Le manga à la rencontre de l’occident », organisé en en 2006 par le Centre d’Étude de l’Écriture et de l’Image de Paris 7, et « BD et solidarité », organisé en 2008 à l’université Jean Monet de Saint-Étienne), et un numéro de la revue « Hermes » (« La bande dessinée : art reconnu, média inconnu »). D’autres pays d’Europe semblent connaître une situation tout à fait comparable, notamment en Belgique où de jeunes chercheurs se sont fédérés au sein d’un groupe ACME partant « de la conviction que la recherche universitaire doit faire entendre sa voix dans les discours sur la bande dessinée ».

Cette situation de dérilection scientifique signifie-t-elle qu’en bande dessinée il n’y aurait rien à chercher et à trouver ? Ces « carnets » entendent plutôt faire valoir une autre hypothèse : le manque de points scientifiques de ralliement contraint les chercheurs à opérer de façon dispersée et rend problématique la perception de la bande dessinée comme un objet de recherche constitué. D’où la volonté d’ouvrir cet espace numérique ouvert aux enseignants, institutionnels (bibliothécaires, musées…) et acteurs du secteur (auteurs, éditeurs…), c’est-à-dire à tous ceux qui sont susceptibles de favoriser un travail scientifique ayant trait au « 9e art ».

« Les carnets de la bande dessinée » entendent ainsi exister à côté de dispositifs éditoriaux comme Neuvième art ou Du9. Ils se fixent pour objectif de collecter une information scientifique permettant un travail de veille et étant susceptible de déboucher sur des collaborations, et s’organisent ainsi autour d’un certain nombre de catégories.

  • « Informations » regroupe les annonces de publications et de colloques ayant trait à la recherche sur la bande dessinée.
  • «Appels à communication » regroupes les demandes de textes et d’articles ayant trait au neuvième art.
  • « Recensions » rend publiques des informations et analyses de travaux de tous types susceptibles d’appuyer l’effort de recherche sur la bande dessinée.
  • « Coopérations » héberge des présentations d’axes et projets de recherche susceptibles de fédérer des chercheurs et de devenir structurants (ils feront alors l’objet d’une sous-catégorie dédiée).
  • « Intuitions » présente des pistes susceptibles de donner matière à des travaux de recherche et, pourquoi pas, de faire par la suite l’objet de « recensions », d’ « informations » ou de « coopérations ».

Les contributions de tous bords et toutes formes (simples « brèves », annonce d’événements ou publications plus longues) sont ainsi les bienvenues : n’hésitez pas à nous contacter !

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts