Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée 2


Bande dessinée et narration de Thierry Groensteen, publié en 2011 chez PUF, fait suite au Système de la bande dessinée du même auteur, paru en 1999 (et rebaptisé pour l’occasion Système 1). Il souligne la volonté de l’essayiste de poursuivre les réflexions qu’il avait développées alors au sujet des « fondements du langage de la bande dessinée » (p.1). Ce second volume se centre sur des questions d’ordre narratologique, déclinées en plusieurs chapitres qui suivent chacun un objet d’étude précis, tel, par exemple, la séquentialité (Chapitre 2), la mise en page (Chapitre 3), ou encore la notion de narrateur (Chapitre 5). L’ouvrage s’avère en cela très riche : tout d’abord par la manière dont il s’inscrit dans la continuité de Système 1 tout en développant de nouvelles théories, puis par les spécificités du corpus sur lequel il s’appuie.

La place de Bande dessinée et narration dans la théorie sur la bande dessinée

Système 2 part d’un premier constat, celui de la décennie qui s’est déroulée depuis la parution du premier tome et, par là, du parcours réalisé depuis, tant par la théorie de la bande dessinée que par la création. L’introduction de l’ouvrage consiste de fait en un état des lieux de la recherche à travers notamment les travaux de Thierry Smolderen, Jean-Christophe Menu, et Harry Morgan. L’auteur présente en parallèle les grands axes de recherche développés au cours de cette dernière décennie, comme le « rapport de la bande dessinée à l’Histoire et à la représentation de la société » (p.2) ou « les relations […] entre la bande dessinée et la littérature, le théâtre, le cinéma et la photographie. » (p.2) Ce rapide aperçu lui permet alors de justifier la démarche gouvernant son propre livre :

Alors que toutes ces formes d’investigation connaissent un certain essor, il me semble que la théorie sémiotique (au sens large), qui représente en quelque sorte pour la bande dessinée la recherche fondamentale, celle qui, analysant ses mécanismes constitutifs, ouvre sur une compréhension plus fine du média lui-même et de ses potentialités, […] a relativement peu progressé. (p.3)

C’est donc en toute logique que l’on retrouve l’angle d’approche qui avait déjà cours pour Système 1 : inspiré de la sémiotique, celui-ci relève de l’arthrologie, science de l’articulation, qui permet à l’auteur de s’appuyer sur son principe fondateur de « solidarité iconique » pour désigner les mécanismes spécifiques à la bande dessinée. De fait, Groensteen a recours aux notions qu’il avait alors élaborées, telles par exemple le dispositif spatio-topique (« l’espace tel que la bande dessinée se l’approprie et l’aménage.[1] ») ou le « multicadre » (défini comme « la réduction des images à leur cadre, c’est-à-dire à leur contour, et, spécialement, au trait qui le délimite.[2] »).

L’introduction de cet essai est à elle seule très intéressante en ce qu’elle permet à Groensteen d’exposer très clairement les gains de sa démarche au sein d’un ensemble théorique de plus en plus important. Elle reflète la cohérence et la solidité de son discours que l’on retrouve également dans le sommaire très détaillé de l’ouvrage, ainsi que dans les renvois très précis, dans le corps du texte, à d’autres passages ou livres.

La question du corpus : considérer la bande dessinée depuis ses frontières

Mais c’est également dans la manière dont il se démarque de Système 1 que ce nouvel essai trouve l’un de ses plus grands intérêts. En effet, sa particularité est de se fonder sur un corpus spécifique, alimenté essentiellement par des bandes dessinées contemporaines issues aussi bien de la création franco-belge, qu’américaine ou japonaise : « Narration et bande dessinée se veut beaucoup plus en prise avec les évolutions récentes du média [que Système 1]. […] Il cherche à mettre la théorie le plus possible en phase avec les évolutions modernes de la bande dessinée sur le plan esthétique. » (pp.3-4) L’index des auteurs mentionnés est en cela très révélateur puisque des artistes « classiques », tels Hergé ou McCay, y côtoient des créateurs plus récents comme Chris Ware, Joe Matt ou Marc-Antoine Mathieu. La démarche, ainsi exposée, met alors en évidence la manière dont l’essayiste puise dans la création contemporaine pour développer une nouvelle poétique de la bande dessinée.

Partant, ce corpus permet d’interroger les spécificités de la bande dessinée contemporaine, spécificités dont le caractère novateur élargit le champ définitionnel de la bande dessinée établi dans Système 1. Groensteen relève ainsi dans la production contemporaine plusieurs formes frontalières à partir desquelles il va fonder ses nouvelles théories, telles le genre autobiographique ou la bande dessinée abstraite. La conception de cette dernière, notamment, exemplifie la démarche générale de l’auteur, puisqu’« elle oblige à reproblématiser la définition même de la bande dessinée » (p.9). Son étude se consacre à deux paradigmes : une bande dessinée composée de dessins non figuratifs et une autre aux représentations explicites, mais dont la relation entre les cases n’est pas forcément fondée sur la cohérence, sollicitant davantage le lecteur pour en retirer du sens. En cela, la bande dessinée abstraite est proche d’une autre forme que Groensteen relève par la suite, la bande dessinée poétique, dont « les images sont « liées par un système de correspondances iconiques, plastiques, ou sémantiques », qui ne sont pas directement de l’ordre de la causalité, pas gouvernées par la logique de l’action ou la tyrannie de l’intrigue. » (p.33) Autant d’œuvres qui permettent de démontrer comment la bande dessinée peut produire du sens même quand elle n’est pas soumise à un régime narratif explicite.

En plus de s’intéresser à la bande dessinée dans ses formes expérimentales, l’auteur se penche également sur des supports qui lui sont proches, tels l’album pour enfant et la bande dessinée numérique, de manière à la « réinterroger […] depuis ses marges ou ses frontières. » (p.53) Ainsi, par exemple, aux « configurations plus libres » de l’album pour enfant (p.57) répond le système normé de la bande dessinée. A travers l’exemple d’Anne Herbauts, à la fois auteur de livres pour la jeunesse et de bandes dessinées poétiques, Groensteen examine les mouvements parallèles de ces deux supports, ainsi que leurs interactions possibles, par l’introduction du jeu dans le dispositif spatio-topique, « quelque peu mécanique et normatif », de la bande dessinée (p.59). Concernant la bande dessinée numérique, Groensteen discute notamment les notions d’immersion et d’interactivité qu’on a tendance à lui prêter (lui sont-elles vraiment spécifiques ?) et annonce par là l’effet d’une nouvelle culture qu’elle semble potentiellement représenter.

C’est donc à partir de ce vaste corpus que l’auteur réenvisage sa conception de la bande dessinée, en fonction des formes que celle-ci peut prendre désormais et qui invitent à enrichir les dispositifs dégagés jusque-là par la théorie.

La narration en bande dessinée

L’approche de Groensteen est d’autant plus singulière que c’est par le recours à la bande dessinée dans ce qu’elle a de plus expérimental qu’il met à jour les théories développées jusque-là sur la narration en bande dessiné. Et de fait, celle-ci est mise en avant dès le titre de l’ouvrage et est sans cesse interrogée par la suite dans ses multiples aspects, lui conférant le rôle de fil conducteur. Les réflexions de Groensteen étant trop nombreuses pour être toutes nommées, on ne peut ici qu’en signaler certaines qui paraissent particulièrement riches en perspectives.

Par exemple, partant d’une description dans Système 1 de l’image de bande dessinée comme « énonçable » à convertir en énoncé, c’est-à-dire à relier à l’ensemble du dispositif dont elle fait partie, Groensteen en distingue trois nouveaux types  : « J’appellerai désormais ce qui est à voir le montré ; et je voudrais suggérer que la complexité (relative) du langage de la bande dessinée tient à ceci, que ce qui est à lire doit être pensé tantôt en terme d’advenu, tantôt en terme de signifié. » (p.36) Ainsi, l’advenu fait sens dans la nature elliptique de la bande dessinée, permettant de rattacher une vignette, le montré, à celles la précédant :

La notion d’advenu ne prend son sens que si le temps a passé. Nous sommes déportés vers la suite des événements, et il nous faut raccrocher cette suite à ce qui a été lu précédemment ; […] l’opération de lecture consiste à inférer, à partir de ce que nous voyons, quel(s) phénomène(s) est (sont) advenu(s). (p.37)

Le signifié répond à une même logique si ce n’est que ce qui est montré ne correspond pas à un nouveau moment chronologique de la narration, mais à un autre état ontologique, comme le rêve ou l’hallucination. Prenant l’exemple d’une planche de Jimmy Corrigan de Chris Ware, Groensteen souligne comment d’une vignette à l’autre, on peut passer d’un état réel à un état fantasmé. Le signifié reflète ainsi un lien entre les cases autre que temporel, davantage de l’ordre de l’évocation : « Le blanc qui sépare [les images] est ici le lieu, non d’une articulation temporelle et causale, mais d’une conversion idéelle. […] Le montré ne sert pas à montrer ce qui est advenu mais bien ce qui est signifié. » (p.39)

La distinction entre l’advenu et le signifié lui permet alors de s’attacher aux perturbations volontaires occasionnées par le passage de l’un à l’autre et sur lesquelles joue une partie de la bande dessinée contemporaine, davantage poétique que narrative : « Elle se reconnaît précisément à ceci que la catégorie de l’advenu ne permet plus de rendre compte de ce qui se passe. L’« acte délibéré » de la lecture passe alors par un travail d’interprétation sous la catégorie du signifié. » (p.40)

Au même titre, l’essayiste s’intéresse à la représentation du narrateur en bande dessinée, divisé selon lui en trois instances : le « narrateur fondamental », responsable de l’enchaînement des séquences, s’accompagne en effet d’un « monstrateur » sur le plan iconique et d’un « récitant » sur le plan textuel. Le choix du terme « monstrateur » se justifie en ce que la monstration « fait ressortir le fait que ce qui est vu résulte d’un montré et donc d’une décision d’ordre énonciatif. » (p.93) Le récitant, quant à lui, est responsable de la narration textuelle des cadres récitatifs. L’intérêt de ces trois instances est la manière dont elles dialoguent entre elles dans l’ensemble de la narration, chacune d’elles ayant une posture par rapport au récit, en retrait ou interventionniste, neutre ou impliqué, loyal ou trompeur (p.101). Leur distinction permet alors de relever dans leurs rapports des effets de concordance ou de dissonance. Groensteen en examine notamment les jeux ironiques pour le cas de récits à la première personne, à travers l’exemple de décalage « entre telle assertion verbale et telle image corrélée et cependant porteuse d’une autre évidence. » (p.116)

Si l’on s’est attaché à deux éléments spécifiques de l’ouvrage, d’autres ont également leur importance. On notera par exemple des études sur la bande dessinée autobiographique et sur les narrations à la première personne, prise en charge par ce que Groensteen appelle le « narrateur actorialisé » (p.106), ou encore sur un phénomène de plus en plus récurrent, la polygraphie, qui permet d’envisager « la bande dessiné comme patchwork de styles hétérogènes » (p.125), à l’image, par exemple, d’Asterios Polyp de Mazzuchelli.

Bande dessinée et narration : des angles d’approche complémentaires

Bande dessinée et narration est donc un ouvrage qui pourra servir à tous chercheurs sur la bande dessinée, d’autant plus que la plupart des planches sur lesquelles il s’appuie y sont reproduites. Si les chapitres sont relativement autonomes, une lecture de l’ensemble fait mieux voir les spécificités de la narration en bande dessinée, de la production traditionnelle à ses formes plus marginales.

L’étude de la narration reflète de plus la complémentarité des différents angles d’approche adoptés dans l’ouvrage, principalement la narratologie et l’étude culturelle. Ainsi, le dernier chapitre se consacre à la critique d’expositions confrontant art contemporain et bande dessinée et à l’erreur de vouloir comparer « deux « mondes de l’art » différents » (p.194), alors que chacun a une vocation propre. En effet, l’une des spécificités de la bande dessinée est le récit qu’elle porte en elle. Or, la mettre en rapport avec l’art contemporain, en faisant primer une image sur sa séquence, reviendrait à nier cette caractéristique. De fait, la question de la narration se retrouve même lorsque la bande dessinée est abordée sous un angle culturel, servant de point d’appui pour contrer une tendance de plus en plus accrue à faire de ce média un genre de l’art contemporain : « […] Dans la bande dessinée, le dessin ne se déploie pas souverainement et n’y poursuit pas ses propres fins, puisqu’il est inféodé à un dessein supérieur, assujetti à un projet narratif, à une forme ou une autre de récit. » (p.192)

Cet ouvrage permet donc de montrer en quoi, au-delà des discours que l’on peut développer à son sujet, la narration en bande dessinée est primordiale. Elle permet de souligner non seulement les spécificités de ce support, mais aussi la complémentarité des différents champs d’investigation, narratologique ou culturelle, lorsqu’ils examinent son cas.

 

Référence

Thierry Groensteen, Bande dessinée et narration. Système de la bande dessinée 2. Paris : PUF, coll. « Formes sémiotiques », 2011. ISBN 9782130584872.

 


[1] In Système de la bande dessiné [Système I], 1999, PUF, p.27

[2] Ibid, p.31

Les discours sur la bande dessinée

Les Carnets de la bande dessinée entendent désormais prolonger les articles publiés par Comicalités : ces billets ont vocation à susciter de nouveaux textes que nous serons enchantés de publier. Revue et blog scientifique fonctionnent ainsi de concert afin de créer un espace de réflexion qui sera, nous l’espérons fructueux.

 Une revue comme Comicalités produit exclusivement un certain genre de texte (et n’entend nullement se diversifier) : longs (entre 20000 et 80000 signes espaces compris), certifiés (car évalués par au moins trois experts qui garantissent la fiabilité des informations ainsi que l’actualité et la pertinence des axes de réflexion) et diffusés au sein des réseaux de recherche (car obéissant aux réquisits intellectuels et techniques d’une publication scientifique tout en proposant un libre accès sur Internet). Les écrits que nous diffusons sont donc pleinement intégrés à une communauté (scientifique) et adoubés par l’université : mais une telle revue peut-elle pour autant faire l’économie d’une réflexion sur sa singularité vis-à-vis d’autres publications, c’est-à-dire ne pas tenter de penser ce qui la distingue d’écrits par exemple diffusés sur des sites, des blogs et d’autres dispositifs aux formes et aux ambitions fort diverses ?

Ne pas se poser cette question me semble en effet fort dérangeant : cela supposerait de faire de « recherche » ou d’ « université » des mots presque magiques qui aurait le pouvoir d’éclipser (voire de contester la légitimité) d’autres types de discours. Et semblable position me semble des plus simpliste : comment croire qu’un mode de création (quel qu’il soit) puisse vivre, se développer et être explicité grâce à une seule forme de textes ? On peut penser à l’inverse que son inscription dans tous types de dispositifs de communication favorise un enracinement certain au sein de nos pratiques culturelles. Et il y a dès lors tout lieu de se féliciter du fait que la bande dessinée puisse être appréhendée sur le mode de la conversation dans le cadre de forums (comme Bulles D’air) ou qu’elle soit l’occasion d’une véritable expression (voire d’une évaluation dans la droite lignée de la critique littéraire) dans le cadre d’une revue en ligne comme du9.

Dirigeant Comicalités, je ne peux que me réjouir de cette pluralité de discours et plus encore du fait que notre revue tente de la penser. Depuis sa création, y ont en effet été publiés 4 articles qui évoquent directement certains de ces dispositifs : j’y vois comme le symbole d’une ouverture, et surtout la prometteuse exploration d’un champ de recherche qui me semble à l’heure actuelle peu exploité. La chose est évidente lorsque l’on lit, par exemple, les articles de Julien Baudry (« Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID ») et d’Harry Morgan (« Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ? ») qui sont parus en octobre. Tous deux posent en effet un problème assez voisin : celui du mode de désignation d’une valeur littéraire (et ce même s’il s’agit de littérature graphique).

S’intéressant à ce processus, ces longs textes mettent en évidence le rôle prépondérant de certains acteurs : des associations d’érudits qui présentent toutes les caractéristiques des sociétés savantes nées au XVIIIe siècle. Elles semblent en effet se fixer pour mission de participer d’un partage du savoir ou de diffuser des connaissances ayant trait à la bande dessinée, et ce par plusieurs moyens dans le cas de la Société Civile d’Étude et de Recherche des Littératures Dessinées : une publication (Phœnix) ou des expositions (par exemple « 10 millions d’images, l’âge d’or de la BD » en 1965 ou, en 1966, « Burne Hogarth » et « Milton Caniff »). Cette réelle activité a indéniablement participé de la reconnaissance de la bande dessinée à une époque où celle-ci n’était pas reconnue d’utilité publique (et donc prise en charge par des institutions comme la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image).

Évoquant ces initiatives, ces deux articles soulèvent des problèmes sur lesquels il y a selon moi lieu de chercher plus avant et sont ici présentées deux pistes de travail susceptibles de déboucher sur de nouveaux articles. La première d’entre elle consisterait à interroger plus avant la spécificité de ces « sociétés savantes », et plus largement l’originalité du mode de construction d’un « savoir » propre à la bande dessinée : retracer les différentes étapes de leur évolution (l’examen des statuts de ces associations serait à cet égard intéressant), expliciter les raisons et modalités de leurs antinomies (trop souvent réduite à la seule rivalité CELEG/SOCERLID) et les comparer avec des groupes s’intéressant à d’autres formes de littératures (sentimentale, policière, de Science Fiction, de fantasy…) pourrait ainsi être extrêmement fructueux.

La seconde piste tient à la composition de ces sociétés savantes : les articles de Comicalités que j’ai cité plus haut mettent en évidence de réels besoins à ce sujet en matière de recherche. Aucune étude sérieuse n’a par exemple été consacrée aux modes de gouvernances de ces associations, ainsi qu’à l’identité de leurs membres (fondateurs ou non) dont nous ne connaissons pas précisément les itinéraires professionnels (et par exemple leurs différentes activités d’écriture). Ces précisions seraient pourtant susceptibles de permettre de compléter, voire de réviser, l’article désormais canonique de Luc Boltanski[1]. Partant du postulat que le « champ de la bande dessinée » s’est construit sur le modèle des « champs de culture savante », celui-ci adopte en effet des positions tranchées : « établir des bibliographies […] c’est se livrer sur un terrain à peu près libre de toute autorité culturelle à la même activité, stricto sensu, que l’historien de l’art ou de la littérature dans le domaine réservé de la culture légitime »[2].


[1] BOLTANSKI, Luc. « La constitution du champ de la bande dessinée » [en ligne]. Actes de la recherche en sciences sociales, volume 1, n°1, janvier 1975 (« Hiérarchie sociale des objets »), p. 37-59 [consulté le 24 octobre 2011]. DOI <10.3406/arss.1975.2448> URL <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2448>

[2] Ibid., p. 40.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités : publications

 

La revue Comicalités. Etudes de culture graphique est fière de vous annoncer ses dernières parutions « Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID » de Julien Baudry, « Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ? » d’Harry Morgan et « Histoire, histoires… Blood Upon the Rose de Gerry Hunt et Louis Riel. A Comic Strip Biography de Chester Brown » de Valérie

Ces trois articles, dont nous reproduisons ci-dessous le résumé, s’inscrivent dans le cadre de notre première thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » qui s’enrichit pour l’occasion de plusieurs sous-parties. Des textes y prendront prochainement place : nous vous rappelons en effet que Comicalités est une revue en perpétuel devenir et que nos appels à communication ne sont jamais clos. Tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont ainsi invités à nous proposer leurs travaux (selon des modalités que présente la rubrique « la revue ») ainsi qu’à réagir dans ces pages à ceux que nous présentons aujourd’hui.

 

Saint-Ogan et les grands enfants : la place de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan dans le discours historique de la SOCERLID

Julien Baudry

L’analyse des travaux menés sur le dessinateur Alain Saint-Ogan (1895-1974) par la Société civile d’étude et de recherche sur les littératures dessinées (SOCERLID) durant les années 1960 et 1970 nous renseigne sur les méthodes employées par les premières sociétés d’études de bande dessinée pour élaborer l’histoire du média. En étudiant l’œuvre d’Alain Saint-Ogan les membres de la SOCERLID construisent un discours qui oscille entre érudition pré-scientifique et mythification de certaines périodes et auteurs. Poursuivant un objectif de légitimation de la bande dessinée par la réhabilitation des œuvres lues pendant leur enfance, ils font de Saint-Ogan un des pivots de leur réflexion historique jusqu’à lui attribuer la place de « père » de la bande dessinée française. Nous retracerons le cheminement d’une pensée historique encore influente dans les représentations actuelles de la bande dessinée.

 

Y’a-t-il un canon des littératures dessinées ?

Harry Morgan

La conception canonique, telle que formulée par Harold Bloom repose sur la sélection et la hiérarchisation, par des communautés de lecteurs opérant par consensus, d’œuvres possédant des vertus canoniques. Cet article examine l’échec de la formation d’un canon dans le cas des littératures dessinées. Au-delà des facteurs de contingence — stratégies argumentatives des premiers exégètes de la bande dessinée, stratégies éditoriales des éditeurs spécialisés — l’explication réside en partie dans l’étroit assujettissement des littératures dessinées à leur forme éditoriale ainsi que dans la prégnance des images découvertes dans l’enfance — l’un et l’autre empêchant le recul critique et l’établissement d’une liste commune — et, finalement dans l’impossibilité de repérer la singularité de l’œuvre canonique (étrangeté canonique).

 

Histoire, histoires… Blood Upon the Rose de Gerry Hunt et Louis Riel. A Comic Strip Biography de Chester Brown

Valérie Morisson

Dans deux bandes dessinées historiques abordant des épisodes centraux de l’histoire nationale irlandaise et manitobienne, Gerry Hunt et Chester Brown mettent en scène des héros devenus martyrs en leur pays. Leurs choix scénaristiques et graphiques sont très éloignés mais les deux auteurs se penchent sur l’exemplarité contestée des héros et revendiquent le droit de fournir aux lecteurs des points de vue audacieux sur les mythes fondateurs de la nation. La bande dessinée leur permet de s’affranchir d’une tradition historiographique nationaliste. Blood Upon the Rose et Louis Riel sont néanmoins sous-tendues par deux visions divergentes de l’histoire. La lutte pour l’indépendance est présentée soit comme le fait d’un individu soit comme un élan collectif.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels

La Denver Comic Con investira les 13 et 15 juin 2010 le Colorado Convention Center pour proposer un nouvel événement : la Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels. À en croire le texte que nous reproduisons ci-dessous, cette manifestation entend avant tout favoriser l’essor de la bande dessinée en tant qu’objet de recherche et d’enseignement. Même si tous les types de propositions sont apparemment les bienvenues, gageons que celles qui entendent appréhender le neuvième art en terme de transmission seront au centre des débats.

 

Rocky Mountain Conference on Comics and Graphic Novels, June 13-15, 2012, is a new literary conference devoted solely to the scholarly study and teaching of the sequential arts. What sets this conference apart from others is its unique mission to combine an educational classroom initiative with the benefits of theoretical and critical discourse. RMCCGN is being held in conjunction with the newly-emerging Denver Comic Con at the top-rated Colorado Convention Center, June 15-17 2012. All profits from both events directly benefit Comic Book Classroom, a nonprofit free after-school program for children, whose focus is raising literacy through comic books and graphic storytelling.

The conference is designed to bring together a wide range of theoretical, pedagogical, and disciplinary perspectives, and is open to both undergraduate and graduate students, as well as academic, independent, and fan scholars. Any topics in the field of comics and graphic novels are welcome.

We seek proposals of 200-300 words for talks of 15-20 minutes in length and should be sent along with a brief, 100-word biography to Christina Angel. Deadline for submission is January 15, 2012 and notification of acceptance or rejection will be emailed by or before March 1, 2012.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Où vont donc les Carnets ?

Les Carnets de la bande dessinée ont achevé leur seconde saison d’exercice sur une publication hautement symbolique : le premier appel à communication de la revue Comicalités. Études de culture graphique intitulé « Représenter l’auteur de bande dessinée ». Hébergé sur revues.org, ce dispositif représente la seconde étape de notre projet pour doter l’ensemble des chercheurs travaillant sur la « culture graphique » (c’est-à-dire l’ensemble des formes d’expression dessinées, au premier rang desquelles la bande dessinée) d’espaces idoines : après avoir conçu un outil d’information (ces Carnets), ils disposent désormais d’un espace de publication répondant en tout point aux réquisits d’une revue scientifique (les propositions sont avalisées par un comité scientifique et les articles évalués par deux membres du comité de lecture, processus qui garantit la qualité de la publication et valorise donc le travail des auteurs).

Les Carnets de la bande dessinée et Comicalités sont également le fruit d’une réflexion sur le mode de production et de partage de la recherche à l’heure des technologies numériques : celles-ci nous semblent en effet démontrer que la notion de « publication » est trop souvent appréhendée par les chercheurs de façon réductrice. Créant Comicalités, nous avons ainsi souhaité revisiter la forme de la revue : notre projet s’organise autour d’appels à communication qui ne correspondent pas à des « numéros », mais renvoient à des « thématiques » (c’est-à-dire à des ensembles d’articles formant une unité mais n’étant jamais close et restant sans cesse susceptible d’intégrer de nouveaux travaux). Offrant aux chercheurs un appui scientifique, les articles publiés nous semblent donc être à même de susciter de nouvelles publications et donc de permettre l’émergence du champ de recherche qui nous intéresse.

Ce dispositif n’est pas sans influence sur Les Carnets de la bande dessinée : si ceux-ci restent un outil d’information relayant toutes sortes d’information scientifique, nous aimerions qu’ils constituent un réel complément de Comicalités. Outre les appels à communication de la revue, Les Carnets… pourraient ainsi héberger des interventions des responsables de « thématiques » ou des directeurs de publication : ceux-ci seront ainsi à même de préciser les champs restant selon eux à explorer au sein de l’espace qu’a jugé bon de leur confier le comité scientifique. De même, les auteurs pourront s’exprimer à propos de leurs productions ou d’autres, voire développer les notes de bas de page de Comicalités qui sont réservées à l’expression de toutes sortes de précisions ou d’intuitions. Bref : nous souhaitons que, grâce aux Carnets de la bande dessinée, la recherche puisse être pensée comme un processus collectif.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

« Comicalités. Etudes de culture graphique » : ouverture

La revue Comicalités.Etudes de culture graphique est désormais disponible à l’adresse suivante :

 

http://comicalites.revues.org/

 

Vous trouverez ci-dessous la présentation de ses cinq premières publications : ne fonctionnant pas par numéro, la revue fera l’objet de mises à jour régulières et tous les abonnés des Carnets de la bande dessinée sont invités à proposer leurs travaux pour publication (dont les modalités sont présentées dans la rubrique « la revue »).

 

Comicalités. Etudes de culture graphique.

Publications du 6 juillet 2011.

 

Thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? »

 

Le Grand Prix de l’image française, une existence éphémère

Thierry Crépin

Du long parcours de la reconnaissance de la bande dessinée, on retient généralement quelques faits : la création du Club des bandes dessinées animé par Francis Lacassin dans les années 1960, puis celle du festival d’Angoulême et du CNBDI dans la décennie suivante. Mais il est une initiative qui est oubliée : la création, à l’initiative d’Auguste Liquois et du Syndicat des dessinateurs de journaux d’enfants, d’un Grand Prix de l’image française qui entendait doter les auteurs de bande dessinée d’un dispositif de consécration comparable à ceux que connaissent les écrivains. Voyant le jour en 1946, ce prix se solde par un échec à la mesure de la place occupée dans la culture d’alors par une bande dessinée accusée de tous les maux qui frappent la jeunesse.

 

L’impossible seconde vie ? Le poids des standards éditoriaux et la résistance de la bande dessinée franco-belge au format de poche

Sylvain Lesage

Si le livre de poche a joué un rôle central dans la diffusion du patrimoine littéraire, la bande dessinée ne dispose pas de cet outil permettant la constitution d’un corpus de classiques aisément accessibles au plus grand nombre. En ceci, la bande dessinée constitue bien une véritable exception dans le champ éditorial français, par la quasi-absence de collections permettant de republier des classiques en format de poche. L’importance de l’image et l’impératif de lisibilité compliquent en effet le problème de l’adaptation du « grand format » vers le poche, mais demeurent insuffisants pour comprendre la réticence de la bande dessinée au poche. Le présent article propose un retour en arrière sur les expériences des années 1980-1990, afin de mieux cerner cette singularité éditoriale.

 

Le classique en bande dessinée

Frank-Michel Gorgeard

Quelles sont les grandes œuvres de la bande dessinée, celles qui font son histoire, ses « classiques » ? Sont-ils bien ceux que l’on croit ? On s’efforce ici de répondre à cette question en confrontant les discours et les pratiques des auteurs, de la critique et des éditeurs. La notion de classique, particulièrement polysémique, apparaît d’autant plus brouillée que les producteurs font rarement référence au travail de leurs pairs en raison notamment de l’incapacité supposée ou réelle du public à les comprendre. Elle-même s’explique par l’état du champ, en cours d’autonomisation : en l’absence d’un arbitre faisant autorité et qui serait l’école, la notion de « classsique » se retrouve au cœur d’une lutte entre deux pôles antagonistes. Alors qu’une partie de la critique et des éditeurs célèbre des « classiques » qui sont autant de bandes dessinées conventionelles, établissant ainsi une « confusion du langage », d’autres, qui affirment des positions artistiques exigeantes, rejettent le mot de classique mais identifient des maîtres, reconnaissent des précurseurs, prospectent du côté de l’avant-garde.

 

Eclectiques

 

La légitimation en devenir de la bande dessinée

Xavier Guilbert

Qualifiée d’ « objet culturel non identifié » par Thierry Groensteen en 2006, la bande dessinée semble aujourd’hui encore à la recherche d’une reconnaissance culturelle qui lui échappe. Cet article se propose de faire le tour des différentes modalités selon lesquelles s’établit le discours de sa légitimation. Il sera ainsi question de l’importance du discours économique et de l’attachement à une bande dessinée lue par « les jeunes de 7 à 77 ans ». Ensuite, on considérera l’émergence relativement récente d’une bande dessinée dite d’auteur, et les tensions qu’elle a pu susciter vis-à-vis des garants d’une bande dessinée « populaire ». Ensuite, on examinera la place centrale du Festival d’Angoulême dans le traitement médiatique, la rareté du discours critique au sein des supports généralistes et spécialistes, et, enfin, la problématique de l’exposition de la bande dessinée, en particulier au musée.

 

Two Flashes. Entertainment, Adaptation : Flash Gordon as comic strip and serial.

Nicolas Labarre

Cet article examine les relations entre le comic strip Flash Gordon, d’Alex Raymond, et son adaptation sous forme de serial en 1936. Le second épisode de celui-ci, « The Tunnel of Terror », et les trois pages dominicales de février 1934 sur lesquelles il est basé sont l’occasion d’une étude des techniques et enjeu de l’adaptation de ce récit sériel. Le serial affiche une volonté de fidélité à l’œuvre de Raymond permettant des comparaisons fines entre des scènes parfois très similaires. Outre des transpositions directes, dans le cas de certaines cases, le serial développe des techniques de narration permettant de reproduire les effets et la temporalité de certains passages du comic strip. L’étude suggère que c’est au niveau de l’articulation entre les scènes mais aussi du rapport de proximité avec les personnages que les deux versions divergent.

This article studies the relationship between Alex Raymond’s Flash Gordon comic strip and its adaptation as a serial in 1936. It focuses on the second episode, “The Tunnel of Terror”, and on the three Sunday pages from February 1934 on which this episode was based, in order to examine the adaptation process from a technical and pragmatic point of view. Because the serial aims at being faithful to its source material, very similar scenes exist in both versions, which makes it possible to conduct a detailed comparison of narrative techniques. In addition to replicating certain panels from the comic strip, the serial contains examples of alternative narrative choices devised to replicate some of the effects of the source material, notably its temporality. This study suggests that the two versions differ mostly in the articulation between scenes and in the proximity established between the reader/viewer and the characters.

 

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités. Etudes de culture graphique : ouverture prochaine

La mise en ligne de Comicalités. Etudes de culture graphique est prévue dans deux jours. La revue sera brièvement présentée au public lors de l’université d’été de la bande dessinée. Vous trouverez ci-dessous la présentation du projet : l’adresse du site vous sera communiquée par un billet posté automatiquement le mercredi 6 juillet à 14h exactement.

Je tiens à remercier tous ceux, au premier rang desquels Sylvain Lesage, qui ont permis aux Carnets de la bande dessinée de constituer la première pierre d’un édifice plus vaste.

Benoît Berthou, directeur des Carnets de la bande dessinée et de Comicalités.

Comicalités. Etudes de culture graphique se propose d’explorer une « culture graphique » sensible dans des pratiques comme la bande dessinée, l’illustration, le dessin de presse, la caricature, le dessin animé, le cinéma d’animation, voire le jeu vidéo… Il s’agit d’appréhender celle-ci en tant qu’objet culturel afin de cerner la spécificité et le devenir de leurs modes d’expression, de production et de réception.

 

1.Comicalités : quel projet ?

 

Notre revue entend permettre à des chercheurs de cerner les tenants et aboutissants d’un mode de création se proposant de construire une signification en disposant des lignes et des courbes sur une surface plane. La bande dessinée y occupe une place de choix et nous entendons la concevoir comme un objet en perpétuel devenir, susceptible d’emprunter des formes extrêmement variées tant au niveau de ses propositions esthétiques que de ses dispositifs médiatiques.

Publication résolument scientifique, organisée autour d’un directeur de la publication, d’un comité scientifique et d’un comité de lecture, Comicalités est née d’un constat.

  • L’intérêt des chercheurs pour la bande dessinée et la « culture graphique » est réel. L’audience d’un outil de veille scientifique comme Les Carnets de la bande dessinée, que nous avons créés en décembre 2009, s’est ainsi stabilisée entre 1600 et 1800 visiteurs uniques par mois alors que des revues généralistes reconnues comme Communication et langage, Hermes ou encore Mots (qui a consacré un numéro entier à la caricature) n’hésitent pas à aborder des thèmes relevant directement de la « culture graphique ».
  • Ce réel enthousiasme n’est pas pour autant structuré au sein de l’université, et plus largement de la recherche française : aucun centre de recherche ne mène à l’heure actuelle de programmes ambitieux concernant le neuvième art, état de fait d’autant plus étrange que les travaux de nombreux théoriciens (Pierre Couperie, Pierre Fresnault-Deruelle, Thierry Groensteen…) ont depuis longtemps franchi les frontières. Il semble bien qu’un lien ne se soit pas fait entre des recherches en plein essor dans les deux dernières décennies et les institutions qui seraient à même de les stimuler.

 

Ce manque de points de ralliement entre chercheurs s’explique sans doute en partie par le manque de revues spécialisées, les fameux Cahiers de la bande dessinée n’ayant pas connu de successeurs : une revue comme Comicalités nous semble donc pouvoir prendre toute sa place dans l’actuel paysage français des publications scientifiques.

 

2.Comicalités : quel positionnement ?

 

Comicalités entend entretenir des relations avec d’autres publications scientifiques comme Neuvième Art, European Comic Art, Studies in Comics ou Image [&] Narrative afin de participer efficacement à la construction d’un champ scientifique émergent.

Elle entend appréhender la « culture graphique » et la bande dessinée comme un objet culturel et ainsi poser des problèmes rarement abordés.

  • La place de la bande dessinée au sein des pratiques de lecture, et plus largement des pratiques culturelles de certains groupes sociaux. Pourraient ainsi être envisagés des espaces scientifiques comme : « bande dessinée et adolescence », « bande dessinée et culture de l’enfance », « la bande dessinée : un art populaire ? », « la lecture de bande dessinée : quelles compétences ? », etc.
  • La construction et l’évolution de son système éditorial, ce afin de poser le problème des pouvoirs, acteurs et objets qui le constituent. Nous avons ainsi d’ores et déjà envisagé des appels à communication comme : « Le roman graphique : quelle identité ? », « Édition indépendante, édition dépendante ? », « (A suivre) : histoire d’une collection » etc.
  • Le rapport de la bande dessinée à l’environnement médiatique dans lequel elle opère et l’étude des différentes formes qu’engendre son inscription dans la presse, le livre ou le numérique. Seront ainsi proposés : « La bande dessinée : un art du livre ? », « Le strip : du journal à l’écran », « L’album de bande dessinée »…
  • Les relations qu’entretient la bande dessinée avec d’autres formes de création, tant au niveau des méthodes que des finalités de celles-ci. Semblable problème pourrait déboucher sur des appels à communication comme : « La couleur en bande dessinée », « La littérature : horizon du neuvième art ? », « Bande dessinée et dessin animé », etc.

 

À travers ces axes, Comicalités s’inscrit dans le champ des « études culturelles » et constitue un espace empreint d’hospitalité pour des chercheurs issus de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie culturelle, des sciences de l’information et de la communication…

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Sites of visual and textual innovation

L’Institut Universitaire de Recherche et d’Etudes Nord Américaines Benjamin Franklin rattaché à l’université de Alcala (Madrid, Espagne) lance un appel à communication intitulé : « Sites of visual and textual innovation ». Première pierre de l’organisation d’une « First International Conference on Comics and Graphic Novel » (appellation quelque peu usurpée si l’on se réfère aux sept conférences déjà organisées par l’International Bande Dessinée Society), cette proposition semble vouloir réunir un large éventail de chercheurs puisque les trois thèmes proposés s’inscrivent aussi bien dans l’histoire que le devenir et les différents genres de la bande dessinée. Toutes les imaginations semblent donc les bienvenues et si vous souhaitez collaborer à cette initiative, il conviendra de faire acte de candidature avant le 31 mai prochain.

International Conference on Comics and Graphics Novels

“Sites of Visual and Textual Innovation”
Alcalá de Henares, Madrid.
November 10th-12th, 2011

The Instituto Franklin – UAH organizes an international conference on comics and graphic novels.

The main objective of the conference is to bring together the largest number of specialists and researchers of comics (graphic novels, manga, BD, etc) in order to reflect on the study of this area.

The theme is “Sites of visual and textual innovation” and it welcomes papers on (but not limited to):

  • The origins of comics,
  • Avant-garde and experimental works
  • Biography and autobiography.

The languages of the conference will be English and Spanish.

Abstracts of approximately 250-500 words can be submitted to
graphicnovel@institutofranklin.net . Deadline for acceptance: May, 31st 2011.

Conference will take place at Universidad de Alcalá in Spain.

For further information please visit this site.

ORGANIZED BY:

Instituto Franklin – Universidad de Alcalá

Esther Claudio
Instituto Franklin-Universidad de Alcalá
Colegio de Trinitarios. C/ Trinidad, 1
28801, Alcalá de Henares, Madrid, Spain
Email: graphicnovel@institutofranklin.net

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités : nouvelle revue

Les Carnets de la bande dessinée ont le plaisir d’annoncer une naissance : celle de la revue Comicalités. Etudes de culture visuelle qui vient officiellement de voir le jour sur le portail revues.org. Jusqu’en mars prochain, le site sera en construction (élaboration de la maquette, choix du logo…), mais sa page de présentation est visible ici :

http://www.revues.org/8486

La revue dispose d’un comité scientifique dont vous trouverez le détail ci-dessous et fonctionnera selon un mode de publication continue : elle ne sera pas organisée par numéro, mais par « sections » qui resteront actifs et seront donc à même d’accueillir de nouveaux articles pendant 2 ans. Puisque nous travaillons sur un objet de recherche émergent (la bande dessinée), semblable dispositif me semble à même de susciter des vocations en permettant à des chercheurs de « prendre appui » sur les textes d’ores et déjà publiés. Je souhaiterais de plus que chaque « dossier » puisse être confié à un chercheur (qui se chargera de rédiger un appel à communication qui sera soumis au comité scientifique et de finaliser l’ensemble des textes avant évaluation), de façon à démontrer que le neuvième art constitue bel et bien un champ scientifique fécond.

Au sein de chaque « section », les publications se feront progressivement et non en une seule fois,  et de nouveaux appels à communication verront donc le jour (« Bande dessinée et autobiographie » suivra ainsi une nouvelle diffusion de « La bande dessinée : un art sans mémoire ») : ils seront tous relayés par les Carnets de la Bande dessinée qui restent à la disposition de tous les chercheurs désireux d’échanger des informations scientifiques. S’engagera dans environ un an un nouveau processus pour obtenir la labellisation de Comicalités par différentes instances et ainsi mieux encore valoriser les articles publiés et le travail des chercheurs. Nous vous proposons de télécharger ci-dessous une partie du  dossier adressé  à revues.org qui présente plus avant les objectifs et modes de fonctionnement de cette nouvelle publication.

ProjetComicalités

Benoît Berthou (Université Paris 13, LABSIC)

Comité scientifique de Comicalités

–       Gilles Ciment (Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’image, directeur)

–       Thierry Crépin (Université Versailles Saint-Quentin, chercheur)

–       Jacques Dürrenmatt (université Toulouse-Le Mirail, professeur des universités)

–       Pierre Fresnault-Deruelle (université Paris 1, professeur des universités)

–       Jean-Paul Gabillet (Université Bordeaux 3, professeur des universités)

–       Thierry Groensteen (École Européenne Supérieure de l’Image, enseignant-chercheur)

–       Bertrand Legendre (université Paris 13-Nord, professeur des universités)

–       Éric Maigret (université Paris 3, professeur des universités)

–       Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, professeur des universités)

–       Benoît Peeters (Les Impressions Nouvelles, théoricien)

–       Thierry Smolderen (École Européenne Supérieure de l’Image, enseignant-chercheur)

–       Emmanuel Souchier (université Paris 4-Sorbonne, professeur des universités)

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les Visual studies et le monde francophone

L’université Lille 3 et le CNRS co-organise les 6 et 7 janvier prochain au musée du quai Branly un colloque intitulé : « Les visual studies et le monde francophone ». Cet événement sera donc l’occasion de se familiariser avec un courant de recherche émergent que présente de façon très synthétique le site de l’INSH et le programme de ce colloque (que nous vous proposons de télécharger ci-dessous) et à poser une question : en quoi l’approche pluridisciplinaire sur laquelle reposent ces communications peuvent-elles profiter à l’étude de la bande dessinée et vice versa ? En effet, le neuvième art n’apparaît pas au sein de communications portant, entre autres, sur le cinéma, l’art contemporain ou la littérature et il y a fort à parier que la première forme d’expression à revendiquer une capacité à troubler l’ordre établi du partage entre lisible et visible (voir Töpffer. L’invention de la bande dessinée de Thierry Groensteen et Benoît Peeters, Hermann) rencontrera tôt au tard ces recherches francophones naissantes.

ConferenceVisualStudiesParis6-7January2011

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts