Penser la lecture de bandes dessinées

Les carnets de la bande dessinée ont aujourd’hui le plaisir de vous présenter un appel à communication intitulé : « Penser la lecture de bandes dessinées ». Celui-ci débouchera sur un colloque organisé par plusieurs partenaires (la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin) qui constituera l’ossature de la prochaine université de la bande dessinée. Nous espérons donc que nos lecteurs nous soumettront de nombreuses propositions.

« Penser la lecture de bandes dessinées »

Lecteurs, interprétations et légitimités de la lecture d’art séquentiel.

Au sein de l’ensemble des livres et propositions éditoriales aujourd’hui présentés au public, la bande dessinée occupe une place de choix : elle cristallise nombre de problèmes et de pistes de réflexions qui intéressent de plus en plus des chercheurs de toutes disciplines. Force est de constater que ce secteur éditorial nous invite à mettre en perspective nombre de travaux comme en attestent trois exemples.

1. Dans le champ des pratiques culturelles, la bande dessinée nous invite à considérer les transformations des goûts générationnels en même temps que les restructurations du champ éditorial. Avec l’avènement de la bande dessinée adulte, considérée comme un art à part entière, avec la disparition de nombreux magazines sériels tournés vers un public d’enfants et d’adolescents, il semble que l’intérêt des lecteurs adolescents ait évolué, se déplaçant vers le manga au détriment de la bande dessinée franco-belge[1]. Il devient alors nécessaire de s’interroger sur ces déplacements du lectorat en fonction des générations qui pourraient éclairer les nouvelles pratiques de lecture des jeunes et des moins jeunes[NL1] . Des genres, des styles, des formats correspondent-ils davantage à des âges de la vie ? Quel rôle tient la bande dessinée dans l’apprentissage du goût pour la lecture ? Ce faisant, il est possible de revenir sur des écrits s’inscrivant dans le cadre d’une sociologie des âges de la vie comme L’Enfance des loisirs ou, plus anciennement, Et pourtant ils lisent…[2].

2/ La bande dessinée nous invite également à mettre en perspective la question de la médiation, au sens où l’emploie Antoine Hennion, renvoyant « à une longue série de personnages-clés, aux rôles complémentaires et concurrents (…) et à une longue liste hétéroclite de dispositifs matériels ou institutionnels emboîtés »[3]. Ce sont autant d’interventions humaines qui confèrent du sens à ce domaine de la création et lui permettent de se développer[NL2] . Du créateur qui présente ou diffuse son œuvre via des dispositifs numériques, au libraire ou bibliothécaire qui leur ménage un accès, aux organes de presse où les dessinateurs sont de plus en plus conviés à s’exprimer, en passant par les « amateurs éclairés » qui explicitent cette production, les pratiques des « fans » et des collectionneurs, l’importance des festivals ou encore l’adoption de modes de publication parfois coûteux, il est difficile de dénombrer l’ensemble des médiations qui contribuent aussi à esquisser une certaine configuration de ce que Jean Caune nomme un « hybride de techniques, d’objets et d’intervention humaine »[4].

3/ Enfin, l’idée même de « neuvième art » nous invite à questionner la forme et l’importance d’une légitimité que l’on a longtemps peiné à accorder à des productions placées au rang de « paralittérature », pour reprendre le titre d’un ouvrage de Daniel Couégnas[5]. Peut-être la bande dessinée s’inscrit-elle « dans une culture plus tolérante, où la diversité est plus acceptable, car elle signifie beaucoup plus une quête individuelle et collective de sens qu’une volonté de hiérarchie »[6]. C’est alors les motivations du lectorat qu’il faut interroger pour comprendre comment se construisent non pas des hiérarchies, mais des goûts, plus ou moins étendus et variés, des légitimités d’usage comme Michel Picard et Vincent Jouve le postulent en séparant d’une part le « lu » et le « lisant » (une lecture participative, émotionnelle et identificatoire), d’autre part le « lectant » (une lecture distanciée, réflexive, intellectuelle), deux positions qui peuvent être occupées tour à tour par un même sujet[7].

Bien loin d’être exhaustives, ces trois pistes de réflexion montrent en tout cas que la bande dessinée nous invite en partie à renouveler notre approche de la lecture et du lectorat et c’est à ce chantier que nous entendons collaborer à travers un colloque consacré à ce thème. Organisé par les laboratoires EHIC et GRESCO de l’université de Limoges, LABSIC de l’université Paris 13, l’IUFM du Limousin et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême, celui-ci se tiendra dans le cadre de la 7e université d’été de la bande dessinée et sera donc l’occasion de confronter travaux de chercheurs et regards de professionnels issus de la chaîne du livre.

Accueillant une première présentation de notre exploitation de la grande enquête sur la lecture de bandes dessinées réalisée par la Bibliothèque Publique d’Information et le ministère de la culture, cet événement sera l’occasion d’accueillir des interventions de chercheurs s’inscrivant dans les thématiques suivantes (liste non exhaustive).

Bande dessinée et diversité

La diversité géographique et générique de la bande dessinée ne fait aujourd’hui guère de doute : productions européennes, japonaises, américaines ou issues d’autres aires géographiques se mêlent aujourd’hui en librairie, de même qu’autobiographies, reportages ou feuilletons s’inscrivant dans divers genres fictionnels… Cette diversité prend autant sa source dans des efforts commerciaux de ciblage du public que dans l’extension des genres où la bande dessinée s’imposait traditionnellement. Afin d’interroger les tenants et les aboutissants de cette situation, ce premier axe de réflexion pourrait ainsi accueillir des communications portant aussi bien sur les efforts des éditeurs pour capter de nouveaux publics (création de collections, défrichage de nouveaux espaces graphiques) que sur la réception de ces nouvelles propositions par les lecteurs.

La bande dessinée : quelle diffusion ?

Si la bande dessinée est aujourd’hui volontiers présentée comme un secteur éditorial dynamique, les rapports de son lectorat à l’objet-livre sont encore mal connus et il serait intéressant de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de pratiques comme la collection ou le prêt. L’un et l’autre engagent des positions différentes de lecteurs, du conservateur au prosélyte, dont il serait intéressant d’interroger les spécificités et les éventuelles complémentarités. De même, la position des bibliothèques publiques vis-à-vis de la bande dessinée, les dispositifs de communication avec le public qu’emploient auteurs ou éditeurs ou l’inscription de la bande dessinée dans le cadre de la librairie pourraient être évoqués.

 

Bande dessinée : prescription et transmission

On peut poursuivre le thème précédent en relevant les formes de prescriptions à l’œuvre dans la diffusion de la bande dessinée. Cette dernière semble souffrir d’un certain déficit critique et rejoindre en cela d’autres productions longtemps cantonnées au statut de « paralittérature » comme la Science-Fiction[8] : il serait donc intéressant de s’interroger sur le rôle et la forme que prend la prescription dans le cadre du neuvième art et de tenter de cerner les modes d’initiation (prennent-ils place dans le cercle familial ? quel est le rôle des médiateurs ?) propres à la bande dessinée et à d’autres modes d’expression connaissant une situation comparable.

Bibliothèques, musées, écoles : quels usages de la bande dessinée ?

Le questionnement antérieur ne peut que concourir à ce que l’on interroge également l’inscription de la bande dessinée dans des contextes muséaux et pédagogiques, notamment en terme d’apprentissage. En quoi le neuvième art propose-t-il d’autres modalités d’approches de la lecture que celles qui prennent traditionnellement place dans nos dispositifs pédagogiques ? Le mode d’exposition de la bande dessinée pourrait également être interrogé : face à une planche accrochée, ne sommes-nous pas face à une espèce de « lecture debout » susceptible de compléter ou d’enrichir d’autres usages du livre ? En quoi ces différents lieux, de la bibliothèque au musée, en passant par le CDI, contribuent-ils à la construction de la bande dessinée comme support de lecture, comme moyen pédagogique ?

 

Le colloque constituera l’ossature de la 7e université d’été de la bande dessinée et se tiendra à Angoulême du 1er au 3 juillet prochain. Les communications donneront lieu à une publication dans la revue Comicalités. Études de culture graphique à l’hiver 2013.

Les chercheurs intéressés sont invités à soumettre une proposition prenant la forme d’un texte d’environ 2000 signes (espaces compris) exposant : l’objet de l’intervention, le corpus ou le matériau sur lequel elle entend s’appuyer et indiquant les coordonnées et la qualité de chaque auteur. Afin de garantir la qualité des débats, ces documents seront par la suite soumis de façon anonyme à un comité scientifique composé de :

Sylvain Aquatias, sociologie, GRECO, IUFM du Limousin, université de Limoges

Benoît Berthou, sciences de l’information de la communication, LABSIC, université Paris 13

Natacha Levet, littérature, EHIC, université de Limoges

Jean-Philippe Martin, action culturelle, Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image

Ces propositions sont attendues pour le 13 mai prochain : leurs auteurs seront prévenus de leur acceptation avant le 20 mai. Elles doivent nous parvenir sous voie électronique à l’adresse électronique suivante : comicalites@gmail.com


[1] On trouve un écho de cette réflexion dans deux chapitres de l’ouvrage dirigé par Eric Maigret et Matteo Stefanelli, La bande dessinée, une médiaculture, (dir.), Paris, Armand Colin, 2012. D’une part, Gilles Ciment constate une baisse de la lecture de bandes dessinées à partir de 15 ans, d’autre part, Olivier Vanhée relève l’intérêt des adolescents pour le genre du manga.

[2] Sylvie Octobre et Pierre Mercklé, L’enfance des Loisirs, Paris, La Documentation Française, 2010. Christian Baudelot, Marie Cartier, Christine Detrez, Et pourtant ils lisent…, Paris, Seuil, 1999.

[3] Antoine Hennion, La Passion musicale, Paris, Métailié, 1993, pp. 224-225.

[4] Jean Caune, « Les territoires et les cartes de la médiation ou la médiation mise à nu par ses commentateurs », Les enjeux de l’information et de la communication, 2010 (dossier 2010), § 13. URL <www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2010–page-1.htm.> (page consultée le 16 janvier 2013).

[5] Daniel Couégnas, Introduction à la paralittérature, Paris, Seuil, 1992.

[6] Eric Maigret, « Bande dessinée et post légitimité », in La bande dessinée, une médiaculture, op. cit., p. 140.

[7] Michel Picard, La lecture comme jeu, Paris, Minuit, 1986 ; Vincent Jouve, L’effet personnage dans le roman, Paris, PUF, 1992.

[8] Voir à ce sujet l’entretien de Simon Bréan avec Gérard Klein (« Penser l’histoire de la Science Fiction ») publié dans la revue Res Futurae. URL < http://resf.revues.org/173> (page consultée le 20 mars 2013).

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Autobio-graphismes et bande dessinée

Le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS) vient de rendre public le programme du colloque qui aura lieu les 6 et 7 février prochain à l’université de Clermont-Ferrand. Intitulé « Autobio-graphismes et bande dessinée », l’événement est organisé par Viviane Alary, Danielle Corrado et Benoît Mitaine et entend interroger « une des évolutions remarquables » de l’art de la bande dessinée « ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi ». Nous reproduisons ci-dessous le programme d’un événement qui s’annonce à l’évidence copieux.

 

Autobio-graphismes et bande dessinée

Colloque international, les 6 et 7 février 2013

MSH de l’Université Blaise Pascal

Responsables :
Viviane Alary, Danielle Corrado, Benoit Mitaine
Université Blaise Pascal, CELIS (EA 1002)
Université de Bourgogne, Centre Inter-Langues (EA 4182)

Thématique du colloque, inscription dans la politique scientifique du centre

Dans les années 80, Philippe Lejeune constatait que l’autobiographie n’était plus seulement une écriture de bilan de vie mais une forme de recherche permanente, d’exploration de soi et de son art. Significativement, l’évolution de la pratique écrite s’accompagnait de l’apparition d’une volonté d’expression autobiographique dans des arts a priori peu susceptibles au départ d’accueillir l’autobiographie tels que le théâtre ou la bande dessinée.

L’inscription de la bande dessinée dans le genre autobiographique constitue une des évolutions remarquables de cet art ainsi qu’en témoigne une abondante et régulière production abordant les multiples modalités du récit de soi. À la suite de nombreuses études et recherches sur cette problématique, ce colloque sera l’occasion de dresser un état de la question sur :
les pratiques autobiographiques : récit autobiographique, témoignage, autofiction, journal intime, blogs. Les frontières du genre : des récits à la première personne se développent sous forme de reportages, d’enquêtes, de chroniques générationnelles, de récits mémoriels qui possèdent une charge ou un point de départ autobiographique, mais les lit-on comme des récits autobiographiques ? Quelle est la nature du pacte autobio-graphique dans ce contexte ?
les modalités de l’insertion de l’expérience autobiographique dans le média spécifique de la bande dessinée reconduisent aux questions du « je » énonciateur, des modalités et spécificités de l’autoreprésentation graphique, du rapport entre graphisme et narration, de la place du paratexte dans le dispositif global.
quelles sont les incidences de la spécificité du media (la médiagénie) ?
le discours sur l’autobiographie : qu’est-ce que le récit autobiographique a apporté à la bande dessinée ? Dans quelle mesure l’autobiographie est-elle le moteur d’une nouvelle pratique de la bande dessinée ou contribue-telle à une évolution de la perception du Neuvième art et de son lectorat ?
en retour on peut se demander ce qu’apporte l’exploration par la bande dessinée de la démarche autobiographique : codifications et renouvellements par la bande dessinée.
l’ouverture aux formes connexes d’autobio-graphisme : carnets de voyage, carnet de bord, l’autobiographie dans l’album ou dans la photographie. Ce colloque est organisé par le Centre de Recherche sur les Littératures et la Sociopoétique de l’Université Blaise-Pascal (C.E.L.I.S. – EA 1002) en association avec le Centre Interlangues Texte, Image, Langage (T. I. L. – EA 4182) de l’Université de Bourgogne.

Il s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur la bande dessinée et d’une série de travaux qui ont réuni les responsables scientifiques du présent colloque. Au sein du CELIS la réflexion donne lieu :
en 2005 au colloque Mythe et bande dessinée (Viviane Alary, Danielle Corrado ; ouvrage paru en 2007 aux Presses Universitaires Blaise Pascal),
en 2007 au colloque La guerre dessinée, Guerre et totalitarismes dans la bande dessinée, colloque Cerisy-la-Salle (Viviane Alary, Benoît Mitaine, 2010 ; publication en 2012 : Lignes de front, Bande dessinée et totalitarisme, Georg ed, coll. L’Equinoxe).

Parallèlement, le colloque s’inscrit dans la réflexion sur les écritures autobiographiques, transversale au sein du CELIS (Equipes Littératures XX-XXIe, Écritures et interactions sociales) qui a donné lieu à une Journée d’Etudes consacrée aux « Ecritures et espaces autobiographiques au théâtre » (Danielle Corrado, Stéphanie Urdician, mai 2010).

Ce colloque bénéficie d’un double ancrage dans les programmes suivants du CELIS :
« Arts visuels, littératures graphiques, littérature de jeunesse ».
« Dynamique des genres littéraires ».

Au sein du Centre Inter-Langues de l’Université de Bourgogne, il s’inscrit dans l’axe texte-image qui regroupe des chercheurs dont les travaux portent principalement sur des formes hybrides ainsi que sur les rapports qu’entretiennent différents médias. Deux axes sont particulièrement associés à la thématique du colloque :
« Texte et Image : les « Discours visuels » et « L’Artiste : représentations et pratiques ».
« L’Intime » : « Vivre et dire l’intime » et « La représentation de l’auteur ».

Les convergences et affinités thématiques reliant les axes du Centre Interlangues TIL et le CELIS sont à l’origine de ce nouveau partenariat scientifique dont le but est de poursuivre l’exploration de problématiques complémentaires.

La problématique proposée a recueilli l’intérêt d’intervenants de qualité :
18 conférenciers dont deux personnalités majeures : Philippe Lejeune, pionnier pour ses recherches sur l’autobiographie ; Pierre Fresnault-Deruelle, fondateur des études sémiotiques et esthétiques sur la bande dessinée. D’autres théoriciens reconnus sont invités parmi lesquels des chercheurs étrangers spécialistes du sujet (Canada, Belgique). L’ambition est également de réunir des chercheurs de disciplines connexes et d’aborder la problématique depuis des perspectives historique, esthétique et symbolique. Le colloque donnera aussi la parole à cinq doctorants :
deux doctorants réalisant leurs thèses en Espagne
trois doctorants réalisant leurs thèses en France dont deux au sein du CELIS.

Cette action sera également le cadre de stages de recherche pour les étudiants de Master 2 Recherche (voir la liste et les tâches ci-dessous dans « Comité d’organisation »).

Programme

Mercredi 6 février

 9h00 : Accueil
9h30 : Ouverture du colloque.

Matin : Problématiques et perspectives (Modérateur : Pierre Fresnault-Deruelle)

10h30-10h50 : Laurent Gerbier (Université de Tours), Se donner un genre : grandeur et décadence de l’autobiographie dessinée.

10h50-11h10 : Catherine Mao (Paris, Centre de recherches sur les arts et le langage), Écriture de soi et bande dessinée : un pacte nettoyé de ses chimères.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Écritures et transécritures de soi (Modératrice : V. Alary)

14h00-14h20 : Pierre Fresnault-Deruelle, Persépolis : une autobiographie

14h20- 14h40 : Philippe Marion (U. C. Louvain), L’Autobiographie comme agenda de l’imaginaire : L’Ascension du Haut mal de David B.

Pause : 15h-15h20

15h20-15h40 : Danièle Méaux (U. de Saint-Etienne), Bandes dessinées & planches-contacts : croisements pour un récit à la première personne (à propos des travaux de Guibert, Lefèvre et Lemercier).

15h40-16h00 : Alfredo Guzmán (Universidad Autónoma de Barcelona), Los rastros de uno mismo (Transmediación del yo en American Splendor, Harvey Peckar).

Jeudi 7 février

Matin : Discours et images (Modérateur : Benoît Berthou)

9h00-9h20 : Jacques Dürrenmat (Université de Paris-Sorbonne), Les références littéraires dans la bande dessinée autobiographique

9h20-9h40 : Jacques Samson (Montréal), L’ »écobiographie » dans l’autobiographie ou l’autobiographie à travers les petites choses.

Pause 9h55 – 10h20

Modérateur : J. Dürrenmart

10h20-10h40 : Irene Costa Mendia (U. País Vasco), Discursos y metáforas visuales en la obra de Justin Green.

10h40-11h00 : Harry Morgan, De Pooh Rass à Popoff Hayes le toxico ou comment on devient ours.

• 11h00-11h20 : Lucía Miranda Morla (CELIS), Tangles de Sarah Leavitt.

Déjeuner : 12h00-14h00

Après-midi : Enjeux de l’autoreprésentation (Modérateur : Jacques Samson)

14h00-14h45 : Thierry Groensteen, Problèmes de l’autoreprésentation

15h00-15h20 : Benoît Berthou (Paris 13, Labsic, Comicalités), La représentation de l’auteur : pour un renouveau éditorial ?

15h20-15h40 : Benoît Mitaine (U. Dijon), Au nom du père. Au sujet des “bio(to)graphies”

Pause

Coda

16h00-16h20 : Viviane Alary – Danielle Corrado (UBP / CELIS), Pratiques autobio-graphiques en terres ibériques.

Responsable(s) Celis :  Viviane Alary

Date et lieu

  • du mercredi 6 février 2013 au jeudi 7 février 2013 – lieu : MSH de Clermont-Ferrand

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La recherche sur la bande dessinée : construire une communauté

 Les Carnets de la bande dessinée écrivent petit à petit ce qui pourrait peut-être devenir une histoire. Aussi peu modeste soit-elle, cette formule nous semble toutefois rendre compte de notre effort. Ils se sont en effet ouverts en décembre 2009 en dressant un constat :

 Alors que le « 9e art » ne cesse, de l’avis général, de gagner en « légitimité », de s’imposer comme un secteur éditorial à part entière, de gagner de nouveaux publics et de faire montre d’une diversification de ses productions, il semble constituer un terrain qui est progressivement délaissé par la recherche, que ce soit à l’université ou dans d’autres institutions.

 Les Carnets se sont ainsi fixés pour mission d’animer et d’étoffer un réseau de chercheurs (toujours plus nombreux à en croire nos statistiques d’audience) et ont pour ce faire choisi de se constituer comme un outil d’information et plus encore d’intuition. Nous avons en effet choisi de relayer des appels à communication systématiquement assortis de pistes de réflexion susceptibles, nous l’espérons, de stimuler l’imagination de nos lecteurs et d’œuvrer à une meilleure représentation de la bande dessinée au sein des publications scientifiques (les Carnets adoptant une position résolument interdisciplinaire).

La seconde saison des Carnets est notamment marquée par une annonce : la création de la revue Comicalités. Études de culture graphique qui sera inaugurée lors de l’université d’été de la bande dessinée grâce au concours de Gilles Ciment et Jean-Philippe Martin. L’année (universitaire) se clôt d’ailleurs sur la publication d’un premier appel à communication (« Représenter l’auteur de bandes dessinées ») qui sera suivi de deux autres (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure du numérique »). S’ouvre ainsi un espace de publication qui mobilise (dans les différents comités) 38 chercheurs et a offert aux Carnets une belle conclusion pour sa troisième saison d’exercice.

La revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Le projet que nous avions présenté en ouverture du colloque « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » organisé en juin 2009 a ainsi pris corps : l’étude de la bande dessinée, et plus largement de la culture graphique, peut désormais s’appuyer sur deux structures ayant trouvé leur place dans notre paysage scientifique.

Nous sommes bien évidemment satisfait de notre action, mais ne pouvons nous empêcher de considérer sa réelle fragilité : bien que reconnue, Comicalités reste une revue jeune et surtout isolée. C’est notamment ce dernier point qui nous semble poser problème : au sein du portail scientifique revues.org, Comicalités est ainsi placée dans les catégories « Représentations », dans laquelle on peut tout au plus la rapprocher de la revue Strenae qui s’intéresse à la littérature de jeunesse, et « Études visuelles » dans laquelle on ne lui trouve pas vraiment d’équivalent (une belle revue comme Études photographiques n’abordant par exemple nullement les terrains du graphisme ou du dessin). On retrouve également semblable isolement au sein du Directory of Open Access Journal puisqu’une recherche sur le terme « comics » pointe seulement deux revues : Comicalités et ImageText.

La chose est d’importance et semble montrer que les recherches sur la bande dessinée et plus largement le graphisme occupent une position marginale : elles sont reconnues, acceptées par la communauté scientifique, mais le risque est grand qu’elles soient également considérées comme un « micro-champ » du savoir qui serait l’affaire de quelques spécialistes et au sein duquel des chercheurs pourraient s’inscrire de façon occasionnelle. Il nous revient donc de démontrer que les publications de Comicalités peuvent être structurantes, informer d’autres domaines de la pensée et participer de l’effort scientifique en son entier. Pour ce faire, il nous semble que se présentent deux solutions.

  1.  Mettre en évidence la richesse et la vitalité des recherches sur la bande dessinée et le graphisme en exposant publiquement l’ensemble des problématiques et des domaines qu’elles sont susceptibles d’embrasser.
  2. Montrer que ces recherches rencontrent un réel écho au sein de la communauté scientifique et qu’elles s’appuient sur des problématiques partagées par de nombreux chercheurs en France et à l’étranger.

C’est afin de mener à bien ces deux objectifs que nous avons choisis de nous engager dans un projet lancé par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image : né d’une idée de Thierry Smolderen, encadré par Gilles Ciment (directeur de la Cité), Catherine Ferreyrole (directrice de sa bibliothèque), Catherine Ternaux (centre de documentation) et moi-même, et développé par Élodie Arroyo, celui-ci prendra la forme d’un portail documentaire. Placé au sein de la rubrique « recherche » de neuviemeart 2.0, ce dispositif fonctionnera comme un agrégateur et constituera notamment un point de rencontre entre les publications scientifiques s’intéressant à la bande dessinée de par le monde. Doté d’un forum où seront discutés intuitions, méthodes ou corpus, nous espérons qu’il contribuera à rompre un isolement et à fortifier l’existence d’une communauté scientifique.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Comicalités intègre le Directory of Open Access Journals

Cette troisième année d’existence des Carnets de la bande dessinée s’achève en fanfare puisque la revue Comicalités vient d’être officiellement intégrée au Directory of Open Access Journal (DOAJ). Sélectionnant des revues selon des critères rigoureusement scientifiques (administration de la revue par différents comités, production de travaux de recherche et non de vulgarisation), ce portail a vocation à mettre en valeur des revues adoptant un certain mode de diffusion de l’information : l’ « open access », c’est-à-dire la libre consultation des résultats de la recherche et sa mise à disposition auprès du nombre de chercheurs le plus étendu possible.

Tel est le cas de notre revue, et plus largement la position de la plateforme Openedition qui nous héberge : rejoignant des publications comme COnTEXTES, Études photographiques ou Semen (diffusée par revues.org), Comicalités intègre ainsi la catégorie « Langages and litteratures » et se découvre un nouveau voisinage puisqu’elle cohabite avec la revue canadienne Belphegor, l’Américaine ImageText ou encore la Flamande Image and narrative. Toutes sont en effet accessible via le moteur de recherche développé par le DOAJ et cette intégration nous semble donc constituer une forme de reconnaissance, tant pour notre travail que pour la bande dessinée : Comicalités appartient désormais pleinement à l’espace scientifique européen et mondial.

Cette bonne nouvelle intervient alors que notre revue vient tout juste de fêter son premier anniversaire et présente un bilan qui nous semble franchement positif : en un an, nous avons publié 14 articles (soit l’équivalent de deux numéros de revue), lancé 3 appels à communication (dont les fruits seront mis en ligne dans les mois qui viennent) et surtout fédéré un grand nombre de chercheurs. Chargés de déterminer l’orientation scientifique de la revue et de certifier la qualité de ses publications, les différents comités de Comicalités regroupent en effet 33 chercheurs ; et leur composition témoigne d’un bon accueil du monde de la recherche puisqu’on y trouve pas moins que 12 professeurs des universités et 11 maîtres de conférences.

Avec plus de 3700 lecteurs mensuels, notre revue semble également avoir trouvé son public et talonne presque Les Carnets de la bande dessinée (environs 5700 lecteurs mensuels) dont le bilan nous semble également positif. En effet, leur audience augmente, malgré un rythme en légère baisse (puisque 65 billets furent publiés sur une période de 46 semaines : avis aux rédacteurs potentiels, vous êtes les bienvenus !). Ceux-ci semblent surtout servir un partage de l’effort de recherche comparable à celui que j’appelais de mes vœux les 12 septembre dernier en ouverture de notre seconde saison : responsables de la thématique « Raconter à l’heure du numérique », Julien Falgas et Anthony Rageul ont en effet publié plusieurs billets pour expliciter le champ scientifique qui leur fut confié et stimuler l’imagination des auteurs. Se refermant pour l’été au moment où se clôt l’appel à communication qu’ils ont signé, les Carnets leur adressent donc de sincères félicitations et leur donne rendez-vous, ainsi qu’à l’ensemble de leurs lecteurs, en septembre prochain.

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Raconter à l’ère numérique : limites des approches théoriques de la BD numérique

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le dernier d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

Thierry Groensteen constate aujourd’hui qu’en 20 ans, l’ordinateur est devenu omniprésent dans la production et la publication de bandes dessinées imprimées (Groensteen, 2011). Pour de plus en plus d’albums, l’encre et le papier sont de nouveau un support de reproduction pour des images réalisées avec d’autres outils. Les outils informatiques ont remplacé la plaque de cuivre ou la gravure sur bois, dans le but de publier des livres de papier. Comme en convient Groensteen, pour bien des récits de bande dessinée, le développement d’une diffusion sur ordinateur n’est pas un changement de support, mais une continuité. Selon ses mots, nous vivons « un tournant historique. Nous sommes au moment où la bande dessinée est interpellée de plein fouet par la montée en puissance de la bande dessinée numérique online, des webcomics. ».

A présent, toujours selon Thierry Groensteen :

« La question majeure qui semble se poser est de savoir si la bande dessinée numérique interactive de demain pourra encore être considérée comme de la bande dessinée, ou bien si, soit qu’elle ouvre des possibilités d’expression radicalement nouvelles, soit qu’elle change du tout au tout l’expérience même de la lecture, nous assistons à la naissance d’un nouveau média. »

Thierry Groensteen s’appuie sur le travail d’Anthony Rageul (Rageul, 2009) et sur celui de Magali Boudissa (Boudissa, 2010) pour définir ce que serait la « bande dessinée numérique interactive de demain » et sous quelles conditions elle pourrait encore obéir à une ontologie de la bande dessinée. Cette approche me semble se heurter à un double écueil paradigmatique et heuristique.

Le paradigme choisi par Thierry Groensteen comme par Magali Boudissa pose la bande dessinée en objet immanent. La bande dessinée devrait s’adapter aux support numérique tout en conservant son intégrité, en respectant ses limites ontologiques. Ce même paradigme pousse Anthony Rageul à définir d’emblée ce qu’il nomme « la bande dessinée interactive » comme un nouveau medium, avant de s’interroger sur les spécificités qui fonderaient son existence. Ainsi, le paradigme de l’immanence de la bande dessinée est si prégnant qu’il contamine sa petit soeur numérique : à peine émancipée de sa génitrice, elle est sommée de se doter sans tarder de sa propre ontologie. A la suite de Jean Clément ou de Lev Manovitch, je préfère considérer que l’ère numérique appelle son propre langage narratif et que ce langage émerge en s’appuyant sur les langages antérieurs, tout comme la bande dessinée elle-même s’est forgée autour de 1900 dans un « creuset résolument polygraphique qui n’a manqué aucune des révolutions majeures menant à l’âge audiovisuel » (Smolderen, 2009).

L’écueil paradigmatique me semble être le fruit d’un écueil heuristique : Thierry Groensteen a popularisé une approche sémiotique de son objet. Or, comme le rappelle Michel Fayol en se référant à Mandler, « le jugement subjectif basé sur le traitement métalinguistique n’est pas aussi apte à révéler l’organisation sous-jacente des narrations [que des expériences de rappel ou de traitement ‘online’] » (Fayol, 1985). La sémiotique et le structuralisme me semblent trouver d’autant plus leurs limites face aux formes narratives émergentes de l’ère numérique. Il n’est pas possible d’adopter une démarche d’analyse systématique lorsque chaque récit peut inventer sa propre forme. La bande dessinée ne peut être abordée comme une immanence à l’ère numérique. Seule l’étude de la production et de la réception des récits pourra permettre de comprendre la part jouée par la bande dessinée dans la constitution de nouvelles formes narratives.

En adoptant le paradigme de la bande dessinée comme forme transitoire du récit à l’ère numérique, je propose d’aborder la bande dessinée comme héritage et non comme horizon. La bande dessinée fournit ainsi un référent par rapport auquel observer le récit en mouvement.

Références citées

  • Boudissa, Magali, La bande dessinée entre la page et l’écran: Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique, Thèse d’esthétique, sciences et technologies des arts, Paris VIII, 2010, 399 p.
  • Clément J., 2000, « Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace », Adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/.
  • Fayol, Michel, Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, Neuchâtel, Delachaux & Niestlé, 1985, 159 p.
  • Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration, Système de la bande dessinée 2, Paris, P.U.F., 2011, 220 p.
  • Manovitch, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010, 608 p.
  • Rageul, Anthony, Bande dessinée interactive: comment raconter une histoire? Prise de Tête, une proposition entre minimalisme, interactivité et narration, Mémoire

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Raconter à l’ère numérique : de la question des usages au cas de la bande dessinée

Aspirant à répondre à notre appel à contributions « Raconter à l’ère numérique » ou impatient d’en lire le résultat, voici le troisième d’une série de billets destinés à accompagner vos réflexions sur le sujet…

La question des usages

Lorsque je parle de « raconter à l’ère numérique », tout comme les auteurs de Communiquer à l’ère numérique (Granjeon et Denouël, 2011) je pose la question des usages. Face au contexte proposé par l’ère numérique, j’oriente mon approche du récit en m’interrogeant sur ce que l’ère numérique implique pour les usages de production et de réception des récits, c’est à dire pour l’action de raconter.

Louis Quéré estime que le propre d’une situation est d’être « non prédéfinie » (Quéré, 1997), c’est pourquoi il s’avère nécessaire d’observer l’activité par laquelle la situation est définie et évolue. Or, comme nous y engage Yves Jeanneret (Jeanneret, 2007), il faut se garder d’observer les médias et leurs pratiques comme une dichotomie. Lorsque Lev Manovitch ou Jean Clément soulignent la place des langages narratifs traditionnels dans l’élaboration d’un langage des nouveaux médias, ils pointent l’« espace de médiation » identifié par Yves Jeanneret entre la technique et le social. En somme, il convient de se demander à la fois ce que les nouveaux médias font aux pratiques narratives et ce que nos pratiques narratives font aux nouveaux médias.

Tout comme Yves Jeanneret s’insurge contre l’approche dichotomique des usages, Alexandre Mallard renvoie dos à dos la sociologie des usages et la sociologie de l’innovation (Mallard, 2011). La première s’intéresse aux usages en aval de la commercialisation, mais se refuse à interroger la phase de conception des produits ou des services ; or la seconde traite des allers-retours entre usages et conception, mais fixe un moment de stabilisation dans la conception au delà duquel elle n’aborde plus les usages. En somme, l’une donne la primauté à la dimension sociale là où l’autre donne la primauté à la dimension technique. Pour Alexandre Mallard, il existe une dynamique qui relie les usages et l’innovation et dont la notion d’exploration rend compte. Ainsi, pour comprendre l’évolution des usages de production et de réception des récits à l’ére numérique, il faut aborder ces usages comme des usages exploratoires des outils numériques par des usagers dotés d’une culture narrative héritière de pratiques antérieures à l’ère numérique.

Le cas de la bande dessinée : retour aux origines

En matières d’usages des technologies numériques de l’information et de la communication (TNIC), Josiane Jouët nous engage à ne pas faire preuve d’amnésie : l’étude des usages de la télématique fournit par exemple des enseignements qui restent utiles à l’étude des usages contemporains des TNIC. Pour éclairer l’impact de nouvelles technologies sur nos usages narratifs, je sollicite l’éclairage d’une situation antérieure et tout aussi révolutionnaire pour le récit que l’ère numérique aujourd’hui : le développement de l’imprimerie jusqu’à l’essors de la presse quotidienne aux Etats Unis autour de 1900, sous l’égide duquel s’est cristallisée la forme moderne de la bande dessinée.

Adrian Mihalache parle de William Blake comme d’un artiste multimédia. Blake a refusé la séparation du texte et de l’image induite par l’imprimerie. Au début du XIXème siècle, les textes étaient imprimés grâce aux caractères mobiles de Gutenberg en laissant des blancs dans lesquels imprimer les images par la gravure sur bois ou l’eau-forte. Blake intégrait ses textes aux images sur une seule plaque de cuivre qu’il traitait à l’eau forte. Il fallait écrire les textes à l’envers, mais cet effort était justifié par la volonté que « les deux médias forment un tout aussi complexe qu’harmonieux. » (Mihalache, 2007).

William Blake meurt en 1827. C’est la même année que Rodolphe Töppfer produit ses premières « littératures en estampes » qu’il décrit ainsi :

« Ce petit livre est d’une nature mixte. Il se compose de dessins autographiés au trait. Chacun des dessins est accompagné d’une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose. » (Töppfer, 1837)

La technique de l’autographie permet à Töppfer de tracer images et textes tels qu’ils seront lus, à l’encre et sur du papier. Le papier spécifique et l’encre grasse utilisés permettent la transposition du trait sur une pierre à lithographie au moyen de laquelle sont imprimées les reproductions.

Si Thierry Groensteen et Benoit Peeters titrent « Töppfer, l’invention de la bande dessinée » (Groensteen et Peeters, 1994), Thierry Smolderen préfère signer « Naissances de la bande dessinée » (Smolderen, 2009). Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne. Après l’autographie de Töppfer, un nouveau pas est franchi lorsqu’autour de 1890, grâce au procédé photographique, « les illustrations publiées par la presse à grand tirage sont pratiquement toutes reproduites à partir des dessins originaux. » Au delà de la technologie d’impression, c’est « dans le bouillon de culture des journaux populaires américains » que le comic strip « va naître autour de 1900 ». Smolderen décrit « une guerre commerciale impitoyable qui n’enregistre ses défaites et victoires qu’en termes de chiffres de vente ». Ce contexte n’est pas sans évoquer la compétition à l’audience des portails et des services grand public de l’Internet d’aujourd’hui. A propos de l’hebdomadaire allemand Fliegende Blätter, Thierry Smolderen relève que « selon un commentateur français de l’époque (Arsène Alexandre), on ne pouvait dire un bon mot à table, ou assister à une situation comique, en Allemagne, sans s’exclamer : ‘Tient ! elle est bien bonne ! Il faut envoyer ça au Fliegende Blätter ! » avant d’évoquer expressément Youtube, emblème du web 2.0 et de la participation du public à l’élaboration des contenus médiatiques.

L’imprimerie de Gutenberg a sans aucun doute révolutionné l’écriture, mais elle a aussi instauré une fragmentation durable entre le texte et l’image. L’apparition de la bande dessinée a été rendue possible et s’est imposée grâce à de nouvelles technologies qui permettaient certes la reproduction de masse d’images et de textes, mais surtout leur production par les mêmes outils que ceux de leur reproduction : l’encre et le papier.

Suite et fin : limites des approches théoriques actuelles de la BD numérique

Selon Thierry Groensteen, nous vivons « un tournant historique. Nous sommes au moment où la bande dessinée est interpellée de plein fouet par la montée en puissance de la bande dessinée numérique online, des webcomics. » (Groensteen, 2011) Mais Groensteen bute sur ce nouvel objet lorsqu’il cherche à l’intégrer à son approche systémique et sémiotique.

Le quatrième et dernier billet de cette série traitera des limites des approches théoriques actuelles en la matière et proposera une voie de résolution.

Références citées

  • Granjon, Fabien et Denouël, Julie, Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011.
  • Groensteen, Thierry, Bande dessinée et narration, Système de la bande dessinée 2, Paris, P.U.F., 2011, 220 p.
  • Groensteen T., Peeters B., éds, 1994, Töppfer, l’invention de la bande dessinée, Paris, Hermann.
  • Jeanneret, Yves, « Usages de l’usage, figures de la médiatisation », Communication et langages, vol. 151, 2007, p. 3-19.
  • Jouët, Josiane, « Des usages de la télématique aux Internet studies », in Fabien Granjon, Julie Denouël. Communiquer à l’ère numérique: regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011.
  • Mallard, Alexandre, « Explorer les usages: un enjeu renouvelé pour l’innovation des TIC », in Fabien Granjon, Julie Denouël. Communiquer à l’ère numérique : regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses de l’école des mines, 2011, p. 320.
  • Manovitch, Lev, Le langage des nouveaux médias, Dijon, les Presses du réel, 2010, 608 p.
  • Mihalache, Adrian, « Dans tous les sens, par tous les sens: lecture de l’hypermédia », in Pascal Lardellier, Michel Melot. Demain, le livre, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 115-129.
  • Quéré, Louis, « La situation toujours négligée ? », Réseaux, vol. 15 / 85, 1997, p. 163-192.

Julien Falgas

Formé aux arts plastiques et aux contenus web, je suis un observateur et un acteur assidu de l'évolution de la bande dessinée numérique. Webmestre pour l'Université de Lorraine, j'assure des enseignements devant des étudiants en Sciences de l'information et de la communication. Depuis 2011, je prépare une thèse consacrée aux usages des dispositifs de publication numérique par les auteurs et les publics de bande dessinée.

More Posts - Website

Bibliothèque et transmission des savoirs

 

Sylvie Dallet (université Versailles-Saint Quentin) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest-Nanterre-La Défense) lancent un appel à communication intitulé : « Bibliothèque et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ». Débouchant sur une journée d’étude organisée le 4 mai prochain, cette proposition entend interroger le rapport au savoir d’un certain type de services et d’institutions (bibliothèque, services documentaires…), problème qui peut intéresser les chercheurs s’intéressant à la culture graphique. Comme en attestent les textes réunis au sein du numéro 51 de la revue Bibliothèque(s) ou mon propre article publié dans le Bulletin des Bibliothèques de France, ces établissements ont en effet entretenu un rapport on ne peut plus complexe à la bande dessinée ainsi qu’à toutes les formes de littérature que l’on pourrait qualifier de « populaire ». Il serait sans doute intéressant d’explorer celui-ci avant le 10 avril prochain.

Bibliothèques et transmissions des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs 

Cette journée s’inscrit dans un cycle de sept journées d’études et colloques consacrés en 2012 aux nouveaux savoirs contemporains, issus des migrations culturelles (vivantes, écrites, numériques ou analogiques) et notamment à la question de l’éthique et de la créativité. Ce séminaire a reçu le label 2012 de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord.

Les simulacres issus de l’audiovisuel et des offres d’Internet changent nos regards et notre perception du monde, du global au local, tandis que les savoirs se démultiplient et se déplient hors des disciplines enseignées (arts, sciences de l’information, histoire, philosophie…). Il convient désormais d’interroger les potentialités épistémologiques, économiques et symboliques de ce changement de paradigme, qui modifie en profondeur des expertises traditionnelles et, de fait, prépare des sociétés nouvelles. A la façon dont Michel Serres, dans sa pentalogie Hermès, pense un savoir « buissonnant » ou « en archipels », revisitant les frontières entre « savoir établi » et « savoir sauvage », notre expertise des « savoirs migrateurs » conjugue les arts et les sciences sur des hypothèses de travail attentives aux demandes de la société civile.

Fondamentalement, la bibliothèque se situe au coeur de ces problématiques. Lieu majeur de médiation et de transmission des connaissances, sur les supports traditionnels ou numériques, elle a de longue date, mission de conservation, surtout en notre temps de babil et d’oubli médiatique. La Bibliotheca Alexandrina, pour ne citer qu’un exemple, rappelle dans la Déclaration d’Alexandrie de mars 2004 que ce nouveau lieu de savoir « se réapproprie l’esprit de tolérance, de pluralisme régnant dans l’Alexandrie historiquement cosmopolite » et s’emploie activement à favoriser les initiatives des sociétés civiles. Or, face à un monde déchiré, aux violences et aux menaces de notre temps, les risques liés à ce que Dominique Wolton nomme la « troisième mondialisation » [la mondialisation culturelle, et son « triangle explosif », identité, culture et communication], la bibliothèque est appelée à jouer un rôle stratégique dans la sauvegarde des « savoirs-souches » et des sources vives, créatrices des sociétés de demain. La bibliothèque joue pleinement dans la transmission des savoirs nomades et migrateurs, toujours menacés d’oubli, de censure ou de confiscation, et s’implique également dans le développement interculturel de nos sociétés, sans le respect duquel elle risque de subir les effets de la mondialisation marchande, de la société des faussaires et du « savoir googlisé » ou « amazonisé ».

AXES D’ÉTUDE

La journée d’études du 4 mai 2012 se donne donc pour ambition de s’interroger sur les modes et les responsabilités d’accès aux savoirs et sur les contenus proposés dans la bibliothèque.

Plusieurs axes pourront être explorés en lien avec l’articulation critique entre transmission et circulation des savoirs :

– les distinctions des savoirs et, plus avant, des savoirs « illégitimes » : la bibliothèque est-elle toujours un espace de transmission des savoirs savants ? la question de l’assimilation floue de certains savoirs [populaires, savants, de masse…]

– la problématique de la traduction et de la production de littératures étrangères : quelles sources d’information? quelles politiques d’acquisition? quelles valorisations des collections face aux problèmes liés à la circulation transnationale des textes et aux déséquilibres entre les différentes aires linguistiques et géographiques

– l’identification de la collection : comment faire une place à l’ailleurs et à l’indéfini au sein d’une collection éditoriale et d’une collection bibliothécaire ?

le savoir et l’écrit : le livre comme vecteur privilégié du savoir et la place de la dimension multimédia, qui mobilise documents sonores, vidéos, sites internet (comme le Guichet du savoir)

– la question de l’apprentissage : quels dispositifs d’apprentissage créatifs en bibliothèque ? Comment animations, expositions, résidences d’auteurs, et plus largement action culturelle, peuvent-il participer de la construction d’un savoir ?

le numérique : en quoi permet-il une migration créative et éthique de la connaissance ? La question notamment des publications scientifiques et de l’open access.

FORME ET DATE LIMITE DE REMISE DES PROPOSITIONS

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 500 mots maximum, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire / institution ou laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Les propositions présenteront la problématique de recherche, la méthodologie employée, les axes de réflexion et les principales sources bibliographiques. Elles seront transmises par voie électronique avant le 10 avril 2012  aux adresses suivantes :

sylvie.dallet@laposte.net

sylvie.ducas@u-paris10.fr

Responsable : Sylvie Dallet et Sylvie Ducas

Adresse : Pôle métiers du livre 11 avenue Pozzo-di-Borgo92210 Saint-Cloud

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Disparition de Thierry Crépin

La bande dessinée perd l’un de ses plus éminents amateurs et chercheurs : Thierry Crépin nous a malheureusement quittés le vendredi 3 février, emporté par une maladie contre laquelle il n’aura pourtant cessé de lutter. Membre du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines de l’Université Versailles-Saint Quentin, Thierry Crépin a en effet largement contribué à l’étude des dispositifs de censure pesant au XXe siècle sur la bande dessinée et la littérature de jeunesse : on lui doit ainsi deux livres (“Haro sur le gangster !” La Moralisation de la presse enfantine (1934-1954) et “On tue à chaque page !” La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, dirigé avec Thierry Groensteen) ainsi que de nombreux articles (tels « La presse et la loi de 1949, entre censure et autocensure », disponible sur CAIRN ou « Le grand Prix de l’image française : une existence éphémère » disponible sur Comicalités). Nos pensées vont à ses proches, et en particulier à son épouse Autilia. Toute l’équipe des Carnets de la bande dessinée et de Comicalités (dont Thierry Crépin, membre du comité scientifique, faisait partie) souhaite lui rendre hommage.

Nous remercions très chaleureusement Gilles Ciment, directeur de la Cité Internationale  de la Bande Dessinée et de l’Image, qui a accepté de publier sur le site de la Cité les réactions de chercheurs l’ayant côtoyé et ayant d’une manière ou d’un autre participé de ce travail d’étude qui lui tenait tant à cœur. Celles-ci sont consultable ici.

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Lex-ICON : traiter l’image comme un texte/traiter le texte comme une image

Plusieurs chercheurs lancent un appel à communication qui, intitulé « Lex-ICON : traiter l’image comme un texte / traiter le texte comme une image », constitue la première pierre d’un colloque qui se tiendra les 7 et 9 juin 2012 à l’université de Haut Alsace. Invitant les chercheurs à traiter d’œuvres usant « de mots comme autant de motifs plastiques » et donnant à « lire des formes, des couleurs et des séquences visuelles dont la nature même traditionnellement touche les spectateurs et leurs perceptions par un effet d’immédiateté inhérent » (semblable immédiateté restant selon nous à discuter), on ne peut que s’étonner du fait que cette proposition ne mentionne jamais la bande dessinée. Plutôt que lire semblable état de fait comme le signe d’une méconnaissance, voire d’une inquiétude (« S’agirait-il d’une attention emphatique à la substance physique du langage qui unirait écrivains et plasticiens aujourd’hui ? Ou s’agit-il de modes de représentation et de conceptualisation bien différents engendrant des bouleversements culturels profonds ? »), nous proposons plutôt de la considérer comme la mise à distance d’un langage ou d’un genre (l’art séquentiel) permettant d’explorer de nouveaux territoires esthétiques. Les œuvres de Frédéric Pajak (qui mêlent dessin et texte afin d’approcher l’œuvre de célèbres écrivains), n’entendent-elles pas par exemple rompre avec la « BD » et s’inscrire dans le cadre des œuvres « hybrides » qu’évoque cet appel à communication ?

 

Lex-ICON : traiter l’image comme un texte / traiter le texte comme une image

Colloque international

7 – 9 juin 2012

Université de Haute-Alsace.

Co-organisé par Jennifer K Dick (UHA/ILLE),  Didier Girard (UHA/Ille), Océane Delleaux (UHA/CREM/Edith), Eric Suchère (École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne) et Fréderique Toudoire-Surlapierre (UHA/Ille).

Colloque multidisciplinaire sur le texte et l’image, leur création et leur élaboration, dans les domaines de la  littérature et des arts plastiques. Focus : les œuvres  « ultra contemporaines » (créés depuis 2000).

Argumentaire

Comme Pierre Garnier nous l’a dit il y a presque 50 ans, « la nouvelle poésie s’alimente, quant à son origine, dans les langages typiques d’autres arts, en particulier celui des arts plastiques, qui lui permettent d’atteindre la dimension d’objet récusant la “lecture”. » Depuis, d’autres mouvements ont au contraire privilégié l’usage de mots comme autant de motifs plastiques. Comme Johanna Drucker l’écrit, depuis les années soixante, « artistic activity […] had dissolved the boundaries between disciplines which had rigidly distinguished high modern visuality from high modern literariness at mid-century […] the experimental innovation had inbred so successfully with other artistic sources […that] current work actually blends visual and verbal elements into what is an increasingly synthetic unity ».

S’agirait-il d’une attention emphatique à la substance physique du langage qui unirait écrivains et plasticiens aujourd’hui ? Ou s’agit-il de modes de représentation et de conceptualisation bien différents engendrant des bouleversements culturels profonds ?

Ce colloque a pour but de réunir des chercheurs de plusieurs disciplines pour poser une première pierre de réflexion critique sur ces écrivains et ces plasticiens qui donnent à voir des textes comme s’ils étaient des formes géométriques, ou à lire des formes, des couleurs et des séquences visuelles dont la nature même traditionnellement touche les spectateurs et leurs perceptions par un effet d’immédiateté inhérent.

Plus particulièrement, nous nous pencherons sur la réception des œuvres hybrides. On se pose la question : Faut-il avoir la langue, un langage, les mots pour dire les choses et les idées, et pour penser ou peut-on simplement ressentir la pensée par le regard sans nécessairement avoir les mots, la grammaire, et donc la langue pour la décrire ? La question de l’articulation survient à l’instant où le langage se trouve au centre des œuvres plastiques et les formes graphiques se trouvent au centre des œuvres littéraires. Les débats qui entourent le traitement, la classification, l’enseignement, l’économie et la réception de telles œuvres ne sont pas neufs, mais ils deviennent de plus en plus souvent les motifs de l’art et de la littérature de l’ultra contemporain.

Il s’agira donc à contribuer à la théorisation de l’effet produit par l’intersémioticité de ces pratiques verbo-visuelles en y ajoutant par ailleurs toute une série d’interventions artistiques et littéraires qui se dérouleront régionalement autour du colloque.

Pistes de réflexion :

  • L’usage et les portées nouvelles des protocoles visuels (jeux typographiques, gribouillages, collages, dessins, etc.) dans la littérature ultra-contemporaine.
  • Les frontières de la forme visuelle des lettres et la métabolisation dans les zones de contact limitrophes.
  • La multimédialité de la page comme espace à redéfinir.
  • Les enjeux et les modalités d’une rhétorique de l’image dans le contexte des cultures émergentes de l’écran.
  • Les processus textuels qui mènent à des lectures « impossibles ».
  • L’art par l’art : la métafiction dans l’art verbo-visuel.
  • Le genre du rébus comme redécouverte narrative (hommages à Magritte)
  • Les modes émergents de lectures lexiconographiques.
  • Le mauvais genre et les troubles génériques.
  • Le nouveau rapport aux langues est-il « un corollaire des voyages et de la planétarisation de la culture » (Edeline) ?
  • Les phénomènes de « simplification » dans la pensée complexe appliquée à la création lexiconographique.
  • l’identité (et de l’interrogation de l’identité) de l’auteur-artiste par ces pratiques
  • Les nouvelles formes de narration.
  • Le lyrisme d’un texte ou d’une œuvre lexiconographique.

Champs d’action :

Les œuvres créées depuis l’an 2000 par des artistes lexiconographiques tels que Rosaire Appel, Julien Blaine, Marcel Broodthaers, Sophie Calle, Amélie Dubois, Brendan Fernandes, Kathleen Fraser, Jenny Holzer, Susan Howe, Vannina Maestri, Jacques Sivan, Nico Vassilakis, Lawrence Weiner,  ou, parmi les artistes exposés à Art Basel 2011 : Vito Acconci, Kader Attia, Martin Boyce, Tacita Dean, Matias Faldbaklen, Claire Fontaine, Doria Garcia, Ryan Gander, Liam Gillick, Philip Goldbach, Leon Golub, Shilpa Gupta, On Kawara, William Kentridge, Sean Landers, Mark Leckey, Fabian Marti, Sara Morris, Michael Müller, Yoshitomo Nara, Jack Pierson, Jaume Plensa, Richard Prince, Allen Ruppersburg, David Shrigley, Rirkrit Tiravanija, Barthélémy Toguo…

Modalités de soumission

Les propositions de communications (250-300 mots environ) en français ou en anglais devront être envoyées

avant le 25 février 2012.

Elles sont à adresser à

  • Jennifer K Dick (jennifer-kay.dick@uha.fr ou fragment3@yahoo.com) et à
  • Océane Delleaux (oceane.delleaux@wanadoo.fr).

Les réponses du comité scientifique seront communiquées avant le 15 mars 2012.

L’ensemble des informations concernant le colloque est accessible à l’adresse :
http://lex-icon21.blogspot.com/

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne : programme

Vanessa Besand et Victor-Arthur Piegay de l’Université de Bourgogne ont eu l’excellente idée de doter le colloque qu’ils organisent à Dijon les 16 et 17 février prochain d’un site Internet. Celui-ci présente l’événement de façon exhaustive : outre une longue introduction sur le cinéma d’animation, celui-ci présente les différents intervenants et offre un résumé de leurs communications. Autant d’information permettant de se familiariser avec un domaine encore délaissé par des chercheurs bien que témoignant d’une richesse qu’illustre parfaitement le programme que nous reproduisons ci-dessous.

 

Révolutions de l’animation à l’ère postmoderne

Dijon, 16 et 17 février 2012

Jeudi 16 février

09h00 : Accueil des participants et ouverture du colloque.

09h30 – 11h00 : Séance plénière

Présidence : Victor-Arthur Piégay


09h30 – 10h15 : Yvan West Laurence
« Présentation du monde de l’animation »

10h15 – 10h30 : Discussion

10h30 – 11h00 : Pause

11h00 – 13h00 : Première séance : Le domaine français

Présidence : Sylvie Laigneau-Fontaine

11h00 – 11h30 : Georges Zaragoza (Université de Bourgogne)
« Persepolis »

11h30 – 12h00 : Vanessa Besand (Université de Bourgogne)
« Le Court-métrage Logorama : une prouesse technique au service de la pluralité interprétative »

12h00 – 12h30 : François-Ronan Dubois (Université Stendhal – Grenoble 3)
« Les Courts-métrages d’animation de fin d’études en France : un genre ? »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 17h00 : Deuxième séance : L’animation japonaise : un univers polymorphe

Présidence : Pierre Ancet

14h30 – 15h00 : Antonio Dominguez Leiva (Université du Québec à Montréal)
« Le Jardin des supplices de l’anime, de la cyberviolence au Ero Guro »

15h00 – 15h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Bourgogne)
« Metropolis ou Babel animée »

15h30 – 16h00 : André Laidli (Université Jean Moulin – Lyon 3)
« Peindre la réalité quotidienne : le cinéma d’animation « à voix basse » d’Isao Takahata »

16h00 – 16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Pause

17h00 – 18h30 : Troisième séance : L’Amérique et ses valeurs

Présidence : Jacques Poirier

17h00 – 17h30 : Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« Team America, World Police : pastiche, parodie et satire du rêve américain »

17h30 – 18h00 : Chloé Gauzi (Université de Reims Champagne-Ardenne)
« “Do I dare live out the American dream?” : subversion et réaffirmation des discours fondateurs dans The Simpsons »

18h00 – 18h30 : Discussion

20h30 : Projection-débat au cinéma L’Eldorado à Dijon

Vendredi 17 février

09h00 – 11h30 : Quatrième séance : Réécriture, clins d’oeil et parodie

Présidence : Vanessa Besand

09h00 – 09h30 : Lucie Merijeau (Université Paris 3)
« Le Studio Pixar : (dé)construction d’un mythe auteuriste »

09h30 – 10h00 : Sébastien Decerle (Université de Bourgogne)
« Désillusion du personnage et transformation du genre : mise en scène de l’évolution du cinéma d’animation dans Toy Story, Shrek et Il était une fois »

10h00 – 10h30 : Bérénice Bonhomme (Université Paris 3)
« Quand le cinéma d’animation enfile la panoplie du cinéma en prise de vue réelle »

10h30 – 11h00 : Discussion

11h00 – 11h30 : Pause

11h30 – 13h00 : Cinquième séance : Le film d’animation aux prises avec le monde actuel

Présidence : Didier Souiller

11h30 – 12h00 : Sébastien Denis (Université d’Aix-Marseille)
« Que l’animation documente-t-elle ? De l’Histoire à l’animateur »

12h00 – 12h30 : Pierre Ancet (Université de Bourgogne)
« La Reconstruction de la mémoire dans Valse avec Bachir d’Ari Folman »

12h30 – 13h00 : Discussion

13h00 – 15h00 : Déjeuner


15h00 – 16h30 : Sixième séance : Les spécificités du medium de l’animation

Présidence : Sébastien Denis

15h00 – 15h30 : Gabriel Tremblay-Gaudette (Université du Québec à Montréal)
« L’Élasticité plastique contrainte à la rigidité : quand le manga devient anime »

15h30 – 16h00 : Jean-Baptiste Massuet (Université Rennes 2)
« Préparer la « seconde venue » du cinéma : l’aventure du studio ImageMovers de Robert Zemeckis (2004-2010), pour une révolution du cinéma d’animation sans l’animation »

16h-16h30 : Discussion

16h30 – 17h00 : Clôture du colloque

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts