Poétique de l’enfance

Kodjo Attikpoé lance un appel à communication intitulé : « Poétique de l’enfance : perspectives contemporaines ». S’inscrivant dans le cadre du 80e Congrès de l’Association Francophone pour le savoir (Acfas) qui se tiendra à Montreal les 9 et 10 mai 2012, cette proposition invite les chercheurs à interroger une notion que l’on peu penser étrangère à la bande dessinée européenne. Celle-ci semble en effet s’être construite autour d’une idée on ne peut plus vague d’une jeunesse allant « de 7 à 77 ans » (pour reprendre le célèbre slogan de Tintin), c’est-à-dire se positionnant comme un mode d’expression « tout public ». À bien des égards, la « jeunesse » est donc une notion relativement nouvelle pour le neuvième art et poser la question des « poétiques » que mobilise son invention est une véritable question : l’analyse de propositions comme Le Petit Poilu de Bailly et Frappont ou Allez Raconte de Trandheim et Parondo ou encore d’Anna et Froga d’Anouk Ricard pourrait fournir des éléments de réponse qu’il s’agira de formuler avant le 5 février prochain.

 

Poétique de l’enfance : perspectives contemporaines

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du 80e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas) qui se tiendra au Palais des Congrès de Montréal. Il se déroulera les 9 et 10 mai 2012.


Concept dynamique, l’enfance est souvent pensée et repensée du point de vue des adultes au point qu’elle apparaît comme une invention, une construction. Dans l’espace et dans le temps, les conceptions de l’enfance se sont sans cesse renouvelées. Aussi l’histoire de l’enfance peut-elle se décliner en termes d’histoire culturelle. Abordée dans des cadres tels que la sociologie, l’anthropologie et l’éducation, l’enfance fait également l’objet de réflexions poétiques et philosophiques, par exemple, au siècle des Lumières chez des auteurs comme Herder, Novalis, Jean Paul et Tieck. À ce sujet, on peut se référer à l’ouvrage fondamental (paru en allemand, 1989) de Hans-Heino Ewers L’enfance comme forme d’existence poétique. Études relatives à l’émergence de l’utopie romantique autour de l’enfance au XVIIIe siècle. Dans la même perspective, il est à noter que la littérature de jeunesse en Europe peut être comprise comme étant le produit de ces constructions poétiques et philosophiques de l’enfance au siècle des Lumières et du romantisme (Emer O’Sullivan, 2000).

Le contexte contemporain est marqué par de nouvelles représentations de l’enfance. Le statut de l’enfant a radicalement changé. Disposant désormais de divers droits qui le protègent et lui assurent une certaine autonomie, l’enfant devient ainsi un sujet, un acteur dans la vie sociale. En ce qui concerne la nature du véhicule de ses droits, on pourrait citer, par exemple, la Déclaration des droits de l’enfant (1959) et la Convention internationale des droits de l’enfant (1989).

L’objectif du colloque est d’examiner les enjeux poétiques et esthétiques qu’implique le nouveau statut de l’enfant dans la littérature contemporaine (jeunesse et générale) d’expression française. Les œuvres vont-elles au-delà de la réalité de l’enfance, pour en proposer par exemple une nouvelle utopie ? Il s’agira d’appréhender les stratégies d’écriture mises en oeuvre pour construire une poétique de l’enfance. On pourra étendre la réflexion au cinéma. Ce dernier porte-t-il un regard poétique sur l’enfance ?

Les communications pourront porter, sans s’y limiter, sur les axes suivants : l’imaginaire enfantin, discours et réflexions d’ordre théorique et philosophique, l’enfance heureuse, l’enfance comme utopie, l’enfant comme personnage narrateur, l’enfant-héros, relations familiales.

Veuillez soumettre vos propositions de communication d’environ 1500 caractères (espaces compris), accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, au plus tard le 5 février 2012 aux adresses suivantes : attiko@gmx.de, fode@sympatico.ca

Responsables du colloque : Kodjo Attikpoé, Fodé Sarr

Responsable : Kodjo Attikpoé

Url de référence :
http://aclej.mshparisnord.org

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : programme

Le programme du colloque « Figures indépendantes de la bande dessinée mondiale : tirer un trait/tisser des liens », aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à l’université de Liège, est désormais disponible sur le site de l’ACME. Il semble bien mettre en évidence le caractère absolument protéiforme d’une notion d’indépendance que l’on peine décidément à définir précisément : se rencontrent en effet ici des réflexions ayant trait au monde du livre (et mobilisant des notions comme « autoédition », « édition sauvage » ou « commercialisation »…), relevant d’une approche esthétique de la bande dessinée (avec des réflexions sur le documentaire, l’autobiographie ou l’exposition…) ou interrogeant plus largement la valeur culturelle de ces œuvres (il sera ainsi question de « mainstream », d’ « underground » ou encore de bande dessinée libanaise)… Bref : la bande dessinée indépendante semble être ici pensée comme un espace de rencontre pour des axes de recherche fort différents et il y a tout lieu de penser que ces trois jours seront l’occasion de croisements on ne peut plus fructueux.

 

Programme ici.

Dates du colloque : 16-17-18 novembre.

Lieu : université de Liège.

Organisateurs : groupe ACME

 

 

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

La génération des années 50

L’Instituto Superior da Maia (Porto, Portugal) organise un colloque international consacré à la « génération des années 50 ». Les pistes indiquées dans l’appel à communication ne mentionnent pas nommément la bande dessinée, mais gageons que celle-ci peut tout à fait trouver sa place dans ce champ scientifique, car les « années 50 » semblent bien constituer le creuset d’une certaine « culture BD » (pour reprendre l’expression –ironique – de Jean-Christophe Menu). La promulgation de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse a, ainsi que l’ont bien montré Thierry Groensteen et Thierry Crépin dans l’ouvrage qu’ils lui ont consacré (« On tue à chaque page », éditions du Temps), œuvré à la définition des contenus et à la stabilisation des vecteurs de diffusion du neuvième art. Tintin, Spirou et Pif furent ainsi les vecteurs d’une circulation de bandes dessinées sont il serait intéressant de mesurer la contribution à l’imaginaire d’une époque. Nous reproduisons ci-après le texte de cet appel dont la date limite est fixée au 31 juillet.

Appel à contribution

La génération des années 50

Congrès international


Le 25, 26 et 27 novembre 2010 aura lieu, à l’Instituto Superior da Maia (ISMAI, Porto, Portugal), le I Congrès International sur la Génération de 50, sous la responsabilité du Centro de Estudos em Letras (CEL, uID 707 FCT) et du Centro de Estudos de Língua, Comunicação e Cultura de l’ISMAI.

Bien qu’il n’existe pas d’homogénéité dans les tendances esthétiques et culturelles manifestées par les romanciers, poètes, dramaturges, essayistes et artistes révélés au cours des années 50 du XXème siècle, la critique considère qu’il y a quelques traits communs qui justifient la notion de génération de 50. La valorisation des procédés de construction et la conscience de la Modernité, au-delà de toute dimension engagée de l’art; la constitution de groupes, réunis autour de publications périodiques; une atmosphère mentale marquée par le scepticisme face aux utopies et par l’influence de l’Existentialisme, parmi d’autres aspects, ce sont quelques-uns des éléments qui permettent d’identifier cette génération.

En désirant de promouvoir une réflexion élargie sur l’héritage et l’actualité de cette génération, ce Congrès sera ouvert à des contributions centrées autour des lignes de réflexion suivantes:

– Poésie des années 50: champs de fusion et de rupture;

– Après le roman social: l’importance des procédés de l’écriture;

– Théâtre de l’absurde et théâtre expérimental;

– La maturité des littératures sud-américaines;

– L’indépendance des littératures africaines ;

– La génération de 50: une génération cinématographique;

– La spécificité de la Génération de 50 dans le contexte de la Péninsule Ibérique;

– Les modes de l’affirmation scientifique de la critique et de l’histoire littéraires;

– Les courants de pensée de l’après-guerre.

L’organisation de cette rencontre scientifique invite à la présentation de communications situées dans ces lignes de réflexion ou d’autres pertinentes centrées sur l’étude de la Génération de 50 dans les lettres, l’art ou la culture. Les propositions de communication et résumés respectifs (15-30 lignes) devront être soumis jusqu’au 31 juillet, à:

– cvieira@docentes.ismai.pt

– inovo@docentes.ismai.pt

– helenapadrao@hotmail.com

Url de référence :
– http://www.ismai.pt

Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts

Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Le groupe de travail « Livre : création, culture et société », appartenant au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, a choisi d’adopter, comme thématique de son séminaire 2010-2011 : « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ». Semblable proposition semble constituer une incitation à évoquer l’ensemble des « intermédiaires » de la chaîne du livre de bande dessinée, que ceux-ci aient en charge la définition d’une politique éditoriale ou l’inscription dans un public. Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin prochain.

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2
« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2010-2011 :
Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Appel à contribution
Date limite : 30 juin 2010

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris 10-Nanterre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, se tiendra la cinquième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ».

Champ de recherche :

Dans la continuité des débats et réflexions suscités par la session 2009-2010 du séminaire, par la première journée d’études du 15 juin 2009 (« Du livre à l’auteur. Autorité, sociabilités, matérialité et circulation de l’écrit du XVIe au XIXe siècle » (www.chcsc.uvsq.fr/journees/dulivrealauteur.html) et le colloque des 2 et 3 juillet 2010 (« L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur. Du livre à Internet »), ainsi que dans le cadre de la préparation du projet ANR « L’auteur en réseaux. Modes de circulation transnationale du livre » (session 2011),  notre groupe de travail entend poursuivre ses investigations sur le livre, l’auteur, non seulement dans le cadre des relations avec les autres professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires, critiques…), mais aussi dans son rapport complexe et souvent invisible avec la communauté des lecteurs (imaginé, convoqué, redouté, réel, pluriel, hyperlecteur, contre-lecteur…).

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles capable d’interroger l’auteur non plus comme « acteur central de l’univers littéraire » (B. Lahire), mais comme un acteur parmi d’autres pris dans un réseau contractuel (avec un éditeur), dans un réseau communicationnel (avec libraires et bibliothécaires), dans un réseau médiatique (avec les journalistes).

Refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, il s’agira de ne pas exclure les productions commerciales grand public ni les créateurs les moins légitimes (auteurs de best-sellers, auteurs de genres populaires dits mineurs), et de prendre en compte la banalisation de l’objet livre qui désacralise le produit et le producteur, l’œuvre et le créateur. Dans cette optique, toutes les perspectives (historiques, juridiques, littéraires, sociologiques…) seront prises en compte.

Deux axes de réflexion sont proposés :

1/ Les réseaux de diffusion

Seront privilégiées les pistes suivantes :

  • la librairie et la bibliothèque face aux usagers du livre
  • les imaginaires de la librairie, de l’édition et de la bibliothèque
  • la lecteur comme création (lecture savante ; les lectures de l’auteur…)
  • les supports ou les outils de lecture
  • les représentations de la lecture
  • les discours sur la lecture
  • l’écriture en marge (de la glose à Internet)
  • transferts littéraires et réception littéraire
  • les littératures traduites

2/ Les communautés de lecteurs

Pourront être explorées les pistes suivantes :

  • les cercles de lecture
  • les lieux de sociabilité et de lecture
  • les modalités de lecture (à haute voix, silencieuse…)
  • les abécédaires et manuels de lecture
  • les comités de lecture (journaux et maisons d’édition)
  • les courriers de lecteurs (presse, édition…)
  • les blogueurs
  • les fans
  • les sites de lecture

Renseignements pratiques :

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences à Paris 10-Nanterre

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance.

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Forme et date limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 30 juin 2010 à l’adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr.

Ethics & Fan studies

John Walliss et Catherine Larsen, appartenant respectivement aux universités de Liverpool Hope (UK) et George Washington (USA), rendent public un appel à communication pour un ouvrage intitulé « Ethics & Fan studies ». Ce dernier entend poser le problème de la légitimité, et plus largement du positionnement du chercheur, dans l’analyse et l’interprétation des pratiques culturelles amateurs. Les articles doivent être rédigés en anglais, mais leurs objets d’étude ne sont nullement cantonnés au monde anglophone et force est de constater que le champ du neuvième art offre énormément d’intéressants et problématiques terrains d’étude : fanfiction (portant directement sur des Comics), communautés de collectionneurs, blogs portant sur l’univers de nombreux auteurs… Nous reproduisons ci-dessous cet appel à communication dont la date limite est fixée au 30 juin 2010.


CALL FOR PAPERS Book Collection: Ethics of Fan Studies
Deadline: Abstracts June 30, 2010; finished essays March 31, 2011

Ethical issues are raised whenever a researcher investigates a particular group or community. These ethical considerations are often compounded by resistance to academic scrutiny on the part of the community or group being investigated.
This is often the case in Fan Studies, where fans conduct what they feel to be private business in the public domain of the internet and other “closed” venues such as fan conventions. Studies of fans by academics often anger fans, who feel that researchers are being disingenuous in their claims of being fellow fans, even as those fans engage in many of the same activities as their academic counterparts. For their part, many researchers still find themselves in ambivalent positions, with one foot inside the academy and on in fandom, unsure of how to identify themselves and often resistant to being too closely identified with their fan communities.

In this essay collection we hope to bring issues of researcher identity, fans’ rights, the legality of fan activity and the sometimes fortuitous and sometimes fraught relationship between fans and media producers are, among others, to the fore.

Please submit abstracts by June 30, 2010; finished essays by March 31,, 2011. Essays must be approximately 5,000 words in Harvard Referencing Style with 12-point font. Essays must be written in English, but they do not have to be about the anglophone, western version of the internet. We welcome submissions which include–but are not limited to–the following topics:

– theorizing online fan cultures
– the relative positions of the aca-fan and the fan scholar
– teaching fan studies
– research methods
– breaking “the fourth wall”
– producer/fan relationships
– fan practices, transformative works and legal issues
– citing and issues of privacy

Send one copy of your submission as an electronic attachment to:
John Walliss
Liverpool Hope University
wallisj@hope.ac.uk
or
Katherine Larsen
The George Washington University
klarsen@gwu.edu


Benoît Berthou

Université Paris 13, LABSIC Directeur de la revue Comicalités. Etudes de culture graphique Rédacteur en chef des Carnets de la bande dessinée

More Posts